Prise de DMT sous microdose de LSD / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Bon Vivant » 

Prise de DMT sous microdose de LSD 



18 Novembre 2021

Je savais qu’aujourd’hui j’allai tripper sous DMT. Je suis tout seul à la maison pour la journée. Le matin, j’ai d’abord microdosé, avec environ 15mcg de LSD. J’ai taffé toute la matinée et j’ai fait ce que j’avais à faire. Mais j’avais mal à l’estomac en même temps. Il fait moche. Il est environ 13h30 et ça commence à aller mieux. Je pense que mon corps était nerveux à l’idée de reprendre de la DMT, alors que mon esprit pas du tout. Bref, je sens que ça va mieux et en plus de ça, le soleil se pointe enfin, avec le ciel bleu qui s’affiche. Je me dis que c’est parfait, que c’est un signe et que les portes pour tripper sont grandes ouvertes. Je prépare la pipe et je mets un peu plus de 50mg dedans. Comme d’habitude, je me pose sur mon lit et je me repose avant de me lancer.

J’attends pas bien longtemps avant d’allumer le briquet. Je me lance et je me mets à chauffer la pipe. Je prends bien mon temps. C’est peut-être la taffe la plus longue que j’ai jamais prise. Je finis de tirer de dessus et j’ai l’impression de ne rien avoir. Et pourtant le plus longtemps je garde la fumée, le plus compliqué ça devient. Je sens que ça commence déjà. J’expire et retourne pour la deuxième taffe. Je sens déjà plus mon souffle et je tire trop fort ou trop vite, un des deux, je me rends pas compte. Je garde la fumée. J’expire et je sens que c’est bon. Juste pour être sûr, je repars pour la troisième taffe. Plus je travaille dessus et plus je me rends compte qu’elle ne servira à rien. J’arrête et je pose la pipe. Je garde la fumée le plus longtemps possible, tout en m’allongeant complètement et en fermant les yeux. J’expire.

Et là, c’est fini. Très doucement, je me sens surélevé vers quelque chose. On m’envoie de plus en plus loin. Et les formes commencent à apparaitre. Et la douceur disparait pour arriver dans un monde que je croyais connaitre. Je vois en face de moi une éruption d’énergie, rouge bouillant, comme un volcan en train d’éclater. J’ai une explosion de fractale qui se développe devant mes yeux. On dirait une fusion de l’univers, comme une expérience qu’a mal tourné. Tout est très vibrant et agité. Puis, cette boule explose et j’entre dedans et au centre se trouve un pigeon géant. Toujours avec le rouge qui domine la scène. Je préfère préciser que depuis plus d’une semaine, je travaille sur des oiseaux, je les filme et je passe ma journée à monter les images, donc je pense que le fait de voir un pigeon vient sûrement de là. Bref, le pigeon devient de plus en plus grand. Il est au centre de tout, comme un créateur, comme un arbre millénaire. Il ouvre ses ailes et en faisant ça je peux voir qu’il ouvre sur des mondes infinis, de façon très fractale, avec des motifs répétés très géométrique où tout est connecté avec soi. Il est le couvent de ce que je vois.

Je passe alors sous son aile gauche, et j’atterris dans un monde qui peut me sembler familier, un monde sur lequel je peux poser mes pieds. Et pourtant, je reste toujours en suspension, juste au-dessus du sol. Une sorte de couloir s’ouvre, avec une porte. Et des gens en sortent et me voient. Un vieil homme s’assoit sur une chaise et m’accueille, prêt à me raconter quelque chose qu’il comptait me dire. Je commence enfin à descendre et à me mettre à son niveau. A ce moment, je me rends compte de mon souffle et que ça fait du bien d’expirer au maximum, mais qu’il faut inspirer de même. Et je me dis que j’ai pas envie de mourir. J’avais pas peur, mais juste je me suis dis que je ne voulais pas mourir. Et en me disant ça, j’ai pas eu la chance d’écouter ce que le vieil homme avait à me dire.

Petit à petit, les visuels disparaissent et deviennent plus ou moins abstraits. J’ouvre les yeux et je suis frappé par une forte luminosité. Je referme de suite et de nouveaux visuels surviennent. Je profite du reste du trip. Je sens des sensations extraordinaires se balader à travers mon corps, comme des chatouilles derrière le crâne, et le cœur tenu au chaud par la molécule. Je rouvre les yeux et je vois mes murs blancs qui virent au bleu. La lumière qui vient de la fenêtre est violette au coin de l’œil. Je joue un peu avec les visuels les yeux ouverts puis je referme les yeux et médite. Je me détends, je ne pense à rien, j’apprécie chaque seconde de la chose. Je reprends une quatrième taffe histoire de voir si ça change quoi que ce soit, mais pas vraiment. Je continue de chiller sur mon lit un peu et très rapidement les effets disparaissent. La première chose que je me rends compte est que je n’ai plus mal à l’estomac.

Je sais que je le dis à chaque fois, mais la percée que j’ai eu s’est déroulée extrêmement vite. Je n’ai pas eu le temps une seule fois de comprendre ce qu’il se passer sur le coup. Et je pense que c’est dû au microdosage. C’était le but du trip, de voir ce que ça donnerait en micro dosant, avec en plus de la caféine dans le système. J’avais déjà l’esprit qu’allait à 100 à l’heure avec le travail, mais là, j’ai dépassé toute attente. En plus de ça, je n’avais pas mangé depuis le petit déj, et je pense que ça a joué un peu dessus. C’était très, très rapide, et assez intense mais j’ai vu pire. Ca reste un trip vraiment incroyable, je ne m’attendais pas à ça. Le début est assez semblable à d’autre trip, où je perce ce voile de fractale rouge-orange-marron. Cette fois-ci, ce voile était très bouillonnant, tout simplement. Un trip un peu court aussi je trouve, visuellement surtout mais satisfaisant. Le reste de la journée, j’ai continué de chiller et de taffer. J’étais peut-être de meilleure humeur, mais je ne peux pas être certain, vu que j’étais sous microdose en même temps. Tout était juste très correct. A voir si je retrippe sous micro dose, mais pas pour maintenant.


Catégorie : Trip Report - 27 novembre 2021 à  14:25

#DMT #entité #fractale #microdose #Psychédélique



Remonter

Pied de page des forums