Revue de presse Cannabis thérapeutique du 14 décembre 2020 / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » filousky » 

Revue de presse Cannabis thérapeutique du 14 décembre 2020 



IACM-Bulletin du 14 Décembre 2020



ONU: l’Agence des Nations unies pour le contrôle des drogues assouplit le contrôle sur le cannabis en suivant les conseils de l’OMS

Le 2 décembre, les États membres de l’agence des Nations unies pour le contrôle des drogues ont voté le retrait du cannabis de la catégorie des stupéfiants la plus étroitement contrôlée, suivant la recommandation de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) de faciliter la recherche sur son utilisation médicale.

La Commission annuelle des stupéfiants, l’organe directeur de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, a voté 27-25 et une abstention, le retrait du cannabis
et de la résine de cannabis du tableau IV de la Convention unique sur les stupéfiants de 1961. Un texte global régissant le contrôle des drogues, selon une déclaration des Nations unies.
Le vote faisait suite à une recommandation de l’OMS de 2019, selon laquelle “ le cannabis et la résine de cannabis devraient être inscrits à un niveau de contrôle qui permettra de prévenir les dommages causés par la consommation de cannabis et qui, en même temps ne fera pas obstacle à l’accès et à la recherche et à l’élaboration des préparations à base de cannabis à des fins médicales.”
Parmi les autres drogues inscrites au tableau IV figurent l’héroïne, les analogues du fentanyl et d’autres opioïdes dangereux et souvent mortels. Le cannabis, en revanche, ne comporte aucun risque significatif de décès et a montré son potentiel dans le traitement de la douleur et de conditions telles que l’épilepsie, a constaté l’OMS.

Reuters du 2 décembre 2020
FAAAT communiqué de presse du 2 décembre 2020
Statement: Support patient access to medicine, vote yes!
Statement: Towards science-based scheduling of cannabis sativa and other controlled herbal medicines

Science/Homme: Selon une enquête, la plupart des survivants du cancer ont utilisé le cannabis pour traiter la douleur et améliorer leur sommeil.

Selon une enquête menée auprès de 190 survivants du cancer en Israël, le cannabis était principalement utilisé pour le traitement de la douleur, les troubles du sommeil et de l’anxiété. Cette recherche a été menée par des chercheurs de l’Université Ben Gourion du Néguev et Le Centre du cancer du Centre médical de Sheba, en Israël.

La dose mensuelle moyenne de cannabis consommée était de 42 grammes.
96 % des répondants ont déclaré ne pas avoir consommé de cannabis régulièrement avant de recevoir un diagnostic de cancer.

La façon la plus courante de consommer était de fumer, et la plupart des participants ont déclaré avoir pris du cannabis tout au long de la journée. Les symptômes les plus courants pour lesquels les participants ont pris du cannabis à des fins médicales étaient la douleur (89 %), les troubles du sommeil (76 %) et l’anxiété (42 %). Vingt patients ont signalé des effets secondaires légers.

Zolotov Y, Eshet L, Morag O. Preliminary assessment of medical cannabis consumption by cancer survivors. Complement Ther Med. 2020;56:102592.

Science/Homme: Selon une enquête, la consommation de cannabis a des effets bénéfiques chez les patients atteints de cancer en phase palliative.

Selon une enquête menée auprès de 108 patients en oncologie, différentes souches de cannabis à concentrations variables de THC et de CBD ont réduit plusieurs de leurs symptômes, dont la douleur, la détresse et le sommeil. L’étude a été menée par des chercheurs de plusieurs institutions israéliennes à Haïfa, Nahariya et Afula. Les participants ont utilisé des traitements à dominance THC (n = 57 %), à dominance CBD (n = 19 %) et mixtes (n = 33 %).

La plupart des paramètres se sont améliorés de manière significative dans le mois qui a suivi la consommation de cannabis, notamment l’intensité de la douleur, la douleur affective et sensorielle, la qualité et la durée du sommeil, la détresse liée au cancer et la charge des symptômes physiques et psychologiques. En général, il n’y a pas eu de différences entre les trois traitements au cannabis en ce qui concerne l’intensité de la douleur et la plupart des résultats secondaires. Les traitements à dominance THC ont montré une supériorité significative de leur effet bénéfique uniquement sur la durée du sommeil par rapport aux traitements à dominance CBD. Les auteurs ont noté que “les soignants devraient également considérer les produits à dominance de CBD comme un traitement utile pour les symptômes liés au cancer.

Aviram J, Lewitus GM, Vysotski Y, Uribayev A, Procaccia S, Cohen I, Leibovici A, Abo-Amna M, Akria L, Goncharov D, Mativ N, Kauffman A, Shai A, Hazan O, Bar-Sela G, Meiri D. Short-Term Medical Cannabis Treatment Regimens Produced Beneficial Effects among Palliative Cancer Patients. Pharmaceuticals (Basel). 2020;13(12):E435.

Science/Homme: Selon une enquête, le cannabis pourrait améliorer les douleurs pelviennes chroniques chez les femmes.

Bien que les effets secondaires soient courants, l’autotraitement au cannabis peut améliorer les symptômes de la douleur pelvienne chronique.

C’est le résultat d’une enquête anonyme et confidentielle menée par des scientifiques de la clinique Mayo à Jacksonville et Rochester, aux États-Unis, qui a porté sur des femmes souffrant de douleurs pelviennes et périnéales, de dyspareunie ou d’endométriose.

Au total, 240 patientes ont été approchées, avec 113 réponses (taux de réponse de 47 %). 26 patientes disent avoir consommé du cannabis (soit 23 %). La majorité le consomme au moins une fois par semaine (72 %). La plupart, 96 %, ont signalé une amélioration des symptômes, notamment des douleurs, des crampes, des spasmes musculaires, de l’anxiété, de la dépression, des troubles du sommeil, de la libido et de l’irritabilité. Les effets secondaires, notamment la sécheresse de la bouche, la somnolence et la sensation de “high”, ont été signalés par 84 % des personnes interrogées.

Carrubba AR, Ebbert JO, Spaulding AC, DeStephano D, DeStephano CC. Use of Cannabis for Self-Management of Chronic Pelvic Pain. J Womens Health (Larchmt). 2020 Nov 16. [sous presse]

Science/Homme: Selon des entretiens, les adultes seniors trouvent le cannabis utile dans le traitement de plusieurs maladies chroniques

Selon des entretiens avec 10 adultes de 64 ans ou plus, réalisés par deux scientifiques du College of Graduate and Studies/Center for Gerontology de l’Université Concordia de Chicago, à River Forest, aux États-Unis, le cannabis pourrait être utile dans la gestion des maladies chroniques. Les chercheurs se sont appuyés sur une enquête qualitative sous forme d’entretiens individuels semi-structurés.

Leurs conclusions suggèrent que les personnes plus âgées sont ouvertes au cannabis médical comme alternative aux médicaments. Elles sont généralement optimistes quant à la gestion des symptômes et de la douleur, conscientes des problèmes liés à la stigmatisation tant de la part de leurs médecins que de leur entourage, et arrivent bien à gérer cela. En outre, les personnes âgées décrivent les frustrations liées à l’éducation, à la sensibilisation et au manque de soutien en matière de dosage.

Manning L, Bouchard L. Medical Cannabis Use: Exploring the Perceptions and Experiences of Older Adults with Chronic Conditions. Clin Gerontol. 2020:1-10.

Science/Homme: Selon une enquête, le cannabis pourrait être plus efficace que les médicaments classiques dans le traitement de la migraine.

Dans une enquête en ligne menée auprès de 161 patients souffrant de migraines, le cannabis s’est révélé efficace pour soulager les symptômes. L’étude a été menée par des chercheurs de l’université du Colorado à Boulder, aux États-Unis. Les participants étaient 589 consommateurs adultes de cannabis vivant dans des États où l’accès est légal, dont 161 ont déclaré souffrir de migraines.

Parmi les participants souffrant de migraines, 76 % ont approuvé la consommation du cannabis pour traiter leurs migraines. 70 % d’entre eux ont également utilisé des produits autres que le cannabis (médicaments antidouleur en vente libre, triptans et autres) pour traiter leurs migraines. Les migraineux qui ont consommé du cannabis pour traiter leurs migraines ont signalé plus de migraines que ceux qui n’en ont pas consommé. Les migraineux ont déclaré que le cannabis soulageait nettement plus leurs migraines que les produits sans cannabis, même après avoir contrôlé la gravité de la migraine.

Gibson LP, Hitchcock LN, Bryan AD, Bidwell LC. Experience of Migraine, its Severity, and Perceived Efficacy of Treatments among Cannabis Users. Complement Ther Med. 2020:102619.

Science/Homme: L’altération des performances de conduite après inhalation de THC n’est plus détectable après 4 heures, alors que le CBD n’altère pas les performances de conduite selon les tests sur route.


Lors d’un essai clinique mené auprès de 26 consommateurs occasionnels de cannabis en bonne santé, le THC a provoqué des déficiences entre 40 et 100 minutes après la consommation, mais plus après 4 et 5 heures. Le CBD n’a causé aucun effet. Les participants ont inhalé du cannabis à dominance THC, à dominance CBD, équivalent THC/CBD et placebo par un vaporisateur et ont tous passé 8 tests de conduite sur route. Les doses de THC et de CBD étaient de 13,75 mg. Le principal critère d’évaluation était le SDLP (écart-type de la position latérale, qui est une mesure de l’écartement des voies). L’étude a été menée par des chercheurs de l’Initiative Lambert pour les thérapies cannabinoïdes à l’Université de Sydney, en Australie, et d’autres institutions d’Australie et des Pays-Bas.

La déficience mesurée par le SDLP après vaporisation de cannabis à dominance THC et de cannabis avec un ratio équivalent THC/CBD par rapport au placebo était significativement plus importante après 40 à 100 minutes, mais pas entre 240 à 300 minutes. Il n’y avait pas de différences significatives entre le cannabis à dominance CBD et le placebo. Les auteurs ont noté que “la dimension de l’effet du cannabis à dominance CBD peut ne pas avoir exclu une déficience cliniquement importante, et les doses testées peuvent ne pas représenter une consommation courante”.

Arkell TR, Vinckenbosch F, Kevin RC, Theunissen EL, McGregor IS, Ramaekers JG. Effect of Cannabidiol and Δ9-Tetrahydrocannabinol on Driving Performance: A Randomized Clinical Trial. JAMA. 2020;324(21):2177-2186.

Science/Homme: Perceptions des parents et des patients sur le cannabis médical dans le contexte du cancer infantile selon les entretiens

Quinze parents et leurs enfants atteints de cancer ont été interrogés à la section d’hématologie et d’oncologie pédiatriques du département de pédiatrie de la faculté de médecine de Yale à New Haven, aux États-Unis. Les chercheurs ont examiné leurs attitudes, leurs croyances et leurs expériences concernant l’utilisation médicale du cannabis. Les entretiens ont été enregistrés, transcrits et codés en utilisant des approches de codage descriptif et inductif.

Les participants ont le plus souvent approuvé l’utilisation du cannabis pour soulager la nausée, l’anorexie et la douleur. En même temps, les participants ont identifié des préoccupations concernant le cannabis, notamment les effets physiologiques et psychologiques potentiels sur les enfants et le manque de recherche. Cependant, les inquiétudes ont souvent été minimisées, par rapport à la chimiothérapie ou aux médicaments de soins de supports dont les effets secondaires sont perçus comme plus importants. Peu de participants avaient discuté de la consommation de cannabis avec leur oncologue, préférant demander conseil sur internet, dans leur famille ou auprès de leurs pairs.

Ananth P, Revette A, Reed-Weston A, Das P, Wolfe J. Parent and patient perceptions of medical marijuana in the childhood cancer context. Pediatr Blood Cancer. 2020:e28830.

Union EURopéenne : Le CBD n’est pas un stupéfiant, selon la plus haute juridiction de l’Union EURopéenne.

Le CBD (cannabidiol) n’est pas un stupéfiant, car “il ne semble avoir aucun effet psychotrope ou nocif sur la santé humaine”, a déclaré la plus haute juridiction de l’UE. La décision de la Cour de justice de l’Union EURopéenne porte un coup sévère aux efforts déployés par certains pays de l’UE pour limiter la vente du CBD, tout en donnant un coup de pouce à l’industrie du CBD. De nombreux produits sont actuellement vendus dans l’UE dans une « zone grise » juridique.

La Cour a jugé que l’interdiction française de commercialiser des produits au CBD dérivés du chanvre était contraire à la législation EURopéenne sur la libre circulation des marchandises. “Le tribunal national doit évaluer les données scientifiques disponibles afin de s’assurer que le risque réel pour la santé publique alléguée ne semble pas reposer sur des considérations purement hypothétiques”, a écrit la cour. “Une décision d’interdire la commercialisation du CBD, qui constitue en effet l’obstacle le plus important au commerce des produits légalement fabriqués et commercialisés dans d’autres États membres, ne peut être adoptée que si ce risque semble suffisamment établi.

The Guardian du 19 novembre 2020

En bref

Etats-Unis: La Chambre des représentants vote la dépénalisation du cannabis au niveau fédéral.

La Chambre des représentants des États-Unis a voté le 4 décembre pour décriminaliser la marijuana au niveau fédéral, mais la législation ne devrait pas progresser tant que le Sénat restera aux mains des républicains. C’est la première fois que l’une ou l’autre chambre du Congrès vote pour mettre fin à l’interdiction fédérale de la marijuana depuis que cette drogue a été classée comme “substance contrôlée” en 1970.
Reuters du 4 décembre 2020

Thaïlande: Le pays retire les plantes de cannabis de la liste des stupéfiants.
L’Organe de contrôle des stupéfiants de Thaïlande a décidé de retirer la plante de cannabis de la liste des stupéfiants, catégorie 5, afin de permettre une utilisation plus large à des fins médicales. Ce retrait doit ouvrir la voie à un accès plus large à l’utilisation du cannabis à des fins médicales ainsi que dans les industries textile, cosmétique et pharmaceutique. Les plantes de chanvre seront promues comme nouvelles cultures de rente. Toutefois, dans un premier temps, seules les agences gouvernementales et les entreprises communautaires qui travaillent avec les agences gouvernementales peuvent cultiver du cannabis et doivent demander l’autorisation d’une agence gouvernementale.
The Malaysian Reserve du 26 novembre 2020

Le Mexique : Le Sénat approuve le projet de loi sur la légalisation du cannabis.
Le Sénat mexicain a approuvé un projet de loi sur la légalisation du cannabis lors d’un vote massif le 20 novembre, ouvrant la voie à la création du plus grand marché légal de cannabis au monde si l’initiative franchit le prochain obstacle à la chambre basse du Congrès. Les sénateurs ont voté à 82 contre 18 pour approuver la mesure, avec sept abstentions.
Reuters du 20 novembre 2020

Israël: Le nombre de patients ayant utilisé du cannabis thérapeutique devrait dépasser plus de 80 000 en 2021
Le nombre de patients qui utilisent le cannabis pour les fins médicinales a encore augmenté de 3,8 % en octobre 2020 et devrait franchir la barre des 80 000 en 2021. Au total, les patients ont droit à 2,68 tonnes de cannabis par mois, 40 000 d’entre eux pour des douleurs chroniques et la plupart utilise 20 grammes par mois.
Cannabis du 23 novembre 2020

Ouzbékistan: La production de cannabis à des fins médicales est autorisée dans le pays.
Une entreprise basée à Malte sera autorisée à cultiver et à produire du cannabis médical en Ouzbékistan, a rapporté l’agence de presse nationale UzA le 29 novembre, dans le cadre du premier accord de ce type pour ce pays d’Asie centrale. La région a une longue histoire de culture du cannabis, mais cette drogue est interdite, malgré les appels réguliers à sa légalisation.
Reuters du 29 novembre 2020

Malawi: Le pays veut se lancer dans la production commerciale de cannabis.

Le Malawi est prêt à lancer la production commerciale et le traitement du cannabis à des fins médicales et industrielles, a déclaré le 24 novembre la nouvelle autorité de régulation du cannabis du pays d’Afrique australe. Le Parlement du Malawi a adopté en février un projet de loi qui rend légale la culture et la transformation du cannabis pour les médicaments et la fibre de chanvre utilisée dans l’industrie, mais qui ne dépénalise pas l’usage récréatif.
Reuters du 24 novembre 2020

Science/Homme: Recommandations pour l’utilisation du cannabis dans les opioïdes à effet dégressif pour la douleur chronique.
Un certain nombre de scientifiques ont mis en place des recommandations pour l’utilisation des cannabinoïdes dans les opioïdes à action dégressive pour le contrôle de la douleur chronique. Ils ont suggéré que pour “les patients souffrant de douleurs chroniques et prenant des opioïdes n’atteignant pas les objectifs de traitement, il y a un consensus sur le fait que les cannabinoïdes peuvent être envisagés pour les patients souffrant ou présentant des complications liées aux opioïdes, malgré les interventions psychologiques ou physiques. Un consensus a été observé pour commencer avec un extrait oral à prédominance de cannabidiol (CBD) pendant la journée et envisager l’ajout de tétrahydrocannabinol (THC) en fin de journée. Lors de l’ajout de THC, commencer avec 0,5-3 mg, et augmenter de 1-2 mg une ou deux fois par semaine pour atteindre 30-40 mg/jour. Commencez à réduire progressivement la dose d’opioïdes lorsque le patient signale une amélioration mineure/majeur de son fonctionnement, cherche à diminuer la dose de médicaments nécessaires pour contrôler la douleur, et/ou lorsque la dose de cannabis a été optimisée”.
Université de Colombie britannique, Faculté des sciences pharmaceutiques, Vancouver, Canada.
Sihota A, et al. Int J Clin Pract. 2020:e13871.

Science/Homme: Le cannabis peut être utile dans le traitement du cancer chez les femmes.
Dans une enquête menée auprès de 31 femmes atteintes de cancers gynécologiques, 83 % ont déclaré que le cannabis soulageait les symptômes liés au traitement du cancer, notamment la perte d’appétit, l’insomnie, plusieurs formes de douleur, l’anxiété, la nausée. 80 % ont déclaré que le cannabis avait un effet similaire ou supérieur à celui des médicaments classiques.
Département d’obstétrique, de gynécologie et des sciences de la reproduction, Hôpital de Yale New Haven, États-Unis.
Webster EM, et al. Gynecol Oncol Rep. 2020;34:100667.

Science/Cellules: Le CBD renforce les effets des médicaments anticancéreux sur les cellules cancéreuses de la tête et du cou chez l’homme.
Le CBD était toxique pour le carcinome épidermoïde de la tête et du cou et il “a renforcé l’efficacité des médicaments de chimiothérapie”. Les processus d’apoptose et d’autophagie ont été impliqués dans la cytotoxicité induite par le CBD”.
Département d’oto-rhino-laryngologie – Chirurgie de la tête et du cou, Hôpital Guro de l’Université de Corée, Corée du Sud.
Go YY, et al. Sci Rep. 2020;10(1):20622.

Science/Cellules: Le bisphénol A dérègle le système endocannabinoïde des cellules utiles à la production de sperme.
Le bisphénol A peut se trouver dans les plastiques et peut avoir un effet négatif sur la production de sperme. Les chercheurs ont découvert que le bisphénol A est cytotoxique pour les cellules de Sertoli, qui jouent un rôle important dans la production de sperme, en modifiant leur système endocannabinoïde.
Département des sciences de la vie, de la santé et de l’environnement, Université de L’Aquila, Italie.
Rossi G, et al. Int J Mol Sci. 2020;21(23):E8986.

Science/Animal: Le CBD pourrait protéger les cellules de la peau contre les effets néfastes des rayonnements UVA et UVB.
L’application topique de CBD sur la peau de rats nus exposés aux rayons UVA et UVB a modifié le profil lipidique des kératinocytes, certaines cellules de la peau, et a amélioré “l’état de la barrière transépidermique”.
Département de chimie analytique, Université médicale de Bialystok, Pologne.
Łuczaj W, et al. Antioxidants (Basel). 2020;9(12):E1178.

Science/Cellules: Le CBD a été efficace pour réduire la croissance de plusieurs cellules cancéreuses chez les chiens.
Le CBD a été administré à 5 lignées de cellules cancéreuses observées chez le chien à des concentrations de 2,5 à 10 µg/mL, seul ou en combinaison avec des agents chimiothérapeutiques. Les auteurs ont conclu que “le CBD est efficace pour entraver la prolifération cellulaire et l’induction de l’autophagie et de l’apoptose rapidement à travers les lignées cellulaires néoplasiques et que d’autres essais cliniques sont nécessaires pour comprendre son efficacité et ses interactions avec la chimiothérapie traditionnelle”.
Collège universitaire de médecine vétérinaire de Cornell, Département des sciences cliniques, Ithaca, États-Unis.
Henry JG, et al. Vet Comp Oncol. 2020 Nov 28. [sous presse]

Science/Homme: Aucun effet pertinent du CBD sur la cognition des patients épileptiques.
Dans une étude portant sur 31 patients atteints d’épilepsie résistante au traitement, qui ont reçu du CBD, les chercheurs ont testé la mémoire, l’attention et la fonction exécutive. Ils ont constaté que “plus de 89 % de tous les résultats des tests individuels sont restés stables ou ont montré une amélioration fiable (…). Les améliorations de la mémoire à court terme et du travail étaient significativement liées à une meilleure réponse au traitement”.
Centre de l’épilepsie, Centre médical de l’Université de Fribourg, Faculté de médecine, Allemagne.
Metternich B, et al. Epilepsy Behav. 2020:107558.

Science/Homme: La consommation régulière de cannabis peut altérer la connectivité entre certaines cellules du cerveau.
Dans une étude, 24 adultes ayant consommé du cannabis au moins une fois par semaine au cours des six derniers mois ont été comparés à 24 adultes n’en ayant pas consommé. Les consommateurs de cannabis se sont comportés dans des limites normales lors d’une tâche d’attention sélective visuelle, mais les chercheurs ont constaté certains changements dans la connectivité des cellules nerveuses, qui “pourraient refléter un traitement compensatoire”.
Institut des neurosciences humaines, Hôpital national de recherche de Boys Town, Boys Town, États-Unis.
Rangel-Pacheco A, et al. Psychopharmacology (Berl). 2020 Nov 25. [sous presse]

Science/Animal: Les endocannabinoïdes régulent les effets psychostimulants de la kétamine.
Selon des études menées sur des souris, “la signalisation endocannabinoïde joue un rôle essentiel dans la médiation des propriétés psychostimulantes et renforçantes de la kétamine”.
Hôpital de Chine occidentale, Université du Sichuan, République populaire de Chine.
Xu W, et al. Nat Commun. 2020;11(1):5962.

Science/Animal: Le CBD peut être utile pour le sevrage de la cocaïne.
Le sevrage de la cocaïne chez la souris induit certaines altérations. Les chercheurs ont découvert que “le CBD atténue ces altérations du comportement et de l’expression génétique, ce qui suggère son potentiel pour la gestion du sevrage de la cocaïne”.
Instituto de Neurociencias, Universidad Miguel Hernández-CSIC, Avda. de Ramón y Cajal s/n, San Juan de Alicante, Espagne.
Gasparyan A, et al. Neurotherapeutics. 2020 Nov 23. [sous presse]

Science/Animal: Le stress du début de la vie modifie le système endocannabinoïde.
Des études menées sur des souris montrent que le stress en début de vie favorise les changements comportementaux et moléculaires de la sensibilité aux cannabinoïdes, qui sont médiés par des altérations du récepteur CB1 dans les zones limbiques, certaines zones du cerveau, qui “pourraient interférer dans la formation des souvenirs émotionnels”.
Département des sciences expérimentales et de la santé, Universitat Pompeu Fabra, Barcelone, Espagne
Martín-Sánchez A, et al. Neuropharmacology. 2020:108416.

Science: Production de cannabinoïdes par la levure.
Les auteurs décrivent des techniques de production de cannabinoïdes en transformant certains éléments cellulaires en “micro-usines“ spécifiques à la levure.
Département des sciences végétales et environnementales, Université de Copenhague, Danemark.
Dusséaux S, et al. Proc Natl Acad Sci U S A. 2020:202013968.

Science/Animal: Le CBD peut réduire le risque de rechute de la dépendance au méthylphénidate.
Dans des études sur des rats, le cannabidiol a atténué le maintien et le rétablissement de la préférence de place conditionnée induite par le méthylphénidate chez les rats et pourrait donc être utile pour réduire le risque de rechute au méthylphénidate.
Laboratoire de neurosciences et de comportement, Département des sciences physiologiques, Université de Brasilia, Brésil.
Kashefi A, et al. Brain Res Bull. 2020:S0361-9230(20)30707-3.

Science/Animal: La consommation de THC à l’adolescence peut altérer la mémoire de travail.
Des études suggèrent que « le traitement au THC chez des souris adolescentes » a eu un effet marqué sur l’établissement et la persistance de la mémoire de travail, tout en ayant peu d’effet sur la prise de décision, les préférences sociales ou les comportements d’anxiété”.
Département de psychologie et des sciences du cerveau, Université de l’Indiana, Bloomington, États-Unis.
Chen HT, et al. Front Psychiatry. 2020;11:576214.

Science/Homme: Une forte consommation de cannabis peut entraîner la réduction de certaines zones du cerveau.

Les chercheurs ont suivi 20 gros consommateurs de cannabis et 22 non-consommateurs pendant environ 3 ans. Ils ont conclu que “la forte consommation de cannabis au début de l’âge adulte est un facteur de risque pour une diminution du volume de l’hippocampe droit”. L’hippocampe est une région du cerveau qui a un rapport avec la mémoire et les émotions.
Jiangsu Provincial Key Laboratory of Special Children’s Impairment and Intervention, Nanjing Normal University of Special Education, Chine.
Wang Y, et al. Psychiatry Res. 2020:113588.

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an


    Science/Homme: Le cannabis peut être utile dans le syndrome des jambes sans repos
    Science/Homme: Le cannabis peut soulager les symptômes d’une forme génétique rare de neurodégénérescence chez les enfants
    Science/Homme: Les personnes vivant avec le VIH, qui consomment du cannabis, ont de meilleures performances neurocognitives
    Science/Homme: La poudre de feuilles de cannabis réduit la douleur chez les patients cancéreux
    Science/Homme: Selon un rapport de cas, le CBD peut être utile pour contrôler l’épilepsie due à une tumeur au cerveau
    Science/Homme: Les cannabinoïdes peuvent être utiles chez les personnes en soins palliatifs

Il y a deux ans

    Science/Homme:
Le cannabis riche en THC pourrait être utile dans le traitement de la fibromyalgie
    Thaïlande: Le cannabis peut être utilisé à des fins thérapeutiques et scientifiques
    Science/Homme: La consommation de cannabis est associée à un risque plus faible de facteurs associés aux maladies du cœur et des vaisseaux sanguins

Catégorie : Actualités - 14 décembre 2020 à  18:26



Remonter

Pied de page des forums