Substances addictives, usage ou abus, plaisir, manque ou conséquences / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » ismael77 » 

Substances addictives, usage ou abus, plaisir, manque ou conséquences 



Pour commencer ce diaporama dans une chronologie,
je viens d'apprendre que j'entre en sevrage demain. Enfin, sevré je le suis déjà, mais pas dans ma tête. Je pars donc en service addicto de l'HP, à Cam de Pratt à Bayonne.
C'est un service humain que je connais, bien, j'y ai rencontré tous mes copains...Et j'en ai gardé qu'un, celui qui ne m'a ni volé ni trahi.
Je vous montre quelque chose qui m'énerve : une pub pour l'alcool dans l'abri-bus, devant l'HP,...alors que 90% des patients qui sortent sont alcooliques et qu'il y a un bar juste en face...
/forum/uploads/images/1592/20191125_183159.jpg

Et encore ce n'est pas la pub spéciale craving pour la 1664, qui par les 30 degrés qu'il va faire et qu'il fait quasi déjà, là aujourd'hui, forme un piège bien pensé (oui c'est calculé, pour faire soit rechuter les clients réguliers, soit capter la clientèle 'vierge' qui n'a pas encore choisi sa drogue, son alcool de privilège.

Et encore s'il n'y avait que ça, mais je reçois entre deux et six SMS de dealers par jours, de cocaïne, uniquement, ou shit mais en plus...
/forum/uploads/images/1592/20191022_195806.jpg

Voilà la qualité (dangereux ne pas trop doser pour une IV que j'ai à disposition en Espagne ou de ce côté-ci de la frontière, au pays basque, livré. Les prix sont de 50 à Bilbao à entre 60 et 80e, en livraison, ou en Espagne, la photo est de la 80% que j'achetais pour 70e le g.
J'ai fait l'erreur souvent, vu le voyage (20 min de train et je reviens en Taxi pour 60e) de prendre 5 grammes, sauf que, après un demi je suis déjà incapable de m'injecter correctement, mieux vaut en prendre un seul, et se préparer quatre pompes, en espaçant les prises sinon c'est la charcuterie.
/forum/uploads/images/1592/20191003_184305-2.jpg

Le dernier sms reçu?
Nouvel arrivage de patate, nouveaux livreurs dans 24h préparez-vous, passez commande!
Entre autre la réouverture de la frontière espagnole, me donne accès à des clopes pas cher, et à de la coke, pour laquelle j'ai été relancé ainsi que les bons produits cannabiques des coffee comme aux Canaris, ou là où j'achetais mon herbe bio, juste à côté des tabacs, à la frontera, Irun.
/forum/uploads/images/1592/20191021_1249390-1.jpg

Mais dos au mur je n'ai même pas de quoi acheter quoi ce soit, même du tabac, car une fois ou deux, j'ai exagéré, et n'ayant plus les moyens de consommer quoi que ce soit, il faudra, j'ai fait une demande, que je parte, après le sevrage ou plutôt sa 'maintenance', et vous verrez les photos de moi après et comprendrez mieux (c'est à dire rien sauf que, que ce soit à cause des traitements ou des produits, c'est les comportements ou prescriptions pas forcément adaptés ou bien utilisés qui sont dangereux, attention Al, ce sera gore).

En attendant une galerie de produits du "terroir" que l'on trouve près d'ici, je vis à Biarritz (où se déroulent chaque année sauf celle-ci, je crois, les journées internationales de l'addiction, j'ai fait tout un billet dessus, c'est intéressant mais je ne l'ai toujours pas posté! Plus tard).
/forum/uploads/images/1592/capture-decran-258.png

Là c'est le pic du midi, la vue de la postcure où j'ai demandé à aller, en plein dans les Pires hainés, je sais jamais l'écrire,  enfin non pardon c'est un monticule de cocaïne.

Dans cette (post)cure qui est en pleine montagne, où l'on a tout un espace dédié à la kiné (sport) avec pas de cloture, on est complètement isolé, mais, paradoxalement j'y vais parce que c'est ma solitude qui me rend fragile, et que là-bas, je ne serai pas seul.
Là-bas, à Bannières, il y a d'autres personnes, des humains, soignants et patients, et oui je ne connais plus qu'eux, mais on y mange comme des rois, et on reprend du poids, et des globules rouges.
Ce qui est très important pour moi, qui suis amaigri, et  souvent en carence de fer, anémie, de globules rouge.
Saviez-vous que la coke injectée à dose massive, provoque un sevrage physique à l'arrêt, et justement de l'anémie, et qu'on donne de la méthadone au crackés et même injecteurs de C pour les stabiliser (sinon il n'y a que du genre de smecta orange qui a un effet sur les craving, la coke, ou plutôt l'addiction à la coke est la pire, elle détruit ta vie, j'ai tout perdu ce que j'avais réussi à reconstruire, ou à construire tout court après les années Héroïne, ou même speed-ball. Mais quand j'ai commencé à chercher le flash sans même ajouter d'héro (blanche) à ma coco, ce fut un désastre...
Alors un peu de porn food et de feel gooood avant la boucherie (je vous préviens) :
/forum/uploads/images/1592/capture-decran-283.png

Pour le fer, je rêve de manger ce genre de choses, mais en attendant ce sera la misère, sans goût d'un hôpital sans sous. C'est-à dire même pas une clope ou un peu de chocolat, cela aide bien, quand on se passe de tout, d'avoir quelque chose, même ça.
Porn food:
/forum/uploads/images/1592/capture-decran-280.png

/forum/uploads/images/1592/capture-decran-282.png

/forum/uploads/images/1592/20191023_173031.jpg

La dernière photo présente le sang du christ ou le verre du Kiddoush qu'on partage rituellement en famille chez les Juifs le Shabbat, et chez les Français en tout cas chez moi, tous les soirs, et midi, c'était.
Tueur numéro un avec la clope, il n'en reste pas moins un excellent produit dont je plains ceux qui n'en apprécient que l'effet sans le goût ou pire, qui ne connaissent pas...
Mais bon il y a aussi le cannabis, qui n'est pas une drogue douce, il n'y a pas de drogue douce, il y a des substances plus ou moins addictives, et l'on peut être addict à des comportements sans substance, le pire bien sur reste d'être addict à une substance qui comme la coke, non seulement change ta personnalité pas pour le meilleur après une certaine heure, ou plutôt dose, la coke chez les personnes prédisposés fait passer l'héroïne pour ce qu'elle est pour la majorité, un médicament, ou du moins une substance à dépendance et accoutumance mais sans troubles directement associés.
vous pouvez en consommer toute votre vie, comme la méthadone, plaisir en plus (d'où la forte tendance des substitués sous TSO à se trourner vers l'IV de C ou la conso d'alcool, qui fait baisser le taux de métha). Personnellement je prend 160mg, demie vie 2heures seulement! Et comme il n'y a pas de 'satisfaction' c'est une drogue triste, et en plus ça me speede, je prend des benzo, Valium 2X10 et Tranxène, plus téralène pour dormir, si je n'ai pas de cannabis.
Sans le valium je passe par un syndrome de sevrage, je deviens speed et ne dors plus, avec un seul joint (ou deux) par jour tout rentre dans l'ordre, plus de somnifère, et division des benzos par deux, qui évitent chez moi, les crises d'épilepsie, je ne suis pas épileptique et les crises ont eu lieu à bonne distance des conso, mais aussi en OD de C avec pire, arrêt du coeur en suite.

Donc le shit et la beuh, pour mon médecin sont préférables à l'alcoolisation qui fait baisser la garde pour la Coke, qui en trait ne me fait guère d'effet, donc c'est tout de suite l'IV puis la charcuterie....Vous verrez mes bras en dessous.
Mais encore quelques images des Canaris et d'ici au pays basque où l'herbe est plus verte qu'ailleurs :
/forum/uploads/images/1592/capture-decran-286.png

/forum/uploads/images/1592/capture-decran-256.png

WAX huile ou rosine comme on dit ici.
/forum/uploads/images/1592/capture-decran-275.png

Ice O lator (j'ai fait un billet sur les coffee de Tenerife, 100 fois mieux qu'à Amsterdam, là-bas on se rencontre, on danse on joue au pool, écoute du Hip Hop anglais style Dave et Fredo...
Ecoutez sur youtube
F U N K Y     FRIDAY


J'ai oublié quelque chose qui fasse envie, oui les voitures et les femmes, mais c'est déjà assez beauf comme ça, je reviens à mon sujet.
/forum/uploads/images/1592/capture-decran-270.png

Le DXM est légal en Espagne, là c'est du sirop je déconseille, il faut prendre des tablettes, la boite (de 20 je crois) pour un pallier 1 et deux pour un trip plus aventureux, mais là il vaut mieux rester cool chez soi, où comme je l'ai fait sur une île, la Gomera, en face de Tenerife, sauvage, j'ai vu (en vrai, pas d'hallu..) des dauphins sur le ferry, un bon voyage depuis je n'ai eu que des problèmes de drogue et surtout d'argent....et de santé.

Attention chacun est différent et ce que je prend divisé par dix pourrait tué une autre personne.

J'insiste sur le fait, que ces produits ne sont pas mauvais, même le vin et la bière, le rhum et le pastis, qui sont les pires avec la cigarette, ne sont pas en eux mêmes si terribles, si l'usage est maîtrisé (ce qui n'est pas courant pour la clope qui a tout pour rendre accro, c'est fait exprès).
Par exemple bien que tombé dedans dès in utero et la nourrice, et alcoolo durant dix ans, ou plus (quand j'ai commencé à compter pour diminuer, mon but n'a jamais été, pour l'alcool, l'abstinence, au contraire, je voulais pouvoir continuer à boire, en ayant le choix.
Donc aujourd'hui je bois par exemple une bière et rein derrière ou alors un joint.
Voilà, c'est le mésusage, la perte de contrôle, l'addiction en somme, qui ont fait des dégâts.

Je parlais de drogue et d'argent, mais même ça c'est rien comparé aux problèmes de santé.
Tout à commencé par ça :
/forum/uploads/images/1592/capture-decran-268.png

Ce sont des bulles, qui sont dues au Lamictal, on m'a fait arrêté ce produit car c'est typiquement un de ses très nombreux, je les ai tous eu, perte de vision, tremblement et besoin d'uriner sans pouvoir le faire, j'ai du aller me faire aspirer le enfin vous voyez la vessie par le trou sur le zizi, et là au bout de trois jour sans j'ai réussi juste avant qu'ils mettent la sonde...Quant à l'autre côté c'était une fois pour 5 à 10 jours, à la fin t'es enceint...
Depuis l'arrêt du Lithium qui causait ces derniers effets cela va mieux, et je n'ai plus de bulles. M'enfin ça a viré à ça :
/forum/uploads/images/1592/capture-decran-269.png

Puis, et cela n'est pas aux endroits ou j'injectais (mais pour certaines autres fois, où j'ai eu des thromboses, phlébites et infection avec des mèches et des injections quotidiennes d'anti-biotiques dans la peau du ventre, en hospitalisation (mais là oui c'était du aux IV) ou, à la maison avec des causes multiples et surtout vous allez voir les images, (je ne vous montre pas le pire) des manifestations cutanés soit très douloureuses, soit infectées et sans douleurs, près d'un point d'injection ou fort éloigné.
/forum/uploads/images/1592/capture-decran-274.png

Là c'est moi, en plein covid, dans un service d'urgence vide, où la dermato a conclu bien rapidement à une cause toxicomanique (alors que non, je n'ai rien injecté à cet endroit ni à cette période).
Le pire c'est que je souris, pour la photo, parce que je l'envoie à une amie, mais j'ai super mal, on vient de me curer sur 3 cm de profondeur, quand on a incisé ça piquait les yeux comme de l'acide...
Et j'ai été impressionné mais satisfait qu'enfin quelque chose soit fait (je venais de quitter mon atèle après m'être fait une fracture du radius...), de voir tout le pus et le sang qui sortait quand on appuyait.
Confinement ou pas, je vis comme ça depuis le mois d'aout, par contre l'arrêt du traitement de fond a été l'arrêt des anifestations qui justifiait ce traitement, je sroyais que j'étais bi-polaire, parce que en effet, avec les traitement du dépakote au zyprexa ou autres lithium et surtout ceux qui me font l'effet inverse et qu'on m'a obligé à prendre (contre la charte du patient, ils n'ont pas le droit, mais utilisent leur droit de refuser de te soigner si tu ne prend pas leur traitement, parfois pire que le mal, comme le Xéroquel, j'ai pas pu arrêter de bouger pendant une semaine, et personne ne me croyait alors que j'était confiné dans ma chambre à l'hôpital, en fait on m'a dit que je n'en prenais pas assez!
Non! Chacun est différent, et j'ai plus souffert en sevrage de l'effet du tercian qui donne une agitation intérieure, avec l'impression (qui est réelle, impossible d'attraper mon tel à dix centimètres de mes doigts) et ses impatiences, le pire, la camisole chimique, je souffrais le martyre mais je ne pouvais ni bouger ni ouvrir la bouche alors qu'un seconde paraîssait une semaine.
Voilà chacun est différent et il m'a fallu plus de 20 ans pour savoir que je réagis mal, à l'inverse de l'effet recherché, aux neuroleptiques (tous) et aux antipsychotiques (pareil) sauf que cela n'existe pas! Plutôt que de me croire on préfère lire le dalloz et me dire que c'est moi, pas le médicament, pourtant sans, je n'avais ni impatience ni tremblement, et je pouvais travailler.
Un mal pour un bien, j'étais cuisinier, et j'ai du me mettre à l'AH alloc handicapé, à cause des gestes que je ne pouvais plus faire et des 96 passages aux toilettes...Entre autres (soif insatiable, constipation etc....angoisses comme jamais connues, envies suicidaires, inconnues jusqu'alors...).
Maintenant j'ai compris, pas de nouveau traitement ou de cette famille, de médicaments qu'on utilise en psychiatrie, malheureusement, à Epinay, aux Platanes, les benzos pourtant efficaces, mais 'addictifs' je crois que quand on souffre autant, qu'on va d'OD en clpchardisation de divorce en sdf, et 20 ans sous métha, ce qu'on cherche n'est plus à se libérer d'une dépendance mais de survivre, or, c'est 16 attarax qui m'on été prescrit par jour!
Résultat, je ne voyais plus sur les côtés, par contre l'angoisse prenait des proportions insupportables et inédites.
Les antidépresseurs non plus, j'en ai essayé un paquet n'ont jamais eu aucun effet. Le dépakote m'a rendu vide, au point que j'ai dit à mon épouse que je ne ressentais rien pour elle, que je ne l'aimais plus! Alors que c'était artificiel, je m'en suis rendu compte en stoppant, dans le dos, ou plutôt en mettant le docteur devant le fait accompli. Mais entre temps il restait une seule émotion avec et liée à l'angoisse, la peur....
Pour la photo de moi à l'höpital après qu'on est fait de mes deux tumeurs (grosseurs), deux ulcères (creux), les mots font peur pour rien, ce qui est grave c'est que je doive me battre chaque fois pour qu'on respecte mes droits de patient, et que je puisse refuser les traitements que j'ai mis des années (et dont certains ont contribué à me faire rechuter, comme le fait de me passer de 60mg de métha à 20 alors que je ne prenais plus d'héroïne depuis 10 ans, là j'étais en manque tous les matins, et tous les soirs, avec en plus éjaculations précoces, et bien entendu rechute, juste pour saturer les récepteurs, et la coke pour me sentir vivant à l'intérieur (ça ne marche pas mais tout plutôt que le trop plein de vide, tous les addicts connaissent ça, on a besoin du besoin et du soulagement, dans mon cas c'est un ersatz affectif, un doudou chimique, un remède solitaire abandonnique).
Oui je disais que ceux qui pouvaient se demander à quoi je ressemblais, voient sur la photo, mais pas du tout à mon meilleur! J'ai vraiment souffert et on m'a
donné ....du tramadol!
Autant ne rien prendre j'ai calculé qu'il en aurait fallu 60...boites.

Par contre la morphine (que je n'aime pas du tout en récréatif),
en IV à 60mg m'a soulagé, sans enlever tout à fait la douleur, ça la rend supportable,  tout cela est connu depuis longtemps mais on rechigne à le faire appliquer, il faut des doses élevées, d'un opiacé différent, destiné aux personnes souffrantes, en plus d'hyperalgie et de pathologie qui induisent une douleur très difficile à diminuer, il ne faut pas hésiter, dans mon cas, rien ne m'a jamais soulagé dans les prescriptions, timides, des médecins bienveillants mais un peu trop flippés par leur responsabilité, et puis ce n'est pas le doc qui douille, c'est toi, et tu es toujours suspect, de quoi? De vouloir te sentir bien?
La belle affaire.
Non mais là je parle de personnes comme moi quiont pris leur premier rail de brown en 1992, et sont sous TSO depuis 2001..
L'odyssée de l'espèce de connard, pourquoi j'ai eu besoin de ça....

Sauf à retourner dans la rue acheter du skénan, ou de l'héroïne, la dernière en antalgique ne procurant pas de plaisir.

Car il y a deux phénomènes :
Celui qui ne te crois pas, mythomane toxicomane, et qui s'y connait moins que toi (normal avec le temps on est spécialiste),
celui du praticien qui a peur de faire faire une OD ou plutôt dépression respiratoire, en fait, sur moi, il y a très peu de risque, mais on me laisse douiller et il y a donc ce risque de perte de confiance dans les soignants, si en plus comme moi, on ne se sent déjà pas entendus, j'ai tout fait pour alerter avant les problèmes, je vois le mur arriver...mais personne ne veut prendre la responsabilité de me soulager au risque de quoi, au pire? OD, suicide, ou arrêt de suivi?
De la nalaxone non? Bouchara commence à s'intéresser à tout ça, les addictologues se voient proposer des formations pour soulager les substitués.
Et ça m'étonnerais vraiment que je fasse une OD, plutôt un suicide du à la douleur insupportable!
Et une rechute si j'arrive à m'auto-médiquer, c'est pourquoi tous ceux qui ont travaillé sur la douleur concernant les patients sous TSO recommande de s'adapter au patient, et mettent le doigt à la fois sur le risque de dépression respiratoire (surtout que mon coeur bat lentement, comme un sportif donc on me réveillait tous les quarts d'heure pour  prendre mon pouls qui ne devait pas passer sous les 35, en général au repos je suis à 45, ce qui est super, mais de cet atout, on flippe, et ça en devient, comme l'intelligence émotionnelle, un atout qui tourne à mon désavantage!) et sur le risque de perdre le contact ou la vie du patient qui va trouver plus raisonnable de se jeter ou de se pendre que de souffrir une minute de plus de la sorte (si vous ne comprenez pas c'est que vous n'avez pas eu mal, par exemple des coups de poings cela ne fait pas très mal, une rage de dent oui...et puis cela dépend de chacun, je ne suis pas douillet).

Les photos qui suivent sont des manifestations cutanées qui ne sont pas liées (à part les anciennes traces blanches, qui sont des cicatrices dues à des shoots, remontant parfois à il y a 17 ans!). J'ai vraiment peur d'avoir mal et que personne ne puisse me soulager, je vivrais à Paris, j'irai à Chateau rouge me faire une provision de skénan pour le cas où. Ou je finirai par acheter sur internet un truc fort à but anti douleur, morphine (puisque je n'aime pas ça) ou fentanyl (parfois le risque de partir est moins grave que celui de rester souffrir enfermé dans son corps sans pouvoir le dire, je sais de quoi je parle et pas qu'un peu, mes parents sont morts sans être soulagé, l'un d'une embolie, après une phlébite, ce qui pourrait m'arriver, on étouffe, et ça prend du temps, abéger, vous n'y pensez pas...

Le tabou du plaisir est mal placé mais bien là dans cette discussion, soulager la douleur est déjà une lutte, que souvent on ne peut plus mener une fois concerné, et cerné par des cons.
C'est ma souffrance, c'est mon corps, c'est mon calvaire, et je n'ai aucune envie de jouer Jésus Christ ni de reborn, ou quoique ce soit de rédempteur, j'ai un déficit du à mon histoire, d'endorphine, et de dopamine, et même de sérotonine, on le sait maintenant que le psychologique est fait de matière, et surtout de connections. De gainage des nerfs, de cette substance qui prend tant de place dans notre cerveau, et si bonne quand on mange une cervelle d'agneau et dont on ne sait que peu...Les médecins doivent recommencer à apprendre de leurs patients, et pas plaquer un cas sur tous parce que le plus grand nombre n'y réagit pas mal, de toute façon le monitoring est 'on sat mieux que lui comment il va".Je le sais très bien.
Alors le plaisir que pourrait donner un médicament à action immédiate comme pour la dépression la kétamine (je n'aime pas ça, ne vous méprenez pas, même si je milite pour le droit au plaisir là je suis dans la survie ou la diminution de la douleur, ce serait déjà super...on vise pas bien haut, malgré les études, les pompes à morphines, qui consomment moins car utilisées par le patient au début de la douleur, qui une fois installée est très dure à faire baisser.
Bon j'arrête sur ce sujet, j'en avais fait un billet. Et je passe aux dernières photos, celles des manifestations surprenantes certaines ressemblant à des infections de point d'injection (sans en être) d'autre à des piques de moustiques.
/forum/uploads/images/1592/capture-decran-285.png

Là c'est rien.
/forum/uploads/images/1592/capture-decran-279.png

Mais quand il y en a partout...
/forum/uploads/images/1592/capture-decran-277.png

C'est pas pour montrer mes fesses, il y a mieux, j'en ai dix fois plus depuis, de boutons pas de fesses.
[url=https://www.psychoactif.org/forum/image-reelle.php?code=1592/capture-decran-276.png]
/forum/uploads/images/1592/capture-decran-276.png
[/url]
Et c'est infecté, de l'intérieur, aucune aiguille n'est passée là. Sauf celle de l'échographiste qui n'avait jamais vu ça, et qui m'a fait un prélèvement, pas de cellules cancéreuses. Mais personne ne sait ce que cela peut être.
/forum/uploads/images/1592/capture-decran-265.png

/forum/uploads/images/1592/capture-decran-266.png

C'est pas dingue de se transpercer la peau des milliers de fois, pour finir par souffrir par là, mais sans avoir shooté, cette fois? Le karma?
Non il y a quelque chose. Pour l'heure ça gratte mais j'ai pas mal. Et on oublie vite les douleurs passées, c'est pourquoi je ne voudrais pas attendre d'être un samedi soir à 23h la prochaine fois que j'ai une tumeur qui aparait et qui me lance comme Amstrong à s'écraser les testicules ou hurler à la lune. C'est sur qu'il y a des douleurs qui sont tellement dures que je comprends qu'on se jette par la fenêtre.
Allez pour finir une dernière photo de votre héros qui souffre et sourit, pas pour être poli, mais parce qu'enfin, on s'occupe de lui...même si c'est douloureux on me soignait...et me jugeait...toxicomane, tu n'as que ce que tu mérites!
ça m'irrite!
J'ai beau être matinal...j'ai mal. Pourtant, en tant que cuisinier j'ai le cuir épais...
/forum/uploads/images/1592/capture-decran-2741.png

Allez la souffrance on flushe, on sevre, on poste et demain on cure, et je reviens, à la dure dans quelques semaines avec les idées claires et surtout des projets en avancement, et ce qui me sauvera ce seront les liens, car dans la vie, c'est ce qui compte, même pas les gens, mais les relations, comme les synapses, ou les cellules, ce qui compte c'est le réseau, la stimulation, la réponse...
/forum/uploads/images/1592/capture-decran-272.png

Mais quand je vais revenir dans mon HLM face à l'océan, sans personne avec qui partager les couchers de soleils sauf ma chatte hystérique en chaleur 24/7 (un animal, Gatou), ça va être dur de mettre cette dernière photo dans la précédente, et la seule chose qui marche pour ça, c'est d'avoir mieux à faire, comme passer une heure à écrire ce billet par exemple.
/forum/uploads/images/1592/capture-decran-247.png

Allez, courage mon gars, c'est pas la première fois, que tu repars de zéro et puis t'es encore presque jeune...
Souhaitez moi bon courage!

Catégorie : Photos-Dessins - 23 juin 2020 à  14:44

#infections #injection #problèmes cutanés #produits #usage

Reputation de ce commentaire
 
Pfiou.. Oui, et bien bon courage, je te souhaite du meilleur par la suite. MR
 
Force et courage à toi Ismael :) - MM



Commentaires
#1 Posté par : ismael77 23 juin 2020 à  22:15

ismael77 a écrit

Pfiou.. Oui, et bien bon courage, je te souhaite du meilleur par la suite. MR

merci ça va être dur! mais bon pas le choix !


Posté par : ismael77 | 23 juin 2020 à  22:15

 
#2 Posté par : Boskoo 23 juin 2020 à  23:51
Salut Ismael77

Je peux que te souhaiter plein de bonne chose pour la suite et un putain de courage

Peace a toi

Boskoo

Posté par : Boskoo | 23 juin 2020 à  23:51

 
#3 Posté par : ALPRAZOLAMAN 07 juillet 2020 à  16:10
Merci pour ton post, j'ai une pensée pour toi. Donne des nouvelles quand tu auras envie,la motive et toutiquanti.

Posté par : ALPRAZOLAMAN | 07 juillet 2020 à  16:10

 
#4 Posté par : lxsdv 08 juillet 2020 à  02:01
Courage ismael. Incroyable ces medecins qui nient l'akathisie induite par les neuroleptiques.

Posté par : lxsdv | 08 juillet 2020 à  02:01

 
#5 Posté par : blastfunk 08 juillet 2020 à  03:51
Hello,

Veille bien sur toi Ismael, tout ça c'est pas facile.
Bon courage pour la suite.

Blast.

Posté par : blastfunk | 08 juillet 2020 à  03:51

Remonter

Pied de page des forums