TDAH => Cannabis => Syndrome Cannabinoïde => Méthylphénidate / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Viko » 

TDAH => Cannabis => Syndrome Cannabinoïde => Méthylphénidate 



A la veille de mes 30 ans j'ai arrêté de fumer du cannabis, consommateur chronique et abusif depuis environ 15 ans, j'ai depuis plus de 10 ans un syndrome cannabinoïde.

Je fumais pour le plaisir, mais aussi et surtout sur la fin pour gérer mon hyperactivité et mes douleurs chroniques, pour pouvoir fonctionner normalement.
J'ai fait d'innombrable crise liés au syndrome cannabinoïde, parfois suivies d'hospitalisation ces 10 dernières années.

Durant la période la plus difficile je faisait une crise de 3 à 5 jours par mois, lorsque cela durait 5 jours je finissais à l’hôpital pour être réhydraté. Sur les 10 dernières années j'ai du en faire en moyenne une tout les deux mois.

Mon SC n'a été diagnostiqué qu'en 2016, période à laquelle j'ai fait l'effort de modérer davantage mes consommations, les crises était alors moins fréquente et intense, mais cette modération était extrêmement compliquée à suivre.
J'ai arrêté deux fois l'année 2018, une fois un mois, une fois deux mois. Je compensais ces arrêts par une activité physique intense, et j'ai fini par me blesser, j'ai faits trois déchirures musculaires sur cette période.
Ces arrêts ont repoussés un peu mon SC et baisser ma tolérance, mais je retournais rapidement à des niveaux de consommation où les crises étaient présentes; moins violentes et intenses mais toujours présentes.

A cette période je suis dans une phase de ma vie où il m'est insupportable d'accepter de continuer à fonctionner en faisant des crises qui m'handicapent et me mettent hors de la vie pendant quelques jours régulièrement, en plus de taper fortement sur mon physique. Ça fait perdre un paquet de point de vie à la longue de passer des journées à vomir une dizaine de fois par heures...

Je ré arrête le cannabis mi juillet 2019 avec une grosse volontée,  je compense avec le sport à nouveau mais avec une forte vigilance quant aux blessures, sur une pratique un peu plus modérée.
Au début ça va ça le fait gros sevrage 1 mois de terreur nocturne et de transpiration nocturne intense. Le mois suivant je me sens plutôt bien même si je suis assez déprimé, le craving de conso est beaucoup moins présent que lors de mes arrêts précédents mais je me sens très agités, je dors peu, peu importe je tiens.

L'été passe puis à partir de septembre malgré une activité sportive importante, l'hyperactivité prend le dessus, je suis clairement en mode bigorexie, si je vais pas au sport je me sens mal, je nourris mon hyperactivité en me sur-investissant un maximum au boulot, à la maison, au sport.

Mais cela ne suffit plus, courant octobre j'ai énormément d'impatience, de plus en plus de difficulté de concentration, des pensées invasives, sur la brèche en permanence, le vélo dans ma tête ne s'arrête jamais je dors 3 / 4 h  par nuit d'un sommeil peu réparateur. C'est l'enfer je sens que je commence à vriller, j'ai l'impression d'avoir des moments maniaque, j'arrive pas a me pause ou à m'arrêter de m'occuper, mes pensées sont de plus en plus invasives, toujours à penser à plusieurs choses à la fois.

Le seul moyens de continuer à bosser et de faire plusieurs tâches en même temps pour me canaliser, j'ai du mal à assister à des réunions, à tenir certaines conversation, pour moi tout va trop lentement, je me sens de plus en plus inadapté socialement.

Je décide de me faire aider, je vais voir un addicto : confirmation du TDAH, prescription :
- Concerta LP 36mg chaque matin
- Théralène 5 mg aux besoins, pas tout les soirs pour ne pas rentrer dans un délire ON / OFF avec les médocs.

/forum/uploads/images/1572/traitement.jpg


Je galère a me faire délivrer mon traitement, j'ai fait 5 pharmacie, me suis fait traiter comme de la merde et n'ai pas eu une seule réponse similaire de la part des différentes que j'ai visité, j'ai du passer qq coup de fils mais c'est bon j'ai fini par avoir mon traitement hier en fin de journée.

J'ai démarrer ce matin je ressent le besoin de démarrer un journal pour pouvoir faire le point sur ce que ça change chez moi et comment ça le fait ou non au jour le jour. Mieux que le garder pour moi il me parait intéressant de le partager ici, si cela peut être intéressant pour d'autres.

Voici mon journal de bord, je le mettrais à jours au quotidien

J1 : 31/10/2019

T + 30MN : 8h30 légère anxiété / mais le petit vélo dans ma tête se calme. Mes pensées sont moins envahissantes, j'arrive plus facilement à en faire abstraction et à me concentrer sur celles que j'ai pas envie de traiter.

T+1H : 9H légère sécheresse buccal, sensation de bien être, facilité de concentration, pas de pensée invasive. Productivité ++. Sensation de calme et d'apaisement. La légère anxiété est passée. Probablement liée à la montée ou à l'appréhension des effets.

NB: aucune envie de café ni de nicotine

T+2H : 10H Agréable de ne pas se sentir agressé par ses pensées. Bonne capacité de concentration et de travail. Facilité à s'organiser.
Body load très léger, sensation de légèreté et de bien être, de tranquillité calme mais fonctionnel.

T+3H30 : 11H30 calme et reposé comme ça ne m'étais pas arrivé depuis vraiment longtemps. Bien bossé ce matin sans avoir à fournir d'effort supplémentaire ou à jouer des tours à mon cerveau pour pouvoir me concentrer. Je me sens beaucoup moins anxieux et stresser qu'habituellement bien que la journée s'annonce longue et chargée.

T+4h : 12h j'ai faim, je m'attendais à avoir un effet plus anorexigene que ça mais non. Tant mieux.

T+5h : 13h repas bien passé.

T+10h : 18h séance tattoo trkl bien calme, moment agréable bien que beaucoup de temps dans la même position à attendre.

T+11h : petit coup de barre, petite collation, ça va mieux.

T+12h : 20h oklm

T+13h : 21h point de rdv au boulot, c'est partie pour 12h d'intervention en milieux festif, gestions des réassurances et du dispositif d'analyse principalement sur toute la soirée.

T+16h : Minuit : Pas vraiment senti de descente ou autres, tellement c'est le rush sur la soirée, les gens affluent sur le stand, quelques réassurances. L'adrénaline de l'action en urgence doit prendre le dessus. Pause manger : ca va appétit normal.

T+20h : 4h du mat, vraiment peu d'envie de conso pour une soirée de ce type je reste fonctionnel, pas d'envie d'alcool ou autres, d'habitudes je bois quelques bières sur les longues interventions de ce type.

T+22h : 6h du mat, La soirée commence à se vider et l'activité à diminuer, avec la diminution de l'affluence sur le stand, je commence à fatigué. Adrénaline en down.

T+24h : 8h du mat, retour au local, ça va je me sens en forme, le remballage du retour m'a redonné de l’énergie.

J2 : 01/11/2019

T+25h : 9h du mat, retour maison ptit stick de CBD, je m'effondre dans mon lit vers 10h et dors jusqu'à 13H.

T+30h: 14h, je décide de ne pas prendre de concerta, vu que j'ai dormis 3h et qu'il est l'après midi, ça me parait plus judicieux pour ne pas me décaler, histoire de pouvoir me coucher tôt ce soir.

T+35h : 19h
L'après midi se passe plus difficilement je mouline et tourne en boucle, c'était mieux hier avec le traitement, mais bon je pense que j'ai bien fait de ne pas le prendre aujourd'hui, avec les 26h d'éveil et d'activité de la veille ça m'aurait fait trop tirer. Peut être faudrait t'il que je songe à avoir un dosage ou une libération différente pour les jours où je fais ma journée puis enchaîne sur le boulot de nuit. J'en toucherais un mot à l'addicto.
Je prévois de me coucher tôt ce soir et reprendrai mon traitement vers 8h demain matin.

Catégorie : Tranche de vie - 31 octobre 2019 à  10:04

#cannabis #concerta #hyperactivité #Syndrome cannabinoide #TDAH



Commentaires
#1 Posté par : Heashka 31 octobre 2019 à  13:32
Je fais pareille sous MPH j'écris dans un carnet ça fait du bien et ça te recale temporellement sinon sur l'ordinateur sans t'en rendre compte tes pensées se désorganisent et tu sais plus laquelle dire avant la suivante.

Soit prudent avec ta posologie si tu l'as trouvé c'est super mais trop bas OU trop haut en terme de dosage et tu auras ce petit malaise casse couille.

Après 5 ans, je me dit qu'au moins je te l'aurais dit mais le "petit malaise" type angoisse limite phobie sociale, ça s'accentue de ouf jusqu'à devenir vraiment une période genre combat à mort dans un colisée avec angoisse et misère du monde sur tes épaules. Mais ça dure pas longtemps genre 2h max.

Tant que tu le peux avec ton système nerveux évite l'autre médicament qu'il t'a filé. Le plus longtemps possible c'est vraiment un conseil d'ami.
Si tu es traité pendant plusieurs années tu finiras par prendre ton calmant le soir de toute manière avec la violence de la descente mais c'est un truc vraiment fourbe que de passer soudainement à un pilulier chaque matin.

Enfin bref quoique tu fasses je te souffle un peu de force !

Posté par : Heashka | 31 octobre 2019 à  13:32

 
#2 Posté par : Viko 01 novembre 2019 à  19:48

Heashka a écrit

Je fais pareille sous MPH j'écris dans un carnet ça fait du bien et ça te recale temporellement sinon sur l'ordinateur sans t'en rendre compte tes pensées se désorganisent et tu sais plus laquelle dire avant la suivante.

Soit prudent avec ta posologie si tu l'as trouvé c'est super mais trop bas OU trop haut en terme de dosage et tu auras ce petit malaise casse couille.

Après 5 ans, je me dit qu'au moins je te l'aurais dit mais le "petit malaise" type angoisse limite phobie sociale, ça s'accentue de ouf jusqu'à devenir vraiment une période genre combat à mort dans un colisée avec angoisse et misère du monde sur tes épaules. Mais ça dure pas longtemps genre 2h max.

Tant que tu le peux avec ton système nerveux évite l'autre médicament qu'il t'a filé. Le plus longtemps possible c'est vraiment un conseil d'ami.
Si tu es traité pendant plusieurs années tu finiras par prendre ton calmant le soir de toute manière avec la violence de la descente mais c'est un truc vraiment fourbe que de passer soudainement à un pilulier chaque matin.

Enfin bref quoique tu fasses je te souffle un peu de force !

Merci pour tes retours et tes conseils, effectivement je compte éviter au max le théralène pour le moment sauf si je me sens vraiment agité au moment du couché et que je galère à fond pendant un moment.

Je ne suis pas sur de pouvoir dire que j'ai trouvé ma posologie même si cela m'a convenu, ce n'était pas vraiment une journée type. Je n'ai pas spécialement senti de descente, juste un petit coup de mou en début de soirée qu'est passé en mangeant un peu.

Je verrais demain sur une journée plus standard comment ça se passe en fin de journée niveau "descente" et sommeil.

Je verrais comment je réagis à la longue, mais je me doute bien que ce qui parait assez libérateur au premier jour de traitement sera surement plus compliqué à gérer par la suite, et que les effets secondaires auront plutôt tendance à s'accentuer.

Sommes nous condamnés à des switchs réguliers ?


Posté par : Viko | 01 novembre 2019 à  19:48

 
#3 Posté par : Marla Singer 01 novembre 2019 à  22:03
Un rappel au passage :
Les spécialistes préconisent désormais de prendre sa ritaline (ou autre methylph) QUAND C NÉCESSAIRE : qd on doit se concentrer, un planning rempli, besoin detre focus et organisé.
Mais les jours «off», où on reste à buller à la maison, c'est conseillé de pas le prendre.

La régularité des prise n'est plus un facteur de «reussite» donc.
Il semble qu'on pousse le patient à autogérer son traitement, a évaluer ses besoins...
Donc avant de prendre le concerta le matin, bien se questionner : la prise a un objectif précis? Ou c'est pour mon «kiff» / mieux etre perso? Ou par habitude?
Quels bienfaits je vais en tirer? Quels pts négatifs?....

Bon cette nouvelle approche niveau traitement TDAH c'est plutôt récent, voir mm confidentiel pr certains généralistes par ex...
Donc avant de prendre ce traitement «qd nécessaire» informez bien votre médecin.
On sait jamais, et puis chaque cas, chaque ordo est differente.

Mais dans les colloques sur le methylphenidate et les TDAH, les spécialistes recommandent une prise reflechie et non systématique : adaptée au besoins et au quotidien de la personne.
Bon la ritaline chez l'adulte c'est pas très vieux ici, on était hyper frileux... (par contre innonder des gosses de primaire avc des cachetons type amphétaminiques, sans bien savoir si il est vraiment TDAH, ça affolait pas des masse...,)
Mais les neuros et spécialistes qui peuvent prescrire on vraiment avancé sur le sujet en 10ans...

Posté par : Marla Singer | 01 novembre 2019 à  22:03

 
#4 Posté par : prescripteur 02 novembre 2019 à  08:00

Les spécialistes préconisent désormais de prendre sa ritaline (ou autre methylph) QUAND C NÉCESSAIRE : qd on doit se concentrer, un planning rempli, besoin detre focus et organisé.
Mais les jours «off», où on reste à buller à la maison, c'est conseillé de pas le prendre.

Intéressant !!  Sais tu s'il y a des écrits qui précisent cet avis assez novateur.
Je vais chercher de mon côté.
J'ai deja trouvé ce site vraiment bien fait.

http://tdah-adulte.org/

Ils notent en effet l'utilisation intermittente mais avec entre parenthèses la mention (chez l'adulte)

J'ai cherché mais pas vraiment trouvé. Par contre j'ai trouvé mention de modifications sur le transport de la Dopamine (qui est décrit avec tous les stimulants au long cours y compris la coke) qui diminue l'effet du produit.

https://journals.plos.org/plosone/artic … ne.0063023

L'utilisation intermittente me parait donc faire sens.
Il serait utile que des équipes ayant cette expérience la publient pour qu'elle soit connue !!
Amicalement


Posté par : prescripteur | 02 novembre 2019 à  08:00

 
#5 Posté par : Viko 02 novembre 2019 à  13:27
Merci pour ces infos, j'en parlerai avec mon addicto voir ce qu'il en pense, mais ça parait effectivement faire sens. Après je me demande si cela peut être un soucis ou pas au niveau prescription vu la galère que c'est; d'être plus dans un truc à la demande qu'en continu. J'entend par là que je ne suis pas sur que cela soit vue d'un bon oeil vu les possibilités de détournement, de revente, de surconsommation etc.
Demain c'est dimanche j'ai un repas de famille ça risque d'être compliquée, donc ça sera mieux avec je pense. Lundi je serais en repos, à voir si je fais péter ma dose ce jours là. Ou si j'attend d'en parler avec mon addicto que je vois mercredi ou jeudi.

En tout cas voici mon journal depuis que j'ai pris mon comprimé de concerta vers 8h30, hier soir j'étais anxieux pour des raisons persos, j'ai prix un xanax avant le couché parce que je galérais malgré la fatigue, me sentant pas mal angoissé.

T+30mn : 9h légère anxiété, j'ai lu sur PA que la prise intermittente était envisageable, j'ai pas mal de choses à faire aujourd’hui mais je me demande si vu que c'est le week-end c'était pas envisageable pour aujourd'hui. J'ai lu ça juste après l'avoir pris. De toute manière je vois mon addicto la semaine pro, j'en discuterai avec lui. La j'ai les pensées plus claires qu'au réveil, sensation de soulagement

T+1h: 9h30 légère anxiété toujours présente mais en baisse. De toute façon je suis anxieux pr d'autres raisons aujourd'hui. Légère sécheresse buccal. Sinon ça va relativement apaisé au niveau des flux de pensée. Moins envahissant.

T+2h : 10h30, plus d'anxiété. Facilité de concentration et d'organisation de mes pensées. Ça me permet de faire le tri et d'avancer dans mes différentes réflexions en cours. Apaisement.

T+4h : 12h30, la matinée est passée tranquillement j'ai réussi à faire ce que j'avais à faire et à me pauser un peu. C'est tellement rare que j'y arrive ça fait du bien et c'est fort appréciable. Même si j'ai quelques soucis, je me sens détendu, et je sais qu'habituellement j'aurais bien plus bouclé et gamberger. La nettement moins que si je n'avais pas pris le traitement.

T+5h : 13h30, je viens de bosser une petite heure. Nikel calme, focus, productif. Tout va bien.


T+7h : 15h30, petite pointe d'anxiété. Seconde libération où stress ? Pensées calmes

T+8h30 : 17h, anxiété toujours présente des soucis, léger maux  de tête mais je ne mouline pas. Je me sens facilement agressé par les bruits de moteur en ville.
Je me sens fatigué ça doit être le contre coup de mon intervention et de mes soucis.

T+9h : 17h30 retour en intérieur ça va mieux, je me suis rendu compte que je n'avais pas bu depuis un moment peut être est ce la cause ou une des cause de mes maux de tête. . Je viens de me boire un grand verre d'eau, je vais me boire une tisane.

T+9h30 : 18h ça va mieux. Petit stick de cbd. Anxiété disparu plus de maux de tête. Sûrement liés à la déshydratation.

T+11h30 : 20h tout va bien détendu. Le moment de stress dans la journée devait être liés au contexte en ville très bruyant et à qq soucis. Le petit moteur dans ma tête et mes jambes n'a pas démarré aujourd'hui je me sens reposé.

T+12H30 : 21h Bien mangé pris une bonne douche, calme et détendu.

Posté par : Viko | 02 novembre 2019 à  13:27

 
#6 Posté par : Heashka 12 novembre 2019 à  21:55

Marla Singer a écrit

Un rappel au passage :
Les spécialistes préconisent désormais de prendre sa ritaline (ou autre methylph) QUAND C NÉCESSAIRE

Je dirais même détendre ce conseil à d'autres médicament classé stupéfiant comme les opiacés.

Notamment ceux qui se voit prescrire des morphiniques pour certaines douleurs il vaut mieux adopter le réflexe d'en prendre quand ça devient insupportable plutôt qu'en prendre systématiquement avant même le ressenti de tel ou tel douleur.


Posté par : Heashka | 12 novembre 2019 à  21:55

 
#7 Posté par : prescripteur 13 novembre 2019 à  07:52

Notamment ceux qui se voit prescrire des morphiniques pour certaines douleurs il vaut mieux adopter le réflexe d'en prendre quand ça devient insupportable plutôt qu'en prendre systématiquement avant même le ressenti de tel ou tel douleur.

ça peut etre OK pour certaines douleurs mais dans les douleurs continues il est conseillé au contraire de les prendre régulièrement.

https://www.sfetd-douleur.org/wp-conten … l-2018.pdf


Le médecin me dit de prendre des antalgiques avant que la douleur ne soit trop forte, pourquoi ?
La douleur est un phénomène qui peut s’auto-entretenir
En sensibilisant le système nerveux,  une  douleur  aiguë  persistante  peut  même  se  convertir  en  douleur  chroniquePar ailleurs, la confrontation à la douleur répétée, même supportable, peut générer des conséquences qui ont un impact sur la situation Par exemple, l’anxiété générée par la douleur peut augmenter l’intensité douloureuse Il est donc nécessaire d’agir d’emblée efficacement

Amicalement


Posté par : prescripteur | 13 novembre 2019 à  07:52

 
#8 Posté par : Ocram 13 novembre 2019 à  08:09
Bonjour,

Le truc avec la douleur c est que si tu la laisse à installer ensuite tu te retrouve à devoir prendre des doses plus conséquente qu à la base...

Il y a aussi un phénomème que j explique mal mais que j appelle le fait d avoir mal d avoir eu mal... c est comme si la douleur en elle même faisait mal plus longtemps que la cause initiale de la douleur... j imagine être assez peu clair et je m en excuse...

Bref, traiter la douleur c est un équilibre pas forcément facile à tenir.

Ocram

Posté par : Ocram | 13 novembre 2019 à  08:09

 
#9 Posté par : Marla Singer 14 novembre 2019 à  14:38

prescripteur a écrit

Les spécialistes préconisent désormais de prendre sa ritaline (ou autre methylph) QUAND C NÉCESSAIRE : qd on doit se concentrer, un planning rempli, besoin detre focus et organisé.
Mais les jours «off», où on reste à buller à la maison, c'est conseillé de pas le prendre.

Intéressant !!  Sais tu s'il y a des écrits qui précisent cet avis assez novateur.
Je vais chercher de mon côté.
J'ai deja trouvé ce site vraiment bien fait.

http://tdah-adulte.org/

Ils notent en effet l'utilisation intermittente mais avec entre parenthèses la mention (chez l'adulte)

J'ai cherché mais pas vraiment trouvé. Par contre j'ai trouvé mention de modifications sur le transport de la Dopamine (qui est décrit avec tous les stimulants au long cours y compris la coke) qui diminue l'effet du produit.

https://journals.plos.org/plosone/artic … ne.0063023

L'utilisation intermittente me parait donc faire sens.
Il serait utile que des équipes ayant cette expérience la publient pour qu'elle soit connue !!
Amicalement

Apparemment ça commence à se savoir dans le corps medical via des conferences et ce genre de trucs...
Après j'ai la chance d'être suivie dans un service dédié a St Anne, et mon ancien psychiatre a «étudié» cette molecule chez des adultes, donc ils ont surement la primeur pour ce type d'infos...

Mais je suis surprise que ce ne soit pas avéré, en tt cas, qu'un pro qui se penche sur le sujet n'ai pas accès à ce genre de recommandation...
Donc c'est peut etre expérimental encore pr le moment, mais ils font en sorte de se passer le mot.

Il a 10ans, ce n'était pas dans les recommandation, au contraire. Donc ce changement doit dater d'il y a 2 ou 3ans max....
En tt cas ça change tt, ct moi qui a demandé a stoper le traitement avant, meme si il mapportait bcp.
Dans mon cas la perte appétit posait problème. Là entre le passage a de la ritaline LI + possibilité d'equilibrer l'alimentation le week-end en interrompant traitement, c'est radical....
Et puis a la longue, ce type de molecule provoque une sorte «d'usure», donc c'est top de pouvoir moduler le traitement en fonction de mon ressenti sans devoir attendre l'aval du docteur a chaque fois...
Je revois ma spécialiste en janvier, je l ui poserai la question si je peux...

Merci pour le site en tt cas. Il est très années 2000 dans l'esthétique mais vraiment utile!


Posté par : Marla Singer | 14 novembre 2019 à  14:38

  • Psychoactif 
  • » Blogs » Viko 
  • » TDAH => Cannabis => Syndrome Cannabinoïde => Méthylphénidate

Remonter

Pied de page des forums