TR 4-aco-mipt 1ères fois / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » groovie » 

TR 4-aco-mipt 1ères fois 




    Sujet : Cliff
    Substance: 4-AcO-MiPT (1ère fois)
    Dose: 18mg
    à‚ge : 20
    Administration: voie orale


    Il est environ 22h lorsque mes 8 comparses et moi-même ingeront nos substances (2c-e pour certains, 4-aco-mipt pour d'autres). Nous nous rendons à  une soirée psytrance qui a commencé aux alentours de 20h30.
    Environ 10mins après l'ingestion, je ressens déjà  des effets : je me sens fébrile, mal à  l'aise, rien de très excitant. Je flippe un peu, mais heureusement, il n'y a quasiment personne devant l'entrée, et je peux donc rentrer dans le complexe sans avoir à  supporter la masse de monde qui aurait du se trouver là .

    Aussitôt à  l'intérieur, l'ambiance se transforme : un pauvre chanteur de reggae/dub tout perrave est sur la scène et croit déchirer. C'est totalement à  chier malgré une fosse enfumée d'herbe qui danse devant ce mec. Je me sens vraiment chelou, tous mes potes se mettent à  parler entre eux et je me retrouve « seul » comme un con à  écouter la musique qui ne me plait pas du tout.
    Je chope groovie et lui dit qu'il faut que j'aille fumer une clope, que l'ambiance intérieure me pèse et que cette musique me gonfle. On sort dehors et on blablate, nos potes nous rejoignent et c'est la grande discussion générale. Je sens d'un coup des bouffés de chaleur et me met à  délirer avec un pote, on rigole comme des tarés. Prise de conscience générale, on est sacrément popsés, et on a tous les pupilles surdimensionnées. Sa y est, la montée est passée et c'est la grande euphorie générale.

    Il est environ 23h lorsque mes potes rentrent pour danser un peu, la dub a fait place à  de la natural trance et c'est puissant. Je reste un peu dehors, le body high est puissant. Je suis totalement retourné, mon corps est « pétri » wink .

    Je me décide à  retourner dedans pour danser malgré la lourdeur de mes mouvements. Par chance, c'est Djemdi qui joue, à  peine je reconnais leurs sons que je me sens totalement requinqué. Il faut danser, maintenant.

    Sur la piste, c'est un univers différent : la musique se diffuse en moi. Je la sens rentrer par mes pieds, puis se propager dans mon ventre pour se libérer lors de mes mouvements. C'est très orgasmique !!
    Les yeux fermés, c'est un florilège de formes qui dansent et qui disparaissent pour faire place à  de nouveaux fractales. Je suis vidé lorsque Djemdi finit sa performance.

    On va donc fumer quelques pétards. Un pote vient à  ma rencontre en me disant qu'il ne trouve plus V.
    Je le rassure un peu, lui dit qu'il va surgir de nulle part mais insiste et me demande de le trouver. Je pars donc dans cette quête (il y a désormais beaucoup de monde, et circuler est difficile). A ce moment là , je suis juste avec un ami : A. on rentre dans la salle, et on se dirige instinctivement vers la fosse en le cherchant. Je prends conscience du son mais oublie V. et me met à  danser, A . me demande ce que je fous, je lui dit de « fermer sa gueule et de kiffer la vib » ( ?), une fois cette phrase dites, je regrette mes paroles, m'en excuse et lui propose de retourner à  notre mission. Cependant, on ne bouge pas ! On est trop captivés par la musique. Je ferme les yeux et apprécie le mélange des sons avec mon ressenti.

Mon pote me dit « c'est horrible, j'ai l'impression de voir V. partout », et là , je visualise ce qu'il me dit et « voit » V. , comme si il avait subit un effet photoshop « négatif », apparaitre au milieu de la foule . Je lui raconte ma vision et on rigole, on rigole tellement qu'on est obligé de quitter la fosse en courant. Sauf que les repères spatio-temporels n'existent plus et je me retrouve face à  un angle qui dans ma tête n'existait pas, choqué je me retourne et dit à  A. « pourquoi y'a un angle ici ? » On rigole encore, puis on se retourne, et on voit un type qui ressemble comme deux gouttes d'eau à  V. On crie « Vincent ! Vincent ! » le type se retourne et nous regarde comme si on était fous, ce n'était pas lui. Nouvelle crise de rire, on se barre en courant toujours, je me tiens les côtés tellement je rigole. Sauf que quand je cours, j'ai la vision du type qui court mais qui n'avance pas, qui se déplace dans un mouvement perpétuel et inaltérable. Les murs s'allongent et se déplacent, c'est très troublant.

    Je suis vidé, je n'ai plus d'énergies lorsqu'on rejoint nos potes : j'ai l'impression d'avoir couru un marathon. Les faciès des gens que je croise sont très grossiers, je les regarde et je rigole, j'peux pas m'en empêcher, mais ils sont plutôt cools et voient que je suis totalement ailleurs.

    Il doit être 1h du matin lorsque je vais me chercher un rafraichissant au bar, un de mes potes danse à  côté, j'ai l'impression qu'il est en train de vivre quelque chose de très intense, son visage est tendu par la concentration ! C'est plutôt drôle de le voir comme ça !
    On retourne sur la piste, cette fois, c'est Ace Ventura qui mix : wow ça envoi ! Je suis juste avec Groovie et un autre gonze, les autres ont « trop mal au dos » et sont assis dans les tribunes, on danse on danse sans s'arrêter, le temps n'existe plus, ma conscience n'existe plus, la musique me possède totalement, je ne veux pas m'arrêter.

    Les couleurs sont très intenses, ça va du rouge au vert en passant par le bleu, c'est très esthétique ! J'ai quelques traceurs par ci par là  quand je regarde la foule danser, mais je ne m'y attarde pas trop, je préfère m'enfermer dans mon monde en fermant les yeux et en écoutant la musique. Ce set à  duré presque 2h mais j'ai l'impression qu'il n'a duré que 20mins. Les effets commencent à  s'estomper, je ne suis plus euphorique, je baille un peu, je ne vois plus rien.
    Lorsqu'on part, il est environ 4h. Je rentre chez moi, et m'endors après un dernier pilon.






Sujet : Flower Power (1ère fois)
Titre de l'expérience : de la balle !
Lieu : colline surplombant le bassin grenoblois
Substances : 4-aco-mipt
Dose : 25mg
Poids : 51kg
Taille :1m69
age : 26


il étais presque 8h quand nous sommes arrivés tous les quatres sur le site.
assez rapidement nous prenions le produit histoire de commencer à  monter pour le coucher de soleil.
peine perdue, il fait presque nuit. on va chercher du bois pour le feu, histoire qu'il n'y ai plus qu'a l'allumer quandd le besoin se fera sentir.

la nuit tombe le produit monte.

je me sens dans un état confusionel intense, groovie me parle, je n'arrive pas à  lui répondre tellement c'est le bordel dans les multitudes d'interprétations.

je me sens terrassé physiquement mais c'est super agréable.
(NOTE groovie: BODY HIGH IMPORTANT AVEC CETTE MOLECULE, l'UN DE SES INTERETS)

la configuration du site est parfaite, je sens à  la fois une énergie tellurique et stellaire terrible. Les étoiles tombent comme des flèches, des lances qui nous transperce et nous clouent dans le sol.c'est trop bon.

j'ai l'impression d'être pétri comme du pain. je le dit à  voix haute et les autres confirment. je regarde les lumières de la ville en dessous : on dirais un putain de vitrail de plusieurs kilomètres.
c'est tout bonnement royal.

puis avec ses rues rouges en étoile, la ville m'évoque un volcan kabbalistique... ça décoiffe.
groovie remarque que la colline en face ressemble à  un crapeau de plusieurs kilomètres prèt à  engloutir la ville. on approuve tous les quatre, morts de rires.

on allume le feu, j'ai l'impression de revivre une scène du néolitique.
Mister T me propose une clope. elle à  un gout extra. je redécouvre le tabac sous un autre angle. J'ai l'impression d'être le plus perché, d'être largué... (interprétation faussée par le produit).

B s'en va. on est trois.
groovie, mr T et moi.

je met ma salvia à  disposition et arrive enfin à  mettre la main sur ma guimbarde.

*joue*
pinwpimwpinwpimwpinwpimwpinwpimw
apparemment ça plait.

des heures s'écoulent alternant crises de fous-rires et contemplation.


vers 1h du mat le physique redescend mais mentalement le trip continue bien.
mr T dégaine un pétard de derriere les fagots. ça ajoute une petite touche supplémentaire au trip. vraiment plaisant. Je propose une pincée d'iboga pour la synergie.



le petard donne faim. groovie et mr T avaient prévu de la bouffe pour un régiment.
on se pète le ventre.
groovie dans son duvet en peau de bite verte ressemble à  une courgette prenant une pose sexy. il sommeille.

avec mr T on parle des bonobos. il règlent leurs problèmes à  coup de sexe. on trouve ça fantastique.
fini les guns. vive le sexe.

le visuel relache un peu de son emprise, reste encore le mental.
ça se rafraichit, j'ai envie de méditer.
calé dans la couette je regarde la lune et les nuages.
je me dit cette nuit est parfaite. sauf que ça manque de sexe.
des formes sensuelles se forment dans les nuages : je vois des tas de nichons, des langues des culs, des cuisses et des faces envaginées.

le temps passe et le vent balaie les nuages. (envollées les filles sad )
vers 5 h on décide de se remmetre à  parler .
on attends le lever de soleil sur le vercors avec impatience.
ça en met du temps (on à  l'est dans le dos)
on fini par grimper aux arbre pour y fumer des clopes comme des singes de la planete. blumiere, chaleur reviennent enfin.
on me baptise au gbl pour l'occasion. je me sens completement abruti mais très drole.

je discute avec mes deux nouveaux potes mais ces deux la on l'air de s'endormir.
je m'éloigne, completement ivre pour faire des cris d'animaux dans le champs en face.
faut escalader un barbelé completement pété au gbl. ça c'est du sport !
je métale dans le champ et m'endors.
à  mon réveil il fait super chaud. pourtant j'ai cru dormir 1/4h !!!
ils m'ont cherché deux heures ! fallait pas s'endormir !

presque midi, on bouffe, débarrasse le camp et c'est fini.


une nuit fabuleuse. merci à  groovie et mr T . yo !

Catégorie : Trip Report - 27 janvier 2017 à  14:57

#4-aco-mipt



Remonter

Pied de page des forums