Un an avec les opiacés / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Unposcaille » 

Un an avec les opiacés 



(désolé, gros racontage de vie incoming)

J'avais parlé, dans mon premier article ici, de comment je pensais aux opiacés/opioides en permanence après une consommation volée à mes grands parents, et comment j'avais continué à voler des cachets à ma famille pendant quelques mois. Après quelques heures d'apprentissage, j'ai résolu le problème du manque de stock en accédant au dark net. Et la, ça a été Noël.

Dans un premier temps, l'approvisionnement a été difficile. J'habite chez mes parents et si les livraisons d'un site en 8 sont facilement prévisible chez moi (3 jours œuvres, ni plus, ni moins) les délais postaux du dw sont plus aléatoires. J'ai tenu 4 mois avec du kratom et l'unique plaquette de dihydrocodeine que j'avais commandée. Après, les cravings ont passé. Alors, la question ne se posait plus.

Le problème avec les opiacés, c'est que même quand les cravings disparaissent, Ils reviennent, incidieusement, des que les choses ne vont pas bien dans ma vie. Ce qui est compliquée étant donnée que je suis atteinte d'une forme de dépression anxieuse chronique. J'ai dû reprendre d'un emploi et, face à la perspective insoutenable du suicide, je suis retournée vers les opiacés. J'habite seule cette fois, je me sens prête à assumer les conséquences légales de mes actions. Alors, commander sur le dw, c'est un peu commander sur Amazon. Pas besoin d'aller fréquenter des dealers ou quoi que ce soit d'autre.

Depuis le début, les opiacés me terrifient. Malgré tout, ils exercent une sorte de fascination dont je n'arrive pas à me sortir. Même en prenant mes médicaments et en suivant ma thérapie, j'ai toujours du mal à affronter la réalité. Avec eux, elle devient supportable, ce qui m'effraie encore plus. Je sais maintenant quel pouvoir ils ont. Les personnes qui en meurent. Ceux qui perdent tout. Je me demande combien de temps, avant que cela devienne mon cas ?

Que ce soit avec les benzos ou les opis, je suis étonnée à quel point l'addiction peut être clean, insidieuse. J'ai tout caché dans une petite boîte mignonne. Mes amis adorent, ils ne savent pas qu'en plus de mes cachets prescrits, j'en ai mis d'autre, acquis illégalement. Ma famille ne sait pas non plus. Mon copain ignore tout. Le pire, c'est que je fous ma vie en l'air, et ne pense même pas à arrêter. Comment arriver à accorder de l'importance au reste, quand on a déjà échoué à se sortir de sa dépression, que chaque endroit devient notre enfer personnel ? Je pense qu'au fond, j'ai juste besoin d'isolement et de réconfort.

Catégorie : Carnet de bord - 19 mai 2021 à  10:03



Commentaires
#1 Posté par : petitcroco 19 mai 2021 à  14:29
Je consomme aussi des opiacés depuis plus d’un an et je suis aussi atteint de troubles dépressifs et anxieux alors j’ai juste cette phrase à te dire : je te comprends et t’es pas toute seule dans ce genre de galère.
Prend soin de toi !

Posté par : petitcroco | 19 mai 2021 à  14:29

 
#2 Posté par : Morning Glory 19 mai 2021 à  14:47
La mort par opis c'est soit une coupe de merde soit une overdose. Un usage 'normal' ne mène normalement pas six pieds sous terre.
Pis y a les TSOs, alors ouai même si c'est galère, je ne dirais pas que c'est la fin du monde non plus. J'en suis surement au même stade que toi, avec mes proches qui se doutent de rien et mon usage qui a un peu dérappé. Mais je suis plus inquiète de ma conso de dissos et des effets sur les reins et le cerveau (surtout le cervo, pow cervo).
Après je comprends que ce soit dur ouai mais contre le suicide, perso je trouve que c'est un moindre mal, pour avoir là encore été dans la même situation que toi (les idées suicidaires j'en ai beaucoup moins depuis quelques mois, je touche du bois, mais j'ai fait pareil pour supporter de travailler et tout). Perso étant suivie en psychiatrie, je vais faire une demande à la MDPH pour voir quelles aides je peux obtenir.

Du courage <3

Posté par : Morning Glory | 19 mai 2021 à  14:47

 
#3 Posté par : Unposcaille 19 mai 2021 à  18:15

petitcroco a écrit

Je consomme aussi des opiacés depuis plus d’un an et je suis aussi atteint de troubles dépressifs et anxieux alors j’ai juste cette phrase à te dire : je te comprends et t’es pas toute seule dans ce genre de galère.
Prend soin de toi !

Prends soin de toi aussi ! ♥ J'espère que les choses s'arrangeront pour toi !

a écrit

Mais je suis plus inquiète de ma conso de dissos et des effets sur les reins et le cerveau

J'avoue que perso j'avais commencé une consommation de dissos suite à mes idées noires, mais finalement c'est les opi qui ont "remporté". J'espère que tout ira bien pour toi, pour être honnête je n'avais aucune conscience de la neurotoxicité des dissos (j'aurais peut être du me douter que c'était pas anodin...). Est-ce que tu prends plutôt des dissos longs ? Ça te mets dans quel &état d'esprit ? Je me rappelle pour moi d'un mélange d'alcool et de mind-fuck bizarre, avec une certaine euphorie.


Posté par : Unposcaille | 19 mai 2021 à  18:15

 
#4 Posté par : Morning Glory 19 mai 2021 à  18:38
La K m'a donné, la seule fois où j'ai testé, une sorte d'ivresse alcoolique en montée que je ne trouve pas du tout agréable. Par contre d'autres comme la DCK, MXP ou 2FDCK m'ont plus plues. Je sais plus trop comment décrire le truc, je l'avais fait y a longtemps ici mais pour retrouver mon post...
Je suis beaucoup moins locace qu'à l'époque, je sais pas à quoi c'est dû, les dissos les neuroleptiques la solitude... Ptetre la solitude. BREF, les dissos ça peut être une impression de se fondre dans le matelas ou le fauteuil, de sortir de son corps, de plonger en soi pour une introspection et un voyage dans des mondes chelous et sombres.  La musique lorsque je n'avais pas de tolérance était absolument oufe sous MXP. Maintenant bof.

Au début la MXP me donnait une euphorie assez forte, mais les dissos maintenant c'est devenu moins intéressant sur moi. Je les utilise surtout contre ma dépression à doses les plus faibles passibles.

Posté par : Morning Glory | 19 mai 2021 à  18:38

 
#5 Posté par : Unposcaille 19 mai 2021 à  22:17
Franchement je me reconnais dans pas mal de trucs que tu dis... C'est peut être con mais entre les neuroleptiques, la solitude et la pandémie, j'ai l'impression d'être moins locace, moins moi même, et plus disintéressée du monde. Les drogues par contre ça stimule mon  intérêt et ça me fait me foutre de certaines choses. Quand j'ai pris des dissos, j'ai réussi à avoir des sortes de "révélations" sur moi même, mais tout était oublié le lendemain, c'est bête !

Bon courage en tous cas avec tout ça ♥

Posté par : Unposcaille | 19 mai 2021 à  22:17

 
#6 Posté par : Morning Glory 21 mai 2021 à  10:40
Haha ouai, putain de dissos!
J'ai mis des années a comprendre que ces révélations n'étaient que des illusions, ou alors de l'introspection mais a doses relativement faibles. Sinon les dissos je trouve ça creux. Un peu piegeux parce que l'intelligence est fracturée mais on a l'impression de capter les lois de l'univers. Make sense xD

Merci, toi auchiiii <3

Posté par : Morning Glory | 21 mai 2021 à  10:40

Remonter

Pied de page des forums