demande d'aide svp / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » hyrda » 

demande d'aide svp 



je n'irais pas par 4 chemins j'ai peur de prendre du kratom pour essayé de faire descendre ma tolérance à la morphine et oxy que je consomme depuis environs 2 ans et demi la morphine est prescrit par mon docteur arthrose sévère bas du dos et oxy donné par un ami présentement je consomme par voie orale environs 40 à 50 mg par jour j'ai peur car je ne sais pas par où commencer   est ce que je dois attendre le manque pour prendre le kratom où est ce que je prends le kratom en entre dose si vous pouvez  m'aiguiller
j'aimerais beaucoup je fais un appel à tous
merci Hyrda d'outre mer

Catégorie : Expérimental - 15 décembre 2019 à  22:49



Commentaires
#1 Posté par : prescripteur 15 décembre 2019 à  23:29
Je n'ai pas l'expérience du Kratom. Aussi je ne peux pas te répondre. Mais je te mets en garde contre l'utilisation de produits qui n'ont fait l'objet ni d'un contrôle pharmaceutique ni d'un protocole. donc sois prudente et reviens vite aux traitements classiques en cas de problème. Ils ont leurs limites OK mais ils sont testés.
Amicalement

Posté par : prescripteur | 15 décembre 2019 à  23:29

 
#2 Posté par : hyrda 16 décembre 2019 à  10:41

prescripteur a écrit

Je n'ai pas l'expérience du Kratom. Aussi je ne peux pas te répondre. Mais je te mets en garde contre l'utilisation de produits qui n'ont fait l'objet ni d'un contrôle pharmaceutique ni d'un protocole. donc sois prudente et reviens vite aux traitements classiques en cas de problème. Ils ont leurs limites OK mais ils sont testés.
Amicalement

merci prescripteur je dois commencer à vous connaitre car j'étais certaine que vous
me répondiez merci de votre grande sollicitude
Hyrda


Posté par : hyrda | 16 décembre 2019 à  10:41

 
#3 Posté par : Cusco 16 décembre 2019 à  10:52
Salut Hydra
Je te souhaite juste bon courage car je n'ai essayé que quelques jours le Kratom en récréatif.
Prescripteur t'as bien répondu comme d habitude, moi je pense qu'il va te falloir de sacrées doses pour éviter le manque d oxycontin et de morphine.
Gros bec outre Atlantique wink

Posté par : Cusco | 16 décembre 2019 à  10:52

 
#4 Posté par : hyrda 16 décembre 2019 à  11:10

Cusco a écrit

Salut Hydra
Je te souhaite juste bon courage car je n'ai essayé que quelques jours le Kratom en récréatif.
Prescripteur t'as bien répondu comme d habitude, moi je pense qu'il va te falloir de sacrées doses pour éviter le manque d oxycontin et de morphine.
Gros bec outre Atlantique wink

merci Cusco justement c'est quoi de sacrées doses vous me faite peur
Hyrda


Posté par : hyrda | 16 décembre 2019 à  11:10

 
#5 Posté par : Cusco 16 décembre 2019 à  11:30
N aies pas peur c était plus une façon de parler qu autre chose.
Moi j ai trouvé un effet très léger pour le Kratom ce qui n est pas le cas de tout le monde.
J ai eu un pochon d environ 50 grammes et,  même recreativement, il l à duré 2 ou 3 jours. Mélangé tout simplement avec un grand verre d eau.
Maintenant il existe en plusieurs catégories la mienne était en poudre d une couleur kaki.
Ne stresse pas Hydra les médecins sauront adapter la doses et la catégorie qui te conviendra le mieux.
Courage

Posté par : Cusco | 16 décembre 2019 à  11:30

 
#6 Posté par : hyrda 16 décembre 2019 à  11:58

Cusco a écrit

N aies pas peur c était plus une façon de parler qu autre chose.
Moi j ai trouvé un effet très léger pour le Kratom ce qui n est pas le cas de tout le monde.
J ai eu un pochon d environ 50 grammes et,  même recreativement, il l à duré 2 ou 3 jours. Mélangé tout simplement avec un grand verre d eau.
Maintenant il existe en plusieurs catégories la mienne était en poudre d une couleur kaki.
Ne stresse pas Hydra les médecins sauront adapter la doses et la catégorie qui te conviendra le mieux.
Courage

allo Cusco si tu as le temps  veux tu aller voir svp la marque que j'ai commandé
j'ai justement fait un blog la dessus il y a quelques jours
merci Hyrda
p.s. je rie car au Québec c'est pas ça du tout(pochon)


Posté par : hyrda | 16 décembre 2019 à  11:58

 
#7 Posté par : prescripteur 16 décembre 2019 à  12:20

Ne stresse pas Hydra les médecins sauront adapter la doses et la catégorie qui te conviendra le mieux.

Si c'est des médecins qui connaissent le Kratom et je ne pense pas qu'ils soient très nombreux ! Amicalement

Ci dessous un article que j'ai traduit de l'anglais (Google)

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3670991/



Résumé
Contexte

Le kratom (Mitragynia speciosa korth) est de plus en plus reconnu comme un remède au sevrage des opioïdes par les personnes qui traitent elles-mêmes la douleur chronique.
Description du cas

Un patient qui avait brusquement cessé de consommer de l'hydromorphone par injection abusait du sevrage auto-géré des opioïdes et de la douleur chronique à l'aide de kratom. Après avoir co-administré l'herbe avec du modafinil, il a connu une crise tonico-clonique, mais il n'a signalé qu'une modeste abstinence une fois l'administration du kratom arrêtée. Nous avons confirmé l'identité de la matière végétale qu'il avait ingérée sous forme de kratom et n'avons identifié aucun contaminant ou adultérant. Nous avons également effectué un criblage moléculaire à haut débit et l'affinité de liaison aux récepteurs mu, delta et kappa de la mitragynine.
Conclusion

Nous rapportons l'auto-traitement de la douleur chronique et du sevrage aux opioïdes avec du kratom. L'alcaloïde prédominant du kratom, la mitragynine, se lie aux récepteurs mio et kappa-opioïdes, mais possède des affinités supplémentaires avec les récepteurs qui pourraient augmenter son efficacité à atténuer le retrait des opioïdes. L'histoire naturelle de l'utilisation du kratom, y compris sa pharmacologie clinique et sa toxicologie, est mal connue.


INTRODUCTION

Le kratom (Mitragynia speciosa korth) est une plante médicinale indigène d'Asie du Sud-Est dont les composants mitragynine et 7-hydroxymitragynine agonisent le récepteur mu-opioïde avec une affinité élevée [1–3]. Des résultats récents suggèrent que le kratom est acheté auprès de sources Internet par certains des 40 millions d'Américains souffrant de douleurs chroniques pour gérer eux-mêmes le sevrage des opioïdes [1]. Malheureusement, les raisons qui sous-tendent cette pratique, son efficacité ou ses effets indésirables sont mal comprises. Nous présentons un cas de kratom utilisé pour auto-gérer la douleur chronique et le sevrage aux opioïdes compliqués par une interaction potentielle avec le modafinil.


PRÉSENTATION DU CAS

Un homme de 43 ans a été admis pour l'évaluation d'une crise tonico-clonique généralisée. Ses antécédents médicaux comprenaient des douleurs chroniques dues au syndrome du défilé thoracique traitées à l'hydromorphone. Alors que sa tolérance augmentait, il a commencé à injecter par voie sous-cutanée 10 mg d'hydromorphone par jour à partir de pilules écrasées. Pendant les périodes où l'hydromorphone n'était pas disponible, il a géré le sevrage des opioïdes avec du kratom acheté auprès de fournisseurs Internet.

Environ 3,5 ans avant la présentation, des facteurs de stress sociaux l'ont contraint à arrêter brutalement l'hydromorphone. Il a de nouveau évité le sevrage des opioïdes en ingérant un thé à base de kratom quatre fois par jour. Le patient a attribué un soulagement important de la douleur au kratom ainsi qu'une meilleure vigilance. Il n'a cependant pas ressenti la somnolence qui accompagnait souvent la consommation d'opioïdes. Il dépensait 15 000 $ par an en kratom, une somme confirmée par sa femme.

Afin d'améliorer encore la vigilance, le patient a expérimenté la co-administration de 100 mg de modafinil avec du kratom. Vingt minutes après l'ingestion, il a connu une crise tonico-clonique généralisée d'une durée de 5 minutes. Il présentait les signes vitaux suivants: pouls 123 battements par minute, tension artérielle 130/74 mm / Hg, fréquence respiratoire 16; il était afébrile. Après une brève période post-ictale, son examen physique était normal à l'exception de la méiose. Il n'avait aucun antécédent de crises d'épilepsie ou de traumatisme crânien et il a nié avoir consommé de l'alcool ou récemment abusé de drogues illicites. Les études en laboratoire étaient banales; les drogues d'urine qualitatives d'abus et le criblage complet de toxicologie ont identifié seulement le modafinil. La tomographie informatisée et l'imagerie par résonance magnétique du cerveau étaient normales. Nous n'avons identifié aucun adultérant ou contaminant. À sa sortie, le patient a brusquement cessé d'utiliser du kratom et a consulté un spécialiste de la toxicomanie.

Il a décrit une période de sevrage considérablement moins intense mais plus longue que celle des opioïdes sur ordonnance. Les caractéristiques du kratom observées par les médecins comprenaient la rhinorrhée, l'insomnie, une faible concentration, un affect resserré et des myalgies persistantes pendant 10 jours après sa dernière dose de kratom. Pour prévenir les rechutes, un spécialiste de la toxicomanie a prescrit de la buprénorphine / naloxone, atteignant une dose d'entretien de 16 mg par jour. La rhinorrhée a cessé le premier jour du traitement par suboxone. Le patient rapporte actuellement un contrôle adéquat de la douleur et les dépistages d'urine de suivi pour les drogues d'abus sont restés négatifs. Nous avons confirmé l'identité de la matière végétale ingérée par le patient sous forme de kratom par comparaison avec un standard connu (Pure Land Ethnobotanicals, Madison, WI, USA) en utilisant les protocoles d'extraction et de chromatographie liquide haute performance existants.

DISCUSSION

Nous rapportons l'utilisation prolongée du kratom pour le traitement de la douleur chronique et la thérapie de remplacement des opioïdes. Les analgésiques opioïdes restent des modalités très efficaces pour le traitement de la douleur chronique, mais leur administration à long terme est associée au développement d'une mauvaise utilisation, abus, dépendance et dépendance aux opioïdes, dont l'incidence augmente [4]. Parmi les personnes souffrant de douleur chronique qui sont maintenues sous analgésiques opioïdes, le kratom prend de plus en plus conscience comme une alternative «naturelle» à la thérapie de remplacement des opioïdes sous la supervision d'un médecin [1].

Une conclusion frappante de ce rapport est la mesure dans laquelle le kratom atténue le sevrage opioïde potentiellement grave, mais l'arrêt de l'administration du kratom lui-même semble être associé à de modestes symptômes d'abstinence. Les bases pharmacologiques sous-jacentes à cet effet sont incertaines. Par exemple, la mitragynine est théorisée pour stimuler les contributions des voies adrénergiques et sérotoninergiques qui augmentent l'analgésie, mais des données de liaison formelles n'ont été obtenues que pour les récepteurs opioïdes mu, delta et kappa [5,6]. Pour délimiter plus clairement la pharmacologie in vitro du kratom, nous avons effectué un criblage moléculaire à haut débit de l'activité de la mitragynine au niveau des récepteurs du système nerveux central (Novascreen Biosciences Corp., Hanover, MD, USA); ces études ont identifié que la mitragynine inhibe considérablement la liaison du radioligand à plusieurs systèmes récepteurs du système nerveux central (tableau 1). L'implication clinique de ces résultats est que l'agonisme mu-opioïde peut éviter les symptômes de sevrage, tandis que l'agonisme kappa atténue le renforcement et produit de l'aversion [7]. De plus, la mitragynine, par son activité agoniste alpha-2 adrénergique putative, peut imiter des thérapies d'appoint pour le retrait des opioïdes comme la clonidine. La mitragynine, par conséquent, peut exercer plusieurs effets pharmacologiques convergents qui pourraient atténuer les symptômes de sevrage des opioïdes et les fringales.

Tableau 1 voir le tableau dans l'article en anglais



Les effets indésirables du kratom sont mal décrits. Bien que les mitragynines agonisent les récepteurs mu-opioïdes, la dépression respiratoire, le coma, l'œdème pulmonaire et la mort n'ont pas, à notre connaissance, été associés à l'ingestion de kratom humain. De plus, l'utilisation prolongée du kratom en monothérapie n'a pas semblé produire d'effets indésirables significatifs chez ce patient; Ce n'est que lorsque la co-administration avec le modafinil a été identifié un effet indésirable potentiel du kratom. Les mécanismes exacts qui contribuent à la saisie ne sont pas définis. Les mitragynines, leurs métabolites ou d'autres composants du kratom pourraient potentiellement présenter des propriétés proconvulsivantes similaires aux opioïdes atypiques tels que le tramadol, le métabolite mépéridine normepéridine et le propoxyphène [8]. La synergie entre le kratom et le modafinil pourrait également produire une crise, mais étant donné que le modafinil ne possède probablement pas de propriétés proconvulsivantes, ce dernier mécanisme semble spéculatif.

Les corrélats de risque de l'utilisation du kratom ainsi que les résultats de son administration à long terme sont inconnus. L'initiation à l'utilisation du kratom peut refléter un intérêt croissant pour les thérapies alternatives pour les problèmes médicaux chroniques [9,10]. Alternativement, certains patients souffrant de douleur chronique peuvent percevoir que le traitement médicamenteux formel est réservé aux utilisateurs de substances illégales [1]. Enfin, la satisfaction des patients à l'égard des systèmes existants qui traitent la douleur chronique ou l'utilisation problématique d'opioïdes - qui sous-prescrivent fréquemment les analgésiques, nécessitent des contrats de traitement, exigent des tests de dépistage continus ou stigmatisent ceux qui demandent des soins - peut être si médiocre que certains patients évitent les contacts avec le médecin [1, 11]. Dans cette dernière population, il n'est pas certain que l'auto-traitement par le kratom puisse éviter l'utilisation problématique d'analgésiques opioïdes. Des recherches plus approfondies sur l'histoire naturelle de l'ingestion de kratom, ses effets neuropsychiatriques, ainsi que sa pharmacologie clinique et sa toxicologie, mettront les risques et les avantages de l'administration de kratom dans une perspective plus claire.


Posté par : prescripteur | 16 décembre 2019 à  12:20

 
#8 Posté par : hyrda 16 décembre 2019 à  15:20

prescripteur a écrit

Ne stresse pas Hydra les médecins sauront adapter la doses et la catégorie qui te conviendra le mieux.

Si c'est des médecins qui connaissent le Kratom et je ne pense pas qu'ils soient très nombreux ! Amicalement

Ci dessous un article que j'ai traduit de l'anglais (Google)

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3670991/

voir post précédent.................

merci infiniment prescripteur Hyrda


Posté par : hyrda | 16 décembre 2019 à  15:20

Remonter

Pied de page des forums