le Canada favorise encore le marché noir malgré la légalisation

Publié par ,
1808 vues, 1 réponses
avatar
Mister No homme
Pussy time
champi vert21champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 04 Aug 2014
8571 messages
Blogs
Bien entendu, il n'aura échappé à personne que la pénurie de produits donne encore un part énorme au marché noir.

Bien que la date de la légalisation ait été décalée afin que les producteurs nationaux puissent prendre le temps de mieux répondre à l'offre, les dés ont été pipés dès le départ pour que le marché parallèle continue à tirer des profits non taxés.

Ceux qui sont scandalisés par ces files d'attentes ne soupçonnaient par leur existence secrète dans des fours ou la livraison à domicile.

La partie émergée de l'iceberg émerge.

Certains politiques souhaitent passer l'age légal d'achat de 18 à 21 ans ce qui renforceraient les grandes organisation mafieuses qui en plus du cannabis pour les moins de 21 pourront proposer un plus large panel de produit, chose qui ne peut arriver dans un shop légal.

« Les groupes criminels vont applaudir cette mesure. » Au bout du fil, le criminologue Serge Brochu est catégorique : l’augmentation de l’âge légal, de 18 à 21 ans, envisagée par le gouvernement de François Legault dans son recadrage de l’usage du cannabis légal au Québec est « une très mauvaise idée » qui « ne va avoir aucun effet sur la consommation des jeunes ». Pis, elle risque de faire régresser la légalisation de cette substance au Québec, en allant même à l’encontre de la loi fédérale en la matière, estime le professeur, membre de l’Institut universitaire sur les dépendances.

« Les jeunes de 18 à 25 ans sont les plus grands consommateurs de cannabis, dit-il. En augmentant l’âge légal, cela va permettre au crime organisé de maintenir plus longtemps sa présence auprès de ce type de consommateurs. Qui plus est, les nouveaux consommateurs de 18 à 21 ans vont s’initier à cette consommation en passant également par le crime organisé, au lieu de commencer à intégrer le marché légal. Cela est contradictoire avec les objectifs de la loi », qui visent à soustraire le commerce de cette drogue des mains du crime organisé et à exposer les consommateurs de cannabis à un produit dont la qualité a été vérifiée.

    Les nouveaux consommateurs de 18 à 21 ans vont s’initier à cette consommation en passant par le crime organisé, au lieu de commencer à intégrer le marché légal
    — Serge Brochu

Le nouveau gouvernement de la CAQ s’est engagé à revoir la loi encadrant le cannabis légal au Québec d’ici la fin de l’année afin de faire passer l’âge légal de consommation à 21 ans. L’amorce des travaux parlementaires cette semaine devrait donner le coup d’envoi à ce processus de révision.

« C’est une mesure qui va empirer le rapport des jeunes au cannabis au lieu de les protéger, en maintenant dans la criminalité un segment important de consommateurs, dit la criminologue Line Beauchesne, enseignante à l’Université d’Ottawa. La meilleure façon de protéger les jeunes, c’est de faire de la prévention et pour cela, il ne faut pas que le cannabis devienne un sujet tabou, pour que l’on puisse en parler ». Une perspective qui se complique, ajoute M. Brochu, chez des jeunes qui vont devoir se cacher trois ans de plus pour consommer du cannabis.

Le professeur émérite de l’École de criminologie de l’Université de Montréal fait d’ailleurs remarquer que cette drogue n’est que peu liée à des méfaits, contrairement à l’alcool, qui « reste la substance psychoactive la plus dangereuse pour soi et pour son entourage ». Il cite à ce sujet une étude publiée dans The Lancet en août dernier qui établissait que l’alcool à travers le monde était la plus néfaste des drogues en 2016. Au Québec, il faut avoir 18 ans pour en consommer légalement.

« En haussant l’âge légal à 21 ans, on fait comme dans les années 1950 avec l’avortement : on cherche à faire comme si ça n’existait pas, dit Mme Beauchesne. Or, on n’écrit pas les politiques publiques en écoutant les peurs de Monsieur et Madame Tout-le-Monde, mais plutôt les avis des experts sur ces questions. Et ces experts, à l’exception des psychiatres et de quelques médecins, sont presque tous d’accord avec l’adoption d’un âge légal à 18 ans. Au nom de la santé publique et de la lutte contre le crime. »

https://www.ledevoir.com/societe/542274 … e-cannabis

Cette mesure sous couvert de défendre la jeunesse ne ferait que mettre les plus fragiles aux mains du marché noir, mais pas de les préserver de la consommation de cannabis.
Pire, c'est même un bon moyen pour proposer de la meth ou autre à un jeune qui souhaitait juste acheter de l'herbe ce qui ne peut arriver dans une boutique d'état.

C'est pour cette raison également que les pays-bas tolèrent les coffe-shop, car en terme de prévention, le mieux est de segmenter les marchés.

Ils en pensent quoi les cousins canadiens de cette corruption qui perdure après la légalisation ?

A part pour le médical, vous avez des assos qui militent pour l'auto production là où elle n'est pas permise ?

Dernière modification par Mister No (27 novembre 2018 à  10:51)


Just say no prohibition !

Hors ligne

 


Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

logo Psychoactif
[ Forum ] Opinions - Csapa fermé le 31/12 malgré un rdv
par away, dernier post 02 janvier 2019 par Mister No
  3
logo Psychoactif
[ Forum ] Dans le noir, le froid ...
par MISSTIK2, dernier post 31 janvier 2009 par floflo
  13
logo Psychoactif
[ Forum ] Comme un grand trou noir au fond de mon crane
par codéine, dernier post 27 juillet 2008 par codéine
  10

Pied de page des forums