Ils dénoncent «la pression permanente» pour boire au travail / PsychoACTIF

Ils dénoncent «la pression permanente» pour boire au travail

Publié par ,
1017 vues, 5 réponses
Hilde 
In modo d'una marcia
France
7845
Date d'inscription: 04 Feb 2019
Messages: 901
Blogs
Source: Le Parisien
Date: 18/11/2019

https://img.lemde.fr/2019/10/01/0/0/4124/2669/688/0/60/0/dbae6c2_35_2bxxrpzFD0iqw24lRJknM.jpg


***************************************************************************

Alcool : salariés de Ricard, ils dénoncent «la pression permanente» pour boire au travail. Trois commerciaux, dont l’un encore en poste, affirment avoir subi une «pression permanente» pour boire ? ce que Pernod Ricard dément.
Ils racontent être devenus dépendants à l’alcool et malades.




Trinquer pour vendre son produit : Julien, ancien employé de Ricard, raconte, notamment, les pastis avalés par dizaines lors des ferias.  LP/Philippe Lavieille



« Les médecins m'ont dit que l'alcool m'avait grillé les neurones, j'ai des hallucinations et j'entends des voix »… Trois témoins, deux anciens commerciaux de Ricard, et une autre toujours en poste, dénoncent une «pression permanente» au sein de leur entreprise ? qui le dément ? pour boire au travail. L'un d'eux a affronté en septembre son ancien employeur devant les prud'hommes. La décision sera rendue à la fin du mois. Une consommation d'alcool excessive, racontent-ils, qui les a rendus dépendants et malades.

«Le médecin m'a dit : si vous continuez comme ça, dans trois ans, vous êtes morte», Amélie, commerciale

Son ton jovial tranche avec ses mots violents. « Je suis broyée, anéantie », répète Amélie (le prénom a été modifié). Pendant plus d'une heure, cette commerciale, toujours en poste et sur laquelle nous ne donnerons aucun détail pour préserver son anonymat, explique comment, en travaillant chez Ricard, elle a peu à peu sombré dans l'alcoolisme. Elle résiste grâce à des « cachetons » pour « parler, tenir debout, vivre ».

Elle est loin l'euphorie des débuts lorsque cette bonne vivante, amatrice de Ricard, est embauchée chez les « meilleurs », le « Graal », « son rêve ». Une fois dans la société, elle se plie vite au rituel du pastis, servi par ses collègues, à midi, après une réunion, le soir à l'apéritif. Puis avec les clients qu'elle rencontre. « C'est la culture de l'entreprise, si on dit non, on est mal vu ».

A la fin de sa formation, sa fiche d'évaluation, raconte-t-elle, mentionne « résistance à un effort intense ». « Mes collègues, qui m'avaient observée boire, m'ont expliqué qu'ils avaient analysé ma réaction à l'alcool, si je tenais ou non. La case était cochée ».

«De quoi tu te plains ? T'es payée pour faire la fête»


Pour tenir, Amélie vide ses verres dans les plantes. Mais elle prend goût à cet esprit de fête, avec sa nouvelle famille, et la débutante prend de la bouteille. L'apothéose de la beuverie, un séminaire de trois jours sur un bateau à Barcelone en Espagne. « Personne ne dormait, on descendait des litres, certains ont fait des comas éthyliques, je me rappelle n'avoir mangé qu'une seule fois ».

Au fil du temps, sa charge de travail augmente. Départs en retraite non remplacés, secteurs agrandis, nouveaux produits… Le soir, exténuée, elle boit pour se donner du courage. « On me disait : de quoi tu te plains ? T'es payée pour faire la fête ». Un verre, deux, une bouteille, jusqu'à ce jour où elle se casse la figure dans l'école de son enfant.

Son médecin l'arrête pour « burn-out ». « Si vous continuez comme ça, dans trois ans, vous êtes morte », lui dit-il, comme un électrochoc. Sa cure de désintoxication finie, ses « amis » lui manquent.

«J'ai des hallucinations et j'entends des voix»


Le jour de sa reprise, elle prévient son chef qu'elle ne peut pas boire une goutte à cause de son traitement. « A la fin de la réunion, il m'a dit : tu prends un Ricard ? Allez fait pas chier, t'es pas chez Perrier ici ! ».

Très vite, Amélie « pète à nouveau les plombs ». « C'est fini, je n'y retournerai plus. Les médecins m'ont dit que l'alcool m'avait grillé les neurones, j'ai des hallucinations et j'entends des voix », confie-t-elle, en arrêt maladie.

Si elle s'apprête à saisir les prud'hommes, elle reste, pourtant, très attachée à son entreprise qu'elle aime autant qu'elle la déteste. « Aujourd'hui, lorsqu'on me demande qui est Amélie, je réponds : Je suis une Ricardienne, c'est tout ce que je sais. Sinon, je ne suis plus rien ».

«Ce clan, il faut le quitter pour ouvrir les yeux»

Pâques 2016, sur une plage en Thaïlande. Dans ce décor de carte postale, Julien s'effondre devant sa femme et ses enfants. Dans son esprit, la petite phrase de son directeur, prononcée avant son départ en vacances, fait des bonds.

« C'est la dernière fois que tu profites de ta famille jusqu'à la rentrée. A ton retour, tu feras toutes les fêtes de l'été, de mai à septembre ». Julien avait protesté. « Non, je ne peux pas, c'est trop, trop d'alcool ! ». « Si, tu le feras, t'es payé pour ça », avait-il répondu.

Impression de vide, ruminations, idées noires… Il ne reviendra jamais dans l'entreprise. Pourtant, ce manager apprécié pensait pouvoir assumer sa nouvelle charge de travail. Un an plus tôt, son secteur avait été agrandi après « un départ non remplacé ». On lui enlevait les Hautes-Pyrénées, plus rurale, et il récupérait l'Hérault, très peuplé, jusqu'à la frontière espagnole.

«Je tenais avec deux Guronsan par jour et cinq Red Bull»

Mais, après seize ans à trinquer avec les clients et les collègues, Julien, la bête de travail, est essoufflé. Un territoire plus vaste, plus de fêtes, plus de cuites. Son médecin l'avait prévenu. « Depuis deux ans, j'étais tellement mort que je tenais avec deux Guronsan par jour et cinq Red Bull ».

Alors, les paroles de son supérieur avant son départ en Asie, « la goutte d'eau », lui font perdre pied. Toutes ces années, Julien avait foncé, parfois 20 heures par jour, les nuits de beuverie à dormir debout. Les pastis, avalés par dizaines en feria, finissaient par l'écœurer. « Je me disais : p*, est-ce qu'il va passer celui-là ? »

Désormais abstinent, il se souvient aussi d'un copain, proche du coma éthylique, « se bavant dessus dans sa voiture », d'un mail envoyé à son supérieur l'alertant sur l'état de santé d'une autre collègue. « Ça ne choquait personne et je n'avais connu que ça », raconte celui qui a été embauché à 23 ans. Mais pourquoi n'a-t-il pas dénoncé ces pratiques durant toutes ces années ? « Je ne m'en rendais pas compte, admet Julien. Ce clan, il faut le quitter pour ouvrir les yeux ».

«J'en étais à 12 pastis par jour», Philippe, ancien commercial


On l'appelait Monsieur Ricard, il en était fier de son surnom. Après vingt ans de bons et loyaux services, et un départ récemment négocié, Philippe (le prénom a été changé), la cinquantaine, a pris du recul, refait sa vie. Il a échappé au pire, se dit-il aujourd'hui.

« On picolait tellement, j'en étais à 12 pastis par jour. Comment j'ai fait pour passer entre les gouttes ?, s'interroge cet ancien commercial. J'aurais pu provoquer un accident au volant, tuer ou me tuer. »

«T'aimes pas les produits que tu vends ?»


Il n'a pas oublié ce jour où il est tombé, ivre mort, sur une table à une foire, son lieu de travail. Les cadences infernales de feria, à picoler « de midi à 16 heures » et « de 21 heures à 2 heures du matin » après une brève sieste. Et le pire « la Fête de l'Huma, une saoulerie » : « Les commerciaux choisis étaient les plus résistants à l'alcool. On buvait plus de 40 Ricard par jour ».

Jamais, dit-il, sa hiérarchie ne l'a freiné. « Au contraire, si je refusais un verre, mon chef me disait : t'aimes pas les produits que tu vends ? ». Encore maintenant, son addiction lui colle à la peau. « Mon corps et mon visage s'en souviennent », dit-il, pudique. Mais s'il choisit de témoigner, c'est pour les jeunes qui voudraient intégrer l'entreprise. « Ils risquent de devenir alcooliques, sans même s'en rendre compte ».

*****************************************************************************

Le reste de la presse FR reprend l'information: Le Figaro,

Le groupe indique avoir mis en place un numéro vert anonyme pour recueillir les témoignages de collaborateurs, en cas de dérapage et y donner, le cas échéant, les suites nécessaires. Cette polémique intervient quelques semaines après l'annonce d'un plan de départs volontaires dans le département commercial du groupe, dans le cadre de la fusion des deux filiales Pernod et Ricard. Le groupe espère 190 départs nets parmi les 1300 salariés des deux entités.

Le Point,

« Créateurs de convivialité ». Le slogan de l'entreprise Pernod Ricard est engageant. Les 650 commerciaux doivent l'incarner et le vivre au quotidien, selon deux anciens de l'entreprise et une troisième toujours en poste. « Dans les bars, discothèques, fêtes et férias de mon secteur, on a un budget pour offrir des verres de pastis aux clients et on consomme avec eux, encouragés par notre hiérarchie. La devise de Ricard, c'est : fais-toi un ami par jour. Je picolais tous les jours, à force, ça devient une habitude », souligne Julien, 42 ans. Désormais parti de Pernod Ricard, il a choisi de lancer le dossier devant les prud'hommes. L'an dernier, après un burn-out reconnu comme maladie professionnelle, son taux d'incapacité permanente a été jugé à 36 % par le tribunal du contentieux de l'incapacité à Montpellier. Selon l'expert, il souffre d'un « état anxiodépressif caractérisé » qui résulte « certainement, directement et exclusivement, de l'exercice de sa profession ».

Le Monde,

Tombé un jour ivre mort lors d’une foire où il officiait en tant que commercial, un autre ex-employé explique avoir bu jusqu’à « 40 Ricard par jour » sur certains événements. « Les commerciaux choisis étaient les plus résistants à l’alcool », témoigne-t-il. « Si je refusais un verre, mon chef me disait : “T’aimes pas les produits que tu vends ?” », se souvient encore celui qui a récemment quitté l’entreprise après vingt ans d’ancienneté.

[...]

Réagissant à la publication de l’article, le groupe Pernod Ricard a réfuté lundi 18 novembre « fermement l’existence d’une politique d’incitation à la consommation d’alcool parmi ses salariés ». Le numéro deux mondial des vins et spiritueux a assuré dans un communiqué qu’il n’existe « pas de directive ou de consignes internes données aux forces de vente pour les enjoindre à boire de l’alcool dans le cadre de l’exercice de leurs fonctions ». Pour le PDG de Ricard SA et de Pernod SA, Philippe Coutin, « Ces allégations individuelles jettent aujourd’hui l’opprobre sur tous nos commerciaux, de Ricard à Pernod, dont nous saluons ici l’engagement responsable, tous unis par le même devoir d’exemplarité. »

Il existe pourtant un VRP qui ne se plaint pas d'être contraint à boire de l'alcool au travail. Devineriez-vous de qui il s'agit?



drogue-peace


Ils manquent seulement d'imagination

Hors ligne


sud 2 france 
problème traitement
France
1700
Lieu: nimes
Date d'inscription: 14 Oct 2013
Messages: 1825
Blogs
En plus le pastis est un des (si ce ne n'est LE) + mauvais alcool pour le système digestif ET pour les neurones... Habitant dans le sud je me souviens de la gueule verdâtre des mecs qui buvaient 10 pastis à l'apéro du midi, et pareil le soir (quand un pastis valait, allez, 4 francs, voire moins...) ça donnait pas envie !!!

Hors ligne


mistv084 
Nouveau membre
France
000
Date d'inscription: 21 Nov 2019
Messages: 15
incroyable,, enfin facon de parler pck ca m'tonne qu'a moitié venant de si gros fabricants d'alcool, mais d'ou on oblige des employés a boire des quantité comme ca? honnetement pour moi ils sont vraiment allé trop loin , ce serait une pme le patron irait surement en taule.

franchement ca donne pas envie de travailler dans ce secteur, pourtant c'est interessant de fabriquer de l'alcool, moi ça me fascine de melanger de l'eau du sucre et un peu de levure chauffer et d'arriver a de l'alcool, m'enfin je m'egare mdr
en tout cas ricard deja que j'en buvait jamais maintenant jvais les boycotter mdr, apres comme dit plus haut moi aussi je suis du sud et c vrai que dans ma tete l'alcool le plus mauvais pour le cerveau et la santé c le pastis (apres peut etre que c pas pire que les autres alcools mais jle vois comme ca)

Hors ligne


Yopski 
♫♪ Devant le mur ♪♫
France
2000
Lieu: Centre
Date d'inscription: 06 Jan 2019
Messages: 170
C'est vrai qu'ils sont connus pour ce genre de pratiques chez Ricard, mais il ne faut pas se leurrer, ils le font tous ou presque ...
L'avidité de l'homme lui fait perdre son humanité et sa raison ...

Ce n'est pas un signe de bonne santé mentale que d'être adapté à une société malade

Hors ligne


psychodi 
psychocannabinologistologue
France
1600
Lieu: un peu ailleurs, souvent
Date d'inscription: 24 Jul 2013
Messages: 700
Blogs
intéressant tout ça...ils n'ont pas de médecine du travail, chez Ricard ?

parce que quand on voit "la pression permanente" subie par certains salariés, qui ont un souci avec leur conso d'alcool, dans des entreprises où il est "interdit" de boire...

...à l'heure où la "prévention de la prise de psychotropes en contexte de travail" nous est rebattue tant et plus...

...où des gens perdent leur boulot justement parce qu'on les met sur la touche (par la médecine du travail et la DRH ) à cause de leur souci d'addiction...

... y a vraiment 2 poids 2 mesures...

il y a des jours étranges
il y a des jours, j'm'étrangle
Surtout...ne pas se biler sur la route...
Psychoactif ? Faut s'abonner là, vite !!

Hors ligne


blastfunk 
Survivant des années 80
700
Date d'inscription: 08 Jul 2018
Messages: 205
Hello

Ce que décrit ce témoignage se présente, sous diverses formes et proportions, chez la plupart des alcooliers, distributeurs ou fabricants.
La "culture d'entreprise" fait qu'il est mal vu de ne pas consommer au moins un peu. Par la suite, les fragilités de chacun font ( ou non)  la différence.
Personnellement,  mon ancien alcoolisme a débuté après mon embauche à l'âge de 26 ans chez Baron Philippe de Rothschild, grand distributeur de vins et spiritueux dans les années 90 par sa filiale RFD.
20 ans plus tard j'ai été greffé du foie, cause cirrhose.

Je n'irais pas jusqu'à dire que l'entreprise m'a poussé à boire, mais aucun effort n'a été fait pour empêcher des dégâts qui manquent rarement d'arriver chez quelqu'un de prédisposé comme je le fus. Il demeure facile de s'alcooliser dans ce type d'entreprise et tant que le travail n'en souffre pas, il n'y aura pas de remontrances.

Malgré tout, la plupart des cadres et employés administratifs semble s'en sortir sans trop de dégâts ( il y aurait sinon ici une véritable question de santé professionnelle). Le problème est différent pour les agents commerciaux, confrontés toute la journée à la réalité du produit.

Restons donc vigilant en présence d'une si grande facilité à consommer, si le cas se présente.

Cordialement,
Blast.

Dernière modification par blastfunk (Aujourd'hui à  15:17)


I will not make any deals with you. I will not be pusched, filed, stamped, indexed, briefed, debriefed or numbered
My life is my own.

Hors ligne


  • Psychoactif
  •  » Forums 
  •  » Alcool
  •  » Ils dénoncent «la pression permanente» pour boire au travail

Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

[ Forum ] Alcool : boire ou dormir, il faut choisir
par mikykeupon, dernier post 15 novembre 2013 à  11:32 par crakeurs
  6
[ Forum ] Etude - Alcool : Boire de la bière rendrait intelligent
par mikykeupon, dernier post 06 octobre 2014 à  17:03 par mikykeupon
  0
  60
  [ PsychoWIKI ] Baclofène dans le traitement de la dépendance à l'alcool
  [ QuizzZ ] Auto-évaluer votre consommation d'alcool
11385 personnes ont déja passé ce quizzz !
  [ QuizzZ ] Evaluer la gravité de votre addiction
48874 personnes ont déja passé ce quizzz !



    Psychoactif en Images
    Plus d'images psychoactives
    En ce moment sur PsychoACTIF  
     Appel à témoignage 
    Participation des usagers dans les structures addicto
    19 novembre 2019Commentaire de ismael77 (13 réponses)
     Appel à témoignage 
    La déréalisation et la dépersonnalisation
    Il y a 6jCommentaire de elossh (23 réponses)
     Appel à témoignage 
    TSO et douleur et anesthésie
    06 novembre 2019Commentaire de Meumeuh (19 réponses)
     Forum UP ! 
    Arrêt & Sevrage - Témoignage de mon arrêt de consommation
    Il y a 1jDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum UP ! 
    Arrêt & Sevrage - Mon expérience du cannabis
    Il y a 1jDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum 
    Effets - Boire Du Cannabis
    Il y a moins d'1mnCommentaire de Mister No dans [Cannabis...]
    (7 réponses)
     Forum 
    Nouvelles toupies
    Il y a 25mn
    1
    Commentaire de Zazou2A dans [Conseils généraux de...]
    (5 réponses)
     Forum 
    Venlafaxine - Insomnies sévères : l'Effexor en cause ?
    Il y a 32mnNouvelle discussion de Edwards dans [Antidepresseurs...]
     Forum 
    150mg de poudre d'opium effet?
    Il y a 34mnCommentaire de Haupayy dans [Opium et rachacha...]
    (3 réponses)
     Forum 
    Effets - Methylphenidate inactif ou mauvais dosage ?
    Il y a 38mnCommentaire de Cusco dans [Méthylphénidate (Rita...]
    (9 réponses)
     Forum 
    Addiction - Je n’ose, n’imagine plus faire du sexe sans drogue
    Il y a 47mnCommentaire de Ryze dans [Chemsex, Slam, Sexe e...]
    (2 réponses)
     Forum 
    Plus de codeine ;(
    Il y a 1hNouvelle discussion de Aymerson dans [Codéine et dihydrocod...]
     Forum 
    Le coin des cinéphiles de Psychoactif
    Il y a 1h
    10
    Commentaire de misamina dans [Au coin du comptoir.....]
    (415 réponses)
     Blog 
    Mon Love complexe de junky
    Il y a 27mn
    3
    Commentaire de janis dans le blog de Rick
    (12 commentaires)
     Blog 
    Trou noir
    Il y a 3hCommentaire de Cusco dans le blog de Isoretemple
    (4 commentaires)
     Blog 
    Kratom reçu
    Il y a 4h
    1
    Commentaire de Rick dans le blog de hyrda
    (1 commentaires)
     
      QuizzZ 
    Consommez-vous le MDMA/Ecstasy à moindre risque ?
    Dernier quizzZ à 19:49
     PsychoWIKI 
    Méphédrone (4-MMC), effets, risques, témoignages
     Topic epinglé 
    Cannabis : vous vous êtes mis à la vaporisation, expliquer nous c ...
     Nouveaux membres 
    Edwards, Jeannyferre6, ZeroAxion, Bobmapy nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
    S'identifier

    Mot de passe oublié

    Morceaux choisis 

     Fabriquer flacon benzo en goutte
    par Nemesia, le 06 Dec 2019
    Salut, Je vais vous donner ma méthode pour fabriquer de l'Etizolam (ou autre benzo, tant qu'il est pur, vérifier la solubilité possible dans le diluant) en gouttes, pour ne pas avoir à le doser à la pipette. Le matériel : - Etizolam en poudre - Un diluant, je conseille le propylène glycol...[Lire la suite]
     Retour d'XP --- 20 ans apres --- !!
    par xinxio, le 29 Nov 2019
    salut à tous, je voudrai vous faire part de mon retour d'experience 20 ans apres ma derniere prise Aujourd'hui je ne prends plus rien, je suis comme qui dirait tombé dans la marmitte comme Obelix Je peux produire sur demande avec mon cerveau ce que je shouaite ( c'est pas de la VOD mais de la D...[Lire la suite]
     Trip report 4HO-MIPT
    par Kattio, le 26 Nov 2019
    Bonjour, voici mon premier trip report, j'en posterai de temps en temps sur psychoactif :) Âge: 20 ans. poids: 60kg. Taille: 1,75m. Bonne santé physique et psychique. But de la consommation: aborder des problèmes que je peux rencontrer différemment, réfléchir sur moi-même, le côté découv...[Lire la suite]
    Tous les morceaux choisis
    Les derniers champis

    Des photos ! Et des belles !! Sinon regarde leur nom et google puis upload :) dans [forum] Nouvelles toupies
    (Il y a 2h)
    Les opposés s attirent. Ce fut mon cas. +1000 Cusco dans [commentaire de blog] Mon Love complexe de junky
    (Il y a 3h)
    J en ai eu, très plaisant mais addictif Cusco dans [commentaire de blog] Kratom reçu
    (Il y a 4h)
    J'adore ta réflexion du lundi ! Bettina dans [blog] Mon Love complexe de junky
    (Il y a 4h)
    super commentaire dans [commentaire de blog] Mon Love complexe de junky
    (Il y a 6h)

    Pied de page des forums