Effet changé post-naloxone§ / PsychoACTIF

Effet changé post-naloxone§

Publié par ,
527 vues, 3 réponses
CaptainCrox' 
"I am an idiot"
Suisse
4100
Inscrit le 23 May 2022
251 messages
Blogs
Bonjour tout le monde,

Pour ceux qui me connaissent, j'ai été sous fentanyl pendant des années. 400 mcg/h + extras sublingual. Cet été j'ai fait une rotation d'opioide et ai énormément baissé mes doses (je suis passé à l'oxycodone).

J'ai posté un témoignage sur un abus de traitement où j'ai reçu de la naloxone sans raison valide, le médecin voulait me sevrer ou me torturer, peu importe.

Je sors de l'hôpital traumatisé et n'ayant plus d'oxycodone (confisquée sans documentation par l'hôpital alors que légalement prescrite et dose respectée voire prise plus basse), je fais un truc que je me refusais... j'ai pris un patch d'urgence que j'avais gardé de 100 mcg.

Alors entre mon sevrage et la tolérance baissé, je peux vous dire que le patch sublingual a annulé l'effet de la naloxone qui m'avait mis dans un sale état.

J'arrive à joindre mon doc, on trouve une solution pour revenir à l'oxy et là, alors qu'avant j'avais baissé entre 40 et 80 mg par semaine de mon dosage d'oxy en étant plutôt bien, je suis mal: douleurs, sevrage... je suis mal. En prenant le rest du patch à 100 mcg, donc bien moins dosé qu'il y a 3 mois, plus de douleurs, plus de sevrage mais je me connais, si je repasse au fentanyl, je vais perdre le contrôle.

La moindre brise d'air me fait mal, je suis mal. J'ai augmenté mon oxycodone jusqu'à 2,5x sans changement.

La naloxone a une courte demi-vie. Mais aurait-elle pu déregler mon corps ? J'étais bien sous oxy lp, stable, pas de craving, douleurs gérées. Là depuis cet incident où l'on m'a forcé de la naloxone sans raison médicale (j'étais pas en od, j'étais aux urgences pour une déshydratation).

J'ai l'impression de ressentir les symptômes lorsque j'avais la naloxone. A ce rythme, je vais détruire le travail de 3 mois de douleurs, d'efforts etc. J'ai appelé mon médecin aujourd'hui, je lui ai demandé 3-4 semaines de fentanyl le temps de trouver une solution long-terme. Je sais pertinemment que les boites prescrites ne tiendront pas 3-4 semaines donc pour la première fois, et j'en ai honte car j'ai une bonne relation avec le doc, je lui ai menti sur la posologie, j'ai dit que j'avais besoin de.2 patchs de 100 mcg pour avoir un peu plus de boîtes. Ca ne tiendra pas je le sais.

Je ne comprends pas ce changement vis-à-vis de l'oxy. J'étais BIEN avec et depuis la perf de naloxone sur 6 heures, c'est l'horreur et ça fait deux semaines.

Ca m'a tellement traumatisé que dans mes directives anticipées, j'ai mis aucun soin pour sauver ma vie, naloxone spécifiquement, intubation ou réa. C'est dommage car s'il m'arrive autre chose, je fais quoi ? Toute façon vu comme le médecin m'a traité, il m'aurait souhaité mort. Je n'ai rien contre la religion mais un médecin qui porte un bijoux et une croix, je trouve pas ça pro. L'hôpital public est censé être spirituellement neutre. Et visiblement, le jugement divin sur les preneurs d'opiacés est fort.

Je ne peux pas prendre d'anti-inflammatoires, pas de codéine (spasme sphincter d'oddi = SSO), pas d'hydromorphone (SSO, cauchemars, insomnies, vomissements), pas de morphine aux doses qu'il me faudrait (SSO à fortes doses). Tramadol non fonctionnel pour mes douleurs. Je suis limité dans mes choix et bien que j'apprécie les plaisirs opiacés, j'ai fait mon deul, je veux juste être normal, bien, fonctionnel et j'ai l'impression que mon équilibre a été détruit. A ce rythme, je vais demander la kétamine à mon médecin. Le pauvre est en congé paternité et il prend le temps de m'appeler, prendre de mes nouvelles. Je suis gêné.

Je n'ai jamais aimé l'alcool - à part à des occasions et je prenais une gorgée du verre par politesse et je laissais. Je me retrouve avec une bouteille de rouge, une de rosée, à abuser de l'oxy, du rivotril et du zolpidem (4 dépresseurs, ne faites pas ça chez vous). Je veux être demain, retrouver les patchs. Je sais, c'est mauvais vu les efforts des derniers mois mais c'est ça ou la mort.

J'ai été moins actif sur le forum parce que 24-48 heures après l'incident à l'hôpital, la police n'a pas pris ma plainte car ils ont dû me prendre pour un tox mais un tox a aussi le droit de porter plainte. Quand je rajoutais des détails pour mieux expliquer l'histoire, les flics rigolaient et disaient que je trouvais toujours des justifications. J'ai des preuves ! C'est illégal mais à un stade j'ai mis mon phone en enregistrement. Un psy de l'hôpital veut témoigner pour dire que ça m'a psychologiquement défoncé et que les soins n'étaient pas appropriés. La Naloxone c'est pour les putains d'OD, pas pour quelqu'un qui prend son traitement en règle, dont la dernière prise devait faire 8 heures donc loin de l'OD et que mes constantes étaient OK.

J'ai tjrs eu un bon relationnel à l'hôpitel. J'ai maintenant dans mon dossier medical l'étiquette de violent, tox, malpoli, etc. = sécurité auto si je vais à l'hôpital. Alors que quand j'ai été soigné aux soins intensifs cet été, que je prenais pas toutes les doses d'oxy, ils voyaient que j'étais honnête et rendais le surplus. J'étais adorable et polis et vice-versa. On me respecte, je respecte.

Je disais avoir été moins actif après l'épisode hôpital et poste de police. Poste de police près de la gare. Je me suis jeté sur la voie mais le j'ai mal calculé mon timing, le train s'est arrêté. Je suis parti avant l'arrivée des " " " secours " " ".

Désolé. Je lâche mon trop plein qui devrait être sur mon blog mais je poste sur le forum car j'aimerais comprendre ce qu'il se passe vis-à-vis de l'inefficacité de l'oxy post naloxone.

Des idées ? Des alternatives ? Je ne peux pas trop prendre de buprenorphine car j'ai souvent des douleurs aigues nécessitant des agonistes opioides. Cela peut sembler hautain mais méthadone, non. Je suis déjà jugé pour mon oxy, pas envie d'être jugé plus pour la méthadone, surtout vu les conditions de remise. Je suis à mobilité réduite.

Pensez-vous que cela puisse être psycho ? Ca m'a traumatisé à un point que je n'imaginais pas possible. Y aurait-il une explication physique ?

Désolé de vous déranger... je préfère généralement aider ou répondre sur le forum si je le peux mais là, j'atteinds le fond. J'ai lancé des démarches judiciaires via avocat dont j'ai pas les moyens de le payer mais j'ai pas l'énergie d'aller aux RDV. L'hôpital, averti que j'engageais des mesures légales tente de faire une médiation. La médiation aurait dû avoir lieu quand je discutais poliment avec le médecin qui abusait de son pouvoir. Je veux pas d'argent (ou pour rembourser l'avocat et frais judiciaires), qu'on corrige mon dossier mais qu'on reconnaisse le tort qui m'a été fait.

Merde quoi... j'allais bien, je suis devenu suicidaire à cause de l'hosto.

Dernière modification par CaptainCrox' (23 septembre 2022 à  01:56)


“Never be cruel. Never be cowardly. Remember, hate is always foolish and love is always wise. Always try to be nice, but never fail to be kind.” DW

Hors ligne

 

Psychonogeek 
Psycho junior
France
420
Inscrit le 28 Mar 2022
289 messages
salut désolé pour l expérience que tu as vécu a l hôpital parfois ils font des trucs inconsciemment il sont pas dans ton corps ils peuvent pas imaginer se que tu et entrain de vivre .une ami qui et sous metha c Vu prescrire du revia à l hôpital comme toi crise de manque grave ils ont flipper grave parceque la naltrexone agit encore plus longtemps que le narcan  .  se sont des expériences très éprouvante pour l homéostasie de ton cerveau vu que on et tous différents certains encaisse mieux que d autres toi ça ta séché je te conseille de bien manger te reposer pas d alcool drogue de synthèse anti dépresseurs etc... essai de prendre ton oxycodone  2 fois par jour  que ton corps reprenne un rythme plus sain  marche oxygène toi bien ça finira par s arrangé mange bien surtout des trucs bon pour le cerveau

Hors ligne

 

Marco 68 
PsychoHead
Italy
2400
Inscrit le 29 Jan 2019
1359 messages
Desole pour ta mésaventure, peut-être que le naltrexone t'as nettoyé de tout opiacés et là il te faut quelques jours pour que ça se remet en circulation dans ton sang..peut-être..
Bien fait de porter plainte

La Fiorentina é una fede

Hors ligne

 

Acid Test 
PsychoAddict
1700
Inscrit le 28 Sep 2014
2699 messages

CaptainCrox' a écrit

Bonjour tout le monde,

Pour ceux qui me connaissent, j'ai été sous fentanyl pendant des années. 400 mcg/h + extras sublingual. Cet été j'ai fait une rotation d'opioide et ai énormément baissé mes doses (je suis passé à l'oxycodone).

J'ai posté un témoignage sur un abus de traitement où j'ai reçu de la naloxone sans raison valide, le médecin voulait me sevrer ou me torturer, peu importe.

Je sors de l'hôpital traumatisé et n'ayant plus d'oxycodone (confisquée sans documentation par l'hôpital alors que légalement prescrite et dose respectée voire prise plus basse), je fais un truc que je me refusais... j'ai pris un patch d'urgence que j'avais gardé de 100 mcg.

Alors entre mon sevrage et la tolérance baissé, je peux vous dire que le patch sublingual a annulé l'effet de la naloxone qui m'avait mis dans un sale état.

J'arrive à joindre mon doc, on trouve une solution pour revenir à l'oxy et là, alors qu'avant j'avais baissé entre 40 et 80 mg par semaine de mon dosage d'oxy en étant plutôt bien, je suis mal: douleurs, sevrage... je suis mal. En prenant le rest du patch à 100 mcg, donc bien moins dosé qu'il y a 3 mois, plus de douleurs, plus de sevrage mais je me connais, si je repasse au fentanyl, je vais perdre le contrôle.

La moindre brise d'air me fait mal, je suis mal. J'ai augmenté mon oxycodone jusqu'à 2,5x sans changement.

La naloxone a une courte demi-vie. Mais aurait-elle pu déregler mon corps ? J'étais bien sous oxy lp, stable, pas de craving, douleurs gérées. Là depuis cet incident où l'on m'a forcé de la naloxone sans raison médicale (j'étais pas en od, j'étais aux urgences pour une déshydratation).

J'ai l'impression de ressentir les symptômes lorsque j'avais la naloxone. A ce rythme, je vais détruire le travail de 3 mois de douleurs, d'efforts etc. J'ai appelé mon médecin aujourd'hui, je lui ai demandé 3-4 semaines de fentanyl le temps de trouver une solution long-terme. Je sais pertinemment que les boites prescrites ne tiendront pas 3-4 semaines donc pour la première fois, et j'en ai honte car j'ai une bonne relation avec le doc, je lui ai menti sur la posologie, j'ai dit que j'avais besoin de.2 patchs de 100 mcg pour avoir un peu plus de boîtes. Ca ne tiendra pas je le sais.

Je ne comprends pas ce changement vis-à-vis de l'oxy. J'étais BIEN avec et depuis la perf de naloxone sur 6 heures, c'est l'horreur et ça fait deux semaines.

Ca m'a tellement traumatisé que dans mes directives anticipées, j'ai mis aucun soin pour sauver ma vie, naloxone spécifiquement, intubation ou réa. C'est dommage car s'il m'arrive autre chose, je fais quoi ? Toute façon vu comme le médecin m'a traité, il m'aurait souhaité mort. Je n'ai rien contre la religion mais un médecin qui porte un bijoux et une croix, je trouve pas ça pro. L'hôpital public est censé être spirituellement neutre. Et visiblement, le jugement divin sur les preneurs d'opiacés est fort.

Je ne peux pas prendre d'anti-inflammatoires, pas de codéine (spasme sphincter d'oddi = SSO), pas d'hydromorphone (SSO, cauchemars, insomnies, vomissements), pas de morphine aux doses qu'il me faudrait (SSO à fortes doses). Tramadol non fonctionnel pour mes douleurs. Je suis limité dans mes choix et bien que j'apprécie les plaisirs opiacés, j'ai fait mon deul, je veux juste être normal, bien, fonctionnel et j'ai l'impression que mon équilibre a été détruit. A ce rythme, je vais demander la kétamine à mon médecin. Le pauvre est en congé paternité et il prend le temps de m'appeler, prendre de mes nouvelles. Je suis gêné.

Je n'ai jamais aimé l'alcool - à part à des occasions et je prenais une gorgée du verre par politesse et je laissais. Je me retrouve avec une bouteille de rouge, une de rosée, à abuser de l'oxy, du rivotril et du zolpidem (4 dépresseurs, ne faites pas ça chez vous). Je veux être demain, retrouver les patchs. Je sais, c'est mauvais vu les efforts des derniers mois mais c'est ça ou la mort.

J'ai été moins actif sur le forum parce que 24-48 heures après l'incident à l'hôpital, la police n'a pas pris ma plainte car ils ont dû me prendre pour un tox mais un tox a aussi le droit de porter plainte. Quand je rajoutais des détails pour mieux expliquer l'histoire, les flics rigolaient et disaient que je trouvais toujours des justifications. J'ai des preuves ! C'est illégal mais à un stade j'ai mis mon phone en enregistrement. Un psy de l'hôpital veut témoigner pour dire que ça m'a psychologiquement défoncé et que les soins n'étaient pas appropriés. La Naloxone c'est pour les putains d'OD, pas pour quelqu'un qui prend son traitement en règle, dont la dernière prise devait faire 8 heures donc loin de l'OD et que mes constantes étaient OK.

J'ai tjrs eu un bon relationnel à l'hôpitel. J'ai maintenant dans mon dossier medical l'étiquette de violent, tox, malpoli, etc. = sécurité auto si je vais à l'hôpital. Alors que quand j'ai été soigné aux soins intensifs cet été, que je prenais pas toutes les doses d'oxy, ils voyaient que j'étais honnête et rendais le surplus. J'étais adorable et polis et vice-versa. On me respecte, je respecte.

Je disais avoir été moins actif après l'épisode hôpital et poste de police. Poste de police près de la gare. Je me suis jeté sur la voie mais le j'ai mal calculé mon timing, le train s'est arrêté. Je suis parti avant l'arrivée des " " " secours " " ".

Désolé. Je lâche mon trop plein qui devrait être sur mon blog mais je poste sur le forum car j'aimerais comprendre ce qu'il se passe vis-à-vis de l'inefficacité de l'oxy post naloxone.

Des idées ? Des alternatives ? Je ne peux pas trop prendre de buprenorphine car j'ai souvent des douleurs aigues nécessitant des agonistes opioides. Cela peut sembler hautain mais méthadone, non. Je suis déjà jugé pour mon oxy, pas envie d'être jugé plus pour la méthadone, surtout vu les conditions de remise. Je suis à mobilité réduite.

Pensez-vous que cela puisse être psycho ? Ca m'a traumatisé à un point que je n'imaginais pas possible. Y aurait-il une explication physique ?

Désolé de vous déranger... je préfère généralement aider ou répondre sur le forum si je le peux mais là, j'atteinds le fond. J'ai lancé des démarches judiciaires via avocat dont j'ai pas les moyens de le payer mais j'ai pas l'énergie d'aller aux RDV. L'hôpital, averti que j'engageais des mesures légales tente de faire une médiation. La médiation aurait dû avoir lieu quand je discutais poliment avec le médecin qui abusait de son pouvoir. Je veux pas d'argent (ou pour rembourser l'avocat et frais judiciaires), qu'on corrige mon dossier mais qu'on reconnaisse le tort qui m'a été fait.

Merde quoi... j'allais bien, je suis devenu suicidaire à cause de l'hosto.

Salut Mec ,

Ça fait deux fois que je lis tes témoignages dans deux topics différents et je suis ...révolté par rapport a ce qu'il t'est arrivé , car passé 50 ans , avec plus de 35 ans depuis mes premières prises de drogues , je ne connais que trop bien les rapports que l'on peut subir ( je dis bien SUBIR !) , avec une très grande partie du corps médicale et notamment dans les hopitaux, où ils sont " chez eux " , en nombre et si quelqu'un doit avoir tort entre un patient usager de substances psychoactives ( qui plus est des opiacés,  vu comme ils sont diabolisés , chose qui s'était très légèrement tassé à un moment mais qui est reparti flèche depuis cette saloperie de  crise des opioïdes aux USA !) , ce sera quasiment toujours le patient / usager en question !
La manière dont tubas été traité par ce médecin avec cette prise de  Naloxone forcée me scandalise et j'imagine que si on m'avait fait ça , je pense que j'aurais perdu mon calme , attendu de reprendre des forces et défoncé ( et pourtant les gens me connaissant pourront dire que je suis loin d'etre quelqu'un de violent mais plutot nerveux et passionné !)  le médecin qui m'aurait fait un truc pareil ( attention, je ne fais que dire ce qu'aurait pu etre ma réaction à un pareil traitement de la part d'un médecin et je n'incite personne â agir de la sorte ; que ce soit bien clair ! )  que je considère comme de la torture pure ,  simple  et gratuite !

Ayant vécu un certain nombre de situations où je me suis senti considéré comme un moins que rien parce que catalogué par le personnel de l'hopital où je me trouvais ( ou au moins une partie de celui-ci , celle qui ètait au courant de mes usages ),  comme usager de drogues et notamment d'opiacés entre autres , y compris d'heroine ( et plus par injection depuis longtemps ou alors si rarement que ça  en est " anecdotique " depuis des années ) et  que je sentais le ton employé pour me parler , changer du tout au tout dès qu'ils apprenaient que j'étais usager de drogues , je n'imagine que trop bien ce que tu du vivre ; un enfer !
Je te comprend, te soutient et t'encourage à ne pas laisser passer cela, tout en sachant une chose , c'est que le corps médical fait bloc dès que l'on s'attaque à l'un d'entre eux, la plupart du temps " officiellement "  meme quand celui ci est en tort ( officieusement , dans un bureau entre 4 yeux bizarrement , là , les langues se délient , ils  pourront le traiter d'incompétent, de ci de ça mais le courage et la liberté d'expression sur le sujet ne dépasseront pas les murs de ce bureau la plupart du temps  ! ), d'autant plus lorsqu'ils travaillent dans le meme hopital.
Tout ça pour dire qu'autant tu as eu raison d'essayer de porter plainte mais ne perds pas non plus toute ton énergie, ton temps , voir ton argent si a un moment tu te retrouves au tribunal â devoir engager un avocat .
Je ne sais pas comment ça se passe dans ce genre de cas et si tu peux finir par te retrouver dans ce genre de situation en France ( surtout vu la justice Française , sur laquelle je suis loin de ne pas tarir d'éloge également !) ; alors il faudra savoir lacher prise , si a un moment tu vois que cette histoire risque de te couter plus qu'elle ne te rapporte !
Il faut savoir voir où est ton interet au final et parfois mieux vaut savoir ravaler sa fiereté plutot que de s'acharner lorsque l'on voit qu'on risque de ne pas ressortir gagnant d'une situation , plutoôt que d'y perdre encore plus , meme si ce n'est pas toujours évident de savoir quand " se retirer du jeu " et jusqu'où aller .

Hereusement que dans ma vie j'ai aussi eu l'occasion de tomber sur quelques très bons  médecins , dont un qui avait été des deux cotés de la barrière et notamment de l'autre coté ( du "notre " si je puis dire cela ainsi ) , jusqu'à un certain moment de ses ètudes de médecine et qui n'est jamais devenu un repenti .
Ce  que je ne suis jamais devenu non plus ( et espère ne jamais le devenir)  , ni  au sujet des drogues en générale , ni de certaines en ´particulier ( comme certainsvpeuvent le devenir après avoir arrêté une drogue en particulier mais en continuant à en consommer d'autres à plus ou moins grande échelle et là, en générale , c'est celle(s ) qu'ils ont arrêté qui prend / prennent cher et deviennent le diable personnifié )  ,  a des époques où pendant un plus ou moins grand nombre d'années , j'ai arrèté de consommer telle ou telle drogue .
Tout en sachant je pense, ne pas tomber dans l'excès inverse , en ayant le discours consistant à en faire passer une ou plusieurs pour totalement innoffensive(s).
Le médecin dont ja parlais avait aussi je pense , su garder une assez  juste mesure des  choses et c'était un médecin ( toujours vivant mais n'est malheureusement plus mon médecin vu qu'il n'a pas de cabinet et ne travaille plus dans les fonctions qu'il avait dans un certain endroit ) avec qui il ètait toujours très interessant de discuter car c'était quelqu'un de manifestement intelligent et ouvert d'esprit , ayant milité pour la mise en place de différentes choses et fait partie des acteurs qui ont compté à une époque ou le mot ou plutôt l'acronyme RDR n'existait pas et commençait seulement à naitre dans l'esprit de certains sans que l'on mette un nom dessus aussi " défini" .
Grace à ces médecins , j'ai pu garder un certain niveau de  confiance en la médecine et une partie des gens qui la représente ; assez pour ne pas mettre tout ce petit monde d'office dans le meme sac et je les en remercie ( pour ça entre autres choses ) .

En tout cas pour revenir à ton histoire, qui fait froid dans le dos et peut etre vu comme un des pires cauchemars auxquels un usager peut etre confronté , je partage l'avis de notre pote d'Italie , ( il Marco !) , peut etre faut il un peu de temps pour que le bordel que ce connard ( y'a pas d'autres mots pour essayer de rester polin!) a mis dans tes récepteurs opiacés et tes synapses, afin que les choses rentrent dans l'ordre , alors accroche toi pour que le travail effectué sur toi meme jusque là n'ait pas été vain et ne pas trop réaugmenter les doses !
Car meme si tout le "micro systeme " de notre cerveau ( à défaut de trouver un mot plus approprié ) est très sensible et peut etre " désorganisé" par le fait de vivre ce genre de traumarisme ( car là on peut vraiment parler d'un traumatisme vécu) et que l'on ( la science , la medecine ) est loin de tout savoir sur le sujet ( et moi encore moins !) , ça devrait finir par rentrer dans l'ordre , car je ne pense pas que la naloxone ou la prise de substance pouvant faire vivre un manque précipité , ne génère quelque chose , un trouble permanent .
J'ai moi meme vécu un manque précipité il y a des années en faisant la connerie de mélanger à un certain nombre d'heures d'intervale , méthadone et Subutex et j'ai vecu le pire manque de ma vie !
Et quand on dit précipite , c'est vraiment ça, comme la prise de naloxone , où en quelques minutes on se retrouve à se taper une crise de manque d'une violence extrème ( l'effet est à peu près le meme en fait ) et j'ai le souvenir que les choses sont rentré dans l..ordre très rapidement .
Il faudrait vraiment qu'il ait implanté un truc qui délivre de la naloxone dans le corps à long terme , pour que le trouble ressenti continue vraiment a etre ressenti je pense.
Mais encore faudrait il qu'il ait été  équipé de ce genre de chose et je pense que dans la très grande majorite des hopitaux, c'est tout simplement de la naloxone de base qu'ils ont
Ou alors tu n'as vraiment pas eu de bol et tu es tombé sur Menguele en personne ! Lol Mais a priori il est mort et enterré depuis un moment déjâ !
Alorscmeme si c'est plus facile à dire qu'à faire , un tout petit peu de  patience devrait te permettre de voir les choses rentrer dans l'ordre !

Étant dépendant des opiacés depuis des années et ayant un traitement de maintenance , j'ai eu pkusieurs fois des épisodes où sans raison apparente particulière , je ressentais moins les memes doses pendant un moment et ça rentrait dans l'ordre au bout de quelques jours.
Comme ça me l'a fait aussi lorsque j'etais passé d'une heroine a une autre , que je pensais etre beaucoup moins forte et du coup j'avais du augmenter mon dosage journalier de 50% , alors qu'après analyse, la came était aussi forte voir meme lègèrement plus !
J'aurais mis ma main au feu qu'elle tombée à 30% de pureté au lieu de 50% , alors qu'en comptant la 6mam, elle  était au moins au meme niveau .
Et ce genre d'épisode où a certains moment je ressent plus ou moins les memes doses d'opiacés , m'est arrivé pas mal de fois en un grand nombre d'années de dèpendance  , pendant un temps plus ou moins  long , sans  jamais savoir pour quelle raison !
Alors je te souhaite une bonne " convalescence " par rapport à ce traumatisme important et de te remettre le mieux et le plus rapidement possible de tout ça !
Bon courage à toi et ne t'en fais pas tropn, ça devrait  passer et revenir petit à petit à la normale d'ici peu ! 
Nous sommes de tout coeur avec toi !
Tiens nous au courant en tout cas .

Dernière modification par Acid Test (19 octobre 2022 à  23:17)

Hors ligne

 


Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

[ Forum ] Naloxone
par Mazette, dernier post 04 novembre 2020 à  12:50 par Valooo23
  11
[ Forum ] Actualité - Se former sur la naloxone
par pierre, dernier post 20 novembre 2020 à  21:12 par sud 2 france
  4
[ Forum ] Overdose - Overdoses et naloxone
par ji air, dernier post 20 octobre 2015 à  19:52 par JeRe
  1
  [ PsychoWIKI ] La naloxone un antidote aux overdoses d'opiacés

Psychoactif en Images
Plus d'images psychoactives
En ce moment sur PsychoACTIF  
 Psychoactif 
Vos bénéfices liés à l'usage des drogues
14 octobre 2022Annonce de Equipe de PsychoACTIF
 Appel à témoignage 
Avez vous des problèmes de médecin pour votre traitement de subst...
Il y a 12hCommentaire de BREIZH AR PEOC'H (32 réponses)
 Forum UP ! 
5F-AKB48 - Comment ne pas rater sa préparation
Il y a 1jDiscussion sans réponse depuis 12h
 Forum 
Aucun effet - Test 1p-lsd et aucun effet
Il y a moins d'1mnCommentaire de Fly2021 dans [LSD 25...]
(4 réponses)
 Forum 
Expériences - Recette pour faire un homebrew avec tramadol
Il y a 17mnCommentaire de CaptainCrox' dans [Tramadol...]
(1 réponse)
 Forum 
Kétamine et douleurs abdominales
Il y a 29mnCommentaire de HEV dans [Kétamine et PCP...]
(16 réponses)
 Forum 
Arrêt & Sevrage - Sevrage opiacés par lyrica
Il y a 38mnCommentaire de Psychonogeek dans [Pregabaline (lyrica)...]
(3 réponses)
 Forum 
1CP-LSD - En quête de conseil pour découverte 1cp-lsd
Il y a 1hCommentaire de Skioz dans [RC Psychédéliques...]
(2 réponses)
 Forum 
Quels noid choisir
Il y a 2hCommentaire de L'Apoticaire dans [Cannabinoïdes de synt...]
(4 réponses)
 Forum 
Drogue info - Drogue pour pallier à l'anxiété
Il y a 2hCommentaire de zizitaupe_meille... dans [MDMA/Ecstasy...]
(7 réponses)
 Forum 
Actualité - Quelle sensation ma première trace et les dangers de la "mise en g...
Il y a 2hNouvelle discussion de Isoretemple dans [Sniff et réduction de...]
 Blog 
Microdoses de champis
Il y a 1jNouveau blog de Anaya dans [Expérimental]
 
  QuizzZ 
Etes-vous dépendant aux benzodiazépines ?
Dernier quizzZ à 02:04
 PsychoWIKI 
Héroïne, effets, risques, témoignages
 Topic epinglé 
Neurchi 2 Psychoactif
 Nouveaux membres 
Leica, Loup674, Rocketman, Vonzy nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
S'identifier

Mot de passe oublié

Morceaux choisis 

 Vos bénéfices liés à l'usage des drogues
par Cub3000, le 22 Nov 2022
Hello...Je pourrais lister tout un tas d'effets positifs sur ma vie de certaines substances que je consomme, mais je vais me limiter au plus notable : Les lysergamides m'ont complètement sorti d'une sorte de rumination d'angoisses existentielles/métaphysiques qui me bouffait littéralement la vi...[Lire la suite]
 Question pour arrêt du Shit
par PrincessCarolyn, le 23 Nov 2022
Coucou ! Je suis à peu près dans la même situation que toi par rapport au shit et en suis à ma 2eme semaine d'arrêt.. Ce qui m'a paru important dans un premier temps c'est de se fixer des objectifs réalistes, et de se laisser le droit de diminuer sa conso petit à petit. Tu peux par exemple t...[Lire la suite]
 Quelle sensation la première fois?
par cependant, le 22 Nov 2022
Salut, juste pour préciser un truc de taille. Sur le forum ni le message 1 ni le 2 ne sont approuvés. On n'est pas là pour donner des conseils, ni imaginer auprès des gens ce qu'une conso pourrait leur faire (tu vas passer une bonne soirée ??!). On ne peut pas savoir...ni deviner. Sans parl...[Lire la suite]
Tous les morceaux choisis
Les derniers champis

Okay dans [forum] Psilo + Atarax
(Il y a 1h)
Thanks dans [forum] Psilo + Atarax
(Il y a 1h)
oui, accumulation, je pensais que c'était plus de jours k t'avais pris de la met dans [forum] La metha me rend malade?? HELP
(Il y a 2h)
Je ne suis pas contre une petite MAJ de ton état :) dans [forum] Dépression & Kétamine : Mon Automédication avec la Kétamine
(Il y a 5h)
Pas de diabolisation ! - MM dans [forum] Ton incitatif sur l'héroine ?
(Il y a 6h)

Pied de page des forums