Essai de dispensation d'héroïne médicale à  Vancouver pour 200 UDI

Publié par ,
8939 vues, 5 réponses
avatar
Topmax homme
Psycho junior
Inscrit le 25 Apr 2014
267 messages
Dans le reportage en annexe la journaliste explique que 200 usagers de drogue(s) intraveineux reçoivent de l'héroïne médicale. Malheureusement, le gouvernement canadien par la voix de sa Ministre de la Santé s'oppose au programme et a saisi les autorités judiciaires afin d'y mettre fin.






"Ils ont cru s'enivrer des Chants de Maldoror et maintenant ils s'écroulent dans leur ombre animale..."  H-F Thiefaine

Hors ligne

 

avatar
MissySippi
Psycho junior
Inscrit le 20 Jun 2011
219 messages
dommage que ce soit uniquement en anglais (je le maitrise bien, mais je me sens flemmarde ce matin, hihi)

donc il ne s'agit ni de Sub, ni de Métha ?

bon, jvais écouter le reportage entier pour arrêter dfaire chier mon monde.......>> =P

Hors ligne

 

avatar
MissySippi
Psycho junior
Inscrit le 20 Jun 2011
219 messages
En gros ça dit ; arrêtons de vouloir refiler à  ces gens de la métha par voie orale, ils aiment la rabla, ils aiment se la shooter, procurons leur 1 traitement shootable (puisqu'ils n'arrêteront manifestement pas ce geste) , comme ça au moins ils retrouveront un emploi, une stabilité, ils éviteront d'etre envoyés en zonzon , puisque la légalité du traitement diacétylmorphine prescrit tout nouvellement les protègera d'être sans arrêt arrêtés et menottés et vus marginalement..

j'ai bon ?

en gros, c'est dla came, mais prescrite. donc le toubib t'ôte les embêtements policiers et la peur au ventre quotidienne. la prohibition quoi..

ai-je bien pigé ?

si c'est ça, c mortel !

cela ne couterait pas plus cher que d'entretenir nos anciens présidents de la république (entendu hier sur Fr@nce Info, Giscard, Sarkozy et dans une moindre mesure Chirac coutent bcp à  la France car ils bénéficient d'un genre de salaire A VIE, d'une éternelle protection policière, d'un logement à  vie idem..... cela se chiffre en millions si jai bien compris hier.
combien couterait à  la CPAM le traitement diacétyl injectable à  nos injecteurs français ? sans doute bcp moins

bises

MissY

Hors ligne

 

avatar
prescripteur homme
Modérateur
Inscrit le 22 Feb 2008
11142 messages
L'expérience suisse montre que c'est un outil indispensable pour quand même une minorité d'usagers (le passage en salle d'injection 2 fois par jour est quand même une lourde contrainte). par exemple 1300 en Suisse en 2008.
D'après le reportage un traitement à  l'héroine coûte 27 000 dollars par an alors qu'un "toxicomane standard" coûte 45 000 dollars par an, tous frais confondus (santé, justice etc..).

Malheureusement, dans l'action des politiques, on voit encore l'influence de Nixon (qui l'a fait pour mettre les noirs en prison et enrichir la mafia qui avait financé sa campagne) et de Reagan (just say no) qui l'a fait probablement pour les même raisons + les difficultés d'élaborer sur une situation complexe.
A quand des politiques qui y comprennent quelque chose ?? Il ye na a (voir la Global Commission de l'ONU) mais malheureusement ils n'interviennent que quand ils ne sont plus au pouvoir.
http://www.infos-psychotropes.fr/   voir le coin de la politique. Commission globale  , 2 références.

Amicalement
Je rappelle que l'experience de Vancouver doit beaucoup à  Bruce Alexander. Voir dans le coin de la politique la BD "le parc aux rats".

Dernière modification par prescripteur (29 janvier 2015 à  10:49)


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

avatar
Mister No homme
Pussy time
Inscrit le 04 Aug 2014
8406 messages

A quand des politiques qui y comprennent quelque chose ?

C'est un jeu de dupes. A part certains ravis de la crèche, les politiques connaissent les tenants et aboutissants surtout ceux qui permettent des fonctionnement financiers occultes. De nos jours, tout le monde est affranchi. Même un plancton de commissariat connait les règles du jeu.
Reste que ta question garde tout son sens.

Pour en revenir à  l'héro médicalisée, si toutefois elle ne convient qu'à  une minorité, il doit exister d'autres biais pour éviter à  un plus grand nombre d'usagers d'héro de subir des conséquences liées à  la prohibition.
Des salles de conso avec des dealers patentés pourrait être une piste.
Il me semble bien que cela s'est pratiqué en Hollande, dans une asso qui avait été aidée je crois par un pasteur qui fournissait les locaux, je veux dire l'infrastructure mais aussi l'accueil.
L'usager n'avait aucun intérêt de se fournir ailleurs et comme les choses étaient bien faites, après avoir pécho, ils trouvaient du matos d'injection. Le tout avec la bénédiction d'un pasteur qui recevait des visites de courtoisie des policiers de quartier. Je ne me souviens pas si le shoot était possible sur place, mais d'après mes souvenirs de la lecture d'un article décrivant le fonctionnement du dispositif, il me semble que c'était possible, ça donne plus de sens à  la démarche.
Les dealers et les clients étaient soumis à  une charte éthique qui permettait d'acheter un produit "estampillé" de bonne qualité. (qualité et stabilité du produit, pas de pushing ou de vente de doses inconsidérées ou jugées considérables pour un jour)
Il me semble que cette initiative hollandaise date et a été initiée rapidement quand il a fallu d'urgence penser à  préserver les injecteurs avec l'arrivée du sida.

Dernière modification par Mister No (29 janvier 2015 à  12:00)


Just say no prohibition !

Hors ligne

 

avatar
Topmax homme
Psycho junior
Inscrit le 25 Apr 2014
267 messages
Salut,

En fait, dans les grandes villes, il existe des centres du genre salle de conso à  moindre risque (limite hôpital) qui délivre aux usagers d'héroïne locaux (qui résident là  depuis des années, pas de touristes) soit de l'héroïne à  fumer, soit de l'héroïne à  injecter.

Il faut que les UD viennent à  une heure bien précise deux fois par jour et consomment tout sur place sur un laps de temps réduit. Le personnel médical veut enlever tout ce qui peut être "récréatif" pour se limiter à  la conso "pure". Dans le même temps, il y a un traitement à  la méthadone qui peut être commencé dans le centre.

Il y a des UD qui continuent leur conso dans ces conditions, mais il y en a aussi qui trouvent que le système est assez contraignant (pas de possibilité de travailler par exemple), que le "fun" de la conso s'est émoussé et commencent un traitement à  la méthadone (c'était également le cas en Suisse aussi).

Voilà , comme je l'ai déjà  dit, je trouve le pragmatisme des nations "protestantes" est assez éloigné de la vision "catholique" (du sevrage total comme unique solution honorable et de glorification de la douleur) en ces matières. Mais cette approche néerlandaise a quand même permis une diminution drastique de la consommation d'héroïne chez les jeunes, les dealers se concentrant par manque d'acheteurs sur les autres drogues.

"Ils ont cru s'enivrer des Chants de Maldoror et maintenant ils s'écroulent dans leur ombre animale..."  H-F Thiefaine

Hors ligne

 

  • Psychoactif
  •  » Forums 
  •  » Actualités
  •  » Essai de dispensation d'héroïne médicale à  Vancouver pour 200 UDI

Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

logo Psychoactif
[ Forum ] Réduction des risques - VANCOUVER : Des substituts d'opioïdes dans des distributrices ?
par ElSabio, dernier post 23 décembre 2017 par Recklinghausen
  1
logo Psychoactif
[ Forum ] Salle de shoot - Diaporama : Vancouver et la salle d’injection supervisée Insite
par pierre, dernier post 13 janvier 2013 par pierre
  0
logo Psychoactif   3
logo Psychoactif   [ PsychoWIKI ] Injection heroine brune en photos
logo Psychoactif   [ PsychoWIKI ] Héroïne, effets, risques, témoignages
logo Psychoactif   [ QuizzZ ] Risquez vous une overdose d'opiacé ? (heroine, morphine, methadone)
19157 personnes ont déja passé ce quizzz !
logo Psychoactif   [ QuizzZ ] Testez vos connaissances sur les overdoses d'opiacés
19167 personnes ont déja passé ce quizzz !

Pied de page des forums