Derrière l’expérimentation sur le cannabis médical en France, des ambitions économiques et un flou p / PsychoACTIF

Derrière l’expérimentation sur le cannabis médical en France, des ambitions économiques et un flou p

Publié par ,
1194 vues, 3 réponses
pierre
Web-Administrateur
2300
Inscrit le 15 Sep 2006
15158 messages
Blogs
Derrière l’expérimentation sur le cannabis médical en France, des ambitions économiques et un flou politique

L’expérimentation de deux ans évaluera les vertus médicales de la plante. Un paradoxe alors qu’il est toujours interdit de faire pousser ou même de transformer la fleur de cannabis.

Par Luc Vinogradoff
Publié aujourd’hui à 00h36, mis à jour à 13h55

/forum/uploads/images/1614/cannabis.jpg



Substances et dépendances. Pour la première fois en plus de cinquante ans, le cannabis ne sera plus uniquement considéré comme un stupéfiant en France. Il deviendra, pour 3 000 patients en « impasse thérapeutique », un médicament dans le cadre d’une expérimentation sur le cannabis médical, qui débutera le 31 mars. Pendant deux ans, celle-ci servira, selon l’Agence nationale de la santé et du médicament et des produits de santé (ANSM) qui pilote le projet, à déterminer « la pertinence et la faisabilité de la mise à disposition du cannabis à usage médical en France ».

Dans un premier temps, cela consistera à jeter les bases d’un circuit de distribution et à en sécuriser les étapes. Les médicaments à base de cannabis (sous la forme de fleurs séchées à vaporiser ou d’huile) devront être importés, stockés et prescrits par des médecins préalablement formés puis récupérés par les patients dans des pharmacies.

Mais surtout, il s’agira pour l’ANSM d’évaluer les vertus médicales de cette plante pour des patients en situation palliative ou bien souffrant de sclérose en plaques ou d’épilepsie résistantes. Un registre sera créé pour consigner les bienfaits et les effets indésirables. La priorité, répète-t-on à l’agence, ce sont bien ces 3 000 patients, et c’est pour eux qu’il faut la lancer le plus vite possible après les retards accumulés depuis décembre 2018, exacerbés ensuite par la crise sanitaire. Quitte à régler les contradictions juridiques et politiques en cours de route.
Une situation paradoxale

Car le paradoxe de cette expérimentation est qu’elle débute dans un pays où il est toujours interdit de faire pousser, ou même de transformer, du cannabis. Le décret qui fixe son cadre, signé le 9 octobre par le ministère de la santé, ne concerne que l’importation et la distribution. L’article R5132-86 du code de la santé publique, qui interdit tout usage du cannabis, y compris thérapeutique, reste en vigueur, empêchant de fait toute entreprise basée en France de pouvoir fournir des médicaments à base de cannabis.

Les seules entreprises françaises retenues par l’appel d’offres de l’ANSM, comme le laboratoire Boiron, seront chargées de la distribution et du stockage du produit, en « binôme » avec celles qui ont été choisies pour le fournir gratuitement : des multinationales canadiennes (Tilray et Aurora Cannabis), israéliennes (Panaxia) ou australiennes (Little Green Pharma), spécialisées depuis des années dans la production et l’exportation de cannabis médical. Tilray fournit déjà l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Espagne et le Portugal et pèse plusieurs milliards de dollars.

C’est justement ce savoir-faire, nécessaire pour élaborer un médicament à partir du cannabis avec tout ce que cela implique comme garanties de sécurité, de contrôles et de test, qui a orienté le choix des autorités sanitaires françaises, décrypte Christian Ben Lakhdar, spécialiste de l’économie des drogues à l’université de Lille et auteur de l’essai Addicts, les drogues et nous (Seuil, 2020) :

« La France, comme tous les Etats, accepte de libéraliser son marché du cannabis thérapeutique à condition d’avoir une sécurité maximale. Pour se rassurer, elle se tourne vers les acteurs de taille économique importante qui apportent ces garanties. »

« Il n’y a pas eu de volonté de privilégier les entreprises étrangères », assure cependant Nicolas Authier, chef du service de pharmacologie médicale au CHU de Clermont-Ferrand et président du comité scientifique qui a piloté le dossier à l’ANSM. Si les entreprises françaises n’ont pas été incluses dès le début de l’expérimentation, c’est qu’il fallait « commencer au plus vite » :

« Si on avait voulu du “made in France”, il aurait fallu expliquer aux patients qu’il fallait peut-être attendre deux ans de plus, car être aux standards pharmaceutiques nécessite beaucoup d’investissements. Certaines des entreprises françaises qui se disent prêtes à cultiver actuellement n’ont pas bien compris qu’il s’agissait ici d’un médicament. »

Sans compter que, légalement, c’est toujours impossible. Pour M. Authier, il faut d’abord que l’expérimentation commence pour que « tout le reste s’enchaîne derrière » :

« Je pense que cela va obliger le gouvernement à publier rapidement un décret qui autoriserait la culture du cannabis à visée médicale en France. Je comprends la crainte d’être en retard. Mais ces deux années vont permettre aux entreprises françaises de s’organiser, de faire les investissements nécessaires et se structurer. »
« Une aberration économique et sanitaire »

Prendre un retard difficile à rattraper face à des entreprises étrangères habituées à s’implanter sur de nouveaux marchés et rater l’occasion de jeter les bases d’une filière française du cannabis thérapeutique, c’est précisément la crainte formulée par plusieurs acteurs économiques, spécialistes et responsables politiques.

Un rapport particulièrement critique a été publié en septembre par la mission d’information commune sur la réglementation et l’impact des différents usages du cannabis de l’Assemblée nationale. Les élus regrettent « l’absence d’anticipation » et « l’inertie de l’administration », qui actuellement « rendent impossibles le développement d’une filière française du cannabis thérapeutique », alors que celle-ci « répond à un impératif de souveraineté sanitaire ». Une filière dont Emmanuel Macron avait lui-même rappelé « les vertus » en octobre 2019.

Cela « constitue une aberration économique et sanitaire, d’autant que de nombreux acteurs français sont aujourd’hui en mesure de produire rapidement des fleurs et des médicaments », écrivent les élus, ajoutant :

« Les conditions prévues pour l’expérimentation conduiront à une domination totale du marché par des acteurs économiques étrangers. »

DelleD-LaFleur est une de ces entreprises françaises qui seraient capables « de produire rapidement des fleurs et des médicaments » à base de cannabis. Elle a fait acte de candidature auprès de l’ANSM pour proposer des cartouches de vaporisation, mais c’était surtout un geste symbolique pour faire ressortir les contradictions de la législation actuelle. Car même si l’entreprise peut importer du cannabis depuis l’étranger dans le cadre de projets de recherches médicales, elle ne peut pas « conditionner les fleurs [de cannabis], car cela reste considéré comme de la fabrication », résume son président, Franck Milone. Aucune chance, donc, d’être retenue. C’est un de ces « verrous handicapants qui n’existent pas pour des entreprises étrangères ». Pour autant, M. Milone reste confiant sur le fait que le « cadre légal bouge » :

« L’expérimentation est une première pierre à l’édifice. Elle a été obtenue grâce aux acteurs français et on espère que l’ANSM prendra aussi en compte notre expertise, sans forcément privilégier les acteurs étrangers. »

L’une de ces expertises concerne le chanvre, plante de la même espèce que le cannabis, mais sans ses effets psychotropes, dont la France est le 4e producteur mondial. Aurélien Delecroix, président du Syndicat du chanvre et de l’entreprise Greenleaf, reconnaît « avoir été déçu que l’appel à candidatures exclue les entreprises françaises », mais comprend « les arguments pertinents des autorités sanitaires pour le justifier ». Il se dit, lui aussi, optimiste sur l’émergence d’une filière française avec des spécificités que les multinationales n’auront pas. « La culture locale fait sens et les autorités l’ont compris », croit-il.


« Le savoir-faire sur le chanvre peut être une porte d’entrée pour les acteurs français », convient Christian Ben Lakhdar. Mais, prévient-il, « beaucoup de portes se fermeront pour eux si l’ANSM file les clés du camion à une multinationale canadienne adossée à l’industrie pharmaceutique ». C’est précisément le cas de Tilray, qui a signé en 2019 un accord-cadre avec le groupe pharmaceutique suisse Novartis.
Ouverture d’un marché

En regardant l’évolution de la régulation du cannabis au Canada, d’où sont originaires beaucoup des acteurs mondiaux les plus importants, on peut mieux comprendre ces craintes. Le cannabis médical y a été légalisé en 2001 à la suite d’une décision de justice, qui en a fait un droit constitutionnel. Les patients ont alors pu s’en procurer auprès du gouvernement ou même le « faire pousser eux-mêmes », raconte Line Beauchesne, spécialiste des politiques sur les drogues à l’université d’Ottawa et autrice de La Légalisation du cannabis au Canada, entre commercialisation et prohibition 2.0 (Bayard Canada, 2020).

Mais tout change en 2014, lorsque le gouvernement conservateur décide de mettre tout son poids politique derrière l’industrie locale. Une nouvelle loi est votée « pour remettre la distribution aux mains du secteur privé. Désormais, les patients devaient s’approvisionner exclusivement auprès de ces producteurs ayant une licence fédérale », raconte-t-elle.

Certaines de ces entreprises sont alors devenues des mastodontes, aux dépends des « petits producteurs locaux, qui n’ont pas pu lutter à cause du prix élevé des licences et des obligations sanitaires », explique Line Beauchesne. La légalisation du cannabis récréatif, en 2018, n’a fait qu’amplifier ce phénomène.

« Une fois que ces grandes compagnies sont présentes dans le marché médical, elles dominent ensuite dans celui du récréatif, détaille-t-elle. Pour accroître leurs profits, elles font le nécessaire pour être les premiers sur les rangs de nouveaux marchés qui s’ouvrent. »


La France n’en est pas encore là. L’expérimentation qui débutera fin mars a, avant tout, des visées médicales. Et à en croire les discours répétés du ministère de l’intérieur, comme récemment en « une » de La Provence, le début d’une quelconque dépénalisation est encore très loin. Il n’en reste pas moins que ce premier pas crée un nouveau marché. Selon les analystes d’Expert Market Research, le cannabis médical pesait plus de 16 milliards de dollars (13 milliards d’euros) au niveau mondial en 2020 et devrait augmenter de 23 % d’ici à 2026. On peut alors s’interroger, comme le fait Renaud Colson, juriste spécialisé dans les drogues et la prohibition, « sur les contreparties attendues par ces entreprises qui accepteront de mettre à disposition des produits dont la valeur a été estimée à plus de 3 millions d’euros ».

Source : LeMonde

Hors ligne

 

Mister No 
Pussy time
5510
Inscrit le 04 Aug 2014
7858 messages

« Il n’y a pas eu de volonté de privilégier les entreprises étrangères », assure cependant Nicolas Authier, chef du service de pharmacologie médicale au CHU de Clermont-Ferrand et président du comité scientifique qui a piloté le dossier à l’ANSM. Si les entreprises françaises n’ont pas été incluses dès le début de l’expérimentation, c’est qu’il fallait « commencer au plus vite »

Il est sponsorisé par vaseline, en même temps, c'est une assertion digne de l'ANSM,ni plus, ni moins.
Forcément après avoir interdit toute entreprise d'un domaine de pointe internationalement reconnu jusque dans les bourses, nos politiques misent directement sur une entreprise et une production étrangère par l'entremise de son agence du médoc.
Comme ça on ne pourra même pas dire qu'on a perdu notre production. Pour la perdre, faudrait l'avoir. lol
La loose quoi.
Mais splendide foutage de gueule. superpasdebolboulet

Dernière modification par Mister No (01 mars 2021 à  21:17)


Just say no prohibition !

Hors ligne

 

ji air
mutafukaz
500
Inscrit le 10 Jan 2010
572 messages
hugh,

cette affaire de cannabis thérapeutique à la française me laisse perplexe.

L'état français n'est pas foutu de mettre la main à la poche pour acheter l'herbe et se la fait donner par un producteur canadien, purée ça la fout mal quand même, la France qui fait la manche pour un peu d'herbe.
Doivent être vachement jouasses les entreprises françaises qui espéraient se placer sur le marche.

ça ne va concerner que 3000 personnes, pour comparaison en Israel qui compte moins de 10 millions d'habitants ils sont 70 000 à y acceder!

Sauf erreur de ma part, l'herbe propsée titrera autour de 8% de THC alors qu'on sait bien que certains patients ont besoin de produit beaucoup plus concentrés

et pour couronner le tout, les 3000 heureux élus ne pourront plus conduire sauf à risquer de se faire gauler et traiter comme de dangereux chauffards.
Donc faudra choisir entre se soigner et se déplacer librement.
Ceux qui vivent à la campagne ou le permis de conduire s'apparente souvent à un permis de vivre apprécieront

A ce jour je crois bien que ça sera le seul médicament dont l'usage peut vous valoir un retrait de permis, ça me fait halluciner, pendant ce temps là on peut rouler blindé aux benzos et autres sans que ça gêne personne.

Suis-je parano, mais tout ça me fait penser à un sabotage organisé. On fait du cana thérapeutique et de l'autre côté on fait tout pour en limiter la portée, voire que ça foire.

j'ai trouvé la vérité, et elle est simple: la vie est étonnante.

Hors ligne

 

Mister No 
Pussy time
5510
Inscrit le 04 Aug 2014
7858 messages
Non non t'es pas parano.
Tous les freins mis en place nous traînent dans cette situation.


L'état français n'est pas foutu de mettre la main à la poche pour acheter l'herbe et se la fait donner par un producteur canadien, purée ça la fout mal quand même, la France qui fait la manche pour un peu d'herbe.
Doivent être vachement jouasses les entreprises françaises qui espéraient se placer sur le marche.

C'est un peu ça en effet mais surtout des géants mondiaux sont capables de répondre gratuitement à une première demande, du coup ils ont l'opportunité pour que leur lobbying fasse de l'effet.

Sauf erreur de ma part, l'herbe propsée titrera autour de 8% de THC

Il me semble que 3 ratios ont été demandés, c'est trop peu mais il me semble que c'est sous forme de fleurs séchées.
A vérifier, je ne suis plus de prêt.
Juste assez pour me dire que c'est inacceptable.
20 :1, 1:1 et 1:20 de mémoire mais ça a pu changer.
Il faut que les médecins aient plus de choix avec teintures ou herbes à vaporiser.

Dernière modification par Mister No (03 mars 2021 à  20:21)


Just say no prohibition !

Hors ligne

 


Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire




    Psychoactif en Images
    Plus d'images psychoactives
    En ce moment sur PsychoACTIF  
     Psychoactif 
    Fanzine N°4 : nous voulons connaitre le taux de pureté de nos drogues
    20 septembre 2021Annonce de Equipe de PsychoACTIF
     Appel à témoignage 
    Enquête sur la cannabis comme aide au sevrage/baisse/controle des...
    Il y a 3jCommentaire de plotchiplocth (11 réponses)
     Appel à témoignage 
    Avec Safe testez le nouveau spray nasal (MAD)
    20 septembre 2021Commentaire de Caïn (38 réponses)
     Appel à témoignage 
    Quel serait le kit d'injection adapté à vos pratiques ?
    Il y a 4jCommentaire de Snakeee (43 réponses)
     Forum UP ! 
    Expériences - 3-MMC la grosse discussion
    04:59Discussion sans réponse depuis 24h
     Forum UP ! 
    Ami(e)s - Amie qui commence à partir en couilles (IV de stims)
    Il y a 1jDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum UP ! 
    TR Amanita mMuscaria
    Il y a 20hDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum 
    Drogue info - Est-ce un site (darknet) sécurisé et fiable ?
    Il y a moins d'1mnCommentaire de Mychkine dans [Opiacés et opioïdes...]
    (2 réponses)
     Forum 
    Répression - Les risques au tribunal ?
    Il y a 5mnCommentaire de speedy76 dans [Cannabis...]
    (6 réponses)
     Forum 
    Arrêt & Sevrage - Une nouvelle vie qui commence
    Il y a 8h
    1
    Commentaire de J'aime mon malinois dans [Cocaïne-Crack...]
    (11 réponses)
     Forum 
    Expériences - TR 1er fois Héroïne
    Il y a 9hCommentaire de Marco 68 dans [Heroïne...]
    (1 réponse)
     Forum 
    Cherche prix et photos de prods pour enrichir le PsychoWIKI
    Il y a 9h
    321
    Commentaire de LilSoma dans [Conseils généraux de...]
    (2207 réponses)
     Forum 
    Premiere "vraie" très mauvaise expérience avec la ké.
    Il y a 9hCommentaire de Lola1707 dans [Kétamine et PCP...]
    (6 réponses)
     Blog 
    Revue de presse Cannabis thérapeutique du 4 octobre 2021
    Il y a 4jCommentaire de Daviragesud dans le blog de filousky
    (1 commentaires)
     
      QuizzZ 
    Evaluer la gravité de votre addiction
    Dernier quizzZ à 07:26
     PsychoWIKI 
    Kanna (Sceletium tortuosum), effets, risques, témoignages
     Topic epinglé 
    Neurchi de Psychoactif
     Nouveaux membres 
    ChipsOrCrisps, Terrine2moules, conar, Marlrboro nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
    S'identifier

    Mot de passe oublié

    Morceaux choisis 

     La pathologie et les médicaments font peur?
    par Jérimadeth, le 09 Oct 2021
    Coucou ! Merci Subohm de lancer ce sujet (qui me concerne & me préoccupe aussi) ! Mon avis, ce n'est que mon avis (assez proche de celui de prescripteur, not. sur la psychiatrie); je suis ouvert aux opinions différentes/critiques. Et je ne suis pas expert en psychiatrie non plus mais UD et con...[Lire la suite]
     Enquête sur la cannabis comme aide au sevrage/baisse/controle des autres drogues
    par pierre, le 15 Sep 2021
    Les associations Principes Actifs et PsychoACTIF, en lien avec l'équipe de recherche du SESSTIM, réalisent une enquête sur le cannabis comme méthode de substitution aux autres drogues. Certains consommateurs de drogues ont fait le choix d'utiliser le cannabis pour réduire leurs consommations,...[Lire la suite]
     Confection d'un vapo style GVG
    par bilon, le 06 May 2021
    Salut, je voulais apporter ma petite contribution pour celles et ceux qui souhaitent profiter d'un vaporisateur style GVG, sans trop se ruiner. même technique de vaporisation, même efficacité, mais beaucoup moins cher puisqu'il revient aux alentours de 35 euros avec les frais de port. Il faut p...[Lire la suite]
    Tous les morceaux choisis
    Les derniers champis

    Tellement vrai... Adalana dans [forum] Une nouvelle vie qui commence
    (Il y a 9h)
    D'accord MG ~ dans [forum] Benzos ou neuroleptiques pour stopper un trip ?
    (Il y a 14h)
    bof boff ! javertis car tes nouveau dans [forum] A propos du 1cp lsd
    (Il y a 14h)
    On est sur un forum de RdR ici..../Cub3000 dans [forum] A propos du 1cp lsd
    (Il y a 22h)
    Voilà voilà /Cub dans [forum] effet du lsd sans la tolérance
    (Il y a 1j)

    Pied de page des forums