PsychoACTIF / Rechercher
Recherche dans les commentaires de blogs

Le blog de darlinng » just me » 04 septembre 2014 à  08:52

musher
Replies: 24

Aller au message

Bonjour !

Tout être humain interagit avec le monde !

Mais nos vies à  tous et toutes diffèrent.

Par exemple, les uns choisissent de modifier leurs perceptions en prenant des psychotropes. En outre, leurs réponses au monde en subissent le contrecoup ! Par exemple, veuillez prêter l'oreille au discours d'une personne ivre ! Sobre, elle s'exprime tout autrement.

D'autres, comme moi, ne consomment pas. Ou, relativement, si peu : le café, en effet, est considéré comme une drogue légère. Il accélère la formation des idées chez moi, a un effet diurétique, etc.

D'autre part, lire, me "réfugier dans les bouquins", ou écrire ici, au détriment de l'accomplissement de mes devoirs d'enfant, d'abord, puis de mes devoirs de maîtresse de maison par la suite, entre autres ... était comme une passion déséquilibrante, car le plaisir pris ici était créateur d'angoisses, par ailleurs, de ne pas avoir, par exemple, le temps de faire le travail à  temps, à  la dernière minute, sans avoir le plaisir de prendre mon temps ! Sans la fierté du travail fait consciencieusement.

Non seulement, le choix du type de produit ou de comportement, nous mène à  des façons différentes de vivre la vie que nous avons reçue en tant qu'être humain. Mais on peut dire que suivant l'usage, festif, récréatif ou abusif, dangereux pour notre santé, de ces produits ou l'adoption de comportements spécifiques, tels l'anorexie mentale, nous mettrons notre santé plus ou moins en danger.

Je crois que l'on peut dire que notre santé est altérée quand nous avons perdu la maîtrise de notre vie et qu'on a l'impression de ne plus pouvoir faire usage de notre volonté ?

Mais peut-on dire que nous avons eu, en tous temps et en tous lieux, le choix libre de ce que nous avons fait ?

Le champion en sports olympiques, en apparence en bonne santé, n'est-il pas lui aussi quelqu'un de déséquilibré ? Il a choisi de mettre en évidence un aspect de sa vie, sacrifiant d'autres portentiels en lui. Potentiels ou "porte-en-ciel" ?

Monter au 7e ciel en 4e vitesse, puis en dégringoler à  toute blinde ?

L'équilibre : être le plus possible dans le juste milieu, aux deux sens du terme ?

L'être humain est composé de :

- tête qui intellectualise
- coeur siège des sentiments, qui nous motive à  faire telle ou telle chose, en fonction de tel ou tel conditionnement, fruit de l'humain qui nous sert de modèle, et des habitudes que nous prenons (par exemple : le brossage des dents, se lever tôt ou tard, etc.)
- corps, plutôt l'animal en nous, interagissant avec les deux autres, mais soumis à  l'instinct de reproduction (puisque le lait coule à  la naissance, même si nos parents choisissent de nous nourrir au biberon rempli de lait de vache maternisé)

En conclusion, se juger soi-même et s'efforcer d'être un humain réalisé, plutôt que juger l'autre ? Voilà  le chemin proposé, par exemple, par les AL-ANONS, mouvement destiné aux proches et amis de "malades alcooliques", dont le programme dit "spirituel" est calqué sur celui du mouvement des buveurs AA (Alcooliques Anonymes). J'ai perdu la raison, lorsque je gueulais comme une malade sur Musher, qui consommait de la MDPV à  tire-larigot ...

Oui, il y a certainement des usages plus acceptables que d'autres de consommer tel ou tel produit, ou de se livrer à  telle ou telle passion, pour l'entourage d'un passionné ; mais lorsque l'entourage est névrosé, c'est-à -dire que le moindre rappel à  ce qui l'a "traumatisé", selon ses dires, c'est-à -dire, en général, ne pas avoir reçu la dose d'amour auquel il pense qu'il a droit, eh bien, il perd la raison, momentanément et peut revendiquer cet amour de manière hystérique.

Le type de produit importe, mais aussi l'usage, qui peut se situer à  n'importe quel point de l'échelle, entre le festif, récréatif, occasionnel qui pimentera la vie, à  l'usage abusif qui plombera définitivement l'ambiance.

Un être humain, qui ne reçoit pas l'attention juste de la part des élus de son coeur, s'étiole et meurt à  petit feu.

Il semblerait que celui qui recherche une évasion dans les psychotropes, est en général centré sur lui-même, dirigeant (?) son attention sur ses sensations, ce qui naît en lui (en quelque sorte, une méditation) le temps de la montée, le temps de la descente restant également une obsession de ce qui se produit en lui, et, générant en lui, plutôt de la mauvaise humeur ?

L'afflux de dopamine (ou de certains autres neuro-transmetteurs, tels que endorphines), dans le cerveau (comme lors de l'orgasme) amène la détente, le sourire, dans le commerce avec les autres, pour un temps.

Reste à  savoir "Pour combien de temps ?"

Bon, j'espère vous avoir encore "saoûlés", LOL ! L'amie de Musher.

Si tel est le cas, veuillez me pardonner ! …

Le blog de darlinng » just me » 03 septembre 2014 à  08:05

musher
Replies: 24

Aller au message

[quote=lalouve]ne prends rien demoiselle!!!!!!!
prends rien de rien stp! si tu peux...
tu veux savoir pourquoi?
il n'y a pas de reponse a cette question...
chaq'un son chemin, mais
si tu veux , tu peux regarder ca si jamais ca t'apporterai des reponses
au meme temps je ne sais pas si c'est le cas de tout le monde mais pour moi, ca marche;
http://amara.org/en/videos/sQTegaoWxtqx/fr/633107/
si tu cherche a comprendre tu n'es pas forcement obligé d'essayer!!!
reste sobre!!
xxxx[/quote]
Merci pour le lien, La Louve !

Je retiens surtout : simplicité, clarté ...

[quote]"Une personne ne peut envisager sa souffrance que si elle a reçu de la compassion d'une autre personne !"[/quote]
(j'ajoute : ou si elle peut méditer sur elle-même ? Méditer sur soi-même suppose un apprentissage --> reconnaître sa souffrance et savoir, apprendre à  être objectif en la contemplant. Etre objectif : se rendre justice)

Sinon, évitement de ce qu'il est trop douloureux de considérer en face.

L'évitement se fait sans qu'on s'en aperçoive, quasi automatiquement ... La plupart du temps, notre esprit fait cela inconsciemment. cf KRISHAMURTI. …

Le blog de pierre » MDPV en poudre » 20 août 2014 à  07:31

musher
Replies: 36

Aller au message

[quote=sud 2 france]la Canebière....à  l'époque où sont arrivés les grecs à  Marseille et durant plusieurs siècles; il y avait à  l'endroit de la Canebière 1 ruisseau qui y coulait; le long du quel on plantait du chanvre pour en faire du textile pour les voiles et du cordage de bateaux...[/quote]
Bonjour Sud 2 France : "Savoir, c'est pouvoir !" (?). J'ai fait un tour du côté de ton blog et parcouru une discu hors ligne où tu approuvais soviet au sujet dépénalisation et légalisation du chanvre, dont les variétés botaniques contiennent plus ou moins de THC. Je pense que vous avez raison : dépénalisation, oui, mais pas n'importe comment !

Je ne sais si mon ami Musher pourrait te conseiller relativement au SKENAN. Mais Ziggy a fait quasiment le tour de la question si je ne m'abuse, en te répondant sur ton blog.

Comme j'avais écrit "à  suivre ..." au sujet de l'histoire de Musher et de sa conso. de MDPV
, je continue un peu ce matin.

Raatus a classé MDPV comme stimulant euphorisant, neurotoxique qui dérègle la circulation (et/ou production) du neurotransmetteur dopamine, si j'ai bien compris sa phrase :

[quote]... la dopamine, "si tu touches, tu casses"[/quote]
-- (Je vais faire une parenthèse à  mon sujet : dans les années 70, un ami m'avait proposé quelque chose, certainement de la drogue, je pense, dans la bonne intention de me faire du bien ; je devais, je dois avoir un ange gardien qui me préserva de toute dépendance à  ce genre de produit* puisque je lui répondis :

[quote]"Moi, mes rêves me suffisent", sous-entendu : il me suffit que le sommeil remette en place mes neurones, je ne veux pas agir autrement sur eux !"[/quote]
J'ai eu de la chance qu'il n'insiste pas, et pourtant j'étais assez malheureuse en tant qu'étudiante, loin de ma famille, isolée dans ce grand Paris, ne sachant pas que j'avais beaucoup de chance de pouvoir faire des études, car non ambitieuse, sans projet de vie partagé avec confident alors qu'avec le recul je trouve que mes fonctions cognitives de l'époque étaient au top. Mais j'étais mal orientée, psycho-affectivement et finis par me marier avec quelqu'un -- avec qui je ne m'entendis pas, ceci dit grosso modo ! La compréhension intellectuellle ne suffit pas dans le projet de vie ! Je ferme la parenthèse, bien que je puisse continuer à  en dire à  mon sujet, philosophiquement parlant !) ("Sans amour, on n'est rien du tout !")

Bref, avec ce que nous consommons, qui touche au fonctionnement spontané du cerveau, nous nous fabriquons un cerveau sur mesure qui réclame son dû, quand il a été forcé, par telle ou telle substance
droguante. Ou telle ou telle habitude (?)

Je reviens à  Musher : oui, insomnies --> des hurlements dans la nuit, les miens sur lui, car déjà  qu'à  cause de mes "traitements" antiparkinsoniens, j'ai des insomnies plus ou moins prévisibles -- il a dit qu'il se faisait à  l'époque quatre ou cinq injections intraveineuses il y a quelques jours ; maintenant, il en avoue six ou sept, et reconnaît l'accoutumance ... C'est-à -dire qu'il n'y a(vait) presque plus de plaisir à  prendre de la MDPV, oui, mais l'organisme (et/ou le cerveau) réclame quand même sa dose, dépendance physiologique et/ou psychologique ?

Le cycle nycthéméral perturbé et pour lui, et pour moi, (j'espère que je ne fais pas de faute sur le mot, j'en ai fait une, l'ai corrigée, mais j'ai consulté un lien wikipédia sur le rythme circadien qui va nous fixer à  ce sujet --> Voiir le bas de page). Bref, à  gueuler comme ça sur lui, n'ai-je pas contribué au malaise actuel ? Il n'arrivait plus à  sortir de la salle de bain, pour s'habiller pour aller voir son psy. qui lui prescrit sa métha, n'acceptait pas mon aide alors que je devais l'emmener en voiture à  35 km environ pour son RDV tous les quinze jours.

Un matin, il n'arrivait pas à  se vêtir, rampait et gigotait dans tous les sens dans le salon, sur un tapis rêche qui le griffait car il s'y frottait la peau du torse en se roulant dessus, il était tout égratigné, et sans doute me demandait pardon d'être comme cela, alors que je devais sans doute, exaspérée, le démolir verbalement, tellement j'en avais eu marre d'attendre qu'il sorte de la salle de bains, en tant que proche, observant la scène sans en être épouvantée, détachée -- je n'avais ni peur pour moi, ni peur pour lui : mais il nous était impossible de prendre la route pour que je l'emmène aux urgences psychiatriques, je finis par appeler le SAMU. Il était raisonnable : je pouvais communiquer avec lui, il pouvait parler avec les quatre personnes du SAMU (ou trois ?), son syndrome parkinsonien n'avait pas encore fait son apparition ou venait de survenir dans notre vie ?

(A suivre ... )

PS : [url=http://fr.wikipedia.org/wiki/Rythme_circadien]rythme circadien - ARTICLE Wikipedia[/url]

* : oui, mais maintenant, à  cause du parkinson, j'en suis à  prendre de la l-dopa, et ce, depuis environ 5 ans. Qui, bien sûr, ne soigne pas les causes de cette affection neurologique, mais qui supprime certains, la plupart des symptômes, presque tout le syndrome parkinsonien ; oui, mais, pas en permanence et à  quel prix, je ne sais trop encore, Dieu merci ! --> Dépendance ? Accoutumance ? Effets secondaires ?

Merci de votre attention ! L'amie de Musher …

Le blog de pierre » MDPV en poudre » 19 août 2014 à  09:39

musher
Replies: 36

Aller au message

[quote=raatus]@ BoilingBlood : les symptômes comme l'insomnie, la tachycardie, l'hypertension, la vasoconstriction, les attaques de panique, la paranoïa et la psychose reviennent inévitablement quand un usager parle de sa consommation de MDPV, mais aussi sur Wikipédia (dans l'article francophone qui est souvent moins complet que l'article anglophone).

Les syndrômes Parkinsoniens aussi, c'est signé stimulant[b]. La dopamine c'est "tu touches, tu casses"[/b]. Tous les agents dopaminergique majeurs (amphé, cocaïne, cathinones).

Je suis d'accord pour faire passer le message au maximum. A chaque fois que j'ai lu un truc au sujet de la MDPV, j'aurai pas souhaité ça à  ma pire ennemie. On est pas mal ici à  avoir "sauté" sur Niglo quand il a expliqué qu'il voulait tester en I.V.

On était unanime pour dire que c'était la pire crasse jamais vendue en tant que R.C. A la base il avait été développé pour vider les vésicules de sérotonines des rats pour ensuite tester des antidépresseurs. Info/intox, mais c'est dire la réputation du produit sur la toile.

NEUROTOXIQUE - ça englobe tout ça.

edit : de toute façon à  plus ou moins longs terme TOUS les stimulants euphorisants exposent au tableau clinique décrit pas la copine de Musher.[/quote]
Bonjour Raatus,

Un grand merci pour la désignation des symptômes. Je te répondrai plus en détail ultériieurement, tout en te demandant, si tu l'acceptes, de bien vouloir me donner ton avis sur le "traitement" à  la L-dopa des Parkinsoniens qui en arrivent cette prescription, après les agonistes dopaminergiques.

Je commence à  être fatiguée d'être assise devant l''ordi, aussi je m'arrête là  pour l'instant afin de me détendre, en position allongée !

A+ …

Le blog de pierre » MDPV en poudre » 19 août 2014 à  09:23

musher
Replies: 36

Aller au message

[quote=noibé]Fin des années 90 j'avais du diablo: methamphetamine mélangée à  d'autres trucs et après 8-9 jours sans dormir et n'ayant quasiment plus de sommeil je devenais paranoïaque grave, je me suis même évanoui en descendant un escalier de métro et me suis explosé la gueule etme suis réveillé 3 ou 4 jours après à  l'histoire ou j'ai failli mourir il parait[/quote]
Bonjour Noibé !

Ton expérience corrobore bien que le manque de sommeil fait que les neurones ne peuvent se remettre du travail qu'ils fournissent durant l'état de veille -- qui, en principe, devrait correspondre au cycle circadien (sauf erreur, celui-ci suit l'alternance des jours et des nuits) --

J'ai une soeur, qui était pourtant infirmière psychiatrique, mais de service de nuit.

Pour diverses raisons, dont la mauvaise entente avec le père de son enfant, elle devint insomniaque ; je passais notamment une nuit blanche avec elle, où elle me rendit visite en pyjama taché de sang aux fesses, et où elle faisait de la "magie" en glissant des cartes d'un jeu de cartes sous tel ou tel objet, prononçant des paroles définitives et genre prophétique en disant, par exemple, qu'UnTel était un chien, me faisait jeter un objet très lourd par la fenêtre du premier étage (Nous aurions pu tuer quelqu'un qui serait passé en dessous à  ce moment-là ), me fit casser mes lunettes ... Je ne voulais pas qu'elle aille à  l'HP, maiis sa bouffée délirante dura, au final, environ trois semaines, avec l'envie de se suicider quand elle en sortit. Elle fit, durant sa convalescence, la rencontre d'un homme qui la sécurisa et continua sa carrière dans le monde médical pour finir surveillante d'un service hospitalier.
Comme quoi, un épisode psychotique peut être complètement réversible, à  condition d'être relativement bien soigné, comme je crois que le docteur OURY le réalisait avec ses malades de la clinique LABORDE, où quelques soignés devinrent soignants.

Donc il y a aussi l'ivresse due à  la fatigue, à  coté des autres ivresses -- dont celle de la colère ...

Il faudrait que je mémorise le nom du cocktail que tu avais pris : diiablo, métamphétamines ... Je me suis mis en ménage avec Musher qui a fait toutes sortes d'expériences, sans être tentée par quoi que ce soit, sauf à  désirer que le chanvre soit en vente et de culture libres, certainement moins dangereux que autre drogue dure en vente libre dans tous les supermarkets ! Comme c'était au Moyen-à„ge et peut-être jusqu'au début du XIXe siècle où des drogues plus exotiques furent alors importées. Pourquoi y a-t-il un quai de la Canebière à  Marseille ?

Si tu aimes lire sur INTERNET, peut-être y trouveras-tu encore les textes d'un certain Eric BRASSEUR au sujet de ce qui nous intéresse ici : le pourquoi de ces expériences, parfois risquées ?

Amicalement, l'Amie de Musher

PS : j'allais oublier de te demander -- Y a-t-il eu modification ton projet de vie, comme suite à  l'expérience que tu as relatée ? …

Le blog de pierre » MDPV en poudre » 19 août 2014 à  08:49

musher
Replies: 36

Aller au message

[quote=psychocrack2]salut je suis psychocrack, j'ai crée un double compte car je n'arrive pas à  récupéré mon mot de passe!

@ musher, revient donné des nouvelles sur lucid state ont s'inquiète beaucoup!!!

@+++[/quote]
Bonjour Psychocrack2 !

Musher se souvient très bien de Lucid-State : il m'encourage souvent à  y aller à  titre personnel.

Donc, tu l'as marqué -- tu fais bien partie des gens qui importent pour lui, et il se demandait s'il allait avoir de tes nouvelles.

Je pense qu'il te retrouvera prochainement sur Lucid ou autrement !

Bonne et heureuse continuation à  Toi, :jap:

L'amie de Musher

Le blog de pierre » MDPV en poudre » 05 août 2014 à  16:22

musher
Replies: 36

Aller au message

Bonjour à  Toutes et à  Tous !

Merci pour votre intérêt et les encouragements à  faire face, malgré un certain handicap fluctuant dans le cas de ce qui est ou ressemble à  du Parkinson !

Il faudrait savoir reconnaître le bonheur ou la chance qu'on a sans qu'il soit besoin de les perdre pour réaliser qu'on les avait.

N'étant que peu disponible présentement, je me contenterai de dire que les hallus de Musher s'apparentaient à  celles que connaissent les personnes atteintes de la maladie des Morgellons. ou plutôt du syndrome d'Ekbom [url=http://fr.wikipedia.org/wiki/Syndrome_d%27Ekbom]http://fr.wikipedia.org/wiki/Syndrome_d%27Ekbom[/url]

Donc, Musher avait bouché toutes les fissures, petiites caviités où auraient pu se nicher les insectes dont il croyait qu'ils allaient le tuer et le faire mourir d'un arrêt cardiaque, avec diverses crèmes pharmaceutiques de la salle de bain, et tenté de les brûler avec la flamme de son briquet ; comme en témoignent de nombreuses traces de noir de fumée qu'on retrouve en des endroiits inattendus : glissière du rideau de douche, milieu du plafond, support du clavier sous son bureau, jonction entre un tuyau qui la supporte et sa tablette, etc.

(A suivre ...)

PS : quand je serrai plus vaillante, j'essaierai de vous répondre à  chacun.

Bon courage à  Nous Toutes et à  Nous Tous ! …

Le blog de pierre » MDPV en poudre » 04 août 2014 à  09:27

musher
Replies: 36

Aller au message

Bonjour BoilingBlood, et à  Tous !

Je viens de lire ta réponse à  Musher, qui souligne (en tressautant comme un beau diable, à  cause des dyskinésies du syndrome parkinsonien qu'il présente maintenant, ou mouvements incontrôlés, soi-disant atténués par de l'akinéton prescrit par son psychiatre) qu'il a pris depuis 2012, environ 15 grammes de MDPV en IV, par mois -- évidemment, je ne voyais rien, Musher dissimulait le plus possible qu'il se shootait -- cinq à  six injections quotidiennes -- je l'apprends de sa bouche aujourd'hui -- quand il fait quelque chose, il n'y va pas de main morte !), en s'enfermant dans la salle de bains, sauf quand je faisais le ménage, je retrouvais une seringue par ci, par là  -- Evidemment, sa chambre était dans un état épouvantable, la moitié de sa place de matelas envahie par les bricolages entraînés par sa maladie, c'est-à -dire qu'il démontait tous ses appareils, téléphones portables achetés les uns après les autres, car il croyait dur comme fer que des entités parasites démoniaques (sous la forme des insectes qui l'attaquaient, soit qu'ils voulaient le phagocyter, soit qu'ils sortaient de lui) ; je reprends, il était persuadé que ces insectes imaginaires détérioraient le métal de ses tablettes, démontait et n'arrivait plus à  les remonter, alors qu'il a été formé professionnellement, dans une certaine mesure, à  réparer des matériels électroniques et/ou informatiques, ces téléphones, tablettes diverses jusqu'à  son ordinateur portable. Encore maintenant, qu'il ne consomme plus de MDPV depuis quelques semaines, pratiquement plus -- à  part qu'il est sérieusement tenté --, encore maintenant il croit qu'il y a eu des manifestations de surnaturel à  l'époque ...

(à  suivre ...) …

Le blog de pierre » MDPV en poudre » 03 août 2014 à  19:01

musher
Replies: 36

Aller au message

Bonjour ! Je ne suis pas Musher, mais son ami-e.

Je "le ramasse à  la petite cuiller" actuellement DEPUIS PRESQUE 7 MOIS : c'est-à -dire que moi, qui ai la maladie de Parkinson diagnostiquée depuis 13 ans, je suis plus capable que lui de faire quoi que ce soit à  la maison : ceci après environ deux ans de consommation de MDPV.

On est passé de la période hallucinatoire des débuts de consommation, qui a duré de nombreuses semaines (presqu'un an, en fait) où Monsieur accaparait toute mon attention pour que je lui confirme, comme suite aux heures d'auto-examen qu'il se faisait à  lui-même, pour le vérifier, que de minuscules insectes sortaient de boutons, de mini-plaies, de croûtes de son cuir chevelu, notamment.

(A suivre ...)

Remonter

Pied de page des forums