Comment différencier du Hash Indica d'un Hash Sativa ? / PsychoACTIF

Comment différencier du Hash Indica d'un Hash Sativa ?

Publié par ,
4275 vues, 15 réponses
Valx3945 
Intolerant Au THC
France
211
Lieu: Bourgoin Jallieu
Date d'inscription: 28 Oct 2018
Messages: 26
Bonjour/Bonsoir
Je voudrais savoir si il est déjà possible de les différencier, et si oui comment ?
Autre que le goûter fume_une_joint

Hors ligne


Weed 
Nouveau Psycho
France
000
Date d'inscription: 28 Oct 2018
Messages: 64
Salut, il est totalement impossible de differencier du hash sativa à indica a part en demandant a ton dealer

''Qu'est-ce que le cerveau humain, sinon un palimpseste immense et naturel'' Baudelaire

Hors ligne


Mister No 
Pussy time
11500
Date d'inscription: 04 Aug 2014
Messages: 5905
La plupart des plantes underground qui fournissent du hasch sont de toute manière des hybrides à floraison courte.

Dernière modification par Mister No (29 octobre 2018 à  11:50)


Just say no prohibition !

Hors ligne


NMDA 
Nouveau Psycho
France
510
Date d'inscription: 31 Jan 2018
Messages: 109
Blogs
Bah écoute je ves peut être te dire une connerie et sa ne te permettras pas de savoir quelle variété ces mais au moin de savoir si il et plutôt sedatif ou stimulant
Déjà ça sa peut ce voir à la couleur plus il et foncé et plus le thc et oxydé en CBN un composé sedatif mais il faut aussi regardé à l'intérieur voir si il et clair se qui voudrait dire qu'il n'y que la partie extérieur d'oxydé
Aprés si il et très clair très friable il se peut fortement qu'il ne soit pas passer au four et que le pollen et juste était compressé mécaniquement sans chaleur ce qui produira forcément moin de CBN dans le produit final mais après on va pas se mentir ces technique reste un peut hasardeuse le meilleurs moyen je pense serais d'utilisé un mini microscope ×50 ou ×80 portable je l'utilise pour voir le moment de récolte idéal de ma weed sa permet de voir de très prêt les trichromes et leur couleur ou aspect si il sont majoritairement translucide et un peux laiteux les effet seront plutôt soft et stimulant si il sont majoritairement laiteux avec quelques un ambrée l'effet seras beaucoup plus psychologique et stimulant comme une sativa et si il sont très ambré la ces plutôt le coup de massue des indica bref ta compris drogue-peace

Perdre tout espoir, c'était cela la liberté. C’est seulement quand on a tout perdu qu’on est libre de faire tout ce qu’on veut

Hors ligne


Valx3945 
Intolerant Au THC
France
211
Lieu: Bourgoin Jallieu
Date d'inscription: 28 Oct 2018
Messages: 26

NMDA a écrit

Bah écoute je ves peut être te dire une connerie et sa ne te permettras pas de savoir quelle variété ces mais au moin de savoir si il et plutôt sedatif ou stimulant
Déjà ça sa peut ce voir à la couleur plus il et foncé et plus le thc et oxydé en CBN un composé sedatif mais il faut aussi regardé à l'intérieur voir si il et clair se qui voudrait dire qu'il n'y que la partie extérieur d'oxydé
Aprés si il et très clair très friable il se peut fortement qu'il ne soit pas passer au four et que le pollen et juste était compressé mécaniquement sans chaleur ce qui produira forcément moin de CBN dans le produit final mais après on va pas se mentir ces technique reste un peut hasardeuse le meilleurs moyen je pense serais d'utilisé un mini microscope ×50 ou ×80 portable je l'utilise pour voir le moment de récolte idéal de ma weed sa permet de voir de très prêt les trichromes et leur couleur ou aspect si il sont majoritairement translucide et un peux laiteux les effet seront plutôt soft et stimulant si il sont majoritairement laiteux avec quelques un ambrée l'effet seras beaucoup plus psychologique et stimulant comme une sativa et si il sont très ambré la ces plutôt le coup de massue des indica bref ta compris drogue-peace

Plus ou moins Merci pour ta réponse constructive smile

Hors ligne


Mister No 
Pussy time
11500
Date d'inscription: 04 Aug 2014
Messages: 5905

Déjà ça sa peut ce voir à la couleur plus il et foncé et plus le thc et oxydé en CBN

Ce n'est pas évident, la compositions des différents cannabinoides et terpènes peut faire varier la couleur, tout comme celle des fleurs.
Certains pollens frais "noircissent" très vite dès que légèrement pressés à froid car ils contiennent énormément d'huiles volatiles qui vont imprégner la masse et s'oxyder sans produire du CBN où il faudra patienter pour son oxydation.
Le temple n'est pas très clair, pourtant c'est un produit des plus frais quand il vient d'être récolté.
quand tu chauffes ou presse du pollen, voilà ce que tu obtiens en fonction des concentrations en huiles.

https://www.softsecrets.com/fr/wp-content/uploads/2017/08/1.jpg


Just say no prohibition !

Hors ligne


Rick 
Modérateur
21211
Date d'inscription: 18 Sep 2018
Messages: 2156
Blogs

Mister No a écrit

La plupart des plantes underground qui fournissent du hasch sont de toute manière des hybrides à floraison courte.

je suis d'accord avec ce monsieur

j'ai du mal à concevoir que l'on puisse faire du hash de sativa si on veut faire du pognon, c'est contre intuitif.

Dernière modification par Rick (29 octobre 2018 à  13:29)


SINTES: analyse gratuite et anonyme de prods: www.psychoactif.org/sintes contactez: modos@psychoactif.org
Pour adhérer: www.psychoactif.org/forum/adhesion_psychoactif.php

Hors ligne


PSYCHOCRACK
enthéogègène
France
2500
Lieu: place stalingrad
Date d'inscription: 27 Dec 2013
Messages: 2326
le hash népalais c'est pas du sativa à la base??? est il stimulant ou sédatif???

in plant we trust!
l'amazonnie dans mes poumons même si j'me la coule dure.....

Hors ligne


Rick 
Modérateur
21211
Date d'inscription: 18 Sep 2018
Messages: 2156
Blogs

PSYCHOCRACK a écrit

le hash népalais c'est pas du sativa à la base??? est il stimulant ou sédatif???

si c'est un original® népalais il peut être 100% sativa mais alors là je tuerais pour en avoir.... ça viendrait d'une culture locale et inchangée , avec une beuh qui a plusieurs siècles de culture sans croisement etc. Bref , on voit pas ça tout les jours !


en général quand je tombe sur un hash de cette région du monde "aghan" je fume une latte et je m'allonge haha


SINTES: analyse gratuite et anonyme de prods: www.psychoactif.org/sintes contactez: modos@psychoactif.org
Pour adhérer: www.psychoactif.org/forum/adhesion_psychoactif.php

Hors ligne


PSYCHOCRACK
enthéogègène
France
2500
Lieu: place stalingrad
Date d'inscription: 27 Dec 2013
Messages: 2326
je suis d'accord avec toi, sauf pour l'afgan, toi ta apris la géographie bourré, moi c'est l'hortografe haha!!!

in plant we trust!
l'amazonnie dans mes poumons même si j'me la coule dure.....

Hors ligne


Rick 
Modérateur
21211
Date d'inscription: 18 Sep 2018
Messages: 2156
Blogs
aghanistan c'est le pays de gandy entre le maroc et la turquie nan?

Je voudrais savoir si il est déjà possible de les différencier, et si oui comment ?
Autre que le goûter

le cultiver fume_une_joint


SINTES: analyse gratuite et anonyme de prods: www.psychoactif.org/sintes contactez: modos@psychoactif.org
Pour adhérer: www.psychoactif.org/forum/adhesion_psychoactif.php

Hors ligne


Valx3945 
Intolerant Au THC
France
211
Lieu: Bourgoin Jallieu
Date d'inscription: 28 Oct 2018
Messages: 26

Rick a écrit

aghanistan c'est le pays de gandy entre le maroc et la turquie nan?

Je voudrais savoir si il est déjà possible de les différencier, et si oui comment ?
Autre que le goûter

le cultiver fume_une_joint

En effet lol

Hors ligne


OrgaWZ 
hédoniste extrémiste
France
1600
Date d'inscription: 01 Mar 2018
Messages: 320
Blogs
Un moyen de différencier les deux ? Envoie des échantillons je te dis fume_une_joint lol !
Non sinon plus sérieusement y'a vraiment aucun moyen, même après observation au microscope, c'est pas parce que des trichomes sont encore laiteux qu'ils ne proviennent pas d'une indica.
J'ai eu des surprises dans les deux sens, du pollen hyper clair qui te scotche au lit comme du charas qui te colle le smile et la patate.
De toute façon comme c'est dit plus haut et à très juste titre maintenant quasiment tout le hash est fait avec des hybrides, qui ont au moins une part d'indica pour raccourcir le temps de flo. Même au Maroc, ils se sont mis aux hybrides, j'ai visité qu'une seule ferme mais d'après eux c'est partout pareil.
Du coup, 95% du temps tu vas tomber sur un chichon fait à base d'hybrides.

Hors ligne


Recklinghausen 
Modérateur
France
3920
Lieu: dans ma famille. N'y. Y.
Date d'inscription: 09 Mar 2015
Messages: 6185
Salut,

Comment différencier ? En t'autoproduisant !!!

Au vu des génétiques, tu auras le choix entre moults variétés, des 100% sativa aux 100%indica, en passant par diffèrentes génétiques hybrides qui contiennent plus ou moins de pourcentage de l'un et l'autre.

Et également sur les taux de THC, voir de CBD que contiendront ( environ ) les plants provenant de ces graines.

Des sites parlent de culture, comme Cannaweed ou La Main Verte par exemple, pour plus de renseignements.

@ +


Reck.

L'amour d'une famille, le centre autour duquel tout gravite et tout brille.

Hors ligne


Mister No 
Pussy time
11500
Date d'inscription: 04 Aug 2014
Messages: 5905
Il va falloir nous mettre d'accord depuis que le génome du cannabis a été décrypté.

Cannabis sativa, c'est le chanvre cultivé pour ses fibres et ses graines.

Cannabis indica, c'est la weed cultivée pour son THC.

Les plantes trapues à feuilles larges vert foncé et espaces internodales courts sont désignés comme "afghanica".

Au Maroc, ce sont des hybrides qui poussent de plus en plus souvent et se mêlent à la "locale" depuis la prohibition mondiale qui a boosté le marché noir sur la planète.

http://vih.org/20171006/maroc-quand-kha … rif/139690

Le Maroc est, aujourd’hui encore, un important producteur de cannabis et de haschich pour le marché national et le marché européen1. Mais depuis une dizaine d’années, la culture de cannabis y est au centre de changements importants avec l’introduction de variétés hybrides, au rendement et aux taux de tétrahydrocannabinol (THC)2 beaucoup plus élevés. Le phénomène des hybrides s’est accentué au fur et à mesure que la concurrence au haschich marocain grandissait au sein des marchés européens avec l’intensification de la culture de cannabis en intérieur et l’apparition de nouveaux produits, notamment en provenance des Balkans. Dans ce contexte d’introduction des variétés hybrides, les paysans doivent concevoir de nouvelles conduites de culture et de transformation de cannabis alors qu’ils ne mai?trisent pas les résultats de leur production et que, bien souvent, ils doivent composer avec un environnement très fragile. La culture des hybrides soulève diverses préoccupations d’ordres à la fois écologique, social, économique et de santé publique. Ici nous allons nous concentrer sur ses rendements incertains et sur les questions d’environnement, à travers l’étude du cas de la variété hybride la plus populaire dans le Rif ces dernières années, la khardala.
Beldiya

Les paysans du Rif et ceux d’autres anciens espaces de culture de cannabis du Maroc (Oasis du Sahara, HautAtlas) ont adapté les plants de cannabis à leur environnement pendant des centaines d’années, depuis l’introduction du chanvre indien au Maroc qui remonte au XIVe siècle. Le travail et le savoir-faire des paysans, en symbiose avec les conditions climatiques et les ressources, bénéficiant d’échanges et de dons de semences entre voisins ou voyageurs, ont permis de développer des variétés de kif (herbe à cannabis) locales, propres au pays. Ce travail de l’homme en harmonie avec la nature a permis de constituer une biodiversité et un patrimoine génétique spécifiques. Ces variétés locales étaient hétérogènes car développées sans contro?les stricts. Les paysans se contentaient de sélectionner les meilleurs plants dans leur champ et d’éliminer à chaque culture les plants qui ne leur convenaient pas. Ainsi, le kif (ici entendu comme mélange de tabac et de cannabis séché fumé traditionnellement au Maroc) était issu de ces variétés traditionnelles de cannabis ; comme le ktami du Rif3 ou le kif du Souss4.

Depuis les années 1960, l’environnement a été bouleversé par le développement d’une agriculture intensive de cannabis pour répondre à l’augmentation de la demande mondiale. Des intermédiaires marocains et étrangers ont introduit des variétés de cannabis, vraisemblablement du Liban, aux rendements plus importants et de nouvelles techniques de culture et de transformation favorisant la fabrication industrielle de haschich. La variété locale traditionnelle, kif, aurait ainsi évolué au cours des deux ou trois dernières décennies lors de la transition entre la production du mélange à fumer et celle du haschich pour donner la variété que les cultivateurs nomment aujourd’hui beldiya. Ces dix dernières années, malgré une nette diminution des surfaces cultivées de cannabis (47 000 hectares en 2015 contre 134 000 en 2003)5, le cannabis a subi de nombreuses reconfigurations avec l’introduction de nouvelles variétés hybrides6. Les variétés hybrides sont des croisements destinés à agir sur le taux de THC, le rendement, les effets, le gou?t, etc.
Khardala

La khardala n’est ni le premier ni le dernier hybride introduit dans le Rif, mais nous l’avons choisi parce qu’elle a acquis une telle popularité qu’elle fait aujourd’hui partie de la «nouvelle culture cannabique» marocaine. La khardala a remplacé une autre variété hybride: la «pakistana»7, abandonnée par les cultivateurs à cause de ses rendements médiocres.

Mais la khardala est aussi vouée à disparai?tre et sera un jour remplacée par d’autres variété (gaouriya, Critical, Kush, Lemon Haze, etc.), à plus fort rendement et à taux de THC plus élevés. Il est difficile de retracer l’origine de la khardala. La nature réelle des variétés hybrides utilisées n’est connue que par les semenciers européens, qui détiennent l’information à l’autre bout de la chai?ne ou par certains intermédiaires qui transmettent aux paysans à la fois ces semences et les informations nécessaires à leur culture8.

Si nous nous intéressons au sens du mot, il est difficile de retracer l’origine de khardala, qui est à la fois le nom donné à la graine de cannabis, à la plante et au haschich. Il a au moins trois significations. Dans le langage scientifique et botanique, khardal signifie moutarde ou graine de moutarde, les intermédiaires lui auraient ainsi donné ce nom pour signifier son gou?t prononcé ou la force de ses effets. Dans le langage vernaculaire mkhardal veut dire «devenu fou». Les cultivateurs s’accordent sur un autre sens qui est «mélangé» ou «panachage», comme le raconte ce cultivateur: «Cette nouvelle variété est un mélange (...) qui se transforme sur le sol marocain pour donner ce qu’on appelle khardala». Elle est aussi appelée berraniya, l’«étrangère»6. Khardala a des feuilles fines qui, selon certains cultivateurs, ressemblent à celles de la beldiya, sa hauteur varie en fonction de la quantité d’eau qui lui est donnée (contrairement à d’autres variétés). Malgré sa ressemblance avec la beldiya, ses qualités et son rendement, telles que décrites par les cultivateurs, sont différentes: «elle est dense et trapue (maamra ou ghlida)».

Le gou?t et les effets de la résine de la khardala ne font l’unanimité ni chez les cultivateurs ni chez les consommateurs marocains. Certains cultivateurs refusent de la consommer mais justifient sa production par une demande européenne qui apprécie la khardala à la fois pour ses qualités calmantes, son gou?t très fort, prononcé, et ses effets puissants. Cependant, le discours sur la khardala n’est pas le me?me dans tous les villages. Ainsi, ce cultivateur nous dit qu’elle est appréciée: mezyana (bonne) et que les cultivateurs la fument: «Dieu merci elle rend fou, tout le monde la fume ici». Les réactions des consommateurs marocains sont tout aussi mitigées, certains la trouvant très calmante, voire légère, tandis que d’autres n’aiment ni son aspect, ni sa texture, ni ses effets décrits comme «violents» ou qualifiés de sum (poison).
Des rendements incertains

Alors que les hybrides ont été adoptés pour augmenter le taux de THC et les rendements, ceux-ci se révèlent incertains car ils dépendent à la fois de la mai?trise des nouvelles techniques de culture, et d’un environnement déjà très fragilisé par des décennies de culture de cannabis intensive pour la production industrielle de haschich.
La production de la khardala nécessite des savoirs et des techniques spécifiques relatifs à la culture, à la transformation du cannabis en haschich, au stockage, différents de ceux de la beldiya. Au centre de ces savoirs, il y a la graine et la plante. Après l’introduction de la nouvelle graine, les cultivateurs entrent dans une période d’essai pour évaluer sa réaction à l’environnement. Les paysans se fient à ce que les intermédiaires leur disent sur les semences introduites, puis ils acquièrent une expérience personnelle en les cultivant.

D’après une famille de cultivateurs, 100 kg de cannabis brut séché de khardala donne 7 kg de résine la première année, 5 kg la deuxième année et 3 kg la troisième année, c’est-à-dire que le taux d’extraction variait entre 7 et 3 %6. Mais au-delà de trois années, il devient difficile d’avoir un rendement optimal, selon les critères des cultivateurs, sans acheter de nouvelles semences: «Il faut alors soit changer la graine, soit changer la terre pour obtenir le rendement de la première année» explique un cultivateur. Les cou?ts de production de la culture de cannabis ont en conséquence changé aussi, le prix du kilo de graine est désormais de 200 à 400 euros alors qu’auparavant les semences étaient gratuites. L’estimation des rendements de la khardala est imparfaite car elle oblitère aussi de nombreuses disparités entre les cultivateurs en fonction de la mai?trise des savoir-faire, de l’accès à l’eau, à la terre. Son rendement n’est donc pas assuré. Les cultivateurs s’accordent sur le fait que la khardala demande également plus d’attention, d’entretien et de main-d’œuvre: «Il faut s’en occuper six mois par an, du début à la fin» nous livre un cultivateur. Ainsi, il faut plus d’entretien et donc plus de main d’œuvre: «Me?me pendant la récolte ce n’est pas pareil, khardala tu la récoltes alors qu’elle est encore de couleur verte et ses te?tes ne se voient pas de loin pas comme la beldiya que tu vois de loin quand elle est pre?te, khardala non, tu dois te déplacer dans le champ et vérifier plant par plant que les te?tes luisent au soleil et si tu tardes, c’est foutu (...)».

La khardala bouleverse aussi le calendrier des cultures: elle est normalement semée les mois d’avril et de mai alors que, pour la beldiya, les paysans préparaient la terre mi-février pour semer les graines au mois de mars. Certains cultivateurs, qui ont utilisé les me?mes techniques ou les me?mes calendriers de culture que la beldiya, ont eu très peu de rendements ou ont perdu leur récolte. Ne connaissant pas au départ les caractéristiques des hybrides, très gourmands en eau, ils ont par exemple essayé la culture pluviale pour tester s’ils peuvent utiliser cette technique lorsqu’ils n’ont pas d’eau. La khardala nécessite aussi de mai?triser de nouvelles techniques de séchage, de stockage et de transformation et, à cause du changement de calendrier de culture, beaucoup de cultivateurs se sont fait surprendre par l’humidité lors du stockage en intérieur et ont ainsi perdu leur produit du fait de la moisissure. Certaines cultures de khardala se sont faites sur des sols inappropriés. Dans certains villages, à cause des sols épuisés par des années de surexploitation du cannabis, certains producteurs ont vu leurs rendements de ces nouvelles variétés réduits de moitié.
Terre, eau, fore?t: un environnement fragilisé

Le Rif se caractérise par un relief très accidenté avec de fortes pentes et des sols très pauvres. Les précipitations y sont irrégulières et l’agriculture souffre de fac?on très régulière des années de sécheresse. La densité démographique y est très forte. Les terrains agricoles sont de petites surfaces très parcellisées à cause des héritages successifs. Ces caractéristiques et le sous-développement de la région ne favorisent pas l’agriculture légale. Pendant la période d’extension des cultures de cannabis des années 1980 et 1990, les paysans ont adapté leur environnement à la culture de cannabis afin d’augmenter leur productivité et de développer une activité de survie. Le plus grand impact sur l’environnement était certainement le défrichement des fore?ts, à la fois pour l’appropriation de nouveaux terrains de culture mais également pour bénéficier de sols fertiles riches en humus. Les paysans ont aussi cultivé au sein me?me des fore?ts en altitude pour les nombreuses petites sources d’eau qui descendent de la montagne9. En plus de la recherche de rentabilité, commune à toute agriculture intensive, l’illégalité est dans le Rif un facteur important qui a influencé l’action des paysans sur la fore?t. Par exemple, certains paysans ont dissimulé leurs champs de cannabis dans les cédraies.
L’intensification de la culture de cannabis n’a pas atteint que les fore?ts puisque, sur les surfaces agricoles déjà acquises, les cultures traditionnelles (blé, orge, etc.) ont été remplacées par le cannabis, les marai?chages ont disparu et, dans certains villages, le cannabis pratiqué en monoculture a envahi les terrains cultivables, ce qui a davantage fragilisé la biodiversité de la région. L’autre élément important fut l’introduction d’éléments chimiques comme des engrais et des pesticides, jugés nécessaires pour combattre les nuisibles et protéger les plants introduits dans des environnements qui ne leur étaient pas toujours naturels. Cette utilisation massive de produits chimiques a non seulement épuisé les sols mais également les nappes phréatiques. Les cultivateurs ont adopté également de nouvelles techniques de pompage d’eau pour l’irrigation.

Pour ne rien arranger, la culture des variétés hybrides a des exigences en ressources naturelles encore plus importantes que pour les variétés de cannabis utilisées pendant la période d’extension des cultures industrielles.

Mais la pression exercée sur les ressources naturelles aujourd’hui n’est pas tant de préempter de nouveaux terrains, puisque les surfaces cultivées de cannabis ont diminué, que d’utiliser de manière excessive l’eau, déjà très rare, et de consacrer les bonnes terres encore fertiles aux variétés hybrides, qui rapportent plus, au détriment de la variété locale. Aujourd’hui, le patrimoine biologique du cannabis du Rif est en danger. Avec la beldiya, les paysans avaient le choix entre cultures pluviales ou irriguées, mais les variétés hybrides, elles, doivent impérativement e?tre arrosées au risque d’e?tre perdues. Cette irrigation contraint les paysans à puiser l’eau en profondeur (30 à 100 mètres) dans les nappes phréatiques, des puits par ailleurs très cou?teux au forage10. Ainsi comme le raconte ce cultivateur: «certains paysans n’ont plus d’eau à partir du mois de juillet, (...) si tu arre?tes d’arroser la khardala, elle meurt ; alors que la beldiya peut résister sans irrigation, me?me si tu ne lui donnes pas d’eau pendant 15 jours (...). Ces pratiques épuisent les nappes phréatiques, les producteurs en ont conscience: «en deux heures, la pompe épuise l’eau du puits».

Les variétés hybrides sont également très gourmandes en engrais et en pesticides contrairement aux variétés traditionnelles. Certains cultivateurs considèrent ces produits chimiques comme une opportunité pour améliorer les rendements et ne voient pas la dangerosité à moyen et long termes. La population locale n’a pas véritablement conscience des dangers de ces utilisations néfastes ou des mauvaises pratiques agricoles, obnubilée par l’opportunité économique que les hybrides procurent sur le court terme.
Conclusion

La question du développement des hybrides au Maroc dépasse le simple aspect économique, elle présente aussi des risques en termes écologiques, sanitaires ou encore socioculturels. Bien qu’il soit impossible aujourd’hui de connai?tre les surfaces exactes occupées par les variétés hybrides, celles-ci ont envahi les champs des paysans les moins réticents ou les plus influencés par les intermédiaires. Ces nouvelles cultures, voraces en intrants et en ressources naturelles, fragilisent l’environnement et créent pour les paysans une dépendance à un marché mondialisé des semences. Ainsi cette problématique est aujourd’hui celle d’un marché du cannabis mondialisé, aux fortes interdépendances, elle toucherait également d’autres pays traditionnellement producteurs. L’épuisement des nappes phréatiques a d’ailleurs accentué les tensions locales, la rareté de l’eau provoquant, dans certains villages, des conflits entre les petits et les grands cultivateurs qui ont davantage les moyens d’utiliser des techniques d’irrigation performantes. Aujourd’hui, après plus de dix années de culture des hybrides, alignée sur des critères industriels, le Rif et son environnement, y compris la variété locale beldiya, sont menacés par l’exploitation intensive des ressources naturelles, mettant en péril aussi la sécurité alimentaire de la population. De surcroi?t, la dégradation de l’environnement, la pollution des sols, de l’eau et de l’air par les produits chimiques touche indéniablement la santé humaine des populations locales et en premier lieu celle des cultivateurs de cannabis.

La gaouira désigne les commandes spéciales, ce sont les plantes issues de graines du breeding mondial de plus en plus recherchées. JDes souches afghanes avaient été introduites, mais on trouve aussi bien de la mexicana que de la white widow ou d'autres croisement adaptés ou non aux conditions climatiques et nécessitant engrais et irrigation.

Les souches locales au fil de décennies se mélangent avec la sélection massale séculaire.


Just say no prohibition !

Hors ligne


bazukero 
Psycho junior
200
Date d'inscription: 14 Nov 2012
Messages: 239
les sativa produisent nettement moins de pollen que les indicas ou hybrides ( c d aileur la raison  pur laquel il est rare de trouver du shit en Colombie ,thailand,  et ds tous les pays au niveau de l equateur qui produisent les sativas...le ratio n est pas super rentable pour le bizness...

Hors ligne


  • Psychoactif
  •  » Forums 
  •  » Cannabis
  •  » Comment différencier du Hash Indica d'un Hash Sativa ?

Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

  80
[ Forum ] Que vendent les dealeurs? Indica / Sativa
par Kosmodrug, dernier post 22 octobre 2018 à  21:21 par Rick
  7
[ Forum ] Pourquoi Sativa energise, pourquoi Indica endort?
par Furrywolf, dernier post 24 décembre 2016 à  12:06 par L'Apoticaire
  1
  [ PsychoWIKI ] Cannabis, effets, risques, témoignages
  [ PsychoWIKI ] Les vaporisateurs de cannabis
  [ QuizzZ ] Evaluer votre dépendance au cannabis
31812 personnes ont déja passé ce quizzz !
  [ QuizzZ ] Evaluer la gravité de votre addiction
45646 personnes ont déja passé ce quizzz !



    Psychoactif en Images
    Plus d'images psychoactives
    En ce moment sur PsychoACTIF  
     Psychoactif 
    Particier à l'étude sur les liens entre deepweb et usage de drogue
    18 juillet 2019Annonce de Equipe de PsychoACTIF
     Psychoactif 
    Le Fanzine N°3 est sorti
    26 juin 2019Annonce de Equipe de PsychoACTIF
     Psychoactif 
    Participer à l'enquete Eurotox
    08 avril 2019Annonce de Equipe de PsychoACTIF
     Appel à témoignage 
    Est ce que l’analyse de drogues a changé vos pratiques de RDR ?
    Il y a 7jCommentaire de Pedro El Loco (13 réponses)
     Appel à témoignage 
    De quelle façon les psychédéliques ont-ils changé votre mode de p...
    Il y a 5jCommentaire de BobKelso (95 réponses)
     Forum UP ! 
    Trip report : "Nous avons fais toutes les erreurs possible pour no...
    Il y a 1jDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum UP ! 
    Drogue info - Demande d'avis
    Il y a 19hDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum 
    SOS besoin d’écoute : 3MMC , sexualité, célibat, bien être etc;
    Il y a 11mnCommentaire de plotchiplocth dans [Chemsex, Slam, Sexe e...]
    (7 réponses)
     Forum 
    Hospitalisation forcée d'un accro au crack
    Il y a 11mn
    8
    Commentaire de sud 2 france dans [Cocaïne-Crack...]
    (41 réponses)
     Forum 
    Soif de lecture ? The boite de Pandore :super:
    Il y a 12mn
    2
    Commentaire de Heashka dans [Au coin du comptoir.....]
    (8 réponses)
     Forum 
    Fausser un test urinaire ... :D
    Il y a 17mnCommentaire de Fakeme dans [Au coin du comptoir.....]
    (5 réponses)
     Forum 
    Dépistage - Temps de durée dans les urines (tramadol°°)
    Il y a 20mnCommentaire de Fakeme dans [Tramadol...]
    (13 réponses)
     Forum 
    Effets - MDMA en sniff
    Il y a 21mnCommentaire de bada84 dans [MDMA/Ecstasy...]
    (2 réponses)
     Forum 
    Addiction - Protocoles thérapeutiques pour les addictions
    Il y a 23mnCommentaire de Heashka dans [Echanges entre profes...]
    (3 réponses)
     Forum 
    Arrêt & Sevrage - Demande de renseignements sur sevrage fentanyl
    Il y a 24mnCommentaire de plotchiplocth dans [Fentanyl et dérivés...]
    (5 réponses)
     Blog 
    RCs.. "je n'ai pas su résister"
    Il y a moins d'1mnCommentaire de Dextro dans le blog de Dextro
    (1 commentaires)
     Blog 
    Je ne supporte pas le paracétamol !
    Il y a 34mnCommentaire de Téméraire dans le blog de Téméraire
    (8 commentaires)
     Blog 
    Partie 1 : Cibles des médicaments (affinité, activité et sélectivité)
    Il y a 40mnCommentaire de Heashka dans le blog de Heashka
    (1 commentaires)
     
      QuizzZ 
    Testez vos connaissances sur les overdoses d'opiacés
    Dernier quizzZ à 20:05
     PsychoWIKI 
    Sevrage des benzodiazépines
     Topic epinglé 
    Cannabis : vous vous êtes mis à la vaporisation, expliquer nous c ...
     Nouveaux membres 
    alexaty, Lapin(te), root13 nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
    S'identifier

    Mot de passe oublié

    Morceaux choisis 

     S'informer des modélisations scientifiques récentes <3
    par Heashka, le 06 Sep 2019
    Comme vous devez commencer à le remarquer, j'adore les schémas. Explicite, compréhensif, simple pour tous, bref. En voici qui devrait vous plaire : 1) Reconnaître l'origine de l'intoxication (si y en a en ambulatoire ici vous privez pas de télécharger l'image) : 2) Quels effets après baiss...[Lire la suite]
     Dépendant à la codéine au moment de la fin de sa vente libre, (juillet 2017) qu'êtes vous devenus ?
    par 4lex, le 05 Sep 2019
    Plop o/ Pour les livres d'histoires je me permet de mettre ma petite histoire perso à ce sujet. J'ai pris de la codéine avant l’arrêté pendant près de 10 ans. Avec le recule, sur les derniers mois, je prenais des doses assez forte (vu mon gabarit). Ceci étant, avec ça je me sentais sur un...[Lire la suite]
     plug et sodomie avec la 3MMC
    par Daane-El, le 02 Sep 2019
    Salut, J'ai testé pour vous: marque Durex ça pète au bout de 20 minutes en moyenne* marque Mannix ça pète au bout de 20 minutes en moyenne* aussi marque repère de chez Intermarché ça pète en moins de 5 minutes marque repère de chez super U ça pète pas mais alors ça pète pas du tout j...[Lire la suite]
    Tous les morceaux choisis
    Les derniers champis

    les mots justes. Oui l'humain s'habitue à TOUT même au pire s2f dans [forum] hospitalisation forcée d'un accro au crack
    (Il y a 1h)
    Retour interessant, merci ! Ocram dans [forum] Premier retour d'expérience après 1 semaine de millepertuis, et quelques interaction
    (Il y a 9h)
    First LSD trip, first TR. Cool! Ocram dans [blog] Trip Lsd Seul
    (Il y a 18h)
    Les mots sont justes et l'analyse pertinente. Randall dans [forum] hospitalisation forcée d'un accro au crack
    (Il y a 19h)
    très bien exprimé dans [forum] hospitalisation forcée d'un accro au crack
    (Il y a 1j)

    Pied de page des forums