sevrage héroine et méthadone , comment faire??

Publié par ,
43665 vues, 77 réponses
nora femme
Banni
Inscrit le 15 Dec 2013
110 messages
Coucou à  tous, salut alors voilà  je vous explique vite fait mon cas je voulais me sevrer de l'héroine avec du tramadol et du valium (imovane pour dormir) sur l'ordonnance d'un premier médecin mais celui ci était trop dur a supporter pour moi , j'ai été voir un second médecin en passant par un CSAPA qui m'a prescrit de la méthadone 60mg pour commencer ,

le soir je n'ai donc pas consommé depuis 17h30 je me suis sentie bien jusqu'a l'heur de dormir donc je n'ai rien pris avant de dormir (1h du mat) j'ai pris 2 tramadol 1 valium 1demi lexomil 1 spasfon 1 imovane paracétamol 500mg   pour me sevrer de l'héroine (sevrage devant durée que de 3 à  10j)  mais au lever je me suis sentie en gros manque comme d'habitude j'ai donc vite pris la méthadone, depuis je n'en ai pas repris car je veux passé ces quelques jours de mal avec trama et valium pour en finir plutôt que d'être dépendante a la méthadone pendant des mois et le sevrage est beaucoup plus long et dure.

Ma question est : Puis-je faire le sevrage de l'hero en quelques jours avec tramadol et valium alors que j'ai pris 1 fois 1 jour 60mg de méthadone ? neutral

dois-je subir un sevrage méthadone alors que je n'en ais pris qu'une seule fois?


Merci d'avance à  tous ceux qui me liront et qui m'apporteront une réponse j'ai besoin d'aide

Hors ligne

 

avatar
MissTrip femme
Nouveau Psycho
Inscrit le 14 Nov 2013
103 messages
salut nora

pour répondre simplement à  ta  question, non ce n'est pas parce que tu as pris une fois de la méthadone que tu vas subir un sevrage méthadone...

par contre fais attention aux idées reçu sur la méthadone... pour moi aussi c'était pire que l'héro, le sevrage prenait bcp plus longtemps,  ça accrochait encore plus, c'était forcément un traitement à  vie  etc etc

mais finalement après echec  d'un sevrage "à  la dure" (et au sub mais c'est une autre histoire) je suis sous méthadone et franchement je ne regrette rien. ça me permets de me stabiliser et quand je me sentirais prête je baisserais les doses progressivement et je ferais mon sevrage  en douceur...

prends le temps de lire les différents témoignage ici sur les tso, ça pourra t'apporter une autre vision sur la méthadone.

je comprends tout à  fait que tu veuille te débarrasser de cette dépendance physique au plus vite, mais sache que ça c'est "la partie facile" : si tu n'a pas changé ta façon de vivre, si tu n'a pas commencé à  construire et à  préparer ta vie sans héroine, et à  comprendre pourquoi tu es devenue accro, tu risque fortement de rechuter...

je te dis ça parce que c'est ce qu'il s'est passé pour moi

après on est tous différent, et je te souhaite de réussir ton sevrage au long terme,

mais si tu échoue, ne crache pas forcément sur la substitution!!

bon courage

MissTrip
Reputation de ce post
 
Effectivement, en un jour, "cela n compte pas".

Hors ligne

 

avatar
ziggy homme
Michel HAmBurger avec nous
Inscrit le 21 Jul 2008
1935 messages
Ce n'est pas évident de te répondre... car à  te lire, on comprend bien que tu es dans les mauvais jours qu'on a tous connu et que tu as besoin d'aide... tu as les deux prescriptions en main, et tu hésites.... bien que tu aies finalement commencé a prendre de la metha, et que finalement tu regrettes un peu ce choix. Pourquoi cela?

aussi, comme ça de maniere virtuelle, sans rien connaitre de toi et de ta consommation, ni du contexte dans lequel tout cela s'inscrit, ce n'est pas évident de te porter conseil... alors même si parfois ca vaut le coup de se sevrer rapidement, je ne sais pas si ton idée de te priver de méthadone est une si bonne idée.... et ce qui est génant dans ta demande, c'est qu'en te répondant d'une certaine manière, on te favorise dans ton idée que la méthadone c'est pas une bonne idée, alors qu'au bilan, meme si c'est long, ca reste quasiment le seul moyen fiable d'avancer dans le probleme de dépendance avec l'hero

sinon pour répondre à  ta question avec précision, je vais pas te mentir, effectivement une prise isolée de méthadone n'engage pas la nécessité d'un sevrage méthadone et la complexité qui va avec (déconcentration lente de la metha sur 96H - ressenti de symptôme sur plusieurs semaines etc..). Il faut pas oublier que "la montée en puissance" de la metha se fait sur plusieurs jours, le temps que la méthadone sature les graisses et les tissus et puisse avoir une durée  d'action longue, il faut en prendre en continu pendant une période de quelques jours... Comme souvent on le remarque, il est rare qu'une première prise (ou une prise isolée) de méthadone tienne vraiment 24H. Par contre, une prise de méthadone isolée prise au bon moment peut déjà  suffire à  adoucir le pic de manque d'heroine et à  rallonger de 2-3 jours la sortie du sevrage...

Beaucoup de gens s'aident avec la metha pour passer le moment le plus dur du sevrage hero (48h) puis diminuent tres vite la métha de manière à  pas y rester accroché. Si cette technique semble donner des résultats sympa, à  savoir diminuer les symptômes de manque sans rester dépendant, à  moyen terme, ca ne semble marcher pour quasi personne...

Quand le niveau de dépendance est mineur, que le mode de consommation est pas en shoot, alors c'est effectivement possible de jongler et de tenter une sortie rapide bien que la probabilité de pas retoucher derriere est inexistante...

Et le risque dans tout ça, c'est que tu te rajoutes plusieurs molécules (valium etc...) à  ton palmarès pour pas grand chose (reprendre de l'hero dans quelques jours).

Life on Mars ..........................................

Hors ligne

 

avatar
filousky homme
Modérateur
Inscrit le 14 Dec 2008
11530 messages
Rien à  ajouter à  la réponse de Ziggy.

Je pourrai te raconter ma vie qui n'est qu'illustration de ce beau résumé. Ne te fais pas trop de mal et prends ces conseils avisés comme un nectar qui n'est accessible qu'ici. (merci le forum).

Amicalement

Fil

Analysez vos drogues gratuitement et anonymement avec ATP-IDF et Psychoactif

Si tu pisses contre le vent, tu vas mouiller tes sandales !

Hors ligne

 

nora femme
Banni
Inscrit le 15 Dec 2013
110 messages
Merci beaucoup à  tous pour vos réponses !  :)

Cela me rassure , en faite je regrette d'avoir pris de la méthadone car je m'étais promis de tenter d'abord le sevrage héro avec tramadol et valium (que le 1er médecin m'avait conseiller) tout en baissant progressivement pour éviter le sevrage de ces médicaments mais lorsque je me suis réveillé en gros manque,sueur sans ma seringue qui m'attend comme dab' sur ma table de nuit au cas où je puisse pas me lever le matin je me suis dit que je n'y arriverais pas, j'ai donc pris la métha qui m'a apaiser quelques minutes après (beaucoup de transpiration) je me suis dis tanpis je n'ai pas réussi le sevrage de l'héro j'ai craquée je prendrais de la métha qql mois cela me permet de me sentir bien puis quand j'irais mieux je diminurai  et j'ai passer la journée tranquille jusqu'à  18h ou je me suis sentie en manque mais bizarement ce matin je me suis réveiller sans manque jusqu'à  14h où j'ai commencer à  avoir des frissons

Mais je m'en veux de ne pas avoir résister!!!! au moins j'aurais dû attendre 1 jour ou 2 mais j'ai craquée dès le matin de début du manque sad ..c'était ce vendredi là  j'aurais déjà  fait un bout.. ou pas...

là  j' attend d'avoir des symptômes de manque pour commencer ces 3 à  10j d'enfer et prendre tramadol et si je n'arrive vraiment pas cette fois j'accepterai la métha wink

QUESTION : quand être sûr que la métha aura fini entièrement son effet sachant que je les pris samedi à  8h 20mg 9h 20mg 10h 20mg  ?

Hors ligne

 

nora femme
Banni
Inscrit le 15 Dec 2013
110 messages
à  MissTrip merci de ta réponse on à  fait la même chose on dirait , moi aussi j'avais accepter la métha mais je me suis sentie mal de ne pas avoir fait le sevrage jusqu'à  au moins 1 jour ou 2 car j'aurais peut être réussie sans passer des mois ou années sous métha , la métha me fait aussi peur car mon médecin m'a mis la pression genre s'il voit que j'ai repris l'héro ou d'autres opiacés il va m' arrêté le traitement et je devrais me débrouiller sans lui (j'ai galéré pendant 3mois environ pour avoir de la métha) m'a t' il dit donc j'ai peur de me retrouver sans métha au cas ou je fais un petit extra et qu'il s'en aperçoit ....

merci de ton soutien

Hors ligne

 

nora femme
Banni
Inscrit le 15 Dec 2013
110 messages
à  Ziggy (et Filousky , oui merci pour ce forum formidable)

Merci de ta réponse, alors pour te répondre pourquoi je regrette finalement d'avoir pris 1 fois la métha car je m'étais promis d'attendre au moins 1 ou 2 jour en manque et si vraiment c'était plus supportable j'aurais pris la métha en dernier recours alors que là  je l'ai pris directement au réveil.

Je consomme en sniff et en fix (la seringue me manque peut-être que plus tard je m'injecterais de l'eau de temps en temps pour oublier ce geste petit à  petit..roll


J'aimerais vraiment tourner la page héro (métha) rapidement, et de toute façon mes pb ne se changeront pas que se soit avec métha ou pas (peut-être que cela pourrait s'améliorer dans qql mois , par miracle) cela fait des années que j'ai un mal être , mal de vivre , manque de confiance en moi et d'estime de moi mon père est mort et ma mère ne m'aime pas, à  mes 18ans je suis partie j'ai vécu 2 ans avec un homme à  paris nous nous sommes séparés il y a 1 mois et je suis retournée vivre chez ma mère à  450km donc pas de possibilité de trouvé de l'héro à  part de la marron très marron qui fait rien du tout (j'ai fait mon petit stock avant de rentré)  .Cet homme et ma mère ont le même "caractère" ils disent tout et n'importe quoi , du mal sur les autres (surtout ma petite soeur de 16 ans et moi pour ma mère) et je dois tout endossé si je leurs dis qu'il doivent être plus gentil je m'en prend encore plus dans la **** ils ne se remettent jamais en question et ça me fait mal j'ai donc quitté mon copain mais ma mère est LA même, je n'ai pas trouvé de travail pour l'instant sinon je partirais au plus vite car elle m'est très nuisible elle m'empêche d'avancer dans la vie mais je peux que subir a part me retrouver à  la rue , donc je me dis si en plus de ça je suis pas libre (sans héro ni métha) je vais être encore plus une me***

Le valium m'aide à  ne pas être angoissé (je suis un peu de nature anxieuse) parfois quand je suis en manque ou en essai sevrage  je me sens obligé de le prendre et il m'aide à  ne pas avoir peur de tout dans ces moments là .

Merci pour toutes tes explications cela m'a beaucoup aidé :)

Hors ligne

 

nora femme
Banni
Inscrit le 15 Dec 2013
110 messages
j'ai oublié de préciser que cela fait que 6 mois que j'ai commencer l'héro après cannabis alcool coke
c'est pour ça que le sevrage rapide m'était plutôt conseiller par mon 1er médecin

je ne suis pas contre les tso mais dans mon cas (6mois) il y a peut être une autre alternative sinon c'est sûr que pour des UD de plusieurs années cela peut être très bien !

En espérant encore d'autres réponses .. Bonne soirée

Hors ligne

 

avatar
Tomboy
Adhérent PsychoACTIF
Inscrit le 13 Apr 2013
1006 messages
Nora pour répondre à  ta question la méthadone reste 24h, elle est à  libération prolongée. Tu as donc pris 60 mg au total, si tu veux attendre de ne plus en avoir dans le sang, il faut attendre le lendemain 10h.

"Mieux vaut être une exactitude dans la marge qu'une erreur dans le texte..."

Hors ligne

 

avatar
ziggy homme
Michel HAmBurger avec nous
Inscrit le 21 Jul 2008
1935 messages
Fil, encore et toujours, encore et encore... pour ne pas redire encore et toujours !!!

:)

Yes on continue à  épauler les usagers d’opiacés comme on peut, thread après thread, message après message, au jour le jour,  à  "déconstruire" un schéma idéologique qui leur est carrément nocif - en les aidant à  voir qu'ils sont les principales victimes d'un mode de pensée qui induit des idées largement fausses... et contre-productives pour leur santé et leur bien-être…. et c'est bien parce qu'on est passé par là  que l'on sait de quoi on parle !

Car hélas, on se rend compte que la "peur des traitements TSO" est bien un phénomène largement généralisé qui va bien au-delà  de quelques cas isolés. Phénomène auquel les CAST devrait peut-être faire plus attention vu le nombre important d’usagers qui sortent de consultation avec encore toutes ces peurs en tête !  A ce titre le message de Nora tombe à  point nommé en allant vraiment dans le sens de ce qu'on se disait à  la réunion vendredi, à  savoir qu'il ne se passe pas une semaine sans qu'un usager ne débarque sur le forum en manifestant d'énormes craintes provenant d'informations plus ou moins erronées (fausses, disons-le) vis à  vis des TSO... et c'est toujours systématiquement les même peurs qui reviennent encore et encore sur le tapis. Nora les résume parfaitement bien dans son post.

L’idée fausse la plus répandue est celle qui dit que « prendre un traitement renforce et amplifie le niveau de dépendance et pérennise l'addiction dans une durée indéfinie donc éternelle... la méthadone (ou le sub) serait une molécule presque impossible à  décrocher, en tout cas très difficile à  arrêter et que le manque serait horrible et bien pire que celui de l’héroïne ( !!!) ». Ainsi de nombreux usagers cultivent l’idée qu’il serait plus facile et préférable d’arrêter l’héroïne directement et que les tso seraient finalement réservés à  ceux qui n’auraient pas réussi ou n'auraient pas la force, le courage ou la volonté pour se sevrer et s'en sortir pour de bon…. 

De là  nait une image dégradée de la substitution perçue comme un traitement qui n’est jamais de première intention, un choix irréversible fait par dépit et sanctionnant un échec voire un genre de déshonneur, dans la bouche de certains c’est même  « une punition pour avoir trop déconné avec la consommation » … On lit souvent des usagers dire « j’ai FINI sous sub.. » Punition pour les uns, mauvais choix pour les autres, c’est surtout une grosse CULPABILITE qui pèse sur le choix à  se substituer comme si, au fond, le TSO c’était forcement l’aboutissement d’un parcours d’échec, le bout du bout d’une logique perdante et donc la solution de dernier recours, quand tout le reste aurait déjà  rater plusieurs fois... Aussi souvent on peut lire "j’ai fini par accepter mais j'ai honte" , " je suis nul, j’ai craqué j’ai fini par me substituer "; "j'avais plus le choix"… 

Bref un tableau extrêmement sombre qui contraste vivement avec la réalité de nos vécus quotidiens sous substitution et de nos expériences d'arrêts. Car quand bien même la méthadone est un traitement qui fonctionne au long cours, ce n'est absolument pas impossible d'arrêter d'en prendre - au contraire, le parcours méthadone est fait pour donner du temps au temps, pour que le temps psychique (qui est lent) s'accorde avec le temps physique. Le temps passé sous traitement est un temps de repos où l'on se ressource et où l'on peut se refaire une santé mais aussi explorer et questionner plus en profondeur le pourquoi du comment. C'est un peu le temps minimal pour remettre de l'ordre, comprendre, et assimiler :   par rapport à  s'enfermer 5 jours dans une piaule à  se laisser crever avec une bouteille d'eau, on comprendra facilement la supériorité de la démarche de substitution qui vise à  faire sauter les verrous de la dépendance un à  un, sur la durée... bref d'un côté on va trop vite et l'on bâcle, de l'autre on se donne le temps et on met toutes les chances de son côté. Pas difficile de comprendre de comprendre pourquoi de 99% d'échec avec le sevrage, les TSO permettent de sevrer 50% des usagers et de soulager et améliorer le quotidien de tout les autres...

Bref, la réalité du quotidiens sous TSO se situe bien à  mille lieux de la description fantasmée de ces idées noires qui visent à  priver les toxicomanes du seul soin efficace qui existe à  ce jour... Au contraire même, si je me réfère à  mon propre chemin, la méthadone m'est au contraire extrêmement agréable à  vivre et j'éprouve assez régulièrement du bonheur à  sentir l'aide, le soutien et le support qu'elle m'offre, et pourtant ça fait déjà  plusieurs années que j'en prends !!! Si je réfléchis je n'ai, à  ce jour, aucune raison objective de m'en priver. Comme dirait l'autre "mais ca te fais pas chier d'être dépendant?" Et je ne peux que dire en toute sincérité : "au début je cogittais là -dessus mais depuis que je suis revenu à  une vie bien remplie, j'ai franchement plus le temps de me branler le cerveau avec de la morale, et hop la metha, c'est un geste de 3 secondes chrono quand je me lève le matin et c'est terminé. Dans le genre esclavage, on a fait pire".

Il semble naturel de combattre ces idées qui se sont désormais largement banalisées et conduisent de nombreuses personnes à  faire des mauvais choix dans des situations ou souvent la trajectoire de vie n'est déjà  pas très simple...

et c'est moche car en refusant la main tendue et l'aide inespérée que représente le TSO, de nombreux usagers s'enterrent dans des consos alternées de came en s'obstinant, parfois pendant des ANNEES, à  tenter plusieurs sevrages par an, dans la désolation et l'échec répété - avant de se rendre compte de la précieuse énergie gaspillée et du temps massacré... et quand ils ne refusent pas les traitements et qu'ils acceptent de les prendre en fin de compte, ils les prennent à  reculons en s'entêtant souvent dans des mauvais usages, en faisant du sous-dosage et de la diminution expresse la règle d'or, et se mettant ainsi toujours plus en plus en échec. Ils finissent par boucler la boucle, en prenant leur expérience d'échec comme preuve de l'inefficacité des TSO et sans illusion, ils retournent à  la came en continuant de vivre dans l'espoir du "ce coup-ci c'est la bonne",  en se souhaitant des "bon courage, tiens bon frangin" réussissant à  l'occasion un ou deux mois clean par ci par là  avant de mieux reprendre leur course à  la rechute et au sevrage permanent…

Donc le premier mythe sur la méthadone qu'il faut combattre c'est vraiment celui qui laisse croire que la méthadone accrocherait à  mort, que ce serait la pire des molécules de synthèse et que son sevrage serait le plus dur de toute les molécules de la famille opioïdes... En vérité, elle n'accroche ni mieux ni moins bon que l'héroïne, c'est simplement différent - mais au bilan et en comparaison, ce n'est certainement pas plus dur d'arrêter la méthadone que l'héroïne mais plutôt l'inverse et pour plusieurs raisons.

La première c'est qu'on contrôle et limite facilement sa consommation de metha qu'on peut stabiliser et diminuer sans effort, là  ou l'héroïne nous invite à  empiler shoot sur shoot et presque impossible à  réduire au long cours.

Deuxième raison importante , la metha ne provoquant aucun flash ni euphorie, la dépendance psychique est moins marqué par rapport à  l'hero...

Autre raison, si les symptômes de sevrage sont bien réels avec la metha, il ne faut pas oublier de dire que ce sont des effets beaucoup plus modérés et estompés que le manque aigu que donne l'héroïne...

Donc au bilan, on peut affirmer que la methadone est une molécule qui s'arrête plutôt bien, à  ce titre il existe de nombreux ex-methadoniens qui témoigne du terme qu'ils ont mis à  leur consommation et qui vont bien au quotidien... alors que des héroïnomanes sevrés, ils sont extrêmement rares quand ils ne sont pas tombés dans une autre dépendance ou l'alcool...

Comme disait l'ancien, " des copains qui ont arrêté la métha, j'en connais un certain nombre c'est banal quoi mais des gens qui ont arrêté l'hero sans rechuter derrière, j'en cherche encore UN"...

Dernière modification par ziggy (15 décembre 2013 à  23:10)

Reputation de ce post
 
Il faudrait faire un article sur les idées reçues sur la métha...!
 
Du très grand Zig' ! en espérant que cela soit lu par bcp de monde...Dstrb
 
perfect!
 
Oui, c'est vraiment dommage de "dénigrer" les TSO! Très bel article !

Life on Mars ..........................................

Hors ligne

 

nora femme
Banni
Inscrit le 15 Dec 2013
110 messages
[large]en ayant pris qu'une fois 60mg de méthadone samedi a 10h vais je avoir des symptômes de manque ? si oui quand apparaitront-ils et quand disparaisseront-ils? merci beaucoup[/large]

Hors ligne

 

avatar
ziggy homme
Michel HAmBurger avec nous
Inscrit le 21 Jul 2008
1935 messages
disons que la méthadone que tu as pris a permis de mettre sur pause les symptômes liés à  ton état de dépendance général. Que ce soit une molécule ou une autre, peu importe, si tu veux te sevrer il faut que tu passes par une phase difficile, ou tu dois attendre que ton corps se remette à  se débrouiller sans apport extérieur... donc le manque va réapparaitre forcément et ca pourrait durer une bonne semaine vu que c'est principalement un sevrage hero applati avec une seule pris de 60 mg...

Life on Mars ..........................................

Hors ligne

 

nora femme
Banni
Inscrit le 15 Dec 2013
110 messages
à  Niglo merci pour ta réponse mais depuis que j'en ai pris samedi à  10h je n'ai pas ressenti de manque, dimanche matin et aujourd'hui je me suis réveillé sans aucun manque tkl ce qui n'est jamais le cas d'habitude même après avoir consommé de l'héro avant de me coucher.

à  Ziggy merci de tes informations, tout ce que tu dis est vrai. mais bon..

Tu veux dire que mon sevrage d'héro risque d'être plus long comme j'ai pris une dose de 60mg de métha une seule fois samedi à  10h? ou moins long ? plus facile ou plus dure?

Dernière modification par nora (16 décembre 2013 à  12:55)

Hors ligne

 

avatar
Disturb homme
Anim' à  la retraite
Inscrit le 21 Aug 2013
1363 messages
Salut Nora ...

est ce que tu as pris le temps de lire cette mine d'information et retour d'expérience que nous a offert Ziggy ????

( à  priori oui puisque tu le remercie , " mais bon..." ; Mais bon quoi ???

pourquoi t'obstiner à  essayer de te sevrer en quelques jours ???
Vraiment je dis cela sans méchanceté , j'aimerais juste comprendre ta démarche...

j'imagine que tu as tes raisons , c'est juste par curiosité ...

Tout ce qui monte doit redescendre...

Hors ligne

 

nora femme
Banni
Inscrit le 15 Dec 2013
110 messages
à  Disturb oui j'ai entièrement lu ce que Ziggy à  écrit j'ai même relu pour voir les modifications qu'il y a apporté :)

quand j'ai marqué "mais bon" moi aussi j'ai trouvé cela un peu étrange mais c'était pour dire que je ne savais pas trop quoi répondre à  cela je suis pas trop douée pour répondre très intelligemment a des sujets généraux comme cela, surtout en ce moment j'essaie juste de trouver des solutions à  mon cas après je verrais si je peux prendre le temps de mieux répondre..

je m'obstine pas puisque j'ai craquée sur la métha au réveil sad en manque mais je m'étais promis d'éssayer de tenir au moins un jour sans métha pour voir si en qql jours le manque serait passé car je consomme seulement depuis 6 mois (en shoot et sniff) donc peut-être que j'y arriverais vite a la fin , dans le cas contraire je ferais le traitement de la métha comme il m'a été prescrit mais j'aimerais me laisser une chance de m'en sortir en 1semaine plus ou moins de sevrage d'hero..

Hors ligne

 

avatar
ziggy homme
Michel HAmBurger avec nous
Inscrit le 21 Jul 2008
1935 messages
Hello NORA,

En tout cas, une chose est sûre, si une seule PRISE isolée de methadone te dure aussi longtemps (là  ça fait bientôt 60 H?), c'est plutôt très bon signe pour toi - c'est même étonnant mais tant mieux !!!...

cela donne déjà  quelques indications sur ton cas :  soit tu métabolises très lentement la methadone (et donc c'est  déjà  en soi une bonne nouvelle), soit ton niveau de dépendance est faible auquel cas le peu de methadone qui circule dans ton sang te maintient hors des symptômes de manque.... c'est certainement un peu des deux qui te permet d'etre encore normal à  cette heure, bien que cela soit assez rare qu'une seule prise puisse tenir aussi longtemps... ceci dit, la methadone a une durée d'action longue, et ça arrive souvent qu'il faille attendre parfois plusieurs jours pour que son effet s'estompe vraiment et que le sevrage puisse commencer...

donc effectivement en prenant de la méthadone au début d'un sevrage d'hero, on retarde forcément le moment de passer à  la casserole. La méthadone se lie aux récepteurs et met le système en standby. Et on le sait, pour se sevrer il faut passer une période de quelques jours sans prendre aucun opiacés, sans quoi cela relance le processus au premier jour....

Ceci dit, changer d'opiacé pour se sevrer est une technique relativement intéressante puisque pendant ce temps où tu es couvert par la methadone, le sevrage physique de la came commence et se déroule "en partie" - sans que tu le ressentes - et celui-ci dure en moyenne 5 jours...

donc si tu as arrêté l'hero vendredi à  17h00 - il y a encore au moins 48H de ce côté avant de pouvoir te dire que tu as éliminé toute l'heroine, et pour que tes tests d'urine deviennent négatifs à  l'heroine.

Mais bon, il y a l'effet de la méthadone qui va s'estomper, et c'est à  ce moment la que le sevrage va vraiment commencer, pas avant.  Car le truc c'est que tu ne peux pas vraiment raisonner en pensant sevrage d'hero d'un côté et sevrage métha de l'autre.... comme si c'était deux choses différentes. Il faut plutôt penser "sevrage opiacés" car  à  cause de la tolérance croisée - la méthadone et l'heroine agisse pareillement sur environ 70% de neurorecepteurs. Donc meme si il s'agit de deux produits bien distincts avec leur mode d'action spécifique, il y a une action commune.

La bonne nouvelle c'est qu'en faisant comme tu as fait, tu as déjà  fait 30% de sevrage, et cela sans rien sentir du tout, donc c'est déjà  ça de parcouru... mais quand le rideau de la métha va s'affaisser et ça devrait plus tarder, il va falloir que tu comptes au moins 4-5 jours à  ressentir des symptômes plutôt intenses.

Tout cela me rappelle une autre époque de ma vie. Le nombre de fois que j'ai arrêté la came avec succès en m'employant comme tu le fais là , avec une petite rotation méthadone.... Ca marche plutôt pas mal sur le plan physique. Quand le niveau de dépendance est plutôt faible, c'est franchement jouable, la méthadone aplatit le côté hardcore des premieres heures et ensuite c'est surtout une fatigue/chiasse/nervosité/insomnie pendant quelques jours : donc rien d'impossible.

Accroche toi

Life on Mars ..........................................

Hors ligne

 

avatar
ziggy homme
Michel HAmBurger avec nous
Inscrit le 21 Jul 2008
1935 messages
En tout cas, et c'est important de te le dire dès maintenant, il va bien falloir que tu prennes une décision au moment ou les symptômes vont revenir. Soit tu t'accroches et tu fais vraiment le sevrage brut, et tu encaisses le manque en t'aidant avec un peu de valium-topalgic ou soit... tu reprends de la méthadone.

Par contre, vu comment tu réagis extrêmement bien à  la metha, rien ne t'oblige à   en reprendre 60 mg. Le but est de trouver une dose qui fonctionne pour 24H.

Pendant des années, quand je sniffais, je trouvais mon compte avec des dosages plutôt faibles et avec 20 mg, j'avais la peche pendant 36heures...

Donc il y a plusieurs solutions possibles, et plusieurs compromis possibles entre le sevrage absolu d'un côté et le tout substitut de l'autre à  60 de metha...

Parfois c'est meme mieux de faire quelques jours à  10 mg puis 5 mg avant d'attaquer un vrai sevrage total.

Tiens nous au jus !

Dernière modification par ziggy (16 décembre 2013 à  22:44)


Life on Mars ..........................................

Hors ligne

 

nora femme
Banni
Inscrit le 15 Dec 2013
110 messages
à  Ziggy merci de tes réponses qui me réconforte vraiment et merci du temps passé a les écrire c'est gentil smile

Par contre ce que tu n'as pas du voir sur l'autre question que j'ai posé c 'est que l' effet de la métha c'est atténué en fin de soirée samedi j'ai donc pris un peu d 'héro mais beaucoup moins que dab' et dimanche matin pas de manque ni lundi matin alors que dab' même si je prends de l'héro la veille j'ai le manque le matin car il m'en faut toutes les 4-5h et je dors plus que ça donc si j'ai pas ressenti trop de manque c'est parce que j'ai pris qql prises d'héro mais je me réveille pas en gros manque et même si je prends pas d'héro pendant 10h j'ai pas de gros manque je me sens juste pas trop bien, j'suis plus dans mon "monde" comme avec l'héro c'est pour ça que j'en ai repris pour être dépendante de l'héro et pas de la métha et faire le sevrage héro quand les premiers gros symptômes de manque viendront mais pour l'instant aucun signe... peut-être demain matin je suppose que là  ça devrait commencer à  se faire sentir

ou alors comme tu as dit grâce à  la métha en début de gros manque ça m'a fait passer un peu le manque s'en rien sentir mais maintenant que tu es au courant que j'ai repris un peu d'héro je pense que tu ne vas plus voir les choses de cette manière neutral    .....

En tout les cas, merci bonne soirée :)

Hors ligne

 

avatar
ziggy homme
Michel HAmBurger avec nous
Inscrit le 21 Jul 2008
1935 messages

nora a écrit

à 
ou alors comme tu as dit grâce à  la métha en début de gros manque ça m'a fait passer un peu le manque s'en rien sentir mais maintenant que tu es au courant que j'ai repris un peu d'héro je pense que tu ne vas plus voir les choses de cette manière neutral    .....

Ok, je comprends mieux. Et bien oui c'est très différent... Comme tu viens de le découvrir, c'est un des premiers effets intéressants de la méthadone - qui permet de poser un peu les choses et de pas se lever en chien.Moi aussi ca me fait ça souvent et c'est bien lié au mélange des deux molécules. Ca imprégne bien le corps et le manque ne vient pas aussi facilement que quand on tape uniquement de l'hero.

Dans les moments de conso, ca m'arrive aussi de prendre assez peu de methadone sur une période donnée, mais j'aime bien en prendre une fois par ci par là  ,  car justement ca permet de pas ressentir le manque de came 4 fois par jour, ce qui est vraiment pas agreable.

Bon je pense sincèrement qu'il vaut mieux revoir ton projet d'abstinence pour un peu plus tard. Je m'explique : 60 mg de metha ne t'a meme pas tenu quelques heures, et derriere il t'a fallu le jour meme retaper. Cela veut dire que rien te stabiliser à  60 de meth ne va pas etre une partie de plaisir et pendant 3-4 jours, tu sentiras un peu de manque comme tu l'as senti samedi vers 17h... bref, essaie déjà  de ne plus prendre d'hero, ce sera un tres grand pas en avant. Quant à  un sevrage brutal, ton niveau d'intoxication est bien trop élevé pour pouvoir l'envisager... Je ne sais pas si tu as conscience de ton niveau d'accroche, mais c'est pas un petit dosage de fin de croisière si je peux me permettre. Si on pars du constat qu'une dose de 60mg ne tient que quelques heures, j'imagine dans quel état tu pourrais etre à  nu....,

Dernière modification par ziggy (16 décembre 2013 à  23:11)


Life on Mars ..........................................

Hors ligne

 

nora femme
Banni
Inscrit le 15 Dec 2013
110 messages
à  Ziggy merci de ta réponse ba oui mais certains ont dit que c'est parce que c'est le premier jour de métha qu'il ne dure pas entièrement 24h mais que après en prendre sur plusieurs jours ça va se stabilisé , j'ai revu mon médecin traitant hier soir je lui ai dit ça il m' a dit on montera a 65 tout au plus car le but c 'est de diminuer , euh bah d'accord mais si faut que j'me shoot tout les soirs parce que c'est pas suffisent c'est pas comme ça que j'vais y arriver ! pour moi j'ai toujours penser qu'il me faudrait 80mg voir 100 donc voila mais au moins 80 , je consomme que depuis 6 mois mais c'est des grosses doses

Et donc inéluctablement le moment de gros manque est apparu ce matin au réveil , horrible je pensais mourir où prendre trop de choses pour me faire une overdose et mourir tellement j'en ai marre de cette vie l'héro c'est tout pour moi , c'est mon amour mais il faut que je m'en sépare je n'ai pas le choix(sauf faire la p***) mais ce n'est pas glorieux !  ne pouvant plus supporter le manque qui est enfin arriver ce matin j'ai repris un shoot d'héro mais il va réapparaitre et là  que faire??

1) j'attends qql jours (1 à  7j) en prenant qql médoc ?
2) je commence la métha ?

mais j'ai peur qu'avec la métha je vives la même chose au moment de diminuer les doses (déjà  que là  aparament je suis pas bien dosé ce qui n'est pas bon!) et que au moment d'arrêter complètement la métha je vives le même manque qu'aujourd'hui ainsi que j'ai peur de ne plus pouvoir avoir de métha et de me retrouver sans rien..      que faire??

Hors ligne

 

avatar
virtualfacto
Nouveau Psycho
Inscrit le 26 Mar 2013
194 messages

nora a écrit

mais j'ai peur qu'avec la métha je vives la même chose au moment de diminuer les doses (déjà  que là  aparament je suis pas bien dosé ce qui n'est pas bon!) et que au moment d'arrêter complètement la métha je vives le même manque qu'aujourd'hui ainsi que j'ai peur de ne plus pouvoir avoir de métha et de me retrouver sans rien..      que faire??

Re salut Nora,

je t'ai déjà  répondu sur ton autre post.
Et en lisant celui ci, je comprends un peu mieux ta situation.
Si je peux te rassurer, ta peur d'avoir mal en diminuant n'est qu'une peur. Tu as la possibilité de baisser de qques % en qques %, genre stable à  80, passer à  75. Je ne me rappelle plus exactement des dosages gellules, mais je crois que le plus faible est à  1mg. Donc tu vois, tu as le temps de voir venir.

Sérieux, je comprends que cela puisse te faire peur, mais à  priori, avec ce que tu dis, ce n'est pas le pb aujourd'hui. A mon sens, n'est il pas plus important que tu te sentes mieux au quotidien, et déjà  que tu mettes un intervalle entre ta conso d'RO et celle de metha?? Ne serait ce pas "un pas en avant" que de déjà  ne plus consommer (c'est le besoin que tu exprimes) de la came??

Il sera bien assez tôt pour penser à  baisser et arrêter la metha, chaque chose en son temps, on est pazs pressé! pressé de quoi d'abord?

Quant à  avoir peur de te retrouvre sans rien, je te promets que c'est 500 fois moins galère de penser à  aller renouveler son ordonnance tous les 15 jours (à  terme) et d'aller à  la phatrmacie du coin pour "pécho ton TT", plutôt que de courir de plans en plans, de galère en galère.
Tu dis de plus être à  450km de tes plans de came, donc avoir peur de ne plus avoir de metha n'est il pas un faux pb??
Moi, j'ai quitté la France pour le Maroc, en partie pour me sortir de la came, aujourd'hui, je fais 700km en train tous les 15 jours, 15 h de voyage (c'est pas le tgv!!) pour avoir ma metha, mais:1. je suis déjà  super ravi de pouvoir en avoir!!, et 2. c'est toujours moins chiant que les plans galère de cité ou tu ne sais pas sur quoi tu vas tomber, plus souvent de la merde, la thune claquée, et j'en passe, tu dois connaître.
non?

Hors ligne

 

avatar
ziggy homme
Michel HAmBurger avec nous
Inscrit le 21 Jul 2008
1935 messages
Bonjour Nora,

Je viens à  l'instant de lire ton message ici - je t'avais répondu en MP - mais en lisant ça, il faut que je complète... je comprends bien l'état de stress dans lequel tu es - et tu te questionnes à  fond, c'est normal.

Comme tu as posté à  plusieurs endroits en expliquant par "petit bouts" ce qui t'arrive, tu as reçu des bribes d'informations dont certaines qui ne prenaient pas en compte l'ensemble des éléments... bref, maintenant qu'on en sait plus sur ce qu'il t'arrive en ce moment, je vais essayer de te répondre ici en essayant de te répondre précisément en prenant tout ce que tu nous as dit jusqu'à  présent...

nora a écrit

Et donc inéluctablement le moment de gros manque est apparu ce matin au réveil , horrible je pensais mourir où prendre trop de choses pour me faire une overdose et mourir tellement j'en ai marre de cette vie l'héro c'est tout pour moi , c'est mon amour mais il faut que je m'en sépare je n'ai pas le choix(sauf faire la p***) mais ce n'est pas glorieux !  ne pouvant plus supporter le manque qui est enfin arriver ce matin j'ai repris un shoot d'héro mais il va réapparaitre et là  que faire??

Oui forcément, et comme tu dis inéluctablement, la sensation de manque est revenu ! il y avait quand même "peu de chance" que le manque disparaisse, comme par magie. Comme je te disais, ce "manque" n'était que retardé par ce que tu avais consommé notamment ta prise de 60 mg de methadone samedi matin qui a modifié ta perception des choses en ralentissant l'élimination d'opiacé dans ton sang, puisque la méthadone agit très lentement et disparait tout doucement. Il ne faut pas oublier que la méthadone peut agir pendant plusieurs jours. La plupart des gens "en rupture de methadone" (par ex en prison quand la métha n'était pas encore légale) ne ressentent pas le vrai gros manque avant parfois 4 à  5 jours...

nora a écrit

à  Ziggy merci de ta réponse ba oui mais certains ont dit que c'est parce que c'est le premier jour de métha qu'il ne dure pas entièrement 24h mais que après en prendre sur plusieurs jours ça va se stabilisé , j'ai revu mon médecin traitant hier soir je lui ai dit ça il m' a dit on montera a 65 tout au plus car le but c 'est de diminuer , euh bah d'accord mais si faut que j'me shoot tout les soirs parce que c'est pas suffisent c'est pas comme ça que j'vais y arriver ! pour moi j'ai toujours penser qu'il me faudrait 80mg voir 100 donc voila mais au moins 80 , je consomme que depuis 6 mois mais c'est des grosses doses

Très juste Nora, la réponse de ton toubib n'est pas vraiment satisfaisante. Est-ce que tu consultes en CSAPA ? Car les généralistes sont parfois à  côté de la plaque en matière d'addiction. Parler de "diminution" alors que l'initialisation n'a même pas eu lieu ?

Je suis d'accord avec toi - tu as bien raison, il vaut mieux avoir un dosage adapté dès le début mais cependant, j'attire ton attention sur le fonctionnement de la méthadone qui explique pourquoi les médecins ne sont pas toujours d'accord pour donner des gros dosages dès le premier jour et pourquoi il faut revenir chaque jour pour adapter le dosage, au début du traitement, jusqu'à  obtenir un état stabilisé.

Il faut comprendre qu'une prise isolée de methadone n'a rien à  voir avec une prise en continu. car il faut prendre en compte le temps d'adaptation - environ 5 jours pour "assoir" l'effet qui monte en puissance, jour après jour.

Pour une personne qui métabolise normalement, il faut presque 96H et des poussières pour que l'organisme élimine la metha.

Donc au début du traitement, en prenant 60 mg,  voici à  titre d'exemple schématiquement ce qui se passe dans le corps :

j0 = 60 mg (60)
j1 = 60 mg + 30mg restant de j0 (90)
j2= 60 mg + 30 mg restant de j1 + 15 mg restant de j0 (105)
j3= 60 mg + 30 mg restant de j2 + 15 mg restant de j1 + 7.5 restant de j0 (112.5)
j4= 60 mg + 30 mg restant de j3 + 15 mg restant de j2 + 7.5 restant de j1 +3.25j0 (112.5)
j5= 60 mg + 30 mg restant de j4 + 15 mg restant de j3 + 7.5 restant de j2 +3.25j1 (112.5)
j6= 60 mg + 30 mg restant de j5 + 15 mg restant de j4 + 7.5 restant de j3+3.25j2 (112.5)
j7= 60 mg + 30 mg restant de j6 + 15 mg restant de j5 + 7.5 restant de j4+3.25 j3 (112.5)

Il faut donc 4 jours complets avant que le corps soit bien saturé en méthadone - et c'est pourquoi une mise sous méthadone nécessite des ajustements jour après jour, selon ce qu'il se passe. Et comme tu le vois, entre une prise isolée de 60 mg et une prise continue, il peut y avoir chez certaines personnes presque plus du double en méthadone active dans le sang !!! ...

Voila pourquoi des overdoses de méthadone ont déjà  été observé lors du deuxième ou troisième jour..

Voila pourquoi certaines personnes qui commencent à  60 mg le premier jour et se sentent sous-dosées peuvent se retrouver le septième jour avec l'impression d'être littéralement assommé par le traitement qu'ils trouvent trop dosés, ce qui est souvent mon cas. Par exemple, quand je commence à  60 mg - ce n'est pas assez au début et je me sens pas en forme pendant 2 jours et ensuite ça va beaucoup mieux et là , je revois mon dosage à  la baisse.. bref il m'est souvent arrivé de prendre 120 mg le premier jour d'arrêt de la came et de me retrouver vers 30-40 au long terme.

Surtout qu'en plus, si tu ne prends plus d'heroine, le sevrage de came se fait parallèlement en même temps. Passé 5 jours, le corps n'a plus besoin d'heroine et vu que la méthadone se sature, le besoin de prendre des opiacés s'efface rapidement.

Dernière modification par ziggy (17 décembre 2013 à  16:39)


Life on Mars ..........................................

Hors ligne

 

avatar
caméléa
Psycho junior
Inscrit le 29 Jun 2008
440 messages
à  Nora:

j'ai décro de la métha en février, en passant par quelques semaines d'héro le temps de "nettoyer" mon corps des molécules de métha accumulées depuis des années. Du coup, les trois semaines de manque métha étaient camouflées par un petit demi g par jour, en 2 injections. Donc, exit la décro assez longue et pénible du TSO; et quand j'ai stoppé le shoot, juste 4 jours de petite grippe etc, mais avec une bonne benzo (pour les jambes et les muscles), un bon anti inflammatoire (dos etc) et spasfon+pinavérium (qui remplace la viscéralgine forte) pour les tripes, et lopéramide pour les diarrhées, ça s'est passé tip-top. Penser aussi à  un anti acide, genre maalox, ou oméprazole: ça aide bien à  encaisser ces mélanges...

  Je me permets de redonner ce témoignage, car m'étant tapé un petit craquage ces derniers temps, je viens de re-décro avec les mêmes outils; en fait j'ai repris de la dope, et une fois accro j'ai biaisé avec du sub, du tramadol, donc à  la fin j'étais accro à  une petite dose de sub (2 fois 2mg par jour); le tout dernier jour, après 5 ou 6 jours de sub j'ai pris 20mg de métha: pas de manque réel avant 96h, et encore, à  part les coups de froid, avec les médocs ça le fait (j'en suis au 6ème jour sans rien, à  part 50mg de tramadol quand ça grimpe trop).

   Je vous redonnerai des news dans quelques jours, mais je ne crois pas être un cas isolé!


   Cela dit, j'avais déjà  bien baissé mes dosages de métha avant tout ça, donc dans ton cas ce n'est pas la même... Pourquoi ne pas tenter la méthode chinoise avec de la métha sirop, pour atteindre un seuil assez bas avant de tenter ta décro? Sinon, chaque échec risque de te démoraliser encore plus, et ce sera pire la fois d'après...

Dernière modification par caméléa (17 décembre 2013 à  16:33)

Hors ligne

 

avatar
ziggy homme
Michel HAmBurger avec nous
Inscrit le 21 Jul 2008
1935 messages

nora a écrit

1) j'attends qql jours (1 à  7j) en prenant qql médoc ?
2) je commence la métha ?

mais j'ai peur qu'avec la métha je vives la même chose au moment de diminuer les doses (déjà  que là  aparament je suis pas bien dosé ce qui n'est pas bon!) et que au moment d'arrêter complètement la métha je vives le même manque qu'aujourd'hui ainsi que j'ai peur de ne plus pouvoir avoir de métha et de me retrouver sans rien..      que faire??

Merci à  Léa pour son témoignage important - qui nous rappelle à  tous - qu'il n'est jamais impossible de se sevrer totalement, même après un long moment d'imprégnation... donc il ne faut vraiment pas croire que "passer sous méthadone" (même longtemps - plusieurs années) pourrait empirer les choses ou rendre le manque plus profond ou plus fort: c'est tout le contraire ! Le manque est réduit en intensité par les traitements et peut même être totalement réduit à  zéro par un bon usage intelligent du substitut, avec traitement progressif. Tout ceux qui l'ont fait te le confirmeront, même dans le pire des cas - en te retrouvant privé accidentellement de traitement -  cela n'a aucun rapport avec l'horreur de l'état d'enfer et d'agonie de la privation d'heroine...

Donc point très important pour toi Nora, par rapport à  cette PEUR que tu ressens, il y a plusieurs choses à  te dire qui vont normalement te rassurer.

nora a écrit

mais j'ai peur qu'avec la métha je vives la même chose au moment de diminuer les doses ??

vivre la meme chose ? Non !

Et meme en tombant en rade de metha, tu ne vivrais pas la meme chose. Car ce que tu vis en ce moment, c'est le manque d'HERO, pas le manque de méthadone !!! Ce n'est pas la meme chose, pas du tout. Parmi toutes les molécules opiacés, l'héroïne est une de celles qui me provoque une sensation de manque extrêmement vive et intense. Le manque de metha est différent, beaucoup plus diffus et beaucoup moins intense - meme à  fortes doses. Et puis le manque de came tombe d'un coup, c'est impitoyable. Avec la métha, il faut vraiment plusieurs jours avant de se sentir vraiment "en manque" et quand ça arrive, ce n'est pas la meme sensation. Peut etre parce que le corps ne le prend pas dans la gueule d'un coup et qu'il faut plusieurs jours complets avant que la concentration en opiacé tombe au zéro absolu...

Et en diminuant, soyons clairs, moi je ne sens.... rien du tout !!! et je l'ai fait un paquet de fois, c'est carrément cool. La lenteur de la méthadone permet vraiment de tromper le corps, qui ne voit aucune différence entre 60 et 55 mg (par exemple). D'ailleurs, est-ce que ton corps fait la différence entre un shoot 0.8 CC ou 0.7 CC ? et ben, c'est pareil ! Et semaine après semaine, le dosage diminue tranquillement sans que le corps ne s'aperçoive de rien. Est-ce que tu vois comment fonctionne un traitement d'orthodontie ? Et bien, pour moi, c'est la meilleure comparaison possible. Au début, les dents sont dans tous les sens et chaque mois, pas à  pas, le trajet vers une belle dentition se resserre smile. C'est un petit effort continu et permanent et ça paie bien. C'est aussi comme avoir le choix entre payer cash ou payer en dix fois sans frais : la deuxieme option est souvent beaucoup plus cool , surtout quand on a plus de thunes !

et je ne suis pas le seul à  avoir pu réduire une très forte dépendance en une dépendance homéopathique sans la moindre sueur ! Et au moment d'arrêter complètement la méthadone, tu auras réduit ton dosage de 800% en arrivant à  10 mg ou 5 mg. Certains le font à  2.5 mg et à  part de légers problèmes d'endormissement les premiers soirs, il ne se passe pas grand chose, faut bien le dire... et maintenant on a les géllules de 1 mg - et la dernière fois que j'ai diminué - j'ai testé avec les gellules de 1 mg et ça a été fabuleux, y a pas d'autres mots. J'ai diminué 1 par 1 par palliers de quinze jours... et quand j'ai stoppé, j'ai attendu de ressentir un peu de manque... et ben j'attends encore - il n'est jamais venu !

Voilà  j'espère que cela éclaircit les choses par rapport à  tes peurs...

Et puis soyons clairs, certaines personnes parlent de ressentir du "manque"... encore faut-il voir ce qu'ils mettent derrière ce mot car lorsqu'on est accroché sérieusement comme tu le vis en ce moment, on ne parle plus de "manque" mais de "crise de manque" - c'est abominable et je ne connais personne qui arrive à  rester indifférent face à  cet état d'alerte rouge... mais ça c'est l'hero - à  fortes doses et en shoot - rien à  voir avec la métha, prise en sirop  à  doses thérapeutiques réduites progressivement.

Ce qu'il faut comprendre avant tout, c'est que le corps élimine l'héroïne très rapidement, c'est pourquoi le changement d'état est radical et explosif. On peut en moins de 12h, passer d'un état de bien-être prononcé à  la sensation d'être en phase terminale en train de crever... cela ne peut pas arriver avec la metha.

Et quand le manque est vraiment fort et que ça pars en crise (après une période continue de grosses doses en shoot), je reconnais que ça peut être terrifiant et on ferait parfois n'importe quoi pour "être ailleurs", n'importe ou, mais pas dans cet état abject. Etre mort semblerait préférable.

C'est comme ça que, sans réfléchir, je me revois à  shooter un sub en tremblotant avec une vieille pompe toute crade et un coton immonde ramassé par terre dans la poussière en priant que cela agisse... ou qu'un de mes potes a fini en lavage d'estomac, à  cause des benzos avalés pendant la nuit pour essayer de dormir en vain... ou d'avaler des cachetons de paracétamol codéiné par dizaine de dizaines, à  en gerber de la bile et se flinguer le foi dans l'espoir d'un maigre soulagement..

L'an dernier, il y a quelques mois de ça, tout comme toi Nora, je venais de rechuter dans l'hero depuis seulement quelques semaines et ruiné financièrement, il fallait que je mette fin au naufrage, et a-priori je ne voulais pas refaire de TSO sans au moins avoir essayer de faire sans. Je shootai 1 à  2 par jour et j'avais l'espoir que cela soit endurable avec une batterie de médocs... j'ai fait mon dernier shoot et suis allé me coucher. Le lendemain, me suis reveillé dans une piscine de sueur avec la motivation pour lutter. J'ai attendu quelques heures, la crise a commencé bien raide, je me suis foutu au lit avec deux petits jaunes (temesta 2.5) qui m'ont fait dormir une partie de l'apres midi... et vers 21-22heures, donc 24heures après le dernier shoot, j'ai commencé à  comprendre... que je faisais une énorme connerie et que je partais... en crise... je me suis trainé à  gare du nord, dans le froid et le vent, tout nauséeux et nez qui coule - en espérant trouver qqu'un pour un sken ou une fiole. Mais il était trop tard, y avait plus personne. Quel connard !!! Flippé et exténué, je suis rentré bredouille et j'ai passé la pire nuit de ma vie à  attendre... jusqu'à  10H du mat... en envoyant 60 mg de metha, apres 36h à  jeun depuis le dernier shoot, j'ai remercié le ciel... mais il m'a presque fallu une semaine pour m'en remettre et plus jamais je ne retenterai de me mettre en crise de manque à  fort dosage. conclusion : cela ne sert à  rien de jouer avec le métabolisme et la chimie.

Dernière modification par ziggy (17 décembre 2013 à  18:01)


Life on Mars ..........................................

Hors ligne

 

nora femme
Banni
Inscrit le 15 Dec 2013
110 messages
à  Virtualfacto merci pour tes réponses
merci de me rassurer quand à  la méthadone mais j'ai lu des témoignages qui disait que arrêter la méthadone brusquement par exemple à  80mg ou même 40mg provoque un manque pire que l'héro qui se passe en 3 à  10j .....

Et puis je voulais vraiment arrêter la came mais je l'aime trop mais je n'ai malheureusement pas le choix ou partir vivre dans un pays qui en produit pour en avoir à  vie jusqu'à  la mort devant moi?

Aussi l'effet ressenti avec l'héro n'est pas le même que celui de la métha mais c'est sûr que courir partout chercher de la came en étant en manque ou après avoir claquer toute ses thunes ou devoir faire des choses illégales vol prostitution etc pour avoir de l'héro c'est dingue et ça ne mène à  rien.......

Mais je me demande comment fait-tu (et aussi les autres) pour vivre sans les effets de l'héro car l'héro change notre manière de pensées notre vision de voir les choses , samedi matin quand j'ai pris la dose de métha je me suis sentie apaisée(normal après la grosse crise de manque) mais je me suis retrouvée dans la vie normale ça m'a fait trop bizarre ...  Comment as-tu réagi face à  ce retour à  la vie normale ? sans héro...

Hors ligne

 

nora femme
Banni
Inscrit le 15 Dec 2013
110 messages
à  Ziggy oui c'est étrange j'ai de la chance d'avoir de la métha mais j'en prends pas j'ai peur....
mais aussi tu l'as remarqué c'est à  cause de mon médecin qui est strict et comme la je suis en campagne un  peu ba ils ont tous leurs idées bizarres ils me dits que ouai s'ils s'aperçoit que je prends quand même de l'héro il va me couper le traitement  !! ce qui est horrible et ça se dit pas ! (même si ça peut être ça manière de me motiver j'aime pas du tout ça!!) et il m'a posé des questions du genre ouai tu deal tu revend ton traitement pour acheter la drogue ? ALORS que je n'avais aucun traitement et AVANT de me donné la métha en ordonnance , il est complètement toqué !

Bon j'avais déjà  peur de la dépendance à  la métha avant ça mais ça me rassure pas et au CSAPA vers chez moi (le plus proche) il voulait me mettre sur liste d'attente , donc je sais pas combien de temps ça aurait durée + fallait que je fasse 30km en train aller retour chaque jour pendant une semaine le temps de trouver mon dosage donc.....   on est allé dire ça à  mon médecin qui m'a dit ba je vais vous le faire vous allez pas vous déplacer ni attendre , c'était quand même sympa et gentil de sa part d'avoir accepter de m'en donner mais je déteste les préjugés sur les gens qui prennent de la drogue mais bon avant d'en prendre j'avais peut-être les mêmes préjugés qu'eux.... 

je devrais peut être reprendre contact au CSAPA (y retourner en train) maintenant que j'ai une ordonnance de 14j de métha ils pourront peut être me suivre (sans que je doivent y aller chaque jour faire mon dosage)

Et donc comment vois-tu la vie sans l'héro maintenant??


Merci pour ton explication sur la métha, mais cela veut dire qu'en prenant 60mg en fait c'est comme si on prenait 112 alors comme ça s'accumulent ? ou pas?

et donc après avoir pris 5 à  10j la méthadone c'est sûr que le manque d'héro est fini?

Merci

Hors ligne

 

nora femme
Banni
Inscrit le 15 Dec 2013
110 messages
à  Caméléa merci pour ta réponse
merci de me donner espoir que l'on peut arrêter la métha, mais ce dont j'ai peur c'est dans quelles conditions car tu dis quand même avoir pris plein de médoc pour décrocher alors que normalement il faut baisser sa métha sans aucun médoc autour (et moi je n'aurais pas tout ces médocs j'ai le droit à  rien pas de benzo pas de tramadol pas d'anti dépresseurs) il me reste juste 4valium 1boite de lexomil et 2 ou 3 plaquettes de tramadol qu'un docteur en association m'avait prescrit à  Paris pour faire une sevrage ambulatoire

j' espère que tu vas y arriver :)

oui la méthode chinoise me paraissait une bonne idée mais je n'ai pas encore commencer le traitement et j'ai des prescriptions que par 7jours il faudrait que je me renseigne plus sure comment mettre en oeuvre cette méthode pour pas faire n'importe quoi..

Hors ligne

 

nora femme
Banni
Inscrit le 15 Dec 2013
110 messages
à  Ziggy dans plusieurs témoignages 
j'ai lu que le manque de métha était pire que le manque d'héro et qu'ils durent 3semaines/1 mois
merci pour ton témoignage cela me rassure ..un peu..

j'ai beaucoup de points communs avec toi dans ton dernier témoignage..

Hors ligne

 

Fabrice homme
Psycho junior
Inscrit le 25 Jan 2013
306 messages
Nora en 5 jours tu as sevré l'héroine. Donc si tu veux tourner la page sans tso longue durée, lors du premier jour de sevrage tu prends 30mg de méthadone, puis 20mg le second jour, le troisieme et 4eme 20 ou 10mg puis tu stoppes tout et tu es guérie sans douleur si ce n'est une probable déprime dans les semaines et mois qui suivront l'arrêt.

Tu consommes depuis 6 mois, j'ai fait mon 1er sevrage au bout de 6 mois et j'ai tenu 3 mois avant de remettre les couverts.
Tu peux essayer comme ca, et si tu ne retouches plus jamais à  la came tant mieux tu auras réussi.
En cas d'échec, va dans un csst et prend un traitement méthadone comme 60mg/jour sans te poser de question sur l'arrêt. Tu penseras à  cela plus tard, apres 6 mois ou 1 an sans rechute sous metha tu commenceras à  baisser.
Ou rester sous métha car on s'habitue à  cet effet anti depresseur, anesthésiant de la méthadone.

Quand tu arrêtes remet toi dans les études, formation ou emploi, dans les loisirs et ne traine pas avec des gens qui en consommant de l'héro peuvent réveiller tes vieux démons et conduire à  une rechute.
Surtout évite les crises de manque, là  on en parle tranquilement mais c'est l'horreur absolue, en crise de manque tu finis à  la goutte aux urgences tellement c'est douloureux.
Fais les bons choix, c'est maintenant que tu joues ton avenir. Déconne pas avec ta vie Nora.
Reputation de ce post
 
entièrement d'accord avec toi!
 
la methode que tu donnes

Hors ligne

 

avatar
virtualfacto
Nouveau Psycho
Inscrit le 26 Mar 2013
194 messages
Hi!
faire le deuil de la came!! wahou!
en toute franchise, j'ai beaucoup de mal avec ca.
J'ai 38 ans, dont 20ans de came, et j'ai débuté la substitution par le subu en 1996 (brrr, ca commence à  faire).
Tout ca pour dire que même aujourd'hui, j'ai du mal à  me dire que plus jamais je n'aurais de trace dans le nez, tant par les effets, que par le gout, l'odeur, .... et tout ce que cela implique).
J'ai réussi à  stopper les shoots alors que je me faisais entre 3 et 5 taquets de subu par jour, et ce grâce à  la metha.
L'accoutumance du geste a pu être oubliée assez rapidement grace à  l'induction de metha qui m'a donné beaucoup plus d'effets opiacés que le subu. Le deuil était donc plus facile car j'y retrouvais une compensation non négligeable dans le sens ou le shoot de subu m'était purement psychologique, ne me faisait aucun effet, alors que la metha m'a donné une période de lune de miel suffisamment longue pour oublier l'addiction au geste du shoot.

Et donc, aujourd'hui, je prends mon TT normalement, mais assez régulièrement je prends une double dose (de 80mg, je prends 160, cul sec), et hop, pendant un temps (qui se réduit de manière bien trop rapide à  mon goût), je suis "hi", cassé juste comme il faut!!
Le lendemain de cet écart, je ne prends pas mon TT (sinon, je ne tiendrais pas les 15 jours), et comme la veille je me suis mis une bonne dose, je peux tenir les 48h entre ma double dose et ma reprise en dose normale.
C'est comme ca que je compense mes envies de taper.

Certains diront que "c'est pas bien", mais je m'en cogne, j'y trouve mon compte, ca ne dérange personne.
Après, quand je rentre en France (tu as du lire que je suis au Maroc), et que le contexte s'y prête (pas de famille, pas d'enfant,pas de taff à  ce moment là ), je rechope qques grammes, et m'envoie en l'air jusqu'à  ce qu'il n'y ait plus rien.
Et c'est bon!! bordel!!
car les effets sont bien meilleurs que lorsque j'étais à  plusieurs g par jour, que je ne sentais quasiment plus.
Mais je n'ai pas la possibilité de trouver de la came là  ou je vis, à  Marrakech, donc forcément, c'est apaisant car je n'ai pas à  me poser la question "est ce que j'achete, ou pas??" une fois rentré.
Car je me connais trop bien, si j'ai accès au prod, je tape.
Je refais donc mon deuil jusque la prochaine fois.
Mais au moins, je ne vis pas trop "frustré" avec un craving permanent ou du moins qui apparaît souvent.

Tout ca pour te dire que si l'idée de dire un adieu définitif à  Lady Heroin t'est trop dure et te fait cogiter du coup sur ton début de traitement de methadone, ...

Ce n'est en aucun cas une invitation à  détourner ton TT, c'est juste que la question que tu te poses m'a envahi aussi pendant longtemps, et surtout que la vie sans opiacé me parait fade, morne, triste, chiante, longue, ininterressante, alors  ces petits "écarts" (je n'aime pas ce mot, je m'écarte de quoi d'abord!!!) sont un peu comme une lumière dans les ténèbres, comme mon pti ricard du soir.
D'ailleurs je n'ai pas du tout l'intention de stopper la metha, malgré la contrainte, le nb d'années,... car elle me permet d'éviter les anti dépresseurs et anxios, son effet anti D en lui même m'étant suffisant, donc je ne me tape pas (plus) de médocs par poignées, comme j'ai pu le faire. Elle m'autorise à  me mettre bien (planner, le mot est trop fort, car c'est plus non plus transcendant, mais pour moi, super agréable).
Si, comme tu l'écris, tu as peur de la vie sans héro, par rapport aux émotions, à  la déprime, le metha te préservera encore, en tout cas plus que la vie normale "sans rien". Moins que sous came, bien sûr, mais c'et déjà  ça.

Les questions que tu te poses sont légitimes, et je trouve que c'est déjà  top que tu les verbalises comme ca.
Moi, personne n'a jamais compris que je puisse avoir encore envie d'opiacé: "quoi, après tout ce que tu as vécu et fait vivre aux autres, comment peux tu encore avoir envie de te défoncer?? pense à  tes enfants!! pense à  ton boulot! c'est pas bien!".
Tout le monde voit ca comme un échec et personne de "non consommateur" n'a pu entendre ce genre de discours de consommateur assumé. T'es forcément déviant ou en echec.
J'ai du faire un sacré travail sur moi même ne serait ce que pour m'accepter en tant que consommateur d'opiacés. J'aime ca et je pense que j'aimerais ca toute ma vie. A partir du moment ou ca n'a pas ou presque pas d'incidence sur ta vie, je ne vois pas pourquoi tu devrais te frustrer et vivre mal pour vivre dans les clous et dans les normes que d'autres ont posés, parce qu'on t'a dit que c'est comme ca qu'il fallait vivre
!!et que tout comportement déviant sera maté, un dossier sera monté, et vous me ferez un séjour en isolement pour vous remettre dans le droit chemin!!ya ya fraulein
Evidemment, tu l'auras compris, ce n'est pas pour autant que je fais l'apologie de la came, bien sûr.
Penses d'abord à  ce que tu souhaites faire par rapport à  la metha, il se sera bien assez tôt pour penser à  faire un extra de temps en temps, mais si ca peut te rassurer quant au deuil définitif du prod...
Bien à  toi Nora
bonne soirée à  tout le monde!

Hors ligne

 


Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

logo Psychoactif
[ Forum ] Arrêt & Sevrage - Sevrage brutal - héro et méthadone ( 60mg/jr )
par Farfadet74, dernier post 08 févier 2018 par filousky
  7
logo Psychoactif
[ Forum ] Sevrage de prises ponctuelle de came et metha
par psychobin, dernier post 03 novembre 2012 par spartiate
  13
logo Psychoactif
[ Forum ] Premiers jours de sevrage héroïne avec methadone
par Hysterik, dernier post 27 févier 2023 par Sofie23
  18
logo Psychoactif   [ PsychoWIKI ] PAWS, le syndrome prolongé de sevrage
logo Psychoactif   [ PsychoWIKI ] Méthadone et grossesse
logo Psychoactif   [ QuizzZ ] Risquez vous une overdose d'opiacé ? (heroine, morphine, methadone)
19321 personnes ont déja passé ce quizzz !
logo Psychoactif   [ QuizzZ ] Testez vos connaissances sur les overdoses d'opiacés
19305 personnes ont déja passé ce quizzz !

Pied de page des forums