L’incroyable inaction du ministere pour améliorer l’accès à  la métha

Publié par ,
9489 vues, 19 réponses
avatar
pierre
Web-Administrateur
Inscrit le 15 Sep 2006
16690 messages
Communiqué de Presse de la Fédération Française d’Addictologie
L’incroyable inaction du Ministère de la Santé pour améliorer l’accès à  la méthadone
Paris, 17 juin 2016

Malgré le consensus des professionnels et les promesses gouvernementales répétées depuis 10 ans, la primo-prescription en médecine de ville est toujours bloquée quelque part dans les bureaux du Ministère de la Santé. Irresponsabilité, frilosité, incompétence ?

La FFA s'élève publiquement contre l'inexplicable retard de la mise en œuvre de la primo-prescription de méthadone en médecine de ville. Donner la possibilité à  des médecins généralistes volontaires et formés de primoprescrire la méthadone est une mesure réclamée depuis plus de 15 ans par de nombreux rapports officiels, dont le dernier en date est celui de l’Audition Publique sur la Réduction des risques et des dommages liés aux conduites addictives.

Préparée depuis une décennie, évaluée dans le cadre d’une étude de faisabilité
aux conclusions positives, décidée et annoncée dans les plans gouvernementaux, concrètement mise au point depuis deux ans dans le cadre des commissions d'experts officielles (commission des stupéfiants et psychotropes de l’ANSM et commission T2RA de la DGS), elle n’est toujours pas mise en place et reste bloquée par l'administration de la santé sans aucune explication.

Cette mesure est importante pour élargir, dans de bonnes conditions de sécurité, l'accès à  la méthadone dont l'Académie souligne à  juste raison l'intérêt thérapeutique*. Les acteurs sur le terrain, usagers, médecins généralistes et pharmaciens, qui l'attendent depuis de nombreuses années, perdent patience et perdent confiance dans l’autorité sanitaire, et il ne faudra pas s'étonner si cet incroyable immobilisme du Ministère de la Santé conduit au développement de pratiques hors réglementation.

Pr Amine Benyamina, Président de la FFA
Dr Alain Morel, Vice-président de la FFA

* Cf. "Prise en charge des addictions à  l’héroïne", communiqué de presse de la FFA,
17 juin 2016 :
   
http://www.addictologie.org/dist/telech … 160617.pdf

Hors ligne

 

avatar
Mister No homme
Pussy time
Inscrit le 04 Aug 2014
8406 messages
Je suis pour améliorer l'accès à  la méthadone mais pas au rabais. Cela peut se faire en rendant les soins spécialisés plus accessibles et assouplir les contraintes pour les personnes stabilisées qui doivent débloquer une demie journée quand elles travaillent... paradoxal, surtout que c'est juste pour l'ordo ou presque.
En même temps, laisser les généralistes effectuer la primo prescription, c'est un peu des soins au rabais, surtout que c'est une période clé qui demande formation et expérience.

Just say no prohibition !

Hors ligne

 

avatar
Stalker homme
Tipiak
Inscrit le 18 Jun 2016
195 messages
Ils devraient déjà  commencer par former un peu plus les généralistes à  l'addicto.

J'ai une belle-famille de médecin. L'un d'eux a dû suivre, il y a quelques années, un stage pour tenir une permanence d'addicto, j'ai flippé quand j'ai vu le contenu.
Genre demi-journée à  St-anne, 3 brochures perrav et c'est parti. Il s'est informé tout seul pour se perfectionner.

En campagne si t'a des addictions t'es dans la merde (ou faut être vachement mobile). Former plus les généralistes à  l'addicto pourrais changer la donne pour tous ceux qui n'ont pas de service psy/addicto "sérieux" à  moins de 50 bornes!

Hors ligne

 

avatar
Mister No homme
Pussy time
Inscrit le 04 Aug 2014
8406 messages
Très bonne suggestion !

Genre demi-journée à  St-anne, 3 brochures perrav et c'est parti.

Des photocopies du larousse médical 1952 ? big_smile

Dernière modification par Mister No (27 juin 2016 à  17:33)


Just say no prohibition !

Hors ligne

 

avatar
prescripteur homme
Modérateur
Inscrit le 22 Feb 2008
11142 messages
Selon le Dr Lowenstein, la décision bloquait sur la possibilité de ne donner qu'à  certains généralistes  les compétences de prescription. C'est à  dire de faire une différence entre généralistes et non plus seulement entre généralistes et spécialistes. Je rappelle que la prescription de methadone serait reservé à  des généralistes formés,  en "contrat" avec un CSAPA et semble til surveillés étroitement par l'ARS et le Conseil de l'Ordre.
ça parait un peu abscons et je pense qu'il y a eu  en fait un bloquage de mauvaise foi  de la part de sommités peu au courant de la réalité de la toxicomanie.
Mais, d'après Lowenstein un compromis a été trouvé.
Amicalement
Commentaire du Flyer

Le 23 juin, une dépêche APM nous signale qu'un projet de décret a bien été rédigé pour ouvrir la primo-prescription de la méthadone en ville à  certains médecins généralistes afin d'en favoriser l'accès aux consommateurs d'opiacés, mais sa publication tarde, ce qui a provoqué la colère de la Fédération française d'addictologie (FFA), qui "perd patience" (cf. le communiqué de la FFA ci-avant).

L'ouverture de la primo-prescription de la méthadone en ville à  certains généralistes était confrontée à  "un problème juridique qui a été soumis à  des juristes il y a 18 mois" et "on a trouvé une solution", a indiqué mercredi à  l'APM le Dr William Lowenstein, président du groupe de travail "traitements et réduction des risques en addictologie" (T2RA) réuni par la direction générale de la santé (DGS).

Il est possible de limiter la prescription à  des spécialistes par rapport à  d'autres mais jusqu'à  présent, il n'existe pas de restriction au sein d'une même spécialité, précisément l'autorisation de la primo-prescription à  certains généralistes et pas d'autres, explique-t-il.

"La question juridique à  résoudre est: comment faire pour que seulement certains généralistes sélectionnés puissent prescrire de la méthadone? En effet, tous les généralistes ont le même diplôme et il n'est donc pas possible de dire à  certains d'entre eux seulement qu'ils pourront prescrire la méthadone", ajoute-t-on mercredi à  la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca).

"Il a été décidé que seulement certains généralistes pourraient prescrire la méthadone", poursuit la Mildeca, indiquant qu'ils devront suivre une formation et signer une "convention avec un Csapa [centre de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie]".

Le projet de décret prévoit aussi une "validation de la prescription par l'ARS [agence régionale de santé] et le conseil régional de l'ordre des médecins", et encadre le suivi, ajoute le Dr Lowenstein.

"Le décret en Conseil d'Etat doit donc permettre de 'sélectionner' ceux qui seront aptes à  prescrire la méthadone", synthétise la Mildeca. Elle n'était pas en mesure de préciser quand ce texte devait être soumis au Conseil d'Etat.

De son côté, le Dr Lowenstein confirme que le projet de décret est rédigé mais ignore s'il a déjà  été soumis ou non à  la haute juridiction. Assurant que le dossier fait consensus, il suppose plutôt une "surcharge de travail" des services du ministère des affaires sociales et de la santé, plutôt que les raisons avancées par la FFA -"irresponsabilité, frilosité, incompétence"- pour expliquer le blocage.

Le communiqué de l'APM conclut par : "Interrogée par l'APM sur une date de parution du texte, la DGS n'avait pas répondu jeudi (23 juin)".

Dernière modification par prescripteur (27 juin 2016 à  17:47)


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

ismael homme
Nouveau membre
Inscrit le 27 Jun 2016
1 message
Beaucoup de personne n'ose pas franchir les portes des csapa. Cette mesure est attendu est si  le cahier des charges est respecté (formation des médecins volontaires primo-prescripteurs) cela ne changera en rien la prise en charge des personnes souhaitant entamer un parcours de soin au TSO au contraire.
Etant administrateur d'un asso qui compte un csapa, je sais avec certitude que le médecin que nous employons n'a suivi aucune formation sur les addictions( trouver un médecin addictologue qui accepte d'intervenir en csapa et un parcours du combattant)!! Les prescriptions en csapa sont trop contraignante surtout si il n'y a aucun travail "sociale" a effectuer. cela me semble parfois inutile. Je rappel que selon certaine étude 70 % des personnes  règles leurs problèmes de dépendance seul (comme moi). Cordialement

Hors ligne

 

avatar
Syam homme
गोविन्द राधे राधे श्याम गोपाल राधे राधे
Inscrit le 26 May 2015
3358 messages
Ismael : "Etant administrateur d'un asso qui compte un csapa, [... ... ...] je rappelle que selon certaines étude 70 % des personnes règlent leurs problèmes de dépendance seul (comme moi)."

Vu le contexte, la confidence et les statistiques prennent tout leur sens!
Merci pour ton témoignage édifiant. (Ici beaucoup s'efforcent de ne pas oublier, dénigrer ou ignorer ces 70%)

Dernière modification par Syam (28 juin 2016 à  00:00)


Psychoactif propose l'analyse de vos produits (effets indésirables ou inhabituels) de manière anonyme, gratuite et par courrier (dispositif SINTES). psychoactif.org/sintes

Hors ligne

 

avatar
Amaranthe femme
Ancienne consommatrice
Inscrit le 16 Jun 2014
712 messages

Mister No a écrit

Des photocopies du larousse médical 1952 ?

Ah putain tu m'as tuée, ça va devenir une private joke de P.A ce bouquin XD !
lol

Stalker a écrit

En campagne si t'a des addictions t'es dans la merde (ou faut être vachement mobile). Former plus les généralistes à  l'addicto pourrais changer la donne pour tous ceux qui n'ont pas de service psy/addicto "sérieux" à  moins de 50 bornes!

Je suis d'accord. De là  où je suis le CSAPA le plus proche est à  25 bornes, mais pour d'autres c'est bien pire. Avec toutes les contraintes que ça implique ( avoir le permis, avoir des horaires de taff qui le permettent etc ) ça rend l'accès très compliqué...
Les généralistes les plus proches sont à  3 km et franchement je pense que leur seule formation en addictologie se résume à  quelques brochures comme dit plus haut.


/!\ Je ne suis plus d'accord avec beaucoup de mes posts écrits sur Psychoactif de 2014 à 2016. /!\
Pour en savoir plus voir mon blog.

Hors ligne

 

NORFEU
Nouveau membre
Inscrit le 27 Jun 2016
2 messages
Merci d'abord à  Mister NO, pour son attitude très respectueuse des MG prenant en charge des patients sous TSO. C'est avec ce discours que l'on démolit le projet de PPM MG. Mais malgré ce discours négatif, on y arrivera un jour, avant mai 2017 ou après, car il faut reconnaître que notre ministre de la santé n'a pas fait grand chose pour ce projet de PPM MG et qu'il lui reste que onze mois pour publier le texte.

Lisez ce PDF qui expose comment un MG peut faire de la PPM sans CSAPA..

EXPOSE_MARSEILLE_JUIN_2016.pdf

Bonne lecture

Hors ligne

 

PAI
.
Inscrit le 18 Mar 2007
1322 messages
Je ne suis pas pour ce projet. La BHD peut déjà  être délivrer en médecine de ville.
La méthadone n'est pas un traitement que l'on donne a la légère.
Induire a la BHD est si cela s'avère nécessaire prendre du temps pour évaluer le besoin de l'UD en méthadone.
Je comprend pas la différence entre un médecin de csapa et un médecin de ville, pourquoi certains UD refuse d'aller en csapa, ils y sont mal accueilli?

Mais bon si Lowenstein a fait marcher le réseau une solution va vite être trouvé !

Dernière modification par PAI (28 juin 2016 à  07:23)

Hors ligne

 

avatar
prescripteur homme
Modérateur
Inscrit le 22 Feb 2008
11142 messages
PAI,
Actuellement le choix entre BHD (Subutex) et methadone se fait surtout sur des arguments extra-médicaux (disponibilité du médecin de ville et du CSAPA, contraintes de la Méthadone etc..). Or, les deux produits ne sont pas équivalents et il serait souhaitable de pouvoir choisir selon leurs indications médicales vraies (notamment le probleme de l'injection de la BHD). Donc ce serait un pas important dans ce sens, surtout quand la Methadone en CSAPA est difficile d'accès (milieu rural notamment).
En plus  le schema proposé (médecins formés, contrat avec un CSAPA) devrait proteger contre des prescripteurs abusifs. D'ailleurs je crains que dans certaines localités les usagers qui auront rêvé d'un accès facile à  la Methadone ne soient déçus !!!
Amicalement

Dernière modification par prescripteur (28 juin 2016 à  08:11)


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

avatar
Mister No homme
Pussy time
Inscrit le 04 Aug 2014
8406 messages

pourquoi certains UD refuse d'aller en csapa, ils y sont mal accueilli?

Bah, quand c'est l'expédition pour aller toper ta prescription de métha... déjà , il faut des transports en commun, c'est pas gagné dans certains coins. En prime, il est possible de ne pas se sentir à  l'aise dans un CSAPA, ce n'est pas exclu. roll

NORFEU a écrit

Merci d'abord à  Mister NO, pour son attitude très respectueuse des MG prenant en charge des patients sous TSO. C'est avec ce discours que l'on démolit le projet de PPM MG. Mais malgré ce discours négatif, on y arrivera un jour, avant mai 2017 ou après, car il faut reconnaître que notre ministre de la santé n'a pas fait grand chose pour ce projet de PPM MG et qu'il lui reste que onze mois pour publier le texte.

Lisez ce PDF qui expose comment un MG peut faire de la PPM sans CSAPA..

EXPOSE_MARSEILLE_JUIN_2016.pdf

Bonne lecture

Je te remercie du partage.
Je ne donne que mon point de vue, disons qu'en absence de formation des MG, je pense qu'il aurait été judicieux de donner des moyens supplémentaires en CSAPA ou de donner plus de souplesse de prescription pour les patients de la file active.
Je me permets d'insister sur la formation des MG, nous avons déjà  eu ici au moins un témoignage d'une prescription de BHD par un généraliste pour une conso de cannabis. Beaucoup plus souvent, nous avons des retours d'usagers estimant ne pas avoir été entendus, compris par un médecin généraliste, voire pire, se sentant jugés. C'est malheureux à  dire, mais je pense qu'il faut laisser les généralistes choisir ou pas de travailler en équipe avec un CSAPA.
Je suis le premier à  défendre le corps médical ici, ça ne me donne pas l'obligation de le faire aveuglément. J'ai un super généraliste, il sait que la méthode Ashton n'est pas une méthode naturelle de contraception, il connait les produits, il sait accompagner des usagers substitués ou pas sur le court moyen et long terme. Exiger de lui une formation ? Il pourrait probablement la dispenser.
Bien entendu, je suis favorable à  un assouplissement de la prescription de méthadone et d'élargir même sa primo prescription aux généralistes. Quand je dis que je ne veux pas que cela soit fait au rabais, j'entends sans formation quand elle est nécessaire... Cela va sans dire que certains généralistes sont très bien formés et tant mieux dans certains déserts médicaux où se rendre à  la consulte est déjà  difficile, je ne parle même pas de la consulte en CSAPA qui relève de l'expédition.
Merci de ne pas m'attribuer les supers pouvoirs de plomber un projet destiné aux UD, je ne fais que donner mon avis.

Dernière modification par Mister No (28 juin 2016 à  09:20)


Just say no prohibition !

Hors ligne

 

NORFEU
Nouveau membre
Inscrit le 27 Jun 2016
2 messages

Mister No a écrit

pourquoi certains UD refuse d'aller en csapa, ils y sont mal accueilli?

Bah, quand c'est l'expédition pour aller toper ta prescription de métha... déjà , il faut des transports en commun, c'est pas gagné dans certains coins. En prime, il est possible de ne pas se sentir à  l'aise dans un CSAPA, ce n'est pas exclu. roll

NORFEU a écrit

Merci d'abord à  Mister NO, pour son attitude très respectueuse des MG prenant en charge des patients sous TSO. C'est avec ce discours que l'on démolit le projet de PPM MG. Mais malgré ce discours négatif, on y arrivera un jour, avant mai 2017 ou après, car il faut reconnaître que notre ministre de la santé n'a pas fait grand chose pour ce projet de PPM MG et qu'il lui reste que onze mois pour publier le texte.

Lisez ce PDF qui expose comment un MG peut faire de la PPM sans CSAPA..

EXPOSE_MARSEILLE_JUIN_2016.pdf

Bonne lecture

Je te remercie du partage.
Je ne donne que mon point de vue, disons qu'en absence de formation des MG, je pense qu'il aurait été judicieux de donner des moyens supplémentaires en CSAPA ou de donner plus de souplesse de prescription pour les patients de la file active.
Je me permets d'insister sur la formation des MG, nous avons déjà  eu ici au moins un témoignage d'une prescription de BHD par un généraliste pour une conso de cannabis. Beaucoup plus souvent, nous avons des retours d'usagers estimant ne pas avoir été entendus, compris par un médecin généraliste, voire pire, se sentant jugés. C'est malheureux à  dire, mais je pense qu'il faut laisser les généralistes choisir ou pas de travailler en équipe avec un CSAPA.
Je suis le premier à  défendre le corps médical ici, ça ne me donne pas l'obligation de le faire aveuglément. J'ai un super généraliste, il sait que la méthode Ashton n'est pas une méthode naturelle de contraception, il connait les produits, il sait accompagner des usagers substitués ou pas sur le court moyen et long terme. Exiger de lui une formation ? Il pourrait probablement la dispenser.
Bien entendu, je suis favorable à  un assouplissement de la prescription de méthadone et d'élargir même sa primo prescription aux généralistes. Quand je dis que je ne veux pas que cela soit fait au rabais, j'entends sans formation quand elle est nécessaire... Cela va sans dire que certains généralistes sont très bien formés et tant mieux dans certains déserts médicaux où se rendre à  la consulte est déjà  difficile, je ne parle même pas de la consulte en CSAPA qui relève de l'expédition.
Merci de ne pas m'attribuer les supers pouvoirs de plomber un projet destiné aux UD, je ne fais que donner mon avis.

La formation, au moins identique à  celle des MG en CSAPA, est prévue dans le projet PPM MG de même que le volontariat, ce qui veut dire que seuls les médecins très motivés pourront participer. Il vaut mieux former des MG à  ces diverses prescriptions, à  ce suivi, donc financer cette formation, que de financer des CSAPA où, en fin de compte, moins de 10% des patients sont suivis. C'est mon avis... et je le partage comme disait C....

Hors ligne

 

avatar
Mister No homme
Pussy time
Inscrit le 04 Aug 2014
8406 messages
Le volontariat me parait être une base saine.

Il vaut mieux former des MG à  ces diverses prescriptions, à  ce suivi, donc financer cette formation, que de financer des CSAPA où, en fin de compte, moins de 10% des patients sont suivis.

Je partage ton avis, sauf que je reste persuadé qu'il faut également financer les structures de soin... mais tu vas me dire qu'en terme de moyens, ce sera soit l'un soit l'autre ?


Just say no prohibition !

Hors ligne

 

L'ost soul homme
Nouveau Psycho
Inscrit le 23 May 2016
81 messages
Je me rappelle qu'au début 91-92 il n'y avait que 150 places pour la métha en France région parisienne,dont 100 étaient à  l'hôpital de la liberté à  Bagneux où il fallait aller tous les jours, pour le samedi dimanche ils te filaient tes flacons mais tu devais les ramener vides sans faute le lundi sous peine d'être radié du programme,le tout saupoudré de fréquents analyses d'urine pour voir si on tapait des extras.
Après je suis resté pendant plusieurs années au bus métha gère â l'époque par mdm,maintenant c'est Gaia :au bus tu avais 3 endroit dans la journee ou le bus s'arrêtait dans Paris : en 1er et début d'après-midi à  Gare de l'Est devant le couvent des récollets, après sur les maréchaux à  côté de la porte de La Chapelle et pour finir sur le cours de Vincennes:tu buvais ta métha devant eux et y aller tous les jours, tout ça pour dire qu'au niveau accessibilité à  la métha Ca c'est quand même largement amélioré depuis cette époque .

Hors ligne

 

avatar
Recklinghausen homme
Adhérent PsychoACTIF
Inscrit le 09 Mar 2015
6185 messages
Salut,

Arrivée en fin de formation et envie d'une petite vie pépère à  se faire une clientèle que rêve le plus professionnel des dealers ?

Devient... Spécialiste en primo prescription de méthadone !!

Grâce à  cette super formation qui te donnera du pouvoir sur tes congénères généralistes qui ne manqueront pas de t'envoyer amicalement leurs clients.

En plus, le tox est un client qui revient, ce qui est quand même positif en ce qui concerne la future vente de ta clientèle ( ne pas négliger sa retraite en ces temps difficiles )

Apparemment, les médecins généralistes sont suffisamment intelligents et cultivés pour comprendre le Vidal ( un tout petit livre ) et compagnie.

Mais il y aurait une limite à  leur compréhension ? Un médicament de plus et le monde s'écroule !

J'imagine les conversations de cafétéria... Je fais pédiatrie comme spécialité et toi ? Primo prescripteur de méthadone respect-2

C'est sûrement la meilleure des solutions alternative devant l'explosion de la demande de suivi ?

Il aurait sûrement été beaucoup moins intéressant financièrement de faire une directive accordant le droit de prescrire ce médicament avec une notice explicative ( comme ce qui est fait habituellement ).

J'espère au moins que ces réflexions ont été faites à  titre bénévoles et en toute empathie vis à  vis des usagers.

Je me repentis de croire le contraire demon1



Reck.

L'amour d'une famille, le centre autour duquel tout gravite et tout brille.

Hors ligne

 

PAI
.
Inscrit le 18 Mar 2007
1322 messages
Prescripteur,
Les argument extra-médicaux doivent être gardés pour les politiques qui gère depuis des années le numérus clausus dans ce pays.
Et vu que, comme souvent, ça a été une super gestion, ben voila ou nous en sommes !
Merci de me préciser que la BHD et la méthadone ne pas sont équivalente, je dormirais moins bête.

Le milieu rurale cela fait des années qu'il est déserté par les administration, les commerces et ... les services médicaux. Pourquoi? quelle a été la réaction des pouvoirs publique a pars la désertion de ce tissu (et même de sa catégorie), très important(e) a mes yeux, social?

Donc je sais pas trop qui va financer une demi journée (allé une journée) et une pile de photocopies, par MG intéressé pour leurs parler méthadone, au hasard je parierais sur bouchara comme ça, pour le fun, je suis un peu joueur.
Et ceux là  (les MG) pourrons, une fois "formés" délivrer de la méthadone, comme ils le ferraient pour n'importe quelles autres médicaments ?

Dernière modification par PAI (28 juin 2016 à  13:27)

Hors ligne

 

avatar
prescripteur homme
Modérateur
Inscrit le 22 Feb 2008
11142 messages
Bon je réécris

PAI,
Actuellement le choix entre BHD (Subutex) et methadone se fait surtout sur des arguments extra-médicaux (disponibilité du médecin de ville et du CSAPA, contraintes de la Méthadone etc..) et les pouvoirs publics en sont largement responsables. Il serait souhaitable de pouvoir choisir selon leurs indications médicales vraies (notamment le probleme de l'injection de la BHD). Donc ce serait un pas important dans ce sens, surtout quand la Methadone en CSAPA est difficile d'accès (milieu rural notamment).
En plus  le schema proposé (médecins formés, contrat avec un CSAPA) devrait proteger contre des prescripteurs abusifs. D'ailleurs je crains que dans certaines localités les usagers qui auront rêvé d'un accès facile à  la Methadone ne soient déçus !!!
Amicalement

Personnellement je dirais que quels que soient les responsabilités dans  la situation actuelle et le profit qu'en tireront peut etre certains MG, on peut se dire qu'il s'agira d'une amélioration notable pour certains usagers.
Amicalement


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

PAI
.
Inscrit le 18 Mar 2007
1322 messages
Désolé prescripteur mais je suis a l'ouest aujourd'hui.

Ok, alors amélioration notable.

Je pense pas que les MG est besoin de ça pour faire des mois a 4 ou 5 smic !

Dernière modification par PAI (28 juin 2016 à  15:34)

Hors ligne

 

avatar
Mister No homme
Pussy time
Inscrit le 04 Aug 2014
8406 messages

Je pense pas que les MG est besoin de ça pour faire des mois a 4 ou 5 smic !

Ce n'est pas un soucis si les médecins gagnent leur vie, le soucis, c'est qu'avec un smic ou deux pour un couple, tu es devenu un otage économique. Avec un tel niveau d'études, si le fric était le seul moteur, ils auraient choisi un métier qui rapporte plus et surtout beaucoup moins difficile. Ils sont rarement au 35 heures, ce qui permet de relativiser également, mais ce n'est pas le sujet.
Cette mesure permettrait aussi d'étendre le niveau de formation au delà  des médecins volontaires. L'expérience et le savoir se transmettent aussi dans la profession. comment tu fais ? pourquoi tu fais ?
A un moment donné, il nous faut regarder le positif, sinon, c'est pas gagné. wink

Dernière modification par Mister No (28 juin 2016 à  15:48)


Just say no prohibition !

Hors ligne

 


Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

logo Psychoactif
[ Forum ] Acces methadone
par hxxc, dernier post 19 févier 2012 par hxxc
  10
logo Psychoactif
[ Forum ] Acces facilité a la metha
par sandmet, dernier post 25 févier 2009 par sandmet
  0
logo Psychoactif
[ Forum ] Acces metha lyon
par Obsydian, dernier post 29 septembre 2016 par Obsydian
  6
logo Psychoactif   [ PsychoWIKI ] Méthadone et grossesse
logo Psychoactif   [ PsychoWIKI ] Arrêter la méthadone
logo Psychoactif   [ QuizzZ ] Risquez vous une overdose d'opiacé ? (heroine, morphine, methadone)
19412 personnes ont déja passé ce quizzz !
logo Psychoactif   [ QuizzZ ] Testez vos connaissances sur les overdoses d'opiacés
19433 personnes ont déja passé ce quizzz !

Pied de page des forums