La MDMA approuvée pour un essai clinique / PsychoACTIF

La MDMA approuvée pour un essai clinique

Publié par ,
11220 vues, 8 réponses
Snoop' 
Modératrice à  la retraite
Jolly Roger
000
Inscrit le 09 Jul 2012
2280 messages
Blogs
La MDA a été approuvée pour un essai clinique

/forum/uploads/images/1429/1429566508.jpg


La DEA donne le feu vert à  la MDMA pour des essais cliniques dans le traitement de l'anxiété.
Dans un autre grand bond en avant, MAPS vient d'obtenir l'approbation de la DEA pour l'utilisation de la MDMA dans un essai clinique pour traiter l'anxiété provoquée par des maladies en phase terminale.

Quand on parle de MDMA, la plupart des personnes pensent à  une drogue de soirée que l'on retrouve dans des festivals du monde entier et qui est vendue par des dealers louches, à  cause de son statut illicite. Cependant, les sensation d'euphorie et d'empathie que cette substance provoque lui donne une application plus que récréative et de nombreuses personnes pensent à  présent que la MDMA peut être utilisée avec succès dans le cadre d'une thérapie.

C'est la Multidisciplinary Association for Psychedelic Studies (MAPS), qui ouvre actuellement le chemin. Jusqu'à  aujourd'hui, ils ont mené six expériences sur les applications thérapeutiques de la MDMA, avec différents types d'applications, comme le traitement du SSPT et la formation de thérapeutes pour utiliser la MDMA dans le cadre d'une thérapie. Ils envisagent maintenant de mener des essais cliniques sur l'utilisation de la MDMA dans le traitement de l'anxiété provoqué par des maladies terminales et ils viennent juste d'obtenir l'autorisation de la DEA pour le faire. De plus, si les essais sont réussis, ils auront alors de forts arguments pour soutenir la légalisation thérapeutique de la MDMA à  la FDA, ce qui pourrait faire de la MDMA une substance de traitement répandue dès 2017.

C'est un grand pas en avant pour enfin arriver au point où la MDMA peut avoir une utilisation vraiment bonne, et cela souligne des objectifs clairs pour son implémentation potentielle en tant que remède reconnu.
L'ESSAI CLINIQUE
L'essai clinique en lui-même sera menée avec 18 participants tous atteints de maladie à  un stade terminal, qui ont une espérance de vie de moins de neuf mois et qui ont développé un état d'anxiété lié à  leur maladie. Cinq de ces sujets recevront au hasard un placebo, alors que le reste recevra une dose de 125mg de MDMA, en combinaison avec une psychothérapie. Et nous parlons ici de MDMA pure de laboratoire, pas le genre de produit coupé que l'on peut acheter dans la rue et qui ne contient souvent même pas de MDMA ! Pour être équitable (et faire preuve de compassion), les participants ayant reçu le placebo recevront également de la MDMA durant la deuxième étape de l'essai clinique.
UTILISER LE POUVOIR DE L'ANXIÉTÉ
Une des plus grandes critiques face à  l'utilisation de la MDMA comme traitement contre l'anxiété est que la MDMA est connue pour potentiellement provoquer de l'anxiété, surtout avec des doses particulièrement fortes. Cependant, selon Brad Burge, directeur de la communication pour MAPS, tout est question d'intensité et de cadre. « Ce n'est pas tant de l'anxiété que la MDMA produit que de l'excitation. Quand cette excitation est ressentie dans une situation peu sûre, comme en dehors d'une thérapie, ou dans un cadre récréatif, elle peut être ressentie comme de l'anxiété. Mais dans le contexte d'une psychothérapie, cette excitation peut être ressentie sous forme de peur mais aussi d'enthousiasme et de tension, associés à  la MDMA. Donc cette anxiété peut être utilisée de manière productive pour aider au processus thérapeutique. »

Bien entendu, pour de nombreuses personnes, aucune anxiété n'est ressentie, ou du moins ce qui est ressenti n'est pas considéré comme de l'anxiété. Les sensations d'empathie et d'allégresse peuvent être un bon moyen de brises des schémas de pensée négatifs (dans le cadre d'un processus guidé) et aider les personnes à  mieux se comprendre ainsi qu'à  accepter leur situation. Nous souhaitons à  MAPS une belle réussite dans ce qu'ils entreprennent.

Voir aussi notre article :  http://www.cannabis-infos.com/2015/03/p … phase.html





Source : CannabisInfo

Born by accident, Bastard by choice, just...Bad seed...

"Si chaque personne savait ce que les uns disaient sur les autres, il n'y aurait pas deux amis au monde"

Hors ligne

 

turlubudu 
Psycho militant
000
Inscrit le 06 Jun 2014
106 messages
Merci Snoopy pour le partage de l'info.

J'ai vu sa il y à  quelques semaines, c'est un grand pas en avant face à  la politique prohibitionniste de ces 50 dernières années. Le mdma à  était découvert dans un but de recherche clinique avant tout, et utilisé comme tel avant d'être classé comme stupéfiant suite à  son usage détourné pour le récréatif.

Ayant expérimenté moi même l'usage de ce genre de substances (en particulier le lsd et les psilos) en parallèle à  un suivi avec un professionnel je crois en ce potentiel qui à  mon humble avis est beaucoup plus bénéfique que des traitements plus lourd pouvant causé d'avantages d'effets secondaires.

Cependant sa reste à  prendre à  la légère, je suis pour cet usage thérapeutique mais selon un suivi clinique. Sur ce point la MAPS à  effectué un véritable travail d'informations auprès de divers public professionnel comme particulier. Les USA rejoignent donc la maigre liste des pays ayant repris la recherche médical de ce ce genre de substances au côté de la Suisse et du Royaume-Uni.

Le vent est en train de tourné tout doucement, j'en ai jamais douté et sa fait plaisir. Mon prochain espoir est que sa n'ouvrira pas les portes vers un nouveau marché pharmaceutique aux bénéfices juteux pour Sandoz et compagnie...

Adepte du libre.

Hors ligne

 

Mister No 
Pussy time
3510
Inscrit le 04 Aug 2014
7967 messages
On peut supposer que l'industrie pharma copie certaines molécules et s'inspirent de leurs effets afin d'obtenir un brevet. Par exemple, le THC et le CBD ne semblent pas représenter des piste totalement explorées, car les cannabinoides naturels n'appartiennent à  personne.

Just say no prohibition !

Hors ligne

 

turlubudu 
Psycho militant
000
Inscrit le 06 Jun 2014
106 messages
Tu me soulèves une question intéressante Mister No, pour le ças du CBD et du THC qui sont naturels; Est-ce qu'il n'y aurait pas possibilité de contré les industries pharma en leur disant "merde, c'est naturel, sa fonctionne bien, alors faites pas chié avec vos copies et vos besoin de faire des tunes!" ?

Si c'est pour voir arrivé des génériques du mdma, lsd et compagnie dans le futur, perso je me retourne droit vers le marché noir! Connaissant l'industrie pharma. je me berne à  des illusions en me posant cette question cependant j'ai l'espoir d'une révolution dans ce sens... et puis rien que ces molécules tel qu'elles le sont maintenant peut suffit à  leur faire brassé des milliards....

Dernière modification par turlubudu (21 avril 2015 à  11:58)


Adepte du libre.

Hors ligne

 

Mister No 
Pussy time
3510
Inscrit le 04 Aug 2014
7967 messages

Est-ce qu'il n'y aurait pas possibilité de contré les industries pharma en leur disant "merde, c'est naturel, sa fonctionne bien, alors faites pas chié avec vos copies et vos besoin de faire des tunes!" ?

C'est déjà  le cas. L'industrie pharma est bel et bien dans la place du naturel, ne serait-ce que GW pharma en ce qui concerne la France.
Mais le Jackpot, le vrai sera pour un canabinnoide de synthèse avec la licence qui va avec.
Ainsi est fait le marché. hmm
Le soucis, c'est que l'on voit bien que des recherches intéressantes ne seront pas effectuées avec des produits anciens ou qui n'ont pas vraiment de brevet.

La même dérive va s'appliquer à  la MDMA, au LSD comme à  des substances naturelles. Je crains que la recherche ne serve qu'à  mieux comprendre pour mieux imiter et sortir une molécule originale, une bien drôle dynamique de recherche.
Pour les autres, c'est détention production de stups, exercice illégal de la pharmacie... C'est bien verrouillé tout de même.

C'est comme ça depuis bien longtemps. Il y a de cela presque un siècle les zopis de synthèse sont arrivés un peu pour la même raison aux states. L'industrie pharma n'a eu de cesse de vouloir remplacer les alcaloïdes du pavot par des molécules brevetables.
Parfois, c'est une super avancée, mais pas toujours. Les alcaloïdes naturels du pavot devraient avoir une place privilégiée dans la pharmacopée. Seulement, il faut souvent s'en passer au profit de nouvelles molécules sans que cela se justifie forcément, enfin, avis perso.
Après, pour le CBD c'set différent des autres "drogues", deux lobbys aux moins se crêpent le chignon ; l'industrie pharma et l'industrie agro-alimentaire.
Je n'ai rien contre l'innovation, à  condition que l'on ne néglige pas le naturel ou l'ancien.

Dernière modification par Mister No (21 avril 2015 à  13:01)


Just say no prohibition !

Hors ligne

 

turlubudu 
Psycho militant
000
Inscrit le 06 Jun 2014
106 messages
C'est justement triste ce marché colossale effectué grâce à  la santé des gens.

Malgrès que je comprenne l'envie putride de pdg et d'investisseurs avident d'avoir toujours plus de pognon car sa leur apporte un pouvoir qu'ils ne peuvent avoir sans, je ne comprends en revanche pas ce manque d'humanité qu'ils peuvent avoir sur le fait que si une molécule fonctionne bien, alors il n'est pas nécessaire de cherché à  en faire des dérivés et des poisons.

Comme tu le soulignes les produits anciens sur lesquelles ont à  amassé des tonnes de connaissances diverses au fil des décennies seront mis de côté, pourtant sur la question sanitaire elles possèdent un avantage certain face à  des nouvelles molécules...

La santé des gens est un business lucratif, pendant ce temps la en Afrique une majorité des médicaments sont des contrefaçons, cherchez l'erreur...

Adepte du libre.

Hors ligne

 

Mister No 
Pussy time
3510
Inscrit le 04 Aug 2014
7967 messages

je ne comprends en revanche pas ce manque d'humanité qu'ils peuvent avoir sur le fait que si une molécule fonctionne bien, alors il n'est pas nécessaire de cherché à  en faire des dérivés et des poisons.

C'est parfois plus que nécessaire et une sacrée réussite, comme, par exemple les opioïdes utilisés en anesthésie. Le soucis, c'est pas forcément l'innovation, c'est l'abandon des pistes les moins lucratives.


Just say no prohibition !

Hors ligne

 

turlubudu 
Psycho militant
000
Inscrit le 06 Jun 2014
106 messages
Une réussite parmis une multitude d'échecs, cependant je ne peux qu'admettre que tu as raison, et merci pour ton partage de connaissances.

Tu m'as l'air bien informé, si tu as quelques sites, ouvrages ou autres sources à  partagé je suis preneur!

Adepte du libre.

Hors ligne

 

Mister No 
Pussy time
3510
Inscrit le 04 Aug 2014
7967 messages
Concernant le cannabis, de nombreux chercheurs et médecins s'expriment volontiers sur les freins et barrières ressenties mais il faut le plus souvent lire entre les lignes ou alors ils sont soutenus par des lobbys. Les autres se tireraient une balle dans le pied. La firme n'aime pas que l'on crache dans la soupe.
Sinon, je pense à  ce témoignage d'un jeune psy qui voulait étudier le cannabis pour protéger l'humanité des méfaits de cette drogue. Il a commencé sa carrière dans cette optique mais il s'est vite rendu compte de l'arnaque de diabolisation outrancière et a très rapidement découvert des vertues thérapeutiques au cannabis, y compris dans son domaine, la psychiatrie.
Il est aujourd'hui doyen de la fac de psy d'Harvard si mes souvenirs sont exacts.
C'est grâce à  lui que j'ai découvert que des médecins soutenaient l'utilisation de cannabinoides en médecine :

Le Dr Lester Grinspoon est Professeur émérite associé en psychiatrie à  la Faculté de médecine de Harvard. Désormais l'un des partisans du cannabis les plus respectés et les plus fervents, Docteur Grinspoon avait initialement prévu de prouver que c'était une drogue dangereuse. En 1967, il entame des recherches pour définir scientifiquement les dangers de la marijuana. Ses études l'ont conduit à  une conclusion surprenante, à  l'opposé de son hypothèse. Le cannabis n'est pas la drogue dangereuse que lui, et le grand public, avait été amené à  croire.

Je te conseille son livre co-écrit traduit en français, "cannabis, médecine interdite".
L'intervieuw de R Mechoulam montre les difficultés qu'il a pu rencontrer. C'est le scientifique qui a mis en évidence la présences de récepteurs cannabinoides et découvert le système endocannabinoide.

L'homme qui a découvert le THC

Publié le jeudi 31 mai 2011 dans High-Times (http://hightimes.com/read/man-who-discovered-thc)

L'histoire d'Israà«l marque cet état comme le lieu d'une intense spiritualité et ce pour plusieurs religions, parmi lesquelles les religions juives, chrétiennes et musulmanes. De manière presque ironique, la contre-culture moderne pointe désormais Israà«l comme le "Ground zero" du mouvement visant à  la régulation du cannabis thérapeutique.

En effet, en 1964, au "Weizmann Institute of Science" de Rehovot en Israà«l, le professeur Raphaà«l Mechoulam, épaulé par ses collègues, les professeurs Yehiel Gaoni et Haviv Edery, réalisèrent avec succès la première isolation et découverte du principe actif principal du cannabis, le D9-tetrahydrocannabinol, plus généralement connu sous l'acronyme THC. La découverte de la molécule de THC, il y a désormais bientôt 50 ans, a été le point de lancement d'une révolution du mode de pensée vis à  vis du cannabis.

Le professeur Mechoulam est actuellement enseignant en chimie et médecine à  base de produits naturels à  l'"Hebrew University" de Jérusalem. Ses travaux sur la synthèse du THC, et des autres cannabinoïdes comme le cannabidiol (CBD), sont la pierre angulaire de l'industrie florissante du cannabis thérapeutique moderne. Plus loin que cela, ses travaux majeurs sur le thème de la chimie organique et des interactions entre biologies humaines et végétales ont conduit à  la découverte de récepteurs cannabinoïdes dans le cerveau humain et d'un système endocannabinoïde dans le corps humain.

Le professeur Mechoulam a fait l'honneur de donner une interview, au magazine High Times, au sein de son laboratoire universitaire de Jérusalem. Il est probable que le professeur Mechoulam soit un jour nominé pour un prix Nobel pour ses travaux et ses contributions sur les différents thèmes qui sont les siens. Mais c'est son courage à  pousser la recherche sur une plante auparavant mal-connue, qui a fait du professeur Raphaà«l Mechoulam, "The Man".

HT: Commençons par le commencement. Dites-nous en plus sur l'état des connaissances sur le cannabis au moment ou vous avez commencé à  travailler sur le sujet.
RM: C'était surtout un sujet sud-américain. A l'époque, peu de personnes en consommaient aux Etats-Unis, à  part quelques musiciens noirs bien connus. De manière incidente, le cannabis était lié avec la musique. Comment expliquer que des musiciens, jazz notamment, étaient attirés par le cannabis ? Leur permettait-il de mieux comprendre, entendre, la musique ? Voilà  comment le cannabis était vu à  cette époque.

HT: Dans quel contexte avez vous démarré votre recherche sur le cannabis ?
RM: Et bien, lorsque mon ami, le professeur Yehiel Gaoni, et moi même avons commencé à  travailler sur le sujet, j'étais âgé de 32 ans. J'avais à  l'époque demandé une subvention (pour démarrer les recherches) que j'avais envoyé au NIH (National Institutes of Health) aux Etats-Unis. Ils m'avaient répondu "Non, non, non. Cela ne fait pas partie de nos objectifs. Revenez vers nous lorsque vous aurez quelque chose de plus intéressant pour nous." Par la suite, une fois que nous avions réussi à  isoler le THC, ils ont décidé que le sujet devenait intéressant pour eux.

Et de là , nous avons commencé à  travailler sur le sujet. Nous étions les seuls à  travailler sur le sujet à  l'époque, sans doute à  cause de la législation. Vous ne pouviez pas réellement le faire aux Etats-Unis qui était, à  cette époque, avec le Royaume-Uni, un des seuls pays disposant des moyens d'effectuer une telle recherche. Les lois étaient faites de telle manière, que l'on aurait du avoir des gardes dans les laboratoires. Il n'était pas possible d'imaginer qu'un professeur, avec ses élèves diplômés, soient surveillés par trois gardes.

Donc, nous venions d'isoler le THC, et, à  la surprise générale, ils (NIH) nous ont recontacté pour étudier nos travaux. Nous avions isolé 10 grammes de THC à  partir de haschich qu'ils ont emmené avec eux, et la majeure partie de la recherche américaine sur le sujet fut réalisée sur la base de ce THC.

Ici en Israà«l, nous n'étions pas confronté aux mêmes contraintes pour travailler. Les lois sont les mêmes, mais l'application qui est en faite est légèrement différente. Ils (les autorités israéliennes) savaient que je n'allais pas transporter le cannabis en dehors du laboratoire et commencer à  le revendre. Nous avons pu travailler sur le sujet pendant plusieurs années, et ce en étant quasiment les seuls à  le faire. Nous avons publié quelques études au milieu des années 60, et voilà .

HT: Nous savons que votre centre d'intérêt principal sont les liens entre la chimie et la biologie, mais quel était vôtre objectif en commençant à  étudier le cannabis ? Pensiez-vous déjà  à  l'époque que le cannabis pouvait avoir des vertus thérapeutiques ?
RM: Non, non, je le voyais surtout comme un produit naturel. Si vous cherchez à  partir de quelles plantes sont composées les drogues les plus consommées dans le monde, à  savoir les plants de pavots desquels on extrait la morphine et les feuilles de coca desquelles on extrait la cocaïne, cette connaissance date de 150 ans. La morphine a été isolé au début du 19eme siècle, la coca et la cocaïne au milieu de ce même 19eme siècle. Et bizarrement, à  l'époque ou nous avons décidé de commencer les recherches, le THC, principe actif principal du cannabis, n'était pas encore connu, ce qui nous paraissait étrange.

Et j'ai compris en travaillant sur le sujet pourquoi il n'avait pas encore été isolé : la technique s'avérait être relativement compliquée. Si nous prenons en comparaison la morphine et la cocaïne, qui sont ce qu'on appelle des alcaloïdes, soit des molécules qui comprennent un atome d'azote dans leur composition, que vous précipitez pour obtenir des sels. La cocaïne et la morphine sont des sels, des sels faciles à  obtenir. Le THC lui, ne possède pas d'atome d'azote et est contenu au milieu d'une multitude d'autres molécules dont nous savons aujourd'hui qu'elles sont au nombre d'environ 60. A l'époque personne n'avait encore été en mesure d'isoler chacune de ces molécules. Quelques uns avaient néanmoins essayé, ici et là , parmi eux, Lord Alexander Todd, qui fut récompensé par un prix Nobel pour d'autres travaux. Aucun d'entre eux n'a cependant jamais réussi à  isoler la substance "pure" et ils n'ont donc jamais su s'ils avaient à  faire à  une ou à  plusieurs molécules.

HT: Donc l'objet était vraiment de découvrir comment fonctionnait le cannabis par rapport à  l'usage qui pouvait en être fait et ce alors qu'il n'existait aucune recherche jusque là  ? J'essaie en fait de comprendre comment vous en êtes arrivé à  orienter vos recherches sur le cannabis plutôt que sur d'autres espèces, la boswellia par exemple.
RM: Oui, mon centre d'intérêt principal sont les produits naturels qui ont des principes actifs et il existe une multitude de produits et plantes qui possèdent de tels principes actifs. J'ai accès à  la meilleure bibliothèque ici en Israà«l, avec une multitude d'ouvrages et de publications sur les produits naturels et les plantes, donnez moi un nom, je vous trouverai la référence. Disons par exemple que j'ai entre les mains le dictionnaire de toutes les plantes médicinales de l'est et de l'ouest africain. Je l'ouvre et je cherche "buchu" dans l'index et je suis très vite informé du fait que c'est un produit naturel, que certains remèdes se basant sur cette plante sont connus, et que cette plante est utilisée contre les douleurs dues aux rhumatismes.

Est ce que cette information est vraie ou pas ? J'ai juste ouvert le livre, je ne peux rien affirmer avec certitude. Donc, parmi ces milliers de plantes référencées, vous devez en choisir une sur laquelle travailler, et celle qui fait l'objet de votre attention, de vos travaux, doit bien avoir quelque chose de particulier, de remarquable. Et c'est à  ce moment que je me dis que le cannabis, qui est une plante qui fait l'objet d'un questionnement particulier (personne n'arrive à  isoler le(s) principe actif(s)) devient intéressant comme sujet d'étude.

HT: A cette époque, vous ne saviez pas encore que des récepteurs cannabinoïdes étaient présents dans le corps humain ?
RM: Non, cela n'est venu que bien plus tard. Vous savez, la science fait des erreurs aussi. Les personnes qui s'intéressaient au sujet n'avaient pas réalisé que le corps humain contenaient des récepteurs (cannabinoïdes). Un groupe de chercheurs de l'université d'Oxford, composé notamment de Sir Bill Paton et Sir William, probablement l'un des meilleurs pharmacologistes du monde et un bon ami à  moi, avait déclaré qu'il ne pouvait pas y avoir de récepteurs et ce pour de bonnes raisons. Ces raisons sont peut-être trop compliquées pour être expliquées ici.

HT: Essayez quand même.
RM: Pour expliquer de manière simple, lorsqu'une molécule passe au sein d'un récepteur, elle doit être dotée d'une stéréochimie (arrangement spatial des atomes) spécifique. Vous avez deux mains, elles sont identiques ... et bien non, elles ne sont pas identiques. Si vous les mettez l'une sur l'autre, vous vous rendrez compte qu'elles sont même l'exact opposé. Ce sont des images "miroir" l'une de l'autre, mais elles ne sont pas identiques. C'est aussi vrai pour les produits naturels, ils peuvent avoir deux images, des images "miroir", mais uniquement l'une d'entre elles est le produit, l'autre n'existant probablement pas. Nous pouvons le synthétiser mais il n'existe pas à  l'état naturel. Dans le cas du cannabis, le produit naturel (THC) est celui qui est actif, qui existe. Si les deux images étaient les mêmes, il y aurait de fortes chances pour que le produit n'active rien qui soit d'ordre biologique, comme un récepteur, une enzyme, ou quelque chose approchant, le récepteur lui même étant asymétrique.

Donc si l'une de vos mains est le récepteur (tendre la main par exemple), seule une autre main pourra venir compléter le récepteur, son image "miroir", mais une seule uniquement. Il se trouva lors de nos recherches que les deux produits, le THC et sa version "miroir" synthétisée, étaient actifs. Le professeur Paton conclut alors que "Non, ce n'est pas possible. Il ne peut pas y avoir de récepteur de THC."

Il s'avéra que les deux professeurs n'étaient pas spécialisés en chimie organique. Ils avaient acheté un matériel (cannabis) pour leurs recherches qui contenaient déjà  les deux versions du THC et il n'était pas possible pour eux de les séparer. Si vous avez un matériel qui contient 20% de trop d'un certain isomère, vous obtenez des résultats dont la stéréoisomérie est faussée. Les résultats de leurs tests amenèrent donc à  la conclusion que les deux composés étaient actifs et que donc il ne devait pas exister de récepteur spécifique dans le corps humain pour le THC.

Nous avons refait les tests et nous sommes arrivés à  une conclusion différente, à  savoir que l'une seule des images miroir du THC était réellement active. Donc, depuis les 20 ans qui nous séparaient du moment ou nous avions isolé la molécule de THC, nous avions fait fausse route. A partir du moment ou nous avons découvert qu'une seule des molécules était active, un autre bon ami à  moi, localisé à  St.Louis, a rapidement découvert le premier récepteur.

HT: Vous voulez parlez du Pr. Howlett ?
RM: Oui c'est exact, le Pr. Allyn Howlett. Elle a donc découvert le récepteur ce qui laissait entrevoir que d'autres molécules rentraient en compte pour activer ce récepteur. Nous nous sommes donc mis à  la recherche de ces molécules activatrices et nous avons finalement trouvé cette molécule dans le cerveau.

HT: L'anandamide
RM: Précisément. Aussi connue sous la dénomination N-arachidonoylethanolamine ou AEA, l'anandamide est un cannabinoïde produit naturellement par le corps humain et qui est utilisé en tant que neurotransmetteur. Il a été pour la première fois isolé par le chimiste tchèque Lumà­r OndÅ™ej HanuÅ¡ et le spécialiste en pharmacologie moléculaire américain, William Anthony Devane au sein du laboratoire du Pr. Mechoulam à  l'"Hebrew University" en 1992. Le nom, anandamide, est dérivé du terme sanskrit "ananda" qui signifie "bonheur" ou "joie".

HT: Nous savons qu'il existe plusieurs cannabinoïdes, parmi lesquels le THC, CBD, CBN, CBG, etc . Sont ils tous actifs sur les récepteurs CB1 et CB2 ?
RM: Uniquement le THC est psycho-actif. Donc, lors de son passage à  travers le récepteur CB1, il produit les effets connus comme étant les effets du cannabis. C'est tout. Aucun des autres cannabinoïdes, du moins pas de manière significative, ne peut passer à  travers les récepteurs CB1.

HT: Le mouvement en faveur du cannabis thérapeutique américain connaît actuellement un fort engouement pour les variétés de cannabis riches en cannabidiol (CBD).
RM: Oui, j'ai beaucoup entendu parler de cela. Vous voyez, le problème avec le cannabis illégal, qui est un sujet majeur aux Etats-Unis, est qu' il n'y a aucun autre intérêt que celui de travailler à  obtenir des taux de THC plus élevés, puisque le THC est la seule molécule psycho-active qui est captée par les récepteurs CB1. Personne dans ce milieu ne s'intéresse au CBD parce qu'il n'a aucune action immédiate. Cependant, d'un point de vue médical, le CBD est intéressant car c'est un anti-inflammatoire et qu'il présente d'autres propriétés intéressantes. Il bloque également certains effets indésirables du THC.

Sous l'influence de THC (bien que vous n'ayez jamais fumé de cannabis Osmile) vous pouvez être sujet à  des pertes de mémoire conséquentes. Vous pouvez par exemple ne plus vous rappeler de choses importantes dont vous vous seriez rappelé si vous n'aviez pas ingéré de THC. Si le cannabis que vous consommez contient un taux de CBD assez élevé pour cela, vous ne subirez pas ce type de pertes de mémoire.

Si l'on s'intéresse aux taux de CBD présents dans le cannabis qui est cultivé illégalement aux Etats-Unis, on s'aperçoit que le taux est toujours très faible voir inexistant.

Je me suis rendu à  congrès sur le cannabis thérapeutique récemment aux Etats-Unis pour y faire une lecture au cours de laquelle j'ai expliqué qu'il est impossible de ne pas avoir de CBD. Le cannabis contient du CBD et doit en afficher une fois récolté. Depuis cette date, le CBD a fait son entrée dans le monde du cannabis thérapeutique, ce qui est une bonne chose.

HT: Beaucoup de personnes que nous avons rencontré à  travers le monde sont à  la recherche de variétés riches en CBD. Avec l'arrivée des laboratoires dans le monde de l'analyse d'échantillons de cannabis (chromatographie au gaz, spectromètres de masse), beaucoup suivent ce sujet de très près. Mais, comparé au THC, les taux de CBD et de CBN sont toujours insignifiants; le taux de CBD est toujours inférieur à  1%. Certains sont arrivés à  trouver malgré tout des variétés affichant un taux de CBD autour de 8%.
RM: Qu'entendez-vous par "ils sont à  la recherche de variétés (riches en CBD)" ? Je veux dire, par exemple, au Liban, ils cultivent le cannabis depuis environ 400 ans et le haschish qui est extrait contient environ 5% de THC et 5% de CBD. Que ces personnes se rendent au Liban, qu'elles prélèvent des espèces autochtones et voilà  le travail sera fait. Nous avons isolé le cannabidiol (CBD) directement depuis le haschish. Nous ne l'avons pas synthétisé, nous l'avons isolé. Nous planchons actuellement sur de nombreuses études qui concernent le CBD.

Nous allons désormais prélever nos échantillons de haschish directement chez la police. Nous prélevons quelques kilos de haschish que nous traitons de manière à  isoler le cannabidiol et à  obtenir un beau produit cristallin. Le THC est une huile, le CBD est plus un cristal. Et les possibilités avec le CBD sont immenses. Donc, pourquoi en faire un buzz comme celui là  (de la recherche de variétés riches en CBD) ? Que ces personnes aillent au Liban ou en Inde et elles trouveront les variétés qu'elles recherchent.

HT: Et ou va le CBD s'il n'est pas capté par les récepteurs CB1 et CB2 ?
RM: Oui, effectivement, les récepteurs CB1 et CB2 ne captent pas le CBD, c'est un peu plus compliqué que cela. Le CBD n'est pas capté par les récepteurs mais fait un tas d'autres choses, dont notamment le blocage de l'adenosine en l'empêchant d'aller là  ou elle doit aller. Le CBD influe également sur la sérotonine. Nous avons par exemple travaillé sur une maladie qui porte le nom d'encéphalopathie épathique qui est une maladie qui est due à  un alcoolisme chronique. Les alcooliques peuvent connaître des problèmes majeurs qui conduisent à  la destruction du foie qui elle même conduit à  des modifications du système nerveux central. Une fois le foie détruit, c'est le cerveau qui commence à  s'abîmer. C'est ce qu'on appelle l'encéphalopathie épathique.

Nous pouvons à  l'heure actuelle inoculer cette maladie à  des souris de laboratoire et observer quels sont les changements qui s'opèrent dans le cerveau. Entre autres choses, les souris finissent par ne plus pouvoir se déplacer. Nous avons donc testé de leur administrer du CBD ce qui a eu pour effet d'améliorer grandement leurs conditions. Le CBD avait été actif à  travers les récepteurs de sérotonine. La sérotonine est une molécule pour laquelle existe 15 à  16 récepteurs, peut être plus. Le récepteur utilisé dans le cas de notre test était le récepteur de sérotonine 1A.

Le CBD influe donc de multiples manières et ce sans effets secondaires. Très étrange. J'aurais eu tendance à  penser que une molécule qui influe aussi fortement sur l'organisme ai des effets secondaires néfastes, mais ce n'était pas le cas. Le CBD est en réalité complètement non-toxique. Cela est remarquable car c'est certainement dans ma carrière l'une des molécules les moins toxiques que j'ai pu être amené à  rencontrer.

Il y de cela plusieurs années, le NIH avait posé la question de la toxicité du CBD, du fait que les personnes qui fumaient du cannabis illégalement ingéraient à  la fois du THC et du CBD et s'était donc penché sur la question en réalisant une étude sur cette éventuelle toxicité. Le fait qu'ils n'aient rien trouvé ou presque est très positif.

Le NIH est probablement l'une des meilleures institutions au monde. Ils font vraiment un excellent boulot, et je ne peux qu'admirer les personnes qui ont décidé de monter le NIH il y a de ça une quarantaine d'années.

HT: Quel est votre avis sur le fait que le gouvernement connaisse tant de difficultés pour mettre en place une régulation fédérale du cannabis thérapeutique et ce malgré que le NIH soit une institution américaine ? Pour le moment, les choses n'évoluent qu'état par état et le gouvernement fédéral est plus que réticent à  permettre au cannabis thérapeutique de devenir une médecine conventionnelle. Malgré tout, une recherche désormais abondante et moderne sur le sujet du cannabis a lieu, est en cours, comment expliquez-vous le fossé qui sépare ces deux mondes (scientifique et politique) ?
RM: Il y a effectivement beaucoup de recherche en cours sur le cannabis, et encore je ne suis pas au courant de toutes les études qui sont faites vu le nombre d'états dans lesquels le cannabis thérapeutique a été régulé. Le président américain a déclaré récemment qu'il pourrait modifier la loi fédérale sur le sujet mais toujours rien de concret pour le moment. Pourquoi ne le ferait-il pas ? Certainement, parce qu'il n'aurait pas une majorité suffisante pour le faire, une telle modification de la loi fédérale demandant la validation de nombreux comités dont il n'obtiendrait pas forcément le soutien.

Chaque administration est confronté à  des problèmes de personnes, de projets, c'est partout pareil. Je peux vous le dire en connaissance de cause ayant été à  la tête d'une université il y a plusieurs années.

HT: La politique ...
RM: Oui, exactement.

HT: Mais n'étaient ce pas des hommes politiques qui étaient à  l'origine de tout ça ? N'y a t-il pas eu un homme politique pour appuyer votre demande d'autorisation de recherches au NIH suite à  l'isolation que vous aviez réalisé du THC ?
RM: Yeah. En effet, ils (NIH) ne proposaient pas de subventions concernant des projets de recherche sur le cannabis. Mais, le "National Institute of Mental Health" (NIMH) lui, en proposait, à  priori. Comme je l'ai dit plus tôt, le NIH m'avait répondu en me disant qu'ils ne financeraient pas mes recherches parce le sujet ne les intéressaient pas. Puis, par la suite, sans avoir été prévenu, j'ai reçu un appel téléphonique du chef du service pharmacologie du NIH qui me précisait que le sujet était devenu intéressant pour eux. Je lui ai donc demandé "Que s'est-il donc passé pour que vous changiez d'avis si soudainement ?" Il se trouve qu'un sénateur, dont le fils consommait du cannabis, avait appelé le NIH parce qu'il voulait savoir si le cannabis détruisait le cerveau !

Et de ce fait, le gouverneur modifia les objectifs du NIH. Il ne voulait pas se fâcher avec le sénat et ils firent appel à  moi pour mener l'étude.

HT: Vous souvenez vous du nom de ce sénateur ? Nous pourrions lui envoyer des fleurs.
RM: Non, je ne m'en rappelle pas ... et même si je m'en étais rappelé je ne vous l'aurai pas dit. Il doit être mort à  l'heure actuelle.

Cet article est issu de l'édition de Juin 2011 du magasine HIGH TIMES et a été écrit par Nico Escondido.


Just say no prohibition !

Hors ligne

 


Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

[ Forum ] Arrêt & Sevrage - Clinique de désintoxication en Serbie
par Bagheera, dernier post 15 février 2018 à  02:15 par Bagheera
  1
  3
  5
  [ PsychoWIKI ] Ecstasy-MDMA, effets, risques, témoignages
  [ PsychoWIKI ] Ecstasy-MDMA, la première fois
  [ QuizzZ ] Consommez-vous le MDMA/Ecstasy à moindre risque ?
3751 personnes ont déja passé ce quizzz !

Psychoactif en Images
Plus d'images psychoactives
En ce moment sur PsychoACTIF  
 Psychoactif 
Edito : Nous sommes des Personnes Utilisatrices de Drogues (PUD)
11 mai 2022Annonce de Equipe de PsychoACTIF
 Psychoactif 
Les résultats de l’enquête sur la communauté Psychoactif en 2021
25 mars 2022Annonce de Equipe de PsychoACTIF
 Forum UP ! 
Arrêt & Sevrage - Permis poids lourd
Il y a 22hDiscussion sans réponse depuis 12h
 Forum UP ! 
Culture - Plaque dorée et toujours pas de champi..
Il y a 21hDiscussion sans réponse depuis 12h
 Forum 
Le Fentanyl, cause numéro 1 de mortalité aux Etats-Unis pour les 1...
Il y a 4mn
3
Commentaire de Agartha dans [Opiacés et opioïdes...]
(6 réponses)
 Forum 
Qualité de la H en Europe : comment on en est arrivé la....?!
Il y a 6mnCommentaire de trolalol dans [Heroïne...]
(6 réponses)
 Forum 
La atorvastatine a des effet récréatif ?
Il y a 1hNouvelle discussion de k0rz dans [Médicaments psychotro...]
 Forum 
Addiction - Dépendance et questions
Il y a 2hCommentaire de Curiosite dans [Cannabis...]
(2 réponses)
 Forum 
Fluoxetine - Fluoxetine + xanax
Il y a 2hNouvelle discussion de Boinou dans [Antidepresseurs...]
 Forum 
Etat des lieux à Amsterdam?
Il y a 2hCommentaire de Tomtom37 dans [Conseils généraux de...]
(2 réponses)
 Forum 
Alerte - Feedbacks RC Shops uniquement pour SCAM, mauvais produits, et anal...
Il y a 2h
17
Commentaire de meumeuh dans [Research Chemicals (R...]
(414 réponses)
 Forum 
Cherche prix et photos de prods pour enrichir le PsychoWIKI
Il y a 3h
335
Commentaire de Cabaretvert dans [Conseils généraux de...]
(2451 réponses)
 Blog 
*Le camégoïste
Il y a moins d'1mn
2
Commentaire de le crabe tambour dans le blog de BREIZH AR PEOC'H
(51 commentaires)
 Blog 
[Video] Dealer par Amour ?
Il y a 18hNouveau blog de Ledayuum dans [Tranche de vie]
 Blog 
Juste envie de partager.
Il y a 2j
32
Commentaire de Papaseul dans le blog de Papaseul
(363 commentaires)
 
  QuizzZ 
Testez vos connaissances sur les overdoses d'opiacés
Dernier quizzZ à 12:35
 PsychoWIKI 
PAWS, le syndrome prolongé de sevrage
 Topic epinglé 
Neurchi 2 Psychoactif
 Nouveaux membres 
Niconico, RandomUser, romg69170, spiraltoupie, Zigou32 nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
S'identifier

Mot de passe oublié

Morceaux choisis 

 Edito : Nous sommes des Personnes Utilisatrices de Drogues (PUD)
par Equipe de PsychoACTIF, le 11 May 2022
Voici l'édito du Fanzine N°5 de Psychoactif. Psychoactif mène un combat contre la stigmatisation de l'utilisation des drogues. Le langage est un outil important pour transmettre des messages et le choix des termes compte. Jusqu'à là, nous avions utilisé l'acronyme « UD » pour parler des u...[Lire la suite]
 Test 2map (ap237)
par Unposcaille, le 03 May 2022
Bonjour à tous, Malgré tous les messages avertissant de la toxicité et de la corrosivité du 2map, j'ai décidé de tester car c'était le seul opioide disponible sur les sites que je connais qui ne soit pas un dérivé du fentanyl. Les messages sur la dose à prendre sans tolérance sur reddit...[Lire la suite]
 Comment gérez vous votre dépendance ?
par Jérimadeth, le 14 Apr 2022
Mes dépendances sont bien installées, alors pourquoi les déloger ? L'homme naît dépendant (nourrisson), il meurt dépendant (vieillard). Entre les deux, on dépend aussi (de l'argent, des autres, de la bouffe, etc.), j'ai décidé d'être libre d'être dépendant. Savoir faire avec, c'est ma li...[Lire la suite]
Tous les morceaux choisis
Les derniers champis

tu va être bien avec ça ;) /Yo dans [forum] Cherche prix et photos de prods pour enrichir le PsychoWIKI
(Il y a 2h)
Je plussoie (Prescripteur) dans [forum] Quel médicament pour remplacer fentanyl
(Il y a 4h)
A répondu à mes interrogations dans [forum] Beaucoup trop de mycélium dans mon kit
(Il y a 18h)
On a répondu à ma question dans [forum] Mon grow kit est il contaminé ?
(Il y a 22h)
Un ps plein de vérités dans [forum] Quelle dose ?
(Il y a 24h)

Pied de page des forums