SOS d'un Pharmacien en détresse

Publié par ,
13508 vues, 39 réponses
Anonyme6408
Invité
FunkyHunk : Non, un tox se cache pas forcément. Pour ma part j'assume très bien d'être sous sub avec un paquet de personnes, et je préfère que les autres ne soient pas au courant.

Et ça ça commence par éviter les fuites dans une pharmacie d'une ville de 10 000 habitants où mon boulot m'amène à fréquenter 20% des gens.
 

Fluche femme
Psycho sénior
France
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 28 Nov 2017
522 messages
Blogs
FunkyHunk : c'est pas parce que tu n'as rien à cacher que tu laisses la porte des toilettes ouverte. Moi à la pharmacie j'ai déjà eu droit à des "Le Monazol, en ovule ou en crème ?" de la part de la pharmacienne en train de chercher ledit médicament (qui traite les mycoses génitales) à l'autre bout de l'officine, et les mémés qui attendaient derrière qui détournaient le regard, aussi mal à l'aise que moi... La confidentialité ça devrait être une des qualités les plus importantes d'un pharmacien.

Hors ligne

 

cayenne femme
Nouveau membre
France
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 24 Mar 2017
39 messages
"2/ Ce n'est pas parce qu'on croit savoir gérer correctement qu'on est vraiment capable de le faire. Si on était tous capable de tout gérer tout seul, les limitations de vitesse n'existeraient pas, on serait capable d'adapter seul notre vitesse sur la route : mais ce n'est pas le cas. C'est pareil pour la pharmacie..."

Oui, à un détail près : sur la route ne pas respecter les limitations de vitesse peut mettre en danger des tiers qui n'ont rien demandé, eux. Là c'est nous que ça concerne, nos besoins et nos choix dans une société qui vomis le tox, et qui refuse d'entendre qu'un tox peut gérer sa conso et avoir une vie équilibrée grâce à cette conso. Et puis de toute façon, il y a des pays sans ces limitations et ça fonctionne. Donc fliquer les gens n'est pas la solution.

Et je ne sais pas si le règlement, quand il met en danger certaines personnes, doit être appliqué de façon ultra rigide. Mon pharmacien est très cool avec moi, il m'avançait facilement du Noctamide à une époque où j'en prenais, encore maintenant il m'avance 3 ou 4 boites de Klipal quand je suis en panne, il connait mon doc (je vis dans un petit bled), jamais eu de problème avec lui. Alors qu'à 80 mètres de sa pharmacie, il y en a une autre où là c'est même pas en rêve, même un médoc super important pour des maladies chroniques que tu prends depuis 10 ans il te l'avance pas sans la sacro-sainte ordonnance. Donc c'est un peu comme ils veulent aussi.
Et comme l'a dit quelqu'un plus haut, à la tête du client aussi. J'ai déjà fait le coup de changer de look et de façon de parler pour aller chercher des cachetons avec des fausses ordonnances, clairement on te regarde pas pareil. On ne peut pas dire que la stigmatisation des tox n'existe pas chez les pharmaciens.

Hors ligne

 

franck.pharma homme
Psycho junior
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 08 Sep 2013
211 messages

cayenne a écrit

Alors qu'à 80 mètres de sa pharmacie, il y en a une autre où là c'est même pas en rêve, même un médoc super important pour des maladies chroniques que tu prends depuis 10 ans il te l'avance pas sans la sacro-sainte ordonnance. Donc c'est un peu comme ils veulent aussi.

Mais ça c'est normal, la pharmacie est une profession libérale, un art, et chaque pharmacien exerce cet art comme il l'entend, dans le respect de la législation.

C'est pareil pour les autres professions libérales : un architecte ne proposera pas la même chose que son confrère d'en face, un avocat ne proposera pas la même stratégie de défense que son confrère d'en face, un médecin ne proposera pas la même prise en charge thérapeutique que son confrère d'en face.

Pour la pharmacie c'est tout simplement pareil.

Hors ligne

 

cayenne femme
Nouveau membre
France
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 24 Mar 2017
39 messages

franck.pharma a écrit

cayenne a écrit

Alors qu'à 80 mètres de sa pharmacie, il y en a une autre où là c'est même pas en rêve, même un médoc super important pour des maladies chroniques que tu prends depuis 10 ans il te l'avance pas sans la sacro-sainte ordonnance. Donc c'est un peu comme ils veulent aussi.

Mais ça c'est normal, la pharmacie est une profession libérale, un art, et chaque pharmacien exerce cet art comme il l'entend, dans le respect de la législation.

C'est pareil pour les autres professions libérales : un architecte ne proposera pas la même chose que son confrère d'en face, un avocat ne proposera pas la même stratégie de défense que son confrère d'en face, un médecin ne proposera pas la même prise en charge thérapeutique que son confrère d'en face.

Pour la pharmacie c'est tout simplement pareil.

Oui, je comprends ce que tu veux dire, mais les professions de santé, c'est quand même à part : ça met en jeu la santé, voire parfois la vie des utilisateurs. D'où l'absence d'"architectes de garde" alors que le "pharmacien de garde" est obligatoire wink

Hors ligne

 

avatar
α Aquilae homme
Nouveau membre
France
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 10 May 2018
23 messages
Salut je viens poser mon expérience,

j'ai bosser 4 ans en tant que apprenti préparateur. Je me suis vite retrouve derrière le comptoir  et me suis rendu compte qu une bonne partie des collègues ne voulais pas servir les "tox".

Je me suis formé auprès de mes profs et me suis occupé de ces patients, et jai vite vus que sa leur faisais du bien de tomber sur des pharmaciens\preparateur qui les traitait comme des patients lambda .

A mon avis il suffit de pas grand chose , prendre des nouvelle , lui demander si le traitement se passe bien , si ils n' ont pas d effets secondaires ou encore de proposer d autre produit comme du sérum phy, des compresse ou autre.
De dépanner aussi j ai eu des patient au comptoir en keum total et après un appel au toubib je dépanne une dose de traitement et je laissais le reste de la boite avec le nom du patient dessus de côté. Ou même filer des steribox en rab

Bien sur faut pas tomber dans l excès et se faire embobiner pour devenir le dealeur ou le mec qui dépanne tout et n'importe quoi a n'importe qui.

  Rester tout de même vigilant et dans la législation.

Voilà en gros mon ressenti et mon XP sur le dossier,
après j ai toujours trouvé bien dégueulasse de se faire envoyer chier ou avoir des remarques condescendante par ce que tu demande une steribox ou autre
par contre la mamie pété de fric qui vient chercher sa cargaison de valium tu lui fait de grand sourire . la j'ai jamais capté leur délire.

non serviam

Hors ligne

 

avatar
bento homme
Banni
Afghanistan
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 21 Apr 2018
305 messages
Salut
C est pas leur délire,c est tout simplement qu' ils ne veulent pas de certains profils de clients,dont pourtant la plupart savent se tenir correctement. Ce sera toujours comme ca:t as des quartiers ou tu trouveras pas 1 streri dans l arrondissements, même parfois dans les quartiers les plus touchés style château rouge à une époque. Et à Neuilly-sur-Seine c est sur que des distribox il doit pas en exister beaucoup lol
Bye

Chef du cartel du bâtiment c

Hors ligne

 

avatar
Ban-Hanne homme
Nouveau membre
France
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 30 May 2018
13 messages
Blogs

franck.pharma a écrit

Ce post est vraiment très interessant.

2 petites remarques concernant le fait que certains disent que le pharmacien ne devrait pas juger le bien-fondé d'une demande de médicaments sans ordonnance, ou le bien-fondé d'une ordonnance :

1/ D'un point de vue réglementaire, dans la loi, c'est quasiment la mission première du pharmacien, contrôler le bien-fondé de l'usage d'un médicament, et intervenir quand ce n'est pas le cas, y compris si le médicament est prescrit par un médecin. Un pharmacien qui ne le fait pas est en infraction.

2/ Ce n'est pas parce qu'on croit savoir gérer correctement qu'on est vraiment capable de le faire. Si on était tous capable de tout gérer tout seul, les limitations de vitesse n'existeraient pas, on serait capable d'adapter seul notre vitesse sur la route : mais ce n'est pas le cas. C'est pareil pour la pharmacie...

Yes ! C'est exactement ça ! :) Merci pour ton post !


Alors je suis vraiment vraiment désolé si j'en ai froissé quelques un sur la route, ce n'était vraiment pas le but :$

En fait je veux pas arriver comme "le sauveur" qui va sauver tous les tox de l'enfer ! Ça fait pas très longtemps que je suis confronté à des UD en tant que patients, et je savais pas trop comment faire. Tout le monde te dit "lui c'est un tox, arrange toi pour qu'il sorte vite de la pharmacie", ou alors "de toute façon ça sert à rien de vouloir les aider, ils rechutent toujours" etc etc.

J'ai "tester" deux trois trucs qui ont bien marché au comptoir, mais en six mois je n'ai réussis qu'à faire rentrer deux personnes dans un parcours de soin avec l'aide du CSAPA. Je trouve ça juste un peu faible hmm Mais c'est en partie ma faute, à cause d'apprioris, de peur de poser certaines questions, de peur d'être offensant, on laisse passer des gens qui aurait eu besoin d'aide hmm

Je veux pas aider tout le monde ou dire aux gens ce qu'ils doivent faire, j'essaye d'être ouvert à la discussion et j'essaye de proposer une aide aux personnes qui en ont besoin.


Et du coup pour revenir sur le problème de légalité etc etc. Certes, un pharmacien va rarement en prison. Par contre on peut avoir une interdiction d'exercer, une fermeture de la pharma etc... Effectivement c'est de notre devoir de refuser la délivrance quand une ordo semble falsifiée, ou même quand elle semble louche.

Et pour l'histoire du subutex, quand j'en délivre, pour moi la personne que j'ai en face de moi est un patient. Et tout patient doit être encadré et intégré à un parcours de soin. Je ne dit pas que vous n'êtes pas capable de bien vous sevrer tout seul, mais c'est juste que c'est mon rôle de vous accompagner là dedans. Si quelqu'un prend du subu, il prend une TSO, donc pour moi ça veut dire qu'il essaye de se sevrer.

Donc non tous les UD ne veulent pas se sevrer, et je respecte. J'emmerde pas trop les gars sous Skenan qui sont réglo et qui prennent des steribox et des désinfectants, etc...

Après sans vous mentir, le subutex c'est juste une solution politique. C'est bien plus facile de mettre les gens sous bupré, comme ça ceux qui nous gouvernent peuvent dire "qu'ils s'occupent du problème de la toxicomanie". Mais ce n'est pas vraiment la meilleure des molécules si on veut vraiment entamer un sevrage malheureusement hmm

Hors ligne

 

Anonyme6408
Invité
Salut,

J'ai "tester" deux trois trucs qui ont bien marché au comptoir, mais en six mois je n'ai réussis qu'à faire rentrer deux personnes dans un parcours de soin avec l'aide du CSAPA.

Scuse moi mais deux personnes en six mois je trouve ça assez énorme. Imagine vous êtes cinq comme toi dans l'officine ça fait 20 personnes à l'année. Va falloir pousser les murs des CSAPA et embaucher du monde.

Surtout quand je vois que beaucoup de personnes viennent au CSAPA à cause de la justice, de la famille ou parfois de leur propre gré, je trouve que pour un pharmacien, i.e un personnage qui n'est pas une figure de coercition, ou très proche de l'UD, deux personnes en six mois... 'tain respect. Notamment quand on voit l'équipe que tu décris.

C'est quoi au juste les trucs que t'a testé ?

Après sans vous mentir, le subutex c'est juste une solution politique. C'est bien plus facile de mettre les gens sous bupré, comme ça ceux qui nous gouvernent peuvent dire "qu'ils s'occupent du problème de la toxicomanie". Mais ce n'est pas vraiment la meilleure des molécules si on veut vraiment entamer un sevrage malheureusement

Bah explique, j'imagine qu'en pharmaco vous avez une analyse comparative entre sub/métha/héroïne/sken lp/LAAM/méphénon/DHC et j'en passe...

 

avatar
Ban-Hanne homme
Nouveau membre
France
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 30 May 2018
13 messages
Blogs
Ahah, merci c'est gentil ! Mais la pharmacie où je bosse est remplie de gens qui prennent pleins de medocs différents et qui mérite de l'aide eux aussi ! C'est pour ça que deux personnes sur les centaines que je vois passer c'est plutôt frustrant ^^

Anonyme6408 a écrit

C'est quoi au juste les trucs que t'a testé ?

Les "trucs" que j'ai testé c'est vraiment très simple et ça devrait paraître normal, mais j'ai mis un moment avant d'y arriver. A force de tout pleins de choses les UD me faisait peu et je pensais que si j'allais trop dans le détail ils allaient s'énerver et devenir violent... Enfin bref j'étais un peu con quoi hmm

A chaque délivrance de subu maintenant je pose systématiquement la question : "Est-ce que le traitement se passe bien ? Est-ce que vous trouvez que ça vous aide dans votre parcours ?".

La plupart des gens répondent "Oui oui" en détournant le regard, à ce moment là je ne les embête pas plus, je leur file leur traitement en demandant quand même s'ils ont des questions à propos de ce dernier.

Et dans de rares cas j'arrive à entamer un dialogue et là c'est hyper cool ! Ça m'est arrivé de conseiller du serum phy à un mec qui sniffait son subu pour éviter les complications ORL, j'ai déjà expliqué à quelqu'un comment se servir d'une steribox, j'essaye de parler du filtre toupie, etc ! Et là je trouve que le pharmacien a un vrai rôle, et c'est ça que j'ai envie de faire de mon métier.

Anonyme6408 a écrit

Bah explique, j'imagine qu'en pharmaco vous avez une analyse comparative entre sub/métha/héroïne/sken lp/LAAM/méphénon/DHC et j'en passe...

Je t'avoue que je ne suis pas spécialiste en opiacés :$ Je ne suis qu'étudiant et je découvre juste ce monde. Il faudrait que je me renseigne pour faire un topo sans raconter de connerie. Tout ce que je sais, c'est que les gens arrivent généralement mieux à se sevrer avec la méthadone qu'avec le subutex.

Après de ce que je sais, les opiacés purs (morphine, héroïne, fentanyl, ...) sont des agonistes entiers. Ça veut dire qu'ils occupent tous les types de récepteurs aux opiacés du corps. La morphine va agir beaucoup sur le système nerveux périphérique (membres, intestins, etc) alors que l'héroine va agir plus sur le système nerveux central (cerveau, moelle épinière). C'est pour ça qu'on plane plus sous héroïne que sous morphine.

La buprénorphine (subutex) est un agoniste partiel. Elle ne va pas se fixer sur tous les récepteurs, du coup elle va combler l'addiction sans entraîner la même défonce, pareil pour la méthadone.

A froid comme ça c'est tout ce que je sais ! Mais je vais me renseigner un peu pour éventuellement faire un post un peu plus détaillé sur tous les substituts qui existent :)

Hors ligne

 


Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

logo Psychoactif
[ Forum ] Interaction & Mélange - Interaction medocs/Dossier pharmaceutique? Role du pharmacien...
par guérir, dernier post 23 juillet 2021 par guérir
  3

Pied de page des forums