Dysfonctionnement sexuel lié aux anti dépresseurs et aux autres molécules / PsychoACTIF

Dysfonctionnement sexuel lié aux anti dépresseurs et aux autres molécules

Publié par ,
1253 vues, 23 réponses
zizitaupe_meilleure_bande 
Psycho junior
France
2100
Inscrit le 15 Jul 2021
339 messages
Blogs
Bonjour à tous. Donc d’abord un grand merci à ce forum. Grâce aux postes sur les effets secondaires néfastes des anti dépresseurs, j’étais informé la dessus et j’ai pu donner des conseils à une personne qui cherche actuellement à traiter sa dépression. Iel considérais les SSRIs, mais sachant que sa sexualité lui est très importante, j’ai fait des recherches la dessus et j’ai vite trouvé sur internet plusieurs classes de médicaments qui peuvent avoir des effets permanent sur la sexualité (SSRI, SNRI, anti dépresseurs tricyclique). J’ai aussi pu lui mettre sur la piste des NDRIs qui n’ont apparement pas d’effets sexuels secondaires. A noter, son psychiatre, sachant que sa sexualité est importante pour ellui, ne lui a pas parlé d’effets secondaires dans leurs conversations sur ses molecules, ce que je trouve hallucinant… mais passons.

Ma question:  Est-ce qu’il y a d’autres molécules qu’on nous refourgue pour nous « guérir » qui changent la sexualité des gens de manière si drastique?

(Je savais pas dans quel forum mettre cette question)
Reputation de ce post
 
Sujet captivant je me posais la même question ! / Yo

Hors ligne

 

Mychkine 
Artichaut dans une caisse d'oranges
1900
Inscrit le 22 Dec 2020
258 messages

À ma connaissance les SS(/N)RIs sont les seules médications dont les effets peuvent se prolonger bien après la fin du sevrage.

Beaucoup de molécules ont des effets (secondaires) sur la sexualité/le comportement sexuel, notamment les opiacés et les neuroleptiques. Mais d'après ce que j'ai pu lire, tous sont réversibles si le patient arrête le traitement.

Certains AD dits "atypiques" n'agissent sur la sérotonine mais leur efficacité est plus controversée (quoique pas tellement plus que celle des AD classiques). Par exemple l'agomélatine (agonise des récepteurs mélatoninergiques) ou la tianeptine (agoniste/antagoniste de plein de trucs notamment les récepteurs opiacés et NMDA). En revanche, la première a été cause, dans des cas rares mais a priori avérés, de dommages hépatiques importants, et la seconde provoque une accoutumance (opiacée) qui peut rendre le sevrage plus délicat.

Alternativement, la vortioxétine peut être prescrite si la dysfonction sexuelle est trop inconfortable. Il s'agit d'un ISRS "faible" dont l'effet est exprimé par un jeu d'activations ou d'inactivations de divers récepteurs (principalement sérotoninergiques) en plus de l'inhibition de recapture de la sérotonine (qui du coup est plus faible à conséquences égales sur l'humeur).

Voilà voiloutre, c'étaient mes trois brins de connaissances sur la question.

Dernière modification par Mychkine (28 septembre 2022 à  18:47)

Hors ligne

 

g-rusalem 
Banni
7424
Inscrit le 12 Feb 2022
412 messages
Blogs

À ma connaissance les SS(/N)RIs sont les seules médications dont les effets peuvent se prolonger bien après la fin du sevrage.

Tu te doutes bien que non. Il doit y en avoir des tas, mais un exemple : le finasteride et le dutastéride. Ce sont des molécules qui bloquent l'enzyme qui transforme la testostérone en dihydrotestostérone. C'est utilisé pour les cancers de la prostate, mais surout contre la perte de cheveux. Pour la plupart des gens, c'est transparent, zéro soucis. Mais chez certaines personnes, c'est perte complète de sensibilité, de libido, chez certains irréversibles même après plusieurs après l'arrêt du traitement, même avec certains traitement hormonal de substitution, ce qui ferai penser à une adaptation génétique ou je sais pas quoi. Et ça s'accompagne d'anxiété, perte totale du drive de vivre, dépression et donc de suicide, le DHT faisant un effet neurohormonal GABAergique outre ses effets sur la sexualité. Je crois qu'il y a eu plusieurs cas en France et qu'ils ont calmé la prescription. Mais aux États-Unis et au Canada c'est free-party. Il y a une certaine humour dans l'horreur, tu fais ça pour l'apparence physique et être plus attractif, tu gardes tes cheveux, mais tu perds ta libido. Dure vie que d'être un homme je vous dit.



mais sachant que sa sexualité lui est très importante

A qui la sexualité n'est pas importante ? smile

Dernière modification par g-rusalem (28 septembre 2022 à  19:25)


Blog sur les neurosciences et la pharmacologie :
cliquez ici.

Hors ligne

 

Mychkine 
Artichaut dans une caisse d'oranges
1900
Inscrit le 22 Dec 2020
258 messages

Oui certes certes.
Ma formulation n'était pas du tout heureuse : ce sont bien les seules substances "parmi celles que je connaissais" (et en sus, je m'étais plus ou moins inconsciemment restreint aux drogues). Mais oui je me doute bien que parmi toute la diversité du bestiaire chimique actuel c'eût bien été le diable si on n'avait rien eu d'autre pour mettre la libido au pas.

Je viens de penser, d'ailleurs, et pour fournir une autre réponse à la question de l'OP, que l'acide valproïque (ou valproate de sodium ou d'un autre ion positif), utilisé pour le tt de l'épilepsie, peut être la cause d'un PCOS (polycystic ovarian syndrome), maladie souvent associée à une augmentation de la sécrétion d'hormones sexuelles mâles et donc de la libido (et à plein d'autres conséquences néfastes évidemment). Du coup, il s'avère en fait que je n'avais même pas assez réfléchi à ma première réponse...

En revanche je ne savais pas pour le finastéride : je connaissais les effets secondaires mais n'étais pas informé de leur possible persistance. Merci de l'explication (j'ai bien fait de ne jamais en prendre du coup).

(tiens d'ailleurs ton intervention m'a fait penser à vérifier si le finastéride a un potentiel thérapeutique pour les femmes atteintes de PCOS (oui) : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31149153/)

Dernière modification par Mychkine (30 septembre 2022 à  09:58)

Hors ligne

 

zizitaupe_meilleure_bande 
Psycho junior
France
2100
Inscrit le 15 Jul 2021
339 messages
Blogs
Merci pour les réponses!  Comme ça je saurais quoi éviter. Merde pour un cancer de prostate ça doit pas être cool.  C’est à dire, de survivre mais de perdre une partie de sa sexualité en plus de tout ce qu’on perds si on enlève une partie ou tout le prostate… ça me donne envie d’en profiter plus que jamais, tant que je suis jeune!

Pour la Finasteride utilisé en traitement capillaire… wow! Un vrai pacte avec le diable ça. Enfin pareil pour les AD côté mental finalement. D’échanger sa sexualité contre son bonheur (je sais que je grossis les traits, que c’est bien plus complexe que ça).

Hors ligne

 

g-rusalem 
Banni
7424
Inscrit le 12 Feb 2022
412 messages
Blogs

Pour la Finasteride utilisé en traitement capillaire… wow! Un vrai pacte avec le diable ça. Enfin pareil pour les AD côté mental finalement. D’échanger sa sexualité contre son bonheur (je sais que je grossis les traits, que c’est bien plus complexe que ça).

Bah le truc, c'est que c'est un peu la roue de la fortune. Il y a peu de personne avec des effets secondaires, 20 %. Dans ces 20 % il y a très peu de personnes avec des effets secondaires graves. Dans ces personnes, il a encore moins de personnes avec des effets secondaires qui perdurent à l'arrêt. Mais il faut réfléchir avant de jouer quoi, surtout juste pour son esthétique.

Pour prévenir le cancer de la prostate, je te suggère l'utilisation d'un aneros (qui était un appareil médical pour masser la prostate avant qu'ils détournent son utilisation, je trouve ça particulièrement marrant). Tu pourrais y découvrir (ou redécouvrir) le plaisir prostatique. Je m'en étais acheté un il y a longtemps, mais c'étais une époque où je n'avais aucune libido, trop-plein de DXM (dû à son action inhibitrice de la recapture de sérotonine ?). Je suis resté frustré de n'avoir jamais pu apprendre à le ressentir, il faudrait que je réessaye big_smile

Dernière modification par g-rusalem (30 septembre 2022 à  11:30)


Blog sur les neurosciences et la pharmacologie :
cliquez ici.

Hors ligne

 

Myrmidon 
Nouveau membre
200
Inscrit le 04 Aug 2022
22 messages
Je souhaite témoigner pour apporter un peu de nuance : je prends un ISRS à petite dose depuis quelques mois, et mon énergie sexuelle n'en a pas du tout pâti. Je dois même dire que j'ai l'impression d'être plus libidineux qu'à la période où j'ai commencé ( je pense que le médicament m'aide et que je suis globalement plus en forme tant psychologiquement que physiquement, même si cela reste très précaire).

Edit: je prends aussi du finasteride ahaha, et tout va très bien, à voir sur le très long terme mais bon j'ai vraiment aucun souci à ce niveau-là. smile

On peut néanmoins s'interroger quant à l'effet du finasteride relativement à ma dépression. J'en prends depuis 5 ans. Je dois dire que je traversais une période très difficile quand je l'ai commencé et que j'etais déjà dans un état dépressif, et il y a eu d'autres événements que j'ai très mal vécus depuis. Il y a en même temps eu des moments où je me suis senti très combatif, j'ai quand même réussi  à avancer dans ma vie, peut-être pas toujours comme je le voulais mais qui le peut ?
Bref, je ne peux pas être convaincu qu'il y ait un lien sans équivoque entre le médicament et mes difficultés psy. Pas eu d'effet "interrupteur" comme certains le décrivent. Après j'imagine que ça peut peser dans la balance. De toute façon quand on mélange les prises de substance, que ce soit comme médicament ou drogue,  en plus de tous les autres facteurs, ça devient vite très dur d'établir un lien. Mais bon je suis engagé là-dedans même si ça s'améliore.

Dernière modification par Myrmidon (30 septembre 2022 à  13:19)

Reputation de ce post
 
Oui la majorité ont pas de side effects ou difficile d'ID la cause, g-rusalem

Hors ligne

 

Morning Glory 
Modératrice
9900
Inscrit le 10 Oct 2017
3848 messages
Blogs

Mychkine a écrit

Alternativement, la vortioxétine peut être prescrite si la dysfonction sexuelle est trop inconfortable. Il s'agit d'un ISRS "faible" dont l'effet est exprimé par un jeu d'activations ou d'inactivations de divers récepteurs (principalement sérotoninergiques) en plus de l'inhibition de recapture de la sérotonine (qui du coup est plus faible à conséquences égales sur l'humeur).

Alors expérience perso: pas de trouble sexuel majeur pendant le traitement. Deux semaines après l'arrêt par contre... PSSD +++ . Fausse pub amha. Gros sous en jeu.


Μόρνηνγγ Γλωρύ
I <3 5-HT & DA ~

Hors ligne

 

zizitaupe_meilleure_bande 
Psycho junior
France
2100
Inscrit le 15 Jul 2021
339 messages
Blogs

g-rusalem a écrit

Pour la Finasteride utilisé en traitement capillaire… wow! Un vrai pacte avec le diable ça. Enfin pareil pour les AD côté mental finalement. D’échanger sa sexualité contre son bonheur (je sais que je grossis les traits, que c’est bien plus complexe que ça).

Bah le truc, c'est que c'est un peu la roue de la fortune. Il y a peu de personne avec des effets secondaires, 20 %. Dans ces 20 % il y a très peu de personnes avec des effets secondaires graves. Dans ces personnes, il a encore moins de personnes avec des effets secondaires qui perdurent à l'arrêt. Mais il faut réfléchir avant de jouer quoi, surtout juste pour son esthétique.

Pour prévenir le cancer de la prostate, je te suggère l'utilisation d'un aneros (qui était un appareil médical pour masser la prostate avant qu'ils détournent son utilisation, je trouve ça particulièrement marrant). Tu pourrais y découvrir (ou redécouvrir) le plaisir prostatique. Je m'en étais acheté un il y a longtemps, mais c'étais une époque où je n'avais aucune libido, trop-plein de DXM (dû à son action inhibitrice de la recapture de sérotonine ?). Je suis resté frustré de n'avoir jamais pu apprendre à le ressentir, il faudrait que je réessaye big_smile

Tkt je suis déjà dessus. J’ai 5 de leurs jouets, et plusieurs autre pour le même but. Ça m’a révolutionné la sexualité il y a qq années… du coup je te conseille de ressayer, ça vaut le coup, même si pour certains l’apprentissage et assez lent.  C’est de la drogue gratuit et sans effets secondaires.  En tout cas ça me fait plaisir de voir qqn en parler.

Hors ligne

 

zizitaupe_meilleure_bande 
Psycho junior
France
2100
Inscrit le 15 Jul 2021
339 messages
Blogs
Je suis d’accord avec MG même si ça vient pas d’expérience personnelle. En cas par cas, comme pour tout, il y en a qui se débrouillent pas mal. Mais les chiffres sur le PSSD lié au ssri et snri sont hallucinants (d’après ce que j’ai lu, au dessus de 70% des gens qui en prennent ont une sexualité altérée apres l’arrêt de prise). C’est pas éthique de continuer à prescrire ces médicament sans éduquer les patients sur les risques et donner des traitements alternatifs.  Et c’est pas normal que les psy sont pas forcément au courant de ces effets secondaires.

Hors ligne

 

g-rusalem 
Banni
7424
Inscrit le 12 Feb 2022
412 messages
Blogs

Tkt je suis déjà dessus. J’ai 5 de leurs jouets, et plusieurs autre pour le même but. Ça m’a révolutionné la sexualité il y a qq années… du coup je te conseille de ressayer, ça vaut le coup, même si pour certains l’apprentissage et assez lent.  C’est de la drogue gratuit et sans effets secondaires.  En tout cas ça me fait plaisir de voir qqn en parler.

Ouais il faut que je le fasse, tu m'as remotivé. Ça serait con de mourir en passant à côté de ça, et ça serait bâcler le travail que d'avoir testé la plupart des manettes chimiques du cerveau sans utiliser celle-là smile




Et c’est pas normal que les psy sont pas forcément au courant de ces effets secondaires.

Franchement, j'essaye de comprendre et je pense que tous les psychiatres sont au courant. Mais mets-toi à la place d'un psychiatre, c'est un exercice de pensée, je ne dis pas que je suis contre le fait de balancer des infos objectives (et cruciales) au patient. Les antidépresseurs ont une liste d'effets secondaires longue comme le bras. Tu as un patient devant toi, tu as peur qu'il soit suicidaire. Tu sais d'expérience que le composé soulage telle partie de tes patients. Il y a bien-sûr des effets secondaires, mais alors du coup, tu dis quoi d'emblée ? Le risque de problème sexuel ? Le risque de passage à l'acte ? Le risque de mort subite ? Tu lis de façon exhaustive et avec emphase chaque effet secondaire possible devant lui alors que t'es persuadé du bien fondé d'au moins essayer le traitement ?

En lisant un livre sur l'hypnose dédiée à la pratique médicale (un livre vert, je me rappelle plus le nom), j'ai compris que dans la relation soignant-soigné, ce que le médecin va dire peut avoir un énorme impact positif ou négatif sur le traitement. C'est l'idée des suggestions post-hypnotiques. Je suis intimement persuadé que même sans notions d'hypnoses, les médecins, par l'expérience, apprennent à se servir de la façon dont ils présentent les choses pour potentialiser l'effet de leur traitement. Et il n'est plus à prouver que la façon dont le patient aborde un traitement, encore plus en psychiatre, est très importante sur le résultat final. Peut-être que ça peut être une partie de la réponse à "pourquoi ces psychiatres ne parlent pas des effets secondaires, ou peu". En tout cas ça m'apparaît plus crédible que de dire "c'est tous des abrutis qui ne connaissent pas leur métier". Il y en a surement, mais l'idée de considérer toute une population de personne ayant fait un paquet d'étude comme des abrutis finis qui ne savent pas ce qu'ils font, il y a un petit truc qui me fait croire que la manière de pensée est incorrecte.

Dernière modification par g-rusalem (30 septembre 2022 à  23:15)


Blog sur les neurosciences et la pharmacologie :
cliquez ici.

Hors ligne

 

zizitaupe_meilleure_bande 
Psycho junior
France
2100
Inscrit le 15 Jul 2021
339 messages
Blogs
Oui vas y fonce! Je conseille le traité d’aneros d’Adam à nouveauxplaisirs.fr ainsi que le forum la bas ou le forum en anglais sur aneros.com. pour bcp de gens certaines molecules (surtout le thc, les psychédéliques, le poppers, entre autres) aident à apprendre les sensations. Moi j’ai appris sobre et du coup avec les drogues c’est bonus wahou!

Sinon oui c’est sûrement plus nuancé, et le mouvement #psytoo va sûrement créer un mouvement #pastouslespsys ou que sais-je encore… Nan mais quand même, je comprends bien qu’on néglige d’en parler des effets secondaires qui arrivent pendant le traitement, mais la on parle d’un effet qui continue après le traitement, et ostensiblement pour la majorité des gens qui en prennent. C’est particulier quand même!  Et je crois pas qu’ils sont abrutis pour un instant, plutôt ignorants sur ce sujet en particulier. Par exemple, J’ai demandé à un pote qui travaille dans la secteur santé mentale, et il a dit qu’il sait que la drogue altére la sexualité, mais par contre non tout effet s’arrête à la fin de prise… pour moi c’est pas de sa faute qu’il ne savait pas, plutôt c’est la faute des écoles, des mechanismes gouvernementaux qui régulent les médicaments et leurs avertissements, ainsi que les boite pharmaceutique qui eux veulent juste vendre…

Dernière modification par zizitaupe_meilleure_bande (01 octobre 2022 à  00:38)

Reputation de ce post
 
Hé oui on forme les médecins à prescrire. Beaucoup trop de sous en jeu amha MG ~

Hors ligne

 

filousky 
Modérateur
France
6200
Inscrit le 14 Dec 2008
11034 messages
Blogs

zizitaupe_meilleure_bande a écrit

Ma question:  Est-ce qu’il y a d’autres molécules qu’on nous refourgue pour nous « guérir » qui changent la sexualité des gens de manière si drastique?

N'oubliez pas la méthadone qui m'a fait disparaître toute trace de libido. C'est un syndrome appelé "l'andropause opiacée précoce".

J'ai beaucoup apprécié cet effet secondaire de la méthadone car à la cinquantaine, j'en avais marre de perdre mon libre arbitre dès que je voyais une jolie femme, mes hormones remplaçant la raison.

Je l'ai donc vécu comme un élément libérateur, pas comme une castration. Heureusement pour moi, j'ai une nature généreuse et l'accumulation de pensions alimentaires me fait peur.

Fil

Dernière modification par filousky (01 octobre 2022 à  10:33)


Analyse de drogues anonyme et gratuite
Si tu pisses contre le vent, tu vas mouiller tes sandales !

Hors ligne

 

prescripteur 
Modérateur
11200
Inscrit le 22 Feb 2008
10077 messages
Blogs
Bonjour, voici la traduction d'un article recent (2020) suivie de deux articles anciens. Amicalement

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8061302/

Résumé

Des difficultés sexuelles durables à la suite d'un traitement par des antidépresseurs sélectifs de la recapture de la sérotonine ont été signalées aux régulateurs depuis 1991, mais ce n'est qu'en 2006 qu'un syndrome de dysfonction sexuelle post-ISRC a été rapporté. Les implications cliniques, de recherche et réglementaires de ce syndrome sont considérables et les chercheurs utilisant des méthodes épidémiologiques sont bien placés pour cartographier les contours du problème et peut-être identifier les traitements possibles.

Introduction

Près de 100 % des preneurs d'un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine (ISRS) ont un certain degré de changement sensoriel génital en 30 minutes de prise. Ces effets consistent principalement en une diminution de la sensibilité, souvent appelée « engourdissement » par les personnes touchées, mais d’autres ont une excitation génitale (irritabilité). La sensibilité réduite s'accompagne d'un retard immédiat d'éjaculation chez les hommes et de muture de l'orgasme chez les hommes et les femmes. Après une période de traitement, l'orgasme peut s'arrêter et il peut y avoir une perte de libido (Healy et al., 2018 a).

L'effet « engourdissement » produit par les ISRS présente des similitudes avec l'effet de frottement de la lidocaine dans la zone génitale, qui était un traitement antérieur de l'éjaculation précoce, et les ISRS en doses uniques sont utilisés pour l'éjaculation précoce dès maintenant. L'effet est également décrit en termes de perte de sensation de papalement. Dans certains cas, il existe un embouteillage génital équivalent à celui produit par la lidocaine.

Ces effets sexuels d'apparition immédiate se lèvent habituellement lorsque le traitement s'arrête. En 2006, des rapports sont apparus d'une affection maintenant appelée dysfonctionnement sexuel post-SSRI (PSSD), dans laquelle l'éjaculation/orgasme génitale, sans plaisir ou en absence, et la perte de la libido, et la perte de la libido, pourrait s'accentuer après l'arrêt du traitement (Bahrick, 2006; Csoka et Shipko, 20062006). Le PSSD peut persister pendant des décennies plus tard (Healy et al., 2018 a, 2018 b).

En 2001, un trouble persistant de l'éveil génital (PGAD), un trouble durable de la sensation génitale irritable a été décrit (Leiblum et Nathan, 20012001). Cette condition n'est pas liée à une augmentation de la libido et ne découle pas de problèmes psychologiques. À l'heure actuelle, la PGAD semble toucher plus les femmes que les hommes. Cette affection semble plus susceptible de se produire autour de la ménopause, et bien que étroitement liée à l'arrêt des traitements antisIO, elle peut également survenir à la suite d'un traumatisme de la région génitale (Healy et al., 2018 a).

Ces effets génitals ne surviennent passagères sur les antidépresseurs qui n'inhibent pas la recapture de la sérotonine ; d'autres antidépresseurs et psychotropes peuvent provoquer une dysfonction érectile mais pas les syndromes d'engourdissement, d'orgasme sans plaisir, de perte de libido ou d'excitation persistante.

Deux autres syndromes ont été décrits qui semblent étroitement liés à l'ETPS. L'un est le syndrome post-finastéride (SSP). D'abord décrit en 2011, cela se produit chez les jeunes hommes prenant du finastéride pour caler la chute des cheveux (Irwig et Kolukula, 2011). Il se produit également avec d'autres inhibiteurs de la 5- et réductase – dutastéride et palmetto. L'anesthésie génitale, la perte de la libido et le dysfonctionnement sexuel sont des caractéristiques de ce syndrome. Le traitement initial par finastéride peut entraîner un certain dysfonctionnement sexuel, mais il est moins fréquent que par rapport aux ISRS. Il n'est pas clair si le dysfonctionnement sexuel qui apparaît au traitement est continu avec la SSP ou distinct de celui-ci.

Un dysfonctionnement sexuel post-tininoide (SRSD) a également été décrit (Hogan et al., 2014). Cela inclut également l'anesthésie génitale, le dysfonctionnement sexuel et la perte de la libido. Il peut y avoir un certain dysfonctionnement sexuel dans le traitement initial chez les patients prenant de l'isotrétinoine pour l'acné, mais il n'est pas clair quelle continuité il peut y avoir entre cette et la DSRP.

Ces syndromes de post-traitement durables peuvent être interposés à des dyskinésies tardives liées aux médicaments antipsychotiques dans les années 1960. Les antipsychotiques peuvent provoquer des dyskinésies sous traitement, qui disparaissent habituellement lorsque le traitement est arrêté. Les dyskinésies peuvent également apparaître lors du retrait, mais s'une éclaircir à temps. La dyskinésie tardive est un syndrome qui implique des mouvements dyskinétiques centrés sur la mâchoire et la zone faciale inférieure, qui peuvent émerger lors du traitement mais s'enraciner lorsque le traitement s'arrête. Le syndrome peut durer des années ou des décennies plus tard.

Ces effets hérités des antidépresseurs et des antipsychotiques ont une certaine interface avec les syndromes de sevrage liés à ces médicaments. Le retrait d'opiacés et d'alcool est considéré comme limité à quelques semaines, ayant des caractéristiques introduite lors de l'administration du médicament et répondant normalement à une réinstitution du traitement. Le sevrage antidépresseur et antipsychotique est cependant lié à la dysthymie, qui peut sembler continue avec le problème initial, mais peut être démontrée chez des volontaires sains ayant reçu ces médicaments, ainsi qu'à d'autres troubles sensoriels et autonomes. Ces états peuvent durer des mois ou plus, ouvrant ainsi un lien possible entre les syndromes sexuels durables et d'autres effets hérités des antidépresseurs et des antipsychotiques (Healy et Tranter, 19991999).

Il existe des variations entre les antidépresseurs et les antipsychotiques dans leur probabilité de causer des problèmes de sevrage et la probabilité de provoquer des syndromes de retard, mais la base de ces différences n'est pas comprise.

Le PSSD est présent dans tous les âges, les deux sexes et tous les groupes ethniques. Il peut débuter après quelques doses de traitement ou n'apparaît qu'après des années d'exposition (Healy et al., 2018 a).

Deux questions doivent être prises en compte. L'un est les changements sensoriels originaux. Ceux-ci s'étendent presque certainement au-delà de la zone génitale, mais y sont peut-être plus saillants en raison des conséquences fonctionnelles. Les ISRS produisent également un amortissement plus général de la réactivité, communément appelé engourdissement émotionnel. Cette «numération» peut être liée aux caractéristiques sensorielles prononcées qui caractérisent le syndrome de sevrage à l'IRSRS, qui peuvent être des effets de rebond incluant des orgasmes spontanés et pouvant entraîner une PGAD.

À l'heure actuelle, il n'y a pas d'accord sur la façon dont les changements sensoriels sur les ISRS se produisent. La licadoine, qui produit également un engourdissement génital, semble le faire par une action sur les courants de sodium tardif (Johannesen et al., 2016) et les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine ont également des effets sur les courants de sodium tardif (Wang et al., 20082008). Les antipresseurs ayant des effets sur les courants tardifs du sodium sont également largement utilisés pour traiter la douleur neuropathique.

Dans le but de trouver un traitement, les patients atteints de PSSD ont essayé un large éventail d'agents actifs sur divers récepteurs de la dopamine et de la sérotonine, ainsi que des inhibiteurs de la phosphodiestérase et d'autres médicaments, mais ceux-ci n'ont pas d'effet thérapeutique pour le PSSD, la PFS ou la DSRP.

Les patients atteints de SSP se sont concentrés sur la preuve de l'insensibilité aux androgènes. Il est également vrai que les ISRS réduisent le volume de testicules et le nombre de sperme, mais ces effets semblent se produire en l'absence de PSSD. À l'heure actuelle, aucune manipulation endocrinienne ne semble faire de différence dans la PFS, le PSSD ou la PGAD.

Les approches thérapeutiques adoptées à ce jour ont été largement ciblées sur l'inversion des effets sexuels aigus plutôt que d'inverser le mécanisme qui entraîne des effets durables. Ceci est similaire aux efforts de recherche sur la dyskinésie tardive qui depuis 4 décennies se sont concentrés sur le système dopaminergique sans trouver de réponse.

Un deuxième point consiste donc à identifier un mécanisme qui pourrait sous-tendre des effets durables comme ceux-ci. Il semble qu'avec le temps (plusieurs années), un certain degré de rétablissement spontané se produise dans certains cas. Dans d'autres cas, il y a de brèves rémissions (jours), souvent déclenchées en arrêtant une brève cure d'un autre médicament tel qu'un antibiotique. Il y a donc lieu de penser que ces effets durables ne résultent pas d'un dommage permanent.

Ce problème est-il le mieux considéré comme physiologique (bioélectrique) ou pharmacologique? Le site auquel les changements sensoriels d'origine sont-ils effectués au niveau central ou périphérique? S'apparaissent-ils dans un noyau central, au niveau du ganglion des racines dorsales, ou à partir d'effets de traitement local sur les fibres C?

Recherche future

En juin 2019, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a reconnu que le dysfonctionnement sexuel peut persister après l'arrêt du traitement par les SSRI. Ils ont demandé aux entreprises de mettre à jour leurs fiches de données sur les produits en conséquence.

nb = https://rxisk.org/ema-acknowledges-pers … ris-snris/  (Prescripteur)

Maintenant que ce problème a été formellement reconnu, l'épidémiologie peut contribuer à trouver une solution à ces problèmes. Tout d'abord, en utilisant un indicateur supplétif du PSSD tel que la prescription d'inhibiteurs de la phosphodiestérase chez les jeunes hommes, il peut être possible d'indiquer la fréquence de ces problèmes. Deuxièmement, en utilisant un inhibiteur de la phosphodiestérase, il peut également être possible de savoir si d'autres médicaments causent des problèmes similaires. Sur la base de rapports aux régulateurs, il est probable qu'un certain nombre de nouveaux anticoagulants tels que le rivaroxaban et l'apixabane ainsi que des antibiotiques de la tétracycline puissent causer des problèmes similaires. Plus le nombre de médicaments impliqués est important, plus un mécanisme est probable. Troisièmement, il est tout à fait possible que nous ayons déjà des agents qui peuvent faire la différence. Ceux-ci sont les plus susceptibles d'être détectés à l'aide de bases de données qui mettent en lumière les personnes qui ne développent pas ces problèmes.

https://www.researchgate.net/profile/Ho … Review.pdf


https://www.researchgate.net/profile/An … uation.pdf

Dernière modification par prescripteur (01 octobre 2022 à  11:57)

Reputation de ce post
 
Merci pour l’article, qui rajoute des molécules suspectes à la fin! Zztop

S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

En ligne

 

zizitaupe_meilleure_bande 
Psycho junior
France
2100
Inscrit le 15 Jul 2021
339 messages
Blogs

filousky a écrit

zizitaupe_meilleure_bande a écrit

Ma question:  Est-ce qu’il y a d’autres molécules qu’on nous refourgue pour nous « guérir » qui changent la sexualité des gens de manière si drastique?

N'oubliez pas la méthadone qui m'a fait disparaître toute trace de libido. C'est un syndrome appelé "l'andropause opiacée précoce".

J'ai beaucoup apprécié cet effet secondaire de la méthadone car à la cinquantaine, j'en avais marre de perdre mon libre arbitre dès que je voyais une jolie femme, mes hormones remplaçant la raison.

Je l'ai donc vécu comme un élément libérateur, pas comme une castration. Heureusement pour moi, j'ai une nature généreuse et l'accumulation de pensions alimentaires me fait peur.

Fil

Bien sûr on peut bien vivre une diminution de sexualité. Certaines personnes cherchent ça d’ailleurs, les accro aux sex par exemple.  Il y a des témoignage des personnes atteintes de Pssd qui vivent bien leurs asexualité.  Mais le mal arrive du fait que les personnes cherchant pas à changer leurs sexualité se retrouve malgré eux avec une sexualité altérée.  Intéressant l’andropause, j’en ai jamais entendu parler!

Hors ligne

 

g-rusalem 
Banni
7424
Inscrit le 12 Feb 2022
412 messages
Blogs

filousky a écrit

zizitaupe_meilleure_bande a écrit

Ma question:  Est-ce qu’il y a d’autres molécules qu’on nous refourgue pour nous « guérir » qui changent la sexualité des gens de manière si drastique?

N'oubliez pas la méthadone qui m'a fait disparaître toute trace de libido. C'est un syndrome appelé "l'andropause opiacée précoce".

J'ai beaucoup apprécié cet effet secondaire de la méthadone car à la cinquantaine, j'en avais marre de perdre mon libre arbitre dès que je voyais une jolie femme, mes hormones remplaçant la raison.

Je l'ai donc vécu comme un élément libérateur, pas comme une castration. Heureusement pour moi, j'ai une nature généreuse et l'accumulation de pensions alimentaires me fait peur.

Fil

Sauf que la testostérone, ce n'est pas juste impliqué dans la libido. De ce que je lis de tes posts, tu le vis très bien et peut-être que ça a normalisé un trop-plein d'hormone et que tu as des taux qui te conviennent, sain pour ton organisme, ce que je te souhaite. Mais cet effet secondaire de la méthadone est très sérieux. Un manque de testostérone peut engendrer, outre une baisse de libido, de la dépression, de l'anxiété, une fragilité des os, un manque de mémoire, des problèmes de sommeils, une perte d'énergie et donc la diminution d'activité comme le sport, des faiblesses musculaires, de la prise de graisse adbominale... La liste est longue et le problème assez concret pour que plusieurs études disponibles aient évalué le risque d'être à la fois sous méthadone (ou autres opiacés) et traitement de replacement à la testostérone. Ce qui a l'air de pouvoir se faire sans problème ajouté (c'est à dire qu'on se fou pas comme ça sous ces 2 traitements loin d'être anodins) et qui règle les problèmes hormonaux induis par le traitement opiacé.


Blog sur les neurosciences et la pharmacologie :
cliquez ici.

Hors ligne

 

Mychkine 
Artichaut dans une caisse d'oranges
1900
Inscrit le 22 Dec 2020
258 messages

Morning Glory a écrit

Alors expérience perso: pas de trouble sexuel majeur pendant le traitement. Deux semaines après l'arrêt par contre... PSSD +++ . Fausse pub amha. Gros sous en jeu.

J'dis n'importe quoi sur ce fil décidément vape

Et ouais, apparemment la plupart des études disponibles n'explorent l'importance des dysfonctions sexuelles que pendant le traitement. Elles vont dans ton sens d'ailleurs, avec une vortioxétine causant moins de pb que ses consœurs. Mais je n'ai rien trouvé de qualité sur ses éventuels liens avec le pssd.

Après j'avoue elle m'avait surtout attirée pour ses effets prétendument pro-cognitifs (assez bien documentés y. c. par des études indépendantes) - non que j'aie remarqué des défauts saillants chez moi à ce niveau, mais j'avais envie de tenter l'expérience.

J'ai plus grand-chose à perdre de toutes façons, mon pssd m'a déjà ôté presque toute appétence pour l'acte charnel big_smile

g-rusalem a écrit

Franchement, j'essaye de comprendre et je pense que tous les psychiatres sont au courant. Mais mets-toi à la place d'un psychiatre, c'est un exercice de pensée, je ne dis pas que je suis contre le fait de balancer des infos objectives (et cruciales) au patient. Les antidépresseurs ont une liste d'effets secondaires longue comme le bras. Tu as un patient devant toi, tu as peur qu'il soit suicidaire. Tu sais d'expérience que le composé soulage telle partie de tes patients. Il y a bien-sûr des effets secondaires, mais alors du coup, tu dis quoi d'emblée ? Le risque de problème sexuel ? Le risque de passage à l'acte ? Le risque de mort subite ? Tu lis de façon exhaustive et avec emphase chaque effet secondaire possible devant lui alors que t'es persuadé du bien fondé d'au moins essayer le traitement ?

En lisant un livre sur l'hypnose dédiée à la pratique médicale (un livre vert, je me rappelle plus le nom), j'ai compris que dans la relation soignant-soigné, ce que le médecin va dire peut avoir un énorme impact positif ou négatif sur le traitement. C'est l'idée des suggestions post-hypnotiques. Je suis intimement persuadé que même sans notions d'hypnoses, les médecins, par l'expérience, apprennent à se servir de la façon dont ils présentent les choses pour potentialiser l'effet de leur traitement. Et il n'est plus à prouver que la façon dont le patient aborde un traitement, encore plus en psychiatre, est très importante sur le résultat final. Peut-être que ça peut être une partie de la réponse à "pourquoi ces psychiatres ne parlent pas des effets secondaires, ou peu". En tout cas ça m'apparaît plus crédible que de dire "c'est tous des abrutis qui ne connaissent pas leur métier". Il y en a surement, mais l'idée de considérer toute une population de personne ayant fait un paquet d'étude comme des abrutis finis qui ne savent pas ce qu'ils font, il y a un petit truc qui me fait croire que la manière de pensée est incorrecte.

Alors.

Tes arguments sonnent juste, mais je ne pense pas que (au moins jusqu'à 2020 environ) les psychiatres étaient massivement informés desdits effets secondaires persistants, qui sont pourtant survenus, a priori, dès le début des thérapies ISRS.

Les premières interrogations que j'ai trouvées datent d'un papier de 2008.

https://benthamopen.com/ABSTRACT/TOWHJ-1-1

Il est explicitement dit dans l'abstract qu'à ce moment-là, les effets iatrogènes des ISRS sont considérés par la communauté comme entièrement réversibles.

Il faudra attendre 2019 pour que le "Pharmacovigilance Risk Assessement Comitee" de l'agence européenne de médecine (EMA) considère que les preuves sont suffisantes pour inclure un avertissement dans la notice.

https://www.prescrire.org/fr/3/31/57538 … tails.aspx

https://www.ema.europa.eu/en/documents/ … df#page=25

Pour mettre les choses en contexte, le premier ISRS à être largement prescrit, la fluoxétine, a reçu une AMM en 1987.

Je tire plusieurs conclusions de ces faits :

-Les patients sont peu enclins à rapporter spontanément des effets secondaires sexuels (et, d'un point de vue général, des effets secondaires tout court), d'autant plus s'ils persistent après le traitement et sont donc plus difficilement identifiés par les concernés comme en étant la conséquence.
-Un praticien qui fait avant tout confiance à son intuition et à son expérience de la prescription ne sera pas capable, dans la majorité des cas, de reconnaître un lien entre ISRS et PSSD.
-S'il fallait le préciser, les laboratoires produisant lesdites molécules ont un intérêt, et en partie la capacité, à dissimuler les faits et à accentuer la confusion à leur propos dès lors que le débat les ajoure.

C'est pourquoi je ne trouverais pas du tout étonnant qu'un certain nombre de psychiatres et médecins ne soient pas en mesure d'exposer à leurs patients les effets secondaires exacts des médicaments qu'ils indiquent (pas que les ISRS d'ailleurs).

Les ISRS sont largement prescrits en dehors des cas les plus graves qui pourraient justifier, comme tu l'avances avec raison, un mensonge par omission.

Pour l'anecdote, j'ai pris des ISRS jusqu'en 2017 pour des TOCs (envahissants, mais pour lesquels d'autres approches existent), sans jamais qu'il soit fait mention de PSSD dans mes entretiens avec mon psychiatre, et malgré la relative inefficacité de la molécule sur moi. A cette époque, diverses informations étaient pourtant déjà disponibles sur les bases de données publiques (pubmed, scholar). Il est possible que les choses soient en train de changer (je lui demanderai la prochaine fois que je le verrai). Mais sans un travail d'information généralisé, ceci m'amène à penser que le corps médical ne mettra pas exhaustivement, de lui-même, ses connaissances à jour (ce qui serait effectivement une tâche considérable de sa part).

Donc, bref, je pense au contraire de toi que la plupart d'entre ses membres a) ne sont pas encore suffisamment informés sur le PSSD et b) négligent, pour diverses raisons, d'expliciter certains effets secondaires y compris lorsqu'il n'y a pas médicalement lieu de les dissimuler.

P.S. : Ton approche "naturaliste" de la relation soignant/soigné est très intéressante.

Dernière modification par Mychkine (02 octobre 2022 à  21:27)

Hors ligne

 

g-rusalem 
Banni
7424
Inscrit le 12 Feb 2022
412 messages
Blogs
Je parlais de manière générale au niveau des effets des antidépresseurs, le passage à l'acte, les perturbations au niveau sexuel, là, c'est encore autre chose. Parce qu'il n'y a pas que ça et ce que décris MG, je n'ai pas les chiffres, mais ça doit être assez peu conséquent. Il y a une différence entre une perte de libido pendant l'effet qui s'arrête en quelques semaines après l'arrêt (retour à l'équilibre du système sur lequel tape le produit), et un arrêt complet et irréversible (ou en tout cas long) de la sexualité.

Une certaine partie des personnes qui ont ces symptômes avec le finasteride se mettent sous traitement de substitution à la testostérone et ça règle leur truc. Et après, il y a ceux pour qui ça ne change vraiment rien et là, on tombe dans ce que vous décrivez. Ce qui m'évoque un tout autre mécanisme dans le dérèglement. Un truc spécifique, peut être génétique. Un changement à long terme de la production d'une enzyme où je ne sais pas quoi. C'est clair qu'il faut de la recherche là-dessus. Après ils parlent d'une arrivée de ce trouble en particulier au moment de la ménopause, ce qui m'évoque encore une fois un perturbement hormonal, enfin pour ce que ça vaut.

En plus MG, tu as de ton propre aveu les hormones déréglées de base, il me semble me rappeler (hum j'espère ne pas être trop intrusif, mais j'enregistre ce genre de trucs facilement et ça me parle avec la révolution dans ma vie que j'ai depuis un an d'avoir normalisé mes hormones). Avant d'avoir réglé cette partie de l'équation, à mon humble avis, c'est trop tôt pour parler de PSSD puisque dans tous les cas si tu es à l'ouest à ce niveau ça peut overlap avec les symptômes que tu décris. En tout cas, c'est comme ça que je procéderai, par élimination. Voir sur quoi on peut jouer, trouver un médecin prêt à sortir de son AMM de confiance.

Donc, bref, je pense au contraire de toi que la plupart d'entre ses membres a) ne sont pas encore suffisamment informés sur le PSSD et b) négligent, pour diverses raisons, d'expliciter certains effets secondaires y compris lorsqu'il n'y a pas médicalement lieu de les dissimuler.

Oui ça, c'est clair en parallèle de ma tentative d'explication, la médecine est environ en "retard" de 20 ans sur la recherche (pas vraiment du retard, ils attendent d'avoir une information claire et clinique qui ne part pas dans tous les sens, ça se conçoit), et comme on ne connaît pas vraiment le problème pour l'instant, c'est sûr qu'il y a que les médecins qui lisent la littérature qui sont au courant. Quelle est cette proportion de médecins comme Prescripteur dans les prescripteurs ? Je ne sais pas, mais par exemple, j'imagine que la majorité des médecins français ne parlent pas l'anglais. Pas d'Anglais, pas de lecture d'article scientifique, ils doivent donc attendre de la formation continue ou je ne sais pas quoi pour être au courant d'une maladie spécifique. J'ai une mauvaise connaissance du milieu, mais j'imagine que la plupart sont effectivement à la ramasse sur ces maladies rares. Et comme tu le dis justement, par négligence ou perte d'intérêt, de rester à jour en terme d'avancées. Par contre, tous les effets secondaires sur la notice, s'ils ne connaissent pas, là, c'est difficilement excusable.



P.S. : Ton approche "naturaliste" de la relation soignant/soigné est très intéressante.

Merci de m'apprendre un mot, c'est toujours intéressant de mettre un mot sur un courant de pensée qu'on a avalé sans s'en rendre compte haha.

Dernière modification par g-rusalem (03 octobre 2022 à  04:06)


Blog sur les neurosciences et la pharmacologie :
cliquez ici.

Hors ligne

 

zizitaupe_meilleure_bande 
Psycho junior
France
2100
Inscrit le 15 Jul 2021
339 messages
Blogs
G rusalem

Apparement les chiffres sont accablant, avec entre 70-100% de personnes touchées. Après c’est un spectre, avec d’un côté perte totale de libido et/ou manque de sensation génitale, et de l’autre côté la reconnaissance que sa sexualité est altérée.  Pour moi, même ce dernier est inacceptable, même si certain.e.s sont heureux d’avoir la sexualité plus calmées. A mon avis un médicament ne dois pas agir en dehors de la prise, ou si oui, ça doit être extrêmement rare pour être acceptable.

Moi je ne suis pas médecin et je ne peut pas diagnostiquer des gens, mais je crois MG sur parole que ça c’est l’origine de ses problèmes. D’ailleurs un des raisons que le PSSD prends  aussi longtemps à être formellement reconnu, c’est parce que les médecins veulent pas écouter leurs patients…

Si tu parles l’anglais cet article est assez illuminant:

https://rxisk.org/how-common-is-post-ss … tion-pssd/
Reputation de ce post
 
Très bon lien ça y est je l'ai lu ! g-rusalem

Hors ligne

 

Morning Glory 
Modératrice
9900
Inscrit le 10 Oct 2017
3848 messages
Blogs
Perso j'ai aussi une apathie et anedonie rémanentes à la sortie de ma dépression, ainsi qu'une fatigue chronique tenace, avec une qualité de vie très clairement impactée au quotidien. A l'arrêt de la sertraline il y a plusieurs années, j'ai très clairement senti mes capacités cognitives décliner et d'un coup mes résultats à la fac ont chuté, avant même la rechute de dépression qui a suivi encore un peu moins d'un an plus tard. Je n'ai plus jamais retrouvé la vivacité d'esprit d'alors.
De timides rapports commencent à montrer le bout de leur nez pour dire que les symptômes sexuels ne seraient pas les seuls forcément présents dans un PSSD. Il n'y a aucun traitement connu et même dans les potentielles molécules officieusement intéressantes dont les très risqués agonistes dopaminergiques (peuvent à terme provoquer un DAWS, bien pire que le PSSD), aucune que j'ai essayée n'a amélioré le moindre de mes symptômes. La 5-meo-mipt couplée à un peu de 3-mmc m'a donné une sorte de substitut de libido l'espace de quelques heures, mais en étant complètement arrachée à cause du psychédélique, une "libido" qui n'a rien à voir avec une "normale" (très artificielle et cheloue), et aussi bien incomplète. Orgasme toujours inatteignable.
Pour reprendre les termes d'un membre dans un autre topic: je n'ai plus qu'à espérer une bonne réincarnation^^^

Dernière modification par Morning Glory (03 octobre 2022 à  13:41)


Μόρνηνγγ Γλωρύ
I <3 5-HT & DA ~

Hors ligne

 

Mychkine 
Artichaut dans une caisse d'oranges
1900
Inscrit le 22 Dec 2020
258 messages

Morning Glory a écrit

Perso j'ai aussi une apathie et anedonie rémanentes à la sortie de ma dépression, ainsi qu'une fatigue chronique tenace, avec une qualité de vie très clairement impactée au quotidien. A l'arrêt de la sertraline il y a plusieurs années, j'ai très clairement senti mes capacités cognitives décliner et d'un coup mes résultats à la fac ont chuté, avant même la rechute de dépression qui a suivi encore un peu moins d'un an plus tard. Je n'ai plus jamais retrouvé la vivacité d'esprit d'alors.
De timides rapports commencent à montrer le bout de leur nez pour dire que les symptômes sexuels ne seraient pas les seuls forcément présents dans un PSSD.

Il me semble me souvenir que la sertraline avait déclenché chez toi une phase d'hypomanie légère, concomitante à une augmentation transitoire des capacités cognitives. Le sevrage a-t-il simplement rendu ton organisme à son état antérieur à la sertra, ou sens-tu une différence plus profonde que cela ?

Je n'ai jamais eu ce genre de problèmes, mais il est vrai que l'auto-évaluation de ce genre de paramètres manque notoirement de fiabilité. En revanche j'ai bien senti une influence de la sertra sur la motivation intellectuelle.

Si ce que tu lis te fait penser que des symptômes cognitifs durables pourraient s'ajouter au PSSD, tu aurais des liens là-dessus ?

Dernière modification par Mychkine (04 octobre 2022 à  12:36)

Hors ligne

 

Myrmidon 
Nouveau membre
200
Inscrit le 04 Aug 2022
22 messages
Finasteride comme ISRS (Prozac) m'aident beaucoup, en tout cas c'est le ressenti que j'ai.

Comme je l'ai dit avant ça fait quelques années que je prends le finasteride donc difficile de vraiment savoir l'impact que ça a eu sur moi.

Et il faut ajouter à l'équation des années de fumette et un peu moins de tramadol dans la gueule.

En tout cas mes érections sont de qualité et récurrentes, ma libido pleinement satisfaisante ( plus que satisfaite à vrai dire ahaha).

Et quant à ma dépression je pense que ça va beaucoup mieux, encore une fois les éléments à prendre en compte sont nombreux ( j'ai commencé le prozac, sérieusement réduit ma conso de drogue, fait de gros efforts et surtout j'ai rencontré l'amour <3 ).

J'avais de grosses difficultés de concentration avant de commencer le prozac et de réduire la conso de fume mais ça a l'air d'aller de mieux en mieux, et j'ai retrouvé espoir et foi en mes capacités même si parfois ça reste difficile.

Voilà je voulais juste partager des bonnes vibes. Il faudrait éviter de provoquer de vilains nocebos.

Hors ligne

 

Morning Glory 
Modératrice
9900
Inscrit le 10 Oct 2017
3848 messages
Blogs

Mychkine a écrit

Si ce que tu lis te fait penser que des symptômes cognitifs durables pourraient s'ajouter au PSSD, tu aurais des liens là-dessus ?

Il est effectivement difficile d'auto-évaluer tout ça, mais subjectivement j'ai ressenti une réelle différence avec avant traitement.

Il se manifeste par une perte totale ou partielle de la fonction sexuelle, parfois accompagnée d'anesthésie émotionnelle, de dysfonctionnements cognitifs, de perte de sensibilité des organes génitaux et de problèmes de sommeil. Les mécanismes du PSSD (les initiales du syndrome en anglais) sont mal connus et on ne dispose pas de traitement fiable à ce jour.

https://www.pssd.info/

Yes it's a really common complaint. SSRI's decrease dopamine transmission amongst a lot of other things and decrease activity in the frontal lobes. Most people with PSSD report massive anhedonia, unrefreshing sleep, emotional bluntness and cognitive dysfunction as well.

I frankly feel slighty Autistic after I have been on meds without ever feeling like that before meds.

https://www.reddit.com/r/PSSD/comments/ … sfunction/

Ancillary non-sexual symptoms may include emotional numbing and cognitive impairment.

https://rxisk.org/post-ssri-sexual-dysf … /#Symptoms

Dernière modification par Morning Glory (04 octobre 2022 à  14:43)


Μόρνηνγγ Γλωρύ
I <3 5-HT & DA ~

Hors ligne

 

g-rusalem 
Banni
7424
Inscrit le 12 Feb 2022
412 messages
Blogs
Le lien de zizitaupe est sacrément intéressant, surtout cette image qui décrit ce qu'on pense des cas de PSSD (gauche), et la répartition réelle que ça doit surement prendre dans la population (droite). Ils disent que ce n'est surement pas quelque chose de ON/OFF.

/forum/uploads/images/1664/11.png


Moi j'ai trouvé un article qui traite de l'impact hormonal des ADs (sur pleins d'ADs différents), que c'est quelque chose qui a très peu été recherché par rapport à l'importance que ça a. Je le met ici en note à moi même et si certaines personnes sont intéressées, il y a même l'eskétamine (la review est de 2021).



pavlidi2021.pdf


Blog sur les neurosciences et la pharmacologie :
cliquez ici.

Hors ligne

 


Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ


Psychoactif en Images
Plus d'images psychoactives
En ce moment sur PsychoACTIF  
 Psychoactif 
Vos bénéfices liés à l'usage des drogues
14 octobre 2022Annonce de Equipe de PsychoACTIF
 Appel à témoignage 
Avez vous des problèmes de médecin pour votre traitement de subst...
Il y a 1jCommentaire de Littleboy (34 réponses)
 Forum UP ! 
Interaction & Mélange - Interaction tramadol
Il y a 1jDiscussion sans réponse depuis 12h
 Forum UP ! 
Effets secondaires - Comment consommer ses truffes magiques pures sans vomir ou avoir d...
Il y a 1jDiscussion sans réponse depuis 12h
 Forum 
Conseils pour le sniff - Quelle sensation la première fois?
Il y a moins d'1mn
7
Commentaire de prescripteur dans [Sniff et réduction de...]
(43 réponses)
 Forum 
Première fois - Première fois/test
Il y a 7mnCommentaire de DarkStone1213 dans [MDMA/Ecstasy...]
(5 réponses)
 Forum 
Sniffer - Demande conseil coke odeur bizarre
Il y a 15mnCommentaire de meumeuh dans [Cocaïne-Crack...]
(4 réponses)
 Forum 
Cocaine rose
Il y a 29mn
1
Commentaire de meumeuh dans [Cocaïne-Crack...]
(16 réponses)
 Forum 
Lisdeksamfetamindimesilat pour IV ?
Il y a 32mnCommentaire de L'Apoticaire dans [Méthylphénidate (Rita...]
(1 réponse)
 Forum 
Culture - Question température pour supa gro kit
Il y a 45mnNouvelle discussion de Spiralboi dans [Psilocybe - Champigno...]
 Forum 
Identification - Pas de psilos ?
Il y a 3hCommentaire de Psychonogeek dans [Psilocybe - Champigno...]
(36 réponses)
 Forum 
Besoin de beaucoup plus de morphine après conso de coke
Il y a 3hCommentaire de meumeuh dans [Cocaïne-Crack...]
(1 réponse)
 Blog 
Périples d'un polytoxicame - Zefy l'heureux déçu
Il y a 1hCommentaire de Mishca dans le blog de Zefy
(1 commentaires)
 Blog 
La MDMA ou le retour à la vie normale
Il y a 8hCommentaire de C.S. dans le blog de Bootspoppers
(8 commentaires)
 Blog 
La chienne et le puma
Il y a 9h
1
Commentaire de Bootspoppers dans le blog de zizitaupe_meilleure_bande
(2 commentaires)
 
  QuizzZ 
Testez vos connaissances sur l'histoire de la réduction des risques
Dernier quizzZ à 04:38
 PsychoWIKI 
Methadone, effets, risques, témoignages
 Topic epinglé 
Neurchi 2 Psychoactif
 Nouveaux membres 
AspieGirl, L'être psychédélique nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
S'identifier

Mot de passe oublié

Morceaux choisis 

 Ton incitatif sur l'héroine ?
par filousky, le 30 Nov 2022
Salut L-Olliverstone, J'ai lu ton histoire et je pourrai écrire la même, sauf que j'ai déjà 68 ans. Vécu similaire mais quand je lis ton histoire, il n'y a que du malheur et une belle diabolisation de 'héroïne. Alors, c'est vrai que l'héroïne peut faire des dégâts mais tu ne parles à au...[Lire la suite]
 Vos bénéfices liés à l'usage des drogues
par Cub3000, le 22 Nov 2022
Hello...Je pourrais lister tout un tas d'effets positifs sur ma vie de certaines substances que je consomme, mais je vais me limiter au plus notable : Les lysergamides m'ont complètement sorti d'une sorte de rumination d'angoisses existentielles/métaphysiques qui me bouffait littéralement la vi...[Lire la suite]
 Question pour arrêt du Shit
par PrincessCarolyn, le 23 Nov 2022
Coucou ! Je suis à peu près dans la même situation que toi par rapport au shit et en suis à ma 2eme semaine d'arrêt.. Ce qui m'a paru important dans un premier temps c'est de se fixer des objectifs réalistes, et de se laisser le droit de diminuer sa conso petit à petit. Tu peux par exemple t...[Lire la suite]
Tous les morceaux choisis
Les derniers champis

Merci pour ton retour... Je t'ai déplacé le topic dans celui-ci ;-) MM dans [forum] Quelle sensation la première fois?
(Il y a 2h)
Même ressenti. dans [forum] craving cocaine
(Il y a 20h)
La salade a l'air stupéfiante. On peut avoir la recette ? Captaincrox' dans [forum] Cherche prix et photos de prods pour enrichir le PsychoWIKI
(Il y a 1j)
Très très vrai...comme tout les opioïdes la méthadone est récréatives dans [forum] Méthadone récréatives, effets ?
(Il y a 2j)

Pied de page des forums