Edito : Nous sommes des Personnes Utilisatrices de Drogues (PUD) / Les Blogs de PsychoACTIF

Edito : Nous sommes des Personnes Utilisatrices de Drogues (PUD) 



Voici l'édito du Fanzine N°5 de Psychoactif.

Psychoactif mène un combat contre la stigmatisation de l'utilisation des drogues. Le langage est un outil important pour transmettre des messages et le choix des termes compte.

Jusqu'à là, nous avions utilisé l'acronyme « UD » pour parler des usagers et usagères de drogues. Mais nous nous sommes rendu.e.s compte que ce mot posait quelques problèmes.

En premier lieu, parler d'« usager ou usagère de drogue » revient à réduire la complexité d'une personne à ses usages et pratiques concernant les drogues !

Nous sommes bien plus que de simples consommateurs et consommatrices, nous sommes des personnes. Des personnes qui ont une vie, un travail, une famille, des relations, des pratiques, des compétences qui vont bien au-delà de la simple consommation.

Nous revendiquons le fait de faire usage de drogues avec des trajectoires de vie et des parcours différents à chacun.e, des stratégies de (non) consommation propres à chaque individu, des pratiques différentes.
Nous ne souhaitons pas être réduit.e.s à des stéréotypes comme celui du « toxicomane » du passé.

Nous pensons que pour mener une réflexion efficace sur l'utilisation des drogues, il est primordial que chaque individu qui consomme soit considéré dans son entièreté et complexité de personne. Notre critique envers une addictologie néphaliste, stigmatisante et moralisatrice passe avant tout par la reconnaissance des utilisateurs et utilisatrices de drogues en tant que personnes.

Avoir recours à ce nouveau terme, PUD, a aussi un autre avantage.
Il permet d'utiliser un mot épicène qui englobe les femmes, les hommes, et toutes celles et ceux qui ne se reconnaissent pas dans des constructions de genre binaires. Parler d'«usagers» de drogues, invisibilise - à travers une grammaire qui porte les stigmates d'une société non égalitaire - les consommatrices femmes.

C'est pour cela que dans ce fanzine et autres documents que nous écrirons, nous avons adopté le terme Personne Utilisatrice de Drogues (PUD). Et Psychoactif appelle les professionnel.le.s du milieu de l'addicto, les scientifiques, et les pouvoirs publics à utiliser désormais cette nouvelle nomenclature.

Cependant,
Pour l'équipe de Psychoactif


/forum/uploads/images/1650/fanzine5.png

Catégorie : Actualités - 11 mai 2022 à  03:38

Reputation de ce commentaire
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (meumeuh)
 
C'est tellement juste, ça tape dans le mille !
 
Tout à fait d’accord!!



Commentaires
#1 Posté par : pierre 14 mai 2022 à  06:33
Bonjour

Je me permet de relancer cet edito.
Perso je trouve cela assez étonnant (j'allais dire flippant) qu'il n'y ait pas plus de commentairres ou même de "oui !" en réponse à cet edito.

Est ce que c'est parce que vous considérez que nous avons totalement raison et qu'il n'y a rien à dire de plus ?

Pierre
Reputation de ce commentaire
 
exactement
 
Oui pas grand chose à dire, je ne me sens pas concerné. Psilo
 
Tout à fait d’accord - Jeri

 
#2 Posté par : Cabaretvert 14 mai 2022 à  07:11
Bonjour,

Ce terrain n'est pas le mien. Mais j'avais déjà lu attentivement cet édito.

 
#3 Posté par : meumeuh 14 mai 2022 à  07:42

Cabaretvert a écrit

Ce terrain n'est pas le mien.

Salut,
Ah bon c'est-à-dire?
Pourrais-tu  développer s'il te plaît.... c'est toujours bien de pouvoir échanger nos points de vue!

MM


 
#4 Posté par : Cabaretvert 14 mai 2022 à  08:53

a écrit

Pourrais-tu  développer s'il te plaît.... c'est toujours bien de pouvoir échanger nos points de vue!

Avec plaisir !

J'ai un peu de mal à approuver de contraindre les gens d'utiliser tel ou tel mot, on cherche de nouvelle façon de désigner comme si notre époque allait trouver la solution à la discrimination en investissant le domaine du langage. Je suis d'accord la langue peut évoluer mais le faire par la peur que génère chez l'autre d'être mal perçu car il n’emploie pas le bon mot, pas d'accord. Si on change de termes ou de mots pour désigner la même chose, cela me parait fragile comme perspective. Respecter les autres, se faire respecter est pour moi la seule exigence que j'ai.

Cela ne veut pas dire que je ne reconnais pas que des personnes se sentent blessés avec l'emploi de "drogué" ou je ne sais quoi d'autre mais c'est la vie, on a tous plein de raisons d'être choqué et on devrait plutôt tirer vers le haut en essayant à chacun d'avoir les ressources nécessaires pour se faire respecter, et  quand un mot ou une situation ne lui plait pas, et ne pas immiscer les sentiments dans le champ public et celui du langage.

J'aimerais aussi avoir votre position là dessus et pourquoi vous pensez que c'est important


 
#5 Posté par : Échec Scolaire 14 mai 2022 à  12:13

pierre a écrit

Bonjour

Je me permet de relancer cet edito.
Perso je trouve cela assez étonnant (j'allais dire flippant) qu'il n'y ait pas plus de commentairres ou même de "oui !" en réponse à cet edito.

Est ce que c'est parce que vous considérez que nous avons totalement raison et qu'il n'y a rien à dire de plus ?

Pierre

Je pense que la majorité des lecteurs se moque éperdument de ta vision et le manque de commentaires en est la preuve.
Les gens viennent pour s'informer, discuter, poser des TR, demander des conseils etc..., pour le reste on a bien compris ta position et celle de la modération, comme tu vois ça n'intéresse personne depuis 3 jours.

J'espère cependant que ça va venir maintenant que c'est relancé, car malgré tout il devrait y avoir débat, ce qui est difficile ici sur ce type de sujet comme tu le sais pertinemment.
C'est peut-être pour ça, les usagers n'ont pas envie de se faire engueuler, et du coup il ne disent plus rien qui pourrait vous vexer.

Pour finir j'ai une question, du même ordre que CabaretVert:
Même si le texte de cependant ne recelle pas d'obligation ni d'injonction performative, doit-on nous aussi obligatoirement utiliser l’acronyme PUD à la place d'usager et que se passe-t-il si l'on persiste à utiliser le mauvais terme ?

Reputation de ce commentaire
 
Exact, on pense pas pareil on dit rien sinon... /L'Apo

 
#6 Posté par : kaneda 14 mai 2022 à  12:25
Salut, perso je ne suis par pour l'utilisation des termes "UD" (Usagers de Drogues) et "PUD" (Personne Utilisatrice de Drogues).

Je trouve les deux acronymes beaucoup trop réducteurs ! (Limite stigmatisant ...) fache-non-non

Je trouve ça réducteur et stigmatisant parce que ça m'identifie uniquement comme quelqu'un qui est utilisateur de drogues, alors que je ne fais pas que ça de mes journées hein ! je travaille toute la semaine aussi ! Et au taf par exemple et ben je suis kaneda alias Mr speedball (Attention je vais être démasquer ! cool ), je ne suis pas un UD ou PUD ! roll

Je pense qu'il faudrait arrêter d'utiliser ce type d’acronyme, on serait tous gagnant en se voyant uniquement comme des personnes, comme des individus de l'espèce humaine. merci-1

Que je consomme ou non je suis avant tout un être humain et je ne veux pas être identifier uniquement comme un consommateur de produits stupéfiants, que je consomme ou non ça me regarde, et je ne veux pas être définis comme tel, c'est beaucoup trop réducteur. D’ailleurs je n'utilise presque jamais cet acronyme dans mes messages.

Moi, kaneda, je ne me vois pas comme un UD ou un PUD, non, moi kaneda je suis ben, kaneda... merci-1

Merci de nous demander notre avis.

kaneda
Reputation de ce commentaire
 
Merci! Psilo

 
#7 Posté par : Cabaretvert 14 mai 2022 à  13:02

a écrit

Je trouve ça réducteur et stigmatisant

C'est l'exemple même que les efforts entrepris dans le but de ne pas stigmatiser sont sans fin et satisfaisant pour personne. Au sein du triptyque corps médical/administration/patient et je le pense aussi dans bien d'autres domaines.

La contrainte pour le bien des autres reste quand même coercitif (ouai je mets des mots comme coercitif dans mes textes smile

Je sais que je déborde un peu du sujet mais on sait que notre façon d'utiliser notre langue conditionne en partie notre manière d'appréhender le monde et les autres.

Je suis sûr que nous pouvons échanger sur le sujet mais de toute évidence nous ne voyons pas la société de la même façon (je ne parle que pour moi).

PS : Après faut pas trop m'écouter non plus, je suis quand même l'auteur d'un billet qui s'appelle les aventures de Coucrack


 
#8 Posté par : Anonyme6525 14 mai 2022 à  15:07
Je sais pas pourquoi ça me perturbe autant ces efforts actuels de notre société pour nous faire parler d'une certaine façon, écriture inclusive ou autre. Je suis toujours d'accord avec l'intention, mais le moyen me gêne. La langue est pour moi quelque chose de très personnel. Qu'on me force à utiliser une écriture inclusive pour me guérir de mon sexisme supposé, ça me casse les couilles. Et je n'ai pas l'impression de concourir à la haine sociétale des personnes utilisatrices de drogues quand je traite à la moindre prise de toxique mes potos de toxos sans avenir.   

La contrainte pour le bien des autres reste quand même coercitif (ouai je mets des mots comme coercitif dans mes textes

Je suis assez d'accord avec le terme coercitif. Moi, toutes ces histoires, ça me nique bien mon plaisir d'être sur psychoactif.

Et de manière générale, je trouve louche (et puérile) de penser que changer la société est plus pragmatique que changer sa propre réaction face à une quelconque remarque déplacée. On devrais plutôt reconnaître la vacuité de toutes les étiquettes que l'on nous colle et que l'on se colle nous même sur le dos, plutôt que d'essayer d'en trouver des nouvelles et de l'imposer aux autres par le language.


 
#9 Posté par : Zénon 14 mai 2022 à  16:16
Moi, je propose humblement « PUDNPVIMA++-3 » : Personne utilisatrice de drogues non pédophile et végétarienne inclusive le mercredi après-midi, plus, plus, moins trois. 

C’est plus précis, moins stigmatisant envers les trottinettes fabriquées au Kurdistan.

a écrit

(ouai je mets des mots comme coercitif dans mes textes smile

Non seulement tu utilises des mots tels que coercitif dans tes textes, mais en plus, tes textes ne sont pas « alignés » mais « justifiés ». Fais gaffe, je te trouve très stigmatisant envers tous ceux qui n’ont pas la chance de posséder un logiciel de traitement de texte pour en faire autant.


 
#10 Posté par : meumeuh 14 mai 2022 à  17:10

Échec Scolaire a écrit

Je pense que la majorité des lecteurs se moque éperdument de ta vision et le manque de commentaires en est la preuve.

Je doute fort, que tu puisses savoir,comme tu le dis ce que la majorité des personnes peuvent en penser.

kaneda a écrit

Je trouve les deux acronymes beaucoup trop réducteurs ! (Limite stigmatisant ...) fache-non-non

Les professionnels dans le champ de ll 'addictologie, et pas uniquement  les médecins
Emploi déjà et de bien pires acronymes de mon point de vue et que tu le veuilles ou non.

Moi aussi je prefere quel l'on m'appelle par mon prénom mais là il n'est pas question de cela...

Je sais pas si je suis clair ^^


 
#11 Posté par : Échec Scolaire 14 mai 2022 à  17:48

meumeuh a écrit

Je doute fort, que tu puisses savoir,comme tu le dis ce que la majorité des personnes peuvent en penser.
J'ai dit ”je pense” dans le sens ”je crois”,  fais pas semblant de pas comprendre et ne déforme pas mes propos.
D'ailleurs jusqu'à présent les commentaires montrent que j'avais plutôt raison, j'espère que tu viendras compter avec moi le jour où vous fermerez le topic. De plus j'ai le droit de croire ça comme toi le contraire.



Les professionnels dans le champ de ll 'addictologie, et pas uniquement  les médecins
Et alors ? Et puis maintenant c'est une référence ”l’addictologue nephaliste” ? Bien sûr qu'ils utilisent des acronymes, c'est pas nouveau.

Je sais pas si je suis clair ^^
Pas trop non


 
#12 Posté par : Morning Glory 14 mai 2022 à  22:50
Je trouve ça étrange d'avoir une communauté qui ne se bat pas pour ses propres droits. Le fait de dire "personne handicapée", "personne racisée", "personne trans" ne choque pas les communautés respectives j'ai l'impression, du peu que j'en vois. C'est la première fois que j'observe de telles réserves et ce n'est pas un reproche, simplement de l'étonnement.

kaneda a écrit

Que je consomme ou non je suis avant tout un être humain et je ne veux pas être identifier uniquement comme un consommateur de produits stupéfiants, que je consomme ou non ça me regarde, et je ne veux pas être définis comme tel, c'est beaucoup trop réducteur. D’ailleurs je n'utilise presque jamais cet acronyme dans mes messages.

Ça pour moi c'est quand même nier une partie de toi même, je veux dire socialement parlant. Les gens te traiteront de drogué pour beaucoup. PUD ba j'y trouve nettement plus soft et respectueux en fait quitte à choisir ?

échec scolaire a écrit

Même si le texte de cependant ne recelle pas d'obligation ni d'injonction performative, doit-on nous aussi obligatoirement utiliser l’acronyme PUD à la place d'usager et que se passe-t-il si l'on persiste à utiliser le mauvais terme ?

Je parle en mon nom: non perso je ne t'obligerai pas à utiliser ce terme (en général heu, je n'oblige pas à utiliser tel ou tel terme, ce qui me semble normal (je n'ai jamais obligé personne à utiliser l'écriture inclusive par exemple, en revanche moi on m'a reproché de l'utiliser par moi même, alors qu'il a été prouvé que c'est un outil parmi tant d'autres pour réduire les inaglités de genre dans l'imaginaire collectif... surpris donc là c'est plutôt à moi qu'on a tenté d'imposer des règles d'écriture), mais par contre je décourage effectivement ceux qui stigmatisent, en argumentant ma position, et je dis bien décourager, pas lyncher.). Je trouve ça juste dommage de ne pas utiliser un outil de sociologie pour tenter de nous battre et de nous sortir de la stigmatisation dans laquelle nous sommes tous et toutes embourbés. Comme si ça te semblait normal ou que tu t'en fichais de tes propres droits. Je respecte, j'ai juste du mal à comprendre...

Reputation de ce commentaire
 
enfin quelques lueurs de bon sens dans ce... "débat"
 
j'aime les arguments mais la "lueur" n'est pas la même pour tous visiblement

 
#13 Posté par : Papaseul 15 mai 2022 à  01:03
Salut,

Perso ça fait presque 5 ans que je me ballade sur PA et l'acronyme  UD je l'ai compris il y a peut.
Entre UP ( utilisateur de psychoactif) ces acronyme sont régulièrement utiliser ou des mots compliqué comme "coercitif", "épicène" ect.

Sur PA, d'ailleurs l'enquête l'a démontré la plus part d'entre nous ou du moins des répondants ont une vie de famille avec logement, voitures, boulot, de quoi manger tous les jours et même bacheliers.
On a le pouvoir et la motivation d'émettre nos points de vue...

Après je pense que le travail de PA ne s'arrête pas là. La voix des plus démunis compte énormément également, les liens que les adhérents forment avec divers asso de terrains en est la preuve.
Donc si le fait d'utiliser PUD peut avoir une répercussion positive et moins discriminant sur les sois disant toxicos sdf et non fréquentable pourquoi pas !!!!

Biz//pps

 
#14 Posté par : Échec Scolaire 15 mai 2022 à  06:29

Morning Glory a écrit

Je trouve ça étrange d'avoir une communauté qui ne se bat pas pour ses propres droits. Le fait de dire "personne handicapée", "personne racisée", "personne trans" ne choque pas les communautés respectives j'ai l'impression, du peu que j'en vois. C'est la première fois que j'observe de telles réserves et ce n'est pas un reproche, simplement de l'étonnement.

kaneda a écrit

Que je consomme ou non je suis avant tout un être humain et je ne veux pas être identifier uniquement comme un consommateur de produits stupéfiants, que je consomme ou non ça me regarde, et je ne veux pas être définis comme tel, c'est beaucoup trop réducteur. D’ailleurs je n'utilise presque jamais cet acronyme dans mes messages.

Ça pour moi c'est quand même nier une partie de toi même, je veux dire socialement parlant. Les gens te traiteront de drogué pour beaucoup. PUD ba j'y trouve nettement plus soft et respectueux en fait quitte à choisir ?

échec scolaire a écrit

Même si le texte de cependant ne recelle pas d'obligation ni d'injonction performative, doit-on nous aussi obligatoirement utiliser l’acronyme PUD à la place d'usager et que se passe-t-il si l'on persiste à utiliser le mauvais terme ?

Je parle en mon nom: non perso je ne t'obligerai pas à utiliser ce terme (en général heu, je n'oblige pas à utiliser tel ou tel terme, ce qui me semble normal (je n'ai jamais obligé personne à utiliser l'écriture inclusive par exemple, en revanche moi on m'a reproché de l'utiliser par moi même, alors qu'il a été prouvé que c'est un outil parmi tant d'autres pour réduire les inaglités de genre dans l'imaginaire collectif... surpris donc là c'est plutôt à moi qu'on a tenté d'imposer des règles d'écriture), mais par contre je décourage effectivement ceux qui stigmatisent, en argumentant ma position, et je dis bien décourager, pas lyncher.). Je trouve ça juste dommage de ne pas utiliser un outil de sociologie pour tenter de nous battre et de nous sortir de la stigmatisation dans laquelle nous sommes tous et toutes embourbés. Comme si ça te semblait normal ou que tu t'en fichais de tes propres droits. Je respecte, j'ai juste du mal à comprendre...

Merci pour ta réponse.

Je comprends ton étonnement et dans ton raisonnement tu n'as pas tort.
Pour ma part, j'utilise bien les termes de ” personne handicapée ”, par exemple, mais il y a des différences.
- il ne me semble pas avoir reçu d'injonction à l'utiliser, personne n'a tenté de me persuader de le faire, encore moins l’admin de psychoactif.
- quand par mégarde je dis ”handicapé”, ça ne choque personne, à juste titre.
- j'ai du respect pour Pierre et pour toi, et si je partage certaines idées avec vous, je ne peux les partager toutes,  en particulier celles qui me semblent relever d'une idéologie trop forte, très présente ici.
- on peut-être d'accord pour UD car après tout pourquoi pas, mais repérer un glissement à l'apparition de PUD puisqu’après, si on accepte ça, on est sûr de rien.
- les dérives bourdieusiennes ne m'intéressent pas.
- il est possible que certains usagers, dont moi-même, aient attendus le signal pour manifester leur opposition ou du moins leurs doutes envers certains idéaux présents ici, voire tenter de dire qu'ils considèrent certaines positions extrêmes ou à un moindre degré hypocrites. Encore une fois avec tout mon respect. 
- il a déjà été dit que nous ne sommes pas sans ignorer que modifier la langue modifie la pensée, je considère que Psychoactif et sa modération n'a pas vocation à modifier la mienne. C'est malheureusement une pratique qui s'est installée, qui semble perdurer, guidée par la direction à sens unique qui sert de credo au site. Ça dérive de plus en plus, on voit arriver de l'écriture inclusive et franchement ça ne devrait pas être le propos. Comme je le disais précédemment, il est possible que la majorité (donc à l'exception de la modération qui parle d'une seule voix) n'ait rien à faire que vous utilisiez PUD ou pas, mais désire simplement montrer une forme d'opposition plus générale, étant donné que cette fois on semble y avoir droit. Eh oui, c'est dur d'être aimé par des cons.
- perso le terme d'usager m’allait bien, je trouve que justement il se situe au milieu entre ”drogué” et ”PUD” , c'est pour moi idéologiquement neutre, c'est simple, peu connoté, et tout le monde peut comprendre.
C'est aussi plus subtil, en tout cas pour moi, ça risque moins de braquer les gens et on peut s'en servir efficacement comme pied-dans-la-porte pour amener d'autres idées. Bref, c’est suffisant, c'est un mot qui parle de lui-même et je ne vois pas la nécessité d'en changer car pour moi il ne stigmatise personne.
- utiliser PUD ou non ne modifiera pas l'opinion des individus qui ne sont pas concernés, franchement et en dehors de toute considération sociologique, je ne vois pas pourquoi ça marcherait. Il y a sûrement d'autres façons d'utiliser son énergie si l'on veut lutter contre la stigmatisation, à commencer par porter ses  convictions vers ceux qui stigmatisent et non le contraire.

Désolé pour la forme, il est trop tôt ce Dimanche et de toutes façons j'arrête là. Bonne journée Morning Glory. J'apprécie ton discours, c'est argumenté, et au moins tu ne spawn pas simplement pour critiquer la forme ou pointer des généralités, enlever des champis ou en mettre d'autres par copinage.

PS: je précise au passage que je ne suis presque jamais d'accord avec vous sur ce genre de sujet mais je vous lis avec intérêt car vous arrivez parfois (et même ici) à pousser des concepts qui me font réfléchir, alors tout n'est pas perdu, continuez à vous battre. Au fond vous avez mon soutien, ne serait-ce que pour votre courage et persévérance. Mais qui aime bien châtie bien et aujourd'hui j'en ai eu l'occasion.


 
#15 Posté par : filousky 15 mai 2022 à  08:49

Échec Scolaire a écrit

je précise au passage que je ne suis presque jamais d'accord avec vous sur ce genre de sujet mais je vous lis avec intérêt car vous arrivez parfois (et même ici) à pousser des concepts qui me font réfléchir, alors tout n'est pas perdu, continuez à vous battre. Au fond vous avez mon soutien, ne serait-ce que pour votre courage et persévérance. Mais qui aime bien châtie bien et aujourd'hui j'en ai eu l'occasion.

Merci pour ta participation au sujet. Tes réflexions méritent toutes de la considération et ce que j'ai quoté a le mérite de reconnaître que nous bossons, que nous nous battons, que ce forum, né dans les années 2000 continue à se développer et à s'ouvrir à de nombreux concepts tendant à libérer l'inconscient collectif de l'image désastreusement réductrice du "toxico", le pire voisin que l'enquête d'il y a quelques années a fait surgir en tête de liste.

Tout cela est constructif, alors encore merci.

Fil

Reputation de ce commentaire
 
oui sur l'inconscient collectif, & la peur du "toxico" alimentée par les clichés

 
#16 Posté par : meumeuh 15 mai 2022 à  15:11

Papaseul a écrit

et l'acronyme  UD je l'ai compris il y a peut.

Il a remplace du moins surtout dans le champ addicto et la RDR institutionnelle le : toxicomane.

Reputation de ce commentaire
 
vrai & dans plein d'autres champs (psycho, socio, etc) - Jéri

 
#17 Posté par : Agartha 15 mai 2022 à  17:18

Échec Scolaire a écrit

Mais qui aime bien châtie bien et aujourd'hui j'en ai eu l'occasion.

Ah t'inquiètes, en dépit de ce que certains peuvent penser, on est très (trop?) light avec les bannissements et autres exclusions -- et surtout, surtout, on n'interdira jamais quelqu'un de critiquer, que ce soit une critique positive ou négative, tant qu'elle est construite. Tes messages et ceux des autres utilisateurs sont, comme d'hab, très bien argumentés et, à part le shitpost de Zénon, y'a rien à redire : les gens donnent leur avis sur ce débat et ça s'arrête là, d'accord ou pas d'accord.

Autrement, tu dis :

Échec Scolaire a écrit

perso le terme d'usager m’allait bien, je trouve que justement il se situe au milieu entre ”drogué” et ”PUD” , c'est pour moi idéologiquement neutre, c'est simple, peu connoté, et tout le monde peut comprendre.

Je suis à titre perso tout à fait d'accord, et, lorsque que l'on a fait notre réunion annuelle il y a quelques mois, j'avais aussi utilisé cet exemple, en rajoutant que par exemple au code de la route on dit qu'on est un "usager de la route".
Du coup, pour moi, le mot "usager" c'était vraiment précisément pour décrire l'action que quelqu'un fait à un moment x, sans que pour autant cette action ne décrive entièrement la personne. Donc pareil, je saisissais pas trop pourquoi "usager" pouvait être mal connoté.

J'ai aussi été un peu partagé au début ; faut dire que de base, dès qu'on me parle d'écriture inclusive, à titre tout à fait personnel en tant qu'Agartha, j'ai vraiment du mal. Je déteste ça.

Spoiler

Maintenant, y'a aussi une autre notion dont j'avais pas vraiment conscience ; c'était le fait que le fait de mettre en avant un nouveau terme, aucunement tâché de préjugés (d'où l'important de venir avec un "nouveau" terme) et qui vient, justement, des personnes usagères de drogues!
C'est aussi un peu le moyen de s'approprier le concept quoi. C'est un peu le moyen, en changeant le lexique typique tout pourri et rincé de l'usager ("toxicomane", "drogué", "camé" etc...), de remettre les choses à leur place, de changer notre lexique pourri pour faire évoluer les mentalités.


De la même façon, qu'on me dise "t'es autiste" ou "tu es une personne atteinte d'autisme" "tu es sur le TSA", ben dans la deuxième & troisième façon qui sont censées êtres celles "polies" et "bienveillantes", j'ai juste l'impression qu'on marche sur des coquilles d'œufs et c'est encore + blessant et réducteur pour moi. (hors contexte pro)

Du coup, je saisis que dès que certains edgelords fans de Ben Shapiro voient les mots "non binaires", "écriture inclusive", ils viennent tout foutre dans le même panier. (pas à prendre au premier degrés évidemment:) )

Ca me troue le cul parce que j'arrive plus à le retrouver, mais j'avais vu les résultats d'une étude d'un MIT sur le "moral  compass".
Les gens avaient des dilemmes devant eux et choisir ce qui leur semble le + moral.
Trouvaille intéressante ; les gens préfèrent tuer un meurtier en fuite plutôt qu'un chien, si leur choix est donné.
Mais saviez-vous aussi que les gens préfèrent tuer un "drogué" (je crois simplement qu'on parlait de "drug addict" dans l'étude? Plus sûr) plutôt qu'un chien?

peu importe ce que vous ayez fait de votre vie, mais le simple fait de consommer de la drogue, fait de vous quelqu'un dont la vie ne vaut pas plus qu'un chien.
Voilà, je laisse songer là-dessus, et promis si je retrouve l'image je la balance ici direct. Je l'ai vue y'a pas si longtemps de ça en plus


Échec Scolaire a écrit

Il y a sûrement d'autres façons d'utiliser son énergie si l'on veut lutter contre la stigmatisation, à commencer par porter ses  convictions vers ceux qui stigmatisent et non le contraire.

pas sûr.
Aux vues des réactions sous ce fil, penses-tu que les convertis n'auraient pas besoin d'être prêchés? Je pense justement qu'il faut commencer par là!


 
#18 Posté par : AnonLect 15 mai 2022 à  19:02
Perso pareil j'ai du mal à voir l'utilité en soi mais pourquoi pas.

Je trouvais UD bien et suffisant, toxico, ou drogué par exemple, ça c'est reducteur et toujours péjoratif.

Mais UD ou PUD, c'est un peu kiff kiff pour moi, ça met l'accent sur l'utilisation de drogues sans classifier comme "drogué" ou "toxico" toute personne prenant de la drogue.

Puis "usager" ou "utilisateur" ça n'a rien de réducteur, ça veut juste dire "personne qui fait usage de, qui utilise le..." donc rajouter "personne" devant c'est un peu faire double emploi en soi, c'est déjà dans la définition.

Puis on parle bien d'usager des transports en commun, de la route, des équipements sportifs... fin de ce que vous voulez. Et ça les réduit pas pour autant à leur voiture, à leur train, ou à leur sport.

C'est pour ça que UD me semble tout à fait correct ; c'est au choix de chacun, sans à priori négatif, d'être usager ou non de drogue. Et cela ne renvoie pas la personne à une caractéristique propre et intrinsèque, immuable et définissant l'individu dans tous les aspects, contrairement à "drogué" ou "toxico".

En bref pour moi, UD ou PUD c'est du pareil au même, bien que PUD fasse un peu trop "nov'langue" à mon goût  wink.

drogue-peace

 
#19 Posté par : Morning Glory 15 mai 2022 à  22:08

Puis on parle bien d'usager des transports en commun, de la route, des équipements sportifs... fin de ce que vous voulez. Et ça les réduit pas pour autant à leur voiture, à leur train, ou à leur sport.

La grosse différence c'est que la vie de ces personnes n'est pas réduite à en dessous de celle d'un chien^^'


 
#20 Posté par : Cabaretvert 15 mai 2022 à  22:19

a écrit

les gens donnent leur avis sur ce débat et ça s'arrête là, d'accord ou pas d'accord.

Salut et tout à fait d'accord

a écrit

remettre les choses à leur place, de changer notre lexique pourri pour faire évoluer les mentalités.

a écrit

les convertis n'auraient pas besoin d'être prêchés? Je pense justement qu'il faut commencer par là!

Là ou ça me gêne et pour parler franchement je trouve que ce que tu dis, ca pourri vraiment l'ambiance dans notre pays.
Tes idées sont prechées au calme sans pression par un nouveau clergé au cheveux décoloré.
De une j'ai déjà du mal avec l'ordre donx quelqu'il soit j aurais toujours un peu de mepris mais la en plus ya vraiment rien de très profond ni de spirituel dans la vision du monde qui émerge en ce moment.

On peut argoter sur les détails mais moi je suis venu sur ce forum pour parler technique et me renseigner sur des choses qu'on n'apprend pas à l'école (genre rincer l'ammoniaque)

PS: Coucrack va bien, il voulait dire à l'autre tocard de CabaretVert que le pétrole c'est du jus de cailloux(k)
Bien à vous


 
#21 Posté par : Psilosophia 16 mai 2022 à  09:43
C'est pas non plus ma tasse de thé ces acronymes UD/PUD, mais bon certains ont l'air d'y tenir apparemment. Comme dit plus haut, ces idées sont prêchées, ce fond de pensée est rabâché jusqu'à la nausée (je nage en plein dedans dans mon taf ça doit être pour ça que ça devient ad nauseam pour ma part) et j'estime que j'ai encore le droit d'utiliser les termes que je veux pour m'exprimer, quel que soit le sujet. Moi j'aime les mots, et pas les acronymes version Éduc Nat', surtout lorsqu'il s'agit de policer le langage en mode nouveau puritanisme version 2022.

Donc non, moi je ne me sens pas PUD ou UD ou je sais pas quel sera le prochain vu qu'on trouvera forcément le moyen de considérer plus tard que finalement, PUD ça reste stigmatisant pour certaines personnes. Rappelons qu'il existent déjà des gens qui ne se sentent plus appartenir à la race humaine et qui se considèrent comme xénomorphes. Si le sujet vous intéresse, ARTE a fait un petit reportage sur cette mouvance.

Pour ma part je suis pas allé au bout, j'ai trouvé ça au début rigolo, puis ensuite extrêmement gênant.

Bonne journée !

 
#22 Posté par : Carambar 16 mai 2022 à  11:42

Psilosophia a écrit

C'est pas non plus ma tasse de thé ces acronymes UD/PUD, mais bon certains ont l'air d'y tenir apparemment. Comme dit plus haut, ces idées sont prêchées, ce fond de pensée est rabâché jusqu'à la nausée (je nage en plein dedans dans mon taf ça doit être pour ça que ça devient ad nauseam pour ma part) et j'estime que j'ai encore le droit d'utiliser les termes que je veux pour m'exprimer, quel que soit le sujet. Moi j'aime les mots, et pas les acronymes version Éduc Nat', surtout lorsqu'il s'agit de policer le langage en mode nouveau puritanisme version 2022.

Donc non, moi je ne me sens pas PUD ou UD ou je sais pas quel sera le prochain vu qu'on trouvera forcément le moyen de considérer plus tard que finalement, PUD ça reste stigmatisant pour certaines personnes. Rappelons qu'il existent déjà des gens qui ne se sentent plus appartenir à la race humaine et qui se considèrent comme xénomorphes. Si le sujet vous intéresse, ARTE a fait un petit reportage sur cette mouvance.

Pour ma part je suis pas allé au bout, j'ai trouvé ça au début rigolo, puis ensuite extrêmement gênant.

Bonne journée !

Bonjour Psilo, content de te revoir,

Ton post résume ce que je pense et je n'ai pas grand-chose à rajouter.

Comment la modération peut-elle s'étonner que nous n’adherions pas à 100% à leurs idéaux, alors que nous assistons plutôt à une dérive wokiste qui n’intéresse qu’une faible partie de la population, c'est pour moi mystère.

Selon moi, il y aurait plus à gagner pour tous si Psychoactif cessait de diviser pour se mettre à rassembler.
Peut-être cela nécessite-t-il trop de compromis pour l’admin, moi aussi j'ai du mal à comprendre.

Cela dit, la position est assumée, c'est clivant et ça le restera (même chose chez ASUD).

Alors oui, peut-être que dans l'activisme il vaut mieux pas être mou du genou, qu'il faut avoir des avis tranchés, ça je comprends. Peut-être aussi qu'il faut bien qu'il existe ce qu'on pourrait appeler des contre-pouvoirs, et que ces derniers ne s'embarassent pas de demies-mesures. OK pour ça.

Mais le résultat ici, pour moi, c'est une pensée obscurcie, dominée par l'idéologie et non le principe de réalité.

A force de vivre pour et par les drogues, de voir de la stigmatisation partout, de pratiquer du brigading sans même s'en apercevoir, d’induire de maniere larvée des idées politiques, de stigmatiser les personnes qui osent remettre
en question ”l'esprit” du site, de refuser d'entendre parler de prévention, Psychoactif finit par s’aliéner une partie des gens qui sont venus au départ pour le soutenir. C'est du moins le risque qu'il accepte de prendre, c'est du moins la conclusion à laquelle je suis arrivé.

Enfin, contrairement à une personne plus haut, je trouve qu'il existe dans le texte de Cependant un côté performatif sous-jacent, du moins c'est flou, et à la fin j'ai du mal à déterminer s'il y a un caractère d'obligation ou non car c'est très bien écrit. C'est pour ça que ça m'a fait flipper.

Ici c'est comme ça, moi aussi je pense que ça indispose beaucoup d'usagers, et je crois aussi que ça changera pas, il n'y pas d'illusions à se faire.

Bonne journée.


 
#23 Posté par : prescripteur 16 mai 2022 à  12:19

Enfin, contrairement à une personne plus haut, je trouve qu'il existe dans le texte de Cependant un côté performatif sous-jacent, du moins c'est flou, et à la fin j'ai du mal à déterminer s'il y a un caractère d'obligation ou non car c'est très bien écrit.

Bonjour, je reprend le texte de Cependant (une partie)

C'est pour cela que dans ce fanzine et autres documents que nous écrirons, nous avons adopté le terme Personne Utilisatrice de Drogues (PUD). Et Psychoactif appelle les professionnel.le.s du milieu de l'addicto, les scientifiques, et les pouvoirs publics à utiliser désormais cette nouvelle nomenclature.

Il est clair que nous ne mettons aucune obligation mais précisons que nous adoptons ce terme. Et nous militons pour que les "autorités" l'utilisent, pour les raisons évoquées, et au premier chef l'accent sur la personne plus que sur ses usages.
Nous ne mettons  aucun caractère d'obligation sur les forumers ou le grand public.
Et ceux qui veulent continuer à parler d'usagers pourront continuer à le faire. Même de toxicomanes si ce n'est pas pour insulter les autres forumers.

Au total, seul l'avenir dira si le terme PUD sera retenu ou pas. Peut être aura t il besoin d'évoluer avec la fragmentation du terme de "drogues" qui suivra, espérons le, la fragmentation du concept selon différents produits, avec les légalisations, les usages médicaux, les usages "grand public" (je parle d'un avenir proche à lointain. Pour les lecteurs de "Dune" est ce que les pilotes interstellaires qui utilisent "l'Epice" sont des drogués ?)  etc...
Mais une personne restera toujours une personne avec l'obligation de respect qui lui est dûe. C'est pourquoi le P est important.
Amicalement


 
#24 Posté par : Psilosophia 17 mai 2022 à  08:32

a écrit

A force de vivre pour et par les drogues, de voir de la stigmatisation partout, de pratiquer du brigading sans même s'en apercevoir, d’induire de maniere larvée des idées politiques, de stigmatiser les personnes qui osent remettre
en question ”l'esprit” du site, de refuser d'entendre parler de prévention, Psychoactif finit par s’aliéner une partie des gens qui sont venus au départ pour le soutenir. C'est du moins le risque qu'il accepte de prendre, c'est du moins la conclusion à laquelle je suis arrivé.

Salut Carambar ! Pareil, content de te croiser à nouveau ici, du moins virtuellement.

Ce passage que j'ai cité de ta réponse me semble extrêmement juste, du moins pour moi (et pour d'autres personnes qui utilisent la plateforme pour leur en avoir parlé de manière plus privée) et faisant preuve d'une certaine clarté d'analyse.

Je fais souvent le parallèle avec mon taf, je travaille dans une grosse asso à visée sociale (450 personnes au national) et qui s'étend maintenant lentement en Europe occidentale ; donc c'est pas la même salade que PA j'en conçois. Mais l'activisme qui caractérise son champ d'action met volontairement de côté certains sujets absolument centraux dans ce qu'elle vise à accomplir, tout cela pour se perdre dans des combats idéologiques purement symbolistes et hors des réalités du terrain.

Tu as utilisé le mot woke, qui pour certains est un mot valise, voire une forme d'anathème ; mais je te suis à 100 % sur ce choix sémantique. D'autant plus lorsque ces idées politiques induites de manières larvées sont directement importées des USA, qui connaissent des réalités socio-géographiques autrement plus différentes que dans notre pays.

Bonne journée à toi!


 
#25 Posté par : Cub3000 17 mai 2022 à  16:09
Mais alors du coup, les enfants de personnes usagères de drogues sont ils des filles et des fils de PUD ? rasta

 
#26 Posté par : Morning Glory 18 mai 2022 à  12:04
Ou PCD ("consommatrice"), si tu préfères lol, perso osef. En tout cas j'utiliserai le terme de "personne", jsuis hypée ^_^/

 
#27 Posté par : cependant 18 mai 2022 à  14:01
Salut à tous,

je suis un peu absente en ce moment à cause du taf dans les champs.
Bref, je voulais juste répondre sur certains points, même si ça a déjà été fait :

-- proposer un nouveau terme n'est pas une démarche injonctive !

Je n'ai jamais rêvé, en écrivant d'un jet ce texte suite à des discussions en interne, d'obliger qui que soit à parler d'une certaine façon.
Pour moi la fonction ultime du langage est la communication. C'est pour ça que même dans l'enseignement des langues je ne vois aucun intérêt à imposer des règles et rechercher la perfection syntactique à tout prix. Ce qui compte c'est de pouvoir dire ce qu'on souhaite, en arrivant à communiquer.
Selon le contexte l'utilisation d'un mot plutôt qu'un autre peut entraver la communication.
La langue évolue constamment, elle s'adapte et elle est porteuse de messages.
Réfléchir aux mots qu'on utilise est essentiel.

Personne ne rêverait aujourd'hui (fort heureusement) de parler des « nègres » par exemple, alors qu'à l'époque esclavagiste c'était le terme utilisé même par les antiracistes.
Aujourd'hui par contre, ça a été repris par les personnes concernées : « nigger » abonde dans pas mal de morceaux de rap americain. Un peu comme une certaine mouvance dans les mouvement LGBT n'hésite pas à se réapproprier des termes « pédé » ou « guines » (ou même « pute ») pour revendiquer ce qu'on est et retourner le stigmate.

Après personnellement je suis parfaitement d'accord qu'il ne faut pas tomber dans l'hypocrisie des bonnes intentions, où la fausse bienveillance fait police du langage !!!

Ce que je pense important ce n'est pas s’empêcher de dire un truc ou un autre...mais juste comprendre, réfléchir et être conscients des mots et des messages, selon le contexte.
C'est pour ça aussi que jamais je ne voudrais que sur le forum soit *imposé* d'utiliser PUD. J'ai déjà parlé de moi comme « tox », j'ai aucun problème avec ça comme je disais car je m'approprie du terme...

Par contre qu'une institution ou des pros utilisent des mots qui réfléchissent juste leurs pratiques stigmatisantes ça me pose problème. Mais, bien sur, ce n'est pas le problème de l'utilisation des termes : c'est le problème des pratiques et de l'idéologie qui en est la source !!
En fait, je ne suis pas pour juste changer la façon de parler. J'espère par contre fortement qu'en faisant réfléchir à ce que les mots renvoient, petit à petit il y a des modifications et on puisse avancer. C'est tout. Un pavé dans la marre...
Proposer aux institutions et aux « pros » de réfléchir à la question n'est pas du pur intellectualisme chiant, c'est une vraie démarche qui part du bas pour moi.

Pour répondre à

kaneda a écrit

c'est justement en parlant de « personne » qu'on ne reduit pas une personne à un seul comportement/pratique. Je suis bien d'accord, mais PUD par rapport à UD met justement l'accent sur le côté complexité de chaque individu...et je pense l'avoir exprimé dans le texte.
Quant aux accusation de wokisme, je me demande si les personnes en question sont déjà allées dans un CSAPA (ou plusieurs) et ont eu à faire avec des personnels soignants stigmatisants ?? Franchement ça m'est arrivé et j'aurais tellement aimé que les travailleurs aient réfléchi à tout ça en me considérant comme une personne !!

Je crois donc que ces réflexion ne sont pas abstraites, mais au contraire bien liées à une réalité de terrain ! Il y a pas mal de personnes dans l'équipe qui bossent en structure et tous nous sommes des personnes consommatrices.
Du coup accuser d'être dans une tout d’ivoire me fait bien rigoler, surtout par rapport à mon quotidien bien ancré dans le terrain (et la terre au passage).

Si vous pensez qu'on est juste des bobos parisiens qui aiment se défoncer la gueule, désolée, mais je crois que ça ne correspond pas du tout à la réalité.

Voilà, voilà, merde faut que je retourne au taf.

Reputation de ce commentaire
 
Entièrement d'accord (et pas par copinage, Echec Scolaire.) MG ~
 
j´approuve

 
#28 Posté par : Psilosophia 18 mai 2022 à  15:45

a écrit

Quant aux accusation de wokisme, je me demande si les personnes en question sont déjà allées dans un CSAPA (ou plusieurs) et ont eu à faire avec des personnels soignants stigmatisants ??

Oui tout à fait, cela m'est arrivé bien plus d'une fois et pas que dans les CSAPA. Après je pense pas qu'on a la même définition du stigmate. Je me suis jamais senti blessé (manquerait plus que ça) vu que j'ai tendance à capter assez rapidement les bas-du-front. Si j'ai affaire à une cruche vide en face de moi, au mieux j'en rigole et au pire je pisse dedans pour la remplir.

Certainement une question de sensibilité et d'échelle d'appréciation.

a écrit

proposer un nouveau terme n'est pas une démarche injonctive !

J'ai peut-être mal perçu le texte; si c'est le cas je suis apparemment pas le seul; mais je vois pas vraiment où est la proposition dans ce texte qui ressemble plus à un tract syndicaliste qu'à un texte à visée de réflexion sur la sémiologie.


 
#29 Posté par : Mister No 18 mai 2022 à  22:20

dans ce texte qui ressemble plus à un tract syndicaliste qu'à un texte à visée de réflexion sur la sémiologie.

Je trouve que le format convient tout à fait.
Un tract syndicaliste c'est avant tout un contre-pouvoir, et ces derniers temps, les contre-pouvoirs ne paraissent pas appuyés par Mac Qui Sait ou Black robe.
La réflexion sur la sémiologie, c'est un luxe que la nécessité de combat ne peut s'offrir.
C'est la guerre à la drogue et aux drogués depuis les années 70, place à l'action vis à vis des premiers responsables, les législateurs aux manettes qui se succèdent depuis.

Après, si besoin de réflexion comme tu sembles le vouloir, j'avoue que personne usager de drogue c'est à la fois le mieux que l'on puisse trouver et presque le pire en matière d'acronyme.

Je pense que la nécessité de combat politique pour normaliser la situation des PUD qui sont désignés comme des criminels doit nous unir.

Après on pourra palabrer.

Et pour ce faire, pour mener un combat qui porte, il faut s'affranchir de l'ANSM et de la HAS et tous les autres organismes corrompus, objets de manipulation de l'état puisque la question se pose quand à l'adhésion au message de ce blog, ai forum en général et par extension au combat de l'association.

État qui nous considère comme des criminels, donc même les meilleurs de chez Sintes sont hors jeux. Je sais qu'il y en a des bien partout, même à l'ANSM même si je n'ai aucun nom sous la main ou ils n'y sont plus.
Chez Sintes, j'ai des noms par contre de gens bien.

Usage, usager, des mots simples pour opposer frontalement crimes ou criminels.

Reputation de ce commentaire
 
drogadictos, unidos, jamas seremos vencidos! haha :) trolalol
 
Parfait
 
Oui

 
#30 Posté par : James Cole 18 mai 2022 à  23:32
Je suis le débat d'un œil depuis quelques jours certains ont la critique virulente
surpris
Et même si je trouve la discussion assez futile et que j comprends pas pourquoi se prendre la tête la dessus vraiment
J aimerais tout de même ajouter mon grain de sel ^^

Même si j adhère en quelque sorte aux raisonnements qui estiment peu utile de chercher à "lisser" de plus en plus le terme pour les usagers, j comprends pas pourquoi ils sont aussi vindicatifs..

Si a PA vous ressentez le besoin de trouver le terme le moins discriminant possible c est une quête louable, et il me viendrait pas à l esprit de vous critiquer dans votre démarche
-même si pour moi "Usager" était parfait à mon avis-  smile
Mais :
Quitte à chercher l acronyme le moins discriminant possible pourquoi garder le terme drogue ?
Pourquoi ne pas utiliser stupéfiants, produits ou substance psychotrope ou psychoactive ?

Drogue est un mot qui veut à la fois tout dire et rien dire et qui est clairement connoté non ?
Au final ça peut'tout aussi bien être un médicament, un produit psychoactif, un ccomportement.
Mais pour la majorité des gens "normaux" drogue à une connotation négative tout comme l'est le terme "drogué" 
Du coup pourquoi garder ce mot?

Take care !
James

 
#31 Posté par : Cabaretvert 19 mai 2022 à  00:19
Bonsoir à tous,

Je tiens à préciser que j'ai pas du tout senti d'injonction ou quoi que ce soit, on m'a demandé et j'ai donné mon ressenti sur la question.



a écrit

Réfléchir aux mots qu'on utilise est essentiel.

On doit savoir utiliser le vocabulaire et la grammaire de notre langue, on l'assimile en écoutant et lisant les autres. Cela ne doit pas nous faire impulser des changements brusques. C'est un domaine beaucoup trop délicat et les évolutions doivent être très progressives. Sinon il ya perte de sens, les mots se vident de leurs significations.


Cela ne remet pas en cause le constat que vous faites chez PA.

a écrit

Proposer aux institutions et aux « pros » de réfléchir à la question n'est pas du pur intellectualisme chiant, c'est une vraie démarche qui part du bas pour moi.

C'est vrai, on peut arracher certaines concessions aux décideurs, c'est une façon de progresser, mais je pense que la complexité administrative arrive bientôt à son paroxysme, l'inertie de notre société m'empêche de lutter pour ce genre de choses.
C'est très pessimiste bien sur comme avis. Je reste optimiste ailleurs et différemment smile



a écrit

Si vous pensez qu'on est juste des bobos parisiens qui aiment se défoncer la gueule,

Non et merci pour tout ce qu'apporte le forum PA !

EDIT : Je remarque que je parle mais j'avais pas vraiment potassé la ligne de l'asso PA, je cite Pierre :

"notre vision de la rdr qui est d’abord citoyenne avant d’être sanitaire : le plus gros risques pour les personnes utilisatrices de drogues, c’est celui de la stigmatisation par la société, l’entourage, le système de soin… et même lui même  (ça s’appelle la violence symbolique cf notre texte)".

C'est votre vision mais je pense que le site touche un public beaucoup plus large qui ne s'en soucie pas ou ne veut pas s'en soucier. Ce n'est pas un problème à mon avis.

Je cite à nouveau :
"Ici nous pensons que la honte et la culpabilité ne doivent pas accompagner les personnes utilisatrices de drogues.(PUD)"

La par contre j'ai découvert une autre facon de voir les choses par les discussions du forum (sur la culpabilité), bien que ça ne règle pas ma situation, c'est plutôt concret comme résultat et c'est le cas de beaucoup d'autres venant piocher des infos sur PA;


 
#32 Posté par : prescripteur 19 mai 2022 à  09:28
Bonjour, j'ai découvert que la Mildeca utilise le terme psychoactif pour designer des psychotropes, mais avec une différence subtile ce sont les substances qui apaisent la souffrance psychique mais ce n'est pas ce qui se retrouve dans la définition du wiktionnaire..

https://www.drogues.gouv.fr/comprendre/ … ychoactifs

https://fr.wiktionary.org/wiki/psychoactif

Mais cela concerne aussi bien les personnes en traitement, qui ne sont pas a priori la cible de PA. Alors PUD ou PUP ? A voir et à discuter (sereinement si possible)
Mais, avant, pourquoi ne pas faire la promotion du terme psychoactif, éventuellement en passant du sens "traitement de la souffrance psychique" à "effets subjectivement positifs" ? Ce qui atténuerait l'opposition entre usage thérapeutique et usage "recréatif". Pour info voila comment la Mildeca définit les drogues

https://www.drogues.gouv.fr/comprendre/ … une-drogue

L'usage courant du terme psychoactif (à la place de drogues et de psychotropes)  serait probablement un plus pour PA en le mettant au centre de la problématique.
Amicalement
Reputation de ce commentaire
 
J approuver clairement la promotion du terme psychoactif en place de drogue!

 
#33 Posté par : psychodi 19 mai 2022 à  10:44
« Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde ! » écrivait Camus ...

mais que ça a l'air bien difficile de nommer "les choses" dans le monde des produits qui font des effets sur le psychisme !!

Poser le sujet, le mettre en débat ... c'est ça la force de PA

je n'ai pas compris comme hégémonique le positionnement proposé ... je l'ai vu juste comme une suggestion un peu appuyée... en attendant la prochaine proposition d'appellation si besoin... et avec l'idée que ce n'est pas parce qu'on change la façon de nommer que les représentations psychiques vont suivre dans la foulée ... à moins d'être convaincu des effets du langage, dans une perspective pragmatique très actuelle : les mots auraient un effets directs ... et l'après-coup alors ? et les résonnances chez chacun ?

il y a aura toujours de la "stigmatisation", grande tarte à la crème actuelle qui souligne de mon point de vue à quoi point le narcissisme de l'homme moderne est vulnérable ...

"que le discours ne froisse aucun égo !" ... ça résonne un peu comme ça pour moi...et quel que soit le sujet, hein !
et sur PA, je trouve qu'on arrive quand même bien à échanger sur des sujets parfois épineux sans que ça parte trop en vrille ... ça en constitue la richesse...

@Cependant : bossant en addicto depuis longtemps, (en CSAPA et autres), j'ai aussi fait le constat d'un discours teinté de "stigmatisation" chez nombre de mes collègues...et de la difficulté à faire bouger les discours réducteurs (souvent très défensifs d'ailleurs) ! Cependant (haha), c'est possible de le faire, par petites touches subtiles lors des réunions, des supervisions ... en utilisant soi-même un discours alternatif qui peu à peu imprègne celui des autres ... comme une sensibilisation langagière nécessitant du temps pour s'inscrire...
mais bon, tout le monde sait plus ou moins sur le forum qu'il faut du temps pour changer, n'est-ce pas ?
Reputation de ce commentaire
 
Du vrai - Jeri

 
#34 Posté par : Morning Glory 19 mai 2022 à  19:49

Mister no a écrit

Après, si besoin de réflexion comme tu sembles le vouloir, j'avoue que personne usager de drogue c'est à la fois le mieux que l'on puisse trouver et presque le pire en matière d'acronyme.

prescripteur a écrit

Mais cela concerne aussi bien les personnes en traitement, qui ne sont pas a priori la cible de PA. Alors PUD ou PUP ? A voir et à discuter (sereinement si possible)

PCP! Personne consommatrice de psychotropes.
Rofl, trop dommage que ce soit déjà pris par police contre prohibition^^
Parce qu'en plus on aurait eu le même acronyme qu'une drogue, toussa :3

Non si le terme "pud" dérange parce qu'il pourrait être repris à notre encontre par des gamins parce qu'il se rapproche vaguement de "pute", je peux le comprendre. Ça se discute très bien je trouve.
Mais perso j'utiliserai le terme de "personne" maintenant en tout cas, on tombe d'accord là dessus.


 
#35 Posté par : Jérimadeth 22 mai 2022 à  01:40
J’approuve l’utilisation de l’acronyme PUD. Outre que ça renomme dans le bon sens les utilisateurs de drogue quelconque, ça permet de mettre à distance le discours médico-psychologique et d’introduire un terme qui puisse être repris par les deux « corps » : corps médical et corps des utilisateurs. Une bonne idée donc. Et c’est pas plus mal de faire du proselytisme en faveur de cet acronyme respectueux des usages.

Amicalement,
Jéri

 
#36 Posté par : Zénon 22 mai 2022 à  20:52
Suite et fin de la tautologie :

Par chez moi, les ramasseurs de merdes, on les dénomme des « techniciens de surface ».

 
#37 Posté par : Morning Glory 22 mai 2022 à  22:34

Zénon a écrit

Suite et fin de la tautologie :

Par chez moi, les ramasseurs de merdes, on les dénomme des « techniciens de surface ».

Ou comment enfoncer une population déjà stigmatisée pour légitimer le stigmat apposé à une autre.

Tu entends quoi par là ? Que nous desservons bel et bien la stigmatisation dont nous sommes victimes, que nous sommes bien des junkies, donc des déchets comme le prétend la société? Que nous n'avons pas droit au statut de personnes, tout comme les "ramasseurs de merde" apparemment dans ton discours, merci pour le respect dont tu fais preuve pour eux hein, desquels tu as un besoin vital au passage, pour ne pas vivre littéralement dans une ville-poubelle, avec des maladies semblables à la peste et autres... Ta gratitude envers eux m'émeut^^


 
#38 Posté par : Anonyme6525 22 mai 2022 à  22:51

Zénon a écrit

Suite et fin de la tautologie :

Par chez moi, les ramasseurs de merdes, on les dénomme des « techniciens de surface ».

Vu sur ce site (https://www.abbreviationfinder.org/fr/a … pud.html), j'ai trouvé ça cocasse.

/forum/uploads/images/1653/11.png


Merci pour la précision orthographique wink

MG je crois que tu prends plus au sérieux Xénon qu'il le mérite tout simplement haha.

 
#39 Posté par : Zénon 23 mai 2022 à  00:51
Attends, bouge pas, laisse-moi me rouler une clope et me resservir un raki...

Alors quoi ? Alors oui. Détends-toi, ma chère et tendre Morning Glory, aka Πρωϊνή Δόξα !

Tous les deux, je suis persuadé qu’on pourrait s’entendre, voire se marier. Si t’es libre, forcément, loin de moi l’intention de te brusquer. La Grèce, tu connais ?

Ensemble, on serait bien au soleil, loin de ce tintamarre. En plus, je suis plutôt beau-gosse et pas trop con. Sérieux.

Tu sais, j’étais plus passé sur ce forum depuis deux ans à cause d’un fou furieux de modérateur. Modérateur qui n’est plus ici, d’ailleurs ?

Mais j’ai reçu un message privé d’un pote à qui j’avais pas écrit depuis longtemps.

Résultat, j’ai vu de la lumière et je suis à nouveau entré.

Fut un temps, j’étais rarement d’accord avec tes commentaires, mais t’avais toujours le mot pour rire. Parfois, tu m’as même fait rigoler à haute voix, ce qui est assez rare pour le préciser.

Mais là, tu te prends trop au sérieux et viens de perdre ton talent. Tu viens de perdre le plus important : ton sens de l’humour.

En fait, oublie ma demande en mariage. Parce que bon, t’as tout compris à l’envers. Normal, t’es trop stressée. Ça se sent, t’es sur les nerfs.

Crois-moi, j’en ai ramassé des merdes des autres en tant que plongeur en restauration, durant des années, tu peux pas imaginer. En France et à l’étranger. Partout. Tout le temps. Bien plus que toi, je pense. Et ramasseur de merdes me convenait nickel comme dénomination, car c’est exactement ce que je faisais : je ramassais des merdes.

Par contre, dès qu’on a commencé à me traiter de « technicien de surface » ou de « kitchen porter » au lieu de « dishwasher », là, je l’ai eu mauvaise. La vague impression qu’on te prend pour un con.

Tu vois, ou quoi ?

Tu veux mon avis profond sur la question ? Le problème, c’est que je vais m’énerver et j’en ai pas trop envie.

Tant pis, le voici : 

Qu’y avait-il de mal avec ce bon vieux terme de « toxicomane » ?

Manie du toxique. Manie : du latin « mania » — folie.

Malgré maintes épreuves, dont certaines tragiques, je ne me suis jamais laissé stigmatiser. Me faire traiter de fou, je l’ai souvent pris pour un compliment.

Car apparemment, vu ta réaction, la folie me semble une réponse parfaitement raisonnable face au délire ambiant. 

Pourquoi réclamer la reconnaissance de la part d’une société que l’on considère comme gangrénée, demander à nos bourreaux la permission de consommer ?

Ici, on frôle le syndrome de Stockholm.

Non, je n’ai ni reconnaissance ni permission à recevoir de qui que ce soit. Qu’importe les conséquences, je prends mes responsabilités.

Par délit de bonne foi, tu vas démocratiser donc assassiner nos bien-aimés toxiques en les transformant en vulgaires produits de consommation, légaux et trouvables chez Leclerc, rayon fromage au lait pasteurisé, juste à côté du Caprice des Dieux.

Regarde, c’est déjà le cas de l’alcool et du tabac. Le tabac, plante d’Amérique latine, jadis inoffensive, utilisée à des fins chamaniques, devenues grossier fléau occidental, bien légal, bien létal. 

Et je me répète : pour détruire une idée, rien de tel que de la récupérer, de l’assimiler.

À ce rythme-là, ils vont bientôt nous inventer des traitements de substitution aux opiacés et le café décaféiné ! Sans déconner, tu verras ce que je te dis.

Merci, mais non merci, laissez mon pavot tranquille : il se trouve très bien là où il est, dans l’illégalité.

Avant de me traiter de génocidaire de séropositifs et de s’occuper de la place des stupéfiants dans notre société, changeons d’abord cette société. Sinon, comme d’habitude, on confond cause et conséquence.

Tendancieuses réflexions au relent anarchiste d’un adolescent attardé ? Probablement, mais réflexions mûrement réfléchies suite à 25 années d’héroïnomanie.

« Toxicomane » : le terme me convient tout à fait, il est même auréolé d’une certaine élégance aristocratique.

PUD, par contre, ça sonne vraiment plébéienne RATP.

Bien qu’elle soit parsemée d’embûches, grave éprouvante à la longue, voire mortelle, l’interlope marginalité induite par la toxicomanie en terre prohibitionniste m’a toujours convenu, ce fut même un de ses attraits premiers.   

Mais ça, c’était avant. Depuis, je ne touche plus à « la drogue » ni au Caprice des Dieux. Clean de chez clean, le mec... hormis une clope accompagnée d’un raki par-ci par-là...

Et tu sais quoi, je me suis rarement senti aussi bien dans ma vie.

Pour de vrai.

Te voici rassurée et ravie d’avoir mon avis sur la question.

Allez, une camomille et au lit ! 

ÉDIT : Vous venez de bannir Guy ?! Je le crois pas. Le mec était un puits de science. Toujours le commentaire instructif. Et à mourir de rire. Là, vous perdez un de vos membres les plus influents.

Les gars, avec vos préciosités aux relents idéologiques, vous êtes vraiment en train de vous tirer une balle dans le pied.

Non, oublie définitivement ma demande en mariage.
Reputation de ce commentaire
 
Gros soutien (pas pour TOUS les mots)/L'Apo

 
#40 Posté par : Morning Glory 23 mai 2022 à  02:28
Omg surpris Par où commencer?

Heureuse de t'avoir fait rire mais mise à part ma période sous sertraline il y 6 ans maintenant, je ne me suis jamais considérée être spécialement drôle en fait... Enfin, j'apprécie le compliment merci^^ Par contre l'humour que j'apprécie ne se porte pas sur des minorités opprimées tu as peut être dû t'en rendre compte.
(Ca me fait penser aux noirs qui font des blagues sur les blancs qui ont dégommé leurs civilisations, que l'on traite de "racistes inversés", ça oui ça me fait bien rire.)

Les mariages par contre et très honnêtement, j'ai toujours trouvé ça chiant à mourir, tue l'amour et hypocrite comme fonctionnement, simple avis très perso big_smile

Zénon a écrit

En plus, je suis plutôt beau-gosse et pas trop con. Sérieux.

x) ha mince alors je retire, je suis toute à toua ~

Crois-moi, j’en ai ramassé des merdes des autres en tant que plongeur en restauration, durant des années, tu peux pas imaginer. En France et à l’étranger. Partout. Tout le temps. Bien plus que toi, je pense. Et ramasseur de merdes me convenait nickel comme dénomination, car c’est exactement ce que je faisais : je ramassais des merdes.

Par contre, dès qu’on a commencé à me traiter de « technicien de surface » ou de « kitchen porter » au lieu de « dishwasher », là, je l’ai eu mauvaise. La vague impression qu’on te prend pour un con.

Beaucoup de mal à comprendre cette position mais si c'est la tienne, ma fois elle t'appartient... Je peux toujours retirer mon champi jaune si tu veux du coup.

Bien qu’elle soit parsemée d’embûches, grave éprouvante à la longue, voire mortelle, l’interlope marginalité induite par la toxicomanie en terre prohibitionniste m’a toujours convenu, ce fut même un de ses attraits premiers.

Why? (Reactance?^^ j'y reviens plus bas. Mais là tu ne cites que des inconvénients et horreurs que n'importe qui fuirait en toute autre circonstance qu'une bonne grosse réactance saupoudrée de violence symbolique en fait (oui je sais, certains de nos détracteurs kiffent pas trop quand on emploie ce terme^^'))

Qu’y avait-il de mal avec ce bon vieux terme de « toxicomane » ?

Manie du toxique. Manie : du latin « mania » — folie.

Ba parce que justement, nous ne nous considérons pas comme fous en fait... (Je parle pour l'équipe ici, pas tous les utilisateurs du forum). Je trouve ça triste que ton identité se soit construite autour de ces images dégradantes que nous inculquent notre société, et que tu aies tout intégré à ce point... Mais bon "on ne peut pas sauver tout le monde". Again, jolie violence symbolique quand même amha.

Et je me répète : pour détruire une idée, rien de tel que de la récupérer, de l’assimiler.

Ça ça se tient, c'est une autre approche. Mais je ne vois pas les professionnels, politiques et la populace générale comprendre cette appropriation. Parce que les moeurs concernant les termes dégradants nous désignant, ainsi que notre statut de malades et de criminels n'ont pas commencé à bouger et à être remis en question dans l'imaginaire collectif, contrairement à celles appliquées aux PDs et aux gouines par exemple.
Les deux approches ne sont pas incompatibles loin de là, je les trouve complémentaires. Cela dit, il me semble observer que l'appropriation des termes péjoratifs ne fonctionne surtout que lorsque les moeurs ont déjà un peu évolué et que la foule commence à y réfléchir. Ce qui n'est encore pas du tout le cas aujourd'hui pour les "drogués".

Pourquoi réclamer la reconnaissance de la part d’une société que l’on considère comme gangrénée, demander à nos bourreaux la permission de consommer ?

Pour la justice, pour obtenir une meilleure qualité vie et clamer la paix dans le monde? Utopie ou pas, j'aimerais m'en rapprocher. Comme lorsque Mandela a appelé à ne pas se venger de la ségrégation lorsque celle-ci a enfin pris fin. Ils ont "demandé" (ils se sont battus pour!) la permission de vivre sans être persécutés. A notre tour.

Par délit de bonne foi, tu vas démocratiser donc assassiner nos bien-aimés toxiques en les transformant en vulgaires produits de consommation, légaux et trouvables chez Leclerc, rayon fromage au lait pasteurisé, juste à côté du Caprice des Dieux.

Je n'ai pas compris ce passage (mais j'adore le caprice des dieux).

Regarde, c’est déjà le cas de l’alcool et du tabac. Le tabac, plante d’Amérique latine, jadis inoffensive, utilisée à des fins chamaniques, devenues grossier fléau occidental, bien légal, bien létal.

En fait ce raisonnement a déjà été démonté maintes fois car il ne prend pas en compte le phénomène de réactance. Interdire quelque chose augmente l'appétence pour cette chose. Quelle qu'elle soit. Interdire une drogue la rend plus "sexy", "mystérieuse" si tu préfères, pour faire simple. Et le nombre de consommations ne diminue pas, il augmente lol si ça c'est pas ironique... Regarde comment s'est passée la prohibition de l'alcool aux US du siècle dernier.
Lorsque le cannabis a été interdit en France, sa consommation était encore très marginale.



ÉDIT : Vous venez de bannir Guy ?! Je le crois pas. Le mec était un puits de science. Toujours le commentaire instructif. Et à mourir de rire. Là, vous perdez un de vos membres les plus influents.

Pas banni, fermé. A sa propre demande, et pour double compte interdit sur le forum. Comme tu peux le voir il n'y a pas écrit "banni" sur son compte...... Relax max. Il est toujours là GG.


 
#41 Posté par : Zénon 23 mai 2022 à  19:59
Alors, si Gégé est toujours vivant, on est bon.

Morning Glory, je t’aime !

Mais voilà :

Morning Glory a écrit

Je n’ai pas compris ce passage (mais j’adore le caprice des dieux)

Bien que nos divergences m’émoustillent, c’est exactement ce qui nous oppose : je déteste le Caprice des Dieux et toutes ces atrocités stérilisées au lait pasteurisé. Tout ça, c’est tout sauf du fromage, mais de la bière sans alcool et des clopes bio, de l’héroïne Monsanto vendue légalement dans ton bureau de tabac.

Des TSO, quoi.

En bannissant petit à petit le lait cru, on éradique la bactérie. Du poison sans poison. Mais tout est poison, la vie en premier. Et la bactérie, c’est la vie.

Autrement dit : Légalise et démocratise « la drogue », intègre-la bien dans cette société, ôte-lui sa toxicité ; bref, élimine son « âme » subversive, et tu peux être certaine que je n’y retoucherai plus jamais.

Quand tu votes lait pasteurisé, assimilation et compromis, je vote lait cru, sécession et bactérie.

Je te dis, je suis un adolescent attardé. Mais tu sais, faut un temps fou pour devenir jeune.

Et pour tous ceux qui désirent encore changer le monde et sauver l’humanité, petit rappel qui me semble judicieux pour remettre les choses à leur juste mesure afin d’éviter de se prendre trop au sérieux :

Dans l’Univers, il y aurait autant de galaxies que de grains de sable sur Terre.

Sur Terre, sept milliards de bipèdes, dont cinq milliards d’utilisateurs d’Internet.

Sur Internet, plus de deux milliards de sites, dont des centaines de milliers de forums en des douzaines de langues différentes.

Alors, ajouter une nouvelle consonne derrière une ancienne voyelle sur un forum ouzbek pour qualifier les chapardeurs de bouses de yack sans les offusquer, tu vois ce que je veux dire.

« Cinq cents milliards de petits martiens
Et moi, et moi, et moi
Comme un con de Parisien
J’attends mon chèque de fin de mois »

Je dis ça, je dis rien.

Mais j’avoue, ton utopisme est infectieux pour un joyeux nihiliste dans mon genre. 

Pardonne-moi, mais je m’arrête là pour ce débat, car je crois que je suis en train de tomber amoureux de toi.

Et question bactérie, l’amour, tu m’as compris.

ÉDIT : Je t’aime ! Allez, oublie ces débats stériles à la con, lâche la drogue et tes revendications pour me rejoindre en Grèce. Tu verras, c’est la saison des pastèques. 70 centimes le kilo. À ne plus savoir qu’en faire de ces putains de pastèques.


 
#42 Posté par : Mister No 23 mai 2022 à  21:34

Omg  Par où commencer?

Puisque tu demande.
Bin déjà commencer par dire que nous sommes en couple et que c'est inconvenant dans ces conditions de lire ses émois sans jamais avoir lu que tu ne t'opposes a ses assauts répétés. boulet

Alors, ajouter une nouvelle consonne derrière une ancienne voyelle sur un forum ouzbek pour qualifier les chapardeurs de bouses de yack sans les offusquer, tu vois ce que je veux dire.

Je choisis cet exemple car il m'arrange. fume_une_joint

Nous ne sommes pas des voleurs de bouses de yack ou de tout autre chose.
Le voleur menace la communauté, la bouse de yack, c'est le chauffage et dans les contrées yackiennes, c'est la vie tout simplement qu'il menace.
Nous ne sommes pas des voleurs, nous ne menaçons pas la société, c'est l'inverse.

Si le voleur de bouses de yack subit des reproches morales, c'est justifié, je ne vois pas pourquoi on s'escrimerait à tenter de changer son statut.
Il n'a qu'à faire comme tout le monde et les ramasser au fur et à mesure, pas se servir la nuit dans le stock des autres, qualifiant son vol.

On ne plaisante pas avec le vol de bouses de yacks. ( je kiffe l'essence de la loi salique concernant le vol de miel, je pourrais faire un parallèle, mais je vais perdre tout le monde de sauf toi fume_une_joint )

Toxicomane est détestable, c'est comme débile ; au sens premier, ce mot n'a rien de péjoratif.
Mais entre la pureté de l'éthymologie et la distorsion sémiologique ou sémantique, toxicomane est à bannir.

Il y a encore relativement peu, l'éducation nationale parlait de débiles... débile mental, cela n'avait rien de péjoratif, pourtant je peux t'assurer que ce n'est plus utilisé et que plus aucun pro n'utilise débile mental, ni aucun particulier, sauf si pour éventuellement  nuire à la personne désignée par de la violence verbale.

Pourtant débile mental au sens premier, c'est ou c'était comme toxicomane, rien de péjoratif.

Heureusement qu'une langue évolue, car une langue qui n'évolue plus est une langue morte, avec tous ceux qui l'utilisaient.

Être atteint de débilité signifiait juste être atteint d'une forme de faiblesse.

On ne l'utilise plus et c'est mieux, tu en conviendras.

Il n'est pas simplement question de valoriser la tâche du balayeur en le qualifiant de technicien de surface à travers ces exemples.
Oui à la valorisation du technicien de surface, oui à la valorisation de la personne qui consomme des drogues, non à la valorisation  du voleur de bouses de Yack.

Certains mots ne sont pas ou plus adaptés. C'est .plutôt une bonne chose. La langue évolue, les mentalités aussi.

PUD me va très bien même si on passe pas loin des quolibets fume_une_joint


 
#43 Posté par : Zénon 23 mai 2022 à  22:11

Mister No a écrit

Si le voleur de bouses de yack subit des reproches morales, c’est justifié, je ne vois pas pourquoi on s’escrimerait à tenter de changer son statut.
Il n’a qu’à faire comme tout le monde et les ramasser au fur et à mesure, pas se servir la nuit dans le stock des autres, qualifiant son vol.

On ne plaisante pas avec le vol de bouses de yacks.

« Quand j’croise un voleur malchanceux
Poursuivi par un cul-terreux
J’lance la patte et, pourquoi le taire ?
Le cul-terreux se retrouve par terre
Je ne fais pourtant de tort à personne
En laissant courir les voleurs de bouses de yack »

Espèce de sycophante !


 
#44 Posté par : Mister No 23 mai 2022 à  22:14
lol

Bien entendu, ton voleur de bouses de yack ne menace pas la société, c'est un héros, le héros d'un roman picaresque.
Tu triches. drogue-peace

 
#45 Posté par : Morning Glory 23 mai 2022 à  22:15

Zénon a écrit

Bien que nos divergences m’émoustillent, c’est exactement ce qui nous oppose : je déteste le Caprice des Dieux et toutes ces atrocités stérilisées au lait pasteurisé.

Hahaha c'était une pique, le mont d'or est le meilleur fromage du monde ~

Voyager me plairait beaucoup grave de ouf, mais j'ai peu de vacances et atterrir comme ça chez quelqu'un que je ne connais pas, huuum trop froussarde pour ça sorry^^


Autrement dit : Légalise et démocratise « la drogue », intègre-la bien dans cette société, ôte-lui sa toxicité ; bref, élimine son « âme » subversive, et tu peux être certaine que je n’y retoucherai plus jamais.

Ba voilà, réactance fume_une_joint


++


Edit:

Mister No a écrit

Omg  Par où commencer?

Puisque tu demande.
Bin déjà commencer par dire que nous sommes en couple et que c'est inconvenant dans ces conditions de lire ses émois sans jamais avoir lu que tu ne t'opposes a ses assauts répétés. boulet

Hahahahaha j'avais pas fait gaffe. Les lecteurices vont finir par me croire en couple avec tout le forum CALMEZ VOUS lol <3


 
#46 Posté par : Mychkine 24 mai 2022 à  14:38
J'poste pas souvent mais j'ai envie d'apporter mon grain de sable. Ce qui ma frappé c'est que le débat porte plus sur la validité du combat que celle du terme utilisé en ce sens : plutôt rare dans un milieu militant. J'espère juste que je taperai pas trop à côté, mais c'est ma spécialité, d'ailleurs je suis nul au cricket (je fais exprès car c'est un sport d'aristo).


Ce que je vois, c'est un ex-toxicomane qui s'enorgueillit de sa marginalité rudement acquise, qui aime à faire valoir les nombreuses barricades morales érigées entre lui-même et gens de bien comme autant de reconnaissances de sa singularité, qu'il porte très heureuse. Je ne trouve pas tellement de traces de réactance, ou alors sous une forme dérivée (car consciente), dans ce discours.

Zénon, t'es juste en train de défendre ta culture underground, punk, dark ou anarchiste, en tentant d'y entrelacer la conso de drogues comme un sigmate historique propre à révolter en choeur ménagère, flicaille et start-uper. J'ai rien contre en soi, mais là les modes, publics, habitudes et circonstances de consommation sont en train de changer, ou peut-être pas, peut-être que certaines minorités se font juste plus audacieuses et expressives, j'en sais rien, je suis dans le milieu psychonyme nouveau, retardataire, néophyte, ou même arriviste, voire naïf, comme tu voudras.

Et donc, les images et représentations bougent, que tu le veuilles ou pas, en partie grâce au taf des gens de Psychoactif et de ceux qui comme eux veulent que les UD n'aient plus à avoir honte d'eux-mêmes, qu'on puisse à la fois appartenir à n'importe quelle entité au sein du grouillement humain et assumer son traitement à la métha ou sa conso d'héro

Zénon a écrit

Par contre, dès qu’on a commencé à me traiter de « technicien de surface » ou de « kitchen porter » au lieu de « dishwasher », là, je l’ai eu mauvaise. La vague impression qu’on te prend pour un con.

Mais y'a une différence de taille entre l'euphémisme dilatoire et le néologisme à visée militante...

Dans le premier cas la dénomination a pour fonction de masquer la domination sociale exercée par quelques-uns sur d'autres, en atténuant la connotation humiliante d'un terme, donc de nier la réalité pour ne pas avoir à s'y confronter, et encore moins la changer.

En l'occurrence et tu l'as compris personne ne cherche à se soumettre, à s'effacer ou à nier son identité, mais bien à détruire les opinions infondées que beaucoup entretiennent quant à la psychoactivité. Même si tu - en connaissance de cause -  et le reste de la population - par ignorance - pense qu'elles doivent coller à la peau.

Tout le monde n'a pas le cuir aussi dur que toi pour porter le mépris des autres en cocarde. Tant mieux si tu tiens à tes victoires mais n'en veux pas aux autres d'utiliser les armes dont ils disposent.

Si c'était si facile, pourquoi ne pas t'être approprié aussi sec ces expressions qui te hérissent ?

Admets donc que les objets de la fierté, qui se niche parfois dans des lieux inattendus, sont
loin d'être homogènes d'un individu à l'autre.

Pourquoi réclamer la reconnaissance de la part d’une société que l’on considère comme gangrénée, demander à nos bourreaux la permission de consommer ? 

Parce que nos bourreaux sont aussi nos parents et nos frères, nos proches, conjoints ou amoureux ?

Parce qu'on se fout de la permission, mais pas de la légitimité (au sens social, pas transcendant) ?

Parce que encore une fois la plupart d'entre nous appartenons (au moins en (bonne) partie) à la société et ne sommes pas prêts à abandonner tout ce qu'elle implique. En termes de culture, droits, espace, relations humaines, commodités, coopération...Y'a de bonnes choses à prendre, non ?

J'arrive après la bagarre, j'enfonce des portes ouvertes, bon... Au moins j'aurai écrit un peu, vaguement dérouillé ma syntaxe, repris un bain de foule. Et puis au fond, je pense que tu connais ce que je veux dire plus précisément que je ne l'ai exprimé ici, donc je vais pas tout repeindre, t'auras qu'à remplir les blancs.

Par délit de bonne foi, tu vas démocratiser donc assassiner nos bien-aimés toxiques en les transformant en vulgaires produits de consommation, légaux et trouvables chez Leclerc, rayon fromage au lait pasteurisé, juste à côté du Caprice des Dieux.

Merci de m'avoir fait sourire par ton message. Comme je suis en dépression, y'a plus de petites joies (ou plutôt c'est les grandes qui deviennent petites). 

Ah que l'air est pur sur les marches du 3e degré... fume_une_joint

Mais t'inquiète Diogène, on n'y sera pas avant longtemps, et d'ici là si ça arrive la société aura tellement changé que tu ne la reconnaîtrais pas si tu la voyais. Peut-être même qu'elle te ressemblerait et que tu en aurais honte, qui sait ? Et puis tu t'en fous, tu serais mort. Moi aussi.
Regarde ça nous fait déjà un point commun.

En plus j'adore les pastèques, alors, tu vois.

Reputation de ce commentaire
 
Excellent. Merci. Pierre
 
Je t'invite à lire mon post qui nuance le tiens mais je suis sûr qu'un Mychkine

 
#47 Posté par : Zénon 24 mai 2022 à  18:53
Du vrai dans ce que tu dis.

Surtout que, crois-moi, ma position sur bien des sujets m’isole drôlement. Après tout, j’ai choisi de vivre sur une île grecque, loin de notre civilisation. Et parfois, la solitude est effroyable.

De temps en temps, je l’avoue, il m’arrive de souffrir d’un certain déficit calorifique, ce manque de chaleur humaine nécessitant un petit retour parmi les vivants, d’où cet échange temporaire sur ce forum, que je critique énormément, car je l’aime tout autant.

Après, beaucoup de faux aussi dans ton commentaire. Je pourrais développer, mais ce soir, j’ai pas le temps.

N’oublie pas, cela reste pour moi un divertissement, un délassement entre deux ouvrages avant le prochain exil volontaire, le temps d’un passage en ville où j’ai retrouvé une connexion Internet.

(Ouais, je m’obstine à refuser le smartphone, dénuement que je conseille vivement au monde entier.)

Bref, une tranche de rigolade, juste une blague. Des enfantillages, quoi. Mon sérieux, je me le garde pour d’autres lieux. 

Mais oui, je souffre d’une méfiance chronique qui frise l’obsession envers tout ce qui vient de notre « société », et d’un certain dégoût de l’humanité que je vois chaque jour courir un peu plus à sa perte, dégoût qui par moment se transforme en ce bon vieux poison de ressentiment.

Je me soigne, mais plus avec « la drogue » ni les médicaments homologués par notre médecine, médecine qui m’a rendu malade en voulant me guérir de ma propre mortalité.

Car oui, tout est là : la peur de la mort. Le reste... quel reste ?!

Bref, c’est ma position et j’essaie de la tenir. Bien que raréfié, l’air me semble bien plus frais et vivifiant sur les cimes. Ça fait circuler le sang et protège contre la dépression, qui s’avère extrêmement contagieuse quand tu vis parmi nos semblables, mélancolie que je me refuse désormais de soigner avec la pharmacopée de ceux qui m’ont infecté.

Fuir ce monde de fou sous peine de rester malade à vie, faire sécession pour se reconstruire ailleurs, au soleil, proche de la mer et en minuscule comité, voilà pour moi l’unique solution.

Solitude VS dépression, j’ai fait mon choix. Et depuis peu, je vais beaucoup mieux : j’ai enfin retrouvé mon sens de l’humour que j’avais perdu durant des années.

Mais pardon, je suis hors sujet complet et ne parle que de moi. Aussi, c’est ta faute.

En tout cas, t’écris bien, j’aime ton style.

Et si tu souffres réellement de dépression, affection qui m’a longtemps accompagnée, je te souhaite de trouver ton propre remède pour en sortir un jour.

Sincèrement.

 
#48 Posté par : Mychkine 24 mai 2022 à  19:34

Zénon a écrit

Après, beaucoup de faux aussi dans ton commentaire. Je pourrais développer, mais ce soir, j’ai pas le temps.

J'aime qu'on me mette le nez dans mes erreurs. À la longue l'autodidactisme, en plus d'être un brin incomplet, rend, à force d'intraitabilité envers soi-même, insensible à sa propre critique.

N’oublie pas, cela reste pour moi un divertissement, un délassement entre deux ouvrages avant le prochain exil volontaire

J'avais compris, ne me prends pas trop au sérieux non plus, je doute beaucoup en général de mes paroles, et j'ai trop de faiblesses pour ne pas souffrir - en plus - de lâcheté dialectique.

Et si tu souffres réellement de dépression, affection qui m’a longtemps accompagnée, je te souhaite de trouver ton propre remède pour en sortir un jour.

Je te remercie. Un des avantages, cependant, apportés par cette maladie, est que la peur de la mort m'a en grande partie quitté. Je ne suis par prêt à dire adieu, toutefois, aux remèdes que peut m'apporter cette société et ce monde. Paradoxes...


 
#49 Posté par : Zénon 30 mai 2022 à  22:51
Mychkine, joli pseudo ! Pourvu qu’on ne finisse pas comme l’autre atrabilaire des « Carnets du sous-sol », risque qui me guette constamment. 

Mychkine a écrit

J’avais compris, ne me prends pas trop au sérieux non plus, je doute beaucoup en général de mes paroles, et j’ai trop de faiblesses pour ne pas souffrir - en plus - de lâcheté dialectique

Avant d’être coupable de lâcheté dialectique, petite réponse expéditive et peu réfléchie. Car justement, la dialectique me semble une forme de lâcheté, elle manque cruellement de corps et rechigne à l’action. Et l’action reste le régime le plus efficace contre la mélancolie.

À force de chercher le pourquoi, on finit par oublier le comment.

Bref, faut mettre le cerveau sur pause, poncer des chaises, trancher des pastèques, randonner avec les Belges, prendre l’air, le soleil et des décisions. 

Je sais pas pour toi, mais pour moi, la dépression fut toujours synonyme d’incapacité à prendre une décision. Depuis, je réfléchis moins, j’agis.

« J’y pense et puis j’oublie. »

Mais bon, tu l’auras voulu. Alors, voici :

Mychkine a écrit

Ce qui m’a frappé c’est que le débat porte plus sur la validité du combat que celle du terme utilisé en ce sens : plutôt rare dans un milieu militant.

Bien sûr, je rigole de la terminologie, donc du combat qui se cache derrière, l’une dérive de l’autre. « Militant », le terme me file des boutons. 

D‘ailleurs, Cynisme à la Diogène et anarchisme, je réfute violemment : réactions en fonction d’un ordre établi. Comme disait l’autre con : on ne se construit pas en fonction d’autrui ni de valeurs établies. Non, faut créer ailleurs de nouvelles valeurs. La réaction, c’est l’opposé de l’action.

Mychkine a écrit

Si c’était si facile, pourquoi ne pas t’être approprié aussi sec ces expressions qui te hérissent ?

Touché ! Tu vois, je n’ai pas le cuir aussi dur que tu le penses. Et bien que j’ai remporté quelques victoires récemment, je patauge encore dans la réaction et la défaite (financière, affective et littéraire).

En même temps, tracasse, rien de rédhibitoire. En plus de t’éloigner un peu de la peur de la mort (qui ne nous quitte jamais vraiment, petits êtres alphabétisés et formatés que nous sommes), je trouve aussi que la dépression, à condition d’en sortir, reste un signe de vitalité : l’organisme se défend contre une agression.

Leur injonction au bonheur, c’est du sparadrap sur une double fracture tibia-péroné. Être heureux aujourd’hui serait inquiétant. 

Pour le reste, il me semble t’avoir inconsciemment répondu dans mon dernier commentaire.

Et t’inquiète, moi aussi, je doute en permanence des conneries que j’affirme. Je fais que ça, douter. Surtout le lundi soir, après deux jours de trekking pour baliser de nouveaux sentiers, par 36 degrés à l’ombre, avec pour seule compagnie : Alice. Alice, une Belge guide de randonnée psychorigide. Dans cet ordre-là.

Rien, je sais rien de rien ; et même ça, j’en suis pas certain.

Mais là, je me défends et c’est guère intéressant.

Prends soin de toi, j’espère sincèrement que tu trouveras une porte de sortie. Dis-toi que c’est possible, tout est possible. La vie est trop longue pour souffrir ainsi. Oui, le souci de la vie, c’est qu’elle est trop longue.

Mais quand on veut, on peut. (Attention ! commentaire à caractère iconoclaste.)

Morning Glory a écrit

Edit :

Mister No a écrit

Puisque tu demande.
Bin déjà commencer par dire que nous sommes en couple et que c’est inconvenant dans ces conditions de lire ses émois sans jamais avoir lu que tu ne t’opposes a ses assauts répétés. boulet

Hahahahaha j’avais pas fait gaffe. Les lecteurices vont finir par me croire en couple avec tout le forum CALMEZ VOUS :lol : <3

Moi non plus, j’avais pas fait gaffe.

Mister No, oublie ! C’est fini, la Morning, elle est à moi. T’as pas vu, elle le révèle plus haut : « je suis toute à toua. »

Eh ouais, mon gars. En même temps, tu peux t’en prendre qu’à toi. Avant-hier soir, elle me racontait des histoires pas claires à ton sujet, elle disait :

« Le Mister No, il en foutait pas une à la maison. Jamais la cuisine, jamais la vaisselle. Que dalle, c’est moi qui me tapais tout : le ménage, donner à bouffer aux chihuahuas, la lessive de ses slips sales... Ses slips, putain, t’aurais vu ses slips ! Ah, par contre, pour fumer des pétards, affalé sur le canapé devant La Ligue des Champions, là, il était fort. »

T’es pas au courant ? Elles sont féministes maintenant ! Faut plus chipoter.

Depuis, je mate le foot en cachette et c’est moi qui fais la cuisine à la maison : c’est pastèque matin, midi et soir.

Tu la verrais, elle est radieuse.

(Alors, Mister No, entre nous, dis-moi : content pour le Réal ou pas ?)

Reputation de ce commentaire
 
un peu cuistre et confusion réaction/contre réaction (de Maistre je suppose) - J

 
#50 Posté par : Mister No 01 juin 2022 à  22:53
Bah moi, c'est essentiellement Barcelone, mais tout le reste est vrai et pour les slips, c'est tout simplement le cachet du caïd.
Le féminisme est donc légitime.
Mais il va falloir encore quelqu'un pour nettoyer nos traces de script.
On s'éloigne de l'élan initial qui tient la route, nous autres les PUD.
Nous sommes des personnes et pas des criminels.
Prescripteur suggère PUP, je n'ai rien contre.
PUP et PUD peuvent cohabiter à mon avis.

Bon maintenant que c'est réglé fume_une_joint comment on nique le législateur ?

Remonter

Pied de page des forums