Edito du Guardian sur les legal highs : le sommeil de la raison / Les Blogs de PsychoACTIF

Edito du Guardian sur les legal highs : le sommeil de la raison 



/forum/uploads/images/1435/1435507819.jpg



Apparemment, le petit-déjeuner de choix dans les festivals cet été est le champagne et le gaz hilarant. Cette une bêtise assez inoffensive, et  la même chose peut être dit du projet de loi du gouvernement sur les substances psychoactive, qui interdira le gaz hilarant - parmi tous les autres produits chimiques psychotropes pas spécifiquement autorisé - et a le soutien de tous les partis. Les legal high  présentent un problème unique et frustrant pour les prohibitionnistes: certains d'entre eux sont véritablement dangereux et certaines drogues  désormais clairement illégales, comme la méphédrone, étaient autrefois légales.

Le processus d'interdiction est lent et lourd et aussitôt qu'un composé spécifique est  interdit il  est réinventé avec une légère torsion de l'un de ses composants moléculaires pour produire quelque chose avec des effets très similaires qui n'est pas cependant illégale. Ce jeu d'interdiction d'une molécule a été évidemment impossible à  gagner pendant des années. Le gouvernement a interdit ou contrôlé  plus de 500 nouvelles drogues depuis 2010, mais il n'y a aucun signe que le taux d'invention de nouvelles molécules soit en diminution.

Il est donc facile de comprendre la tentation d'interdire toutes les substances psychoactives et de spécifier les exceptions permises.. Voilà  ce qu'est ce projet de loi. Toute drogue qui a un effet notable sur le système nerveux central est à  proscrire, sauf si elle est expressément exemptés. Cela conduit à  des absurdités évidentes. C'est également troublant philosophiquement. Normalement, pour le droit anglais,  tout ce qui n'est pas expressément interdit est légal, et le nouveau projet de loi renverse cela  pour très peu de gain.

Le problème est international: les gens cherchent partout à  être high. D'autres pays ont tenté des solutions différentes: les USA ont interdit les substances qui imitent les effets biochimiques des drogues déjà  illégales (dites loi analogique); La Nouvelle-Zélande a tenté une approche fondée sur des preuves mais c'est devenu une impasse lorsque les infrastructures de tests ont été submergés et maintenant en  pratique il y a  une interdiction générale. Seule la Pologne, l'Irlande et la Roumanie ont adopté la solution du gouvernement britannique.

L'effet dans ces pays a été minime. En Irlande, il y a eu une poursuite par  an au cours des cinq dernières années. Les magasins physiques qui vendent ces substances vont fermer. Rien de plus sera accompli. Le marché des drogues récréatives se déplace de plus en plus en ligne avec un accès de plus en plus difficile pour la police. Ce que l'on peut dire en faveur de cette loi est que cela va  peu changer les choses. Cela ne va pas coûter beaucoup d'argent, ou beaucoup de temps à  la police, mais ce ne fera  rien de bon non plus.

Traduction de Psychoactif : http://www.theguardian.com/commentisfre … -of-reason

Catégorie : Research Chemicals - 28 juin 2015 à  18:07



Remonter

Pied de page des forums