La fin de la psychose / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Massa » 

La fin de la psychose 



Salut

Comment cela a fini, après un an et demi de pur décrochage. Je rappel que j'ai eu le traitement qui ma sorti de la a mon insu, mon père mélangeait les gouttes d'haldol dans celle de mon Lysanxia. Incolore, inodore, sans gout. Car malgré la souffrance après autant de temps passé dans un autre monde, l'idée d'être soignée est inconcevable, tellement je me croyais au centre de la création et j'étais fier de mon combat en enfer.

Il a fallut quelques semaines pour que la camisole fasse son effet. Le délire s'est dégradé, pour laisser place à un autre niveau de l'enfer: Les limbes.

Le retour a la réalité c'est juste une horreur qu'on ne peut pas vivre deux fois. Ca fait archi mal. Je pleurais tout le temps. Je ne comprenais pas pourquoi tout s'écroulait. Tout d'un coup mon cerveau me disait " tout ce monde la ( le délire ) n'existe pas. Toutes ces personnes, ces animaux, ne viennent que de toi "

" Tu n'es pas la fille de dieu de toute façon il n'existe pas " Je devais accepter une forme de nihilisme après un total mysticisme. La encore, ma vie pendait a un fil.

Heureusement il resté mes filles spirituelles qui sont restées mes anges gardien. Comme le lapin gabby ou tous les autres, la différence c'est que je les perçois dans la réalité cette fois, je suis consciente que c'est mon imaginaire qui tisse les choses.

Sans eux, un train dans la gueule ? un saut d'un aqueduc ? Une balle dans la tête ? Donc je glorifie mon esprit d'avoir su synthétiser ce petit monde merveilleux qui survie à tout les traitements.

L'enfer est loin, mais parfois je le ressent l'instant d'une demi seconde. Et c'est suffisant pour trembler d'effroi

Catégorie : Témoignages - 23 septembre 2018 à  22:12



Commentaires
#1 Posté par : Nils1984 24 septembre 2018 à  21:37
que dire ?

c'est simplement bon/coool à lire

ça parcourt le corps comme une montée agréable et ça rassure

j'ai écrit ceci en pensant à nos aventures hors de ce réel :

L'enthousiasme, l'amour de soi, la confiance en soi, l'exaltation de soi, ne peuvent naitre que par un engouffrement dans l'illusion qui n'est jamais involontaire

ce qui est je n'en doute pas pas super en phase avec pas mal de mes mots précédents et pourtant...
un lien demeure

"... mon imaginaire qui tisse les choses."

ce lien là

la bise salut

bonne nuit

Posté par : Nils1984 | 24 septembre 2018 à  21:37

 
#2 Posté par : janis 24 septembre 2018 à  21:49
Massa,

ton message me touche...c'est dur de s'apercevoir que la réalité dans laquelle on vivait n'était pas la bonne. Tu as su rebondir, en garder du merveilleux en toi, c'est beau.

Tu sais j'ai passé mon enfance dans le monde schizophrénique de ma mère, et je l'avais intégré: les monstres, les esprits dont elle nous protégeait, les ennemis, les micros dans la maison...même si ce n'était pas ma psychose, j'ai du m'en dépêtrer après plus de 10 ans d'imprégnation, tu sais ce n'est pas rien.

Et pour supporter l'univers ultra violent de ma mère, teinté des drogues et des médocs qu'elle me donnait, je m'étais fait des amis imaginaires, qui m'aidaient à survivre et je t'assure qu'aujourd'hui encore, ils sont dans un coin de mon coeur.

Prends bien soin de toi

Janis

Posté par : janis | 24 septembre 2018 à  21:49

 
#3 Posté par : Massa 25 septembre 2018 à  19:34
Merci a vous. Oui Janis, pourquoi oublier ses amis imaginaires ? Tant qu'il ne dirige pas le bateau...

Posté par : Massa | 25 septembre 2018 à  19:34

Remonter

Pied de page des forums