La metha et moi / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Viaflie » 
 

La metha et moi 



La metha est supposée être un TSO mais depuis que je l'ai débuté, j'ai rapidement accroché à son effet (très) apaisant.
Auparavant au subutex, j'avais oublié la défonce mais à présent j'augmente les dosages sans cesse pour planer légèrement, profiter de la subtile euphorie qu'elle procure. Et le lendemain je dois augmenter encore sans quoi je ne ressens plus rien (mon manque est cela dit bien comblé).
Je suis embêtée par cette situation. En pleine "montée", je m'esbaudis de ce plaisir gratuit, sans efforts, mais lorsqu'il se calme, embêtée, frustrée, je le cherche à nouveau. Ce n'est pas pour ça qu'on prends de tso (me dit mon infirmier) mais comment faire preuve d'autodiscipline lorsqu'il suffit d'augmenter légèrement le dosage de la veille pour jouir de nouveau ? Est ce que cette recherche de plaisir aura une fin, sera comblée à un dosage ? Qu'est ce que je risque dans cette augmentation continue ?
Et j'ai la nostalgie de quand avec le subutex, ma joie naturelle me suffisait.
Là, le soir, je suis tentée d'en reprendre (ce que je fais lorsque je le peux) mais j'ai cette sensation de jamais assez, qui me donne envie de plaisir artificiel au lieu de m'en éloigner. il me faudrait de la métha matin et soir et chaque jour un peu plus. Est ce que ça va continuer ou est ce que je suis "sous-dosée ?"
Le reste de la journée je suis ennuyée de ne plus la sentir, au lieu d'avoir mes joies habituelles. Frustrée même.
Je préfère le subutex en ce qu'il apaisait mon manque sans que je ne le sente un seul instant'. Est-ce qu'un jour ce sera pareil avec la metha ?
A part ça "elle" semble avoir temporairement guéri mes incompréhensions en couple. Il me semble être amoureuse comme au début, alors que j'étais dans une phase de questionnements très angoissants. J'ai cette impression d'être moins moi même en allant si bien.
Est ce que ce sont mes vrais ressentis? Ou est ce un effet collatéral ?
Le subutex ne me tenait jamais 24h, quel que soit le dosage, sinon j'y serai surement déjà repassée.
Même si ça implique de se passer de ce léger et nouveau plaisir.

Catégorie : Tranche de vie - 11 juillet 2020 à  00:58

#Méthadone métha



Commentaires
#1 Posté par : Cosmococcyque 12 juillet 2020 à  21:09
Je suis dans la même situation. Je prend de la méthadone depuis 7 ans, et cela ne s'est jamais calmé : toujours cette légère euphorie qui s'en va au bout de 3 ou quatre heure, et laisse place à la frustration et l'envie d'en reprendre, et des symptômes de sevrages légers en début de soirée. Je craque environ un jour sur trois avec une seconde dose, plus rarement une troisième. Ce craving, plus ou moins tolérable selon l'humeur du moment, me fait suivre des dosage en montagne russe : j'ai commencé à 20 mg, plaffoné à 120 (plutôt 180 avec les recouvrements), et en ce moment 80...

Je me demande si ce n'est pas lié à certaines particularité individuelles (métabolisation rapide? autre ?), mais j'ai perdu l'espoir de voir venir un jour où le produit effacera simplement les symptômes de sevrage constamment sur toute la journée. Enfin, pas tout à fait, il y avait une période pendant laquelle j'avais réussit à ne pas trop faire de redrop. Le truc était de fractionner la prise en au moins trois, ou quatre fois. Je ne sentais plus l'euphorie, et j'arrivais donc à me satisfaire de la dose prescrite. Mais c'était avec le sirop, plus facile à fractionner.

A une époque le médecin me prescrivait 4 gélules de 20 mg, mais au bout de trois mois la sécu avait écrit pour dire que ça coutait plus cher que deux fois 40, alors c'était pas possible. De toute façon, il y avait toujours un moment où la tentation de tout prendre d'un coup devenait trop forte et la spirale recommençait...

A quand la méthadone en libération prolongée ?

Edit : désolé pour l'orthographe, je n'ai pas le temps de me relire...

Posté par : Cosmococcyque | 12 juillet 2020 à  21:09

 
#2 Posté par : Viaflie 13 juillet 2020 à  00:19

Cosmococcyque a écrit

Je suis dans la même situation. Je prend de la méthadone depuis 7 ans, et cela ne s'est jamais calmé : toujours cette légère euphorie qui s'en va au bout de 3 ou quatre heure, et laisse place à la frustration et l'envie d'en reprendre, et des symptômes de sevrages légers en début de soirée. Je craque environ un jour sur trois avec une seconde dose, plus rarement une troisième. Ce craving, plus ou moins tolérable selon l'humeur du moment, me fait suivre des dosage en montagne russe : j'ai commencé à 20 mg, plaffoné à 120 (plutôt 180 avec les recouvrements), et en ce moment 80...

Je me demande si ce n'est pas lié à certaines particularité individuelles (métabolisation rapide? autre ?), mais j'ai perdu l'espoir de voir venir un jour où le produit effacera simplement les symptômes de sevrage constamment sur toute la journée. Enfin, pas tout à fait, il y avait une période pendant laquelle j'avais réussit à ne pas trop faire de redrop. Le truc était de fractionner la prise en au moins trois, ou quatre fois. Je ne sentais plus l'euphorie, et j'arrivais donc à me satisfaire de la dose prescrite. Mais c'était avec le sirop, plus facile à fractionner.

A une époque le médecin me prescrivait 4 gélules de 20 mg, mais au bout de trois mois la sécu avait écrit pour dire que ça coutait plus cher que deux fois 40, alors c'était pas possible. De toute façon, il y avait toujours un moment où la tentation de tout prendre d'un coup devenait trop forte et la spirale recommençait...

A quand la méthadone en libération prolongée ?

Edit : désolé pour l'orthographe, je n'ai pas le temps de me relire...

Wow aucun soucis, tu es parfaitement lisible et ça me fait particulièrement plaisir de voir que c'est "normal" en tout cas que je ne suis pas la seule... Merci et je comprends totalement !
Ah et une question, tu n'as jamais eu envie de tester le subutex ou tu as déjà tenté ? Car ça ne donne aucune euphorie mais ça calme totalement l'envie de défonce à mes yeux


Posté par : Viaflie | 13 juillet 2020 à  00:19

 
#3 Posté par : Hedonistic31 13 juillet 2020 à  08:07
Les amis je suis heureux de voir que je ne suis pas le seul dans cette situation!
Je suis sous méthadone depuis que j'ai 19 ans, j'en ai 24 dans quelques semaines!
La méthadone possède un effet apaisant inégalable chez moi, et je suis passé par toute sorte de traitement psychiatrique, antidépresseur, anxyo, thymo etc...
Il semblerait que seul les opiacés puissent apaiser cette douleur et ce mal de vivre intense, épuisant et par moment inhumain.

C'est le tramadol qui m'a fait découvrir les vertus des opiacés, une véritable révélation pour moi, en une demi heure, je passais de profondément malheureux, très anxieux parfois sucidiaire, à joyeux, plein d'enthousiasme et en paix.
Et cette sensation d'apaisement, chez quelqu'un qui a passé des années à crever avec la psychatrie, ça n'a pas de prix.

Mais la tolérance du tramadol s'est vité interposé entre moi et ces effets, et en quelques mois j'ai pris des doses beaucoup plus fortes que je n'aurais du.
Je tiens à préciser que je n'ai jamais acheté au noir, c'était mon psy de l'époque qui m'avait prescrit le tramadol après l'apaisement décrit, j'avais découvert le tramadol par hasard, mon père m'en avait donné pour une sorte de migraine.

Le passage à la métha fut un changement total, en une prise couvert toute la journée, un effet anxyolitique et antidépresseur très puissant et marqué qui m'a permis de reprendre ma vie en main, sur le plan social, études, sportif et perso.
Mais il y'a un mais, il se trouve que ma prise de métha le matin est le moment chéri de ma journée, les premières heures qui suivent la prise je me sens bien dans mon corps, bien dans ma tête, toute la souffrance s'en va, ou en tout cas une bonne partie et je m'en sens prêt pour ma journée.

Le problème, c'est que cette sensation tend à s'atténuer au fil de la journée jusqu'à me laisser dans un état de malaise dés le début de soirée, au point que durant la nuit je peine à supporter que le temps passe jusqu'à la dose matinale.
Je tiens à préciser que je suis à 40mg, je prends 30 le matin et depuis 1 ans, 10 en début d'après midi, avant c'était 40 le matin.

Le passage a 40 en fractionné fut très bénéfique pour moi, je me sentais beaucoup mieux le long de la journée, et la métha me tenait bien mieux.
Il faut savoir que lorsque je suis passé à 40 l'an dernier en deux fois, je venais de remonter d'un dosage à 35 de plusieurs mois.
Aujourd'hui je suis à 40, 30 le matin 10 aprés midi, mais je ne me sens "bien" niveau métha que durant les premières heures du matin, la deuxième dose de l'après-midi est beaucoup moins effiface qu'avant, et me laisse dans un état assez insatisfaisant, dois je blamer la tolérance ?
Est ce que prendre la métha en deux fois peut la faire monter plus vite, puisque techniquement je prends plus "souvent" la métha?

J'étais à 45 cet hiver, et de mon initiative et soutenu par le CSAPA je suis passé à 42, 41 puis 40 en quelques mois, j'étais totalement ensuqué à 45, l'effet stimulant et apaisant s'étant transformé en une horrible sédation constante.
Est ce que ce que je décris pourrait laisser prenser à un sous dosage ?
Je ne ressens aucune douleur physique durant la journée ou la nuit, mais un état d'inconfort entre le physique et le mental, quelque chose d'assez pénible pour m'y faire penser presque toute la journée.
Il m'arrive de penser que je serais surement mieux à 41 ou 42, mais le souvenir amer du passage des 45 à 40 m'avait fait me promettre de ne plus augmenter à nouveau, tant la descente, même "légère", était douloureuse pour moi.

Le texte est long mais m'étant retrouvé dans le text de l'OP je voulais témoigner !

Posté par : Hedonistic31 | 13 juillet 2020 à  08:07

 
#4 Posté par : Viaflie 13 juillet 2020 à  17:04

Hedonistic31 a écrit

Les amis je suis heureux de voir que je ne suis pas le seul dans cette situation!
Je suis sous méthadone depuis que j'ai 19 ans, j'en ai 24 dans quelques semaines!
La méthadone possède un effet apaisant inégalable chez moi, et je suis passé par toute sorte de traitement psychiatrique, antidépresseur, anxyo, thymo etc...
Il semblerait que seul les opiacés puissent apaiser cette douleur et ce mal de vivre intense, épuisant et par moment inhumain.

C'est le tramadol qui m'a fait découvrir les vertus des opiacés, une véritable révélation pour moi, en une demi heure, je passais de profondément malheureux, très anxieux parfois sucidiaire, à joyeux, plein d'enthousiasme et en paix.
Et cette sensation d'apaisement, chez quelqu'un qui a passé des années à crever avec la psychatrie, ça n'a pas de prix.

Mais la tolérance du tramadol s'est vité interposé entre moi et ces effets, et en quelques mois j'ai pris des doses beaucoup plus fortes que je n'aurais du.
Je tiens à préciser que je n'ai jamais acheté au noir, c'était mon psy de l'époque qui m'avait prescrit le tramadol après l'apaisement décrit, j'avais découvert le tramadol par hasard, mon père m'en avait donné pour une sorte de migraine.

Le passage à la métha fut un changement total, en une prise couvert toute la journée, un effet anxyolitique et antidépresseur très puissant et marqué qui m'a permis de reprendre ma vie en main, sur le plan social, études, sportif et perso.
Mais il y'a un mais, il se trouve que ma prise de métha le matin est le moment chéri de ma journée, les premières heures qui suivent la prise je me sens bien dans mon corps, bien dans ma tête, toute la souffrance s'en va, ou en tout cas une bonne partie et je m'en sens prêt pour ma journée.

Le problème, c'est que cette sensation tend à s'atténuer au fil de la journée jusqu'à me laisser dans un état de malaise dés le début de soirée, au point que durant la nuit je peine à supporter que le temps passe jusqu'à la dose matinale.
Je tiens à préciser que je suis à 40mg, je prends 30 le matin et depuis 1 ans, 10 en début d'après midi, avant c'était 40 le matin.

Le passage a 40 en fractionné fut très bénéfique pour moi, je me sentais beaucoup mieux le long de la journée, et la métha me tenait bien mieux.
Il faut savoir que lorsque je suis passé à 40 l'an dernier en deux fois, je venais de remonter d'un dosage à 35 de plusieurs mois.
Aujourd'hui je suis à 40, 30 le matin 10 aprés midi, mais je ne me sens "bien" niveau métha que durant les premières heures du matin, la deuxième dose de l'après-midi est beaucoup moins effiface qu'avant, et me laisse dans un état assez insatisfaisant, dois je blamer la tolérance ?
Est ce que prendre la métha en deux fois peut la faire monter plus vite, puisque techniquement je prends plus "souvent" la métha?

J'étais à 45 cet hiver, et de mon initiative et soutenu par le CSAPA je suis passé à 42, 41 puis 40 en quelques mois, j'étais totalement ensuqué à 45, l'effet stimulant et apaisant s'étant transformé en une horrible sédation constante.
Est ce que ce que je décris pourrait laisser prenser à un sous dosage ?
Je ne ressens aucune douleur physique durant la journée ou la nuit, mais un état d'inconfort entre le physique et le mental, quelque chose d'assez pénible pour m'y faire penser presque toute la journée.
Il m'arrive de penser que je serais surement mieux à 41 ou 42, mais le souvenir amer du passage des 45 à 40 m'avait fait me promettre de ne plus augmenter à nouveau, tant la descente, même "légère", était douloureuse pour moi.

Le texte est long mais m'étant retrouvé dans le text de l'OP je voulais témoigner !

Coucou, je suis l'op, merci pour ton témoignage, je me sens moins seule lorsque j'ai des commentaires témoignant d'expériences similaires.
Je peux te dire que c'est strictement la même chose pour moi, en début de soirée je commence à être mal et angoissée jusqu'à parfois en faire des crises de panique alors que la journée je me sens légère et pleine d'énergie.
Je n'ai pas de solutions et mon infirmier ne me fait pas monter de 1 en 1 mais de 5 en 5 (je suis à 80 le matin en ce moment et je vais tenter de prendre 10 ce soir, hier j'avais pris 5 mais je me suis quand même réveillée en gros manque ce matin)

Prends soin de toi et merci d'être passé commenter sur mon post ! D'ailleurs je voulais te dire, les opiacés m'ont fait exactement les mêmes effets, moi aussi je les ai pris parce que ça m'a guéri d'un coup de toutes souffrances


Posté par : Viaflie | 13 juillet 2020 à  17:04

 
#5 Posté par : Cosmococcyque 13 juillet 2020 à  22:51

a écrit

Ah et une question, tu n'as jamais eu envie de tester le subutex ou tu as déjà tenté ? Car ça ne donne aucune euphorie mais ça calme totalement l'envie de défonce à mes yeux

Au tout début j'ai été sous subutex pendant environ un an, mais j'arrêtais fréquemment le traitements pour reprendre la consommation d'opioides plus franchement euphorisant. C'est pourquoi le doc m'a envoyé sur la méthadone.

Maintenant, l'eau a coulé sous les ponts, et peut-être bien que j'arriverai à m'en tenir au sub. Seulement je suis devenu beaucoup trop douillet en terme de symptômes de sevrage pour endurer les trois à quatre jours de diètes pour repasser à la buprénorphine...


Posté par : Cosmococcyque | 13 juillet 2020 à  22:51

 
#6 Posté par : Viaflie 21 juillet 2020 à  01:19

Cosmococcyque a écrit

a écrit

Ah et une question, tu n'as jamais eu envie de tester le subutex ou tu as déjà tenté ? Car ça ne donne aucune euphorie mais ça calme totalement l'envie de défonce à mes yeux

Au tout début j'ai été sous subutex pendant environ un an, mais j'arrêtais fréquemment le traitements pour reprendre la consommation d'opioides plus franchement euphorisant. C'est pourquoi le doc m'a envoyé sur la méthadone.

Maintenant, l'eau a coulé sous les ponts, et peut-être bien que j'arriverai à m'en tenir au sub. Seulement je suis devenu beaucoup trop douillet en terme de symptômes de sevrage pour endurer les trois à quatre jours de diètes pour repasser à la buprénorphine...

Ah je comprends totalement... Moi j'envisage de repasser sous sub au contraire parce que la metha ne me dure pas 24h, c'est avéré, du coup je suis beaucoup trop souvent en manque à mon goût (prise unique le matin, que je commence à ne plus sentir le soir pour finir bien en chien le matin avant d'aller chercher ma dose). Vu que je l'assimile rapidement je me dis que ce sera peut-être moins long. Prends soin de toi !


Posté par : Viaflie | 21 juillet 2020 à  01:19

 
#7 Posté par : Cosmococcyque 22 juillet 2020 à  16:48

Viaflie a écrit

Ah je comprends totalement... Moi j'envisage de repasser sous sub au contraire parce que la metha ne me dure pas 24h, c'est avéré, du coup je suis beaucoup trop souvent en manque à mon goût (prise unique le matin, que je commence à ne plus sentir le soir pour finir bien en chien le matin avant d'aller chercher ma dose). Vu que je l'assimile rapidement je me dis que ce sera peut-être moins long. Prends soin de toi !

Je vois tout à fait ce que tu veux dire, même chose ici avec le monoprise au matin. En miieu d'après midi c'est d'abord le moral qui commence à baisser, puis les symptômes physiques arrivent en fin de journée : les baillements, crises de transpiration, nez qui coule. Et le matin réveil à 5 heure pour se jeter sur les gélules... Sauf que forcément, en le prenant tôt, les effets s'estompent d'autant plus tôt dans la journée. Cercle vicieux jusqu'à ce qu'une petite extra dose recadre tout ça.

Bref, j'imagine que comme toi, le plus simple serait bien de repasser au sub. Comme tu le fais très justement remarquer, dans notre malheur de métaboliseurs rapides, on a peut-être la chance d'avoir à subir une diète moins longues que ceux qui éliminent la molécule plus lentement.

En tout cas, si tu essaies de passer au sub, je serai très intéressé de savoir comment cela se passe pour toi. Pense à raconter ton expérience ici. En attendant, que les vents te soient favorables...


Posté par : Cosmococcyque | 22 juillet 2020 à  16:48

 
#8 Posté par : Viaflie 26 juillet 2020 à  21:28

Cosmococcyque a écrit

Viaflie a écrit

Ah je comprends totalement... Moi j'envisage de repasser sous sub au contraire parce que la metha ne me dure pas 24h, c'est avéré, du coup je suis beaucoup trop souvent en manque à mon goût (prise unique le matin, que je commence à ne plus sentir le soir pour finir bien en chien le matin avant d'aller chercher ma dose). Vu que je l'assimile rapidement je me dis que ce sera peut-être moins long. Prends soin de toi !

Je vois tout à fait ce que tu veux dire, même chose ici avec le monoprise au matin. En miieu d'après midi c'est d'abord le moral qui commence à baisser, puis les symptômes physiques arrivent en fin de journée : les baillements, crises de transpiration, nez qui coule. Et le matin réveil à 5 heure pour se jeter sur les gélules... Sauf que forcément, en le prenant tôt, les effets s'estompent d'autant plus tôt dans la journée. Cercle vicieux jusqu'à ce qu'une petite extra dose recadre tout ça.

Bref, j'imagine que comme toi, le plus simple serait bien de repasser au sub. Comme tu le fais très justement remarquer, dans notre malheur de métaboliseurs rapides, on a peut-être la chance d'avoir à subir une diète moins longues que ceux qui éliminent la molécule plus lentement.

En tout cas, si tu essaies de passer au sub, je serai très intéressé de savoir comment cela se passe pour toi. Pense à raconter ton expérience ici. En attendant, que les vents te soient favorables...

Je comprends tellement, totalement ! C'est exactement la même chose... L'impression d'être toujours dans un cycle bien-être / descente horrible...
Je n'y manquerai pas smile et te souhaite la même chose, une très belle journée à toi !


Posté par : Viaflie | 26 juillet 2020 à  21:28

 
#9 Posté par : Meumeuh 26 juillet 2020 à  21:38

Viaflie a écrit

Cosmococcyque a écrit


Je vois tout à fait ce que tu veux dire, même chose ici avec le monoprise au matin. En miieu d'après midi c'est d'abord le moral qui commence à baisser, puis les symptômes physiques arrivent en fin de journée : les baillements, crises de transpiration, nez qui coule. Et le matin réveil à 5 heure pour se jeter sur les gélules... Sauf que forcément, en le prenant tôt, les effets s'estompent d'autant plus tôt dans la journée. Cercle vicieux jusqu'à ce qu'une petite extra dose recadre tout ça.

Bref, j'imagine que comme toi, le plus simple serait bien de repasser au sub. Comme tu le fais très justement remarquer, dans notre malheur de métaboliseurs rapides, on a peut-être la chance d'avoir à subir une diète moins longues que ceux qui éliminent la molécule plus lentement.

En tout cas, si tu essaies de passer au sub, je serai très intéressé de savoir comment cela se passe pour toi. Pense à raconter ton expérience ici. En attendant, que les vents te soient favorables...

Je comprends tellement, totalement ! C'est exactement la même chose... L'impression d'être toujours dans un cycle bien-être / descente horrible...
Je n'y manquerai pas smile et te souhaite la même chose, une très belle journée à toi !

Yo !
Moi j'etais au Sub pendant 6ans mais je le prenais plus en sniff et je fesais des extras de Came tous les mois... plus des maux de tetes ....

Donc là je suis en gélules Metha ( avant en sirop ) donc de puis 6ans ss métha mais je la prend en 2fois car mm si je n'ai pas fait de methadonémie je pense que je metabolise un peu trop vite...

MM


Posté par : Meumeuh | 26 juillet 2020 à  21:38

 
#10 Posté par : Viaflie 27 juillet 2020 à  17:23

Meumeuh a écrit

Viaflie a écrit


Je comprends tellement, totalement ! C'est exactement la même chose... L'impression d'être toujours dans un cycle bien-être / descente horrible...
Je n'y manquerai pas smile et te souhaite la même chose, une très belle journée à toi !

Yo !
Moi j'etais au Sub pendant 6ans mais je le prenais plus en sniff et je fesais des extras de Came tous les mois... plus des maux de tetes ....

Donc là je suis en gélules Metha ( avant en sirop ) donc de puis 6ans ss métha mais je la prend en 2fois car mm si je n'ai pas fait de methadonémie je pense que je metabolise un peu trop vite...

MM

Merci pour ton témoignage... Le sub je le prenais un peu trop "toute la journée" c'est ce que me reprochait mon addicto mais au moins j'étais toujours "couverte" comme ça ! Prendre en deux fois j'aimerais beaucoup, tu prends le même dosage les deux fois ? Ou tu fais combien combien ?


Posté par : Viaflie | 27 juillet 2020 à  17:23

 
#11 Posté par : Meumeuh 27 juillet 2020 à  17:29

a écrit

tu prends le même dosage les deux fois ? Ou tu fais combien combien ?

40 le matin et 20 fin de journée /  début de soirée


Posté par : Meumeuh | 27 juillet 2020 à  17:29

 
#12 Posté par : J-Cat 27 juillet 2020 à  23:39
Bonjour à vous tous,

Juste pour vous dire que moi aussi je fractionne mon dosage.
Je fais à peu près moitié moitié.
En ce moment, je prends 20mg entre 10h et le plus tard possible, et 15mg en fin de journée/d’aprem.

Ça m’arrive de faire des extras, et là, ça m’est arrivé de monter à 50mg (peut-être même 60) en 3 fois.
Toujours sur le principe de prendre des doses équivalentes, avec souvent la dernière moins dosée.

Ensuite, je supprime la dernière (et moins dosée) prise, puis je diminue petit à petit celle de l’aprem pour retomber sur mon dosage.

Peut être pouvez vous essayer de fractionner les prises jusqu’à 3 ou 4 dans la journée, quitte à ouvrir les gélules et les diviser...
La poudre seule au fond de la bouche avec un grand verre d’eau ensuite, c’est pas bon, mais ça passe.

Des dosages plus faibles tout au long de la journée donneront peut-être moins d’euphorie et moins de frustration associée du coup (?).

Voilà pour ma petite contribution.

Bon courage pour la suite.
À bientôt.

Posté par : J-Cat | 27 juillet 2020 à  23:39

 
#13 Posté par : Viaflie 28 juillet 2020 à  19:32

J-Cat a écrit

Bonjour à vous tous,

Juste pour vous dire que moi aussi je fractionne mon dosage.
Je fais à peu près moitié moitié.
En ce moment, je prends 20mg entre 10h et le plus tard possible, et 15mg en fin de journée/d’aprem.

Ça m’arrive de faire des extras, et là, ça m’est arrivé de monter à 50mg (peut-être même 60) en 3 fois.
Toujours sur le principe de prendre des doses équivalentes, avec souvent la dernière moins dosée.

Ensuite, je supprime la dernière (et moins dosée) prise, puis je diminue petit à petit celle de l’aprem pour retomber sur mon dosage.

Peut être pouvez vous essayer de fractionner les prises jusqu’à 3 ou 4 dans la journée, quitte à ouvrir les gélules et les diviser...
La poudre seule au fond de la bouche avec un grand verre d’eau ensuite, c’est pas bon, mais ça passe.

Des dosages plus faibles tout au long de la journée donneront peut-être moins d’euphorie et moins de frustration associée du coup (?).

Voilà pour ma petite contribution.

Bon courage pour la suite.
À bientôt.

Meumeuh a écrit

a écrit

tu prends le même dosage les deux fois ? Ou tu fais combien combien ?

40 le matin et 20 fin de journée /  début de soirée

Merci beaucoup, je suis à 90 le matin, ça me fait flipper car j'ai l'impression que c'est beaucoup alors que je consommais pas énormément non plus, enfin pas plus qu'un (e) autre... Du coup en ce moment je fais 80 le matin 10 le soir, je vais tenter 80 le matin et 20 le soir à partir de demain, mais bon c'est intéressant d'avoir l'avis d'autres gens, je vais peut être essayer de baisser du coup. Merci à tous pour vos commentaires en tout cas smile


Posté par : Viaflie | 28 juillet 2020 à  19:32

Remonter

Pied de page des forums