La promenade des démons / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Explorateur » 

La promenade des démons 



Ils sont là, je les sens, les entends parfois. Mais ils se cachent, je ne peux pas les voir, ils sont fourbes, lâches. Ils vont, viennent, et surgiront quand je m'y attends le moins. Je le sais, je les connais.

Qui sont ils ? Je n'sais pas. Je n'arrive pas à les cerner, à les identifier. Ils peuvent ressembler comme deux gouttes d'eau à certains, puis disparaître si soudainement que c'est à se demander s'ils existent vraiment. Je le sais moi, qu'ils existent. Au plus loin que je me souvienne, c'était au collège en 4ème. J'avais "une petite voix dans la tête" avec qui j'avais de vraies conversation. Mais la petite voix ne se taisait jamais, m'empêchait de dormir, et à fini par me faire faire des bêtises.
Et puis un jour, j'avais sans doute grandi, la petite voix a jugé que je pouvais me débrouiller seule, et elle est partie. C'était étrange, nouveau. Du haut de mes années de moins, je lui avais écrit une lettre d'adieu.

Mais depuis, j'ai des phases sombres, trop sombres. La voix elle même l'était, je pense qu'à l'époque c'était à peu près la même chose, je l'interpretais juste differemment.

En tout cas, depuis hier, les démons rôdent. Le vide s'installe, ce vide dont j'ai horreur, qui parfois m'habite et ne me lâche pas. Je file vers des jours heureux

Catégorie : Autres - 22 septembre 2018 à  13:46



Commentaires
#1 Posté par : Massa 22 septembre 2018 à  19:20
Tes démons ce sont des fragments torturés de toi même qui prennent vie si tu leur donne de l'énergie. Si tu les ignores, cela rester une masse d'énergie noire dans ton esprit. Il lui faut des ficelles sur tout ton moi pour avoir une éxistence.

Je les connais bien les démons. Ils existent, pas comme on le croit.

Posté par : Massa | 22 septembre 2018 à  19:20

 
#2 Posté par : Nils1984 22 septembre 2018 à  19:30
la folie, c'est quand l'énergie sacrée est en prison

auteur anonyme

Posté par : Nils1984 | 22 septembre 2018 à  19:30

 
#3 Posté par : Explorateur 22 septembre 2018 à  20:39

Massa a écrit

Tes démons ce sont des fragments torturés de toi même qui prennent vie si tu leur donne de l'énergie. Si tu les ignores, cela rester une masse d'énergie noire dans ton esprit.

Ca voudrait dire que par moment je leur donne volontairement de l'énergie ? mais inconsciemment ? Car je m'en passerai volontiers... Même s'ils sont franchement insignifiants, tout compte fait.

Nils, les auteurs anonyme sont tjrs les meilleurs


Posté par : Explorateur | 22 septembre 2018 à  20:39

 
#4 Posté par : Massa 22 septembre 2018 à  21:13
Inconsciemment oui. C'est une part de toi qui souffre et qui est enfouie. Elle ne se manifeste que par le négatif, tout ce qui se rapproche de la mort généralement lors de son paroxysme. Au début ca peut paraitre séduisant

Ca ne vient pas de l'extérieur, mais c'est une mécanique très complexe qui fait qu'on peut se sentir littéralement possédé.

Moi je prend un neuroleptique la plus petite dose possible. Ca me permet de ne pas perdre la lucidité et ca contient mes démons. Il n'y a pas photos

Posté par : Massa | 22 septembre 2018 à  21:13

 
#5 Posté par : Explorateur 22 septembre 2018 à  21:50
Jusqu'à il ya peu, c'est vrai que la mort était un symbole très présent, accompagné de (arh j'aime pas ces mots qui renvoient aux deprimes collegiennes existentielles...) bref. accompagnés d'automutilations quoi (ca m'ar-rache la bouche ptn).

Mtn j'me suis habituée. Je n'ai plus d'envie de mort à proprement parlé, l'idée est toujours séduisante certes, mais elle ne prend plus le dessus. Je sais que ca passera. Et que ca reviendra. Et ainsi de suite.
Cependant les coupures sont restées, mais elles sont détachées de toute idée suicidaire. C'est comme une pulsion. Vite, tout de suite, maintenant, 1,2,3 coupures. Parfois je perds les pédales et je ne compte plus. Et après, en général, je suis calmée, apaisée.

Je n'ai jamais consulté à ce sujet. Ou si. Juste une fois, en janvier ou.. ou mars je ne sais plus, cette période est bcp trop flou. Bref janvier ou mars. Tout mon flan droit était écorché, ainsi que mon bras gauche. J'avais eu peur. Peur de moi même. Et tout ce que je souhaitais c'était éteindre ce cerveau, mettre pause, un médoc peut importe lequel tant qu'il m'endormait. J'avais demandé conseil ici d'ailleurs, et le doc m'avait claqué une boite de paroxetine. Déception. Je les prenais par 4/5, mais c'était vraiment que peu agréable. Pas très propre. J'ai arrêté d'un coup meme pas 2mois après, je me supportais plus.

Depuis avril ça allait mieux, comme un declic après ma 1ere expérience des free, je petais le feu comme jamais et la.... Les ombres ressurgissent.. Sans raison. A croire que je m'ennuie d'elles thinking

(pardon pour le pavé... j'en parle si peu souvent qu'une fois lancée.. neutral )

Posté par : Explorateur | 22 septembre 2018 à  21:50

Remonter

Pied de page des forums