Pourquoi j'ai arrêté la Cocaïne / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Mogwaï » 

Pourquoi j'ai arrêté la Cocaïne 



Bonjour à  tous,

Aujourd'hui je voudrais vous expliquer comment la cocaïne est arrivée dans ma vie (il y a deux ans maintenant) et pourquoi j'ai décidé de l'abandonner sur le bord de ma route (il y a un peu moins d'un an).


J'ai commencé à  consommer des drogues assez tard (y compris alcool, tabac, cannabis). Une relation de 4 années avec un homme que je n'aimais pas mais qui, tel un gourou, s'était emparé de ma vie de façon psychologique. Ca a été violent, long, douloureux, mais je m'en suis sortie (cela serait bien long à  expliquer, mais une personne faible, introvertie et "trop gentille" comme je le suis peut se faire facilement manipuler)...

Ce ramassis de déchets m'interdisait TOUT. Pas le droit de sortir, pas le droit de se maquiller, de s'habiller comme je le voulais... le jour où j'ai réussi à  partir, le jour où je me suis enfin sentie LIBRE d'agir comme bon me le semblait, sans avoir de compte à  rendre ni avoir peur à  chaque coin de rue, et bien je me suis complètement lâchée.

Alcool, cigarettes, cannabis... A 21 ans, tout ça était nouveau pour moi et le besoin de me sentir vivante, et ces années de frustration, ont fait débloquer mon cerveau et je me suis mise à  abuser de tout ça. Depuis j'ai appris à  m'en servir, et au quotidien je gère très bien (enfin je pense !) ces consos-là .

Un jour dans ces premiers mois de folie, une amie proche me dit qu'elle a testé une drogue "dure" : la MDMA. J'étais fascinée, on a choisi un bon concert électro et j'ai pris ma première perche (souvenir mitigé, j'ai pas vraiment kiffé cette fois là  à  cause d'un mec croisé sur place).

S'en suivent pas mal de soirées MDMesques, et enfin, un jour, dans l'appart d'un nouveau pote, on me propose la fameuse trace de cocaïne.


Ces gens-là , et j'ai encore contact avec la plupart, étaient les "grands frères des soirées". Beaucoup plus âgés que moi (j'en avais 22 et eux 35 en moyenne), ils me faisaient me sentir en sécurité. J'avais des conversations plus intéressantes avec eux qu'avec les jeunes.

Et la fameuse trace de cocaïne, pour moi c'était le saint Graal ! J'avais observé ça dans tellement de films, et plus tard, du coin de l'oeil, dans les soirées en appart où moi je fumais des joints pendant que d'autres faisaient tourner un plateau.

Je ne suis pas du genre à  quémander. Alors quand on me l'a proposée, j'ai naturellement sauté de joie big_smile

Intérieurement, bien sûr, parce que devant eux, je devais faire bonne figure, genre "Ouais, c'est normal, tout va bien, je sais faire..."

Elle était là , toute prête sur la table...
Donc je roule mon petit papier, le mets dans ma narine gauche, bouche la droite, je fais comme les autres, j'inspire... Ouh, ça pique ! Et pour faire encore plus comme les autres, je récupère le reste du bout du doigt et l'applique sur mes gencives (chose que je ne fais plus, je préfère sur la langue maintenant).


Un cap était passé. Après le premier para, voilà , j'avais pris ma première trace de cocaïne. J'étais une "grande".


Viennent nombre de soirées où je prends une trace par-ci, une trace par-là . Ca me plait, même si le goût est pas génial pour les sinus, mais pour l'instant je n'en comprends pas vraiment l'effet. Je continue à  penser que la MD est bien plus forte et plus efficace.

C'est la période où j'ai plongé les bras devant dans une soupe d'MD quotidienne. Soirées, musique électro et after-en-apparts-glauques étaient devenus mon quotidien de jeune chômeuse-intérimaire rebelle, qui goûte à  la vie des excès.


Seulement la MD, ça va bien 5minutes (euh... 5 ou 6 mois plutôt ^^). Le corps ramasse. Mes dents saignaient, mon ventre coulait des bronzes d'acidité, ma peau était dégueulasse, et surtout, je commençait à  ne plus sentir aucun effet, à  vomir toute la nuit en soirée, et bien sûr, la déprime s'est installée.


J'ai décidé, comme beaucoup l'ont fait un jour autour de moi, de passer pro de la CC. J'ai acheté mes deux premiers petits grammes rien qu'à  moi, je me sentais super forte, à  distribuer autour de moi des traces.

Et oui, la générosité apporte beaucoup d'amis fidèles !!! Bizarrement, c'était les plus jeunes qui passaient leurs vies à  me quémander des lignes.

Les "vieux" eux, continuaient à  m'offrir, et je leur offrais(à  eux) en retour avec plus de facilité.

Mais du coup le pochon se consumait de plus en plus vite... Surtout que "Caroline" quittait l'univers des soirées pour s'installer dans ma vie de tous les jours... Je la côtoyait régulièrement autour d'un café chez une copine. Ou avant de faire 2 arrêts de métro à  pied, on se mettait un ptit corner dans la cage d'escaliers. Le truc totalement inutile, le petit péché mignon par excellence.



Mon copain de l'époque aimait beaucoup la cocaïne. Du coup, j'ai découvert ce que c'était que d'en prendre à  deux. Et j'ai kiffé. Le sexe sous coke, c'est "DUUUR ET RAPIIIIDE" comme la loi de Brannigan (BIG UP aux fans de Futurama wink). Et les discussions à  n'en pas finir... où tu livres tous tes secrets...


Voilà , maintenant je savais ce que c'était que l'effet cocaïne dans son apogée. Et les nuits passées à  éclater 4 meuges à  5 enfermés dans un appart. A se dire combien on se kiffe, ce qu'on pense de telle ou telle chose, de s'insurger de l'injustice, de faire des grands projets ...



Un couple d'amis s'est mis à  dealer. Une coke pas top, mais pas chère. Elle nous convenait bien. Ce petit gout de reviens-y. Et ces soirées enfermés, toujours, avec le litre de vodka et les paquets de clopes vides étalés sur la table...



J'ai commencé à  sentir une certaine hypocrisie (étais-je devenue paranoïaque ou bien était-ce une prise de conscience de la réalité ? je ne sais pas encore vraiment) de la part de ces "amis". Meme de la part de mon mec de l'époque.


Je me rendais compte que ma générosité naturelle était multipliée par 1000 lors des prises de cocaïne. J'offrais mon âme, ainsi que mes cigarettes, mes secrets et mes traces (tout ça mélangé) à  qui voulait. Je me suis livrée à  des personnes qui n'avaient pas à  connaÎtre ma vie dans ces détails.

Le laisser aller, le je-m'en-foutisme de mes amis vis à  vis de ce produit ont commencé à  me mettre mal à  l'aise.


Ils dealaient, donc pour eux pas de problème pour se fournir une conso (pas encore du moins. Pour info, ce couple là  a bien sombré et est devenu bien sale à  voir de l'extérieur, je ne m'épancherais pas sur cette histoire, mais pour les avoir revus quelques mois après, je n'ai reconnu ni l'un ni l'autre : amaigris, méchants, paranos, radins, se faisant des crasses l'un l'autre... brefons les brefs).

Par contre impossible pour eux d'arranger une fois ou deux la gentille copine qui leur donnait toutes ses clopes, payait les bouteilles et surtout leur faisait plein de jolies lignes blanches avec le pochon qu'elle venait de leur acheter.


Du côté de mon copain de l'époque, ça a également commencé à  m'énerver. Il était alcoolique coté mauvais. Ingérable sous alcool. Force amplifiée avec la Cocaïne. Jamais violent avec moi, mais il me foutait la honte par toutes ses actions. Et quand on rentrait, on finissait le gramme ensemble... et il racontait sa vie. Ou celle de ses potes. Ou celle de X artiste dont il était fan. Un vrai monologue. Insupportable, je ne pouvais meme pas en placer une.

Moi, la petite brune si introvertie, avait trouvé le produit qui me faisait parler et m'ouvrir ! (Et, d'ailleurs, au final je n'utilisais même pas ce potentiel avec celui que j'avais désigné pour être mon compagnon de vie. ) Et ce produit était en train de se jouer de moi ! En fait, je l'avais mal compris. Et là , la réalité s'ouvrait à  mes yeux. C'était uniquement du fake. De l'hypocrisie pure.




Arrive un moment fatidique. Celui qui m'a fait un gros "TiiiLTTT !!" en pleine face.

Un ami très proche (je suis encore amie avec lui, il fait partie de ma bande, mais était extérieur au groupe de l'époque) m'avait filé 100 € pour que je lui prenne un gramme d'une très bonne coke. Je lache 100 € aussi, et me voilà  avec 2grammes d'une coke juste MAGIQUE dans la poche.


Mon gramme dure la soirée entière, plus l'after (elle était incroyable, facile à  travailler, très forte... ) à  mon mec, son couple d'amis, et moi. Je paye, je suis heureuse d'etre généreuse, j'offre... je passe une super soirée.


Mais... le gramme n'a pas suffit. J'avais le deuxième dans ma poche. On change de soirée. L'after se rallonge. Il ne finit pas à  10h00 du mat, mais à  18h00 chez d'autres amis. Je paye encore. Je ne sens meme pas la culpabilité, mais non ! je suis invincible, trop forte, et c'est pas grave, je lui en paierais un autre demain !



J'avais perdu la notion du temps. On rentre se coucher. Il fait nuit (c'était l'hiver). Et mon ami de m'appeler... et de me dire "Mais qu'est ce que tu fous ! C'est mon anniversaire, tu viens on t'attends nous !"


Merde. Je pensai pouvoir lui en reprendre un... Sauf que, maligne, j'avais oublié que je ne pouvais pas directement joindre le dealer. Et qu'il fallait lui faire passer le message une semaine en avance...



La dispute qui s'en est suivie m'a bouleversée. J'ai pleuré. La descente a été terrible. Il s'est énervé, puis s'est calmé. Il m'a dit "M, c'est pas que t'es une voleuse... c'est que t'agis comme une sale tox sans scrupules. Ca te ressemble pas."



J'ai rassemblé mes forces pour aller lui offrir une jolie bouteille de vodka et plein de bonbons pour son anniversaire. Et les 100 € étaient des le lendemain sur son matelas. Lui, cet ami, je ne l'ai jamais perdu.



Par contre, les autres... Je leur ai dit au revoir.



Les dettes envers la banque... creusée par l'alcool, les places de concert, les cigarettes, et la cocaïne. Je me suis rendue compte que je dépensais de l'argent que je n'avais pas (à  l'époque je vivais à  moitié chez mes parents et chez mon copain, quand les uns et l'autre ne me foutaient pas dehors).

Les descentes - aux enfers - à  la suite des nuits d'abus.



Finies les traces pour accompagner mon café...



Changement de décor. Rapprochement de mes "vrais" amis.




Et maintenant je ne vois "Cécile" que de temps en temps. Rarement. Une trace suffit à  tenir la soirée. J'en reprends une si je m'en sens le courage de ne pas en reprendre une troisième. Et ça me convient très bien comme ça.






EDIT : Ce témoignage m'a un peu épuisée la tête smile mais qu'est ce que ça fait du bien...

Catégorie : Témoignages - 25 juin 2014 à  11:24

#cocaïne



Commentaires
#1 Posté par : melodynelson 25 juin 2014 à  12:01
Salut Mogwaï,

Quelle plume! J aime beaucoup.
Et bien ca t a mis du plomb dans la tete cette histoire et c est tant mieux.
Alala ces fameux potes qui n en sont pas, je crois qu on a tous connu ca ici.
Je suis un peu comme toi, je ne cotoie Caroline/ Cecile que de temps a autres et cela me convient tres bien.

A bientot :-)

Posté par : melodynelson | 25 juin 2014 à  12:01

 
#2 Posté par : Mogwaï 25 juin 2014 à  12:54
Hello Melody smile Merci pour ton retour.

En effet, la drogue implique pas mal d'hypocrisie, surtout quand on est un ptit bleu... Et on a tous commencé par là  ! (à  moins d'être d'entrée un gros connard profiteur ^^)
Ces potes qui dès que tu n'as plus rien ne t'appellent plus... Que tu "dépannes" trop souvent... etc etc

C'est tellement dommage. Pour moi et je pense pour beaucoup d'autre ici, la drogue ça se partage, c'est une chose qui (sans abus) peut apporter un certain bénéfice dans nos vies. Et eux pourrissent tout... Mais au final, ce sont eux qui y perdent !

Posté par : Mogwaï | 25 juin 2014 à  12:54

 
#3 Posté par : snoopy 25 juin 2014 à  13:17
ahlala mogwai !!

c'est fou comme je me retrouve dans ton vecu !! les pseudos potes qui t'accueillent les bras ouverts et le sourire large dès qu'ils savent que tu as quelque chose, et qui profitent, et profitent encore, jusqu'a epuisement total (de tes meugs et de ta bonté) !! puis disparaissent dès que toi, tu demandes "timidement" un coup de pouce.....

comme le dit melody, je pense qu'on a tous et toutes connues ce genre de personnes que je qualifie de "malsaines" (je supporte plus les profiteurs hypocrites)

idem que toi, j'ai fais un tri selectif, et gardé les "vrais", les "bons", dommage qu'ils soient si peu nombreux au final, et rayé de ma vie tous les autres......

ca fait du bien un petit menage de printemps lol

je salue ta capacité a gerer si bien ta conso de CC, pour moi, le "de temps en temps", c'est meme pas envisageable avec la CC, car j'aime vraiment trop ca, et je me sais incapable de retaper sans retomber dedans.....bref, trop "dangereux" pour moi..... roll
Reputation de ce commentaire
 
Arrêter totalement un produit qu'on aime est une belle forme de courage :)

Posté par : snoopy | 25 juin 2014 à  13:17

 
#4 Posté par : Trevor 25 juin 2014 à  13:18
C'est vrai que ton article, si je puis dire, est vraiment bien écris. Moi qui n'es jamais côtoyé la drogue, hormis le cannabis, ai trouvé ton texte vraiment émouvant, je visualisait chaque phrase que tu as écrit, j'ai presque vécu ton histoire, en tout cas j'en ai eu l'impression, ça retrace en quelque sorte une période de ta vie faites de haut et de bas, car malgrès le fond, tu as passé des bons moments.

C'est vrai qu'on retrouve l'hypocrisie dans le milieux de la drogue, beaucoup plus avec la coke, du fait du prix relativement élevé, mais comme tu l'as dit, la drogue permet des bons moments, de partage, "c'est une chose qui (sans abus) peut apporter un certain bénéfice dans nos vies." C'est exactement ça, mais il faut savoir modéré notre consommation et pas totalement se priver se ces moments agréable.

Le fait de continuez de temps en temps à  consommer je pense que c'est une bonne chose.

J'ai vraiment apprécié lire ton texte, malgré que je ne connaisse absolument pas le milieux!

Posté par : Trevor | 25 juin 2014 à  13:18

 
#5 Posté par : Laura Zerty 25 juin 2014 à  14:26
Ta lucidité fait plaisir à  lire !!

Je me demandais quelle était ta position maintenant face à  ta générosité naïve ? tu es toujours aussi gentille ou tu fais plus attention à  l'hypocrisie environnante ?

Posté par : Laura Zerty | 25 juin 2014 à  14:26

 
#6 Posté par : Mecsiko 25 juin 2014 à  15:27
Ton article est tout à  fait édifiant de réalisme ! C'est encore difficile pour moi d'avoir autant de lucidité que toi... Mais parfois quand je regarde autour de moi, je me dis aussi que je ne veux plus de cette vie...

Posté par : Mecsiko | 25 juin 2014 à  15:27

 
#7 Posté par : Mogwaï 26 juin 2014 à  10:17
Bonjour à  tous et un grand merci pour vos commentaires, qui me font grand plaisir et me poussent à  continuer sur de nouveaux sujets.

Pour te répondre Laura Zerty (je peux t'appeler "L'or à  sertir" ou on n'est pas encore assez intimes ? tongue ), ben je suis toujours aussi gentille et niaise. C'est dans ma nature !
Par contre, bonne nouvelle, je ne le suis plus face aux produits. Aussi parce que mes amis et mon chéri actuels me "protègent" un peu de moi-même. Quand j'ai qqchose sur moi, c'est pour NOUS. On achète en commun aussi en général. Et quand je n'ai pas et qu'on me propose, je ne culpabilise plus d'accepter.

Pour la vie en général, ouais, toujours aussi gentille. Mais une fois qu'une personne a profité sans vergogne, je la chasse de mon entourage, sans rancune.
Deux nanas, à  qui j'ai bien (vraiment bien même) rendu service ces derniers temps, on cru qu'elles pouvaient me traiter comme une personne inférieure à  elles. Elles ont bien regretté quand elles ont vu que je ne leur faisait plus profiter des avantages de mon boulot, que je leur parlais de loin etc.
(Attends, pour une des deux, elle me demande de lui corriger une lettre de réclamation de 4 pages, remplies de fautes d'ortho/grammaire. Ca m'a pris 1h30 de mon temps un vendredi aprem à  rester au boulot. Et j'ai meme pas eu un merci en retour. Ben F*CK connasse !)

Je considère que je dois pas me changer pour les gens... Je suis généreuse, c'est dans ma nature, je fais mon boulot quoi.
S'ils ne sont pas capables d'apprécier la chose sans en profiter, s'ils ne disent même pas merci (parce qu'en fait j'attends rien en retour... même si parfois le retour fait plaisir), alors je leur dis Bye Bye. Et bien souvent ils regrettent d'avoir abusé...

Posté par : Mogwaï | 26 juin 2014 à  10:17

 
#8 Posté par : Laura Zerty 26 juin 2014 à  11:24
Ah c'est cool alors si tu restes gentille mais moins niaises quand même, et aussi si tu continues de consommer sans vriller !

Pour le petit pseudo c'est tout mignon mais je préfère pas sinon on va croire qu'on est le deuxième couple du forum arf, j'aimerai pas voler la vedette à  Cyaan smile

Posté par : Laura Zerty | 26 juin 2014 à  11:24

 
#9 Posté par : cricri1964 02 juillet 2014 à  00:38
je suis agée de 50 ans et je connais depuis 2 ans ce produit.Au début j'en consommais de temps en temps genre 1 fois par mois mais  je suis tombée très rapidement a croc suite à  des problèmes familiaux. J'y trouvais un certain réconfort et surtout une force inimaginable.J'étais boustée, pleine d'entrain.Maintenant, j'ai peur de ce qui pourrait m'arriver au niveau de ma santé car je ne suis plus très jeune et avant j'ai fait plein d'ecces donc je flippe.je n'arrive plus a me raisonner et je dépense beaucoup d'argent que je n'ai pas. Je ment sans arret et je deviens étrange.Je veux arreter je n'y arrive pas et je suis seule dans ce problème car je ne l'ai dit a personne.Comment vais je faire, c'est horrible.

Posté par : cricri1964 | 02 juillet 2014 à  00:38

 
#10 Posté par : SalmonGotch 02 juillet 2014 à  07:12
Témoignage très prenant!
J'ai moi même connu quelques personnes dans la cocaine et ai fait deux-trois soirées dans lesquelles cette drogue tournait.
Effectivement la c transforme les personnes et pas en bien... C'est une ambiance assez malsaine et vraiment pas "fun" (je parle pas de ceux qui en prennent en soirée de temps en temps mais bien des personnes qui en sont vraiment accro).
Peut-être qu'il y a différents degré de "changement" au niveau de la personnalité et des actes en fonction des drogues et de la régularité des prises, mais c'est bien ceux accro a la c qui font les choses les plus extrêmes  pour s'en procurer.
L'ambiance, surtout quand on la fume, en soirée est très lourde. Parfois, même à  dix personnes, elle se résume à  attendre en silence que la douille vienne à  toi...
En tout cas tu es très courageuse et très lucide. J'espère sincèrement et de tout coeur que tu arrivera à  t'en débarrasser efficacement et à  ne pas retomber dans ce travers...
Je suis moi-même consommateur d’héroïne et suis bien "content" de ne pas avoir trop l'occasion de taper de la coke

Au bout d'un moment et quelque soit la drogue il faut bien-sûr faire un sacré tri dans ses "amis", connaissances plutôt (même si tu passes 24 sur 24 avec les personnes quand la drogue est au centre tu ne les connait pas vraiment je pense).
Donc bien joué et surtout je te souhaite plein de bonheur avc ton nouveau petit ami qui à  l'air de bien t'aider dans ton problème.

Ce message ne sert pas à  grand chose à  part à  te soutenir et te féliciter pour ta prise de conscience et ta force face à  ton addiction..

Le meilleur est devant toi, prend le à  bras-le-corps et continue comme ça!

Cordialement, un poisson

Posté par : SalmonGotch | 02 juillet 2014 à  07:12

 
#11 Posté par : Mogwaï 02 juillet 2014 à  09:30
@cricri1964 : je t'ai répondu en message privé !

Il faudrait que tu postes tes questionnements et ta présentation dans les bonnes cases du forum pour avoir le maximum de réponses et qu'on puisse t'aider...

@SalmonGotch : merci pour ce message qui m'a fait chaud au coeur !

La communauté Psychoactif est juste merveilleuse, on s'entraide, on se soutient, nos amis virtuels nous aident à  avancer par de simples messages et des mots sur un écran. C'est magique, car je pense que beaucoup d'entre nous se sentent seuls ou bien sont entourés mais ne partagent pas leurs problèmes avec leurs proches.

Sinon oui, il y a bien (selon moi) différents degrés de changement selon la drogue / la quantité / la régularité.
Je n'ai pas testé l'héro, et ne connais personnellement qu'un seul consommateur d'héro, donc je peux pas faire de comparaison avec les consommateurs de coco.. Mais je les ai vus ces gens là , qui au début disaient "Nan mais c'est juste une trace en soirée.."
Par la suite ils ont fait comme moi et ont consommé en journée. Puis sont venus les free base et le crack. Et je peux vous assurer les avoir vus changer du tout au tout. Ce n'étaient plus les memes personnes...


Par contre, je ne pense pas qu'on puisse dire que ce soit "LE PRODUIT" qui change la personne. Je pense qu'on se laisse aller à  un moment ou à  un autre. On se révèle et c'est tout... un radin deviendra 10 x plus radin avec la coke, de même pour un violent. A nous de se raisonner à  un moment ou à  un autre !

Posté par : Mogwaï | 02 juillet 2014 à  09:30

 
#12 Posté par : toto88 03 juillet 2014 à  18:03
bonjour ,
ton message représente  tres bien la realite ...
je suis en cure d heroine ;sous methadone ... et je vais de temps en temps en Belgique me faire plaisirs mais c'est tres organisé .. genre 1 fois par mois en hivers ou tous les 3 mois en printemps - été (quand il fait beau) pour pas retomber dedans .
devenir dépanadent , accro c'est tres facile mais devenir clean ou dire stop c'est autre chose ...
a ce jour je suis celibat mais mon souhait c'est de trouver une femme et pour elle je trouverai la force de dire stop (je fais comme ca a chaque fois ...lol)
Seul ,c'est dur de se motiver surtout quand le coup de blues arrive ....
faut que ca reste "OCCASIONELLE" sinon ............
aux plaisirs
toto vosges

Posté par : toto88 | 03 juillet 2014 à  18:03

 
#13 Posté par : Mozelman 03 juillet 2014 à  23:39
ton histoire est vraiment touchante. ca me rappelle mon histoire, celle d'une adorable petite brune hyper fidèle avec qui jamais je ne me suis pris la tête mais qui a viré de ma vie mes véritables amis, ma famille, jusqu'au jour où elle a éjecté celle que j'aimais. Eh oui, deux brunes sous le meme toit, ça ne fait pas bon ménage. Mais "l'avantage" de l'héroïne, comme de la coke dans ton cas; c'est qu'elles ont le mérite de te montrer qui sont tes véritables amis et qui sont les profiteurs. Moi, je m'offre mon petit péché mignon désormais, un deum de Cécile tous les weekend, mais ca s'arrete la. J'ai trop donné : en faisant les comptes, je n'y crois pas moi même, mais c'est plus de 30 000 euros qui sont passés dans cette saloperie.
Enfin, à  te lire, tu as acquis une maturité sur le produit, du moins c'est ce qu'il en ressort, et je pense que tu ne commettras pas la même erreur avec qqs autres produits qui soit. Je te souhaite bon courage.
Amicalement.

Posté par : Mozelman | 03 juillet 2014 à  23:39

 
#14 Posté par : wonderwoman 26 avril 2018 à  16:24
Je ne sais pas qui tu es....mais tu vas me faire le plaisir de chercher une maison d'edition et de pondre des romans à n'en plus finir.

J'ai rarement lu un texte aussi bien ecrit.

J'aurais voulu que ca ne finisse jamais.

Romans à suspens, thriller glauque, horrifique...vas y!

Le passage où tu parles de ton etat de santé est une merveille.
Je l'ai relu 3 fois avec le meme enthousiasme.
Si tu connais, je te cite les noms des auteurs auxquels tu me fais penser (style):
Serge brussolo
Jean pierre andrevon
Grangé (en mieux!)
Masterton

Juste comme ca...sans reflechir...



Brefons les brefs... (j'adore!!!)

T'es un ecrivain.

T'as des choses à dire.

Quand tu veux tu m'envoies tes textes ....je les lirai plus vite que la lumiere...et te ferai part de mon humble avis tres objetcif (hum...).

Encore bravo.

Chapeau mademoiselle.

Posté par : wonderwoman | 26 avril 2018 à  16:24

Remonter

Pied de page des forums