Psychoactif
Ressentis sur mes deux semaines psychédéliques / Les Blogs de PsychoACTIF

Ressentis sur mes deux semaines psychédéliques

Catégorie : Carnet de bord
07 janvier 2021 à  16:21

Après plusieurs années d'attente, j'ai eu la chance de tester les champignons, la DMT et le LSD quand je suis allé voir mon pote John en Angleterre. Vous pouvez retrouver tous les TR dans les post précédents. Si j'écris ce billet aujourd'hui, c'est parce que je trouve intéressant de partager mon ressenti sur ses deux semaines absolument incroyable et riche en sensations. Et également parler de l'impact des psychédéliques sur mon quotidien depuis la première utilisation. Ce post sera sûrement très long et dans le désordre mais j'espère qu'il vous plaira tout au long.


Bénéfices

Je vais commencer sur ce que ça me fait sur le long terme. Déjà, je ne pense qu'à ça, aux psychédéliques, mais pas d'une façon où j'ai toujours envie d'en prendre. Je suis juste complètement absorbé par le sujet. Dès mon retour en France, je suis toujours en train de faire des recherches, j'ai regardé énormément de documentaires et de films sur le sujet, et de même pour les livres, qu'ils soient fictifs ou scientifiques (je ferai sûrement une liste de tous ces documents dans un futur post). C'est un monde absolument fascinant.
Et dès la première utilisation, le psychédélique nous change, nous fait évoluer, nous ouvre une nouvelle porte sur notre perception de la réalité, de la réalité que l'on partage tous. Une réalité sur laquelle on arrive à être d'accord. Parce qu'on se rend compte que le terme réalité varie pour chacun, sur de nombreux aspects. Qu'est ce que la réalité? Puisque dès que nous dormons ou que l'on entre dans un état anesthésier, on quitte notre réalité pour entrer dans une toute nouvelle. Et les psychédéliques nous poussent vers une meilleure compréhension de notre environnement, mais également de qui on est. Ils nous poussent à devenir meilleur, même si cela peut prendre du temps. J'ai l'impression qu'à chaque trip, on laisse une partie de nous disparaitre et absorbe de nouvelles choses. C'est comme un échange avec l'univers. Personnellement, je me sens beaucoup mieux depuis que j'ai pris la première fois. Ca m'a vraiment permis d'arrêter de penser à hier, et d'arrêter de m'inquiéter pour demain. Ca nous apprend à être ici, maintenant. Je dis pas que c'est quelque chose de facile à toujours garder en place, mais c'est quelque chose qu'il ne faut pas oublier.

Sur le côté du désir, de l'envie, durant ces deux semaines, j'avais du mal à finir mes clopes, la plupart du temps je ne fumais que la moitié, complètement écœuré. Et ma relation avec l'alcool a aussi changé, je ne me sens plus obligé socialement de boire pour m'amuser ou de me sentir bien, au contraire je me rends compte que l'alcool n'est que faussement bon. Cette idée de disparition d'envie revient aussi avec ma consommation de MDMA. Pendant une bonne petite période j'en consommais beaucoup, sans réfléchir de l'impact que ç'avait sur moi. Tous les week-end je prenais de la MDMA, me répétant que c'était la dernière fois. J'avais finalement réussi à arrêter après avoir déménager et sans même trop y réfléchir mais pendant l'année qui suivait cet arrêt, à chaque fois que je repensais à toutes ses soirées sous taz, ou quand je voyais une scène dans un film où les personnages prenaient de la MD, d'un coup mon cœur se mettait à se serrer, j'étais oppresser, j'avais vraiment envie d'en reprendre, d'être de retour dans cet environnement, dans cette ambiance. Et depuis que j'ai testé les psychédéliques, cette envie a complètement disparu.
Et c'est pareil sur d'autres désirs, comme la viande, dont j'ai complètement arrêté et peu de temps après tout ce qui est produits laitiers et œufs. Par contre si on me sert de la viande par exemple, je vais quand même le manger, ce serait juste du gaspillage pour rien. Mais je me suis rendu compte de cela après mon deuxième trip sous DMT. Ca faisait longtemps que je voulais arrêter ma consommation de viande, j'avais toutes les informations sur l'industrie sous la main et je connaissais l'impact environnemental que ç'avait, et pourtant il me manquait quelque chose, une motivation. C'était ce deuxième trip, qui m'a ouvert les yeux, sur qui on est, que l'on est tous ensemble dans le même bateau, et que c'est à personne de décider qui vit et qui meurt, surtout juste pour son plaisir gustatif. Je l'ai sûrement déjà dit dans un TR avant, mais on est tous dans cette boule qu’à une déchirure, et la DMT nous aide à passer à travers cette déchirure et ouvrir sur la conscience et l’existence. Elle nous offre la possibilité de voir plus, comprendre plus, sous un angle différent, presque omniprésent, et nous permet d’avoir plus d’empathie, d’admiration, d’amour pour tout ce que le monde a à nous offrir. Chaque moment devient une offrande.


Méditation

Depuis un petit bout temps maintenant, je fais de la vidéo et de la musique. Le fait d'avoir pris des psychédéliques, je trouve, ma rendu vachement plus créatif. Je me sens beaucoup plus honnête avec ce que je fais, et je suis plus satisfait du résultat également. Je suis plus patient aussi dans mes activités, dans mes créations, je me précipite pas comme avant. Je suis devenu plus juste, plus réel avec ce que j'essaie de créer. Je vais suivre mes émotions en temps réel et j'arrive mieux à retranscrire cet instant. Et une des autres raison pour cela est la méditation. L’été qui précédait celui-ci, donc en 2019, j’avais commencé à essayer la méditation après les conseils de mon pote John. Il m’a brièvement expliqué comment faire et j’ai tenté ma chance. Sur les premières fois, je tombais facilement dans la fatigue et je sombrais vers le sommeil. Puis un jour j’ai essayé, dehors dans le jardin, complètement seul, et j’ai réussi à entrer dans un certain état d’esprit auquel je n’avais jamais eu auparavant. J’avais des amis ce jour-là qui allaient passer à la maison pour le week-end. Ils sont arrivés environ une heure après mes 15 minutes de méditation. Et sur la première heure, j’étais extrêmement calme et silencieux, j’étais en paix (ce qui était rare pour moi à l'époque). J’ai ensuite essayé plusieurs fois dans l’année de m’y remettre mais je me décourageais toujours, n’arrivant jamais à retrouver la même expérience, donc j’ai vite abandonné. Après mes différents voyages sous LSD, DMT et psilocybine, je rentre en France et décide enfin de me remettre à la méditation. J’ai fait beaucoup de recherches et John m’en a beaucoup parlé durant mon séjour, et ce que l’esprit pouvait accomplir sous méditation. Je connais enfin les bases pour commencer correctement. Et dès la première séance, je remarque un changement. Je suis satisfait.

Le mot médiation est un grand mot, car il y a beaucoup de forme différente de méditation. J’ai décidé d’opter avec la méditation transcendantale. C’est la méthode la plus efficace et la plus simple. Il suffit de se mettre dans une position confortable, préférablement assis en tailleur, de fermer les yeux et de ne plus réfléchir. Il faut fermer le cours des pensées. Et pour cela il faut respirer, par le nez, et se répéter un mantra dans sa tête. Un mantra est un ou plusieurs sons qui vont nous permettre de nous recentrer, de balancer l’esprit et revenir sur notre point de focus, qui est de ne pas réfléchir, de supprimer la pensée. Il faut faire cela pendant 20 minutes seulement, le mieux est de le faire une fois le matin, et une fois dans l’après-midi.
Lorsque l'on médite, on a la chance de tout éteindre et de reposer l’esprit. J’ai un esprit très actif, c’est comme ça, ce n’est pas quelque chose que l’on décide. Je sais que mon esprit est également très visuel. Il faut voir l’esprit comme un océan, et les pensées sont les vagues. Les vagues vont toujours aller de l’avant, et le mantra nous permet de nous stabiliser entre les deux vagues. Il faut réussir à garder la prochaine vague le plus loin possible. Ce n’est pas quelque chose de facile au début, et on ne va pas toujours y arriver à chaque fois. C’est pour ça que lorsqu’on termine une session et qu’on en sort découragé, il faut se rappeler que la méditation n’est pas quelque chose que l’on fait, mais que l’on pratique. A chaque séance, on s’entraine à être meilleur pour la prochaine séance.
Une fois arrivée à un point où l’on ne pense plus à rien, on descend au fond de cet océan, les vagues sont au-dessus de nous maintenant. On se sent flotter, on ne se sent plus parmi cette réalité. On descend dans la conscience. On ne devient qu’un avec soi-même et tout ce qui existe. C’est un moment de pur bonheur. Lorsque l’on ressort de la méditation, notre esprit est reposé et prêt à reprendre le cours de sa journée. Il est libre et apaisé. On ressent une meilleure énergie en nous, on se sent plus heureux et surtout on apprend à être présent.
Autre détail remarqué à travers la méditation est que j’ai perdu mes maux de tête. J’avais l’habitude d’être un enfant hyperactif, et ç’a continué pendant longtemps. Mais lorsque j’étais seul, seul surtout avec mon esprit, qui ne s’arrêtait jamais, j’avais très souvent des maux de tête ou des migraines. J’étais quelqu’un qui pensait aussi surtout au futur, à ce que j’allais faire, à ce que je devais faire. Mais avec la méditation transcendantale, on apprend à être ici, maintenant. Je ne me préoccupe plus du futur, il se porte très bien sans moi.

A travers la méditation, j’ai réussi à accéder au même endroit émotionnel que sous LSD ou champignons. Bien évidemment, ce n’était pas aussi long et intense que sous psychédélique, mais il est possible d’atteindre le même niveau, ce même stade normalement. Depuis, j’arrive à retourner à cet endroit de paix et de bonheur, involontairement, il ne faut pas aller le chercher, ça viendra tout seul. Et ce n’est pas quelque chose qui survient forcément à chaque session.
Une autre fois, après avoir absorbé beaucoup d’information sur la conscience et autre, je décide d’aller méditer, quelques heures après. Ayant un esprit très visuel, je n’étais pas prêt pour cette séance. Je ferme les yeux, et je ne voyais que des images défilées, dont j’ai l’habitude, mais cette fois-ci à une vitesse hallucinante. Je traversais plutôt les images, à grande allure. Je tente de les supprimer mais rien de ne va, et je me dis autant les laisser me guider. La fréquence et l’intensité et le non-sens de ces visuels étaient très semblable à ceux que l’on voit lorsqu’on ferme les yeux sous LSD ou champignons. Après 5 ou 10 minutes, les visuels disparaissent et laisse place à la méditation. Et pourtant, cette première étape fait partie du processus. On descend d’un niveau de conscience. On supprime les visuels, les images qui nous distraient. Ensuite on supprime les pensées. Après cela, et je n’y suis toujours pas complètement arrivé, on supprime les émotions, donc tout désir. C’est en lâchant complètement prise que l’on devient libre.
Durant mes méditations, une étape très récurrente survient. Je rentre dans un état de paralysie mental en quelque sorte, je n’ai plus de contrôle sur mon esprit. Je vais être dirigé vers des visuels qui se concentrent autour d’un chapitre. C’est exactement comme si j’arrivais au milieu d’un film, je suis dans la scène, et je n’ai aucun contrôle. Je ne décide pas de ce qui va se dérouler, je n’ai aucune recollection d’où je viens. Je suis même persuadé que la plupart du temps, je ne suis pas dans la scène même, je suis juste omniprésent à cet endroit, à ce moment. Comme si j’atterrissais au milieu de quelque part et que j’étais spectateur de la vie des gens que j’aperçois. J’appelle cela la séquence rêverie. Parce que je me retrouve dans une situation semblable à un rêve et pourtant pas complètement. Certes parfois, je me retrouve fatigué au milieu de ma méditation, et je comprends pourquoi je vire vers cet état. Mais les autres fois, lorsque je ne suis pas fatigué, je ne comprends pas. Et à chaque fois, je reviens brutalement dans ce monde, dans cette réalité. Et c’est le blanc total. J’accède à ce stade de pur bonheur et de paix. Et je suis de retour à répéter mon mantra, ne pensant à rien, flottant. C’est finalement un mal pour un bien. Est-ce que cela fait partie du processus, pour moi en tout cas ? Tout à sa raison.

Quand je sors de la méditation, je me sens tout de suite en meilleure forme, physiquement et mentalement. Les recherches ont prouvé que la méditation guérie contre l’anxiété et certaines formes de dépression.


Visuels

Depuis que j’ai pris des psychédéliques, mes rêves et mes visuels sont plus solides. Je comprends mieux ce que je vois. J’accepte ce que je vois. J’ai eu pas mal de rêves depuis où je trip dans le rêve et où les visuels sont très denses. Je me souviens aussi beaucoup plus souvent de mes rêves. Avant, je m’en rappelais très rarement, et quand cela arrivait, j’étais dérangé par le fait d’avoir rêvé, parfois pendant plusieurs heures. Maintenant, je n’attends plus que ça, afin d’entrer dans une autre réalité. J’arrive parfois à être conscient que je suis dans un rêve et je me laisse alors guider par celui-ci. Je me rends mieux compte de ce que je vois, des visuels, et de l’infini de ceux-ci.

Parfois, des souvenirs lointains ou récents vont tout simplement apparaitre, certains très détaillés, d’autres qui semblent juste être là pour me rappeler quelque chose, pour me dire quelque chose. Que ce soit avec les yeux ouverts ou les yeux fermés. J'ai l'impression de voir beaucoup plus de visuels qu'avant, et qu'ils sortent de nulle part. Je ne sais pas comment mon esprit arrive à créer tout cela, que ce soit de l'imaginaire ou des souvenirs, mais je sais au fond de moi qu'il y a une raison.

Depuis longtemps, j'avais remarqué que quand je regarde une surface de couleur unis, par exemple un ciel bleu, je pouvais voir une certaine couche qui recouvrait celui-ci. J'ai toujours cru que c'était normal et que c'était parce qu'il y avait beaucoup de lumière. Mais avec les psychédéliques, j'ai enfin pu mettre un nom à cela et je ne suis pas le seul, ça s'appelle la neige visuelle. C'est comme la neige que l'on aperçoit sur un écran de télévision, mais j'ai de la chance, je suis sur un niveau assez bas, ce n'est pas non plus dérangeant, juste intriguant. Mais maintenant, je peux me focaliser dessus et voir plus précisément cette couche, cette neige. Cela se remarque aussi beaucoup le soir, quand j'éteins la lumière, je garde tout ce résidu lumineux dans l'iris, ce qui crée cette neige. C'est comme avoir mille milliard de phosphène bouger, tout ça les yeux ouverts. Et je me suis toujours demandé, finalement, est-ce qu'on voit pas tous la même chose? Est-ce que tout le monde a de la neige visuelle mais c'est juste que personne ne l'a remarqué?


Conscience

La conscience n’est pas créée par le cerveau, autant que la télé ne créée pas les programmes diffusés. La télé va être constitué d’éléments afin de diffuser les programmes et nous les montrer. C’est pareil avec la conscience. Notre cerveau va circuiter la conscience en nous, le cerveau n’est qu’un outil, un pont qui nous relie à la conscience. La conscience est universelle. Tout a une conscience. L’univers est sûrement le premier à avoir une conscience. Et la première manifestation de la conscience est l’esprit. Et dans chaque esprit, une partie plus ou moins créative est créée. L’univers est définitivement la chose avec l’esprit le plus créatif qu’ait jamais existé et qui continue d’accroitre.
Je l'ai sûrement dit dans un TR, mais avec le LSD et les champis, on invite d'autres dimensions parmi nous, alors qu'avec la DMT on est transporté dans d'autre dimension. Et c'est ça qui nous unis avec la conscience. On ne fait qu'un, avec tout. Le sujet de la conscience est tellement vaste et intéressant. Avec des substances comme la DMT, on idéalise l'image de la mort, on sent au plus profond de soi que ce qu'il y a après la mort est ce qu'il y a avant la naissance, l'infini. Je me répète à nouveau, mais on se rend compte aussi que tout à un sens, que tout est connecté. Et je pense que c'est ça la réponse, la réponse à la recherche du bonheur. On apprend à être plus patient, et lorsque tout va mal, ça va forcément aller mieux, et vice versa (mais c'est mieux de rester optimiste). Et je sais que la définition propre de la conscience est le fait d'être au courant de sa propre existence. Et si tout ce qui existe est au courant de sa propre existence? Et si tout ce qui existe connait sa place dans l'univers? Si on prend un arbre par exemple, celui-ci va communiquer avec les arbres qui l'entourent pour qu'ils protègent tous une graine qui est en train de pousser. Si on prend sinon des protons et des neutrons, ils savent qu'ils doivent s'allier et créer ensemble un électron qui va servir d'atome, qui est en quelque sorte la base de tout. Mais y a-t-il une conscience au delà?

C'est pour ça que j'ai envie de finir sur un autre sujet que je trouve également très intéressant et qui rentre en rapport avec la conscience. C'est au sujet des fractals. Je ne m'étais jamais questionner dessus, mais une fois avoir testé les psychédéliques, on entre dans un monde fractal, on peut apercevoir une certaine vision de l'infini avec beaucoup de netteté. Et je me pose souvent la question maintenant, est-ce que tout est fractal? Est-ce que l'univers est fractal? Sur un aspect scientifique, qu'avons nous au delà des particules subatomiques, au delà du champ unifié? Est-ce que ce champ unifié entre en relation avec la conscience universelle? Comme je l'ai dit un peu plus haut, je fais de la vidéo, et je ne trouve aucun documentaires français sur les psychédéliques, sur la conscience et tout le domaine qui englobe cet univers. Je trouve que c'est un sujet pas assez exploré en France, donc si vous en connaissez, je suis preneur.


Je vais m'arrêter là pour aujourd'hui, même si j'ai l'impression d'avoir oublié beaucoup de chose, je sais que je vais revenir indépendamment sur différents sujets que j'ai abordé, surtout sur l'aspect de la conscience et de l'esprit visuel. J'espère que ce n'était pas trop confus et mes prochains TR seront plus rapides et brefs. Ils sont déjà prêts et vous attendent impatiemment. Tout ce que je peux vous dire en attendant est que oui, je vous conseille d'essayer les psychédéliques. Juste faîtes vos recherches avant, et quand vous serez au bon endroit au bon moment, foncez.

Love x Bon Vivant




Remonter

Psychoactif
Psychoactif est une communauté dédiée à l'information, l'entraide, l'échange d'expériences et la construction de savoirs sur les drogues, dans une démarche de réduction des risques.


logo Don Soutenez PsychoACTIF

Droit d'auteur : les textes de Psychoactif de https://www.psychoactif.org sont sous licence CC by NC SA 3.0 sauf mention contraire.


Affichage Bureau - A propos de Psychoactif - Politique de confidentialité - CGU - Contact - Propulsé par FluxBB - Flux RSS