De l'acétylcystéine(mucomyst)pour diminuer le craving? / PsychoACTIF

De l'acétylcystéine(mucomyst)pour diminuer le craving?

Publié par ,
2667 vues, 8 réponses
Zapan 
Nouveau membre
France
000
Inscrit le 14 May 2015
45 messages
Bonjour à tous,

Je reviens d'une consultation avec un médecin d'un centre d'addictologie car ma consommation de coke devient préoccupante à mes yeux et celui de ma psychiatre : 3g/semaine en moyenne.

Le médecin m'a proposé du mucomyst pour diminuer la sensation de craving.

Est-ce vraiment efficace? J'aurai voulu quelques retours de forumeurs qui ont testé ce médicament.

Merci d'avance et bonne soirée à tous!

Hors ligne

 

prescripteur 
Modérateur
10600
Inscrit le 22 Feb 2008
9881 messages
Blogs
Bonjour, les articles sur le sujet datent surtout des années 2010. Le dernier article que j'ai trouvé date de 2012. J'ai (ou plutot Google) traduit le chapitre sur la cocaine.

https://cdn.intechopen.com/pdfs/40326/I … iction.pdf


4.1 NAC et dépendance à la cocaïne Le traitement NAC pour la toxicomanie a été principalement étudié chez les patients dépendants à la cocaïne, parallèlement à la publication susmentionnée d’études précliniques initiées par l’équipe de Kalivas (Baker et al., 2003a; Baker et al., 2003b). Dans l'une de ces études, l'innocuité et la tolérabilité de la NAC ont été évaluées chez 13 patients cocaïnomanes par ailleurs en bonne santé, ne recherchant pas de traitement et âgés en moyenne de 37,1 ± 7,6 ans. Lors de la première hospitalisation de l'expérience, les patients ont reçu soit quatre traitements de NAC (600 mg par traitement; 2400 mg au total) ou un placebo espacés de 12 h.
Dans une conception croisée, le traitement opposé (c.-à-d. NAC ou placebo) a été administré lors d'une hospitalisation au cours de la deuxième semaine. Le traitement par NAC a entraîné une réduction significative des symptômes de sevrage (évalués à l'aide de l'évaluation sélective de la gravité de la cocaïne, CSSA, une mesure des signes et des symptômes d'abstinence à la cocaïne; Kampman et al., 1998) tandis que le placebo n'a eu aucun effet. L'effet du traitement NAC n'était pas limité aux symptômes de sevrage, car il était également accompagné d'une réduction globale de l'envie autodéclarée (cinq éléments, y compris le désir d'utiliser, le niveau d'envie et d'autres concepts similaires, évalués sur des échelles de Likert à dix points) . Dans cette étude, la NAC a été bien tolérée pendant les périodes de traitement, sans effets indésirables significatifs ni avec des effets sur les paramètres biologiques primaires (fonctions rénale et hépatique, formule sanguine complète) entre les groupes. De plus, à la fin de la période de suivi de deux semaines, les patients ont affiché une diminution marquée à la fois des jours de consommation de cocaïne de 41% ± 7 (dans les quatre-vingt-dix jours précédant l'étude) à 27% ± 7, et des dépenses quotidiennes moyennes en dollars pour cocaïne de 30,31 $ ± 3,44 (dans les quatre-vingt-dix jours précédant l'étude) à 8,77 $ ± 2,52, ce qui suggère qu'un bref traitement par NAC, peut-être en favorisant une réduction des symptômes de sevrage et une envie subjective, peut avoir une efficacité prolongée même des semaines après la fin du traitement ( LaRowe et al., 2006).

En plus de cette évaluation clinique, à la fin de la période de traitement, les mêmes patients ont été exposés à une procédure de réactivité cue pour évaluer le désir de cocaïne. Au cours de deux séances, les patients ont reçu de manière semi-aléatoire des diapositives liées à la cocaïne, neutres et affectives (agréables et désagréables). Les lames (diapos) liées à la cocaïne produisaient une meilleure conductance cutanée que les lames neutres ou agréables. Le traitement par NAC n'a modifié les réactions physiologiques à aucune des lames vues (c.-à-d. Conductance cutanée et mesures de la fréquence cardiaque). Les diapositives sur la cocaïne ont évoqué des évaluations plus élevées du besoin, du désir de consommer et de l'intérêt pour la cocaïne, ainsi que des temps de visionnage plus longs par rapport aux diapositives neutres. Le traitement NAC a entraîné une motivation plus faible à consommer de la cocaïne par rapport au placebo lors de la visualisation de diapositives de cocaïne, caractérisée par un désir réduit de consommation, un intérêt réduit pour la cocaïne et moins de temps à regarder des diapositives de cocaïne. La soif de cocaïne a également été signalée comme étant plus faible dans la NAC que chez les participants traités par placebo, même si cette différence n'a pas atteint une signification statistique (LaRowe et al., 2007).




Dans une étude de laboratoire indépendante chez 6 patients cocaïnodépendants, avec un âge moyen de 41,8 ± 7,4 et un âge moyen de début de consommation de drogue de 18,3 ± 4,0, subjectifs `` high '', `` rush '' et envie de cocaïne ont été évalués à l'aide d'une version informatisée d'une échelle de Likert à dix points. Le patient devait utiliser un joystick et déplacer une languette le long d'une barre horizontale avec les ancres `` Le moins jamais '' et `` Le plus jamais '' à chaque extrémité, puis appuyer sur un bouton à la cote souhaitée après avoir visionné une vidéo neutre ou une vidéo sur la cocaïne et après une perfusion IV de cocaïne de 20 mg / kg. Cette évaluation a été réalisée la veille et après 3 jours de traitement NAC (1200 mg ou 2400 mg par jour, TID). Le traitement NAC a réduit de manière significative le besoin subjectif induit par la perfusion de cocaïne, tel que mesuré avant et après le traitement.

En revanche, la NAC n'a affecté aucune des mesures subjectives induites par les vidéos sur la cocaïne, ni n'a affecté les sentiments subjectifs de high et de rush induits par la perfusion de cocaïne (Amen et al., 2011). Enfin, dans une étude ouverte, 23 patients cocaïnomanes, âgés en moyenne de 40 ± 1,4 ans et d'une durée de vie moyenne de consommation de cocaïne de 13,3 ± 1,5 ans, ont été traités pendant 4 semaines avec trois doses différentes de NAC (1200, 2400 ou 3600 mg / jour). Dans une évaluation subjective, les trois doses de NAC ont diminué le nombre moyen de jours d'utilisation (de 8,3 ± 1,3 à 1,1 ± 1,4) et le montant dépensé (de 1292,8 $ ± 508,6 à 52,2 $ ± 25,9) au cours des 28 jours de traitement. Cela concordait avec une évaluation objective révélant que les dépistages urinaires étaient négatifs dans les deux tiers de l'échantillon pendant le traitement (sans comparaison avec la ligne de base en raison d'un manque d'échantillonnage significatif pendant cette période).

Les symptômes d'abstinence à la cocaïne (évalués avec le CSSA) ont diminué pendant la période de traitement. La rétention dans le traitement était significativement meilleure dans les groupes 2400 mg et 3600 mg que dans le groupe 1200 mg (88,9% et 83% respectivement, vs 37,5%). Les événements indésirables étaient légers à modérés, y compris les maux de tête, le prurit et l'hypertension artérielle, mais ne différaient pas significativement entre les groupes de traitement (Mardikian et al., 2007).

Ces résultats indiquent que l'administration de NAC (à des doses quotidiennes de 2400 et 3600 mg) peut être un traitement efficace pour la prévention des rechutes chez les patients cocaïnomanes, en raison de sa capacité à réduire les symptômes de sevrage et la sévérité du besoin. La sévérité de la symptomatologie de sevrage de la cocaïne à l'entrée du traitement est négativement corrélée avec le résultat du traitement et la durée de l'abstinence continue de cocaïne (Kampman et al., 2002). De plus, les sentiments subjectifs et objectifs de craving, même pendant les procédures expérimentales induites par des signaux et de perfusion de cocaïne, qui sont des prédicteurs des résultats précoces de l'usage de drogues et de l'attrition rapide du traitement (Rohsenow et al., 2007), sont réduits par la NAC, cela entraîne quelques effets secondaires légers à modérés. D'autres études avec des preuves de haut niveau (c'est-à-dire des études randomisées, en double aveugle, contrôlées par placebo, à long terme) doivent être menées chez des patients cocaïnodépendants pour déterminer les plages de doses efficaces, la durée optimale du traitement et les indications de NAC comme traitement pour le sevrage de la cocaïne ou comme médicament anti-dépendance (utilisé en complément de la psychothérapie pour aider les patients à maintenir l'abstinence).

Dernière modification par prescripteur (21 novembre 2020 à  18:49)


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

Initiativedharman 
Nouveau Psycho
France
000
Inscrit le 05 Apr 2015
81 messages
Blogs
Bonjour,
Mon médecin m'avait prescrit un autre médicament pour stopper le craving et il s'est avéré assez efficace à fortes doses 400 mg/jour, c'est l'Epitomax.

Hors ligne

 

Terson 
BioHacker
France
100
Inscrit le 25 Jul 2014
806 messages
Blogs

Initiativedharman a écrit

Bonjour,
Mon médecin m'avait prescrit un autre médicament pour stopper le craving et il s'est avéré assez efficace à fortes doses 400 mg/jour, c'est l'Epitomax.

Tu voulais pas avoir de la Ritaline pour l'addiction a la coke il y a quelque temps ? Tu n'a pas réussi a t'en faire prescrire ?

PS : Un bien beau pseudo, Namaste.


Sautez dans l'urinoir pour y chercher de l'or.
Je suis vivant et vous êtes morts - Philip K. Dick

Hors ligne

 

Sylrina3424 
Nouveau membre
France
000
Inscrit le 18 Nov 2019
29 messages

Zapan a écrit

Bonjour à tous,

Je reviens d'une consultation avec un médecin d'un centre d'addictologie car ma consommation de coke devient préoccupante à mes yeux et celui de ma psychiatre : 3g/semaine en moyenne.

Le médecin m'a proposé du mucomyst pour diminuer la sensation de craving.

Est-ce vraiment efficace? J'aurai voulu quelques retours de forumeurs qui ont testé ce médicament.

Merci d'avance et bonne soirée à tous!

Salut, moi aussi j'ai été addict à la c et à d'autres substances. J'ai été admis deux fois en cure et on m'a aussi donné du mucomyst. Techniquement c'est pas pour la sensation de craving mais pour te sevrer un peu. Mis à part le fait que ce soit dégueulasse et que je devais en prendre 3 fois par jour 2 sachets, j'ai pas vu de grande différence, mais en soit j'ai arrêté la cc donc ça marche sûrement. Continue à prendre ce traitement et fais part de tes questions aux médecins. Bonne continuation !

Hors ligne

 

Initiativedharman 
Nouveau Psycho
France
000
Inscrit le 05 Apr 2015
81 messages
Blogs

Terson a écrit

Initiativedharman a écrit

Bonjour,
Mon médecin m'avait prescrit un autre médicament pour stopper le craving et il s'est avéré assez efficace à fortes doses 400 mg/jour, c'est l'Epitomax.

Tu voulais pas avoir de la Ritaline pour l'addiction a la coke il y a quelque temps ? Tu n'a pas réussi a t'en faire prescrire ?

PS : Un bien beau pseudo, Namaste.

Oui je voulais de la Ritaline mais c'est mission impossible pour s'en faire prescrire. Il y a aussi le Modafinil mais c'est pareil.
Merci pour le pseudo, c'est une référence à la série Lost, peut-être as-tu saisi ! Namaste

Hors ligne

 

Terson 
BioHacker
France
100
Inscrit le 25 Jul 2014
806 messages
Blogs

Initiativedharman a écrit

Terson a écrit


Tu voulais pas avoir de la Ritaline pour l'addiction a la coke il y a quelque temps ? Tu n'a pas réussi a t'en faire prescrire ?

PS : Un bien beau pseudo, Namaste.

Oui je voulais de la Ritaline mais c'est mission impossible pour s'en faire prescrire. Il y a aussi le Modafinil mais c'est pareil.
Merci pour le pseudo, c'est une référence à la série Lost, peut-être as-tu saisi ! Namaste

Pas de HS, juste pour dire que je suis un grand fan de Lost, si tu le désire on peux en parler en MP smile

++ drinks


Sautez dans l'urinoir pour y chercher de l'or.
Je suis vivant et vous êtes morts - Philip K. Dick

Hors ligne

 

Sunrise-cha 
Nouveau membre
France
000
Inscrit le 20 Sep 2022
3 messages

Zapan a écrit

Bonjour à tous,

Je reviens d'une consultation avec un médecin d'un centre d'addictologie car ma consommation de coke devient préoccupante à mes yeux et celui de ma psychiatre : 3g/semaine en moyenne.

Le médecin m'a proposé du mucomyst pour diminuer la sensation de craving.

Est-ce vraiment efficace? J'aurai voulu quelques retours de forumeurs qui ont testé ce médicament.

Merci d'avance et bonne soirée à tous!

Salut!

Je lis ton message au moment où je me motivais pour aller à la pharmacie pour aller en (re)chercher. Je connais une nana sur qui ça a super bien marché. Alors j'ai essayé aussi sur les conseils d'une addicto. Mais je finissais par arrêter ou en prendre seulement de temps en temps.

Je viens de reprendre un suivi addicto et l'infirmière (géniale) qui m'a accueillie m'a dit de bien suivre le traitement de manière régulière, même quand tu consommés, et ça c'est le détail qui a fait tilt.

Ça marche super bien pour certains, moins pour d'autres, pas du tout parfois. C'est en fonction de chacun. Mais perso ça réduit mon envie. Et ne serait-ce que faire le geste de verser les deux sachets dans de l'eau me fait du bien. Sorte d'acte symbolique et motivant.

Essaye un temps ! Et ne te décourage pas si au début tu ne sens rien. Ça peut venir avec le temps.

Hors ligne

 

g-rusalem 
Psycho junior
6522
Inscrit le 12 Feb 2022
315 messages
Blogs

Les études que j'avais lues sur le sujet parlent d'une dose de 1200 mg (soit 6 sachets de 200 mg). Est-ce que les docteurs vous ont donné une raison de ne prendre que 400 mg ? La NAC est très peu capable de traverser la barrière hématoencéphalique, et pourtant l'effet visé dans ce cas, c'est un tamponnage de l'activité glutamaergique dans le cerveau. Apparemment, à plus haute dose, une plus grande quantité de NAC arrive à basser cette barrière circulation sanguine / cerveau. Je ne veux surtout pas me substituer à un avis médical, mais il m'apparaît que pour l'addiction à la cocaïne, la dose de NAC doit être plus importante que 200 mg pour ces raisons.



Une review récente que j'ai pu trouver sur le sujet.

N-acetylcysteine for treating cocaine addiction - A systematic review

L'objectif de cet article est d'examiner de manière approfondie la littérature actuelle disponible sur le traitement de la N-acétylcystéine (NAC) pour la dépendance à la cocaïne (études cliniques et expérimentales). Nous avons passé au crible tous les articles publiés avant février 2016 rapportant l'utilisation de la NAC comme intervention pharmacologique pour la dépendance à la cocaïne ou discutant de son potentiel comme approche thérapeutique pour la dépendance à la cocaïne. Nous avons décrit nos résultats de manière qualitative. 21 études correspondaient à nos critères de recherche : 6 essais cliniques et 15 études animales. Quatre études cliniques ont montré la capacité de la NAC à réduire l'état de manque, le désir de consommer de la cocaïne, le temps de visualisation des indices de cocaïne et les dépenses liées à la cocaïne. Des études sur des modèles animaux soutiennent également cette application de prévention de la réintégration de la NAC. La NAC inverse la perturbation de l'homéostasie du glutamate causée par l'usage prolongé de la cocaïne en restaurant la fonction de l'échangeur cystine-glutamate dans les cellules gliales et en inversant la régulation négative du récepteur GLT-1. Les données actuelles suggèrent un potentiel prometteur pour la NAC en tant qu'agent anti-rechute, car un essai en double aveugle avec placebo s'est avéré principalement négatif, sauf dans le sous-groupe de patients qui étaient déjà abstinents. Une dose optimale pour la prévention des rechutes pourrait être celle qui rétablit le glutamate extrasynaptique à des niveaux physiologiques et qui active de manière prédominante les récepteurs mGluR2 et 3, mais pas les mGluR5, qui sont liés aux rechutes. La NAC pourrait être mieux adaptée pour éviter les rechutes chez les sujets déjà abstinents.

nocitoechevarria2017.pdf

Au niveau des doses dans l'article, il semble y avoir un effet dose dépendant :

Un essai ouvert portant sur 23 sujets dépendants de la cocaïne, divisés en trois groupes recevant différentes doses de NAC (1200 mg/jour, 2400 mg/jour et 3600 mg/jour) pendant 4 semaines, a évalué la tolérance globale, la sécurité, la rétention et l'observance de la NAC ainsi que la consommation de cocaïne et les symptômes d'abstinence déclarés par les participants à l'étude. Cette étude n'a révélé aucune différence significative entre les effets secondaires ressentis par les différents groupes de dose. Les effets secondaires étaient légers et autolimités, et les trois plus fréquents étaient le prurit, les maux de tête et l'élévation de la pression artérielle (peut-être sans rapport avec le traitement NAC). Le nombre total de jours de consommation de cocaïne pendant la période de 4 semaines a été cliniquement et significativement réduit par rapport à ceux des 28 jours précédant le traitement. La moyenne des dollars totaux dépensés pour la cocaïne après le traitement par rapport à la moyenne avant le traitement était significativement réduite. Les taux de rétention favorisaient également les doses plus élevées de NAC (88% pour 2400 mg/jour, 83% pour 3600 mg/jour et 37,5% pour 1200 mg/jour) (Mardikian et al., 2007).

Dans un essai croisé en simple aveugle, six sujets dépendants de la cocaïne ont été traités avec de la NAC dosée à 1200-2400 mg/jour (chez quatre sujets) ou avec du Baclofène dosé à 600 mg/jour (chez quatre sujets) pendant un à deux séjours hospitaliers. Chaque séjour a duré quatre jours. Avant et après trois jours de traitement, les participants ont reçu une perfusion de cocaïne par voie intraveineuse et ont été exposés à une vidéo stimulant la cocaïne et à une vidéo neutre ; par la suite, leur état de manque, leur état d'urgence et leur sentiment d'euphorie ont été évalués. Les participants n'ont pas eu de changement dans leurs sentiments autodéclarés de high et de rush après une perfusion de cocaïne ; cependant, leurs niveaux de craving après le traitement NAC ont été significativement réduits, ce qui ne s'est pas produit après le traitement Baclofen (Amen et al., 2011).

Dans une autre étude ouverte, randomisée et croisée, menée avec 10 cocaïnomanes et 14 témoins, les sujets ont reçu une dose unique de 2400 mg de NAC ou aucun médicament. Une heure après l'administration de NAC, ils ont subi une spectroscopie par résonance magnétique protonique du cerveau. Lors de cet examen, par rapport aux groupes sans médicament, les groupes NAC ont présenté une réduction significative du rapport glutamate/créatinine dans le cortex cingulaire antérieur dorsal gauche, où le dysfonctionnement est associé à une inhibition des impulsions. Cette réduction n'a été observée que chez les cocaïnomanes ; la NAC n'a pas réduit le rapport glutamate/créatinine chez les témoins sains non cocaïnomanes. Ce résultat était attendu car la NAC peut seulement inverser les anomalies de l'homéostasie du glutamate (c'est-à-dire chez les personnes dépendantes de la cocaïne). Dans le groupe sans médicament, les rapports glutamate/créatinine étaient également plus élevés dans le groupe cocaïnodépendant que dans le groupe non-dépendant. Cette différence s'est normalisée après une dose unique de NAC. Cette étude a également trouvé une corrélation positive entre le ratio glutamate/créatinine et l'impulsivité (Schmaal et al., 2012).

En 2013, un essai contrôlé par placebo en double aveugle a été mené chez 111 adultes cocaïnomanes en traitement (LaRowe et al., 2013). Ils ont été randomisés entre un placebo, 1200 mg ou 2400 mg de NAC par jour pour un essai médicamenteux de 8 semaines. Les niveaux de benzoylecgonine (un métabolite de la cocaïne) ont été évalués. Aucune différence significative dans les niveaux de ce métabolite n'a été observée entre les groupes, ce qui indique que la NAC n'a pas eu d'effet sur l'abstinence. La conception de l'étude peut expliquer le résultat négatif de cet essai, étant donné que la plupart des individus n'étaient pas abstinents. La NAC pourrait être mieux adaptée à la prévention des rechutes chez les personnes déjà abstinentes, comme l'ont montré les études sur les animaux. En effet, dans le sous-groupe de l'échantillon qui était déjà abstinent, la NAC a augmenté le temps avant la rechute et a réduit l'état de manque, en particulier dans le groupe de 2400 mg (LaRowe et al., 2013).

J'ai pas le temps de mettre d'autres articles, mais pleins de drogues ont un impact sur l'équilibre glutamaergique et la NAC pourrait avoir une action bénéfique sur le craving d'autres composés.

Dernière modification par g-rusalem (23 septembre 2022 à  10:16)


Blog sur les neurosciences et la pharmacologie : https://www.psychoactif.org/blogs/g-rusalem_16998/

Hors ligne

 


Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

[ Forum ] Arrêt & Sevrage - Mucomyst pour lutter contre le craving ?
par Chatypus, dernier post 16 août 2020 à  21:29 par Chatypus
  4
[ Forum ] Diminuer sa consommation de coke
par Shiva, dernier post 16 février 2018 à  13:07 par Shiva
  5
[ Forum ] Craving
par Yeswecan, dernier post 31 août 2018 à  11:44 par Bootspoppers
  4
  [ PsychoWIKI ] Cocaine, effets, risques, témoignages

Psychoactif en Images
Plus d'images psychoactives
En ce moment sur PsychoACTIF  
 Appel à témoignage 
Avez vous des problèmes de médecin pour votre traitement de subst...
Il y a 3jCommentaire de Faust08 (12 réponses)
 Appel à témoignage 
Avez vous deja subi une "obligation de soin" pour les drogues ?
Il y a 10jCommentaire de VickNarobi (22 réponses)
 Forum UP ! 
Adb butinaca
Il y a 1jDiscussion sans réponse depuis 12h
 Forum 
La Mdma Peut crée de l’ Épilepsie ?
Il y a moins d'1mnCommentaire de Psychonogeek dans [MDMA/Ecstasy...]
(3 réponses)
 Forum 
Sniffer - Envie de tester la coke
Il y a 3h
1
Commentaire de LeCorbeau_G dans [Cocaïne-Crack...]
(23 réponses)
 Forum 
Consommer champignons frais
Il y a 3hCommentaire de Para de papel dans [Psilocybe - Champigno...]
(3 réponses)
 Forum 
Peganum Harmala Ou rue de Syrie
Il y a 4hCommentaire de Para de papel dans [Enthéogènes...]
(1 réponse)
 Forum 
Expériences - Je souhaite acheter de la MDMA (ou bien un dérivé synthétique proc...
Il y a 4hCommentaire de Hazema dans [MDMA/Ecstasy...]
(1 réponse)
 Forum 
Calmer les effets de la meth
Il y a 5hCommentaire de Garsduso dans [Crystal meth (méthamp...]
(1 réponse)
 Forum 
Arrêt & Sevrage - Peur de ne plus être "comme avant"
Il y a 8hCommentaire de Bhjfgeop dans [Codéine et dihydrocod...]
(1 réponse)
 Forum 
Arrêt & Sevrage - Arrêt brutal Xanax et cannabis
Il y a 8hCommentaire de Saint of killers dans [Benzodiazépines...]
(2 réponses)
 Blog 
La libertad
Il y a 10hCommentaire de Kanekilife dans le blog de Kanekilife
(1 commentaires)
 Blog 
PhotoACTIF
Il y a 10h
9
Commentaire de Kanekilife dans le blog de meumeuh
(127 commentaires)
 Blog 
Est ce que vous recevez ça a la pharmacie ?
Il y a 10hCommentaire de Kanekilife dans le blog de hyrda
(6 commentaires)
 
  QuizzZ 
Consommez-vous le MDMA/Ecstasy à moindre risque ?
Dernier quizzZ à 04:57
 PsychoWIKI 
Comment pratiquer le plug à moindre risque
 Topic epinglé 
Neurchi 2 Psychoactif
 Nouveaux membres 
MilleSalades, Pachtoul, Unmecnormaldebanlieue, ZepekMany nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
S'identifier

Mot de passe oublié

Morceaux choisis 

 Avez vous des problèmes de médecin pour votre traitement de substitution ?
par Faust08, le 29 Sep 2022
Coucou, Témoignage venant tout droit de Belgique (env 40 min de la frontière). Je suis à la recherche de TSO (typique ou atypique) depuis fin 2019 et cherche vraiment à stabiliser ma conso depuis debut 2021. En Belgique les CSAPA n'existent pas, ce sont les hôpitaux ,les ASBL et bien plus sou...[Lire la suite]
 Avez vous des problèmes de médecin pour votre traitement de substitution ?
par cependant, le 28 Sep 2022
Salut, moi par contre je peux témoigner de quelques difficultés (difficulté accès, refus de prescription et refus de soin)...même si pour l'instant ça se passe plutôt bien ! Ça vient peut-être du fait que j'étais partie sur un TSO non officiel aussi, mais ça se révèle être un avantage...[Lire la suite]
 Avez vous des problèmes de médecin pour votre traitement de substitution ?
par Fastofle, le 22 Sep 2022
Salut Pierre, je bosse dans une structure alliant un CSAPA et un CAARUD. Nous sommes dans les Hauts de France. Nous rencontrons ces derniers temps des difficulté d'orientation vers les généralistes du secteur pour la délivrance de traitement de substitution. Il y a plusieurs facteurs. - Dépa...[Lire la suite]
Tous les morceaux choisis
Les derniers champis

Très juste ! dans [forum] Mon rapport à la sexualité
(Il y a 9h)
Ca me rend parano... dans [forum] Envie de tester la coke
(Il y a 13h)
Hors sujet du forum dans [forum] Variole du singe
(Il y a 15h)
Merci pour l’article, qui rajoute des molécules suspectes à la fin! Zztop dans [forum] Dysfonctionnement sexuel lié aux anti dépresseurs et aux autres molécules
(Il y a 17h)
Good news ! Bon courage pr la suite ! G-rusalem dans [forum] Juste 2 mois de gbl 24/7 mais ultra dépendant physique
(Il y a 18h)

Pied de page des forums