Le test de dépistage de cannabis devient fréquent à  l'embauche / PsychoACTIF

Le test de dépistage de cannabis devient fréquent à  l'embauche

Publié par ,
18763 vues, 0 réponses
pierre
Web-Administrateur
6500
Lieu: Paris
Inscrit le 15 Sep 2006
14411 messages
Blogs
Le test de dépistage de cannabis devient fréquent à  l'embauche
YOHAN DOUCET
04/01/2013, 06 h 00 | Mis à  jour le 04/01/2013, 10 h 58

Réalisé systématiquement pour les professions dites à  risque, le test cannabis est de plus en plus “désir锝 par les entreprises, à  l’embauche. Sans cadre juridique clairement défini.

Théophile (1) ne s’y attendait pas. Lorsque la secrétaire médicale lui a demandé s’il acceptait de passer le test urinaire, sa réponse, empreinte de surprise, fut brève : "Non." Pour deux raisons : "D’abord, je me suis demandé si c’était légal. Puis, je me suis aussi rappelé que, l’avant-veille, un joint avait tourné lors de la soirée célébrant mon contrat..."

Ce contrat, la secrétaire le met justement en suspens : "Si vous refusez, vous serez déclaré inapte." Le ciel sur la tête, Théophile aborde décontenancé cette visite médicale d’embauche. Décide de revenir sur son refus et se prête au test urinaire. Positif.

Le médecin veut alors un test sanguin que Théophile devra effectuer le lendemain matin. Désabusé, ce dernier se dit que le poste d’ingénieur en recherche et développement dans le domaine viticole à  Montpellier - un poste pas vraiment à  risque - vient de lui passer sous le nez. Heureusement pour lui, le test sanguin est négatif. Il est déclaré apte. Ouf !

Le test cannabis commence à  être redouté des consommateurs

Moins “populaire” que l’alcootest, le test cannabis commence donc à  être redouté des consommateurs - réguliers ou pas - de cette drogue douce, auxquels les autorités ont décidé de mener la vie dure. Et pas seulement à  ceux qui prennent le volant (2) .

Le test cannabis pourrait bien être institutionnalisé dans le monde du travail. "Comme ça, en cas de problème, cela m’évite d’en porter la responsabilité", confie anonymement un directeur de société spécialisée dans les travaux publics. Sauf qu’il dispose déjà , dans le code du travail, d’un arsenal de sanctions face aux différents troubles du comportement. Pas besoin de test.

"Les consommations excessives ponctuelles ont tendance à  augmenter au travail" selon Marie-Laure Hémery, médecin du travail

Restent donc les postes à  risques, dont la définition juridique est floue, voire les postes à  responsabilité, dont la définition juridique est carrément nébuleuse. Si le test fait l’unanimité lorsqu’on évoque le transport de personnes ou les risques technologiques, il surprend quand il est question de fonctions administratives.

En fait, il faut y voir une approche plus globale que la consommation de cannabis. Dans le secteur tertiaire, si développé dans le Languedoc-Roussillon, voire dans le primaire, prégnant en Aveyron, ce sont surtout "les consommations excessives ponctuelles" qui sont dans le viseur, assure Marie-Laure Hémery, médecin du travail.

Les médecins du travail ont constaté une hausse "des problématiques psychosociales"

Les ivresses d’une consommation festive de drogue, d’alcool ou autres psychotropes "ont tendance à  augmenter" : "La caféine, la cocaïne stimulent, le cannabis déstresse." Même si les données chiffrées manquent, les médecins du travail ont constaté une hausse "des problématiques psychosociales" : "Il faut que les gens prennent conscience du danger."

La nécessité d’une prévention collective

Or, qui n’a pas entendu un de ses proches dire "ça va, je gère" avec le large sourire de celui qui ne gère pas ? "Mais, là , on empiète sur le champ personnel", d’où la nécessité d’une prévention collective, d’une discussion de fond avec les partenaires sociaux, concernant les procédures à  suivre.

Sur Montpellier, les trente-cinq médecins de l’Ametra gèrent 100 000 salariés dans 10 000 entreprises. Une tâche suffisamment ardue pour ne pas l’encombrer d’une défiance des salariés. Des campagnes d’information devraient donc logiquement se substituer à  cette peur naissante de... travailler.

(1) Le prénom a été changé.
(2) La loi du 3 février 2003 punit de 2 ans d’emprisonnement et 4 500 € d’amende toute personne ayant conduit sous influence de substances ou plantes classées comme stupéfiants. Récemment, à  Pérols (Hérault), un accident causé par un conducteur sous l’empire de stupéfiants a provoqué la mort d’un bébé et un vif émoi dans la région.


QUESTIONS À MARIE-LAURE HÉMERY ET AYMERIC DIVIÈS, MÉDECINS DU TRAVAIL

La récente réforme de la médecine du travail inclut un volet sur les addictologies. Sous quelle forme ?

A. D. : L’addictologie n’était jusqu’à  présent pas apparente dans les textes. La visée est préventive. Nous ne sommes pas dans une logique de sélection de salariés. Notre rôle est toujours de les encadrer, de les conseiller, de les protéger.
M.-L. H : Il s’agit aussi d’informer les employeurs, de former les CHSCT. Quels sont les symptômes, les risques de la consommation ?

Quelle place occupe le test cannabis dans cette prévention ?

A. D. : Pour nous, ce test n’est pas fonctionnel. Si un employeur veut mettre en place un dépistage, il ne peut pas le faire dans n’importe quelle condition. Cela doit apparaître dans son règlement intérieur, être validé par le CHSCT et, surtout, doit concerner les postes à  risque. Ensuite, un test laisse la possibilité d’une contre-expertise car on peut avoir des faux-positifs dus, notamment, à  des traitements médicamenteux. Il y a une problématique d’interprétation. C’est pourquoi je pense que nous, médecins du travail, ne sommes pas les mieux placés pour réaliser ces tests.

Qui choisit de faire passer le test ?

A. D. : Ce n’est jamais à  l’initiative du médecin du travail. En fonction de l’entreprise qu’il suit, le médecin vérifiera si le test est pertinent.
M.-L.H : Des médecins le font dans les entreprises, comme à  la RATP, à  la SNCF, dans les centrales nucléaires. Mais toujours sous le sceau du secret médical, ils ne divulguent pas les résultats. Ils se prononcent juste sur l’aptitude.

Alors, ce test est-il nécessaire ?

A. D. : Selon moi, le plus rentable, c’est faire de la prévention. Le test va créer plus de problèmes qu’il n’apportera de solutions.
M.-L. H. : Même si son existence a le mérite d’ouvrir les débats.

CE QUE DIT LE CODE DU TRAVAIL
L’article R 241-52 du Code du travail prévoit la possibilité pour un chef d’entreprise de pratiquer un test de dépistage de stupéfiant sur un salarié ou sur un candidat à  l’embauche afin d’occuper certains postes.

Mais le test doit être prévu dans le règlement intérieur de la société ; les personnes concernées doivent être informées de l’objectif et des conséquences que peuvent avoir les résultats. Cet examen, effectué dans le cadre de la médecine du travail, est soumis au secret médical (seule une inaptitude est prononcée) ; pour des postes à  risque, l’employeur peut exiger des tests périodiques. À noter qu’il n’existe aucun emploi pour lequel un dépistage régulier est autorisé.

source : http://www.midilibre.fr/

Hors ligne

 


Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire




    Psychoactif en Images
    Plus d'images psychoactives
    En ce moment sur PsychoACTIF  
     Psychoactif 
    Participez à l'etude : global drug survey - special covid-19
    Il y a 5jAnnonce de Equipe de PsychoACTIF
     Appel à témoignage 
    Pendant le confinement avez vous essayé d'arréter ou de baisser v...
    Il y a 3hCommentaire de Number613 (11 réponses)
     Appel à témoignage 
    Enquete sur les pratiques d'injection de la morphine
    Il y a 6jCommentaire de pierre (38 réponses)
     Appel à témoignage 
    Arrivez vous toujours à trouver vos prods à l'heure du (post)conf...
    Il y a 17hCommentaire de Milesdavince (439 réponses)
     Forum UP ! 
    Skin Popping
    Il y a 1jDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum UP ! 
    Question par rapport a une conso
    Il y a 1jDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum 
    Première fois - Premier trip de LSD
    Il y a 47mnCommentaire de Raoul Duke91 dans [LSD 25...]
    (10 réponses)
     Forum 
    Info sur la Dermorphine ?
    Il y a 1hNouvelle discussion de Arteno dans [Opiacés et opioïdes...]
     Forum 
    Zopiclone + Diazepam?
    Il y a 2hCommentaire de braveocean dans [Zolpidem (Stilnox) et...]
    (4 réponses)
     Forum 
    Après le sevrage - Pendant le confinement avez vous essayé d'arréter ou de baisser vo...
    Il y a 3h
    2
    Commentaire de Number613 dans [Decro - Sevrages... e...]
    (11 réponses)
     Forum 
    Culture - Mycelium ou champis
    Il y a 3hCommentaire de Andel_De_BXl dans [Psilocybe - Champigno...]
    (5 réponses)
     Forum 
    [Sondage] Etes vous plus cannabis sativa ou cannabis indica.
    Il y a 4h
    4
    Commentaire de Mister No dans [Cannabis...]
    (86 réponses)
     Forum 
    Diazépam - Petit sevrage, oral ou sublingual ?
    Il y a 4hCommentaire de prescripteur dans [Benzodiazépines...]
    (1 réponse)
     Forum 
    Une prohibition plus directe?
    Il y a 4h
    1
    Commentaire de prescripteur dans [Actualités...]
    (3 réponses)
     Blog 
    Le Crack c'est la vie!
    Il y a moins d'1mnNouveau blog de whitejunkee dans [Opinion]
     Blog 
    Tunk
    Il y a 2hCommentaire de Ocram dans le blog de janis
    (1 commentaires)
     Blog 
    Inutile de regarder en arrière
    Il y a 7hCommentaire de Velios87 dans le blog de Quiangxx
    (1 commentaires)
     
      QuizzZ 
    Evaluer votre dépendance au cannabis
    Dernier quizzZ à 08:04
     PsychoWIKI 
    Cannabinoïdes synthétiques
     Topic epinglé 
    Neurchi de Psychoactif
     Nouveaux membres 
    G6k, hellfish, Quiangxx, Deujn, Napoléon1769 nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
    S'identifier

    Mot de passe oublié

    Morceaux choisis 

     Pendant le confinement avez vous essayé d'arréter ou de baisser votre consommation de drogues ?
    par Federicoloco, le 30 May 2020
    Salut, je suis lecteur de psychoactif depuis quelques années maintenant, et ta question m'a décidé à m'inscrire il y a tout juste 5 minutes afin de répondre,(édit après écriture: vu le pavé, beaucoup plus en fin de compte) ... Et bien pour ma chérie et moi, qui prenions de l 'héro depuis...[Lire la suite]
     [TUTORIEL] Injecter le xanax et les autres benzos simplement
    par L'Apoticaire, le 18 Jun 2019
    Bonsoir, On est beaucoup à savoir que le xanax et la plupart des benzos ne sont pas ou presque solubles dans l'eau, et donc de ce fait, non-sniffables et non-injectables avec de l'eau PPI. Mais, les benzos se dissolvent très bien dans le propylène glycol, propylène glycol que l'on peut facilem...[Lire la suite]
     La meilleure méthode d'extraction de DMT pour non chimistes : Cyb's Hybrid ATB Salt Tek
    par SillyCone, le 22 May 2020
    Coucou les aminches ! Comme je suis en train de me refaire une petite extraction de mimosa, j'en profite pour vous poster la méthode que j'utilise depuis sa sortie en 2012, traduite par Gogole : Cyb's Hybrid ATB Salt Tek en français A suivre A LA LETTRE, sans changer la moindre virgule. Pas qu...[Lire la suite]
    Tous les morceaux choisis
    Les derniers champis

    Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (plotchiplocth) dans [forum] Pendant le confinement avez vous essayé d'arréter ou de baisser votre consommation de drogues ?
    (Il y a 9h)
    Amende et inscription au casier... Ah bravo / Blast dans [forum] Une prohibition plus directe?
    (Il y a 12h)
    Je fais pareil! dans [forum] Cuisiner la ké ?
    (Il y a 24h)
    lol dans [forum] Neurchi de Psychoactif
    (Il y a 1j)

    Pied de page des forums