Traitement anthalgique de la douleur aigue sous TSO / TMO ; l'experience d'un usager et patient / PsychoACTIF

Traitement anthalgique de la douleur aigue sous TSO / TMO ; l'experience d'un usager et patient

Publié par ,
1329 vues, 12 réponses
Acid Test 
PsychoAddict
1700
Inscrit le 28 Sep 2014
2710 messages
Bon, je ne sais pas trop par où commencer tellement j'ai de chose à dire , tellement j'en ai gros su le coeur et me sens au bout du rouleaux et tellement j'en ai ras le bol ayant passé la barre des 50 ans et voir toujours aussi peu d'évolution sur ce sujet précis mais aussi sur le sujet en générale !
J'ai vu dans ce sous forum , le topic sur le traitement anthalgique de la douleur aigue pour les patients sous TSO ou sous traitements de maintenance aux opis , comme c'est mon cas , je me suis dit que c'était l'occasion de parler de ce que j'ai vécu récemment et vit depuis un moment et de mon ressenti en générale sur le sujet de la dépendance aux opiacés dans notre société .

Vu que je viens de vivre cela récemment alors que je redoutais cette situation depuis des années , comme un de mes  pires cauchemars ( ils tournent tous autour de cette problèmatique )  , j'en avais meme parlé à mon médecin et il m'avait dit de ne pas m'inquiéter , que la loi Française stipule bien que comme n'importe quel autre patient , les médecins traitant  les  personnes dépendantes aux opiacés , pour la douleur aigue ( comme suite â un accident de la route important par exemple)   , se doivent de soulager leur douleur tout autant que pour celles des personnes non dépendantes à ces substances ou sous traitement  depuis peu de temps  et ou â petite dose.
Mais ça , c'est en théorie et évidemment , dans la pratique , il me semble que nous en sommes extrêmement loin , en tout cas c'est l'expèrience que j'en ai et je peux en attester pour l'avoir vécu dans un grand hopital de région parisienne récemment !
Non, une personne dépendante aux opiacés n'est pas un sous citoyen / citoyenne et n'a aucune raison d'accepter d'etre traitée comme tel !

Le sujet que je souhaite aborder est en priorité  celui du traitement de la douleur aigue pour les personnes dépendantes aux opiacés et déjà sous TSO ou traitement de maintenance aux opiacés mais aussi le ( poids) ressenti de vivre en tant que personne dépendante d'un TMO en plus d'une conso d'hero .
Un ressenti vécu de cette manièrec non pas à cause des substances elles memes et de leurs conséquences sur l'organisme et  ma vie mais de la vision de ces substances dans notre société , celle qu'en a le  corps médicale et des lois en place   !

Je précise que je donne mon opinion personnelle et mon expérience récente sur le sujet, ne l'impose à personne mais durant des années de dépendance aux opis , j'ai eu l'occasion de remarquer que j'étais loin d'être le seul à ressentir les choses ainsi et à penser cela .
J'ai toujours eu une sainte horreur des hôpitaux ( peut ettre entre autre du fait d'y avoir passé des mois ètant petit en pédiatrie , pour une maladie grave ,meme si au final ça s'est bien fini ) et de la manière dont on y est traité trop souvent , infantilisé , on a ( trop) souvent l'impression d'etre plus traité comme un objet  plus que comme un etre humain ( un " patient" comme ils disent mais déshumanisé , surement du , entre autres  certainement mais pas uniquement selon les personnes , à  leur habitude de côtoyer tous les jours la maladie, la mort, les accidents ...etc La banalisation et dans un certain sens , le besoin qu..ils doivent avoir de se blinder, de prendre du recul, parfois trop , pour ne pas se laisser trop envahir par tout ça dans leur vie )  et  pris pour un "con " par moments au moins   , alors qu'on nous ballade en nous racontant souvent n'importe quoi à certains moments au moins aussi, pour qu'on foute la paix au personnel soignant et aux médecins !
C'est quelque chose que je ne supporte pas/ plus  !
Comme en plus je n'ai pas fait l'armée , ayant beaucoup de mal avec le fait de me voir imposer tout un tas de choses  qui me semblent  absurdes  ou inappropriées,   alors que je suis tres indépendant et aime mener ma vie comme bon me semble à partir du moment oû je ne fais de mal à personne , ni n'impose quoi que ce soit aux autres , j'ai déjà à la base , beaucoup de mal avec la vie en tant que patient dans un hopital .

Mon pire cauchemar, étant dépendant aux opiacés , d'un coté avec un traitement de maintenance et de l'autre de l'heroine depuis un certain temps,  est depuis longtemps de me retrouver â l'hopital après un accident de la route par exemple et que l'on ne me donne pas ce qu'il faut pour soulager ma douleur en plus de me laisser  en manque !
Je précise que  j'ai recommencé à prendre de l'heroine il y a un peu moins de 3 ans apres un énorme traumatisme , du genre de celui où vous voyez le projet de toute une vie , votre raison de vivre depuis des décennies , en grande partie détruit en quelques heures à cause d'un sinistre important apres avoir pourtant arrété toute autre conso que mon traitement pendant un bon moment et avoir meme réussi â baisser mon traitement de moitié jusqu'à ce sinistre ) .

Tout ça , après  etre passé pendant pas mal d'années par les différents types de TSO que j'ai mal supporté ,voir très mal , dont 1 an de Subu et 7-8 ans de methadone et avant ça ,  la cure sans TSO  , avant la généralisation de ces derniers vers 1994 ou 95.
Cure sans TSO qui, je précise,  m'a rendu alcoolique pendant 10 mois à l'époque , alors que je "déteste " l'effet de l'alcool passé le  stade de  la légère , si ce n'est euphorie , la manière dont l'alcool peut détendre et " délier les langues " hormis les tres bons vins rouges lors de sorties au restau ou de bon diners entre amis ( mais c'est vraiment plus pour le goût que pour l'effet )  parfois une caipirhina , margharita ou ce genre de cocktail lors d'une sortie mais cela reste rare , la dernière datant d'il y a 3 ans ; c'est pour dire !
Meme si avec une vie différente il pourrait m'arriver de boire un peu plus que ça et étant plus jeune , sortant beaucoup plus , je buvais quand meme plus mais n'ai jamais approché l'alcoolisme de près ou de loin hormis lors de ces 10 mois oû l'on m'avait gavé de médocs que je ne supportais pas comparé â l'heroine , qui a toujours été pour moi une substance qui me facilitait la vie survcertains aspects meme si elle me la complquait par d'autres ( je pense, surtout du fait de la législation en place sur les drogues ) et celle qui me  convenait le plus comme sorte d'auto-médication ( meme si je pense que dans l'absolu , l'idéal est de de pas etre dépendant de quoi que ce soit mais comme la vie s'acharne à nous le rappeler , on n'a pas toujours ce que l'on'veut dans la vie et ce à au sujet de nombreuses choses )   ,bien que j'ai adoré prendre du LSD régulierement pendant 2-3  ans au moins au début des 90's , lors du début des Raves et ayant aussi été un très gros  fumeur de hashish pendant quasiment 30 ans , ayant arrété du jour au lendemain il y a 5-6 ans au moins je crois !).

Sur les 23 dernières années , il'n'y a eu qu'un an ou un an et demi que j'ai passé sans etre dépendant aux opiacés et on peut dire que les 13 dernières années j'ai été dépendant à ce qui peut être plutôt considéré comme une  haute dose , pour le commun des mortels , arrivant à beaucoup réduire à certains moments et augmentant à d'autres  , comme certains d'entre vous ici .
Je suis le genre de personnes qui dans les pays où ça existe , j'aurais surement un traitement de maintenance à l'heroine mais la France étant toujours aussi en avance sur les autres pays occidentaux sur ce type  de question , il se  trouve que ça n'existe pas chez nous , qu'il n'y a à ma connaissance jamais eu d'essais et qu'à mon avis , à mon plus grand desespoir , loin est le jour où ça risque d'arriver chez nous ( et dans des conditions non dégradantes humainement , pour les personnes qui en bénéficieraient )   .
Même  si je dois bien reconnaitre que par rapport à d'autres pays  , la france est loin d'etre dans les pires pays au niveau de l'accès aux  traitements de substitutions, meme si malheureusement  , je suis loin d'etre sur que l'accès à ceux ci et leurs  conditions d'accès , sont loin d'être les memes partout en France  , y compris en me basant â partir de témoignages lus ici ) et notamment entre les grandes villes et  en premier lieu en région parisienne et une grande partie des  petites villes de province .

En temps normale , ces derniers temps je devais donc jongler entre mon traitement et comme je l'expliquais , un retour à une consommation d'heroine en plus à coté depuis l'important  traumatisme que j'ai subi ( et c'est peu de le dire ) .
Il'va sans dire que ça me coute cher et j'y ai laissé pas mal  d.'argent ( pourtant l'heroine  ne coute rien à produire et dans une société où les  lois  seraient différentes, le cout d'une consommation journalière serait bien  moindre ) , que j'avais de coté , meme si jusqu'à récemment , j'avais  réussi à diminuer ma consommation d'heroine de 2,5 g lorsque je me suis mis à en reprendre , à un peu moins d'un g ces derniers mois au moins , jusqu'à ces dernières semaines où la qualité de ce à quoi j'ai accès a diminué , en plus d'un accident de la route important , ayant des conséquences sur ma consommation .

Et j'en arrive donc au sujet du topic , le traitement de la douleur aigue chez les personnes sous TSO et TMO.

Je remarque au passage , il me semble , que l'on dit TSO pour traitement de substitution  aux opiacés mais on dit MSO pour traitement de maintenance aux opiacés.
Dans l'acronyme de l'un ( TSO) , le mot  traitement est inclu, alors que dans l'autre  ( MSO) il ne l'est pas bizarrement !
Alors si j'ai bien compris,  on parle de TSO mais de l'autre coté il me semble  que l'on parle de traitement MSO .
TMO me semblerait plus logique dans ce  cas meme si c'est plus un détail qu'autre chose .

Suite â un accident de la route en moto ces dernières semaines je me suis retrouvé aux urgences d'un grand hopital de région parisienne, les   deux doubles roues arrières d'un "camion " de plus de 25 tonnes ,m'ayant  roulé dessus !
J'avais à ma droite un camion garé à un endroit où c'était interdit et à ma gauche un camion devant lequel il y avait un bus , j'ai vu que je n'allais pas avoir le temps de passer avant le camion alors que la voie de circulation rétrécissait de 2 voies à une seule ( dans le sens où je circulais en tout cas ) , du coup j'ai  freiné , la roue avant a glisse sur quelque chose et je me suis retrouvé en partie sous le " camion"  sans meme l'avoir touché (d'après mes souvenir ) , juste devant les deux doubles roues arrières du camion .
Si  j'avais eu un choc contre lui la moto encore debout , j'aurais percuté le camion sur ma gauche ( sur son coté droit) et je serais tombé de l'autre coté ( â droite donc, contre le camion mal garé ) et si la distance entre le bas du camion et le sol avait été plus courte , le coté droit  du camion m'aurait stoppé avant que je ne passe dessous, hors je n'ai pas touche le coté du camion mais me suis retrouvé directement en dessous, devant ses roues arrières.
Je précise qu'étant en agglomération, la vitesse à laquelle s'est passé l'accident n'était pas importante ( ni la mienne , ni celle du camion).
Arrivé de la police et des pompiers rapidement, ces derniers m'amenat rapifement dans un grand hopital.
J'ai vraiment cru que  j'allais crever lorsque ce camion m'a roulé dessus !
J'ai du avoir  un premier scanner en arrivant en fin de matinée et j'ai passé la journée aux urgences .
Résultat d.'après eux, hanche fracturée d'un coté ( et une douleur irradiant face interne haut de la cuisse  , du coté de la hanche fracturé, qui m'a empêché de prendre appui sur cette jambe , ou sinon douloureusement et donc de marcher vraiment depuis des semaines , meme si ça commence à être moins douloureux  !  ) ,  coude fracturé de l'autre coté et traumatisme important au thorax et aux côtes !

Au début ils m'ont donné de la morphine en intraveineuse , ils ne savaient pas encore que j'étais dépendant à haute dose mais ayant consommé un g ( de ce que j'avais comme hero de  bonne qualité à ce moment là,   tard la veille au soir , ça a tenu le manque éloigné une bonne partie de la journée , jusqu'en fin de journée .
Entre temps je leur ai dit avoir un traitement journalier d'oxycodone à un dosage important et leur ai communiqué le nom de mon médecin â contacter à ce sujet notamment .
Un addicto vient me voir, le genre sur de lui er me dit un truc du genre " c'est mon métier , je m'occupe de tout ...etc " .
Vers 19h30 ils me donnent un peu plus que la moitié de mon traitement â prendre par orale , hors à cette  heure là , habituellement, je prend mon traitement d'un coup à l'orale , puis jusque là , 0,4g d'hero en waterlining vers minuit / 1h00 et encore 0,4g vers 2-3h du matin ( et ce avec une hero testée comme tournant autour des 50% de pureté en moyenne  quand elle est bonne ( voir plus parfois en comptant la 6mam).
Il va sans dire qu'étant dépendant a des doses importantes depuis des années je ne ressent plus du tout les opiacées commles personnes naives qui en prennent pour la premiere fois ou en prennent rarement , ni comme les personnes devenues dèpendantes depuis pas tres longtemps ( pas de nombreuses années en tout cas ) et je suis donc dans un état tout â fait normale toute la journée , avec le temps de réaction d'une personne en état normale .
Par  contre a l'inverse , c'est quand je suis en sous dose importante ou carrément en manque , que je ne suis pas en état normale et pas en pleine possession de mes moyens.
I n'y a que le soir vers le début / milieu  de soirée , quand je prend mon traitement d'un coup et que je n'ai pas mangé depuis plusieurs heures , en le prenant à jeun donc  , d'autant plus si je prend de l'hero peu de temps après plutot que plus tard en fin de soirée  , que je ressent l'effet et si je suis devant la TV, je me laisse somnoler tranquilement pendant quelques heures .
Si j'espace les prises de plusieurs heures , je ne sent rien de particulier , ni somnolence ni rien hormis le fait de ne pas etre en manque, hormis si l'hero a un niveau de pureté  particulièrement  élevé et surtout par rapport au taux de pureté de l'hero que je touche habituellement.

Vers 19 ou 20h , ils me font un second scanner ( il me semble bien en avoir eu un en début de journée et apparemment ça faisait des heures qu'on m'attendait dans la salle en question, pour me faire cet examen.
Puis on me monte dans une  chambre , alors que je n'avais plus du tout envie de somnoler contrairement à dans la journée ou entre la fatigue ( j'avais peu dormi cette nuit là), , le choc de l'accident et l'adrénaline retombée , la morphine en perfusion, j'avais somnolé par épisodes toute la journée mais lâ je sentais que mon corps n'allait pas tarder à avoir besoin de sa dose !
Deux infirmières de nuit débarquent, du genre blasée , désagréables, qui coupent court à toutes discussions ( alors qu'hormis l'addicto que j'avais trouvé assez hautain , le reste du personnel soignant avait éte assez sympathique toute la journée,compatissant; humain quoi et j'en avais vraiment besoin .
La dose d'oxy qu'ils m'avaient donné et le fait que ça faisait moins de 24h que j'avais consomme mon hero ( qui tenait au corps) , faisait que jusqu'ici ca allait encore .
En plus de ça , j'avais mam partout et pouvais très peu bouger .
Je sentais que la nuit n'allait pas bien se passer , d'autant plus vu le type d'infirmières sur qui j'étais  tombé et mon pressentiment s'est avéré tout â fait juste !
J'essaie de ne pas m'angoisser à l'avance , de profiter du fait de ne pas etre encore en manque pour m'endormir après avoir mangé la moitié d'un plateau repas insipide .
Malheureusement je le réveille vers  deux heures du matin , entre douleurs et manque et demande aux infirmières de soulager ma douleur car j'ai vraiment mal .
On me colle de l'acupan dans la perf et on me dit sèchement d'attendre que ça agisse alors que je demande en ralant de douleur , de la morphine mais on me répond que j'ai déjà eu ma dose jusqu'au lendemain .
Une demie heure/ une heure plus tard, ça n'agit toujours pas , j'ai passé mon temps à geindre de douleur et de manque , les infirmières me disent que je ne suis pas tout seul, sous entendu que je fais tropnde bruit et je leur rèpond que je souffre et que j'ai besoin de morphine.
Elles me filent un valium à avaler avec de l'eau et je leur dit que ça ne va pas me calmer et continue à geindre car ça devient de plus en plus insupportable !
Au bout d'une heure peut etre , alors que je continue à râler et supplier qu'on m'achève plutôt de me laisser dans cet état ( tout en sachant que malheureusement elles  ne risquaient pas de céder à mes suppliques ) , souffrir à ce point des douleurs et dunmanque conjugués , les infirmieres reviennent et me filent du paracetamol à avaler et là, je leur dit que vraiment on se fout de ma gueule, que je n'en peux vraiment plus et que je souffre le martyr et que c'est inhumain de laisser souffrir suelqu'un comme ça !
Mais je ne ressent pas une once de compassion et d'empathie de leur part et elles me disent ne rien pouvoir me donner de plus pour aujourd'hui !
J'ai donc passé  la nuit à râler et geindre de douleur, a supplier qu'on soulage celle ci   , ave quelques épisodes de somnolence/ se mi sommeil , la douleur m'épuisant .
Et ça a duré jusqu'à 14h30 comme ça , où pendant toute la matinée l'infirmière de jour ( plus humaine que ses collégues de nuit ) , m'a dit  que le médecin aller passer d'ici peu pour me orescrire l'autre partie de mon traitement oxy mais qu'il fallait l'ordo du médecin pour aller en chercher en pharmacie , car ils l.mR ils n'en avaient soit disant pas .
Une attente interminable ...
Un médecin passe finalement en milieu d..aprem et me dit qu'ils ont décidé de ne pas m'opérer et que si j..arrive à marcher avec le kinéc je pourrais rentrer chez moi le soir meme.
Malgré mes difficultés énormes rien que  pour essayer de tenir debout , j'ai tout fait pour rentrer chez moi le soir meme car j'ètais a bout de berfs et je savais que j'avais tout ce qu'il fallait niveau anti douleurs haut de gamme chez moi , pour me sentir enfin mieux !
Je tenais a peine debout , la kinécgentillement me prete des béquilles car sinon il fallait que quelqu'un aille m'enchercher en pharma pour que je puisse sortir maus je n'avais personne autour de moi pouvant s'en occuper !
À 20h ils ont appelé l'ambulance , qui a du arriver vers 21h30 ou 22h et m'a ramené chez moi !
Je venais de passer une des pires nuit de ma vie et au fond de moi je me disais que je n'allais pas laisser passer ce que j'avais vécu cette nuit là , sans réagir et m'en plaindre à qui de droit, y compris à 'hosto en question !
Et la je me dis , tout , sauf revivre cela encore une fois , je prefere me suicider que vivre ça à nouveau ; ça m'a traumatisé !
Surtout que ça faisait plusieurs années que je redoutais un tel incident et en avais meme parlé a mon médecin qui avait essayé de me rassurer comme il pouvait mais je n'en avait pas cru un mot et j'avais vu juste !

J'ai donc passer des demaines chez moi , oû je savais que ça allait etre tres difficile, vivant à' l'étage ( sans ascenseur évidemment vu que c'est la maison de ma mère mais qui n'est pas là depuis le sinistre mais en province et que j'avais tres peu de gens à qui demander de l'aide .
J'ai survé cu comme j'ai pu , mangeant parfois plusieurs jours d'affilé juste un ou deux paquets de gateaux car je n'avais personne pour me faire des courses à ces moments là ( les gens aident un peu a tour de role mais je ne peux pas leur demander tous les jours et vu que j'ai peu de personnes à qui demander ...)
Jamais je ne serais parti de l'hôpital aussi rapidement si on ne m'avait pas laissé souffrir de la sorte pendant 12 heures et je savais que le manque n'allait que s'intensifier !     
Je suis fatigue , épuisé par tout ça !
En plus de ça mon plâtre  ( fait en plâtre comme les vieux plâtres  d'il y a des décennies et non e résine , plus résistante et légère ) a ètè fait n'importe comment et a commencé à se desagrèger en plein de petit morceaux et se ramollir des les premiers jours et il y a une semaine, jeudi soir dernier, , un ami ambulancier passé me faire des courses me fait remarquer que le platre était rosé au niveau du coude , me demandant sui j'avais saigné .
Je lui dit qu'il n'avait pas saigné pendant plusieurs semaines et que c'était étonnant que je me mette a saigner maintenant et comme c'était plus rosé que rouge, il me dit que j'ai du mettre mon coude dans quelque chose sur la table en mangeant ou un truc du genre .
Vendredi soir ,je me fais des pates et j..ai du porter un peu la casserole et la poele pour les laver , faire à manger , meme si j'essaye de me faire rapporter des trucs tout faits , ne pouvant meme pas descendre ouvrir la porte a des livreurs de bouffe , il faut que les personnes venant me voir prennent un double des cles chez une voisine pour rentrer chez moi.
Le lendemain ( samedi)  en  fin de journée , le soir et toute la nuit de  samedi à dimanche , j'ai eu mal au coude , comme si ça me brulait , mais le dimanche ça allait mieux bien que j'etais inquiet .
J'appelle les urgences d'un hopital près de chez moi qui me dit ne plus avoir de service orthopedie piur refaire mon platre et me deconseille de venir , me disant d'aller aux urgences de l'hopital d'une ville voisine mais leurs urgences me deconseillent de venir le week end car ils sont en sous effectif comme le soir et la nuit ( en gros faut pas etrevmalade le soir et le week end !) .
Ayant RDV aujourd'huu jeudi pour radios et controle et découragé d'aller aux urgences, n'ayant plus mal en plus ( mais inquiet tout de meme d'un possible saignement dans mon'platre ) , Lundi je me dis que je vais attendre les RDV de jeudi.
Hier , inquiet quand meme je rappelle les urgences en leur expliquant et le type , speed , me dit qu'on n'est plus à un jour près meme si ça va faire une semaine qu'on m'a fait remarquer un possible saignement et que ça peut attendre un jour de plus .
Aujourd'hui , deux heures d'attente pour mon RDV , radios, la hanche ça va  mais  en retirant le platre ils voient que ça commence à s'infecter ( un escarre auraitvdonc bien saignè dans le platre  , décide de ne pas remettre de platre mais un pansement â  faire changer tous les deux jours et décident de ne pas me mettre sous antibio et d'attendre d'ici une semaine, un nouveau RDV pour voir si ça  guérit ou s'infecte plus .( auquel cas ce sera antibio) .
Parallèlement ça fait un certain nombre de jours  que le soir, je ressent une br'ulure au thorax , plutot sur la peau et ça s'arrete dans la soirée , peut etre avec les doses d'hero mais ce soir ça a été plus fort et un peu plus longtemps et n'a pas disparu complètement au bout d'un moment , contrairement aux autres soirs alors ça m'inquiète  !
Mais les hôpitaux , là, je n'en  peux plus , ça me stresse à  mort et je n'ai qu'une peur c'est de revivre une nuit comme l'autre !
Hors de question de subir un sevrage forcé et â 50:piges et apres de tres nombreuses années de dépendance ( quasi 24 ans avec une pause d'un an , voir un an et demi, il y a 13 à 15 ans ) je ne suis plus un gosse , je n..ai pas envie qu'on décide pour moi sans connaitrecet comprendre ma vie  !

Dernière modification par Acid Test (22 octobre 2022 à  05:32)

Reputation de ce post
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (pierre)

Hors ligne

 

Acid Test 
PsychoAddict
1700
Inscrit le 28 Sep 2014
2710 messages
Désolé , mon post précédent  est long  mais ce topic s'apparente à u cri de dèsespoir ,généré par une situation générale mais aussi  l'accumulation de beaucoup de  soucis , de galères , de fatigue et pourtant je ne fais pas parti des plus démunis et laissés pour compte, qui vivent dans la rue avec le poids des raisons pour lesquelles ils en sont là , aussi diverses et variées qu'elles peuvent etre extrèmes ou meme simples parfois !le processus inexorable d'une pente que l'on dégringole  car on a décroché à un moment et où l'on  s'est retrouvé à faire face à plus de probllèmes que l'on arrive à en supporter et à en solutionner,  vu comme ils se sont accumulés et ont ensevelit et/ ou annihile , la volonté et la force que l'on pouvait avoir pour essayer d'y faire face .
Ce soir je pense aussi à toutes ces personnes maltraitées par la vie, qui se retrouvent dans des situations souvent de plus en plus inextricables ( ou en tout cas, pas sans l'aide de personnes autour d'elles  ).

Concernant les raisons amenant à laisser ce type de patients hurler de douleurs toute une nuit sans le traiter correctement niveau douleur ( et manque) , viendrait d.'après u docteur d'un manque de formation et du fait qu.,uncun spècialiste n'est dispo pour s'eoccuper , de la fin d'après midi , au lendemain matin dans la matinée, ainsi surement de décisions  politico- médicales !
Tout ça , en 2023 bientôt  et dans Paris ( capitale Française )  et la région parisienne entre autres , ou la loi Française n..est pas appliquée !

Dernière modification par Acid Test (21 octobre 2022 à  08:37)

Hors ligne

 

prescripteur 
Modérateur
11200
Inscrit le 22 Feb 2008
10080 messages
Blogs
Bonjour, le traitement de la douleur est en effet problématique à l'hopital parce qu'en l'absence de prescription les infirmieres ne peuvent pas donner grand chose. Dans ton cas il aurait fallu que les medecins fassent une prescription détaillée, avec description des cas possibles, contrôle de la dose en observant la respiration etc..ça n'a manifestement pas été fait ou pas suffisamment.
Et quand les infirmieres veulent appeler le médecin de garde, elles se font parfois rabrouer.
Et quand elles sont impuissantes, elles ont tendance à cultiver le déni = c'est un malade exigeant !  C'est en effet inacceptable mais c'est "humain".

Donc ta critique met en cause le fonctionnement même de l'hopital et c'est un gros morceau à corriger !
Certains hopitaux ont mis en place des salles de surveillance avec monitoring, PCA (Patient Controlled Analgesia = appareil permettant au patient de declencher des injections de morphine,  avec evidemment des limites de dose) mais c'est une question de moyens et depuis plusieurs decennies la "politique de santé" s'est attaché à diminuer ces moyens, sans égard pour les conséquence's pour les patients. Les vrais responsables de ton experience sont donc dans les Ministeres, les ARS, les bureaux, alors que le personnel sur le terrain subit souvent autant que les patients.

En tant que médecin retraité et notamment de Département d'Information Médicale je pense que la solution serait de travailler les milliers de données disponibles pour mettre le soin du patient en priorité et en déduire l'organisation et le financement. Malheureusement les données sont surtout utilisées pour "optimiser" (traduction "réduire") les moyens (Tarification à L'Activité). Au patient d'en souffrir ! girl_devilgirl_devilgirl_devil

Que pouvons nous faire à notre niveau de citoyen ? Malheureusement pas grand chose. Nous pouvons militer pour une meilleure prise en charge de la douleur, et notamment chez les consommateurs d'opiacés. et ton témoignage nous rappelle malheureusement notre impuissance mais il est utile et même indispensable.
Mais pour les pouvoirs publics il ne suffit pas d'entendre, il faut aussi écouter.
Amicalement

Dernière modification par prescripteur (21 octobre 2022 à  10:50)


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

Acid Test 
PsychoAddict
1700
Inscrit le 28 Sep 2014
2710 messages

prescripteur a écrit

Bonjour, le traitement de la douleur est en effet problématique à l'hopital parce qu'en l'absence de prescription les infirmieres ne peuvent pas donner grand chose. Dans ton cas il aurait fallu que les medecins fassent une prescription détaillée, avec description des cas possibles, contrôle de la dose en observant la respiration etc..ça n'a manifestement pas été fait ou pas suffisamment.
Et quand les infirmieres veulent appeler le médecin de garde, elles se font parfois rabrouer.
Et quand elles sont impuissantes, elles ont tendance à cultiver le déni = c'est un malade exigeant !  C'est en effet inacceptable mais c'est "humain".

Donc ta critique met en cause le fonctionnement même de l'hopital et c'est un gros morceau à corriger !
Certains hopitaux ont mis en place des salles de surveillance avec monitoring, PCA (Patient Controlled Analgesia = appareil permettant au patient de declencher des injections de morphine,  avec evidemment des limites de dose) mais c'est une question de moyens et depuis plusieurs decennies la "politique de santé" s'est attaché à diminuer ces moyens, sans égard pour les conséquence's pour les patients. Les vrais responsables de ton experience sont donc dans les Ministeres, les ARS, les bureaux, alors que le personnel sur le terrain subit souvent autant que les patients.

En tant que médecin retraité et notamment de Département d'Information Médicale je pense que la solution serait de travailler les milliers de données disponibles pour mettre le soin du patient en priorité et en déduire l'organisation et le financement. Malheureusement les données sont surtout utilisées pour "optimiser" (traduction "réduire") les moyens (Tarification à L'Activité). Au patient d'en souffrir ! girl_devilgirl_devilgirl_devil

Que pouvons nous faire à notre niveau de citoyen ? Malheureusement pas grand chose. Nous pouvons militer pour une meilleure prise en charge de la douleur, et notamment chez les consommateurs d'opiacés. et ton témoignage nous rappelle malheureusement notre impuissance mais il est utile et même indispensable.
Mais pour les pouvoirs publics il ne suffit pas d'entendre, il faut aussi écouter.
Amicalement

Merci pour ta réponse , avec laquelle je suis en majorité d'accord meme si je  souhaite y apporter quelques précisions et ma vision personnelle du / des problemes que tu soulèves .
PA est un des derniers endroits où nous,  usagers d'opiacés en traitement de maintenance , voir avec conso d'opis illicites en plus, pouvons venir nous exprimer , alors que nous sommes d'un coté criminalisés et de l'autre , stigmatisés et quasi considérés comme des rebus de la société et ça aussi ça fait mal !
Ta réponse m'a fait chaud au coeur ( j'en ai les larmes aux yeux !) car je sens de la compréhension et dans un moment comme celui que je vis, d'importante souffrance, dieu sait si on a besoin d'humanité et d'empathie .
Je reviens continuer ce post ...

Dernière modification par Acid Test (21 octobre 2022 à  21:24)

Hors ligne

 

CaptainCrox' 
"I am an idiot"
Suisse
4100
Inscrit le 23 May 2022
254 messages
Blogs
Je suis sans mots et ne peux que comprendre ta situation invivable. J'ai été à ta place. Je le serai sûrement à nouveau.

Je trouve terrible que vu la panoplie de molécules disponibles, tu dois subir une telle souffrance physique et morale. Entre les opiacés et les anesthésiants et certains anti inflammatoires très efficaces, ils auraient pu soulager le manque et la douleur.

C'est souvent- sauf exception - du à un oubli un repport de prescription de la part d'un médecin qui est trop occupé et face à trop de paperasses pour que l'équipe infirmière puisse avoir un ordre medical. Ils ne peuvent donner que ce qui est prescrit et je confirme les dires de prescripteur, dans la pratique, la douleur aussi insupportable soit-elle, les médecins de garde mettent cela au second plan et se disent on verra plus tard. C'est inacceptable pour toi et je le comprends. Je ne crois pas qu'il y ait de mauvaises intentions profondes mais de l'ignorance, manque de temps et fatigue. Il y a aussi les cas de jugements mais ce n'est plus aussi fréquent. Je suis en Suisse et consciens qu'ici, ils sont "avancés". Toit dépend des soignants.

Moi, je m'assure que les urgences de chez moi aient une copie de mes prescription à jour et certificats medicaux dans leur système. J'ai donc déjà la preuve de mon médecin en cas d'hospitalisation imprévue que c'est mon traitement. Des directives anticipées pour mon antalgie.

J'ai eu les cas où l'on m'a très bien pris en charge et un récent cas où j'ai été activement torturé. Tu as lu mon post et y as répondu. Je suis très touché par ce qu'il t'arrive et en est la boule au ventre à te lire.

Il y a des médecins malsains tout comme il y a des patients malsains. Mais dans la pratique il y a tellement de paperasse et tellement de besoin de couvrir ses arrières que pour te filer un traitement particulier, cela prend un temps fou. Et nous ne sommes pas une priorité.

Les grands hôpitaux ont des consultations de la douleur mobile qui viennent te voir au chevet. Ils sont bien plus sensibilisés à cette thématique et réagissent vite en mettant un protocole adapté.

Le traitement du dépendant est compliqué. Combien de fois m'a-t-on dit : avez-vous vraiment mal ? On attend ? On prend un demi on avisera. On a cette image de manipulateurs pour certains soignants. "Il veut sa dose".

Oui. On veut notre dose. Par pout être uniquement shooté mais ne pas souffrir. Un engagement prioritaire contre la souffrance que les hôpitaux disent prendre sans l'appliquer si l'on n'est pas en danger immédiat.

Outre ta prise en charge de la douleur, je trouve que le suivi n'a pas été optimal. Pourquoi ne pas mettre en place les soins à domicile et livraisons de repas ?

Moi, maintenant, j'assure mes arrières. J'ai une réserve cachée sur moi en permanence quitte à m'automediquer si je tombe sur une hospitalisation urgente. J'ai tjrs sur moi la copie des prescriptions et les attestations pour que le relais à l'hôpital se fasse de suite. + copies numériques.

Combien de fois ai-je quitté l'hôpital ou n'y suis pas allé pour ne pas vivre cette mésaventure. Combien de fois ai-je du prouver à un psy que j'avais ma capacité de discernement pour avoir le droit de partir et décider de ma suite.

"On vous veut vivant mais on vous file pas le traitement dont vous avez normalement besoin."

Mon avis est mitigé car j'ai vécu les deux extrêmes. Ce début d'été, j'aurais dû mourir. Sur cette hospitalisation, je n'ai rien à redire. J'ai reçu mon traitement sans discussion en quelques heures. Ma vie à été sauvée du à un autre souci. D'autres fois, j'ai souffert, ou  ai dû m'automediquer et me faire livrer mon stock en cachette.

Je dirais que tu es relativement chanceux de n'avoir que des agonistes opiacés purs et pas de la Buprénorphine qui aurait retardé la gestion douloureuse par des agonistes purs.

Si une hospitalisation prévue doit être faite, tu t'arranges pour avoir un papier signé listant tes soins et traitement qui te seront administrés. J'ai déjà été en rééducation dans des hôpitaux spécialisés et je me suis assuré via mon médecin et le médecin de l'hôpital que j'aurai ce qu'il me faut, sinon, j'entreprendrais les démarches appropriées.

Démarches longues et fatiguantes quand on n'a plus l'énergie.

Je n'apporte pas de solution ou de soulagement. Je suis vraiment navré. Je ne sais pas si d'autres témoignages m'ont autant touché que le tiens.

Je suis perdu, triste, révolté, incompris et désespéré. Et je ressens cela dans tes écrits.

C'est facile à dire quand on n'est plus dedans mais, ça ne dure pas. Le soir ou l'on m'a mis de la Naloxone pour me sevrer malgré des dommages à la colonne visible en image avec des douleurs insupportables, j'aurais pu me tuer ou supplier de me tuer. Ce soir, j'essaie de me dire que je suis content d'être là.

Psychoactif est une plate-forme d'échange et de soutien qui, rien que par l'humanité et le non jugement de ses membres (consommateurs, patients, soignants, staff ou ayant tous ces profils), sauve bien des vies et accompagne un grand nombre d'entre nous. Raccroche-toi à nous si cela peut t'aider, sache en tout cas que je serai là pour te lire et t'écrire si cela peut t'aider. Je n'ai que mon vécu et pas de solution mais des fois, partager peut aider.

Mon message est complètement décousu brouillon. J'écris ça de manière vraiment brute.

Dernière modification par CaptainCrox' (21 octobre 2022 à  18:21)


“Never be cruel. Never be cowardly. Remember, hate is always foolish and love is always wise. Always try to be nice, but never fail to be kind.” DW

Hors ligne

 

Acid Test 
PsychoAddict
1700
Inscrit le 28 Sep 2014
2710 messages

CaptainCrox' a écrit

Je suis sans mots et ne peux que comprendre ta situation invivable. J'ai été à ta place. Je le serai sûrement à nouveau.

Je trouve terrible que vu la panoplie de molécules disponibles, tu dois subir une telle souffrance physique et morale. Entre les opiacés et les anesthésiants et certains anti inflammatoires très efficaces, ils auraient pu soulager le manque et la douleur.

C'est souvent- sauf exception - du à un oubli un repport de prescription de la part d'un médecin qui est trop occupé et face à trop de paperasses pour que l'équipe infirmière puisse avoir un ordre medical. Ils ne peuvent donner que ce qui est prescrit et je confirme les dires de prescripteur, dans la pratique, la douleur aussi insupportable soit-elle, les médecins de garde mettent cela au second plan et se disent on verra plus tard. C'est inacceptable pour toi et je le comprends. Je ne crois pas qu'il y ait de mauvaises intentions profondes mais de l'ignorance, manque de temps et fatigue. Il y a aussi les cas de jugements mais ce n'est plus aussi fréquent. Je suis en Suisse et consciens qu'ici, ils sont "avancés". Toit dépend des soignants.

Moi, je m'assure que les urgences de chez moi aient une copie de mes prescription à jour et certificats medicaux dans leur système. J'ai donc déjà la preuve de mon médecin en cas d'hospitalisation imprévue que c'est mon traitement. Des directives anticipées pour mon antalgie.

J'ai eu les cas où l'on m'a très bien pris en charge et un récent cas où j'ai été activement torturé. Tu as lu mon post et y as répondu. Je suis très touché par ce qu'il t'arrive et en est la boule au ventre à te lire.

Il y a des médecins malsains tout comme il y a des patients malsains. Mais dans la pratique il y a tellement de paperasse et tellement de besoin de couvrir ses arrières que pour te filer un traitement particulier, cela prend un temps fou. Et nous ne sommes pas une priorité.

Les grands hôpitaux ont des consultations de la douleur mobile qui viennent te voir au chevet. Ils sont bien plus sensibilisés à cette thématique et réagissent vite en mettant un protocole adapté.

Le traitement du dépendant est compliqué. Combien de fois m'a-t-on dit : avez-vous vraiment mal ? On attend ? On prend un demi on avisera. On a cette image de manipulateurs pour certains soignants. "Il veut sa dose".

Oui. On veut notre dose. Par pout être uniquement shooté mais ne pas souffrir. Un engagement prioritaire contre la souffrance que les hôpitaux disent prendre sans l'appliquer si l'on n'est pas en danger immédiat.

Outre ta prise en charge de la douleur, je trouve que le suivi n'a pas été optimal. Pourquoi ne pas mettre en place les soins à domicile et livraisons de repas ?

Moi, maintenant, j'assure mes arrières. J'ai une réserve cachée sur moi en permanence quitte à m'automediquer si je tombe sur une hospitalisation urgente. J'ai tjrs sur moi la copie des prescriptions et les attestations pour que le relais à l'hôpital se fasse de suite. + copies numériques.

Combien de fois ai-je quitté l'hôpital ou n'y suis pas allé pour ne pas vivre cette mésaventure. Combien de fois ai-je du prouver à un psy que j'avais ma capacité de discernement pour avoir le droit de partir et décider de ma suite.

"On vous veut vivant mais on vous file pas le traitement dont vous avez normalement besoin."

Mon avis est mitigé car j'ai vécu les deux extrêmes. Ce début d'été, j'aurais dû mourir. Sur cette hospitalisation, je n'ai rien à redire. J'ai reçu mon traitement sans discussion en quelques heures. Ma vie à été sauvée du à un autre souci. D'autres fois, j'ai souffert, ou  ai dû m'automediquer et me faire livrer mon stock en cachette.

Je dirais que tu es relativement chanceux de n'avoir que des agonistes opiacés purs et pas de la Buprénorphine qui aurait retardé la gestion douloureuse par des agonistes purs.

Si une hospitalisation prévue doit être faite, tu t'arranges pour avoir un papier signé listant tes soins et traitement qui te seront administrés. J'ai déjà été en rééducation dans des hôpitaux spécialisés et je me suis assuré via mon médecin et le médecin de l'hôpital que j'aurai ce qu'il me faut, sinon, j'entreprendrais les démarches appropriées.

Démarches longues et fatiguantes quand on n'a plus l'énergie.

Je n'apporte pas de solution ou de soulagement. Je suis vraiment navré. Je ne sais pas si d'autres témoignages m'ont autant touché que le tiens.

Je suis perdu, triste, révolté, incompris et désespéré. Et je ressens cela dans tes écrits.

C'est facile à dire quand on n'est plus dedans mais, ça ne dure pas. Le soir ou l'on m'a mis de la Naloxone pour me sevrer malgré des dommages à la colonne visible en image avec des douleurs insupportables, j'aurais pu me tuer ou supplier de me tuer. Ce soir, j'essaie de me dire que je suis content d'être là.

Psychoactif est une plate-forme d'échange et de soutien qui, rien que par l'humanité et le non jugement de ses membres (consommateurs, patients, soignants, staff ou ayant tous ces profils), sauve bien des vies et accompagne un grand nombre d'entre nous. Raccroche-toi à nous si cela peut t'aider, sache en tout cas que je serai là pour te lire et t'écrire si cela peut t'aider. Je n'ai que mon vécu et pas de solution mais des fois, partager peut aider.

Mon message est complètement décousu brouillon. J'écris ça de manière vraiment brute.

Merci d'avoir pris le temps de me répondre , ta réponse me touche  ( et est tout a fait cohérente et ne me semble pas  vraiment  décousue), d'autant plus que je suis particulièrement à vif en ce moment vu les douleurs que j'ai , dues à mon accident, le traumatisme que j'ai vécu dans cet hopitall qui est pourtant un des plus grands hopitaux de région parisienne et le fait de me savoir à ce point à la merci du bon vouloir de certains si il m'arrive quoi que ce soit niveau santé, qui fasse que je ne puisse plus me déplacer librement et être totalement maitre de mes faits et gestes !
J'aimerais pouvoir donner plus de dètails sur l'hopital, l'accident et tout ça mais je suis resté volontairement flou sur certains points , pour garder mon anonymat autant que faire ce peut.

Ce qui est incroyable , c'est que ce grand hopital a une sorte de " CAARUD " juste à coté ( et pour les initiés , il n'y en a que deux ou trois en France de ce  genre là  , à défaut de trouver un mot plus proche qui puisse mieux définir l'endroit sans etre trop'précis.
Bon apres , ce n'est pas eux qui ont du choisir d'avoir cet endroit près de leur hopital , la ville a du leur imposer mais c'est dire comme la situation que j'ai vécu était ubuesque,  vu le tyoe de lieu destiné aux usagers  qui est à deux pas de chez eux !

Concernant le fait d'avoir une prescription et un stock de médocs adaptés à ma dèpendance sur moi , avec mes plus de 20 ans d'addiction, bien sur que j'ai toujours les deux avec moi , j'ai meme un stock d'ordonnance remontant sur plusieurs mois et pas seulement la dernière , au cas où ceux qui auraient besoin de ce documents   pour croire ce que je leur raconte , n'aillent pas s'imaginer que ça pourrait etre une fausse ou que c'est une ordonnance que je n'ai eu que pour 28 jours seulement  !
Quoi que vu le dosage vraiment important  qui m'est prescrit  , le moindre médecin compétent et  digne de ce nom , devrait deviner que pour en être à un dosage pareil, il faut forcément que j'en prenne depuis des années , vu que ça pourrait tuer au moins 5 a 10 personnes en meme temps ( si ce n'est plus mais je ne connais pas le dosage mortel d'oxy ou l'équivalent en morphine orale , pouvant entrainer la mort par OD ,  pour  une personne naive aux opis , alors je fais un calcul un peu " à vu de nez " !) .

Le problème c'est que vu l'accident que j'ai eu , je ne pouvais pas bouger et j'etais extrêmement choqué sur le moment ( j'ai vraiment cru ma dernière heure venue, vu l'enorme " camion " qui m'a roulé dessus deux fois de suite; enfin , deux doubles roues d'affilé m'ont roulé dessus . Un truc qui doit peser plus de 25 tonnes d'après ce que j'ai lu sur internet . Je ne sais meme pas comment je peux encore etre en vie !)  !
J'ai juste eu le reflexe de dire à un des premiers passants qui s'est occupé de moi , de ne surtout pas me retirer mon casque vu qu'il commençait à le faire ( il n'avait manifestement jamais entendu parler de notions de secourisme, meme si ça partait d'une bonne intention !).
J'ai juste bougé les doigts des mains et des pieds pour voir si ils répondaient bien, afin d'essayer de voir si ma colonne vertébrale était touchée et heureusement ça n'a pas été le cas mais a part ça , je suis resté immobile en attendant les pompiers.
Les flics , arrivés en premier , m'ont fait soufflé dans le ballon pour voir l'alcoolemie mais je ne bois quasiment jamais et ensuite les pompiers ont pris la relève .
Je savais que j'avais entre autres choses , tous mes documents niveau santé et traitement de maintenance aux opis, mes ordonnances sur plusieurs mois donc, ainsi que de quoi tenir un jour ou deux en Oxy .
Mais comme j'allais dans l'atelier moto où je fais faire la majorité de l'entretien et autres interventions sur mes motos depuis des années , j'avais différentes pièces détachées sur moi , accrochées sur la moto et dans mes deux sacs à dos et l'accident s'est passé à 400m de chez eux .
J'ai dit aux flics où j'allais pour qu'ils les préviennent et le chef d'atelier a eu la gentillesse et la prèsence d'esprit de venir tout de suite récupérer la moto , les pièces détachèes et donc mes deux sacs a dos ( dont celui avec tous mes papiers, mes ordonnances , mes médocs , mon télèphone mobile, mon Ipad; enfin tout ce dont j'allais avoir besoin quelques heures plus tard !)  ...
Je n'ai malheureusement pas eu le réflexe de lui dire de me laisser ce sac  , tout simplement car j'étais vraiment en état de choc et  j'ai du à peine l'apercevoir et lui parler deux secondes , le temps qu'il me dise embarquer la moto ( pour lui eviter de partir en fourrière et vu que de toute façon, c'est lui qui va s'en occuper réparation ! Coup de bol, la moto n'a pas grand chose d'après ce qu'il m'a dit et contrairement a moi, meme si ça aurait pu être bien pire pour moi vu le type d'accident !
Heureusement , quelqu'un d'autre de chez eux est venu me rapporter ce sac le lendemain soir ( leur gentillesse a tous les deux m'a vraiment ému !) , juste avant que je ne quitte l'hopital en ambulance ce soir là et évidemment , je me suis empressé de prendre une partie de l'oxy que j'avais dedans , en attendant d'arriver chez moi et pouvoir prendre quelque chose de plus fort , de l'hero  et ce fut un réel soulagement !)

Voila pourquoi je n'avais pas avec moi , ce que j'ai toujours sur moi habituellement !
Ceci dit , une fois aux urgences , dans l'après midi, je leur ai dit ce que je prenais comme traitement et leur ai donné le nom de mon medecin , justement pour qu'ils puissent l'appeler et avoir confirmation de mes dires .
C'est d'ailleurs grâce à ça que j'ai pu avoir la moitié de  mon traitement Oxy le soir même ,  Sinon je n'aurais meme pas eu ça et je n'ose  pas imaginer la nuit que j'aurais passé , vu déjâ celle à laquelle j'ai eu droit !
Malheureusement , dans ce type d'accident tout de meme  assez grave  , difficile d'avoir la présence d'esprit qui s'impose meme pour ce genre de chose des plus importantes , vu la violence du traumatisme ( aussi bien physique que psychologique)  !

Il y a quelque années , j'avais eu un autre accident où en voulant éviter une voiture qui déboitait soudainement sur la gauche pour en éviter une autre,  qui s'est arrêté sur le bord de la chaussée d'un coup sans prévenir et j'ai du également du déboiter vers la gauche pour éviter la seconde voiture , qui venait elle même de déboiter sur la gauche .
Et évidemment , l'endroit étant mal eclairé le soir / la nuit , je me suis tapé sans l'avoir vu avant , un terre- plein centrale non signalé avec des pylônes  en plastique à bandes réflechissantes , comme c'est le cas pour un autre se trouvant aussi isur cette route .
Je ne me suis aperçu de sa présence qu'au moment ou je l'ai pris de face et à  je devais rouler relativement plus vite ( je devais etre à 70 -80km heure je pense, peut etre meme plus ,  vu que j'ai accéléré pour éviter la voiture il me semble)  !)  que lors de  mon accident récent,  qui était en pleine agglomération , contrairement à l'autre qui s'est passé hors agglomération .
J'ai été éjecté par dessus le guidon , j'ai du faire un soleil et la moto plus ou moins aussi  !
Je me suis retrouvé expulsé sur la droite, donc sur la file et dans le sens dans lequel je roulais , j'ai glissé sur  plusieurs dizaine des metres plus ou moins sur le coté / sur le dos , la tête devant ( dans le sens de la circulation )  et les pieds derrières et je voyais la moto rebondir sur la route et se rapprocher de plus en plus de moi , allant plus vite que moi sur la seconde partie de la " glissade " et évidemment , la moto a fini par me retomber dessus !
Nous nous sommes arrêté au bout de plusieurs dizaines de mètres et je me suis retrouvé bloqué sous la moto, incapable de me dégager .

Les voitures en question s'etaient barrées et heureusement , c'est un endroit où traine toute une population  la nuit , des prostituèes , des transexuels et toute la faune de clients , de macs ( je suppose ) et des bandes mecs en générale entre 20-30 ou 25-35 ans , qui viennent trainer dans le coin .
Et juste a coté de l'endroit oû j'étais , il y avait justement un attroupement d'une dizaine de personnes du genre , dont certains sont venus me dégager de sous la moto et l'ont mises sur le bord de la chaussée.
Là aussi j'avais pris assez cher mais j'ai été capable de me lever ( en premier lieu  pour ne pas rester couché au milieu de la route dans un endroit mal éclairé ) et de venir le mettre sur le trottoir meme si je ne me sentais vraiment pas bien et sentais que j'avais besoin de m'allonger !
Ils ont appelé la police et les pompiers ( ou au moins les pompiers et la police est arrivée, patrouillant régulièrement dans ce coin pour surveiller tout ce petit monde nocturne .
Et comme c'est le genre de gens qui n'aiment  pas trop la police , certains sont partis mais lorsque les pompiers sont arrivés ( là ils ont mis beaucoup plus de temps a venir que la dernière fois , genre 30 mn au moins ) et en arrivant, ils ont eu peur de cet attroupement de moins de 10 personnes et lorsque je me suis approché d'eux en marchant avec mon casque sur la tete , les deux jeunes mecs pompiers sont devenus aggressifs en me disant je ne sais plus trop quoi mais je sentais qu'ils avaient peur alors que je leur disais etre le motard accidenté pour lequel ils avaient été appelés !
Tout ça m'a été confirme par la jeune femme pompier à l'nterieur du camion ensuite , qui m'a dit que parfois ils étaient appelés pour des traquenards ( certains  sont vraiment cinglés !) et du coup ils se méfient lorsqu'ils interviennent dans ce type d'endroit et sur cette route précisément , ainsi que deux ou trois autres dans le coin .
Quoi qu'il en soit , ils finissent par me faire rentrer dans leur camion car je leur dis que je me sent mal et qu'il faut que je m'allonge .
J'ai un mal de chien â l'épaule et j'ai l'impression que je vais tourner de l'oeil !
Un flic  passe vite fait dans le camion et lui ou un autre me dit qu'ils vont déplacer  la moto pour éviter qu'elle soit volée et qu'elle parte en fourrière , ce qui est sympa car il me semble qu'au bout de quelques jours la fourrière devient payante pour chaque jour supplémentaire que la moto y passe .
Je leur donne les  clefs , y compris celle de l'antivol pour pouvoir l'attacher .
Je dis aux pompiers de m'emmener a un hopital pas loin qui est a coté de chez moi et c'est ce qu'ils font .
Pendant le transport , l'ambiance se détend un peu , surtout grace à la nana pompier car les deux jeunes mecs pompiers semblent encore stressés par la peur qu'ils ont eu de tomber dans un traquenard .
Je  ne m'attarde pas là dessus tellement c'est hallucinant mais comment peut on s'amuser â faire des traquenards à des hommes et femmes qui dédient et risquent leur vie tous les jours pour aider et sauver les autres de tout un tas de situations; incendies y compris !
Faut vraiment etre complètement demeuré et ne pas avoir de conscience , pour ne pas dire une once d'humanité !
Bien qu'à mon avis , c'est surtout une  connerie profonde comme un puis sans fond et un manque totale d'éducation et tout ce que ça peut générer , qui motive ce genre de passe temps chez une partie d'entre ceux qui s'amusent à ça !
J'arrive donc à l'hopital,avec un mal de chien à l'épaule, les pompiers m'y déposent et j'attend dans une sorte de  pièce attenante aux urgences , à coté de l'endroit où rentrent les camions de pompiers et les ambulances .
On me fait attendre trois plombes mais heureusement j'ai une bonne dose d'oxy avec moi et j'avais pris mon  traitement  seulement une heure ou deux avant l'accident qui a eu lieu en milieu de soirée  .
Je me prend donc une bonne dose d'oxy par orale ,  avec un verre d'eau en me disant que de toute façon, comme d'habitude , ils ne vont quasiment rien me filer contre la douleur !
Et alors là , vraiment , je ne pensais as si bien dire car devinez ce que ces clowns  me donnent pour calmer ma douleur ?
Un codoliprane ! Lol
Le truc qui ne m'aurait meme pas intéressé pour mes premières défonces lorsque j'ai commencé à essayer des  drogues   !
Quoi qu'il en soit, je dis à l'infirmier en souriant magré la douleur que je ne vais pas aller bien loin avec ça mais vu que j'ai ce qu'il me faut , je ne m'attarde pas sur le sujet lors de ce bref échange verbale .
Au bout  d'un moment ils finissent par m'emmener faire des examens et hormis de multiples plaies aux jambes et je ne sais plus où, mon blouson  , mes gants ( bien que l'un des deux se soit barré pendant la chute il me semble ) et mes bottes de motards ( les trois  ètant en cuir et les bottes ayant des coques en acier au bout du pied ) m'ayant bien protégé , je me retrouve avec la cavicule fracturée tout de meme ( d'où mon mal de chien à l'èpaule ) et un bon traumatisme au thorax et aux côtes ( en ayant une ou deux de fêlées  , au moins  ).
Je passe la nuit ou au moins une partie de celle ci , aux urgences,  jusqu'à une heure avancée de la nuit ou jusqu'au petit matin ( je ne sais plus trop)  petit matin où je leur dit souhaiter me barrer ( pour aller reprendre un anti douleur à la hauteur de mes douleurs chez  moi .  EDIT:  bien qu'en fait il me semble que je ne prenais plus d'hero  à ce moment là et que j'avais baissé mon traitement  , vu que je crois que c'était avant le sinistre que j'ai vécu ensuite ,  qui a été un énorme traumatisme et qui a fait que j'ai recommencé l'hero  ) et signe une décharge qui me permet de partir .
Résultat des courses , heureusement que j'avais de quoi attenuer mes douleurs car ce n'est pas avec un codoliprane que j'aurais atténué quoi que ce soit !

Dernière modification par Acid Test (22 octobre 2022 à  15:18)

Hors ligne

 

Acid Test 
PsychoAddict
1700
Inscrit le 28 Sep 2014
2710 messages
Je suis assez  , que dis-je , extrêmement remonté contre l'hopital dans lequel j'ai été pris en charge après mon accident !
Lorsque j'avais eu mon  précédent accident,  il y a quelques annèes , dont je parle dans mon précédent post si je me souviens bien, ils n'avaient pas  nettoyé une seule  des plaies que j'avais ( alors que vu l'accident,  j'en avais de multiples  !) et ne m'avaient meme pas demandé si j'avais été vacciné contre le tétanos !
Heureusement, je n'avais aucun platre dans lesquelles les plaies auraient pu macérer et s'infecter !
Et dans l'autre hopital , lors de mon dernier accident , ça a été exactement la même chose , ils n'ont désinfecté aucune plaie ( ni, encore une fois , demandé si j'étais vacciné contre le tétanos ) et ils m'ont posé un platre ( complètement pourri, en vieux platre comme il y a 50 ans! ), qui se désagrégeait et tombait en tout petits morceaux déja apres le premier jour ( tous les matins j'en retrouvais plein mon lit , dommage que ça n'ait pas été de la came , car j'aurais pu m'en faire de belles grosses lignes ! Lol ) , il s'est ramolli à plusieurs endroits dès les premiers jours et a meme fini par se percer sous le coude ( je me suis  dit qu'au moins comme ça , un minimum d'air circulerait au cas où et vous allez comprendre plus bas pourquoi cette remarque , pour ceux qui n'ont pas encore deviné !) .
Et évidemment , qu'est ce qu'il s'est passé , je vous le donne en mille, ça s'est infecté sous le plâtre !
Jeudi  , non pas dernier mais celui d'avant, un ami ambulancier passe me filer un coup de main pourvme faire des courses .
Ne pouvant pas descendre l'étage et demi jusque là, je ne pouvais meme pas aller ouvrir à un livreur en  commandant  de la bouffe  par telephone , donc obligé de laisser un double des clés chez une voisine et à  chaque fois que quelqu'un ( voisin, ami ...etc vivant tout seul... ) venait  me faire des courses , il devait  aller prendre les clés pour pouvoir ouvrir la grille de  la coure , puis la porte d'entrée afin d'entrer dans la maison et monter un étage et demi pour venir jusqu'a la chambre où je suis ; sachant que je ne suis pas sorti de chez moi pendant un mois  ( le confinement à coté , c'était gentillet !) .
Il vient donc me voir et a un moment il me dit " c'est bizarre ,  ton platre a une tache rosée sous le coude !" .
Je n'avais rien remarqué de particulier du genre jusque là mais en effet je vois ça et on se dit que j'ai peut etre mis mon coude dans quelque chose qui a coulé sur la table , vu que c'ètait  juste rosé et non pas vraiment rouge  !
Le lendemain soir , n'ayant pas pu me faire dépanner par quelqu'un pour avoir un plat a emporter , je me fais des pâtes (au saumon fumé , sous vide ) et forcément , vu que d'une seule main il est difficile de faire quoi que ce soit, je me sers de mon bras plâtré à certains moments pour porter brievement casserole , poêle ...etc
Le lendemain soir , j'ai eu mal au coude toute la soirée et une bonne partie de la nuit; comme une brulure des deux côtés de celui ci .
Du coup je m'inquiète un peu , d'autant que je ne sais pas si j.ai vraiment saigné dans le platre et le lendemain j'appelle les urgences de l'hopital pas loin de chez moi, où ils me disent ne pas avoir de service orthopédie et d'appeler un autre hosto , pas trop loin , qui lui en a un; sachant que nous étions le week - end ( samedi il me semble ), pas le bon jour pour aller aux urgences ...
J'appèlevdonc le service d'urgence de l..autre hopital mais ils me disent qu'étant le week end , c'est comme le soir en semaine , ils sont en sous effectif et il me font comprendre qu'â moins  d'etre vraiment à l'article de la mort , mieux vaut venir en semaine !
Comme je n'ai pas eu mal au coude le jour suivant de celui où j'ai eu mal le soir et une partie de la nuit et que j'ai un  RDV dans cet hopital le jeudi suivant pour des radios et une consultation de controle, je me dis que ça peut peut etre attendre jusque là !
Puis le mercredi , je m'inquiète à nouveau, suffisamment pour rappeler les urgences et leur expliquer la situation ! 
Je me dis " putain, si ça se trouve ça fait des jours que j'ai une plaie qui s'infecte là dessous , je flippe que  ça finisse en nécrose , septicémie ou je ne sais quelle autre réjouissance et je n'ai pas particulièrement envie de me faire amputer d'un avant bras ( plus de guitare, plus de motos , plus de ...plus grand chose quoi en fait ! ).
Le mec des urgences me dit , super pressé , " si vous avez RDV demain , on n'est plus  à un jour près , attendez jeudi !"

Je vais donc à mon RDV jeudi dernier , un monde dingue dans la salle d'attente pour les consultations ( j'ai attendu 2h , alors que j'avais RDV !)  mais entre autre du fait que je suis arrivé en retard ( pour le RDV des radios pas pour celui de la consultation ensuite )  , quasiment pas d'attente pour les radios que je devais faire juste avant la consultation .
Ça devait etre une journée avec des étudiants en médecine ou pour devenir infirmières car aucune des deux ne savait comment me faire placer mon plâtre pour me faire la radio du coude ( elles ont du faire appel a une interne ou en tout cas une nana plus expérimentée pour savoir comme le positionner) , meme si pour la radio du bassin c'est allé beaucoup plus vite .
Après deux heures d'attente ( il devait y avoir au moins 30 personnes en tout en salle d'attente ) , alors qu'il ne restait plus que deux autres personnes et moi , un médecin fini par m'appeler.
À peine bonjour ( je crois qu'il m'a tout  juste demandé ce qu'il m'était arrivé ) , il passe trois plombes à regarder l'imagerie 3 D de mon coude sans rien dire et fini par me dire d'attendre qu'un box se libère pour enlever mon platre et voir ce qu'il y a en dessous .
L'infirmière  me dit espérer que sa scie ne va pas péter car ce n'est pas une scie pour plâtre mais pour résine ( comme quoi , ça ne doit plus se faire des masses des plâtres en plâtre; à l'ancienne , si elle n'a meme pas une scie adaptée pour les couper !) .
Elle le découpe et là elle voit une grosse plaie qui a commencé a s'infecter sur l'extérieur du coude mais ne remarque pas la plaie a l'intérieur de celui- ci, juste de l'autre cote de la première ( c'est l'infirmière libérale qui a refait le pansement deux jours plus tard  qui l'a remarqué )  .
Elle rappèle le médecin qui fini par ouvrir la abouche !
Si  je me souviens bien,  il me dit que pour la fracture du  bassin à droite, ça suit son cours  et qu'il décide vu ma plaie , de ne pas me refaire le plâtre mais de me prescrire de refaire le pansement tous les deux jours jusqu'à cicatrisation  et de revenir les voir dans une semaine,  pour voir comment évolue la plaie , en décidant de ne pas me mettre sous antibiotiques pour l'instant et d'attendre une semaine pour voir, en fonction de l'évolution de la plaie , si ils me mettront sous antibios ou pas  à ce moment là .

Deux jours plus tard, quand l'infirmière libérale ( qui m'a été recommandée par les nanas d'un magasin à 30-40m'de chez moi; elle et son collègue infirmier libérale également ) refait la pansement , elle me dit que ce n'est pas tous les deux jours qu'il faut refaire le pansement mais tous les jours , vu la profondeur de la plaie  !
Elle  me montre la taille de la mèche qu'elle enfonce entièrement dans la plaie, c'est flippant !
En gros , on peut enfoncer les deux premières phalanges de son petit doigt dedans !
Merci Aux nanas des urgences de l'hôpital où j'ai été amené juste après l'accident  , qui n'ont pas nettoyé les deux plaies avant de poser le plâtre !
C'est dingue !
N'importe qui ,aurait désinfecté ça d'abord , meme un débutant , plâtre  ou pas mais non , pas elles !
Bien que comme je le disais, lors de mon précédent accident , ils ne m'avaient pas désinfecté / nettoyé les plaies non plus mais elles étaient à l'air libre au moins, pas sous un plâtre partant de la main et  remontant sur la moitié de la hauteur du biceps !
Désinfecter une plaie pour ne pas qu'elle s'infecte , c'est la base non d'un chien; d'autant plus sous un plâtre !

Je suis furieux car ça va prendre des semaines à guérir ( d'après ce que m'on dit l'infirmière libèrale et son collègue ) et je vais devoir me taper de refaire faire  le pansement tous les jours pendant des semaines alors que j'ai déja assez d'emmerdes de santé comme ça et beaucoup de choses à faire qui ont pris du retard vu que j'ai passé un mois bloqué chez moi et que je suis encore bien ( trop ) handicapé pour les faire !

Mercredi  je suis  allé  faire des radios du thorax , pour les brulures étranges que je ressent entre les pectoraux qui semble etre en lien avec mon traumatisme au thorax ( puisque d'après l'hopital où j'ai été amené après mon accident, je n'ai soit disant pas de fractures aux côtes, ce qu'ils m'ont confirmé encore une fois au téléphone car je trouvais les douleurs aux côtes , notamment au niveau des pectoraux , vraiment fortes !) et aussi   avec le fait de marcher .

Le jour ou j'ai le plus marchè récemment, le premier jour oû je suis sorti de chez moi depuis un mois , pour aller à l'hopital jeudi dernier , j'ai pas mal marché de service en service et c'est ce soir là oû j'ai eu les brulures les plus intenses et pendant une grande partie de la nuit et meme le fait de me doser â la dope ( pas trop non plus pour ne pas augmenter trop ma  conso , vu que j'ai déja du passer à 50% en plus de conso entre le fait que la came est moins forte que celle que j'avais eu pendant un mois avant et les douleurs de mon accident ) , ne m'a pas complètement fait passer la douleur , meme si heureusement ça l'a bien diminué !
Le lendemain, je ne suis pas sorti  et tres peu déplacé chez moi  et c'est la première fois où je n'ai senti quasi aucune douleur .
Par contre le surlendemain, j'ai marché un peu dans ma rue pour aller refaire faire le pansement chez une voisine  ( où c'est plus pratique de faire venir l'infirmière que chez moi vu le bordel,, notamment depuis le sinistre subit , meme si c'était il y a un certain nombre de mois ) à 30m et le soir, je suis allé diner dans un petit  restau  près de chez moi ( 1ère fois depuis un  mois ) et le lendemain matin vers 10h30-11h , j'étais réveillé par ces brulures .

Je croyais au départ que c'ètait une irritation de la peau  du fait d'avoir gardé la chemise qu'ils m'avaient filé aux urgences, pendant des jours mais en fait c'est   interne et tout autre chose   et du à l'important traumatisme que j'ai eu au thorax lors de l'accident ( un camion de plus de 25 tonnes dont les deux doubles roues arrières vous roulent dessus , ça laisse forcément des traces !
C'est déja un miracle que je n'ai pas fini complètement écrasé ; je ne comprend toujours pas comment c'est possible !
J'ai donc été faire des radios du thorax mardi ( avant hier ) et il'se trouve que l'hopital où j'ai été amené est complètement passé â coté de quelque chose et non des moindres !
J'ai le thorax enfoncé et fracturé au niveau / entre les pectoraux et tordu au milieu !
Super !
À part ça , " Non non, vous n'avez rien aux côtes , pas de côtes fracturées !"
Bah voyons !
C'est vraiment du foutage de gueule complet ; ça me rend dingue !
Je ne sais pas si il y aurait eu quelque chose à faire et si ça avait été le cas , ça aurait surement été une lourde opération mais vu qu'en plus ça a commencé à se ressouder ...
Et quand j'ai passé la nuit à hurler de douleur , ce n'ètait pas pour rien, j'avais juste le bassin fracturé , le coude fracturé , le thorax enfoncé et fracturé au niveau des pectoraux , ainsi que tordu !
Ainsi qu'un traumatisme au thorax en général !

En plus de ça , dans l'hopital oû je suis venu jeudi dernier le " professeur " / médecin que j'ai vu , du genre muet comme une carpe , m'a dit texto " on attend une semaine pour voir comment la plaie évolue et en fonction de ça on vous passera ou pas sous antibios !" .
Je m'aperçois que la consultation est à 10h30 le matin il y a quelques jours , j'essaye de les appeler pour savoir si il n'y a pas de la place l'après midi plutôt ( je reviendrai sur les raisons de ma demande) et évidemment ,  j'attend des heures en attente pour essayer de les joindre au téléphone !
Mon  dernier appel, montre en main, une heure d'attente sans meme arriver a joindre quelqu'un au service orthopedie ; j'ai fini par raccrocher tellement j'en avais ras le bol !
Finalement j'arrive à avoir leur email en passant par l'accueil générale de l'hopital et fait ma demande par email en demandant à etre rappelé pour la réponse .
Gentillement une nana du service orthopédie me rappelle mais me dit que le professeur schmilblik n'est là que le matin ce jour là et qu'après les RDV ne sont pas avant février .
Je demande à savoir si je ne pourrais pas voir un autre medecin mais on me dit que ce serait mieux que ce soit le professeur lui meme qui fasse le suivi , car sinon ça ne sera qu'un de ses internes ,  qui n'ont a priori , pas son niveau de compétence !
Après tout il n'est la LE professeur Schmilblik pour rien !
Donc elle fini par me convaincre de venir ce matin , au RDV prévu initialement avec le professeur en question.
J'explique quand meme qu'avec toutes mes fractures et douleurs et evitant de prendre des antidouleurs ( et de la came ) toute la journée mais réservant un maximum  mes prises pour le soir, afin d'arriver à dormir , les douleurs sont plus intenses le matin, donc je suis plus lent et marche moins bien !
Elle me dit " faites comme vous pouvez !" .

J'arrive avec 10 mn de retard  je vais directe au service orthopedie et là où il y avait 30 personnes au moins en salle d'attente la semaine derniere, là je suis le seul !
Je me dis que peut etre ça va etre plus rapide au moins ; que neni !
J'attend une heure , personne ne vient me voir , un seul autre parient est arrivé entre temps en salle d'attente.
Je vais voir à l'accueil du service orthopédie , pour savoir pourquoi c'est si long alors qu'il n'y a aucun autre patient à part l'autre personne et moi et je demande si le professeur Shmilblik est bien là (  pour lui parler de ce que je viens de découvrir deux jours plus tot avec  la radio du thorax et en parler avec lui ) ,  raison du maintient de mon RDV aujourd'hui .
Et là, on me dit qu'il n'est pas là aujourd'hui qu'ils vont devoir appeler un interne pour voir la plaie au coude ( alors qu'à la base , on m'a quand meme bien dit de venir au  RDV ce jour là et a cette heure ci, justement pour que ce soit le professeur Schmilibilimilibili- schimilimili-blik , en personne , qui juge de l'état de ma plaie et de la nécessité de me passer sous antibios ou pas aujourd'hui !!

Non mais vraiment , on se fout de la gueule des gens dans les hopitaux , je ne peux plus les supporter ( déjà que je ne pouvais pas avant mais là , le divorçe est entamé ! ) !
Voilà , j'avais RDV à 10h30 et ça va faire 1h45 que j'aurais du etre pris en RDV ( bon ok, j'avais 10mn de retard ) , je vais péter un cable !

Dernière modification par Acid Test (27 octobre 2022 à  12:17)

Hors ligne

 

Acid Test 
PsychoAddict
1700
Inscrit le 28 Sep 2014
2710 messages
Non  mais c'est vraimentle gag !
En fait, le professeur Schmilblik qui s'était soit disant occupé de moi et qu'il fallait absolument que je revois, n'est meme pas celui qui s'est occupé de moi la dernière fois ( et ni aujourd.Hui du coup, c'était en fait tout simplement un interne ! Lol
C'est vraiment du grand n'importe quoi; meme l'infirmière ( très sympa au demeurant , compréhensive et humaine au moins  un minimum  ; comme celle de la dernière fois d'ailleurs ) le reconnaissait !

Hors ligne

 

Acid Test 
PsychoAddict
1700
Inscrit le 28 Sep 2014
2710 messages
Petite remarque au passage .
Dommage que l'on ne puisse plus éditer ses posts au bout d'un moment,  car je n'ai pas toujours le réflexe sur le moment , de corriger les fautes de typo , certaines fautes d'orthographe faites par inattention, ou  le manque d'espace entre certains paragraphes pour rendre le texte / post plus facilement lisible par exemple ; voir certains mots ,  ou lettres dans certains d'entre eux ,  oubliée parfois,  ou encore apporter des précisions et faire des corrections qui peuvent etre interessantes  .

Sinon, je ne sais pas si c'est un bug et si ça arrive à d'autres mais depuis quelques jours , quand j'essaye de me connecter en m'identifiant avec pseudo et mot de passe , il faut que je m'y reprenne plusieurs fois ( genre 3 ou 4 fois ) avant que ça fonctionne , alors que je suis sur de ne pas avoir fait d'erreur en tapant mon pseudo et mot de passe .

Dernière modification par Acid Test (30 octobre 2022 à  01:58)

Hors ligne

 

Acid Test 
PsychoAddict
1700
Inscrit le 28 Sep 2014
2710 messages
Je ne sais pas si ça vient de moi/ de l'appareil que j'utilise pour accéder à internet  ( pourtant je n'ai pas remarqué de probleme sur d'autres sites ni dans des app ) mais je n'arrive plus â effectuer une recherche sur le forum !
Je ne trouve plus de dialog box dans laquelle taper le mot ou la phrase que je souhaite rechercher !

Et quand je clique sur la vidéo " Le lieu le plus dangereux de France " , dans la page d'accueil du forum , ça m'envoie sur une page qui me dit  :
" Erreur. Le lien que vous avez suivi est incorrect ou périmé. "

Moi qui voulais savoir où partir pour mes prochaines vacances , pour avoir un peu d' action et tester mon tout nouveau  M1911 / Colt 45 , Edition spéciale USMC ( US Marine Corpse )  !
Je  plaisante, bien que j'ai toujours trouvé ce flingue légendaire et vraiment beau , même  si  la seule fois où j'ai du tirer avec autre chose qu'avec un fusil â air comprimé "4,5 " , a du être avec un fusil de chasse ou un fusil a pompe dans la propriété d'une connaissance d'une amie de ma mère il doit y avoir 35 à 40 ans  ; je ne sais plus trop ce que c'était car j'étais gamin mais un truc qui avait un sacré recul d'autant que j'etais un mome  !) 

M'enfin , qui a marabouté mon accès à PA ? Lol

Dernière modification par Acid Test (01 novembre 2022 à  19:37)

Hors ligne

 

pierre
Web-Administrateur
4000
Inscrit le 15 Sep 2006
15997 messages
Blogs

Acid Test a écrit

On me colle de l'acupan dans la perf et on me dit sèchement d'attendre que ça agisse alors que je demande en ralant de douleur , de la morphine mais on me répond que j'ai déjà eu ma dose jusqu'au lendemain .

Bonjour

je viens de lire ton texte. Quel honte ce traitement des toxs à l'hopital.

Je suis au subutex en injection... Je dois dire que moi aussi c'est un cauchemard de m'imaginer à l'hopital suite à un accident.  Te lire ne me rassure pas du tout.


Pierre

Dernière modification par pierre (20 novembre 2022 à  15:07)

Hors ligne

 

Acid Test 
PsychoAddict
1700
Inscrit le 28 Sep 2014
2710 messages

pierre a écrit

Acid Test a écrit

On me colle de l'acupan dans la perf et on me dit sèchement d'attendre que ça agisse alors que je demande en ralant de douleur , de la morphine mais on me répond que j'ai déjà eu ma dose jusqu'au lendemain .

Bonjour

je viens de lire ton texte. Quel honte ce traitement des toxs à l'hopital.

Je suis au subutex en injection... Je dois dire que moi aussi c'est un cauchemard de m'imaginer à l'hopital suite à un accident.  Te lire ne me rassure pas du tout.


Pierre

Salut Pierre ,

En effet , se retrouver à l'hopital pour x raison et surtout après un assez grave accident de la route ou problème de santé important , pour une personne dépendante aux opiacés comme nous ( qui consomme soit des opiacés illicites seulement ou en plus de son  TSO ou traitement de maintenance aux opis , ou qui a des pratiques ROA non admises en milieu hospitalier ) est un véritable enfer !
Déjà , la stigmatisation est directe , au moins de la part d'une partie du personnel !
Autant aux urgences l'apres midi ( j'ai du etre conduit à cet hopital entre  11h  et midi ) , les personnes ont ètè plutot sympas, sauf le medecin addicto , plein de suffisance , qui m'a dit qu'il allait faire tout ce qu'il fallait alors qu'il n'a en fait apparemment rien fait du tout ! 
Autant , le soir , je suis tombé sur deux infirmières de nuit imbuvables !

Et meme si celles des urgences  étaient sympas ( ainsi que les médecins urgentistes non addicto , brancardiers et personnes au service imagerie la journée  )  les infirmieres qui ont posé mon platre au coude l'ont fait n'importe comment et elles ont commise une belle boulette , tout comme les médecins urgentistes !
Le plâtre qu'elles m'ont posé , tombait en lambeaux , en tout petits morceaux dans mon lit dès le deuxieme jour , il est devenu mou a différents endroits au bout de 3 a 5 jours , alors que je ne l'avais meme pas mouillé , n'ayant pas encore pris de douche et il s'est percé sous le coude au bout de quelques jours !

Et comme en plus , elles n'ont pas désinfecté les deux plaies que j'avais au coude , heureusement  que j'avais repris un  RDV dans un autre hopital au bout d'un mois ( au lieu du mois et demi que j'ètais sensé attendre avant de retourner à l'hopital où j'avais été admis après l'accident , pour faire des radios et pour la consultation de controle de celles ci ) , car en remarquant l'état du platre et le fait que j'avais saigné dedans , ils ont décidé de me l'enlever et heureusement car les plaies en dessous s'ètaient infectées , l'une sur l'exterieur de mon coude , ayant un diametre et une  profondeur telle , que l'on aurait pu y enfoncer le petit doigt !
D'après le médecin et l'infirmière de cet autre hopital , je suis passé près de la septicémie , tout simplement parce qu'ils n'ont pas pensé à désinfecter les deux plaies avant de poser le plâtre ! 

Et les médecins urgentistes eux , sont passés complètement à coté du fait que j'avais le thorax enfoncé, fracturé et tordu au niveau des pectoraux !

Alors imaginez les douleurs , entre la fracture du bassin, la fracture du coude , le thorax enfoncé et fracturé en plus des divers traumatismes sur tout le thorax et les multiples plaies , tout ça en plus du manque d'opiacés à partir de 2h du matin, jusqu'à 14h30 le lendemain où une infirmiere a eu pitié de moi et a fini par faire ce qu'il fallait pour qu'un médecin me prescrive une partie ( moins de la moitié ) de mon traitement oxy ( alors que les médecins de leur service d'urgences  avaient été en contact avec mon médecin la veille )  , sachant que je consommais habituellement 1g à 1,5g d'hero ( en fonction de la pureté ) en plus ( testée sur une periode de plusieurs mois entre le  printemps et l' été dernier , en générale en moyenne , autour des 40% de pureté + 15% de 6mam )  , principalement le soir , ce que je leur avais dit ( en plus d'un haut dosage d'oxy journalier  )  , alors forcément vu mes douleurs , meme mon dosage habituel d'oxy était largement en dessous de la dose d'opiacés dont j'avais besoin pour atténuer les douleurs de toutes mess fractures et traumatismes au thorax entre autres !

Ça faisait plusieurs années que mon pire cauchemar était de me retrouver dans cette situation, bien que quelque part j'ai eu de la chance , car comme ils ont décidé de ne pas m'opérer et qu'ils manquent de lits , ils ont décidé de me laisser sortir le lendemain à condition que je puisse marcher avec des béquilles et que quelqu'un aille me chercher des béquilles en pharmacie avec l'ordonnance qu'ils m'avaient faite pour ça !

Sauf que je n'avais personne autour de moi pour aller me chercher des béquilles ( heureusement , la kiné de l'hosto , sympa , m'en a prêté pour que je puisse sortir ) et évidemment , j'étais incapable de marcher meme avec des béquilles ( d'autant que j'avais un bras dans le plâtre , plié à 45° , alors pour tenir une béquille c'est pas le top ! Lol ) mais je me suis bien gardé de leur dire car je voulais absolument sortir et échapper à l'enfer qui m'attendait encore le soir meme et les jours d'après , si je restais dans cet hôpital ( sachant qu'ils avaient appelé une ambulance pour me ramener chez moi et n'ont pas vraiment contrôlé si je pouvais marcher ou pas avec des béquilles,  vu que les ambulanciers m'ont fait sortir de l'hosto sur une chaise roulante )  !
Car vu qu'ils n'ont pas été foutus de voir avec les deux scanners corporels entiers qu'ils m'ont fait passer , que j'avais le thorax enfoncé, fracturé et tordu , en plus ils ont sous évalué mes douleurs ces " cloches"  ( y'a pas d'autre mots , vu les boulettes qu'ils ont fait , j'appelle ça de l'incompétence; ce qui a d'ailleurs bien fait halluciner les médecins et infirmières que j'ai vu ensuite ailleurs , dans l'autre hopital et les infirmières liberales qui ont refait les pansements de mes plaies au coude pendant 3 semaines à un mois    !) .

Dernière modification par Acid Test (20 novembre 2022 à  18:47)

Hors ligne

 

Acid Test 
PsychoAddict
1700
Inscrit le 28 Sep 2014
2710 messages
En fait le problème est simple , malgré leurs directives circulaires , lois et je ne sais quoi d'autre stipulant que la douleur aigue les personnes dépendantes aux opiacés , y compris celles sous TSO et MMO , doit etre prise en charge , ils ne forment absolument personne ou quasiment, pour celà !
Du coup ce doit etre des spécialistes ( je suppose en anesthésie ou discipline du genre ) qui doivent etre contactées pour donner leur avis , si ce n'est que  et d'une meme les anesthésistes ne sont pas spécialisés ( voir si ça se trouve , meme pas formées !) dans l'anesthésie des personnes dépendantes aux opiacés à haute dose  et de deux , ces soit disant  " spécialistes " ne sont pas joignables  la nuit !
Super , vu que la nuit en gros dans les hôpitaux, c'est de 17h à 8h-9h du matin ( j'exagère à peine !) , bonne chance pour etre pris en charge correctement !

Tout ça alors qu'il y a des tas d'études sur le sujet , qui montrent qu'une personne dépendante à haute dose et depuis longtemps aux opiacés , ont une tolérance extrêmement importante aux opiacés , alors avant de leur faire faire une OD par erreur , il y a de la marge !
Mais il ne faudrait surtout pas que la dose qu'on leur donne puisse leur procurer le moindre " plaisir " ou effet récréatif ( vous vous rendez compte madame Michu ?) , alors les doses sont calculèes pour etre largement en dessous du dosage en question, ce qui fait que ces patients sont à 95% du temps en sous dose !

Là , j'ai un traitement de morphine au départ , puis  d'oxy,  au meme dosage depuis en gros bientôt 8 ans , autant dire que mon corps y est habitué depuis belle lurette et c'est le dosage que l'on me donne quand je suis en " bonne santé " , alors que là , j'ai le bassin fracturé , le coude fracturé et la cage thoracique enfoncée, fracturée et tordue et on ne m'a pas augmenté mon traitement d'un mg !
Et bien désolé mais on voudrait me pousser à l'automédication à l'heroine , on ne pourrait pas mieux s'y prendre !
Qu'est ce que ça peut leur foutre le dosage auquel je suis puisque ça fait 23 ans que je suis dépendant aux opiacés ?

Est ce qu..en Suisse , on limite à un dosage maximum, les personnes sous traitement de maintenance à l'heroine ?

Pas du tout !
Les patients ont le droit de prendre le dosage qui leur convient , meme si dans la pratique il y a très peu de patients qui montent à plus d' 1,5 à 2g par jour en IV et que la dose moyenne est plutôt autour des 1g/ jour il me semble .
Mais c'est au patient de définir la dose de confort qu'il souhaite ( en accord avec les médecins mais sans limitation ! Et il en va de meme aux pays bas et dans d'autres pays où ce traitement est disponible .

Hors ligne

 


Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

  12
[ Forum ] Etude - Traitement de la douleur aigue chez les patients traités par MSO
par psychic, dernier post 15 décembre 2017 à  22:27 par Sufenta
  3
[ Forum ] Anésthésie & douleurs - Traitement de la douleur en hôpital
par The Turtle, dernier post 17 novembre 2010 à  12:22 par LLoigor
  69
  [ PsychoWIKI ] Méthadone et prise en charge de la douleur
  [ PsychoWIKI ] Commencer un traitement de méthadone

Psychoactif en Images
Plus d'images psychoactives
En ce moment sur PsychoACTIF  
 Psychoactif 
Vos bénéfices liés à l'usage des drogues
14 octobre 2022Annonce de Equipe de PsychoACTIF
 Appel à témoignage 
Avez vous des problèmes de médecin pour votre traitement de subst...
Il y a 2jCommentaire de pierre (36 réponses)
 Forum UP ! 
Effets secondaires - Black-out sous cocaïne
Il y a 1jDiscussion sans réponse depuis 12h
 Forum UP ! 
Usage récréatif - Le zolpidem ne me fait aucun effets.
Il y a 18hDiscussion sans réponse depuis 12h
 Forum 
Expériences - Psilocybe Semilancaeta première fois
Il y a 1hCommentaire de Noria dans [Psilocybe - Champigno...]
(1 réponse)
 Forum 
Questionnement LSD + 3MMC
Il y a 1hCommentaire de fafefifofu dans [LSD 25...]
(1 réponse)
 Forum 
Arrêt & Sevrage - Sevrage cannabis faim extreme
Il y a 1hCommentaire de pomavie dans [Cannabis...]
(4 réponses)
 Forum 
Addiction - Je test Je test...
Il y a 1hCommentaire de GordReno.C17 dans [Tramadol...]
(7 réponses)
 Forum 
Expériences - 4mmc
Il y a 2hCommentaire de fafefifofu dans [Cathinones et RC stim...]
(3 réponses)
 Forum 
Effets - Mettre des mots sur ses effets
Il y a 2hCommentaire de Garsduso dans [Kétamine et PCP...]
(5 réponses)
 Forum 
Overdose - Info dose limite
Il y a 2h
2
Commentaire de martinedu13100 dans [Oxycodone (Oxycontin)...]
(77 réponses)
 Forum 
Aucun effet - Temps de monter lsd
Il y a 3hCommentaire de Nitupzar dans [LSD 25...]
(12 réponses)
 Blog 
Yo
Il y a moins d'1mnCommentaire de Moïse et son bateau vert dans le blog de Moïse et son bateau vert
(3 commentaires)
 Blog 
La cuisine des noïd
Il y a 16hNouveau blog de Gros_Bizon dans [Expérimental]
 Blog 
Les actualités du CAARUD 37
Il y a 1jNouveau blog de AidesCaarud37 dans [Actualités]
 
  QuizzZ 
Testez vos connaissances sur les overdoses d'opiacés
Dernier quizzZ à 14:08
 PsychoWIKI 
Methadone, effets, risques, témoignages
 Topic epinglé 
Neurchi 2 Psychoactif
 Nouveaux membres 
AspieGirl, frunobulax, Galxe nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
S'identifier

Mot de passe oublié

Morceaux choisis 

 Ton incitatif sur l'héroine ?
par filousky, le 30 Nov 2022
Salut L-Olliverstone, J'ai lu ton histoire et je pourrai écrire la même, sauf que j'ai déjà 68 ans. Vécu similaire mais quand je lis ton histoire, il n'y a que du malheur et une belle diabolisation de 'héroïne. Alors, c'est vrai que l'héroïne peut faire des dégâts mais tu ne parles à au...[Lire la suite]
 Vos bénéfices liés à l'usage des drogues
par Cub3000, le 22 Nov 2022
Hello...Je pourrais lister tout un tas d'effets positifs sur ma vie de certaines substances que je consomme, mais je vais me limiter au plus notable : Les lysergamides m'ont complètement sorti d'une sorte de rumination d'angoisses existentielles/métaphysiques qui me bouffait littéralement la vi...[Lire la suite]
 Question pour arrêt du Shit
par PrincessCarolyn, le 23 Nov 2022
Coucou ! Je suis à peu près dans la même situation que toi par rapport au shit et en suis à ma 2eme semaine d'arrêt.. Ce qui m'a paru important dans un premier temps c'est de se fixer des objectifs réalistes, et de se laisser le droit de diminuer sa conso petit à petit. Tu peux par exemple t...[Lire la suite]
Tous les morceaux choisis
Les derniers champis

De fou - Joel92 dans [forum] craving cocaine
(Il y a 17h)
Exact mdr ! Senbei dans [forum] craving cocaine
(Il y a 19h)
merci pour avoir partagé! dans [forum] [expérience] Arrêt zolpidem + anxiolytique d'un coup = failli mourrir
(Il y a 21h)
Je balance personnes non plus ! je suis totalement d'accord avec toi ! dans [forum] Police Notice
(Il y a 2j)
Beaucoup d'intelligence ~Mychk dans [forum] Quelle sensation la première fois?
(Il y a 2j)

Pied de page des forums