Avez-vous une double vie à cause de l'usage de drogues ?

Publié par ,
16303 vues, 49 réponses
avatar
pierre
Web-Administrateur
champi vert77champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 15 Sep 2006
17338 messages
Blogs
Bonjour,

je lis beaucoup de messages qui parlent de double vie sur Psychoactif :  une vie de PUD (Personne Utilisatrice de Drogue), et une autre vie à coté (travail, entourage ?) ou il faut surtout que personne ne sache que vous utilisez des drogues illicites.

J'aimerais lancer un appel à témoignage sur ce phénomène qui est du à la stigmatisation des PUD.

Quels sont vos stratégies pour mener cette double vie ? Comment ca vous affecte ?

Merci pour vos réponses.

Pierre

Hors ligne

 

avatar
Sreconnor femme
Principe actif
France
champi vert16champijaune2cxhampi rouge0
Inscrit le 02 Apr 2024
266 messages
Blogs
Salut à toi,

Je me reconnais énormément dans ton appel à témoignage.

Je ne dois pas « cacher » ma conso à mes très proches mais mon entourage moins proche oui.

Et pour mon travail encore plus, je dirai qu’en plus c’est très très stigmatisé dans mon milieu professionnel. A chaque conversation durant les dej le midi si un sujet d’actualité tourne autour de la drogue et la vente de stup directement il est nécessaire que je sois de leur avis que je dise des choses du type « olalalala horrible » ou bien il est également très stigmatisé d’écouter de la techno ou je dois être d’accord quand ils disent des propos du type « tous ces jeunes qui prennent de la drogue dans des champs en écoutant du boum boum on devrait les enfermer »

Pour cacher et mener en quelque sorte cette double vie, que je préfère appeler différentes personnalités, j’ai tout un tas de phrase toute prête.

C’est difficile aussi quand j’arrive le lundi matin au bureau et que j’ai eu un week end assez chargé je dois cacher mes cernes, ou des fois dire que je suis malade quand j’ai une extinction de voix.

J’adapte aussi mon style vestimentaire, bien que je m’habille comme je le souhaite au travail, je me sentirai jugé si je m’habillais de la même manière que le week-end.

Enfin, ça m’affecte car souvent j’ai l'impression d’être deux personnes - celle du week-end et celle de la semaine. J’ai l’impression d’être en perpétuelle dissonance cognitive et au final, souvent, je me demande qui je suis ?

Je passe trop de temps à être ce que je ne suis pas et j'finis par croire que je le suis vraiment.
Reputation de ce post
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (pierre)
 
Très bonne conclusion ! [MM]
 
La dernière phrase décrit parfaitement la situation

La philo c’est comme le développement personnel en beaucoup plus prétentieux.
Les plus puissantes drogues c’est toi qui les sécrète buddy

Hors ligne

 

elonnx homme
Nouveau Psycho
champi vert21champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 10 Aug 2018
136 messages
Blogs
C'est une bonne question. Ça affecte vraiment tous les aspects de ma vie mais pas de la même manière. Des fois la "double vie" est clairement possible et d'autres fois plus compliquée.

En société:

Je rejoins le voisin du dessus sur le style vestimentaire! J'ai eu plus jeune un style très revendicateur et des années plus tard j'ai le classique: jean, baskets blanches, tshirt/polo et la coupe: le dégradé court qu'on voit partout. J'en ai eu marre des réflexions au faciès donc j'ai pris le parti d'être passe partout pour qu'on ne se fasse pas d'idée sur ma personne sans me connaitre. Je me sens plus libre en société ou au boulot avec ça car avant j'avais toujours l'impression de devoir "prouver" quelque chose face aux idées reçues des gens qui jugent à l'apparence.

Une anecdote: Y'a quelques années lors d'un contrôle de police. Je m'entends bien avec le gars, on discute, il vérifie tout et en dernier le permis. Malheur! Malgré le petit look soigné du moment j'ai encore mes dreads sur la photo du permis! Ni une ni deux il me le fait remarquer puis me dit que je vais faire un test de dépistage (qui se serait avéré positif). J'ai du lui dire le plus naturellement du monde que oui j'ai été jeune, que oui j'ai été "babacool fumeur de joints" mais comme il peut le voir j'ai évolué et mes responsabilités au taff - j'ai lâché deux trois conneries - m'ont emmenées bien loin de ces essais de jeunesse et heureusement! J'ai pas lâché le regard et c'est passé bordel de merde lol. Cette histoire m'a marqué car si la photo du permis avait été conforme à mon look actuel la question du dépistage ne serait jamais venue sur la table.
A tel point que j'envisageais encore la semaine dernière de le déclarer perdu et d'en faire un nouveau (donc des années plus tard). Je vais m'en occuper.

Famille:

Mes parents savent que je fume des joints depuis mes 15 ans et se doutent que j'ai essayé toutes sortes de produits. C'est un sujet tabou mais suite à mon début de suivi en CSAPA j'ai pu débloquer la discussion sur la fume et c'est déjà super. C'est eux qui refusent d'en parler et sont mal à l'aise mais comme ils voient que j'ai réussi à faire ma vie, études, taff et que je gère mon truc ils acceptent. Si j'avais eu des galères mes consos auraient été pointées du doigt immédiatement. C'est pénible de ne pas pouvoir en parler. Ça aurait pu m'aider énormément plus jeune.
Mes frères et ma soeur sont au courant et s'en foutent, chacun est à fond dans son domaine de vie, toujours dans l'excès donc ils comprennent. Eux évacuent par du sport à outrance en général.

Au boulot:

Au taff - bon je suis en arrêt actuellement - impossible! Conduite de véhicules donc silence radio et stigmatisation systématique de la plupart des collègues: on le voit vite quand ces sujets apparaissent au détour d'une conversation.
Au boulot aucun souci, je ne dis rien.

Le couple

Pour la vie de couple c'est vraiment compliqué. J'ai passé la trentaine et ne suis pas actuellement en couple. J'ai rencontré pas mal de personnes et c'est là que ça coince.

J'ai eu une grande relation ou mon ex consommais sur le même rythme que moi, voir moins donc je ne m'étais jamais posé la question mais depuis... C'est selon la personne.

Je ne me sens pas bien du tout lorsque la stigmatisation est trop forte et aucune envie d'expliquer que mes consos quotidiennes de canna depuis quinze ans soutiennent vraiment mon mental (pour ne parler que de fume) puisque si la personne en face n'est pas ouverte à ça j'ai l'impression de me justifier et je n'ai pas à le faire!
C'est souvent pareil, celles qui n'ont jamais consommé ne se doutent d'absolument rien avant - si je leur en parle elles relativisent toujours - et lorsqu'elles me voient consommer des joints tout au long de la journée, elles prennent "peur" et j'ai le droit à toutes sortes de discours et critiques bien relous.

Celles qui fument ou ont fumé c'est déjà bien plus facile puisqu'elles y ont trouvé un intérêt à un moment dans leur vie et l'absence de jugement est spontanée.
Pour le reste tant que je peux me faire mes kiffs stim ou psychédéliques sans empiéter sur la vie de couple je n'ai aucun problème si la personne ne partage pas mes trips. Par contre je préfère sur le long terme que je puisse en parler et qu'elle le comprenne. C'est fatiguant de cacher les choses.

Je consomme depuis quinze ans maintenant et cela est une partie intégrante de qui je suis, être en couple et cacher cette partie de moi même c'est impossible. C'est vraiment pesant toute cette histoire au niveau relationnel.

Les potes

Je ne vois plus beaucoup ceux qui consomment régulièrement pour différentes raisons. En fait je restais dans un certain groupe qui ne me convenait plus depuis longtemps parce que justement ils étaient ouvert d'esprit sur les consos et ça me permettait de satisfaire mes envies en groupe sans prise de tête.

J'ai décidé récemment de faire le tri dans mes relations et je m'en porte mieux. J'ai aussi décidé de parler des mes consos aux autres potes qui en étaient étrangers, je sors le sujet de temps en temps et ils l'acceptent grave et au final s'en foutent. Donc très positif d'être avec les personnes que j'apprécie sans jugement, même si le cercle social s'est considérablement réduit lol.
Maintenant je consomme seul et avec surprise, je consomme moins et moins souvent qu'avant.

Dernière modification par elonnx (14 avril 2024 à  18:49)

Reputation de ce post
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (pierre)

« Je ne vois pas pourquoi je devrais renoncer à ma bêtise et adopter la leur, je ne veux pas couper ma vie en deux, je veux que ma vie à moi soit une, d’un bout à l’autre » Kundera

Hors ligne

 

avatar
Gonvalsky non binaire
Nouveau Psycho
champi vert2champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 26 Jan 2021
183 messages
Salut.

Mais carrément !
Je suis le seul à savoir que je consomme, ni amis, ni famille,ni collègues... ni même mon épouse.

Il m'arrive de parler de mes conso "du lycée" d'un passé lointain (j'ai 40 ans).
Je trouve que mon rapport aux substances s'en trouve de ce fait raisonnable et ça me met des gardes fou assez forts pour ne pas faire n'importe quoi.

Dans les faits je consomme régulièrement un peu de tout mais sur de courtes périodes et avec des petites quantités.

Amicalement
Gonvalsky

Hors ligne

 

avatar
CathEther femme
Ingé en Info = Flex + Dope
France
champi vert1champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 27 Apr 2018
41 messages
Blogs
Salut !

Ayant été contrainte de retourner vivre chez ma mère pendant quelques années pour reprendre mes études, elle est évidemment au courant, le reste de ma famille sait vaguement, uniquement pour la méthadone. J'ai dû produire un mémoire pour valider mon master avec un enseignant chercheur avec qui je m'entend très bien mais malgré tout je me sens contrainte de ne rien dire car pour le moment mon travail n'avait rien à voir avec l'usage de drogues. Il m'a récemment contacté pour parler d'une poursuite d'étude vers un doctorat, je souhaite le faire mais dans un domaine qui touche autant à l'informatique (mon domaine d'étude) qu'aux drogues. Je suis actuellement en sevrage de métha et vu que j'allais pas hyper bien je lui ai dis que j'étais malade et qu'il me fallait un peu de temps pour prendre ma décision, impossible de juste lui dire que j'aime les opiacés entre autre (et que mon sevrage n'est pas un abandon des opiacés donc la non repentance en rajoute une couche) et que je souhaite donc aborder ce genre de sujets dans ma future thèse. Je crains parfois les réactions de retournements brutaux où le regard de l'interlocuteur change en un instant et cette appréhension est d'autant plus forte que j'apprécie ce chercheur et souhaite travailler avec lui.

Sinon, mes amis sont tous au courant et l'acceptent bien. Dans le milieu médical j'ai aussi eu quelques déconvenues fort désagréables à me faire traiter de "manipulatrice" parce que je n'avais pas tout dit de ma vie pour finir par m'exclure du CSAPA du fait de ma réponse "virulante" big_smile.

Ether.

Dernière modification par CathEther (15 avril 2024 à  17:39)


Fuck the feds, love the meds.

Hors ligne

 

linec13 femme
Adhérent PsychoACTIF
France
champi vert10champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 14 Oct 2015
463 messages
Blogs
Mon entourage pro et perso connaît mes consommations festives et mon appétence pour tester toutes sortes de trucs
Mais mon addiction/cravings aux opiacés et à la nourriture c’est un peu honteux pour moi, là vais plutôt en parler avec des professionnels avant d’en informer mon entourage

A kiss makes my whole day, anal makes my hole weak

Hors ligne

 

avatar
cependant
Modo bougeotte
champi vert35champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 25 Mar 2018
3722 messages
Blogs

CathEther a écrit

Salut !

Ayant été contrainte de retourner vivre chez mère pendant quelques années pour reprendre mes études, elle est évidemment au courant, le reste de ma famille sait vaguement, uniquement pour la méthadone. J'ai dû produire un mémoire pour valider mon master avec un enseignant chercheur avec qui je m'entend très bien mais malgré tout je me sens contrainte de ne rien dire car pour le moment mon travail n'avait rien à voir avec l'usage de drogues. Il m'a récemment contacté pour parler d'une poursuite d'étude vers un doctorat, je souhaite le faire mais dans un domaine qui touche autant à l'informatique (mon domaine d'étude) qu'aux drogues. Je suis actuellement en sevrage de métha et vu que j'allais pas hyper bien je lui ai dis que j'étais malade et qu'il me fallait un peu de temps pour prendre ma décision, impossible de juste lui dire que j'aime les opiacés entre autre (et que mon sevrage n'est pas un abandon des opiacés donc la non repentance en rajoute une couche) et que je souhaite donc aborder ce genre de sujets dans ma future thèse. Je crains parfois les réactions de retournements brutaux où le regard de l'interlocuteur change en un instant et cette appréhension est d'autant plus forte que j'apprécie ce chercheur et souhaite travailler avec lui.

Sinon, mes amis sont tous au courant et l'acceptent bien. Dans le milieu médical j'ai aussi eu quelques déconvenues fort désagréables à me faire traiter de "manipulatrice" parce que je n'avais pas tout dit de ma vie pour finir par m'exclure du CSAPA du fait de ma réponse "virulante" big_smile.

Ether.

Salut,

Je tiens juste à dire, que même si ça peut être soulageant, il ne doit y avoir aucune pression à faire coming-out PUD, car comme tu le dit les répercussions peuvent être douloureuses. Et perso je considère que parfois j'ai de l'énergie à mettre ailleurs que dans la défense anti stigmatisation !!
Pour ta thèse donc aucune obligation d'en parler, surtout avant d'avoir obtenu ce que tu veux !! Après tu verras...on ne dit pas tout à tout le monde et on gagne pas forcément à être des martyres de la cause...

Bref, je voulais juste te réconforter dans tes choix et pallier au voile de culpabilité que je peux entendre de tes mots !


fugu kuwanu hito niwa iwaji

Hors ligne

 

avatar
CathEther femme
Ingé en Info = Flex + Dope
France
champi vert1champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 27 Apr 2018
41 messages
Blogs

cependant a écrit

CathEther a écrit

Salut !

Ayant été contrainte de retourner vivre chez mère pendant quelques années pour reprendre mes études, elle est évidemment au courant, le reste de ma famille sait vaguement, uniquement pour la méthadone. J'ai dû produire un mémoire pour valider mon master avec un enseignant chercheur avec qui je m'entend très bien mais malgré tout je me sens contrainte de ne rien dire car pour le moment mon travail n'avait rien à voir avec l'usage de drogues. Il m'a récemment contacté pour parler d'une poursuite d'étude vers un doctorat, je souhaite le faire mais dans un domaine qui touche autant à l'informatique (mon domaine d'étude) qu'aux drogues. Je suis actuellement en sevrage de métha et vu que j'allais pas hyper bien je lui ai dis que j'étais malade et qu'il me fallait un peu de temps pour prendre ma décision, impossible de juste lui dire que j'aime les opiacés entre autre (et que mon sevrage n'est pas un abandon des opiacés donc la non repentance en rajoute une couche) et que je souhaite donc aborder ce genre de sujets dans ma future thèse. Je crains parfois les réactions de retournements brutaux où le regard de l'interlocuteur change en un instant et cette appréhension est d'autant plus forte que j'apprécie ce chercheur et souhaite travailler avec lui.

Sinon, mes amis sont tous au courant et l'acceptent bien. Dans le milieu médical j'ai aussi eu quelques déconvenues fort désagréables à me faire traiter de "manipulatrice" parce que je n'avais pas tout dit de ma vie pour finir par m'exclure du CSAPA du fait de ma réponse "virulante" big_smile.

Ether.

Salut,

Je tiens juste à dire, que même si ça peut être soulageant, il ne doit y avoir aucune pression à faire coming-out PUD, car comme tu le dit les répercussions peuvent être douloureuses. Et perso je considère que parfois j'ai de l'énergie à mettre ailleurs que dans la défense anti stigmatisation !!
Pour ta thèse donc aucune obligation d'en parler, surtout avant d'avoir obtenu ce que tu veux !! Après tu verras...on ne dit pas tout à tout le monde et on gagne pas forcément à être des martyres de la cause...

Bref, je voulais juste te réconforter dans tes choix et pallier au voile de culpabilité que je peux entendre de tes mots !

Merci c'est très gentil big_smile

Mais t'inquiète je ne culpabilise pas, la seule chose qui me dérange c'est que l'informatique étant un domaine de recherche souvent purement technique, j'ai peur que le fait d'aborder un sujet de recherche "mixte" ne soulève des questionnements, mais bon, je vais sûrement pas l'aborder directement pour me faire mon nid, petit à petit. big_smile De toute façon j'ai déjà abordé ce sujet avec plotchiplotch qui m'a été d'une grande aide et je suis sûre que ça va passer !

Ether.


Fuck the feds, love the meds.

Hors ligne

 

avatar
Marco 68 homme
Psycho Head
Italy
champi vert20champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 29 Jan 2019
2078 messages
Avant oui, plus jeune et quand je travaillait pour un patron, je cachait mes conso mais maintenant avec la sagesse de l'âge plus rien a foutre du regard des gens. Seul appréhension mes enfants,  qui savent du mon passé mais pas du present (sont grands ado) et je ne sais pas du tout comment aborder le sujet si...
Pas à l'aise franchement sur ça

Calcio Storico Fiorentino :  azzurri di S. Croce

Hors ligne

 

avatar
aidee femme
parachutiste
France
champi vert24champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 15 Nov 2022
92 messages
Blogs

pierre a écrit

J'aimerais lancer un appel à témoignage sur ce phénomène qui est du à la stigmatisation des PUD.

Quels sont vos stratégies pour mener cette double vie ? Comment ca vous affecte ?

Cet appel à témoignage me touche particulièrement, ce sont des questions que je me pose moi-même régulièrement depuis ces derniers mois. Je vais répondre sur plusieurs points :

Dans le monde du travail, j'ai décidé de "masquer", de "cacher", de ne pas en parler, tout simplement. Donc pas grand chose à dire sur cette sphère, je n'y suis pas moi-même de toute façon, j'y joue un rôle, je remplis juste mon travail et je m'en vais.

Dans ma famille, ma grande soeur de 3 ans mon aînée est au courant de toutes mes conso ponctuelles/occasionnelles (LSD/ecstasy/kétamine/space cake/amphétamine/2CB) et nous en discutons par moments (même qu'elle m'a avoué avoir testé le LSD et les space cake avant moi et m'a demandé de lui fournir un taz un jour pour tester, curieuse situation). Ma soeur a cependant réussi à me dissuader de faire mon coming out de PUD à ma mère, un soir où j'étais sous MDMA, mes parents étant déjà sur-protecteurs et assez infantilisants avec moi au naturel, la petite dernière de 23 ans, ils auraient paniqué et m'auraient arrachée de mon appartement, pourtant ma bulle de confort. Je sais qu'ils pensent bien faire, mais me fliquer ne me fera pas m'arrêter, juste le cacher, donc je ne leur en parle pas (à mes parents). Nous avons tous des prédispositions aux addictions par divers troubles et notamment sur le plan alimentaire alors je connais bien les schémas de pensée là dessus (interdire, restreindre peut pousser à quand même faire l'action mais dans de moins bonnes conditions et de façon cachée, voilà c'est valable pour la nourriture comme pour les substances je pense)

Sinon, dans le cadre amical, dans mes entourage j'ai beaucoup de consommateurs un peu du même profil que moi, ainsi que des plus ou moins réguliers qui touchent un produit de plus, un produit de moins, mais globalement on ne se juge pas, on dit ouvertement ce qu'on prend/va prendre et ça me semble plus sain, plus propice à la réduction des risques ainsi.

Pour les rencontres "nouvelles", si le sujet vient à être mis sur le tapis, je suis de base une personne qui s'intéresse beaucoup à la RdR et à la recherche sur des médicaments et molécules, donc j'essaye d'en parler sous cet angle ou bien il y a eu le cas hasardeux de ma fréquentation actuelle qui de lui même m'a avoué qu'il se "retournait le cerveau avec des taz de temps en temps" avant que je ne dise quoi que ce soit (et pourtant d'apparence nous n'avons rien à voir, les gens s'étonnent de nous voir côte à côte vraiment drôle de hasard, mais le feeling était là et il n'y avait pas de jugement sur la conso l'un de l'autre, il était ouvert est d'esprit à cela, sans pour autant que la conso de l'un n'entraîne la conso de l'autre : parfois je ne prends rien et lui prends quelque chose, parfois nous ne prenons pas la même substance et parfois si)


Du coup pour conclure, cette double vie, je la mène en filtrant à qui je peux parler ou non de mes conso, parfois en utilisant des jeux de mots ou noms de codes que seuls des amis proches peuvent connaître ("on va faire du parachute", "sors la paille à milkshake", "sors la clé", "bonbons", "Mireille et Danielle", etc.) et je crée un personnage à côté, je joue presque un rôle, la Aidee toute lisse, sans substances illicites, toute mignonne, toute pimpante pour ceux qui ne peuvent pas entendre parler de ce sujet et à qui je "dois" le cacher.

Ma conso s'étalant sur deux, voire trois fois par mois (de divers produits du coup), cela est généralement facilement "camouflable" pour le commun des mortels. Et je n'ai pas une tête de consommatrice d'après mes proches au point où quand de moi-même j'essaye de faire mon coming out des amis ne m'ont même pas crue en tant que PUD.

Dernière modification par aidee (16 avril 2024 à  00:32)

Reputation de ce post
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (pierre)

Aidee [ɑjdi:]

Hors ligne

 

avatar
Baba Ya femme
Nouveau membre
Suisse
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 01 Apr 2024
44 messages

pierre a écrit

Bonjour,

je lis beaucoup de messages qui parlent de double vie sur Psychoactif :  une vie de PUD (Personne Utilisatrice de Drogue), et une autre vie à coté (travail, entourage ?) ou il faut surtout que personne ne sache que vous utilisez des drogues illicites.

J'aimerais lancer un appel à témoignage sur ce phénomène qui est du à la stigmatisation des PUD.

Quels sont vos stratégies pour mener cette double vie ? Comment ca vous affecte ?

Merci pour vos réponses.

Pierre

Salut à tous,

Bon, de nouveau parti avant que j'ai voulu le poster, je résume !

En gros c'est non. Je ne le dis jamais, à personne.

Je sais trop qu'on opposerait immédiatement la volonté du sevrage, c'est à dire la souffrance, au plaisir, disqualifié de toutes parts !

Ma tactique est simple : toujours avoir ce dont j'ai besoin. Moyennant quoi, je donne le change.

Seul mon compagnon, décédé dernièrement, avait des doutes. Mais il était intelligent, comment aurait-il pu m'en vouloir de chercher et trouver un soutien dont nous profitions tous les deux...

Il se peut qu'on s'en doute plus loin de moi, mais les gens n'ont pas vraiment envie de savoir. Ce silence arrange tout le monde.

Dernière modification par Baba Ya (16 avril 2024 à  10:05)


J'ai toujours arrêté d'un instant à l'autre, à chaque fois !

Hors ligne

 

avatar
Sreconnor femme
Principe actif
France
champi vert16champijaune2cxhampi rouge0
Inscrit le 02 Apr 2024
266 messages
Blogs

Marco 68 a écrit

Avant oui, plus jeune et quand je travaillait pour un patron, je cachait mes conso mais maintenant avec la sagesse de l'âge plus rien a foutre du regard des gens. Seul appréhension mes enfants,  qui savent du mon passé mais pas du present (sont grands ado) et je ne sais pas du tout comment aborder le sujet si...
Pas à l'aise franchement sur ça

Je voulais te rassurer sur cet aspect, j’ai 24ans et ma mère était dans le passé une PUD à son adolescence notamment et une forte addiction à l’héroïne. Elle nous a jamais caché sa consommation antérieur et nous en parlé librement à notre adolescence et je pense au contraire qu’en parler permet plus de RDR pour eux. Justement, si un jour ils consomment et il arrive une galère, une personne qui se sent mal ou en bad, tes enfants sauront qu’ils peuvent t’appeler et que tu les jugeras pas et aidera en cas de gros pépin.
C’est ma vision des choses après, mais franchement du coup à l’adolescence le moindre soucis c’est ma mère qu’on appelait car on savait, avec mes potes, qu’elle nous aiderait sans nous juger et sans nous punir
Voilà voilà c’est que mon avis mais j’ai été élevé plutôt avec l’adage : le feu ça brûle tu me crois pas essaie et tu verras.
Et le fait que mes parents m’ait élevé comme ça, fait qu’aujourd’hui j’ai une totale confiance en eux et ils connaissent mes conso sans me juger, mais au contraire en réduisant mes risques au maximum

Reputation de ce post
 
Merci pour ces mots, en tant que maman ils me font du bien
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (pierre)

La philo c’est comme le développement personnel en beaucoup plus prétentieux.
Les plus puissantes drogues c’est toi qui les sécrète buddy

Hors ligne

 

avatar
Marco 68 homme
Psycho Head
Italy
champi vert20champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 29 Jan 2019
2078 messages

Sreconnor a écrit

que mes parents m’ait élevé comme ça, fait qu’aujourd’hui j’ai une totale confiance en eux et ils connaissent mes conso sans me juger, mais au contraire en réduisant mes risques au maximum

Ciao
Oui moi aussi j'ai tout dit de mes anciennes conso à mes enfants et ils savent que si besoin ils peuvent m'appeler: eux ne consomment pas,sauf mon fils quelque joints que j'allais chercher pour lui et ses copains.
No, la chose que j'suis pas a l'aise sont mes conso actuels dont ils ne sont pas au courant et que j'ai toujours caché et franchement maintenant je ne saurais pas comment dire, affronter l'argument..


Calcio Storico Fiorentino :  azzurri di S. Croce

Hors ligne

 

avatar
Sreconnor femme
Principe actif
France
champi vert16champijaune2cxhampi rouge0
Inscrit le 02 Apr 2024
266 messages
Blogs

Marco 68 a écrit

Sreconnor a écrit

que mes parents m’ait élevé comme ça, fait qu’aujourd’hui j’ai une totale confiance en eux et ils connaissent mes conso sans me juger, mais au contraire en réduisant mes risques au maximum

Ciao
Oui moi aussi j'ai tout dit de mes anciennes conso à mes enfants et ils savent que si besoin ils peuvent m'appeler: eux ne consomment pas,sauf mon fils quelque joints que j'allais chercher pour lui et ses copains.
No, la chose que j'suis pas a l'aise sont mes conso actuels dont ils ne sont pas au courant et que j'ai toujours caché et franchement maintenant je ne saurais pas comment dire, affronter l'argument..

Ah oui excuse moi j’avais mal lu ton commentaire initial. Effectivement c’est plus délicat et la manière de l’aborder peut être plus difficile. Après peut être tu n'éprouves simplement pas l’envie ni le besoin de leur dire aussi.


La philo c’est comme le développement personnel en beaucoup plus prétentieux.
Les plus puissantes drogues c’est toi qui les sécrète buddy

Hors ligne

 

linec13 femme
Adhérent PsychoACTIF
France
champi vert10champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 14 Oct 2015
463 messages
Blogs

Marco 68 a écrit

Avant oui, plus jeune et quand je travaillait pour un patron, je cachait mes conso mais maintenant avec la sagesse de l'âge plus rien a foutre du regard des gens. Seul appréhension mes enfants,  qui savent du mon passé mais pas du present (sont grands ado) et je ne sais pas du tout comment aborder le sujet si...
Pas à l'aise franchement sur ça

Marco ma fille a 18 ans, il y a quelques semaines je lui ai donné mon pseudo sur psycho, je lui ai dit que si elle veut savoir des choses intimes sur moi je me suis beaucoup livré ici
Je l’informe souvent sur les pratiques RDR, sans chercher à savoir si elle consomme ou pas
Mais nous n’avons jamais parlé de mes addictions, tout au plus sait elle que je consomme certaines substances de manière festive et occasionnelle, et bien sûr que je lutte contre l’addiction au cannabis fumé/la combustion depuis des années
J’ai toujours été transparente à ce sujet car quand j’étais en sevrage cannabique, je lui expliquais que j’allais sans doute être triste/irritable pendant quelques jours, mais que ça n’avait rien à voir avec elle, si adorable et merveilleuse

Dernière modification par linec13 (17 avril 2024 à  13:42)


A kiss makes my whole day, anal makes my hole weak

Hors ligne

 

BobKelso homme
Nouveau Psycho
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 07 Jul 2016
96 messages
Blogs
Question très intéressante.

Je suis personnellement un véritable toxico anonyme, ça a beaucoup d'avantage.
Je suis obligé de faire ça parce que j'ai eu quelques déboires avec mes consommations, du coup pour mon entourage c'est compliqué de leur expliquer que je suis maintenant capable d'être raisonnable, que j'ai appris de mes erreurs et appris à me droguer comme un gentleman (grand merci à ce forum d'ailleurs +++) et que j'ai besoin de ça sinon ma vie n'a pas de sens et moins de saveur. Ce serait beaucoup trop compliqué de m'acharner à leur expliquer que j'ai fait un travail sur moi et acceptée ma dépression, mon anxiété, mon impulsivité et mon recours aux substances  comme faisant partie de moi et que je n'allais pas passer ma vie à lutter contre mais vivre avec en modérant les inconvénients tout en profitant des effets positifs, comme ma créativité ou mon énergie.   

J'y vois un avantage principal c'est que ça me fait me tenir un carreau. Point d'excès, mes consos désormais depuis que j'ai cette attitude. Elles sont conscrites à des horaires programmés. Les quantités sont prévues à l'avance.

Introverti, j'ai toujours préféré consommer seul, donc l'aspect social de la conso ne me dérange pas, au contraire.

Je suis prêt à parier qu'on est des milliers à fonctionner comme ça. Quand je vois les rock stars de ma jeunesse ne relever qu'à demi mot quand on leur souhaite leur "sober birthday", hehe, on se comprend.

Je suis bien plus en paix avec mes consos que les gens qui bouffent du quinoa toute la semaine et finissent par éponger d'un kebab les 5 pintes de triple qu'ils se sont enfilés le vendredi soir avant d'avaler un taz proposé par un inconnu dans la rue pour oublier une semaine de tableur excel (pardon pour le cliché, il en fallait un), non ?

Moi je crois bien, bonne journée à tous.

Hors ligne

 

Thenesplayer homme
Nouveau Psycho
France
champi vert5champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 09 Jun 2015
69 messages
Bonjour à toutes et tous :)

Je trouve le sujet très intéressant !
Je me permets de vous partager mon point de vue, via mon experience.

J'ai voulu m'éloigner le plus possible de la drogue, j'ai coupé les liens avec mes "mauvaises fréquentations", certains sont morts, d'autres m,ont tourné le dos car nous n'avions plus les mêmes perspectives de vie.
Il me reste 2 très bons amis qui consomment encore, à qui je ne cache rien.

Je suis depuis 1 an avec une femme qui ne connait que le cannabis, et n'a aucune experience avec d'autres drogues.
Cependant, depuis quelques temps, je me tape des petits oxy (je dépasse jamais 30 mg en trace par session) dans son dos. Meme quand je suis déboité devant elle, elle ne capte pas que j'ai pris autre chose que du cannabis.
Je dis toujours que j'ai mal digéré un truc quand j'ai envie de vomir.

Et sincèrement, je me sens vraiment comme une merde à l'idée de lui mentir. j'ai l'impression de la tromper.

Elle sait que j'ai eu des problèmes avec pas mal de substances, mais elle est persuadée que j'ai arrêté complétement, et que je ne fume que des joints après le taf.

J'arrive à me livrer à mes deux amis (mentionnés plus haut), à mon psychiatre, et c'est tout. Ma famille pense que j'ai même arrêté le pilon, car j'ai fait de gros efforts d'intégration dans la société et dans le "monde du travail" depuis 2-3 ans.

Pour répondre à la question, je n'ai pas de réelle double vie. Cependant je suis un menteur. Et en parlant avec mes amis, je remarque qu'eux aussi mentent pour se droguer. C'est une façon de vouloir rassurer ceux qu'on aime, car la honte est grande en nous.



Jpense que j'avais besion d'en parler haha, désolé si j'ai l'air de chouiner mais je glisse en ce moment.


Je le dis à chaque fois, mais merci à Psychoactif d'exister.
Bises à toutes et tous !!!
Reputation de ce post
 
La stigmatisation nous oblige à mentir ! Pierre

Hors ligne

 

avatar
HystericFagg homme
Nouveau membre
France
champi vert3champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 10 Jan 2024
4 messages
Blogs
Bonjour, je me permets de répondre car j'ai la sensation que je suis concerné.


Mes amis savent que je suis toxicomane. Mon groupe d'amis actuel, que j'ai depuis 2016, ont beau être au courant, ils ne m'ont jamais vu consommer devant eux. Je m'explique ; je suis devenu proche d'eux au moment où j'étais sobre (je suis resté "clean" -pas d'héro ni de coc- environ 3/4 ans).

Ca fait maintenant un an que j'ai replongé suite à un changement dans ma vie, d'abord en reprenant de l'héro, chose que je leur ai communiqué progressivement. Pendant un moment, ils étaient tous très soutenant, je ne ressentais pas de pression ou autres de leur part. Mais jamais je ne consommais devant eux (j'allais aux toilettes, je me cachais).

Les mois ont passés, c'est devenu de pire en pire, et leur bienveillance m'a mis un peu trop en confiance ; je me suis mis à en parler avec plus de légèreté, à en rire, et j'ai peu à peu réalisé que ça commençait à les gêner. Après plusieurs essais, j'ai réussi à diminuer l'héro, mais je me suis tourné vers la coc à la place. Comme je savais que mon comportement allait changer beaucoup moins subtilement qu'en prenant de la came, j'ai tout de suite su et senti que ce n'était pas une très bonne idée de leur en parler comme je pouvais parler de mes conso d'héro. J'avais aussi la sensation qu'ils allaient se lasser, me juger, du fait que j'avais juste remplacé une addiction par une autre. Mais j'en ai quand même parlé. Et ça a eu des conséquences très douloureuses.

Il m'est arrivé quelque chose lors d'une soirée (je vais passer les détails car c'est pas le sujet) et, de panique, j'ai appelé deux amis qui étaient dans un bar pas loin de là où j'étais à l'origine. J'étais assez bouleversé et ahuri, et je pense que ces deux amis n'avaient pas l'habitude de me voir comme ça. Contre toute attente, ils ne m'ont pas vraiment cru et ont pensé que je "délirais" à cause de la coc, chose qu'ils ne m'ont pas dit tout de suite mais quelques jours plus tard. Et j'ai compris que le même schéma que j'avais vécu avec ma famille se répétait avec eux. Ces 2 amis en question se sont permis de me dire ça car je leur avais dit que j'étais sobre depuis quelques jours (chose fausse). Tout se joue sur leur perception, ce qu'on peut leur dire, bref, c'est totalement psychologique.

Et les entendre me dire "Ca fait du bien de te voir sobre, car tu délirais complètement l'autre jour et c'était super désagréable" alors que j'avais le nez rempli de C, ça m'a conforté à commencer à ne plus rien dire, à me cacher, à mentir.

Cette expérience a été très douloureuse de me rendre compte que ce qui pouvait m'arriver, ce que je pouvais dire ou faire, serait remis en question si ils savaient que je consomme.


Ca fait maintenant environ 6 mois depuis cet "incident", je dis régulièrement que j'ai tout arrêté, que c'est dur mais que je m'y tiens, et j'entends régulièrement que "ça se voit que je suis clean". Je ne veux pas qu'on remette mon intégrité, ce qui peut m'arriver, ce que je peux dire ou faire en question sous prétexte que je consomme. Alors je ment. Ca me fait énormément souffrir, et je m'isole de plus en plus. J'ai vécu ce schéma quand j'avais dit à mes parents/famille que j'étais héroïnomane, vers mes 17 ans. Ma famille est tout sauf soutenante, à l'écoute, bienveillante. Ils n'ont pas de réflexion autour du soin ou du soutien potentiel que l'on peut apporter à quelqu'un d'addict. J'avais beau leur avoir imprimé pleins d'informations, leur avoir donné le numéro du CSAPA, tout faire pour qu'ils s'informent et qu'ils m'aident, rien n'a jamais marché. Tous mes faits et gestes étaient remis en question, tout était mis sur le dos de la drogue et ça a pris des proportions complètement grotesques.

J'ai fini par leur dire que j'avais tout arrêté, que je ne prenais plus que mon traitement, et ça fait désormais 12/13 ans que je leur ment car je n'ai aucune confiance en eux.

Aujourd'hui, ça touche même mon suivi médical ; j'en viens à cacher mes consommations à ma généraliste (que je vois une fois par mois pour mon ordonnance de méthadone et mes autres médocs), qui s'est mise elle aussi à avoir un regard biaisé et suspicieux, accompagné de multiples réflexions extrêmement limites et déplacées (par exemple : j'ai une maladie dorsale dégénérative, la "Discopathie", qui provoque un début d'arthrose sur ma colonne vertébrale alors que j'ai que 30 piges. Pour l'instant, ce n'est encore pas très avancé, mais ça reste angoissant et c'est légitime de m'inquiéter pour ça. Elle m'a fait des réflexions ; que j'avais l'air "agité" en sous entendant que c'était à cause de la C, et non pas juste de mon inquiétude concernant la maladie en question ; comme quoi la consommation de drogues était quand même beaucoup plus inquiétante et néfaste que cette maladie dorsale, et qu'il valait mieux que je m'inquiète de ça plutôt que du reste. Ce qui est lunaire car ce sont deux choses totalement différentes,
incomparables, et elle n'avait absolument pas à me sortir ce discours foireux psychophobe qu'elle ne m'aurait jamais sorti si je ne lui avais rien dit dès le départ). Ca fait des mois que je mentais également à ma thérapeute, que je vois 2 fois par semaine depuis 2019, car j'ai totalement perdu confiance aux autres. 1J'ai osé lui en parler à demi-mot au dernier rendez-vous, mais jamais je ne lui dirais la réalité.

Aujourd'hui, tout mon entourage est persuadé que je suis clean, alors que je consomme 1g de coc par jour, que je pratique le chemsex, et que je reviens vers l'héro de plus en plus régulièrement.
Je ne sais pas si on peut parler de double vie et je m'excuse si mon récit n'est pas tout à fait à sa place, mais toujours est-il que je ne me vois plus du tout être honnête ou demander de l'aide à qui que ce soit autour de moi à cause de cet inévitable jugement qui finira automatiquement par être biaisé par des suppositions ou une suranalyse comportementale.

J'envisage néanmoins d'aller au CAARUD à Aides (Rennes) car la sensation d'isolement devient insoutenable.
Reputation de ce post
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (pierre)
 
Parler de la pompe ou de l’hero à des amis…Grosse erreur que j’ai commise. Doo-J

Hors ligne

 

avatar
pierre
Web-Administrateur
champi vert77champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 15 Sep 2006
17338 messages
Blogs

HystericFagg a écrit

Je ne sais pas si on peut parler de double vie et je m'excuse si mon récit n'est pas tout à fait à sa place,

Ton récit est tout à fait à sa place. Tu viens de décrire en des termes précis et qui fond froid dans le dos, le progressif isolement et marginalisation des PUD. Pas à cause des drogues, mais à cause de la stigmatisation sur les drogues.
Bienvenu sur Psychoactif

Hors ligne

 

avatar
Morefreedom homme
Nouveau Psycho
France
champi vert1champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 30 Oct 2018
57 messages
Blogs

HystericFagg a écrit

Bonjour, je me permets de répondre car j'ai la sensation que je suis concerné.


Mes amis savent que je suis toxicomane. Mon groupe d'amis actuel, que j'ai depuis 2016, ont beau être au courant, ils ne m'ont jamais vu consommer devant eux. Je m'explique ; je suis devenu proche d'eux au moment où j'étais sobre (je suis resté "clean" -pas d'héro ni de coc- environ 3/4 ans).

Ca fait maintenant un an que j'ai replongé suite à un changement dans ma vie, d'abord en reprenant de l'héro, chose que je leur ai communiqué progressivement. Pendant un moment, ils étaient tous très soutenant, je ne ressentais pas de pression ou autres de leur part. Mais jamais je ne consommais devant eux (j'allais aux toilettes, je me cachais).

Les mois ont passés, c'est devenu de pire en pire, et leur bienveillance m'a mis un peu trop en confiance ; je me suis mis à en parler avec plus de légèreté, à en rire, et j'ai peu à peu réalisé que ça commençait à les gêner. Après plusieurs essais, j'ai réussi à diminuer l'héro, mais je me suis tourné vers la coc à la place. Comme je savais que mon comportement allait changer beaucoup moins subtilement qu'en prenant de la came, j'ai tout de suite su et senti que ce n'était pas une très bonne idée de leur en parler comme je pouvais parler de mes conso d'héro. J'avais aussi la sensation qu'ils allaient se lasser, me juger, du fait que j'avais juste remplacé une addiction par une autre. Mais j'en ai quand même parlé. Et ça a eu des conséquences très douloureuses.

Il m'est arrivé quelque chose lors d'une soirée (je vais passer les détails car c'est pas le sujet) et, de panique, j'ai appelé deux amis qui étaient dans un bar pas loin de là où j'étais à l'origine. J'étais assez bouleversé et ahuri, et je pense que ces deux amis n'avaient pas l'habitude de me voir comme ça. Contre toute attente, ils ne m'ont pas vraiment cru et ont pensé que je "délirais" à cause de la coc, chose qu'ils ne m'ont pas dit tout de suite mais quelques jours plus tard. Et j'ai compris que le même schéma que j'avais vécu avec ma famille se répétait avec eux. Ces 2 amis en question se sont permis de me dire ça car je leur avais dit que j'étais sobre depuis quelques jours (chose fausse). Tout se joue sur leur perception, ce qu'on peut leur dire, bref, c'est totalement psychologique.

Et les entendre me dire "Ca fait du bien de te voir sobre, car tu délirais complètement l'autre jour et c'était super désagréable" alors que j'avais le nez rempli de C, ça m'a conforté à commencer à ne plus rien dire, à me cacher, à mentir.

Cette expérience a été très douloureuse de me rendre compte que ce qui pouvait m'arriver, ce que je pouvais dire ou faire, serait remis en question si ils savaient que je consomme.


Ca fait maintenant environ 6 mois depuis cet "incident", je dis régulièrement que j'ai tout arrêté, que c'est dur mais que je m'y tiens, et j'entends régulièrement que "ça se voit que je suis clean". Je ne veux pas qu'on remette mon intégrité, ce qui peut m'arriver, ce que je peux dire ou faire en question sous prétexte que je consomme. Alors je ment. Ca me fait énormément souffrir, et je m'isole de plus en plus. J'ai vécu ce schéma quand j'avais dit à mes parents/famille que j'étais héroïnomane, vers mes 17 ans. Ma famille est tout sauf soutenante, à l'écoute, bienveillante. Ils n'ont pas de réflexion autour du soin ou du soutien potentiel que l'on peut apporter à quelqu'un d'addict. J'avais beau leur avoir imprimé pleins d'informations, leur avoir donné le numéro du CSAPA, tout faire pour qu'ils s'informent et qu'ils m'aident, rien n'a jamais marché. Tous mes faits et gestes étaient remis en question, tout était mis sur le dos de la drogue et ça a pris des proportions complètement grotesques.

J'ai fini par leur dire que j'avais tout arrêté, que je ne prenais plus que mon traitement, et ça fait désormais 12/13 ans que je leur ment car je n'ai aucune confiance en eux.

Aujourd'hui, ça touche même mon suivi médical ; j'en viens à cacher mes consommations à ma généraliste (que je vois une fois par mois pour mon ordonnance de méthadone et mes autres médocs), qui s'est mise elle aussi à avoir un regard biaisé et suspicieux, accompagné de multiples réflexions extrêmement limites et déplacées (par exemple : j'ai une maladie dorsale dégénérative, la "Discopathie", qui provoque un début d'arthrose sur ma colonne vertébrale alors que j'ai que 30 piges. Pour l'instant, ce n'est encore pas très avancé, mais ça reste angoissant et c'est légitime de m'inquiéter pour ça. Elle m'a fait des réflexions ; que j'avais l'air "agité" en sous entendant que c'était à cause de la C, et non pas juste de mon inquiétude concernant la maladie en question ; comme quoi la consommation de drogues était quand même beaucoup plus inquiétante et néfaste que cette maladie dorsale, et qu'il valait mieux que je m'inquiète de ça plutôt que du reste. Ce qui est lunaire car ce sont deux choses totalement différentes,
incomparables, et elle n'avait absolument pas à me sortir ce discours foireux psychophobe qu'elle ne m'aurait jamais sorti si je ne lui avais rien dit dès le départ). Ca fait des mois que je mentais également à ma thérapeute, que je vois 2 fois par semaine depuis 2019, car j'ai totalement perdu confiance aux autres. 1J'ai osé lui en parler à demi-mot au dernier rendez-vous, mais jamais je ne lui dirais la réalité.

Aujourd'hui, tout mon entourage est persuadé que je suis clean, alors que je consomme 1g de coc par jour, que je pratique le chemsex, et que je reviens vers l'héro de plus en plus régulièrement.
Je ne sais pas si on peut parler de double vie et je m'excuse si mon récit n'est pas tout à fait à sa place, mais toujours est-il que je ne me vois plus du tout être honnête ou demander de l'aide à qui que ce soit autour de moi à cause de cet inévitable jugement qui finira automatiquement par être biaisé par des suppositions ou une suranalyse comportementale.

J'envisage néanmoins d'aller au CAARUD à Aides (Rennes) car la sensation d'isolement devient insoutenable.

Salut !
Bravo pour ce texte qui exprime tellement bien les situations difficiles dans lesquelles on peut se retrouver quand on est PUD et que son entourage ne consomme pas. J’ai exactement le même sentiment que toi quand je pense à mes amis proches… Un ami et sa compagne avec qui nous sommes liés par une belle amitié. Mais… ils sont au courant de mes consos de cocaïne passées et m’ont laissé faire ma vie, je n’ai pas trop eu de jugement. Après des années sans en avoir vraiment parlé avec eux je sens qu’ils en ont un peu marre. Ils m’invitent moins souvent, ne veulent pas trop écouter les  histoires difficiles que je vis en ce moment, conséquences de mes abus de consommation, alcool, cocaine, cannabis… je me retrouve comme un con tout seul à fumer mon joint chez eux et je sens que ça les soule. Je ressens un profond sentiment de solitude. Du côté famille c’est même pas la peine… la drogue ça tue et les drogués sont des criminels… Obligé de tout cacher. De faire « bonne figure » dans une société où ce sujet reste un énorme tabou. C’est mal vu d’être PUD. C’est forcément qu’on est marginal et pas bien dans sa tête… Quelle hypocrisie… je continue mon parcours, solitaire, mais je garde ma dignité. Psychoactif est un exemple d’espace de tolérance, de libre parole et d’échanges qui m’aident à affronter mon sentiment de solitude
Morefreedom

Dernière modification par meumeuh (25 avril 2024 à  13:06)

Hors ligne

 

avatar
HystericFagg homme
Nouveau membre
France
champi vert3champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 10 Jan 2024
4 messages
Blogs

pierre a écrit

HystericFagg a écrit

Je ne sais pas si on peut parler de double vie et je m'excuse si mon récit n'est pas tout à fait à sa place,

Ton récit est tout à fait à sa place. Tu viens de décrire en des termes précis et qui fond froid dans le dos, le progressif isolement et marginalisation des PUD. Pas à cause des drogues, mais à cause de la stigmatisation sur les drogues.
Bienvenu sur Psychoactif

Merci beaucoup !

Et oui , tu as tout à fait raison : la stigmatisation est totalement la cause de l'isolement et la marginalisation progressive. Très honnêtement, juste m'inscrire ici et avoir lu certains messages de membres, avoir pu trouver rapidement et un peu par hasard la problématique principale que je vis actuellement via ton post, ça m'a fait du bien.

Morefreedom a écrit

Salut !
Bravo pour ce texte qui exprime tellement bien les situations difficiles dans lesquelles on peut se retrouver quand on est PUD et que son entourage ne consomme pas. J’ai exactement le même sentiment que toi quand je pense à mes amis proches… Un ami et sa compagne avec qui nous sommes liés par une belle amitié. Mais… ils sont au courant de mes consos de cocaïne passées et m’ont laissé faire ma vie, je n’ai pas trop eu de jugement. Après des années sans en avoir vraiment parlé avec eux je sens qu’ils en ont un peu marre. Ils m’invitent moins souvent, ne veulent pas trop écouter les  histoires difficiles que je vis en ce moment, conséquences de mes abus de consommation, alcool, cocaine, cannabis… je me retrouve comme un con tout seul à fumer mon joint chez eux et je sens que ça les soule. Je ressens un profond sentiment de solitude. Du côté famille c’est même pas la peine… la drogue ça tue et les drogués sont des criminels… Obligé de tout cacher. De faire « bonne figure » dans une société où ce sujet reste un énorme tabou. C’est mal vu d’être PUD. C’est forcément qu’on est marginal et pas bien dans sa tête… Quelle hypocrisie… je continue mon parcours, solitaire, mais je garde ma dignité. Psychoactif est un exemple d’espace de tolérance, de libre parole et d’échanges qui m’aident à affronter mon sentiment de solitude
Morefreedom

Merci beaucoup de m'avoir lu, c'est pas évident parfois d'accrocher à des longs messages. Je comprends ta situation et je compatis complètement. Garder sa dignité ; un objectif important pour l'estime de soi, qui contribue justement à la marginalisation et la solitude si elle est basse et qu'elle sombre... Bravo, c'est clairement un défis que j'aimerais réussir également. Heureusement que ce forum existe. Plus je le parcours, plus je réalise à quel point la bienveillance et la solidarité sont présentes, effectivement !

Dernière modification par meumeuh (25 avril 2024 à  13:08)

Hors ligne

 

radiantVisurus non binaire
Nouveau membre
France
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 25 Jan 2024
2 messages
Salut à tous,

Mon témoignage, j'ai commencé les produits à mes 15 ans, (THC-Cocaïne) mais c'est quand j'ai commencé seul à mes 17 ans à consommer des opiacés/opioïdes et benzo seul que j'ai commencé à le cacher, personne ne le savait mêmes si parfois certaines personnes m'ont vu prod à côté d'eux, je l'ai caché à mes parents et mes amis (mes parents étant d'ancien POD, j'ai fini d'ailleurs par en parler à ma mère il y'a environs 2 ans (j'ai 23 ans ajd).

C'était il y'a 3 ans et 1 mois environs que j'ai avoué à mes amis proche ma consommation de produits qui devenaient un problème dans ma vie, je l'ai toujours caché au travail, j'arrivais à rester sérieux et à faire en sorte que ça ne se voit pas.

J'ai ensuite arrêté et j'ai repris 1 ans après où là j'en faisais toute ma personne, je devais le dire à tous et tout le monde.

J'ai donc vécu en premier lieu une double vie mais maintenant la majorité des gens autour de moi le savent, connaissent mes conso, les produits en question et je partage mon expérience avec sans tabou.

Hors ligne

 

æmphis homme
Nouveau membre
France
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 26 Apr 2024
1 message
Bonsoir,

J'ai été touché par le sujet et j'ai créé un compte pour partager mon expérience.

Depuis mes 15 ans, j'ai expérimenté tous les psychotropes disponibles, à l'exception des opiacés. J'ai consommé de nombreuses substances, telles que le cannabis, la cigarette, l'alcool, la cocaïne, la MDMA, la kétamine, le LSD, les champignons et divers médicaments.

Certains produits m'ont plus marqué que d'autres. Les psychostimulants, en particulier, m'ont écœuré à cause de leurs effets secondaires douloureux. J'ai abusé du LSD et du cannabis, et je suis finalement tombé dans l'alcoolisme.

Aujourd'hui, à 22 ans, seul mon cercle familial proche connaît mon passé avec les drogues. Depuis quelques mois, je prends du méthylphénidate prescrit par un psychiatre qui pense que je souffre de TDAH. Ce traitement a mis fin à mon alcoolisme, mais il a transformé ma personnalité.

J'ai rapidement commencé à en abuser, réalisant que cela rendait mes études en école d'ingénieur plus « brillantes ». Ma perception de pouvoir surmonter n'importe quel défi semblait décuplée. Cependant, je me retrouve désormais à jongler entre l'alcool les week-ends et l'abus de médicaments en semaine, y compris de benzodiazépines. Je m'isole de ma famille et éprouve de la honte.

Je commence également une alternance dans une multinationale tout en cachant ma situation à tous. Un neuropsychiatre m'avait dit que le médicament était efficace pour des cas de borderline comme moi, mais au final, je me demande ce que j'ai vraiment gagné. Utiliser des drogues pour me sentir surpuissant chaque matin, et finir mes journées dans un mélange de Valium® et d'alcool, tout cela en solitude.

Cette situation est devenue insoutenable. Et je crois avoir une facette miracle que j’expose avec un sourire en coin, délaissant à jamais la personne que je suis quelque part là-bas, qui sait ?

Hors ligne

 

avatar
Caïn homme
PsychoAddict
champi vert2champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 04 Oct 2013
2027 messages
Blogs
Pour ma part, j'ai toujours caché mes consos aux gens qui ne connaissent pas la dope. Justement parce qu'ils ne connaissent pas, et donc auraient un jugement totalement biaisé, pas forcément malveillant d'ailleurs mais à côté de la plaque (mais où est cette putain de plaque au fait !).
Si tu dis je bois une ou deux bières de temps en temps, un peu de bon vin dans les grandes occasions. Le mec ou la nana va pas te prendre pour un alcoolique, parce que tu ne l'es pas. Sa vision sera à peu près juste, parce que l'alcool tout le monde sait ce que c'est, enfin bien plus que pour la came.
En revanche, si tu dis je prends un peu d'héro... La plupart des gens te verront comme un méga tox, la seringue planté dans le bras.   
Si je dis que j'ai un traitement bupré à 0,6. Les gens ne capteront pas que c'est une dose minime dont je vais peut-être réussir à me sevrer.
Voilà pourquoi je préfère ne rien dire (à part aux très proches ou aux gens qui connaissent le truc et bien sûr à mon toubib). C'est pas exactement la peur d'être jugé enfin si, disons que c'est la peur d'être jugé sur de mauvaises bases.
Je dis "à mon toubib" parce qu'elle est addicto, au courant de ce que c'est un traitement de substitution. Mais récemment j'ai passé un examen pour un pépin au niveau de la hanche, le toubib me demande si j'ai un traitement. Le lui dis oui, buprénorphine 0,6 mg. Le gars, toubib, spécialiste, ne savait pas ce que c'est !
j'ai dû lui expliquer : la bupré se prescrit la plupart du temps sous l'appellation subutex, là il a situé mais il ne connaissait pas les dosages, queudalle !
J'en suis venu à me demander si dans un cursus de médecine, ils avaient au moins quelques heures de cours là-dessus...

La drogue c'est de la merde, surtout quand t'en as plus.

Hors ligne

 

Chapo Blanco homme
Nouveau membre
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 23 Apr 2024
6 messages
Hello,

Forcément qu’il y a toujours une double vie lorsque qu’on consomme de façon hard.

Voulais- tu plutôt des anecdotes ? Ahah j’en ai une petite Je viens d’un milieu modeste et en 2020 après une semaine de vacances/travail sur le yacht nommé « stalca » le lendemain de mes vacs à mon retour  à Rennes je fais une overdose à l’héroïne ( 2 injections coup sur coup)

Transfert hôpital réveil naxolone et tout le tintouin.. réveil très brutal avec ma mère à côté apeuré mais remplit d’amour pour son fils.

Le moment où j’ai pu enfin raconter mes addictions à ma famille cela leur a permit de comprendre qui j’étais et le pourquoi du comment.


J’ai 31 ans et aucun enfant peut être que c’est encore plus facile pour moi…

Peace

Hors ligne

 

La frite homme
Nouveau Psycho
Thailand
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 18 Feb 2024
58 messages
Ho oui double vie,triple peines.

Hors ligne

 

avatar
UDilisateur homme
Conducteur de vaisseau spatial
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 15 Dec 2016
249 messages
Salut,

Cette question raisonne directement en moi, parce que cette double vie, voir triple...

Et en parler c'est très difficile, surtout quand tu consommes de l'héroïne... Ça fait peur à beaucoup de monde.

La question d'en parler est très compliquée. Car cette double vie est vécue comme une "trahison", "malhonnêteté" par les proches.
Il faut beaucoup de temps pour que la confiance se reconstruise... Parfois elle est rompue à jamais, parfois les préjugés prennent le dessus. Ha si seulement il n'y avait pas ces préjugés...

Une ligne qui vaut la peine d'être lue.

Hors ligne

 

avatar
Ayden93 homme
Nouveau Psycho
champi vert0champijaune3cxhampi rouge0
Inscrit le 15 Dec 2023
92 messages
Pour ma part, je suis du genre à laisser transparaître ma tolérance sur les drogues dans divers discussion, avec qui que ce soit.
C’est à dire que je me montre assez ouvert d’esprit vis à vis des drogues, du coup sa contraste l’opinion publique à chaque fois, mais ayant la chance d’être respecté et assez écouté de mes proches, ils ne jugent pas mon ouverture d’esprit.
Si jamais on me pose des questions tel que « tu as déjà pris ça ? Ou ça ? »
Alors je réponds que oui souvent, un zest d’humour et de recul vis à vis des drogues et sa passe, puis je rajoute quelques comparaisons tels que l’alcool.
Mais je ne le dis pas de moi même, si on m’en parle, je me livre un peu, je laisse les gens venir à moi on va dire.
Dans mon métier il est impossible de l’avouer, mais j’use quand même de cette réthorique.
Je déteste mentir, me voiler la face devant les autres.
Je hais l’injustice,et je trouve injuste de devoir me sentir inférieur car je me drogue.
Je m’acharne au sport depuis plus de 10 ans, sans relâche à casi deux entraînements par jours, je me cultive, j’ouvre mon esprit un maximum, j’aide tout ceux qui me le demande, j’essaye d’être la meilleure version de moi même, et je me drogue car c’est la seule solution que j’ai trouver pour supporter cette vie fatiguante entre épuisement physique et moral du à mon métier, alors non si t’es capable de me poser des questions, soit capable d’accepter les réponses.
Puis entre nous, les gens sont pas totalement debiles sur ces sujets ?
On est pas un peu cons en France ?
Quand tu parles avec les gens ils stigmatisent tout, mais n’on aucune connaissances du sujet, et quand tu expliques certaines choses, là ils se mettent à réfléchir, c’est typique chez nous, et pas que pour la drogue.
Sinon côté famille, ils s’en doutent, mais la pudeur prends le pas, donc personne n’en parle.
Seul ma conjointe le sait, d’ailleurs il lui arrive de lire mes posts sur ce forum, cool je suis en paix avec moi même maintenant.
C’est pas que j’emmerde les gens, mais j’arrive à contraster les stigmates que la société nous impose sur les « junkies » dans le fantasme des gens lambdas. Donc ça passe.

Hors ligne

 

Lew femme
Nouveau membre
France
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 20 May 2024
1 message
Pas vraiment une double vie, évidemment je n'en parle pas à ma famille, seul mes amis sont au courant de mes conso. Le truc c'est qu'elle n'y connaissent rien (aux drogues) pense que je suis une junkie (pas du tout, j'ai une vie normale, je fais mes études...la drogue n'empiète pas sur ma vie, justement ça la rend plus supportable). Mais voilà, mes amis n'y connaissant rien, elles m'infantilise a mort... Elles m'intérdisent de boire en soirée, me font du chantage, parle de moi comme si j'étais hors de contrôle. (Spoilers: je ne lui suis pas, d'ailleurs mes amis ne tenant pas l'alcool je suis souvent plus claire qu'elle en soirée...)

Hors ligne

 

avatar
Mynight femme
Nouveau Psycho
France
champi vert5champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 28 Mar 2021
103 messages

HystericFagg a écrit

Bonjour, je me permets de répondre car j'ai la sensation que je suis concerné.


Mes amis savent que je suis toxicomane. Mon groupe d'amis actuel, que j'ai depuis 2016, ont beau être au courant, ils ne m'ont jamais vu consommer devant eux. Je m'explique ; je suis devenu proche d'eux au moment où j'étais sobre (je suis resté "clean" -pas d'héro ni de coc- environ 3/4 ans).

Ca fait maintenant un an que j'ai replongé suite à un changement dans ma vie, d'abord en reprenant de l'héro, chose que je leur ai communiqué progressivement. Pendant un moment, ils étaient tous très soutenant, je ne ressentais pas de pression ou autres de leur part. Mais jamais je ne consommais devant eux (j'allais aux toilettes, je me cachais).

Les mois ont passés, c'est devenu de pire en pire, et leur bienveillance m'a mis un peu trop en confiance ; je me suis mis à en parler avec plus de légèreté, à en rire, et j'ai peu à peu réalisé que ça commençait à les gêner. Après plusieurs essais, j'ai réussi à diminuer l'héro, mais je me suis tourné vers la coc à la place. Comme je savais que mon comportement allait changer beaucoup moins subtilement qu'en prenant de la came, j'ai tout de suite su et senti que ce n'était pas une très bonne idée de leur en parler comme je pouvais parler de mes conso d'héro. J'avais aussi la sensation qu'ils allaient se lasser, me juger, du fait que j'avais juste remplacé une addiction par une autre. Mais j'en ai quand même parlé. Et ça a eu des conséquences très douloureuses.

Il m'est arrivé quelque chose lors d'une soirée (je vais passer les détails car c'est pas le sujet) et, de panique, j'ai appelé deux amis qui étaient dans un bar pas loin de là où j'étais à l'origine. J'étais assez bouleversé et ahuri, et je pense que ces deux amis n'avaient pas l'habitude de me voir comme ça. Contre toute attente, ils ne m'ont pas vraiment cru et ont pensé que je "délirais" à cause de la coc, chose qu'ils ne m'ont pas dit tout de suite mais quelques jours plus tard. Et j'ai compris que le même schéma que j'avais vécu avec ma famille se répétait avec eux. Ces 2 amis en question se sont permis de me dire ça car je leur avais dit que j'étais sobre depuis quelques jours (chose fausse). Tout se joue sur leur perception, ce qu'on peut leur dire, bref, c'est totalement psychologique.

Et les entendre me dire "Ca fait du bien de te voir sobre, car tu délirais complètement l'autre jour et c'était super désagréable" alors que j'avais le nez rempli de C, ça m'a conforté à commencer à ne plus rien dire, à me cacher, à mentir.

Cette expérience a été très douloureuse de me rendre compte que ce qui pouvait m'arriver, ce que je pouvais dire ou faire, serait remis en question si ils savaient que je consomme.


Ca fait maintenant environ 6 mois depuis cet "incident", je dis régulièrement que j'ai tout arrêté, que c'est dur mais que je m'y tiens, et j'entends régulièrement que "ça se voit que je suis clean". Je ne veux pas qu'on remette mon intégrité, ce qui peut m'arriver, ce que je peux dire ou faire en question sous prétexte que je consomme. Alors je ment. Ca me fait énormément souffrir, et je m'isole de plus en plus. J'ai vécu ce schéma quand j'avais dit à mes parents/famille que j'étais héroïnomane, vers mes 17 ans. Ma famille est tout sauf soutenante, à l'écoute, bienveillante. Ils n'ont pas de réflexion autour du soin ou du soutien potentiel que l'on peut apporter à quelqu'un d'addict. J'avais beau leur avoir imprimé pleins d'informations, leur avoir donné le numéro du CSAPA, tout faire pour qu'ils s'informent et qu'ils m'aident, rien n'a jamais marché. Tous mes faits et gestes étaient remis en question, tout était mis sur le dos de la drogue et ça a pris des proportions complètement grotesques.

J'ai fini par leur dire que j'avais tout arrêté, que je ne prenais plus que mon traitement, et ça fait désormais 12/13 ans que je leur ment car je n'ai aucune confiance en eux.

Aujourd'hui, ça touche même mon suivi médical ; j'en viens à cacher mes consommations à ma généraliste (que je vois une fois par mois pour mon ordonnance de méthadone et mes autres médocs), qui s'est mise elle aussi à avoir un regard biaisé et suspicieux, accompagné de multiples réflexions extrêmement limites et déplacées (par exemple : j'ai une maladie dorsale dégénérative, la "Discopathie", qui provoque un début d'arthrose sur ma colonne vertébrale alors que j'ai que 30 piges. Pour l'instant, ce n'est encore pas très avancé, mais ça reste angoissant et c'est légitime de m'inquiéter pour ça. Elle m'a fait des réflexions ; que j'avais l'air "agité" en sous entendant que c'était à cause de la C, et non pas juste de mon inquiétude concernant la maladie en question ; comme quoi la consommation de drogues était quand même beaucoup plus inquiétante et néfaste que cette maladie dorsale, et qu'il valait mieux que je m'inquiète de ça plutôt que du reste. Ce qui est lunaire car ce sont deux choses totalement différentes,
incomparables, et elle n'avait absolument pas à me sortir ce discours foireux psychophobe qu'elle ne m'aurait jamais sorti si je ne lui avais rien dit dès le départ). Ca fait des mois que je mentais également à ma thérapeute, que je vois 2 fois par semaine depuis 2019, car j'ai totalement perdu confiance aux autres. 1J'ai osé lui en parler à demi-mot au dernier rendez-vous, mais jamais je ne lui dirais la réalité.

Aujourd'hui, tout mon entourage est persuadé que je suis clean, alors que je consomme 1g de coc par jour, que je pratique le chemsex, et que je reviens vers l'héro de plus en plus régulièrement.
Je ne sais pas si on peut parler de double vie et je m'excuse si mon récit n'est pas tout à fait à sa place, mais toujours est-il que je ne me vois plus du tout être honnête ou demander de l'aide à qui que ce soit autour de moi à cause de cet inévitable jugement qui finira automatiquement par être biaisé par des suppositions ou une suranalyse comportementale.

J'envisage néanmoins d'aller au CAARUD à Aides (Rennes) car la sensation d'isolement devient insoutenable.

Bon dieu que ton discours me parle.
Je ne sais pas si je vais réussir à faire bref, ce n'est pas franchement ma spécialité lol!

Alors pour commencer bien sûr que ton texte a sa place ici, et visiblement, il a déclenché plusieurs réponses, je pense qu'on se retrouve tous plus ou moins dans ce que tu dis.

Déjà, tu parles de psychophobie, merci pour l'appellation, je ne avais jamais comment formuler.
Et elle provient bien trop souvent des non connaisseurs, amis, famille, et malheureusement de certains médecins, aussi foireux que ça puisse paraître.
Tu pars du principe qu'ils se sont carrées je ne sais pas combien d'années d'études pour en arriver à certains discours... C'est juste hallucinant, incroyable.

Pour ma part au niveau médical, j'ai beaucoup de chance (j'ai de la chance en général, je trouve, dans mon malheur, qu'est mon addiction aux opiacés rt dans ma vie d'adulte.)

Pour faire bref, je suis tombée dans la vingtaine, après avoir abusé des benzodiazépines, dans la consommation de Tramadol, illimitée car j'étais infirmière en réanimation à l'époque, accès open bar à la pharmacie du service, les médocs arrivaient par caisses pleines tous les jours, les casiers débordaient.
Seuls les stupéfiants étaient comptabilisés, contrôlés.

Pour le reste, on pouvait se servir dans les benzos et par exemple, le Tramadol, sans aucun problème.
Je suis très rapidement tombée dans une consommation quotidienne, la tolérance s'est aussi installée très rapidement, et j'ai passé 16 ans enchaînée au Tramadol, je ne vais pas raconter toute mon histoire, ce n'est pas le sujet, mais j'ai trouvé il y a 3 mois la porte de sortie, mon nouveau psychiatre m'a envoyée dans le CSAPAA proche de chez moi (aucun autre professionnel de la psychiatrie n'a eu l'idée de le faire auparavant, et dieu sait si j'en ai consultés, cherchez l'erreur), où j'ai rencontré des infirmiers et addictologues vraiment top, je viens d'arriver à équilibrer ma dose nécessaire de Méthadone quotidienne, c'est un immense soulagement.

Mais même de la Méthadone, je me garderai bien d'en parler à quiconque ne connaît pas tout ce qui touche à la toxicomanie,  l’addiction, aux produits, à tout ce que cela entraîne.

De base,je trouve beaucoup de gens très... Basiques, avec des œillères, pas bien futés, ignorants, et très jugeants par dessus le marché.
Alors aller parler de mon addiction, même si je suis enfin sous traitement: Hors de question, certainement pas.

J'ai de bonnes copines que j'apprécie réellement, pour justement leur ouverture d'esprit, leur "intelligence humaine".
Mais même.
Je n'arrive absolument pas à en parler. Quand bien même je sois sortie de la consommation de produits, et étant maintenant "en traitement" de substitution (je n'ai pas retouché un comprimé de Tramadol depuis ma prise en charge au CSAPAA.)

J'ai toujours soigneusement caché mon problème, mon addiction à mes amis de l'époque, et au travail évidemment, étant donné qu'en plus, c'était là que je me servais, et quant bien même.
Je n'ai aucune confiance en "les gens", en général.
J'ai toujours eu la sensation de porter un masque en société.
Je me suis toujours arrangée à présenter une image la plus lisse possible pour me protéger. Et malheureusement, je pense que j'ai eu raison.
Aujourd'hui, étant placée en inaptitude,  je suis chez moi et je fréquente uniquement j'ai envie de fréquenter, c'est un peu plus simple.

Ma famille, n'en parlons pas, pour le coup je ne vais pas rentrer dans les détails mais je suis en rupture totale avec mes parentsdepuis 2019, ma mère ayant fait toutes les erreurs possibles qu'une mère puisse faire, sans jamais se remettre le moins du monde en question (c'est une perverse narcissique de première ordre, ça explique un peu les choses.)

Le peu que j'ai pu essayer de leur dire, de leur expliquer, quand j'essayais encore de recoller les morceaux avec eux: J'ai eu droit aux idées toutes faites, préjugés de première, psychophobie pour le coup, c'était comme si je leur annonçait que j'avais fait une OD la seringue au bras.
Et imaginons que cela aurait été le cas, j'aurais eu droit à une volée de bois vert, infantilisante, rabaissante, au lieu de réconfort, d'empathie.

Là où j'estime avoir beaucoup de chance, c'est avec la famille que moi, je me suis construite: Mon mari, et mes feux filles que nous avons eues heureusement jeunes (j'avais 22 et 25 ans lorsque je les ai eues.) Ma belle-famille ne sait pas tout, mais quand même le "gros de l'affaire", ma belle-mère est au courant de tout, y compris de ma récente mise sous Méthadone.

Mon homme m'a connue au tout début de mon comportement addictif avec les médocs (je ne suis jamais tombée dans autre chose, encore une fois, par chance,j'ai juste testé 3 fois la C, la Ketamine et j'ai préféré rester au Tramadol, en pensant que ça faisait plus "propre" comme addiction, alors que pas du tout en vrai, t'es addict comme les autres, surtout au vu des doses que je m'envoyais, je pense que pas mal de consommateurs d'héroïne ou de C prennent bien moins que moi sur une journée quand j'étais montée vraiment haut, un bon gramme par jour voire plus.)

Mon mari donc, est très équilibré, je peux me reposer sur lui, c'est un roc, il a la chance d'être exempt de tout trouble psy, contrairement à moi (anxiété généralisée, TDAH, je suis sous Ritaline, et on m'a diagnostiquée une personnalité borderline.)
Il m'apporte énormément de sérénité, et je lui ai toujours parlé de tout, malgré qu'il n'y connaisse rien au départ (il ne présente aucune addiction, pas même la clope), je n'ai jamais senti le moindre jugement négatif,m'a toujours encouragée à me faire suivre (ca finit par payer, meme si je n'y croyais franchement pas des massesau début),il m'a toujours prise telle que j'étais, et ça, ça n'a aucun prix.
Idem, mes filles, qui ont 15 et 18 ans maintenant sont au courant, j'ai réussi à leur expliquer avec des mots choisis, très jeunes, quels étaient mes problèmes. Et pourquoi.
Elles savent que j'ai entamé une substitution depuis 3 mois par Méthadone par exemple.

Mais cette parenthèse positive refermée, je ne saurais citer tout ce que j'ai entendu comme préjugés, même venant des médecins, très souvent même, j'ai toujours trouvé ça juste dingue et inacceptable venant de professionnels de santé.
Même lorsque j'ai du me faire opérer en urgence de la vésicule biliaire il y a un an, j'ai demandé instamment à ma famille de m'apporter mon traitement pour les quelques jours d'hôpital, je ne voulais absolument pas que ce soient eux qui me gèrent mon traitement. Au lieu d'un lieu où l'on devrait se sentir en sécurité et sans subir de jugement vis à vis de notre addiction, c'est souvent l'inverse, et ça me révolte.
J'ai entendu des histoires vraiment incroyables sur le sujet, venant de connaissances, des personnes fiables qui je le sais, n'ont pas enjolivé.

Et tiens, une petite anecdote: J'ai également souffert de TCA pendant 13 ans, de mes 20 à mes 33 ans, j'en suis sortie (encore une "chance" de ma vie d'adulte.)
Ma psychiatre de l'époque me fait hospitaliser donc, pour ces fameux TCA.
Premier jour, la psychiatre, qui ne me connaît ni d'Adamn ni d'Ève vient faire le 1er entretien et me demander quel est mon traitement habituel.
Je prenais un antidépresseur et un anxiolytique depuis environ 3 ans.
Je la vois froncer les sourcils lorsque je mentionne la posologie, qui n'était pas énorme, honnêtement.
Elle me diminue de moitié la dose d'antidépresseurs. C'est incroyable mais je peux jurer que c'est la vérité. Tel quel.
En me disant qu'elle me trouvait "agitée".
Jamais, on ne diminue aussi brutalement un antidépresseur, rétrospectivement ça me paraît complètement fou et incroyable. D'ailleurs quand je le raconte, j'ai peur que l'on ne me croie pas...
À l'époque, j'étais encore désireuse de faire "la bonne élève", je n'osais jamais contrer un médecin (j'ai carrément appris à le faire par la suite, je peux te le dire!!!)
J'étais effrayée, mais je n'ai rien dit.
Et j'avais des raisons de l'être: Le temps de l'hospitalisation (3 semaines, qui n'ont d'ailleurs servi absolument à RIEN, ne m'ont apporté aucun changement ni aucune aide), je n'ai pas trop ressenti les effets de la baisse, les antidépresseurs, surtout l'Effexor (Venlafaxine), que je prends encore aujourd'hui, met du temps à se faire sentir, dans un sens comme dans l'autre.
Pas loin de ma sortie, je commence à avoir de plus en plus de moments de "moins".Mais je me tais, bêtement.

Puis quelques jours après ma sortie, la dépression post sevrage s'était installée. J'ai vécu les pires moments de ma vie. Une horreur, mais vraiment une horreur, je ne veux jamais revivre ça.
Vous allez penser que je suis ridicule, à ne pas avoir osé dire quoi que ce soit et je sais que ça paraît dingue, mais j'ai toujours eu ce problème de peur d'être "mal vue", y compris par les médecins, à fortiori, le psychiatre...
Il fallait que je donne une bonne image, l'impression d'avancer, toujours... J'ai heureusement bien changé depuis, même si ce problème reste latent.
Je n'ai donc rien osé dire à ma psy pendant 3 bons mois. C'était complètement ridicule, car en plus, elle était très bienveillante.
Je ne me voyais pas sortir d'hospitalisation en allant encore plus mal, je ne m'en laissais pas le droit. J'avais aussi poeur d'y retourner...
Maintenant encore je me rends compte à quel point c'était délirant, et quelle souffrance je me suis infligée pour rien...
Au bout de 3 mois et quelque, je n'en pouvais plus. Je ne SUPPORTE PAS le sentiment dépressif. Vraiment.
Je craque dans son bureau.
Et évidemment, elle me remonte immédiatement mon Effexor... 2/3 semaines plus tard, je me sentais bien mieux.
Donc voilà, l'autre qui m'avait trouvée "agitée", et qui déjà rien que pour des antidépresseurs, me donnait l'impression de manipuler des produits hautement stupéfiants... Et qui n'a absolument pas suivi le protocole d'une diminution d'antidépresseurs, en y allant d'un coup en baissant de moitié.
Une psychiatre...
Et j'en ai encore bien d'autres, sous le coude, des histoires comme ça.

Je comprends tellement ton sentiment d'étouffement, de division.
Devoir cloisonner comme cela sa vie est particulièrement difficile, culpabilisant (alors que nous n'avons certainement pas à culpabiliser, il s'agit d'une maladie, d'une affection, merde à la fin. J'ai été mise en ALD spécifiquement pour mon problème daddiction!)
As-tu déjà pensé à consulter un psychiatre ou même psychologue? (Alors un bon, hein, ça va sans dire! Quitte à changer plusieurs fois avant de trouver le où la bonne!)
Vider un peu ton sac pourrait te faire du bien, l'idée du CAARUD (je ne connaissais pas d'ailleurs ce type de structure,  qu'est-ce qui les différencie des CSAPAA, ils ne peuvent pas pzr exemple distribuer des produots de substitution?)
Essayer de comprendre le pourquoi du comment de ton addiction? C'est une suggestion, il faut en avoir réellement l'envie, se sentir prêt. Mais tu en donnes l'impression, esr c'est super positif!
Personnellement, j'en ai vraiment besoin,  c'est très différent d'une personne à l'autre.
Je te conseille vraiment de sauter le pas, les gens sont très empathiques, non jugeants, à l'inverse d'autres lieux. Ils connaissent parfaitement le monde de la dépendance, tout ce qui tourne autour...
Personnellement, j'ai vraiment vécu une très bonne expérience au CSAPAA.smile

Je t'envoie plein de pensées de courage, positives.
Passes une belle journée.smiley-gen013


°•✨️If you can't handle me at my worst, then U sure as hell don't deserve me at my best.✨️•°

Hors ligne

 


Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Pied de page des forums