Votre avis sur ma première consultation en CSAPA

Publié par ,
369 vues, 5 réponses
avatar
Calice34
Nouveau Psycho
France
champi vert5champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 01 Mar 2023
199 messages
Salut à tous,

Ayant récemment déménagé, j'ai dû changer de CSAPA. J'ai donc consulté il y a peu, pour la première fois, dans le nouveau CSAPA de la ville où j'ai emménagé.

J'avais RDV un vendredi à 16h00, et malheureusement, je savais que j'allais être en retard. J'appelle donc le CSAPA pour les prévenir de mon retard et leur dire que je serais là vers 16h20. La secrétaire me répond que la psychiatre addicto a déjà quelqu'un à ce créneau. Je demande donc, un peu inquiète mais en voulant rester tout de même polie et calme, "donc ce n'est pas la peine que je vienne"? (lol, "pas la peine"... vu l'importance de la situation... ma propre formulation me fait rire jaune smile mais bon, je craignais qu'on me reproche mon retard, du coup j'ai voulu la jouer cool et décontract' pour pas créer d'histoires... sad ).
Et donc la secrétaire me dit qu'elle va demander à la psychiatre si elle peut me recevoir. Après un court instant, elle (la secrétaire) me confirme que c'est bon, je peux venir pour 16h20.

J'arrive donc dans le CSAPA à 16h20 au lieu de 16h00 comme prévu initialement, avec un retard de 20 minutes, donc. Je ne vois personne d'autre, j'étais la seule (et dernière) patiente du CSAPA (qui ferme à 17h00). Bref, j'arrive à l'accueil du CSAPA et la psy s'y trouvait et m'attendait. Tiens, c'est bizarre, il n'était pas censé y avoir un patient au créneau de 16h20 ?

Au premier regard entre elle et moi, j'ai senti un truc malaisant, je sais pas quoi... mais j'étais pas en confiance. Et surtout: déçue.
Et j'ai senti que c'était réciproque.


Elle me reçoit donc en consultation, et elle va ultra vite. Comme si ça faisait déjà milles et une fois qu'elle l'avait fait (et j'imagine bien que c'est le cas) et que ça la gonflait. Je me suis dit que c'était peut-être à cause de mon retard. Je pense donc à m'excuser, et elle me répond que ce n'est pas grave (plus par politesse qu'autre chose j'imagine).

Elle me demande quelle est mon addiction, et je lui réponds que ce sont les opiacés et que je prends principalement du tramadol et du skénan.

Elle poursuit avant de me dire ensuite (d'un ton pas très convaincu): "il va falloir que vous nous expliquiez ce que vous attendez de nous, de notre équipe...".
Ben je sais pas, je suis venue pour prendre des cours de peinture en fait... ? Sérieux, c'est quoi cette question? Désolée, autant je peux comprendre quelqu'un qui consulte pour la toute première fois en CSAPA, pour aider la personne à définir clairement ses objectifs, autant là j'ai vraiment pas compris, sachant que j'étais déjà "une habituée" du CSAPA qui a juste changé à cause d'un déménagement. Et franchement, j'ai pas du tout aimé sa question, j'ai l'impression que je devais me justifier de pourquoi j'étais là. La psy avait vraiment pas l'air convaincu (sans vouloir rentrer dans les clichés, j'ai pas vraiment une apparence de toxico: personne se douterait jamais que je consomme quoi que ce soit en me voyant... je fais très "sage"). J'ai eu le sentiment que ma présence était pas légitime (peut-être à cause de mon apparence) et que je devais "prouver" que j'avais réellement besoin d'avoir recours au CSAPA.

Elle me demande ensuite: "qu'est-ce que vous voulez? Vous voulez qu'on continue à vous prescrire des produits, du skénan...? Parce que nous, on ne fait pas ça".
Euh... ? Hein ? Pardon ? C'est quoi encore, cette question de m*rde ? Alors moi je suis là pour prendre mon TSO, c'est tout. Et c'est à ce moment-là que c'est comme si j'avais eu cette "confirmation" qu'elle était pas du tout convaincue du motif de ma présence. Comme si je venais en CSAPA pour essayer de berner, de tromper, et pour obtenir quelque chose, un prod à consommer... (j'imagine que c'est le cas de certaines personnes, mais à quel moment on COMMENCE immédiatement par incriminer un(e) patient(e) qu'on ne connait pas, comme ça, de cette manière, d'autant plus qu'on voit pour la première fois?).

L'entretien se poursuit et elle me demande comment j'en suis arrivée là, et je lui explique que ça a commencé par une dépression, avec le sentiment de vouloir consommer quelque chose pour "couper" ou "supprimer" les sentiments négatifs, fuir la réalité et ses problèmes, etc. Et là, j'ai senti qu'elle était toujours pas convaincue. Elle me demande: "vous avez été diagnostiquée? Vous étiez juste un peu déprimée, ou vous pouviez ne plus sortir de chez vous, ne rien faire de vos journées?". Je devais vraiment me justifier jusqu'au bout. Je lui réponds que je pouvais tenir des journées de cours ou de travail mais que c'était compliqué, et elle avait toujours pas l'air convaincue. Elle me demande si j'avais un traitement, et je lui dit que j'avais un antidépresseur, un régulateur de l'humeur ainsi que des anxiolytiques. Et là, elle dit "ah, oui". Ouf, ça y est, enfin convaincue: j'avais enfin officiellement le statut de "vraie" dépressive.

Elle "m'explique" ensuite (ce que je savais déjà, mais c'est son rôle d'addicto de s'assurer que son patient(e) soit informé(e), je pense) très rapidement différentes choses sur les consommations que j'ai. Il faut augmenter continuellement les doses pour retrouver les mêmes effets. Il ne faut pas mélanger les opiacés avec la buprénorphine, sinon grave crise de manque. Attendre d'être en manque pour prendre la buprénorphine. Etc, etc. Tout cela expliqué a une vitesse grand V (rapide, comme si j'avais appuyé sur le bouton "lecture accélérée" lol).

Ensuite, pour me prescrire la buprénorphine, elle me demande dans quelle pharmacie je souhaite retirer le traitement. Je lui donne le nom du quartier où je réside, et elle me dit "il me faut le nom de la pharmacie". Je ne connais aucune pharmacie, ou du moins aucun nom de pharmacie, donc je sors mon téléphone de mon sac pour aller sur google maps et regarder les pharmacies... mais la psy, pressée, avait déjà marqué sur l'ordonnance "pharmacie boulevard [nom du quartier]" (je précise que j'étais la dernière patiente avant qu'elle ne soit en week-end, donc je me suis demandée de si ça venait de là...). Sérieux, checker sur le tel aurait pris 30 secondes... Mais bref, une fois de plus, ne voulant pas faire d'histoires, je ne dis rien (j'aime pas les conflits et j'ai pas envie de me fâcher avec les gens, encore moins avec ceux qui s'occupent de moi). Je croise les doigts pour qu'il y ait une pharmacie sur l'adresse qu'elle a marquée sur l'ordo.

A la fin de la consultation, elle me demande s'il me reste des antidépresseur pour 1 mois (parce que le prochain RDV qu'on s'est fixé est prévu pour le mois d'après). Et je bégaie un peu parce que je ne sais pas, je ne sais plus, je ne suis sûre de rien... "euh, non, je suis pas sûre, peut-être". Une réponse suffisante pour mettre un terme à la consultation: elle se lève, et me raccompagne à l'accueil pour que je prenne le prochain RDV.

Bref, voilà, en sortant du CSAPA j'étais vraiment dégoûtée, limite à 2 doigts de pleurer. J'ai détesté cette consultation, la façon dont j'ai été reçue, perçue, et comment je devais à chaque fois me justifier, comme si je n'étais pas légitime à être là... J'ai pas du tout envie de retourner là-bas.

Et surprise: il n'y a pas de pharmacie à l'adresse qu'elle a précisée sur l'ordonnance. Et bien sûr, c'était un vendredi soir, sinon c'est pas marrant...

Bref, vraiment dégoûtée de cette consultation... Je pensais pas qu'on pouvait être si peu pro, surtout pour un métier et un domaine aussi importants, psychiatre addictologue...

Et donc je voulais savoir si quelqu'un avait déjà eu une mauvaise expérience comme ça en CSAPA, ou autre?

Qu'est-ce que vous en pensez?

Et que feriez-vous à ma place ? Changer encore de CSAPA encore? (j'ai la possibilité d'aller à un autre, mais j'ai peur de devoir attendre une date longtemps...). Ou alors, est-ce que j'arrête les CSAPA et que j'ai vais simplement demander un renouvellement à un généraliste?


Je regrette amèrement le personnel qui me suivait dans le CSAPA où j'allais avant... sad et je me rends compte seulement maintenant de la chance que j'avais de les avoir... FAIS CHIER.

À trop se donner, on s'abandonne.

Hors ligne

 

avatar
pierre
Web-Administrateur
champi vert77champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 15 Sep 2006
17340 messages
Blogs
Malheureusement tu viens de vivre ce que vivent la plupart des usagers avec leur csapa...

Il y a en plus une erreur professionnelle : elle aurait du appeler la pharmacie pour se mettre d'accord avec elle. Ca aurait éviter tes désagréments.

Calice34 a écrit

"il va falloir que vous nous expliquiez ce que vous attendez de nous, de notre équipe...".

Elle est bonne celle la. On peut venir en csapa juste pour avoir son traitement de TSO, et c'est tou !
Ensuite, pour le skenan, il faut que les CSAPA s'y mettent.  C'est leur role... Mais beaucoup de prescripteurs sont tres frileux.

Pierre

Hors ligne

 

avatar
Kalei homme
Psycho junior
France
champi vert23champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 25 Jan 2024
437 messages
Blogs
Bonsoir à toi.
Au vue de la situation j’ai tiqué d’emblée sur un point . Rdv à 16h et on te dit qu’il y a déjà qqn à 16h20.
Normalement je pense qu’un rdv normal en Csapa on te réserve déjà une demi heure minimum.
Donc on te ment et vu ce que tu raconte de ton arrivé c’est confirmé pour moi.
Donc oui elle devait être pressé de partir et saouler de t’attendre .
Pour le reste c’est choquant.
J’ai moi même eut un rdv pourris l’autre jour pour des raisons différentes, mais c’est arrivé après des années avec un gars ou ça se passait bien. Surtout depuis ma prise d’aibilify ou j’ai arrêter de psychoter sur lui et sa façon de me percevoir .
Mais j’ai changé d’addicto il y a qqs mois et je découvre juste que parfois , même en Csapa, les préjugés on la vie dure .
Donc je suis désolé pour toi , surtout que d’après pierre et d’autres témoignages sur le forum c’est pas si rare que ça .

J’aurai tendance à te dire de changer d’établissement si tu le peux , mais après seulement un rdv il faut une bonne raison pour qu’on te prenne au sérieux je pense .
Genre “mais vous avez eut qu’un seul rdv. Donc c’est parce que vous n’avez pas eut ce que vous vouliez que vous essayer ici?” Enfin peut être pas mais ton expérience rassure pas trop .
Peut être peut tu jouer sur les distances entre chez toi/ ton travail si tu en as un et le Csapa ?? Si c’est crédible ca peut être une voie à prendre plutôt que de dire que tu n’as pas apprécié l’accueil ds ton Csapa .
J’ai un ami qui a déménagé et changé de Csapa du coup et il a dut garder le même addicto qui consulte aussi ds sa nouvelle ville , alors qu’il a bien dit que ça se passait mal . Donc le côté ça se passe mal ne semble pas être pris en compte .

Donc si tu dois rester là bas, courage .
Je me suis crut à l’abri des problèmes en étant honnête avec l’addicto mais choux blanc au dernier rdv. Donc je découvre aussi que pour moi ça peut devenir compliquer.
Je compatis d’autant plus de ta situation .
Amicalement

Pas le groupe du même nom, mais ce gars là : LORN
Un exemple pour pas se tromper d’artiste
https://youtu.be/UEBIsUsvheA?si=YasIce7Yq7YWaIGJ

Hors ligne

 

avatar
Calice34
Nouveau Psycho
France
champi vert5champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 01 Mar 2023
199 messages

pierre a écrit

Malheureusement tu viens de vivre ce que vivent la plupart des usagers avec leur csapa...

Il y a en plus une erreur professionnelle : elle aurait du appeler la pharmacie pour se mettre d'accord avec elle. Ca aurait éviter tes désagréments.

ouaip du coup je vais être obligée de me "rationner" avec ce qu'il me reste en attendant d'aller voir un doc qui peut me refaire l'ordo

pierre a écrit

Calice34 a écrit

"il va falloir que vous nous expliquiez ce que vous attendez de nous, de notre équipe...".

Elle est bonne celle la. On peut venir en csapa juste pour avoir son traitement de TSO, et c'est tou !

ah ouais, merci de me le confirmer, parce que je commençais à sérieusement douter de moi-même, et de me dire que je devais vraiment donner une bonne raison pour avoir recours au CSAPA... (en plus de simplement recevoir son TSO)

Dernière modification par Calice34 (09 juin 2024 à  16:59)


À trop se donner, on s'abandonne.

Hors ligne

 

avatar
Calice34
Nouveau Psycho
France
champi vert5champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 01 Mar 2023
199 messages

Kalei a écrit

Bonsoir à toi.
Au vue de la situation j’ai tiqué d’emblée sur un point . Rdv à 16h et on te dit qu’il y a déjà qqn à 16h20.
Normalement je pense qu’un rdv normal en Csapa on te réserve déjà une demi heure minimum.
Donc on te ment et vu ce que tu raconte de ton arrivé c’est confirmé pour moi.
Donc oui elle devait être pressé de partir et saouler de t’attendre .

Je te confirme que ça a duré une demi heure (je suis arrivée à 16h20 et sorti du bureau à 16h50) alors qu'elle est allée super vite dans ses questions/réponses et explications...

Franchement, c'est déjà très galère pour moi de me rendre au CSAPA (parce que on va pas se mentir, les horaires 9h-17h, quand on travaille en bureau par ex, c'est pas évident pour s'y rendre... on est loin d'avoir tous le temps de pouvoir se rendre au CSAPA avec des horaires aussi réduits... c'est aussi pour cette raison que mon suivi en CSAPA est compliqué et que l'addicto m'a fait une ordo qui dure un mois... Les CSAPA (et CAARUD) sont tellement importants que je pense (peut-être naïvement?) qu'ils devraient avoir des horaires plus étendus, comme ceux des pharmacies par ex (8h-19h voire 20h) parce que là c'est vraiment trop galère je trouve...


Kalei a écrit

J’aurai tendance à te dire de changer d’établissement si tu le peux , mais après seulement un rdv il faut une bonne raison pour qu’on te prenne au sérieux je pense .
Genre “mais vous avez eut qu’un seul rdv. Donc c’est parce que vous n’avez pas eut ce que vous vouliez que vous essayer ici?” Enfin peut être pas mais ton expérience rassure pas trop .
Peut être peut tu jouer sur les distances entre chez toi/ ton travail si tu en as un et le Csapa ?? Si c’est crédible ca peut être une voie à prendre plutôt que de dire que tu n’as pas apprécié l’accueil ds ton Csapa .
J’ai un ami qui a déménagé et changé de Csapa du coup et il a dut garder le même addicto qui consulte aussi ds sa nouvelle ville , alors qu’il a bien dit que ça se passait mal . Donc le côté ça se passe mal ne semble pas être pris en compte .

Ah mais je comptais ne rien dire... je pensais simplement leur dire que j'avais déménagé et donc que j'avais besoin de continuer d'être suivie en CSAPA, sans mentionner ma mauvaise expérience avec le 1er CSAPA, et c'est tout...

Kalei a écrit

Donc si tu dois rester là bas, courage .
Je me suis crut à l’abri des problèmes en étant honnête avec l’addicto mais choux blanc au dernier rdv. Donc je découvre aussi que pour moi ça peut devenir compliquer.
Je compatis d’autant plus de ta situation .
Amicalement

tu fais allusion à quel post/topic ?


À trop se donner, on s'abandonne.

Hors ligne

 

avatar
cependant
Modo bougeotte
champi vert35champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 25 Mar 2018
3723 messages
Blogs
Salut,

j'avoue à chaque fois les retours des CSAPA me laissent en colère...

Moi même j'avais eu des très mauvaises expériences sad

Mais malheureusement à part denoncer tout ça, je ne vois pas comment faire d'autre pour avancer ta situation...
Même si j'ai pas bien compris, tu avais déjà des anciennes ordo de Sub ?

à part ça, il faut savoir que n'importe quel médecin *pourrait* prescrire du Sub...
Je le met au conditionnel car il y en a plein qui ne font pas "ce genre de choses" sad

Cela dit, moi je te conseille d'appeller (c'est quand meme légerement moins violent pour moi, et surtout ça demande moins de temps) tous les médecins dans les parages pour demander s'il y en a un "qui veut bien renouveller la prescription de ton traitement". Ça permet d'écremer ceux à éviter, sans perdre de temps et d'énergies à se faire tej.

Moi en démenageant j'ai trouvé un médecin hors CSAPA, je vais qu CSAPA juste pour la psychologue

Déjà, en voyant les anciennnes ordos la plupart des médecins se détendent. Bien spécifier que c'est suite à un demenagement que tu cherches un praticien qui puisse te suivre/assurer la prescription de ton traitement *s'il le considère nécessaire/pertinent* (toujours reconnaitre le pouvoir médical pour obtenir ce qu'on veut ?? boulet et que c'est un traitement dont il faut assurer la continuité

Concernant l'ordo en ta possession, il me semble bien que sur une ordo sécurisée, il est obligatoire de mentionner le NOM de la pharmacie, mais non l'adresse précise (à vérifier, mais moi j'ai pas d'adresse). Si donc il y a un nom de pharmacie, pour moi ça se tente. Et il vaut mieux y aller en horaire d'ouverture du médecin, en invitant le pharmacien.ne à appeller le praticien en cas de doute

Beaucoup de courage pour faire face à tout ça !!

fugu kuwanu hito niwa iwaji

Hors ligne

 


Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

logo Psychoactif
[ Forum ] CSAPA - Votre avis sur les CSAPA d'Amiens
par prescripteur, dernier post 12 févier 2015 par prescripteur
  2
logo Psychoactif
[ Forum ] Mon csapa est débordé
par gofix, dernier post 26 juillet 2013 par TankGirl
  1
logo Psychoactif
[ Forum ] Csapa-caarud
par Sacha, dernier post 04 juin 2013 par Phoenix
  6

Pied de page des forums