Psychoactif
PsychoACTIF / Rechercher
  • Psychoactif » Recherche dans les commentaires de blogs

Recherche dans les commentaires de blogs

1 2 3

 » Le blog de hyrda » je suis désolé

Je n'en consomme pas, mais je te fais un bisou quand même; c'est... touchant de ne pas vouloir tourmenter celles et ceux qui risqueraient d'être affecté(e)s par ces nouvelles réglementations (j'ai pas tout suivi, d'ailleurs).

 » Le blog de Loofy974 » Noël.

Bonsoir,


Je m'associe à toi et à ceux qui sont seuls ce soir en pensée...


Lena.

 » Le blog de hyrda » joyeux temps des fêtes

Merci [b]Hyrda[/b], joyeuses fêtes. :lol:

Je suis devenue fan de [i]Normand l'Amour[/i], ce type est carrément surréaliste !

Une des dernières fois que j'ai pris le métro à Paris (vous savez, c'était une sorte de train qui circulait dans des tunnels souterrains), [i]Youtube[/i] était en lecture automatique, et d'un coup porté par surprise, j'ai entendu ça :

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=zuetFkSgkeo[/youtube]

Je regardais les gens autour de moi, tous ovinisés (néologisme signifiant "rendus ovins") par leurs téléphones portables, et pour de vrai, j'ai cru avoir une hallucination, tellement le trip était puissant et cosmique, la conjonction entre cette scène de la vie courante, la musique ultra-chelou, et la poésie de notre bon chantre et pasteur.

 » Le blog de Isoretemple » Ode à l'alcool

Bonsoir [b]Isore[/b],

Le passage de [i]Marcel Proust[/i] provient d'[i]À la recherche du temps perdu - Le Côté de Guermantes[/i]. Lire ce qu'il y a autour, avec une vie devant soi, ça doit être possible. Je n'ai pour ma part jamais réussi à m'atteler à la lecture de cette œuvre littéraire majeure, trop dense et trop vaste, un peu comme le corpus musical de certains compositeurs particulièrement prolixes. Mais j'ai vu qu'il existait des livres audio gratuits sur http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/a-la-recherche-du-temps-perdu : une solution à envisager...

 » Le blog de Isoretemple » Ode à l'alcool

L'alcool, en tant que drogue à fort potentiel psychotrope, on en parle finalement assez peu souvent. "Il". Comme toi je ne peux m'empêcher de remarquer ce masculin, moins courant que le féminin dans la personnification des substances, ce qui n'est sans doute pas innocent (j'en ai déjà causé un peu avec [b]Psychotropeur[/b] : ça semble futile, ça ressemble à une taquinerie très commune, mais je pense qu'en réalité, ce féminin affectueux à propos de nos chères alliées, et d'usage plus généralisé, possède une signification profonde, peut-être psychanalytique, ne cherchons pas plus loin). [i]Marcel Proust[/i] nomme "sommeils" - tiens, hé hé, au masculin toujours - un certain nombre de drogues et plantes somnifères, dans ce passage à la beauté transcendante (il n'est pas exclu que je l'aie déjà cité) :
[quote=Marcel Proust]Non loin de là est le jardin réservé où croissent comme des fleurs inconnues les sommeils si différents les uns des autres, sommeil du datura, du chanvre indien, des multiples extraits de l’éther, sommeil de la belladone, de l’opium, de la valériane, fleurs qui restent closes jusqu’au jour où l’inconnu prédestiné viendra les toucher, les épanouir, et pour de longues heures dégager l’arôme de leurs rêves particuliers en un être émerveillé et surpris.[/quote]
Là ! Là, il a fait fort, très fort, le gars ! Je crois n'avoir jamais rien lu de plus beau, c'est du génie, je ne trouve pas d'autre mot. Toujours est-il que je serais tentée d'appliquer ces vers aux différents alcools, pourtant si dénigrés et de basse condition. Ces derniers semblent en effet avoir été déchus de la qualité de noblesse, à cause des sommets de stupidité grasse et vulgaire auxquels ils peuvent nous abaisser.

Je garde en mémoire quelques souvenirs de mes expériences passées avec l'alcool, ou les alcools. Car, si il s'agit toujours fondamentalement d'éthanol, les "trips" (appréciatif) ou "cuites" (péjoratif) ne sont toutefois pas les mêmes, en fonction des distillats employés. Je me rappelle d'effets raffinés, aériens et fugaces, en montée, bercés d'une douce, généreuse euphorie, et d'une désinhibition libératrice. Dans ces moments-là, le transport pouvait sembler extraordinaire, surtout lors des premières expérimentations, quand on découvre qu'il existe un monde magique où tout devient possible. Un nuage, toujours au masculin, que tu dépeints agréablement, [b]Isore[/b]. Hélas, cet envol dure peu de temps, et on sombre assez vite dans une ivresse et une perte de conscience regrettables. L'alcool appartient à ces drogues imprévisibles qui, passé un stade, ne vous laissent plus maîtresses de vous; bizarrement, elles prennent le contrôle, chose plaisante au début, quel délice de se laisser faire, mais épreuve très embarrassante aussi à cause de cette sottise et de cette médiocrité qui infusent inexorablement (l'alcool rend con, c'est un fait admis). Ne plus être timide, c'est cool, mais devenir idiot en contrepartie, tu parles d'un marché foireux !!

Alcool. Sommeil. Nuage.

Je me souviens aussi de l'amitié fraternelle, de la touchante complicité entre soulard(e)s qui n'en finissent pas de se servir et de se resservir à boire, comme pour consolider un lien fort, celui des personnes en pleine et béate communion, laquelle sympathie s'évanouira dès le lendemain, dans l'odeur de vomi, les draps chiffonnés, et un mal de crâne évoquant un malicieux pivert occupé à cogner à l'intérieur des têtes peu fières des acolytes trahis par l'ébriété. L'alcool est traitre, c'est son principal défaut. Peu de drogues font état d'une telle traitrise, en dehors de l'addiction qu'elles suscitent.

Enfin, mon dernier souvenir d'alcoolisation, modérée cette fois-ci, gravité du moment oblige, ce fut ce face à face avec mon père, un soir, qui avait un message important à me délivrer, au sens propre de ce mésusage. Je savais bien ce qu'il voulait me dire. Il n’arrêtait pas de remplir nos verres, le sien surtout, pour se donner du courage. Le cran de m'avouer qu'il reconnaissait avoir fort mal agit en nous quittant, ma mère, moi qui venait de naître, et mon frangin de 4 ans, mais que tout cela n'était pas si simple, qu'il y avait un contexte, des raisons, des explications, chose que je savais. Mes beaux parents avaient été les témoins directs de ce divorce, avant, pendant, et après, cette partie manquante de mon histoire personnelle, la mienne, ils m'en avaient parlé, s'étaient confiés à moi, et j'avais fini par comprendre qu'effectivement, tout n'était pas si simple... Le pardon, je lui avais déjà donné. En revanche, je ne me souviens pas avoir eu la force de lui dire clairement. Pas assez picolé pour être libérée de toutes les entraves. Il aurait fallu que je sois complètement bourrée pour tomber en larmes dans ses bras. Cela dit, nos rapports se sont apaisés, et c'est l'essentiel. Une ode à l'alcool, un hommage à ce trait d'union ? Pourquoi pas. …

 » Le blog de Rick » DEALERS : DEHORS !

@[b]Rick[/b] : moi c'est si je déboutonne ma chemise que je risque de faire violer.

[quote=hyrda]https://youtu.be/9jBuWtmBPIc[/quote]
D'accord avec [b]Marvin[/b], ce mec est un génie. Je ne comprends rien à la complexité des décalages rythmiques, l'harmonie semble atonale, la déclamation des paroles, tout à fait surréalistes, fait penser au sprechgesang ! De l'art contemporain, quoi. Du grand art... Merci [b]Hyrda[/b].

 » Le blog de Rick » DEALERS : DEHORS !

Je connaissais ce chanteur ([i]Jean-Louis Lamberty[/i]), [i]Mathieu Sommet[/i] en parlait dans le SLG numéro 100 :

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=D6Lyx72jfd4[/youtube]

:lol:

 » Le blog de janis » Un jour particulier

[img width=250 height=333]/forum/uploads/images/1574/img_4676.jpg[/img]
Toutes mes félices pour cette réussite, [b]Janis[/b] !

Bis.


Bises.

 » Le blog de janis » Souvenirs. 1982

Merci pour ce bout de souvenir, cette bulle [spoiler](ce cadavre ?)[/spoiler] qui remonte à la surface. Cela te répare, [b]Janis[/b], et cela répare probablement d'autres personnes qui cherchent à comprendre l'inexplicable de nos vies. Dans l'immédiat, ton histoire, ou du moins cet extrait, me fait songer à celle d'une excellente amie dont j'aimerais écrire la vie. Initiatrice de ma transition, elle m'appelait "sa fille" et je l'appelais "maman", c'était un jeu entre nous, une complicité, un lien d'amitié finalement assez fort en dépit de nos caractères très opposés. Elle m'avait dit que la personne qui s’attellerait à cette tâche, la rédaction de sa biographie, rirait beaucoup. Et qu'elle pleurerait tout autant. Elle décrivait ainsi ses parents. "Ma mère ? C'était ma pire ennemie sur cette terre !". Timidement, je lui demande un peu plus tard quelle était sa relation avec son père, dont elle ne semble pas spécialement dire de mal. Mauvaise pioche. "J'espère juste qu'il pourrit en enfer...". Tout ceci est bien triste. Et c'est sans doute un mécanisme de défense, le rire nerveux, ce mélange d'émotions contradictoires, qui mouille mes yeux de larmes quand je lis ou quand j'entends ce genre de récits. …

 » Le blog de Psychotropeur » Phénix

Je viens de lire ceci [url=https://www.psychoactif.org/forum/t19324-p1-sevrage-phenibut.html]https://www.psychoactif.org/forum/t19324-p1-sevrage-phenibut.html[/url] et je pense que ce genre de substance n'est pas faite pour moi. L'alcool ne m'a jamais réussi, la GBL j'ai vite arrêté. Si en plus tu nous dis que le phenibut fait faire des conneries, pas besoin qu'on me pousse, j'en fais déjà suffisamment comme ça ! [img]http://www.en.kolobok.us/smiles/artists/phil/phil_31.gif[/img]

 » Le blog de Rick » Soit un homme. Avec des poils.

Marrant, spontanément, j'avais une autre interprétation : le sachet est en train de "flipper sa race", comme on dit depuis l'début du XXIème siècle, parce qu'il sait qu'il risque de se retrouver au fond de la cuvette des chiottes si le consommateur prend conscience que la drogue lui fait du mal et qu'il est incapable de résister à la tentation de tout sniffer en une journée ! :thinking:

 » Le blog de Rick » Soit un homme. Avec des poils.

[quote=Cusco]Toi aussi tu as une amie péruvienne moi aussi d'où mon pseudo mais elle n habite plus les andes... Côte pacifique maintenant[/quote]
Mon ancienne colocataire était Péruvienne, elle était gentille et marrante. Je connaissais surtout les Brésiliennes et quelques Argentines. J'ai trouvé les personnes du Pérou plus pacifiques, dans l'ensemble, moins sauvages. En revanche, elle me gonflait avec sa bachata qu'elle passait en boucle du soir au matin...

 » Le blog de Psychotropeur » Phénix

J'ai pu lire ailleurs que ce phenibut méconnu, classé dans les nootropes légaux - j'espère ne pas me tromper - mérite qu'on s'y intéresse. [url=https://nootropique.fr/page/article/117/phenibut-moins-anxiete-plus-sommeil/]Lire cet article, par exemple[/url].
[quote]Phenibut : moins d’anxiété, plus de sommeil.

- Qu’est-ce que le phenibut ?

Le phenibut (Béta-Phényl-GABA) est intimement lié aux récepteurs au GABA, des récepteurs qui relaxent corps et esprit lorsqu’ils sont activés. Beaucoup d’utilisateurs comparent ses effets à ceux de l’alcool, car il vous permet d’avoir l’esprit tranquille, voire d’être euphorique, mais d’une manière beaucoup plus naturelle et avec peu ou pas d’effets secondaires si le dosage est respecté. Ce qui signifie : pas de gueule de bois !

C’est une molécule de GABA liée à un « anneau phényl » (un groupement chimique). Cet anneau phényl lui permet de passer la barrière hémato-encéphalique (la barrière qui sépare le sang et le système nerveux) jusqu’au cerveau en restant quasiment intact, contrairement au simple GABA qui, lui, est partiellement détruit lorsqu’il passe cette barrière. En clair, le phenibut est le mieux absorbé des deux. Cela le rend donc plus efficace que le GABA, et pour une moindre dose, ce qui le rend moins cher que le GABA.

- Effets du phenibut :

Le phenibut est communément utilisé en conjonction avec d’autres nootropiques pour diminuer l’état d’énergie et de concentration intense que ceux-ci induisent.

Il est d’une aide incontestable quant il s’agit d’augmenter la qualité de son sommeil (et donc les niveaux d’énergie pendant la journée) et d’améliorer son humeur en étant euphorisé.

Puisqu’il améliore la qualité du sommeil, il a donc indirectement une action positive sur les capacités cognitives, car un sommeil réparateur est nécessaire pour les niveaux d’énergie et d’humeur.

Le phenibut possède une action anxiolytique similaire à l’alcool, puisque tous deux se lient aux récepteurs au GABA, seulement pas les mêmes, ce qui rend leur action quelque peu différente. Il permet donc une certaine désinhibition, qui augmente proportionnellement au dosage. Certains utilisateurs l’utilisent en tant que substitut pour l’alcool en l’utilisant à haute dose, ce que nous ne conseillons pas car c’est une molécule à potentiel addictif.

Les utilisateurs rapportent se sentir beaucoup moins anxieux, de meilleure humeur, et les personnes à tendance peu sociable deviennent plus ouvertes, plus bavardes et moins stressées en situation sociale.

C’est donc un excellent supplément pour les personnes souffrant d’anxiété sociale, ou celles ayant besoin de passer une présentation orale ou un entretien, mais qui se trouvent trop anxieuses pour parler confortablement en public. En utilisant du phenibut, vous pouvez éradiquer toute cette anxiété et mettre toutes les chances de votre côté !

- Dosage du phenibut :

Le dosage recommandé est de 500 mg à 2 g à jeun les jours où vous souhaitez l’utiliser, pour un maximum de 2 fois par semaine. Attendez ensuite au moins 1h avant de manger pour assurer l’absorption du phenibut, car le pH de l’estomac est important pour qu’il soit absorbé, alors que manger un repas modifie le pH de l’estomac.
L’effet se fait ressentir pleinement au bout de 4 à 6h, donc si vous ne ressentez pas l’effet au bout de quelques heures, c’est normal. Ne redosez pas le phenibut avant d’avoir attendu 6h après l’avoir pris, ou vous risquez d’en prendre trop!

Il est recommandé de cycler son utilisation en ne l’utilisant qu’une fois ou deux par semaine car c’est une substance à potentiel addictif (cela reste pourtant très peu fréquent en utilisation normale), et afin que son utilisation reste toujours aussi puissante qu’à la première dose. Cela permet aussi de ne pas avoir à augmenter la dose pour obtenir le même effet qu’à la première utilisation.

- Mise en garde :

Le phenibut est un dépresseur du système nerveux central (SNC). Il ne faut donc pas le consommer avec de l’alcool ou des benzodiazépines, qui sont eux aussi des dépresseurs du SNC. Cette combinaison est dangereuse pour votre santé.

Le phenibut possède un potentiel addictif, il est recommandé de rester dans la fourchette de dosage suggérée pour éviter des symptômes de sevrage lorsque vous arrêtez de l’utiliser.
Il n’est d’ailleurs pas rare de trouver des utilisateurs qui l’utilisent de manière récréative, en augmentant la dose. Cette utilisation, peu responsable, possède évidemment un plus fort potentiel addictif.

- Phenibut en résumé :

Diminue le stress et l’anxiété;
Arme redoutable contre l’anxiété sociale;
Euphorisant similaire à l’alcool;
Augmente la qualité du sommeil;
Ne pas en prendre trop souvent pour éviter l’addiction.[/quote] …

 » Le blog de Rick » Soit un homme. Avec des poils.

[quote=Cusco]Lena tu as saccagé Hector le cochon d'Inde de ma fille. Elle est morte de rire.
Il aime bien l'odeur du cannabis mais son truc c'est les pissenlits. :)[/quote]
J'offre à [b]Hector[/b] la célébrité qu'il mérite ! À l'heure qu'il est, ma copine Péruvienne le découvre sur son [i]Facebook[/i] : [b]Hector[/b] va vite devenir le "mème internet" le plus populaire du Pérou, via les réseaux sociaux !!

 » Le blog de Rick » Soit un homme. Avec des poils.

[img width=400 height=400]/forum/uploads/images/1572/thug1.jpg[/img]

 » Le blog de Agartha » 3 ans sur PA

Hello, bon anniversaire [b]Agartha[/b] !


Comme tu le dis, on vit des choses très fortes sur PA, c'est une rencontre avec soi-même et avec une communauté de gens qui aident et se font aider...

Allez, bisous (et courage dans les difficultés que tu peux rencontrer actuellement).


Helena.

 » Le blog de Psychotropeur » Phénix

Morphée en personne m'appelle au moment où j'écris ces lignes, mais ce Phénix-là m'interpelle, à l'heure où je me trouve - sans doute comme toi - dans une phase de résurrection (ou de re-naissance après la mort). Par ailleurs, j'ai lu vite fait que cette substance aidait à bien dormir. Je reviens vite...


Note : pour une fois, Morphée et le Phénix sont du genre masculin, comme quoi...

 » Le blog de Psychotropeur » Billet d'espoir : première bataille gagner contre molly

[quote=Agartha]Au-delà de cette histoire de quota de noms féminins, pourquoi toujours personnifier les molécules qu'on aime, en leur donnant cette image de "femme fatale trompeuse" ? C'est ultra cringe je trouve. En plus d’être super cliché, je comprends pas >:[[/quote]
La réponse que je devais te donner traîne depuis un moment dans ma tête...

Évidemment que c'est ultra cliché et "nian nian" comme le dit si bien l'ami ci-dessus, mais pour moi, c'est à prendre au second degré (comme la plupart de mes traits d'humour, d'ailleurs)...

Voire au troisième degré.

Car malgré tout, je trouve qu'il existe [vraiment] chez les femmes ce côté double propre aux drogues (le plaisir intense qu'elles apportent/le mal ignoble qu'elles sont capables de nous faire). Je me souviens d'un prêtre orthodoxe (qui avait été marié), un peu excentrique mais fort sympathique, qui m'avait dit quelque chose qui ressemblait à peu près à cela : "la femme possède une grande noblesse car elle est généralement très supérieure à l'homme dans les valeurs du bien (vertus morales, compassion, courage, sens du sacrifice, etc...); mais à l'opposé, une femme devenant mauvaise peut se montrer infiniment plus perfide, cruelle et dévastatrice qu'un homme lorsqu'elle se met à servir les forces du mal !". J'aime cette allégorie. J'aime ce romantisme. Et finalement, quelque soit l'interprétation qu'on en donne, celle-ci souligne la fascination, que dis-je, l'admiration que nous avons pour la gent féminine (en ce qui me concerne, ma décision de devenir une femme transsexuelle vient en majeure partie de cet immense respect). …

 » Le blog de Zazou2A » Avancement: step by step; mais on avance !

Je me souviens que les copines dont je te parlais plus haut se servaient aussi de ces petits chiens adorables pour draguer les mecs, en passant l'air innocentes devant une caserne de pompiers lol, ça marchait à tous les coups, les types saisissaient la perche qu'on leur tendait (sans jeu de mot car mes amies sont surtout des trans, des femmes avec un truc en plus, quoi). Le côté pratique du faible encombrement, comme tu le dis toi-même, la possibilité de voyager facilement avec leur compagnon installé dans leur sac [i]Louis Vuitton[/i] !

 » Le blog de Cazale » Cannabis

Tu as de la chance de ne pas avoir été attaqué par les renards !

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=ayvvwmXD97Q[/youtube]

Mes seuls souvenirs du cannabis, outre le fait que j'encourageais une bonne amie à fumer parce que ça la rendait plus chaudasse au lit hin hin, c'est que ça me rendait malade à crever. Mais je crois que c'est surtout le tabac qui me fait vomir et provoque en moi d'horribles nausées.

Tu es ou étais fumeur, toi, au départ (je parle de la clope, du tabagisme) ?

 » Le blog de Zazou2A » Avancement: step by step; mais on avance !

C'est une bonne nouvelle, cette sortie de dépression. Ça ouvre de nombreuses perspectives.
[img width=143 height=143]/forum/uploads/images/1571/compote.png[/img]
PS : mais pourquoi [b]Compote[/b] a la tête à l'envers (j'adore ce genre de peluche; mes copines d'Amérique Latine ont souvent des tout petits chiens comme ça) ?

 » Le blog de Bootspoppers » Marie ?

Si mon cœur n'était pas déjà "pris" par une femme qui, telle un ange elle-aussi, a toujours veillé sur moi avec patience et abnégation, faisant preuve d'un amour inconditionnel, si mon âme était ouverte à de si beaux sentiments, sans crainte d'en ressentir la brûlure... J'imagine que je serais alors jalouse de [b]Marie[/b] ! Prends soin de toi comme tu prends soin d'elle.

Merci pour ces textes. J'avais loupé le précédent billet et ses belles illustrations à travers lesquelles on perçoit encore ce que peut être [b]Marie[/b], ou plus exactement son être...

 » Le blog de Thelma » Arrêter l'IV

Cette résilience (mot savant qui désigne cette capacité d'un individu à supporter psychiquement les épreuves de la vie, force qui lui permet de rebondir, de prendre un nouveau départ après un traumatisme) est une bonne nouvelle. On ne peut que t'encourager à agir ainsi. C'est d'ailleurs certainement ÇA, le sens de la vie. Se construire, se déconstruire pour se reconstruire, chercher à toujours s'améliorer en éliminant petit à petit ce qui nous pèse et ce qui cloche en nous...

 » Le blog de Psychotropeur » Billet d'espoir : première bataille gagner contre molly

[quote=Psychotropeur]...mais j'aime bien en rire malgré tout haha.[/quote]
J'ai remarqué que les femmes transsexuelles d'Amérique Latine faisaient preuve de beaucoup d'auto-dérision, et qu'on pouvait de ce fait facilement plaisanter sur ces sujets avec elles; leur vécu est, certes, également très différent de celui des femmes transsexuelles d'Europe, celles qui n'ont pas voyagé (sans nier leurs propres souffrances). Les femmes transsexuelles de France que j'ai pu fréquenter m'ont toujours paru (ou souvent, histoire de ne pas mettre tout le monde dans le même panier) très crispées sur ces questions de genre et d'étiquettes; c'est un mal typiquement français...
[quote]Perso j'ai eu une relation très intense avec Caroline durant 1 semaine, mais j'ai très vite compris qu'elle genre de manipulatrice narcissique elle était... Toujours disponible, trop disponible, et te demandant de plus en plus de l'être a ton tour... Ce fut une relation très intense que je ne regrette pas, mais j'ai du fuire malgré tout, si je ne voulais pas lui appartenir rapidement... Peut être que si je la recroise en soirée on arrivera a avoir des coups d'un soir sans prises de tête :rolleyes:

Quand a Hélène, j'ai plusieurs fois effleuré sa peau (tramadol, codéine, morphine...) Mais je n'ai jamais voulu aller plus loins.... Déjà car je ne la trouve pas a mon gout, même si je ne sais pas ce qu'elle vaut vraiment au lit, et de plus car le mariage arrive bien trop vite avec elle :lol:

Quand a Marie-Jeanne, on a eu une bonne relation stable de 3 ans, on s'est séparé, et aujourd'hui, on est un peu sexfriend si tu vois ce que je veux dire haha. Mais je suis en très bonne relation avec elle :smoke:[/quote]
Ces descriptions de tes flirts et conquêtes me plaisent. Elles me donnent envie de baptiser enfin celle qui m'a révélée à moi-même : [b]Kathy[/b], pour cathinone, me semble tout indiqué. Je vais écrire un billet pour expliquer et officialiser ce choix qui m'est tout personnel. …

 » Le blog de Cazale » Benzo & Opiacé

Au delà de la forme (la langue française et la conjugaison, c'est compliqué, faut avouer; il n'est pas rare que je fasse des vérifications, que j'aie, A-I-E, un doute...), le fond m'intéresse. Curieusement, je n'ai jamais eu l'idée de détourner un médicament de son usage défini. Pour moi, c'était comme du poison, une molécule qui ne devait être délivrée qu'à un(e) malade, pour une maladie bien précise, suite à la prescription rigoureuse d'un médecin qui devait être très instruit. En fait, sans leurs jeter la pierre, je réalise que ces médecins, surtout les généralistes ou non-spécialistes en psychiatrie, malgré le mérite de leurs longues études, leur sérieux, et la somme de connaissances acquises, je réalise, disais-je, qu'"ils" n'y connaissaient pas grand chose, ou plus exactement qu'à l'époque, "on" ne savait rien ou presque rien sur la chimie du cerveau, et sur les conséquences de tels traitements (*), à moyen-long terme. C'était un peu "aux grands maux les grands remèdes", on te balançait des benzos à doses de cheval parce qu'on savait que ça marchait, quelques soient - quels qu'en fussent (**) - les effets secondaires (du temps de ma mère, dans les années 60-70-80, je crois bien que la classe des benzodiazépines était une sorte de couteau suisse qui permettait de traiter aussi bien son épilepsie que sa dépression et que ses angoisses, un trois en un).


(*) fin 90, j'ai eu également une mauvaise expérience avec du [i]Deroxat[/i]; c'était à la mode, dans le sillage de la révolution du [i]Prozac[/i], et le docteur avait vite fait de te faire une ordonnance pour t'aider à aller mieux, sans te poser plus de questions que cela. Résultat des courses, j'ai fait un virage maniaque et j'ai souffert aussi bien de mon excès d'euphorie (je me suis retrouvée avec 100000 nouveaux francs, 15000 euros, de dettes diverses, putes, etc...) que de la dépression lors du sevrage. Avec le recul, première expérience avec une drogue agissant sur la sérotonine, je me sentais trop bien, j'avais l'impression d'être [b]Superman[/b] ! Pendant 1 an. Un avant-goût de ces chers RC...?
[quote=Cazale]Plus de souci, plus d'angoisses (j'était un garçon plutôt anxieux déjà à l'époque), j'avais l'impression d'être enfin libéré des chaînes de l'adolescence.[/quote]
(**), c'est chaud, le français, je ne sais pas si c'est correct ! …

 » Le blog de Psychotropeur » Billet d'espoir : première bataille gagner contre molly

Les présentations sont faites, merci (au milieu, c'est moi lol). [img]http://www.en.kolobok.us/smiles/he_and_she/girl_devil.gif[/img][img]http://www.en.kolobok.us/smiles/he_and_she/girl_to_take_umbrage.gif[/img][img]http://www.en.kolobok.us/smiles/rpg/girl_werewolf.gif[/img]

J'ai déjà croisé [b]Caroline[/b] quelques fois, elle m'a semblé en effet très dominante, ce qui ne correspond plus à mes fantasmes sexuels (j'ai cessé une fois pour toutes d'être soumise). De plus, sa trop grande disponibilité - un coup de fil et elle débarque, en "outcall" - représente un danger non-négligeable pour moi.

Quand à [b]Hélène[/b], déjà si proche d'[b]Helena[/b] (une jumelle maléfique ?), je me montre froide et distante avec elle, je me comporte comme une goujate, je ne lui ai même pas fait la bise, car j'ai la conviction intime qu'une histoire d'amour saphique entre nous me dévorerait et me serait fatale... Je ne laisserai pas [b]Hélène[/b] vampiriser [b]Helena[/b].
[quote=Psychotropeur]Bah perso, je trouve que l'amour, le sexe et la drogue ont une addiction très proche, et en temps que bon vieil hétéro cisgenre de merde, je les identifie direct a une femme du coup. :lol:[/quote]
Idem. Pour info, je suis devenue une femme transsexuelle ou plutôt une "femme du troisième sexe", c'est mon identité sexuelle si tenté qu'on puisse parler d'identité sexuelle (cf ci-dessous), mais je suis restée avant tout attirée par les femmes "biologiques", tout en étant assez pansexuelle et mélangiste.

Et j'évite d'employer la terminologie venant de la théorie du genre, car je suis en total désaccord avec elle, je la trouve idéologique et donc erronée, sans compter le fait qu'elle devient vite discriminante (bientôt, on devra avoir honte d'être "un bon vieil hétéro", comme tu dis; j'ai déjà lu des trucs dingues de la part des partisans de cette débile théorie du genre). Allez, envoyez le point Godwin : la théorie du genre est ce que le communisme est au nazisme, voilà mon opinion en raccourci, boum !

Tiens bon, [b]Psychotropeur[/b], et résiste aux sollicitations de toutes ces nanas si charmantes et charmeuses ! …

 » Le blog de Psychotropeur » Billet d'espoir : première bataille gagner contre molly

[quote=Abracabrantesque][quote=Anonyme Acculée]
Euh...? Se faire désirer, c'est une arme qu'il faut laisser aux femmes, je crois. :thinking:[/quote]
Lol il faudrait savoir c'est ce que j'avais proposé en première intention comme image :P[/quote]
J'ai pas dit que c'était simple... [img]http://www.en.kolobok.us/smiles/he_and_she/girl_haha.gif[/img]
[quote=Ocram][quote=]c'est qui, Hélène et Caroline, on ne me les a pas présentées ?[/quote]
Hehehehe...[/quote]
[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=bTRLxS3PJuU[/youtube]

 » Le blog de Psychotropeur » Billet d'espoir : première bataille gagner contre molly

[quote=Abracabrantesque][quote=Anonyme Acculée]Bravo, [b]Psychotropeur[/b].

L'image d'[b]Abracabrantesque[/b] est poétique; toutefois, ne serait-ce pas plutôt à nous de nous préparer, afin de recevoir notre Belle dans les meilleures conditions ?[/quote]
Alors je dirais plutôt que nous devons nous faire désirer pour que la rencontre soit pimentée. :D[/quote]
Euh...? Se faire désirer, c'est une arme qu'il faut laisser aux femmes, je crois. :thinking:

 » Le blog de Psychotropeur » Billet d'espoir : première bataille gagner contre molly

[quote=Ocram]Bon,

C est pas cool que ça soit toujours des petits noms de femme quand on anthropomorphise les dopes, excepté la dmt que certaine personne appelle Dimitri...

Un peu comme à l’époque les ouragans et les tornades n étaient que des noms de femmes... il faut un peu d’égalité je trouve :D

A plus,

Ocram[/quote]
Les femmes sont notre perte, un point c'est tout, c'est comme ça, et pas autrement ! :non:
[img width=186 height=102]/forum/uploads/images/1571/3672772_0754_morto_sergentehartman.jpg[/img]
@ [b]Psycho[/b] : c'est qui, Hélène et Caroline, on ne me les a pas présentées ?

Remonter
  • Psychoactif » Recherche dans les commentaires de blogs

Psychoactif
Psychoactif est une communauté dédiée à l'information, l'entraide, l'échange d'expériences et la construction de savoirs sur les drogues, dans une démarche de réduction des risques.


logo Don Soutenez PsychoACTIF

Droit d'auteur : les textes de Psychoactif de https://www.psychoactif.org sont sous licence CC by NC SA 3.0 sauf mention contraire.


Affichage Bureau - A propos de Psychoactif - Politique de confidentialité - CGU - Contact - Propulsé par FluxBB - Flux RSS