Comment se préparer à un sevrage aux opioïdes / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » anonyme 710 » 

Comment se préparer à un sevrage aux opioïdes 



Bonjour à tous,

Il y a beaucoup de post répétitifs sur ce forum, parlant de sevrage aux opioïdes et demandant des conseils. Voici un résumé de tout ce que j'ai pu trouver.

Petit rappel :

- Le syndrome de sevrage est une manifestation physique et psychologie apparaissant à l'arrêt d'une consommation brutale d'un opioïde et témoigne toujours d'une dépendance. Il est précipité par des opioïdes antagonistes comme la naloxone ou par des agonistes partiels comme la buprénorphine.

- Le sevrage est l'arrêt de la consommation d'un opioïde.

- Chaque personne est différente et en fonction de son niveau de dépendance, de sa tolérance, de la méthode et de la voie de consommation ainsi que de sa motivation, elle expérimentera un sevrage plus ou moins intense.

- Si vous estimez être dépendant et ne pas pouvoir réaliser de sevrage seul, vous pouvez consultez un CSAPA ou un centre spécialisé en addictologie pour avoir accès à une Thérapie de Substitution aux Opioïdes (TSO).

Rappel : mode d'action

Les opioïdes sont des dépresseurs du système nerveux. Ce sont des agonistes complets du récepteur µ, provoquant une inhibition de la conduction calcique Ca2+ et potassique K+ ainsi qu'une diminution du taux d'AMPc dans le neurone. Ce sont les effets dépresseurs.

Dans la voie mésolimbique, ils apparaissent comme inhibiteur de la libération de GABA dans le Noyau Accumbens (NAcc) ce qui provoque l'hyperpolarisation des neurones de part et d'autre de la fente synaptique, la libération massive de dopamine et l'activation des récepteurs D1, à l'origine de l'extrême et intense euphorie.

La tolérance s'explique par l'augmentation du taux en surface de le membrane de récepteurs µ et de l'inhibition de la libération d'opioïdes endogènes comme l'endorphine ou l'enképhaline.

La dépendance physique s'explique par l'inhibition d'opioïdes endogènes et l'inactivation des récepteurs µ, massivement présent.

La dépendance psychique s'explique par la transcription massive de la protéine DFOS-B sur les récepteurs D1 des noyaux dopaminergiques du NAcc, et la libération continuelle de dynorphine, agoniste des récepteurs k et inhibant la libération de dopamine.

Sevrage : symptômes

Symptômes physiques : nausées, vomissements, douleurs musculaires, écoulements nasaux, éternuements, diarrhées, fièvre ainsi que des difficultés à dormir.

Les symptômes psychologiques : dépression, phases de Craving (envies impérieuses de consommer) et une anxiété extrême accompagnée d’une forte nervosité.

Généralement, les symptômes physiques atteignent leurs paroxysmes au bout du 3ème jour et s'estompent au bout du 7ème parfois 2 semaines.

Cependant, les symptômes psychiques peuvent durer jusqu'à 1 ans, notamment pour les phases de Craving.

Conseils :

Si vous ne parvenez pas à arrêter de consommer, voici quelques conseils qui vous permettrons de vous préparer voir d'entamer une phase de sevrage :

- Reprenez une activité physique : vélo, course à pied, etc... le système nerveux doit s'habituer à la synthèse naturelle d'endorphines. Cela permettra de lutter contre les symptômes de sevrages et contre les phases de craving.

- Changer de méthode d'administration : si vous consommer en parentérale (IV, SC, IM) ou en intranasale, changez pour la voie orale ou buccale (sublingual ou contre les muqueuses buccales).

- Changez d'opioïdes : Si vous consommer de l'héroïne, passez à l'oxycodone ou à la morphine, en voie orale.

Faire son propre sevrage

Le sevrage brutale est extrêmement difficile et très peu y arrivent. Mais une TSO sans suivi peut être réalisable.

Dans les premiers jours, vous devez trouvez une dose de tramadol qui vous stabilises. Pourquoi tramadol ? Il possède un effet antidépresseur très important pour vous motivez et surtout, une longue demi-vie, environ 6 à 8h. Attention tout de même à ne pas dépasser 400mg/j qui peut être fatal.

Une fois la dose trouvez, continuez à ce même dosage pendant une semaine. Puis, diminuez de 50mg toutes les semaines jusqu'à trouver un palier confortable. Si vous rencontrez des difficultés lors d'un palier, revenez à celui précédent. Habituez vous et restez-y jusqu'à ce que la baisse de 50mg soit possible.

Une fois une dose cible trouvé, commencez à espacer les doses le plus vite possible. Dès que la dose de tramadol est à une fois par semaine, vous pouvez arrêter et retrouver votre nouvelle vie.

Attention : cette méthode peut prendre des mois, des années. Il peut aussi être très difficile de se détacher du tramadol après cela.

Il existe aussi des risques de craving. Dans ce cas, prenez une dose de 75mg à 100mg de tramadol, ce qui aura pour effet de vous soulager très rapidement.

Ne lâchez rien. Coûte que coûte. Le jeu en vaut véritablement la chandelle.

Bonne chance à tous, si certains peuvent le faire, alors vous aussi !

Dernière remarque :

Si véritablement tout vos efforts sont vaincs, allez consultez un CSAPA ou un spécialiste en addictologie. Ne prenez jamais de buprénorphine ou de méthadone pour vous sevrez vous-même. N'utilisez jamais la naloxone pour vous sevrez.

Catégorie : Carnet de bord - 24 février 2021 à  15:08



Remonter

Pied de page des forums