Comment pourrait (devrait) être la régulation des stimulants. / PsychoACTIF

Comment pourrait (devrait) être la régulation des stimulants.

Publié par ,
1832 vues, 13 réponses
prescripteur 
Modérateur
11900
Inscrit le 22 Feb 2008
8957 messages
Blogs
Bonjour,

https://www.grea.ch/publications/commen … stimulants

Le texte

https://transformdrugs.org/wp-content/u … ants-M.pdf


If we agree that the ‘war on drugs’ has failed, then we need a vision of how to regulate drugs — including stimulants — after the war has ended

Si nous convenons que la «guerre contre les drogues» a échoué, nous avons besoin d’une vision de la manière de réglementer les drogues - y compris les stimulants - après la fin de la guerre.

Comment réglementer les stimulants
Un guide pratique La Transform Drug Policy Foundation est une organisation caritative basée au Royaume-Uni pour promouvoir la réforme de la politique en matière de drogues.
Nous voulons créer un monde où la politique pharmaceutique favorise la santé, protège les personnes vulnérables et accorde la priorité à la sécurité.
La réglementation légale des médicaments est essentielle pour atteindre ces objectifs.
Parce que la politique en matière de drogue affecte les gens dans toute la société, nous travaillons avec les décideurs, organismes de bienfaisance, services et défenseurs de la santé, de la criminalité et de la politique sociale.
Nous travaillons également directement avec les familles et les personnes qui souhaitent changer la politique pharmaceutique pour le mieux.
Depuis plus de deux décennies, nous soutenons que pour mettre fin à la guerre contre la drogue il est nécessaire de développer des alternatives politiques pratiques et factuelles.
Notre publication de 2009 Après la guerre contre la drogue: plan de réglementation expose, pour la première fois, quel système complet de réglementation juridique on pourrait imaginer.
Notre livre Comment réglementer le cannabis: un guide pratique a influencé les défenseurs et les décideurs du monde entier.
Ce nouveau livre, généreusement soutenu par plus de 200 donateurs, vise à faire avancer ce débat dans le domaine des stimulants.

Dernière modification par prescripteur (30 octobre 2020 à  17:05)


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

prescripteur 
Modérateur
11900
Inscrit le 22 Feb 2008
8957 messages
Blogs
Pour info le texte précédent sur la régulation du cannabis

https://transformdrugs.org/product/how- … cal-guide/

Amicalement

S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

Terson 
BioHacker
France
1000
Inscrit le 25 Jul 2014
750 messages
Blogs
Bonjour prescripteur merci c'est intéressant même si j'ai pas trop le courage de lire les + de 300 pages du pdf , si tu l'as fait ou que quelqu'un le fait ce serait sympas de sélectionner et poster les passages les plus intéressants.

J'ai quand même fait un Ctrl + F pour chopper des infos qui me concerne plus ou moins , je note :

Dexamphetamine was considered to be a potentially promising agonist for cocaine dependence treatment, especially for poly-users of heroin and cocaine.

Bah c'est étrange puisque les amphets ont un mode d'action distinct de la Cocaine (DRI mais surtout DRA ) Cad Recapture et surtout pour les amphets Libération de la Dopamine.

Ce n'est pas le cas du Methylphenidate qui a un mode d'action quasi identique a la Cocaine (DRI pure), de plus le Methylphenidate reste dans le cerveau plus longtemps que la Cocaine et je ne parle pas de forme LP mais bel et bien de la molécule en tant que telle. 15 minutes pour la Cocaine et 90 minutes pour le Methylphenidate.

Ils disent pourtant explicitement :

Specifically, methylphenidate  significantly  reduced  amphetamine  but  not  cocaine  use,  whereas  (dex-)amphetamines  did  significantly  reduce  cocaine  use.  Interestingly,  there  was  no  evidence  for  the  effectiveness  of  using  dexamphetamine to reduce amphetamine use

Je ne dit pas que ce n'est pas vrai je note l'ironie pharmacologique de la chose.


Sautez dans l'urinoir pour y chercher de l'or.
Je suis vivant et vous êtes morts - Philip K. Dick

Hors ligne

 

prescripteur 
Modérateur
11900
Inscrit le 22 Feb 2008
8957 messages
Blogs

Bonjour prescripteur merci c'est intéressant même si j'ai pas trop le courage de lire les + de 300 pages du pdf , si tu l'as fait ou que quelqu'un le fait ce serait sympas de sélectionner et poster les passages les plus intéressants.

Bonjour, j'ai un pb c'est que le texte selectionné n'est pas mis en page pour publication (necessité de reprendre à la main presque toutes les lignes). Mais si je trouve une solution j'essaierai de publier des extraits. Sinon des résumés.
Amicalement


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

prescripteur 
Modérateur
11900
Inscrit le 22 Feb 2008
8957 messages
Blogs
Par ailleurs sur tes remarques de pharmacologie, il est vrai que les mécanismes diffèrent mais je dirais que la différence la plus importante entre la Meth et la Cocaine est la durée d'action.
Malgré des mécanismes différents cocaine, Ritaline et Met jouent un peu dans la même cour.

https://americanaddictioncenters.org/co … vs-cocaine

https://archives.drugabuse.gov/news-eve … ne-cocaine

https://www.drugs.com/compare/methamphe … lphenidate

https://oceanbreezerecovery.org/blog/cocaine-vs-meth/

https://drugabuse.imedpub.com/methylphe … utcome.pdf

https://www.erowid.org/experiences/exp.php?ID=61853

https://www.drugenquirer.com/side-effec … caine.html

Amicalement

Dernière modification par prescripteur (30 octobre 2020 à  18:30)


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

prescripteur 
Modérateur
11900
Inscrit le 22 Feb 2008
8957 messages
Blogs
Bonjour voici en traduction google l'introduction du guide sur les stimulants faite par Mme Helen Clark. Amicalement

La très honorable Helen Clark, Présidente de la Commission mondiale sur la politique en matière de drogues, ancien Premier Ministre de la Nouvelle-Zélande et Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement

Le débat sur les drogues peut souvent être passionné et polarisant; pourtant, sur un point au moins, il existe un consensus croissant: la «guerre contre la drogue» a échoué. La prohibition mondiale n'a pas seulement échoué à dissuader une utilisation croissante, elle a entraîné des comportements plus risqués, des produits plus dangereux et des dommages sanitaires plus dévastateurs. Loin de créer un «monde sans drogue», la prohibition a au contraire créé un vaste marché illégal régi par la violence, la corruption et l’insécurité. Le fardeau le plus lourd de cet échec politique s'ajoute aux conditions déjà difficiles des communautés les plus pauvres et les plus marginalisées, en particulier dans les quartiers pauvres et les zones rurales où la production et le trafic de drogues illicites ont tendance à se concentrer. Nous assistons déjà à des progrès constants dans la politique en matière de drogue et la réforme du droit dans de nombreuses régions du monde - mais il reste encore beaucoup à parcourir. La réduction des méfaits, la décriminalisation et le traitement fondé sur des preuves ont fait de grands progrès au cours des dernières décennies, mais trop de préjudices abordés sont causés par la prohibition en premier lieu. Un guide pratique 7La Commission mondiale sur la politique en matière de drogues à laquelle j'appartiens a clairement indiqué depuis sa création en 2011 que le statu quo est intenable et qu'une réforme s'impose d'urgence. Le monde doit s'éloigner des échecs de ce modèle idéologique et criminalisé et se réorienter de manière décisive vers des politiques factuelles ancrées dans les valeurs fondamentales de la santé publique, des droits de l'homme, de l'autonomisation économique, de l'éducation de qualité, de la justice sociale et du développement durable. .


Dans un premier temps, nous devons mettre fin à la criminalisation des personnes qui consomment des drogues. La décriminalisation est en cours dans de plus en plus de pays à travers le monde - et a été approuvée sans ambiguïté par 30 entités des Nations Unies dans leur Position commune des Nations Unies sur la drogue de 2019 approuvée par le Conseil des chefs de secrétariat du Secrétaire général. Pourtant, si la décriminalisation est un catalyseur essentiel de toute réponse significative en matière de santé et de décarcération, elle a peu d'impact sur les marchés de drogues illicites.
L'application punitive de lois injustes est inefficace et contraire à la justice sociale. Nous devons fonder notre réflexion sur la réalité que l’usage de drogues est déjà répandu dans la société. Que cela nous plaise ou non, la consommation de drogue est une réalité qui doit être gérée de manière responsable. Nous ne pouvons pas souhaiter la suppression des drogues - mais nous pouvons les rendre plus sûrs ainsi que leurs modes d’utilisation.
Cela, à son tour, nécessite d'accepter que réglementer légalement les marchés d'accès des adultes pour les drogues actuellement illégales est le seul moyen d'atténuer les dommages causés par le marché illégal. Nous ne pouvons pas choisir si nous vivons dans une société avec ou sans drogues, mais nous avons le choix de savoir si et comment le marché est contrôlé. Au fur et à mesure que le consensus grandit sur l’échec de la «guerre contre la drogue», il en va de même pour la nécessité d’une exploration franche des alternatives. Nous avons tous la responsabilité de réfléchir à ce qui pourrait remplacer le statu quo, et nous devons réfléchir à la manière dont cela s'applique à toutes les drogues. Une exploration significative de la régulation des médicaments stimulants est un élément clé de ce processus.


Comment réguler les stimulants Avant-propos

La légalisation et la réglementation, en particulier des drogues autres que le cannabis, restent cependant un défi pour de nombreuses personnes. C'est compréhensible. Il y a des préoccupations légitimes et des questions difficiles mais importantes sur les modalités pratiques de la réglementation auxquelles il faut répondre. C’est précisément la raison pour laquelle nous devons les aborder de front et pourquoi je suis heureux d’accueillir cette nouvelle contribution précieuse de la Transform Drug Policy Foundation.
Dans cet ouvrage, Transform décrit un ensemble de principes de travail clairs et fait des propositions pragmatiques pour la réglementation responsable d'un groupe de drogues, stimulants, qui ont trop souvent été poussés en marge du débat politique malgré leur utilisation croissante et la et les problèmes de santé auxquels ils sont associés. Je partage le point de vue de Transform selon lequel il n’existe pas de solution réglementaire unique - différentes approches seront appropriées pour différents endroits et différents médicaments en fonction de leurs risques.
Transform ne prétend pas que la réglementation est une solution miracle, mais seulement que, si elle est effectuée de manière responsable, la réglementation peut faciliter l'amélioration spectaculaire de la santé et du bien-être des consommateurs de drogues et de la communauté au sens large.
Ce livre est une contribution importante et bienvenue. Il ne contient pas toutes les réponses: aucune publication ne le pourrait jamais. Il soulève cependant nombre des questions les plus importantes et indique un cadre à travers lequel des solutions peuvent être trouvées. Il est essentiel que nous entamions une discussion sérieuse sur la façon dont nous régulons les stimulants. Ce livre offre un excellent départ. Il nous appartient maintenant à tous de faire avancer cette discussion.

Dernière modification par prescripteur (01 novembre 2020 à  10:57)


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

prescripteur 
Modérateur
11900
Inscrit le 22 Feb 2008
8957 messages
Blogs
Et un premier chapitre du document. Amicalement

IL Y A EU DES DÉVELOPPEMENTS DRAMATIQUES DANS LA POLITIQUE DES DROGUES AU COURS DES ANNÉES RÉCENTES. La réglementation légale du cannabis a pris de l'ampleur et un nombre croissant de pays (y compris les grandes économies mondiales) ont décidé d'autoriser l'usage non médical des adultes. Dans le même temps, nous assistons à davantage de recherches sur les usages thérapeutiques des drogues psychédéliques, conduisant à des appels à un changement de leur statut juridique. Le consensus mondial sur l'interdiction commence à se fracturer. Ces évolutions sont les bienvenues, mais ne marquent qu'un changement partiel dans la question plus large de la régulation des substances psychoactives. Il est tout à fait possible, par exemple, de légaliser le cannabis et les psychédéliques tout en maintenant une interdiction générale des autres substances.

Transform, cependant, a longtemps plaidé pour un changement global. Notre argumentaire en faveur d'une réglementation légale ne se limite pas aux médicaments à faible risque, car nous pensons que les possibilités de réduction des méfaits offertes par la réglementation s'appliquent à toutes les substances, même en tenant compte (et, en fait, en raison de) des différences de dommages potentiels. réglementer un marché légal des drogues stimulantes reste l'une des questions les plus importantes, mais les moins explorées, pour la réforme de la politique en matière de drogues.

Par stimulants, nous entendons principalement la cocaïne, les amphétamines et la MDMA, qui constituent la grande majorité des stimulants illégaux consommés dans le monde. L'utilisation de stimulants continue d'augmenter, mais reste trop souvent en marge des discussions sur la réforme des politiques. C'est peut-être compréhensible,
compte tenu de l'éventail particulier des défis que présente l'utilisation des stimulants, mais cela ne peut pas être une raison pour éviter la question. Si nous convenons que la «guerre contre la drogue» a échoué, nous avons besoin d’une vision de la manière de réglementer les drogues - y compris les stimulants - après la fin de la guerre. Ce livre cherche à se pencher directement sur ce problème difficile et à proposer une voie à suivre.
Dans notre ouvrage de 2009, Blueprint for Regulation, nous avons exploré en profondeur les défis et les options de réglementation des différents médicaments. Ce livre s'appuie sur nos travaux antérieurs - fournissant des modèles de cadres réglementaires plus détaillés. Il présente des options sur la manière dont la prise de contrôle pourrait fonctionner dans la pratique.
Quels produits devraient être mis à disposition? Où, comment et par qui seraient-ils produits? Qui les vendrait, les distribuerait et les prescrirait, et où? Qui a accès au marché? Comment appliquer la meilleure gamme d'outils de réglementation pour atteindre nos objectifs communs de santé publique et de sécurité communautaire?
Une telle approche ne consiste pas à encourager l'usage de drogues.
Nous reconnaissons l'argument selon lequel la légalisation peut accroître certaines formes de consommation, et nous en parlerons plus en détail ci-dessous. Cependant, nous estimons que - si elle est correctement appliquée - la réglementation juridique offre une alternative capable de gérer plus efficacement les risques des drogues et des marchés de la drogue, tant pour ceux qui les utilisent que pour la société en général.

Ce livre examinera systématiquement les raisons pour lesquelles nous devons réglementer les stimulants, ce que signifie la réglementation et comment elle pourrait être mise en œuvre pour différentes substances. L'exploration des options de politique en matière de stimulants crée des défis politiques très particuliers. Le soutien du public à la modification de la réglementation du cannabis est lié au fait qu'il est perçu comme un risque relativement faible, mais aussi très largement utilisé et culturellement ancré dans de nombreuses sociétés. La MDMA, la cocaïne et les amphétamines se trouvent dans un espace culturel différent. Les stimulants sont largement perçus comme étant relativement risqués par rapport au cannabis, et l’usage de pilules et de poudres peut sembler plus «artificiel» et étranger. Ils sont également souvent perçus comme indulgents et hédonistes, ou associés à un comportement imprévisible. Particulièrement sous leurs formes plus concentrées, certains stimulants ont le potentiel d'entraîner une dépendance sévère et des dommages considérables pour la santé.

Pourquoi réguler les stimulants? Un guide pratique

Pourtant, les stimulants sont de plus en plus largement utilisés et la production augmente pour répondre à la demande croissante. Les dernières données mondiales de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) suggèrent (probablement de manière prudente) qu'en 2018, 27 millions de personnes ont utilisé des amphétamines, 21 millions de personnes ont utilisé de la MDMA et 19 millions de personnes ont utilisé de la cocaïne.
Les risques pour la santé auxquels sont confrontés les personnes qui consomment des stimulants illégaux sont importantes, avec une puissance croissante de la MDMA et de la cocaïne, des risques permanents de vente abusive, d'agents gonflants et d'adultérants, et un manque complet d'informations sur la force ou la pureté pour informer une utilisation plus sûre. En Angleterre et au Pays de Galles, les décès liés à la cocaïne ont augmenté pour la septième année consécutive en 2018, à 637, soit une multiplication par trois en un peu plus d'une décennie et une multiplication par dix en 20 ans.  Aux États-Unis, les décès liés aux stimulants ont doublé entre 2015 et 2017, atteignant des niveaux records.

S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

prescripteur 
Modérateur
11900
Inscrit le 22 Feb 2008
8957 messages
Blogs
Plus loin

/forum/uploads/images/1604/selection_229.png


Amicalement

S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

prescripteur 
Modérateur
11900
Inscrit le 22 Feb 2008
8957 messages
Blogs
Bonjour, toujours du même document une proposition de régulation "standard" (à discuter). Amicalement

/forum/uploads/images/1604/selection_230.png


/forum/uploads/images/1604/selection_231.png



Modèle standard de régulation

  Modèle de marché global
  • Les sociétés pharmaceutiques autorisées produiraient des produits pharmaceutiques selon des paramètres spécifiés par une Agence de Régulation (DRA)
* Les entreprises sont en concurrence pour les contrats de production DRA
* DRA est le seul acheteur et distributeur des points de vente physiques ou en ligne. La vente aurait lieu dans le cadre d'un modèle de monopole d'État, avec seulement des pharmacies spécialisées gérées par le gouvernement autorisées à vendre des produits pharmaceutiques spécifiques
* Tous les revenus / taxes de détail reviendraient au gouvernement local ou national

Contrôles de production
  • Les produits pharmaceutiques spécifiés par la DRA seraient produits par des sociétés pharmaceutiques sous licence de la DRA
• Les problèmes de contrôle de la qualité et de sécurité liés à la production et au transit des produits pharmaceutiques fonctionneraient dans le cadre de cadres existants ou équivalents pour les médicaments pharmaceutiques (qui englobent déjà actuellement la cocaïne, les amphétamines et la MDMA à des fins médicales et scientifiques), étendus et adaptés de manière appropriée

Contrôles des produits

Préparation / dosage

• Unités de dosage standardisées pour les formulations en comprimés ou en poudre (et informations sur les risques / posologie liés à ces unités)
• Quantité de médicament en milligrammes écrite sur les comprimés individuels • Les comprimés sont notés pour permettre une division facile en unités de dosage plus petites
• Poudre fournie dans des flacons transparents avec des lignes d'étalonnage de dosage (contrôle de dosage approximatif via une cuillère doseuse fournie) Prix == • Prix fixés par DRA - avec une certaine flexibilité pour certaines variations par les autorités régionales / locales / municipales * Prix initialement fixés ou proches de ceux trouvés sur le marché illégal
* Flexibilité pour modifier les prix sur la base d'une expérimentation prudente - uniquement effectuée par petits incréments à des intervalles soigneusement espacés, accompagnée d'une évaluation / surveillance étroite *
* Évaluation de la réglementation des prix en tenant compte des impacts sur la prévalence et les comportements d'utilisation (fréquence, produits consommés / déplacement, utilisation à haut risque) et de la taille relative des marchés légaux / illégaux parallèles et des revenus

Emballage

• Emballage de style pharmaceutique sans marque
• Normes obligatoires d'information sur le contenu et mises en garde sanitaires importantes
• Conception à l'épreuve des enfants / inviolable
• Normes de durabilité dans la production d’emballages et les déchets



/forum/uploads/images/1604/selection_232.png


/forum/uploads/images/1604/selection_233.png



Contrôles acheteur / consommateur

Âge de l'acheteur

• Âge minimum déterminé au niveau national - ne doit pas être inférieur à 18 ans. Il peut être impératif de se synchroniser avec l'âge d'accès
à l'alcool s'il est supérieur à 18 dans certaines juridictions

Rationnement

• La disponibilité par achat doit être rationnée à une quantité raisonnable pour un usage personnel uniquement (voir la discussion sur le rationnement et
licences acheteur ci-dessus)

Emplacements autorisés pour l'utilisation

• Les problèmes liés à la consommation / utilisation dans les espaces publics seraient traités au moyen de la législation existante (ou modifiée en conséquence)
couvrant l'intoxication publique ou les comportements antisociaux

* La consommation pourrait être formellement tolérée dans certains espaces sociaux commerciaux - même si les médicaments n'étaient pas disponibles à la vente, et
la vente est restée interdite


Commercialisation

Emballage

• Emballage de style pharmaceutique sans marque, avec un contenu obligatoire et des informations / avertissements importants sur la santé / les risques

Fournisseurs / points de vente

• Aucune activité de marketing ou de promotion pour les points de vente au détail ou en ligne au-delà de la disponibilité fonctionnelle et des informations sur les prix pour les adultes
les clients

Dernière modification par prescripteur (01 novembre 2020 à  18:51)


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

prescripteur 
Modérateur
11900
Inscrit le 22 Feb 2008
8957 messages
Blogs
Quelques extraits du chapitre sur la MDMA. Amicalement

La pénétration rapide de l'utilisation de la MDMA dans des segments importants de l'économie nocturne européenne au cours des années 1990 a déclenché une vague de couverture médiatique tabloïd, qui, au Royaume-Uni, était caractérisée par des reportages très médiatisés sur les décès liés à la MDMA - en particulier chez les jeunes femmes.
Bien que relativement peu nombreux, les décès liés à la MDMA ont reçu une couverture médiatique extrêmement disproportionnée par rapport aux décès liés à d'autres drogues - et en particulier à l'alcool. Comme indiqué à droite, alors que 9% des décès d'héroïne et 2% des décès dus à une intoxication alcoolique en 2008 ont été signalés, 66% des décès liés à la cocaïne et 106% des décès liés à l'ecstasy (car certains décès non liés ont été identifiés à tort comme étant dus à la MDMA) ont été rapportés dans les médias d'information. Dans le même ordre d’idées, des recherches antérieures dans les journaux écossais ont également révélé que les rapports sur les décès dus à la drogue «peuvent être biaisés en faveur des cas impliquant certains médicaments ou types d’utilisateurs» - en particulier les décès d’adolescents, et en particulier les décès dus à la MDMA.

/forum/uploads/images/1604/selection_234.png


/forum/uploads/images/1604/selection_235.png



   

Paramètres sociaux pour plus de sécurité

Les exigences en matière de licences pour les lieux et les événements doivent refléter la réalité de la consommation de drogues dans les milieux sociaux.

Les stipulations de «tolérance zéro» sont contre-productives, augmentent souvent les risques et créent des obstacles à une réduction efficace des risques. Les normes d'octroi de licences devraient exiger ce qui suit, les autorités de délivrance des licences fournissant des orientations sur les meilleures pratiques et faisant respecter la conformité par l'inspection et la surveillance:

• Contrôle de la température: et ventilation adéquate pour les salles intérieures, zones ombragées pour les événements extérieurs, mise à disposition d'espaces de détente avec des sièges adéquats • Fourniture adéquate d'eau froide gratuite: recharges d'eau froide accessibles, clairement signalées et en libre-service disponibles sans faire la queue dans les bars , et de l'eau en bouteille et des boissons gazeuses abordables

• Fourniture d'informations sur la santé et la réduction des risques: y compris la réduction ciblée des méfaits des drogues pour l'usage de drogues dans les contextes des partis, la sensibilisation et les médias sociaux / alertes en ligne • Formation du personnel: tout le personnel doit avoir une formation de base pour comprendre et gérer les risques liés à la drogue, et y répondre aux problèmes de santé ou aux urgences liés à la drogue

• Bien-être et services d'urgence adéquats: tous les sites avec une capacité de 2000+ devraient avoir des ambulanciers paramédicaux et des services de bien-être de réduction des risques proportionnels à la taille et à la capacité du site

• La réduction des méfaits pour la sécurité: la sécurité des portes / portails et sur place / dans les lieux doit être prioritaire réduction des méfaits plutôt que de cibler les personnes en possession de drogues à des fins personnelles. Cela devrait inclure: une formation de base sur les drogues pour le personnel de sécurité; travailler avec le personnel de l'événement et les services paramédicaux et de bien-être sur place pour amener les clients à bénéficier de services de soutien sur place et / ou hors site; avoir une politique appropriée concernant les clients vulnérables; et des pratiques responsables concernant la sortie des locaux en cas de vulnérabilité et / ou d'ivresse Pour une discussion plus détaillée sur une vie nocturne plus sûre et les questions connexes

===================================

Une étude de l'OEDT / Réseau européen des urgences médicamenteuses (Euro-DEN) sur les présentations d'urgence liées à la MDMA entre 2014 et 2017 a révélé que presque toutes les présentations de MDMA (plus de 95%) impliquaient une polyconsommation, la co-ingestion avec de l'alcool représentant 70% de la MDMA. présentations où plus d'un médicament a été consommé.

====================================

Un effet largement rapporté est le «blues en milieu de semaine», ou humeur dépressive dans les jours suivant l’utilisation de la MDMA le week-end. On ne sait pas dans quelle mesure cela est lié aux effets neuropharmacologiques de la MDMA (comme l'appauvrissement en sérotonine), et dans quelle mesure il peut résulter de l'utilisation d'autres médicaments, du manque de sommeil, de l'épuisement physique, d'une mauvaise alimentation ou d'autres facteurs culturellement associés à la consommation de MDMA.
Peu de personnes recevant de la MDMA en milieu thérapeutique enregistrent de tels effets.
Inversement, dans une étude récente, il y a même eu des suggestions selon lesquelles les participants ont ressenti une «rémanence» où ils ont continué à se sentir positifs jusqu'à une semaine après chaque séance de MDMA-psychothérapie.


============================================


Modèle de réglementation proposé

Suggérer que la MDMA est un médicament à risque relativement faible, même si ce n'est que par rapport à d'autres stimulants, peut être interprété comme irresponsable dans le contexte d'urgences médicales et de décès très médiatisés qui dominent souvent la couverture médiatique. Il est notoire que le professeur David Nutt a été limogé de ses fonctions de président du Conseil consultatif d'experts indépendants du gouvernement britannique sur le détournement de drogues (ACMD) en 2009 pour avoir précisément fait cette suggestion.
Il est, bien entendu, important de préciser que «risque relativement faible» ne doit pas être interprété comme «sûr». Mais lors de la réflexion sur les réponses politiques, il est également important de reconnaître que les risques aigus de la MDMA - la principale préoccupation lorsque l'on examine son profil de risque global - sont considérablement créés et exacerbés par le contexte juridique dans lequel l'utilisation a lieu.
Le fait que la MDMA soit illégale signifie que le dosage est souvent inconnu, imprévisible ou d'une puissance étonnamment élevée; elle encourage la vente abusive, l'adultération et peut conduire à la consommation involontaire de drogues qui peuvent être beaucoup plus dangereuses; il empêche l'utilisation des informations sur le contenu, le dosage et la réduction des risques sur les produits, au point de vente ou dans les environnements d'utilisation; et cela crée une réticence au sein de la direction des sites à promouvoir une utilisation plus sûre ou à faciliter une réduction efficace des méfaits.
Au pire, en effet, cela peut conduire à la criminalisation des propriétaires de sites qui soutiennent une utilisation plus sûre.

Même en l'absence de nombreux préjudices créés ou exacerbés par l'interdiction, il subsiste des risques que la réglementation doit cibler et atténuer.
Cependant, la nature des effets de la MDMA et son profil de tolérance signifient qu’elle n’est pas associée aux schémas de consommation fonctionnelle régulière ou de consommation chronique dépendante, plus fréquemment observés avec la cocaïne et les amphétamines, en particulier sous forme fumable ou injectée. Il n'y a pas non plus de préparation à faible dose comparable à la feuille de coca ou à l'éphédra. L’utilisation de la MDMA est plus étroitement limitée à une utilisation récréative moins fréquente, les risques étant proportionnellement concentrés sur les effets néfastes aigus, en particulier associés à certains comportements à risque en milieu social. Si les risques spécifiques de la MDMA soulignent l’importance cruciale de l’éducation à la réduction des risques et des méfaits pour les utilisateurs (sur les emballages, au point de vente et via d’autres canaux) et la gestion de la sécurité dans les lieux de loisirs, ils justifient également des contrôles stricts de la disponibilité au détail. En tant que telles, les recommandations globales pour réglementer la disponibilité au détail de la MDMA sont le même `` modèle standard '' proposé pour les autres produits de niveau de risque 2 (comprimés d'amphétamine et poudre de cocaïne) au chapitre 2. Les propositions de politique spécifiques à la MDMA - sur la préparation, la tarification et le rationnement - sont discuté ci-dessous.



Contrôles de préparation


Forme


La MDMA serait disponible sous forme de pilule / capsule uniquement. Alors qu'une proportion substantielle du marché illégal de la MDMA dans certaines régions est sous forme de poudre / cristal, la forme de pilule présente des avantages de sécurité distincts en termes d'hygiène, de contrôle de la posologie, de réduction du risque d'adultération et de modération de la vitesse d'apparition. Les inconvénients de ne pas rendre disponible sous forme de poudre semblent modestes, avec un produit sous forme de pilule de qualité capable de répondre à la grande majorité de la demande.


Dosage

Le contrôle de la posologie est un moyen clé de modérer les risques. Les dosages de MDMA consommés dans les environnements sociaux varient généralement de 80 milligrammes à 200 milligrammes (y compris parfois un nouveau dosage après que la dose initiale a atteint son maximum). L'approvisionnement au détail serait d'un dosage destiné à un usage unique par l'acheteur (pour limiter, mais pas nécessairement empêcher entièrement le stockage ou le partage) et viserait raisonnablement à limiter l'utilisation d'une seule session à moins de 150 milligrammes. Un seul achat pourrait donc pratiquement consister en un blister de 4-5 comprimés de 30 milligrammes sous forme de barres qui pourraient facilement être divisés par deux en unités de 15 milligrammes clairement délimitées. Cela permettrait un niveau approprié d'étalonnage du dosage pour différents utilisateurs (informé par des informations sur la notice, l'emballage et les conseils donnés par le vendeur). Une autre option serait la préparation de doses de MDMA sur mesure, spécifiques à l'utilisateur, en capsules.
La dose serait évaluée pour chaque consommateur individuel sur la base du poids, du sexe, en utilisant des expériences et d'autres variables et vulnérabilités potentielles. La préparation des doses spécifiques à l’utilisateur serait déterminée en consultation avec le vendeur spécialisé et pourrait être particulièrement utile pour un premier achat en pharmacie, la consultation offrant l’occasion de fournir des informations sur mesure sur la réduction des risques et des méfaits liées aux circonstances particulières de l’acheteur.


Prix

Les prix de la MDMA sont généralement bas par rapport à d'autres stimulants.La densité et la vitesse de dégradation ou les médicaments consommés dans les pilules affectent leur biodisponibilité (cette économie nocturne et la MDMA sont, à quelle vitesse elle est absorbée lorsqu'elle est prise par voie orale). Les pilules plus molles auront généralement un effet relativement plus rapide que les pilules pressées plus densément peu fréquentes et autolimitantes. De même, les capsules contenant de la poudre peuvent avoir des profils de libération dans le temps différents. Les problèmes ici sont à la fois d'éviter une publication très rapide qui pourrait augmenter les risques et de savoir à quoi s'attendre. Disposer clairement de ces informations aux consommateurs et établir la cohérence entre les pilules (perdues dans la production non réglementée d'un marché illégal) permet de développer des normes de comportement plus sûres. Contrôle des prix Les prix de la MDMA sont généralement bas par rapport à d'autres stimulants ou drogues consommés dans l'économie nocturne (y compris l'alcool), et la consommation de MDMA, comme indiqué, est généralement relativement peu fréquente et autolimitante, de sorte que la consommation n'implique généralement pas un dépenses. Selon le Global Drugs Survey, le prix moyen mondial est de 10 € pour une pilule - dont les versions les plus fortes peuvent contenir suffisamment de MDMA pour deux ou même trois personnes. Un gramme de poudre de MDMA - assez pour entre cinq et 15 doses - coûte en moyenne 40 €, mais est désormais disponible en routine via le darknet pour moins de 20 €. 58 Il n'est pas surprenant que les personnes qui utilisent la MDMA la classent très bien pour son «rapport qualité-prix» par rapport à d'autres médicaments.
Des recherches antérieures ont montré que non seulement les consommateurs d'alcool, d'amphétamines, de cocaïne et de MDMA réagissent au prix (c'est-à-dire qu'ils ont tendance à consommer moins d'une drogue donnée à mesure que le prix augmente), mais qu'ils basculent souvent entre ces drogues en fonction perçue comme la meilleure valeur 58 Winstock, AR, Barratt, MJ, Maier, LJ et al. (2019). Enquête mondiale sur les drogues: rapport sur les résultats clés de 2019. pp.65–66. www.globaldrugsurvey.com/gds-2019/ 59 Winstock, A.R., Barratt, M.J., Maier, L.J. et al. (2019). GDS2019: Les médicaments sont-ils d'un bon rapport qualité-prix? www.globaldrugsurvey.com/gds-2019/gds20 … for-money/ 136 Comment réguler les stimulantsMDMA pour de l'argent.
Étant donné le faible coût par dose (ou le coût par heure d'ébriété - comme l'unité que certains universitaires utilisent pour comparer les médicaments), combiné à l'utilisation généralement peu fréquente de MDMA, il est raisonnable de supposer que le prix sera probablement moins décisions d'achat que pour des drogues plus coûteuses (par exemple la cocaïne) ou des drogues plus fréquemment consommées (alcool ou tabac). Si tel est le cas, alors les variables non liées aux prix - le plus évidemment le contrôle de la qualité - sont susceptibles de primer sur les écarts de prix modestes en privilégiant l'offre réglementée sur tout marché illégal parallèle. L'impératif de sous-coter (ou égaler) les prix sur le marché illégal actuel peut donc être moins urgent qu'avec d'autres drogues. Ce qui compte le plus peut être de convaincre les acheteurs potentiels qu'un produit légal présente des avantages en matière de sécurité. Néanmoins, étant donné les questions sans réponse sur la manière dont les consommateurs réagiront aux écarts de prix du marché légaux et illégaux (et à d'autres variables), il sera clairement nécessaire de procéder avec prudence, de surveiller de près les impacts des prix et des variations de prix, et d'ouvrir le marché avec une tarification. régime qui n'est pas trop différent de celui du marché illégal local existant (voir la discussion sur les prix au chapitre 2).

Rationnement

Nous proposons que la MDMA soit vendue sur une base rationnée par achat en unités posologiques uniques (comme ci-dessus), en faisant des efforts pour empêcher les achats multiples par un individu. Le niveau précis pour fixer les limites d'achat est une question finement équilibrée. D'après des rapports anecdotiques, une tolérance accrue est susceptible de devenir un problème si la MDMA est utilisée plus de quatre fois par an - et de commencer à devenir un problème plus marqué si elle est utilisée plus de 10 à 12 fois par an. Si un seuil de rationnement supérieur était fixé autour de ce niveau, c'est-à-dire une dose unique par mois, il capterait la demande pour la majorité des utilisateurs (l'enquête Global Drug suggérant qu'environ 75% des utilisateurs de MDMA en utilisent 10 fois ou moins par an). 61 60 Sumnall, H.R., et al. (2004). Une analyse économique comportementale des achats d'alcool, d'amphétamine, de cocaïne et d'ecstasy par les toxicomanes de polysubstances. Dépendance aux drogues et à l'alcool 76. doi.org/10.1016/j.drugalcdep.2004.04.006 61 Winstock, A.R., Barratt, M.J., Maier, L.J. et al. (2019). Enquête mondiale sur les drogues: rapport sur les résultats clés de 2019. pp.59, 62. www.globaldrugsurvey.com/gds-2019/ Un guide pratique 137 L'application de limites de ce type est cependant difficile et serait facilitée si un système de licence des acheteurs était adopté. Cela est particulièrement vrai lorsque les limites prévues sont mensuelles, plutôt que quotidiennes ou même hebdomadaires. À cet égard, il peut y avoir un argument plus fort pour les licences d'acheteur dans le cas de la MDMA que d'autres stimulants. Cependant, pour les raisons exposées au chapitre 2, un tel système comporte des risques en matière de protection des données, d'équité sociale et d'application. Un système de licence des acheteurs peut offrir certains avantages pour atténuer les dommages: par exemple, le suivi des achats pourrait encourager le vendeur à offrir des informations ciblées sur les risques liés aux périodes d'utilisation à plus forte intensité. D'un autre côté, cependant, si un tel système était largement rejeté, il y a un fort risque que l'approvisionnement illégal ne fasse que combler le vide. Encore une fois, il n'y a pas de solution parfaite - il y a plutôt des compromis à faire. En l'absence d'un système de licence d'achat, la MDMA pourrait encore être vendue sous des limites strictes par achat et en unités de dosage uniques (comme ci-dessus). Cependant, il faudrait redoubler d'efforts pour fournir les informations et les conseils nécessaires pour éviter que les consommateurs ne s'exposent à des risques inutiles et pour aider les détaillants à éviter les achats multiples. Compte tenu des modes d'utilisation de la MDMA (en particulier la probabilité beaucoup plus faible d'une forte consommation épisodique), ce risque sera de toute façon plus faible.


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

prescripteur 
Modérateur
11900
Inscrit le 22 Feb 2008
8957 messages
Blogs
Bonjour, la traduction d'extraits du chapitre Cocaine. Amicalement


En 2016, un article du Harper's Magazine rapportait des commentaires prétendument faits dans une interview de John Erlichman, le conseiller en politique intérieure de Richard Nixon, qui révélaient une grande partie de la motivation politique derrière la politique américaine en matière de drogue, et la célèbre déclaration de Nixon d'une `` guerre contre les drogues ''. en particulier.

La campagne de Nixon en 1968, et la Maison-Blanche de Nixon après cela, avaient deux ennemis: la gauche anti-guerre et les Noirs. Vous comprenez ce que je dis? Nous savions que nous ne pouvions pas rendre illégal le fait d’être contre la guerre ou contre les Noirs, mais en amenant le public à associer les hippies à la marijuana et les Noirs à l’héroïne. Et puis en criminalisant fortement les deux, nous pourrions perturber ces communautés. Nous pourrions arrêter leurs dirigeants, attaquer leurs maisons, interrompre leurs réunions et les diffamer nuit après nuit aux nouvelles du soir. Savions-nous que nous mentions à propos de la drogue? Bien sûr que nous l'avons fait. 1

Une étude mondiale détaillée de la consommation de cocaïne entreprise par l'Organisation mondiale de la santé et l'Institut interrégional de recherche des Nations Unies sur la criminalité et la justice (UNICRI) en 1995 a noté que:

Il n’est pas possible de décrire un «consommateur moyen de cocaïne». Une énorme variété a été trouvée dans les types de personnes qui consomment de la cocaïne, la quantité de drogue consommée, la fréquence de consommation, la durée et l'intensité de la consommation, les raisons de la consommation et les problèmes associés qu'elles rencontrent.

Le rapport décrit un continuum de comportements d'utilisation: utilisation expérimentale; usage occasionnel; utilisation spécifique à la situation; usage intensif; et l’usage compulsif / dysfonctionnel, en notant que «l’usage expérimental et occasionnel sont de loin les types d’usage les plus courants, et les usages compulsifs / dysfonctionnels sont beaucoup moins courants.» 20

/forum/uploads/images/1604/selection_236.png


Le rapport supprimé de l’Organisation mondiale de la santé sur la cocaïne

Au début des années 90, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a mené ce qu’elle a appelé «la plus grande étude mondiale sur la cocaïne jamais réalisée», en association avec l’Institut interrégional de l’ONU sur la criminalité et la justice. Ses conclusions, fondées sur une étude complète des preuves disponibles, indiquaient que `` peu d'experts décrivent la cocaïne comme invariablement nocive pour la santé '' et que `` la consommation occasionnelle de cocaïne n'entraîne généralement pas de problèmes physiques ou sociaux graves, voire mineurs '', notant des feuilles de coca ne semblent avoir aucun effet négatif sur la santé et ont des fonctions positives, thérapeutiques, sacrées et sociales pour les populations autochtones andines. ''
Le rapport a également souligné le manque d'efficacité des approches de réduction de l'offre, y compris l'éradication des cultures, et `` les approches nationales et locales qui -accentuer sur les mesures de contrôle des drogues punitives '', allant jusqu'à dire qu'elles `` peuvent en fait contribuer au développement de problèmes de santé. '' Lorsqu'elle s'est intéressée aux facteurs de consommation de drogue, elle a noté (entre autres) `` une pauvreté généralisée ou un désavantage social dans des pays comme les États-Unis ».
Avant qu’elle ne soit publiée, le représentant des États-Unis à l’ONU a appelé l’OMS à «se dissocier des conclusions de l’étude». Il a souligné que `` si les activités de l'OMS relatives aux drogues ne réussissaient pas à renforcer les approches éprouvées de contrôle des drogues, les fonds destinés aux programmes concernés devraient être réduits. ''
Cette tentative de supprimer la plus grande évaluation mondiale jamais réalisée des preuves relatives à la cocaïne a finalement été couronnée de succès - soulignant les États-Unis. engagement envers le dogme de la guerre contre la drogue ainsi que sa puissance hégémonique dans les affaires internationales de l'époque. En 2009, cependant, une copie du rapport qui a fui a attiré l'attention des médias internationaux. Rapport initialement obtenu par l'Institut transnational. Organisation mondiale de la santé (OMS) et Institut international de recherche des Nations Unies sur la criminalité et la justice (UNICRI) (1995).

http://web.archive.org/web/200906241035 … leaked.pdf



Risques chroniques

La consommation de cocaïne à long terme augmente le risque de mortalité. 30 Selon une étude longitudinale espagnole de 2018, la mortalité annuelle était quatre fois plus élevée chez les consommateurs de cocaïne à long terme et plus de dix fois plus élevée chez ceux qui consommaient à la fois de la cocaïne et des opioïdes par rapport à ceux de la population générale. Il existe bien entendu d'autres facteurs de risque environnementaux individuels ou sociaux liés à la fois à la mortalité et à la consommation de drogues, et de nombreux utilisateurs d'opioïdes et de cocaïne utiliseront également du crack plutôt que de la poudre de cocaïne. 3


Une étude de Lopez et al. ont constaté que le pourcentage de personnes qui deviennent dépendantes après avoir essayé la cocaïne est comparable à l'alcool, significativement inférieur à la nicotine et significativement supérieur à celui du cannabis. Cependant, il a également révélé que 7,1% des personnes qui consommaient de la cocaïne avaient développé une dépendance au cours de la première année, contre moins de 2% des personnes qui consommaient de l'alcool, de la nicotine ou du cannabis. 33

Comme pour toutes les drogues, les variables environnementales - telles que les antécédents d'adversité infantile et la privation socio-économique - sont les prédicteurs les plus puissants du développement de la dépendance. La dépendance n'est jamais simplement une conséquence de l'usage; il découle de l'ensemble complexe de facteurs sociaux et psychologiques qui interagissent lorsqu'un individu utilise une substance. Bien que la cocaïne entraîne sans aucun doute une plus grande probabilité d’établissement de modes de consommation dépendants que de nombreuses autres drogues, et doit être reconnue comme plus «risquée» à cet égard, ces modes de consommation doivent toujours être compris dans un contexte plus large.


Dosage et forme

La cocaïne de qualité pharmaceutique pourrait théoriquement approcher 100% de pureté. Ceci est presque inconnu sur le marché illégal actuel et représenterait donc une augmentation progressive de la puissance, ce qui est connu pour être associé à une exposition totale et à des risques accrus. Une approche réglementée chercherait à fournir un produit plus sûr qui contribue à une utilisation modérée. La poudre de cocaïne réglementée serait donc un produit de qualité pharmaceutique, mais réduit de 100% de pureté avec des agents de coupe sûrs et non toxiques. Réduire trop la pureté risquerait de rendre le produit légal peu attrayant, créant potentiellement un espace pour qu'un marché illégal puisse continuer à fournir

Comment réguler les stimulants  Cocaïne et produits à base de coca

Des options pour rendre la poudre de cocaïne disponible à différents niveaux de pureté pourraient donc être utilement explorées. Les marchés de la cocaïne à plusieurs niveaux se sont déjà développés sur les marchés illégaux de nombreux pays, en réponse à une demande diversifiée, les consommateurs étant en mesure de payer plus pour une plus grande pureté si c'est ce qu'ils recherchent. Cela donne à penser qu'il y aurait une demande pour une telle structure de pureté / prix à plusieurs niveaux sur un marché légal également. Comme point de départ (et sous réserve d'un suivi attentif et d'une évaluation de l'impact), des options de pureté supérieure et inférieure à 35-70% de pureté pourraient être proposées. Des contrôles des prix pourraient être utilisés pour rendre les produits de moindre puissance relativement plus attrayants afin d'encourager la modération. La possibilité de mettre la cocaïne à disposition en solution sous la forme d'un spray nasal (de type médical) pouvant administrer une dose unique fixe (peut-être 20 milligrammes) pourrait également être explorée. Une solution serait potentiellement moins dommageable pour le nez. Bien qu'elle ne soit pas vue sur le marché illégal ou parmi les produits médicaux légaux, la cocaïne pourrait également être prise sous forme de pilule. La biodisponibilité orale n'est pas différente de celle d'un sniffé, mais une forme de pilule aurait un début plus lent et la conception de la pilule pourrait permettre une action plus longue, une libération plus lente et une dose plus faible.


Rationnement

Le fait que la cocaïne soit souvent consommée en «frénésie» (contrairement à la MDMA) rend les systèmes de réglementation visant à modérer la consommation particulièrement importants. Mais comment modérer l'usage d'un médicament qui se prête à un usage immodéré? Le rationnement des ventes est une manière d’y parvenir. Cependant, il présente le défi d'équilibrer l'objectif de réduction de la disponibilité avec la nécessité d'éloigner les consommateurs des sources illégales. Les risques particuliers d'une utilisation épisodique intensive pointent vers une certaine forme de rationnement - y compris l'option d'un modèle de licence d'acheteur. Les défis d'un tel modèle - en termes de surveillance étatique potentiellement problématique, d'accès inique et de sape des objectifs plus larges d'équité sociale sont examinés au chapitre 2. Les restrictions plus simples des ventes en volume par achat empêcheraient les achats en gros à plus grande échelle, mais rendraient éviter les achats multiples (sur une base quotidienne, par exemple). Par conséquent, les arguments en faveur de modèles pilotes de vente au détail légale de cocaïne utilisant un rationnement basé sur une licence d'achat semblent plus solides que pour les autres stimulants étudiés dans ce livre.

Tout montant spécifique semblera faible pour certains ou élevé pour d'autres. Cependant, sur la base des données disponibles dont nous disposons pour un usage occasionnel, 1 gramme par mois constituerait un point de départ raisonnable

Par conséquent, la flexibilité devrait être intégrée au système. Cela peut inclure, par exemple:
• Permettre un certain degré de flexibilité dans les limites d'achat pour répondre aux périodes d'utilisation plus ou moins élevée
• Un système à plusieurs niveaux qui permet des limites d'achat plus élevées en fonction d'une brève intervention périodique avec le vendeur de pharmacien spécialisé
• Une obligation de licence d'acheteur pour volumes plus importants
• Un seuil plus généreux pour les préparations de moindre pureté


Le potentiel existe clairement pour rendre disponibles des produits de cocaïne moins puissants. De nombreux produits existent déjà et d'autres pourraient être développés davantage, apportant à la fois des avantages de réduction des risques pour les consommateurs de cocaïne, mais aussi des opportunités de développement économique pour les régions traditionnelles de culture de la coca (voir chapitre 6). Il est, bien entendu, difficile de prédire comment une telle disponibilité légale aurait un impact sur la consommation de poudre de cocaïne ou de crack au fil du temps, et de nombreuses variables pourraient influencer ces effets. Mais il est parfaitement raisonnable de supposer que de tels produits répondraient aux besoins d'au moins certains consommateurs de cocaïne existants ou potentiels, mais d'une manière plus sûre.

  Les produits oraux à base de coca peuvent également prendre la forme de pastilles, qui se trouvent de la même manière entre la lèvre et la gencive et sont absorbées sur une période allant jusqu'à une heure ou plus. Les deux ont un goût de coca distinct - pas du goût de tout le monde, mais cela peut être changé dans une certaine mesure avec des arômes. Les produits existants de ce type sont conçus pour les marchés locaux déjà familiers avec la coca, plutôt que pour les personnes qui utilisent actuellement de la poudre de cocaïne. Cependant, il existe certainement un potentiel pour que ces produits soient développés en gardant à l'esprit les marchés d'exportation non traditionnels. La question reste ouverte de savoir dans quelle mesure ils pourraient répondre aux besoins des consommateurs recherchant les effets conventionnels de la cocaïne, et ils pourraient ne jouer qu'un petit rôle dans le déplacement de la consommation de poudre de cocaïne au fil du temps. Toutes les réponses seront spéculatives jusqu'à ce qu'elles soient mises sur le marché. Ces produits ne nécessiteraient qu'une réglementation adaptée au risque relativement modeste qu'ils présentent, probablement comparable aux produits de remplacement de la nicotine, avec un modèle de vente en vente libre réservé aux adultes. Ils seraient raisonnablement mis à disposition et promus comme un substitut à faible risque de la poudre de cocaïne.

/forum/uploads/images/1604/selection_237.png


/forum/uploads/images/1604/selection_238.png



Pour être clair, nous ne préconisons pas un modèle dans lequel le crack serait vendu sous quelque licence que ce soit. Mais il n'y a aucun avantage à criminaliser et à diaboliser davantage les utilisateurs de crack. Au lieu de cela, nous avons besoin d'une réponse concertée axée sur la santé publique, associée à un soutien social approprié. La décriminalisation de la possession de crack à des fins personnelles (ainsi que toutes les drogues) et la lutte contre les conditions sociales qui sous-tendent l'usage le plus problématique du crack sont essentielles pour réduire les comportements à haut risque à long terme.

  Dans le cadre du modèle à plusieurs niveaux étudié dans ce chapitre, les produits de coca de moindre puissance seront plus facilement disponibles, tandis que l'approvisionnement en poudre de cocaïne sera strictement contrôlé et rationné. Le crack, en revanche, sera géré grâce à une réponse dédiée à la réduction des risques, y compris des lieux de consommation supervisée. Bien entendu, aucun système n'éradiquera tous les torts, et chaque système présentera des failles qui peuvent être exploitées. La réglementation doit être proactive, surveiller et évaluer en permanence les résultats pour garantir que les méfaits sont combattus et que la santé est priorisée. En intégrant la gamme complète des préparations à base de coca dans un cadre réglementaire global, nous pouvons entamer ce processus et commencer à réparer les dommages causés par des décennies d'approvisionnement chaotique et incontrôlé.

Dernière modification par prescripteur (03 novembre 2020 à  10:32)


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

prescripteur 
Modérateur
11900
Inscrit le 22 Feb 2008
8957 messages
Blogs
Bonjour, quelques extraits des rapports finaux. Notamment un chapitre sur la substitution tiré de ce document important sur la RdR avec les stimulants. J'ai choisi le chapitre sur la substitution. Amicalement

https://www.gpdpd.org/fileadmin/media/m … mplete.pdf


A condition que  les problèmes légaux et politiques soient résolus, la production réglementée de stimulants pour les futurs marchés légaux n'est, à première vue, pas un énorme défi pratique. Il n'y a aucun mystère sur la manière de produire légalement de la cocaïne, des amphétamines et de la MDMA: ils sont tous déjà produits légalement à des fins médicales et scientifiques. Les cadres existants peuvent également servir de guide lors de l'élaboration de réglementations pour la production non médicale.

Les futurs marchés réglementés pour la vente non médicale de ces médicaments ne seraient pas des marchés entièrement nouveaux. Au contraire, ils chercheraient à réglementer légalement les grands marchés illégaux existants. Ces marchés soutiennent actuellement les moyens de subsistance de millions de personnes, dont beaucoup, en particulier dans le cas des marchés de la coca / cocaïne, vivent dans des conditions de vulnérabilité économique extrême et dépendent de l'économie des drogues illicites pour leur survie. Il existe un risque réel que la réforme de la politique en matière de drogues conduise à la domination économique des mêmes forces du Nord mondial qui ont conduit à la prohibition mondiale. Ce risque est déjà devenu clair dans le cas du cannabis, où les sociétés multinationales ont commencé à exploiter les opportunités de production dans les communautés de culture traditionnelles. En l'absence de planification proactive, il y a un risque que le programme de développement durable soit à nouveau marginalisé. Le fardeau de la guerre mondiale contre la drogue est tombé le plus lourdement sur les populations économiquement marginalisées, en particulier dans les régions de production primaire et de transit, et les avantages de mettre fin à la prohibition risquent d'être tout aussi inégalement répartis. Sans une intervention active, les marchés émergents de la drogue légale tomberont, par défaut, rapidement entre les mains des entreprises pharmaceutiques et agro-industrielles mondiales, celles qui dépendent actuellement de l'emploi précaire dans le commerce illégal étant jetées à la dérive.

La RdR

IL N'Y A AUCUNE DÉFINITION UNIVERSELLEMENT ACCEPTÉE DE LA «RÉDUCTION DES RISQUES», BIEN QUE le principe clé soit la réduction des méfaits associés à la consommation de drogues.
Harm Reduction International (HRI) définit le terme comme suit:

La réduction des méfaits fait référence aux politiques, programmes et pratiques qui visent à minimiser les impacts sanitaires, sociaux et juridiques négatifs associés à la consommation de drogues, aux politiques en matière de drogues et aux lois sur les drogues. La réduction des méfaits est fondée sur la justice et les droits de l'homme - elle se concentre sur des changements positifs et sur le travail avec les personnes sans jugement, coercition, discrimination ou exigeant qu'elles arrêtent de consommer de la drogue comme condition préalable au soutien. 1

Comme évoqué dans cette définition, le concept de réduction des méfaits inclut souvent utilement la prise en compte des facteurs structurels du dommage. Cela inclut les facteurs économiques et sociaux, mais peut également inclure de manière significative les préjudices subis par la politique et la loi, tels que les effets de la criminalisation de la consommation de drogues et de l'application de la loi correspondante. Les «préjudices» peuvent également aller au-delà des méfaits pour la santé subis par la consommation de drogues pour inclure les «préjudices sociaux ou économiques tels que la criminalité d’acquisition, la corruption, la sur-incarcération, la violence, la stigmatisation, la marginalisation ou le harcèlement». Les documents de politique des Nations Unies mettent également en évidence ce contexte plus large, faisant référence plus récemment aux «lois et politiques de soutien» comme l’un des «catalyseurs essentiels» d’une réponse politique efficace de réduction des risques. 4 Notamment, la Position commune des Nations Unies sur les drogues de 2019 plaide fermement en faveur de la dépénalisation des consommateurs de drogues. Cependant, les positions des Nations Unies, tout en reconnaissant les méfaits de l'interdiction, ne soutiennent pas encore la disponibilité des médicaments légalement réglementée au-delà de la prescription médicale dans un contexte de traitement.


La réduction des méfaits des stimulants comprend des interventions visant une utilisation à faible risque dans les contextes sociaux (voir par exemple le chapitre 3 sur la MDMA), ainsi que des interventions distinctes ciblant une utilisation à haut risque, notamment le tabagisme et l'injection - qui sont au centre de ce chapitre.
Comme discuté dans les chapitres précédents, ce livre ne propose pas de modèle de vente au détail pour les stimulants classés comme niveau de risque 3, y compris: les amphétamines fumables ou injectées; cocaïne injectée ou crack fumé / base de pâtes / basuco; et d'autres stimulants fumés ou injectés à haut risque.
Au lieu de cela, nous proposons un modèle de réduction des méfaits sans commerce de détail, qui serait enraciné dans les principes et les exemples décrits dans ce chapitre.
Cela reflète le fait que, même avec des efforts visant à encourager des modèles de consommation de stimulants à faible risque (y compris en rendant disponibles des produits à faible risque sur un marché strictement réglementé), de nombreuses personnes choisiront toujours de fumer ou de s'injecter des drogues stimulantes. Comme indiqué dans la section sur le crack, ces personnes ne devraient pas être criminalisées. Au lieu de cela, il devrait y avoir une réponse concertée axée sur la santé publique, associée à un soutien social approprié. Il est essentiel de s'attaquer aux conditions sociales qui sous-tendent l'utilisation la plus problématique des stimulants pour réduire les comportements à haut risque à long terme, mais la réponse immédiate doit être fondée sur la réduction des méfaits, afin de mieux protéger le droit à la santé des personnes qui utilisent des stimulants.

  L'accent historique des efforts de réduction des méfaits a été sur l'injection d'opioïdes, en particulier dans le contexte de la riposte au VIH. Cette focalisation sur les personnes qui s'injectent des drogues a eu tendance à marginaliser les problèmes de tabagisme et de reniflement de drogues plus couramment associés aux stimulants. Compte tenu de la forte augmentation des niveaux d'utilisation de stimulants à haut risque et des méfaits associés ces dernières années, cette situation est intenable. Il est urgent de se concentrer davantage sur la recherche sur la réduction des méfaits et les ressources sur les questions liées aux stimulants. Cet appel intervient notamment à un moment où le financement de la réduction des risques va plus généralement dans la mauvaise direction, sous la menace d'une combinaison de facteurs tels que l'austérité, le retrait des donateurs et l'évolution des priorités politiques. 5

 
Substitution

La substitution est définie comme le choix conscient de remplacer l’usage d’un médicament par un autre, basé sur «la sécurité perçue, le niveau de potentiel de dépendance, l’efficacité à soulager les symptômes, l’accès et le niveau d’acceptation». 35
La substitution consiste à remplacer le stimulant de son choix par une substance qui a des effets comparables, généralement avec une durée plus longue, des effets secondaires plus légers et moins nombreux.
Au fil des ans, les chercheurs et les personnes qui utilisent des stimulants ont recherché des substances qui peuvent soutenir la thérapie d'entretien, réduire l'utilisation de stimulants ou réduire les effets indésirables associés à son utilisation, similaire au rôle de la méthadone et de la buprénorphine pour les personnes qui utilisent héroïne.
Tout comme la substitution aux opioïdes, la mise en œuvre efficace de programmes de substitution pour les stimulants peut être remise en question par divers cadres juridiques, qui permettent parfois le remplacement de substances et à d'autres moments non.
Divers substituts à base de plantes ont été provisoirement explorés, mais les résultats de quelques essais à petite échelle restent peu concluants et des recherches supplémentaires sont nécessaires.
Il y a eu des expériences utilisant la coca comme alternative plus douce pour les personnes qui consomment de la cocaïne ou du crack.
Cette pratique de substitution a été documentée au Pérou, en Bolivie et au Brésil, mais n'a toujours pas donné de résultats concluants. 36
Il existe des preuves de l'utilisation du cannabis pour réduire l'anxiété, l'agressivité et la paranoïa chez les personnes qui consomment de la cocaïne à base libre (crack ou pâtes à base de pâte). Le cannabis peut également réduire les fringales (y compris lorsqu'il est fumé avec de la cocaïne), stimuler l'appétit et favoriser le sommeil, et soulager l'inconfort pendant les périodes de sevrage. Une étude réalisée en 2018 au Brésil a suivi 62 personnes qui consomment de la cocaïne à base gratuite pendant quatre semaines, examinant le rôle du cannabis dans le besoin de crack. Les auteurs ont constaté que la consommation de cannabis était fortement corrélée à une diminution de l'anxiété et ont également constaté qu'une plus grande utilisation de la thérapie d'entretien de soutien réduisait l'utilisation ou les expériences de stimulants. 37
En 2017, une enquête longitudinale sur la réduction des effets indésirables a été menée auprès de personnes qui consomment de la drogue à Vancouver, au Canada, démontrant l'efficacité de la consommation intentionnelle de cannabis pour réduire la fréquence de consommation de crack. 38 Certaines études ont également démontré les effets de la substitution du cannabis par d'autres stimulants. Cependant, le cannabis peut avoir des effets secondaires négatifs pour certains utilisateurs, et reste notamment illégal pour un usage non médical et très limité pour un usage médical dans la plupart des juridictions.

Les preuves de l'utilisation de substituts pharmaceutiques ne sont pas concluantes. L'idée derrière la thérapie agoniste (supervisée) est de remplacer le médicament illicite par un médicament pharmacologiquement similaire qui a des effets comparables mais peut être utilisé de manière plus sûre.
Idéalement, l'agoniste a un effet plus long, moins de déficience / intoxication et un potentiel addictif plus faible. 39
Cette approche peut être appliquée à la fois aux modalités de traitement visant à l'abstinence complète, ainsi qu'à des fins de réduction des risques, permettant aux personnes qui utilisent des stimulants de mieux contrôler leur utilisation, de réduire les méfaits liés à l'utilisation et d'améliorer la qualité de vie.
Cette approche s'est avérée efficace pour les utilisateurs d'opioïdes et de tabac. 40 Une méta-revue Cochrane de 2016 sur les preuves d'un traitement de substitution pour la dépendance à la cocaïne utilisant d'autres médicaments stimulants (par exemple (lis) dexamphétamine, méthylphénidate, modafinil, méthamphétamine et amphétamine) a montré très peu d'impact sur la rétention du traitement par rapport au placebo, et certains preuve que les personnes qui consomment de la cocaïne sont restées abstinentes plus longtemps que le placebo. La dexamphétamine était considérée comme un agoniste potentiellement prometteur pour le traitement de la dépendance à la cocaïne, en particulier pour les polyutilisateurs d'héroïne et de cocaïne.
Aucune preuve n’a été trouvée pour l’utilisation clinique d’agonistes directs des récepteurs de la dopamine (agonistes DA) qui n’ont pas de propriétés psychostimulantes (comme l’amantadine, la bromocriptine, la L-dopa et le pramipexole) chez les personnes qui consomment de la cocaïne. 42
Les agonistes dopaminergiques indirects qui ont des effets similaires à la cocaïne (par exemple, le bupropion, la dexamphétamine), en revanche, semblaient avoir des promesses en tant que substance de remplacement de la dépendance à la cocaïne. 43 Une autre méta-revue a examiné la littérature disponible pour le traitement à la fois par les amphétamines et la cocaïne, comparant les libérateurs de dopamine (ARD, par exemple amphétamine, méthamphétamine) avec des inhibiteurs de la recapture de la dopamine (DRI, par exemple le méthylphénidate et le bupropion).
L'examen a montré que les DRI sont plus efficaces que les DRA dans le traitement de la consommation d'amphétamines, alors que les DRA semblent plus efficaces pour réduire la consommation de cocaïne.
Plus précisément, le méthylphénidate a considérablement réduit la consommation d'amphétamines, mais pas la consommation de cocaïne, tandis que les (dex-) amphétamines réduisaient considérablement la consommation de cocaïne. Fait intéressant, il n'y avait aucune preuve de l'efficacité de l'utilisation de la dexamphétamine pour réduire la consommation d'amphétamines.

Certaines preuves suggèrent que la dexamphétamine peut être efficace pour les personnes qui consomment de la (crack) cocaïne, et que le méthylphénidate (Ritalin) et le bupropion peuvent fonctionner pour les personnes qui utilisent de l'amphétamine. Enfin, il existe des preuves issues de deux essais récents que le modafinil peut être efficace en tant que substitut de la cocaïne, bien que les essais antérieurs n'aient parfois pas montré un impact positif. 45
Les mêmes résultats incohérents sont rapportés dans les études portant sur l'utilisation du méthylphénidate pour la cocaïne. Il semble probable que l'efficacité de la plupart des agents agonistes pour le traitement de la dépendance aux stimulants semble dépendre du stimulant particulier qu'ils ont l'intention de remplacer, ainsi que du dosage, et de la sous-population spécifique de personnes qui utilisent des stimulants (qu'ils soient célibataires) ou polyconsommateurs, par exemple). 46


Témoignages finaux

Au fur et à mesure que le consensus grandit sur l’échec de la «guerre contre la drogue», il en va de même pour la nécessité d’explorer franchement les alternatives. Il est essentiel que nous entamions une discussion sérieuse sur la façon dont nous régulons les stimulants. Ce livre offre un bon départ

Très honorable Helen Clark
Présidente de la Commission mondiale sur la politique en matière de drogues, ancien Premier Ministre de la Nouvelle-Zélande et Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement

Si nous voulons vraiment réduire les méfaits, nous avons besoin d'une conversation adulte sur ce que le dépassement de la prohibition pourrait signifier dans la pratique. Comment réguler les stimulants est une étape importante dans cette direction

Carl L. Hart, Ph.D.
Professeur Ziff de psychologie (en psychiatrie), Université Columbia

Ayant été témoin de la tragédie humaine de la «guerre contre la drogue» en Colombie, je peux témoigner de la nécessité d’alternatives crédibles. Transformer nous rapproche de la fin de ce désastre politique

Sir Keith Morris
Ancien ambassadeur du Royaume-Uni en Colombie

J'ai perdu mes deux fils la même nuit après avoir pris de la MDMA d'une pureté et d'une force inconnues. Il est temps d’accepter la consommation de drogues et de trouver des moyens de la rendre plus sûre. J'espère que ce livre contribuera à faire de ces réformes une réalité

  Ray Lakeman
Militant de  "l’enfant de n’importe qui": Familles pour un contrôle plus sûr des drogues

Dernière modification par prescripteur (03 novembre 2020 à  11:48)

Reputation de ce post
 
Merci pour cette traduction. Pierre

S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

Terson 
BioHacker
France
1000
Inscrit le 25 Jul 2014
750 messages
Blogs
Malheureusement pas d'AMM pour le Methylphenidate en France (que ce soit pour les TDA/H adulte ou pour substitution aux stims). Donc faut payer, sur eurekasante ils disent que la boite de Ritaline 10 mg L.I coûte 5,39 euros, ah bon, moi je la paie 15 euros a la pharmacie et il m'en faut plus d'une pour 28 jours yikes

Pas d'Amphétamine tout court hormis le Bupropion qui est une bk-amphétamine, qui n'a que pour AMM le sevrage tabagique , n'est pas remboursé et coûte une petite fortune (> 100 euros).

Reste le Modafinil, je ne connais pas trop mais ça n'a pas la réputation d'être une prescription facile a obtenir.

Il y a des pistes intéressante a creuser pourtant, comme l'association Venlafaxine/Bupropion qui augmente de manière drastique les taux de dopamine dans le cerveau. (Plus que le Bupropion seul ou la Venlafaxine seul) : https://cdnsciencepub.com/doi/abs/10.1139/y2012-045

Avec l'affaire du Médiator on est pas prêt de revoir un psychostimulant débarqué sur le vidal je pense. Servier avait amorcé la pagaille qu'ils ont semés a ce niveau la avec le Survector, AD tricyclique psychostimulant qui s'est fait dégommer par l'ANSM en 99.

Sautez dans l'urinoir pour y chercher de l'or.
Je suis vivant et vous êtes morts - Philip K. Dick

Hors ligne

 

Morning Glory 
Animatrice géniale et humble ~
12230
Inscrit le 10 Oct 2017
2401 messages
Blogs
Ouai le bupropion c'est abusé, je laisse littéralement un mois de paye par an dedans. Un générique serait bienvenu erf sad

"No one can make you feel inferior without your consent"

RemAIDES #115 (version papier en CAARUD)

Hors ligne

 


Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire




    Psychoactif en Images
    Plus d'images psychoactives
    En ce moment sur PsychoACTIF  
     Psychoactif 
    Fanzine N°4 : nous voulons connaitre le taux de pureté de nos drogues
    Il y a 7jAnnonce de Equipe de PsychoACTIF
     Appel à témoignage 
    Enquête sur la cannabis comme aide au sevrage/baisse/controle des...
    Il y a 15hCommentaire de babaji (10 réponses)
     Appel à témoignage 
    Avec Safe testez le nouveau spray nasal (MAD)
    Il y a 8jCommentaire de Caïn (38 réponses)
     Appel à témoignage 
    Quel serait le kit d'injection adapté à vos pratiques ?
    Il y a 2jCommentaire de La Tite Zaza (33 réponses)
     Forum UP ! 
    Hotte flux laminaire
    Il y a 20hDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum UP ! 
    3MMC / Juger de la qualité « à l’œil » ?
    Il y a 13hDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum 
    Bad trip - Bad Trip Report - Le dernier trip avant le Covid.
    Il y a moins d'1mnCommentaire de DRiv dans [LSD 25...]
    (1 réponse)
     Forum 
    Arrêt & Sevrage - Sevrage opiacés avec suboxone
    Il y a 2hCommentaire de Meumeuh dans [Opiacés et opioïdes...]
    (5 réponses)
     Forum 
    Escitalopram - Sevrage brusque et sexualité
    Il y a 2hCommentaire de Kainry94 dans [Antidepresseurs...]
    (15 réponses)
     Forum 
    Arrêt & Sevrage - Je suis devenu addict et je ne sais pas quoi faire
    Il y a 3hCommentaire de Zhack dans [Opiacés et opioïdes...]
    (4 réponses)
     Forum 
    Expériences - Trip report LSD 50/60ug
    Il y a 4hCommentaire de tranceup dans [LSD 25...]
    (4 réponses)
     Forum 
    International - [débat] La paix sociale (économique) est elle le dernier frein à l...
    Il y a 5h
    3
    Commentaire de Rick dans [Répression - Victimes...]
    (4 réponses)
     Forum 
    Effets secondaires - Codé + alcool
    Il y a 5hCommentaire de ganjagirl19 dans [Codéine et dihydrocod...]
    (9 réponses)
     Forum 
    Mon étude favorite sur la kétamine , sa toxicité et les dangers li...
    Il y a 6hCommentaire de Rick dans [Kétamine et PCP...]
    (1 réponse)
     Blog 
    Fanzine N°4 : nous voulons connaitre le taux de pureté de nos drogues
    Il y a 2h
    2
    Commentaire de Meumeuh dans le blog de Equipe de PsychoACTIF
    (6 commentaires)
     Blog 
    La chienne et le puma
    Il y a 1j
    1
    Commentaire de joel92 dans le blog de zizitaupe_meilleure_bande
    (1 commentaires)
     Blog 
    2FDCK 100mg oral
    Il y a 2jNouveau blog de Wolfyy dans [Trip Report]
     
      QuizzZ 
    Evaluer votre dépendance au cannabis
    Dernier quizzZ à 03:09
     PsychoWIKI 
    Les outils pour le sniff a moindre risque
     Topic epinglé 
    Neurchi de Psychoactif
     Nouveaux membres 
    smoule, Magi, Alberto Balsalm nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
    S'identifier

    Mot de passe oublié

    Morceaux choisis 

     Premier trip sous truffes
    par Xaxaxahehehe, le 07 Sep 2021
    Coucou Je vais vous raconter mon trip aux truffes hallucinogènes plutôt étonnant que j’ai vécu récemment. Pour information je suis un homme de 20 ans, 1,74m, 60kg, débutant dans la drogue dite dure. C’était ma première expérience avec la psilocybine. J’ai acheté il y a un mois en...[Lire la suite]
     Quel serait le kit d'injection adapté à vos pratiques ?
    par L'Apoticaire, le 15 Jul 2021
    Les stéribox sont pour moi (et beaucoup d'autres usagers qui sont passés à du matos plus adapté à l'IV de drogues que les stéri) carrément obsolète, certes c'est évidemment infiniement mieux que d'utiliser une cuillère à soupe sale avec de l'eau du robinet, de filtrer sa solution avec un...[Lire la suite]
     1 ère expérience 1cp-LSD
    par Cartooner, le 12 Jul 2021
    1 ère fois au 1cp lsd : 220 mcg en 2 drop Je suis chez ma copine il est 16h, je m’envoie 110mcg et elle 75 Les effets commencent à se faire ressentir rapidement pour moi, nous sommes en intérieur pour le moment. Soudainement une envie folle de manger du chocolat kinder x) J’en mange, je ne s...[Lire la suite]
    Tous les morceaux choisis
    Les derniers champis

    Merci Magi [MM] dans [forum] TOPIC UNIQUE - Grand topic des Présentations 2020 / 2021
    (Il y a 7h)
    mauvaise nouvelle mais merci pour le partage dans [forum] Attention au CBD fumé
    (Il y a 7h)
    Que du bon sens x) - Johan dans [forum] La ville de Zurich expérimente la légalisation du cannabis récréatif
    (Il y a 9h)
    Intriguant ! - Johan dans [forum] Acidurie 4 hydroxy-butyrique
    (Il y a 15h)

    Pied de page des forums