TR d'une psychose amphetaminique..

Publié par ,
6140 vues, 11 réponses
avatar
ectatrip homme
Psycho sénior
France
champi vert2champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 02 May 2018
991 messages
Blogs
Bonjour à tous,

Je voudrais vous partager ma 1ère psychose amphetaminique, une grosse surdose ou overdose de speed. J'écris, raconte cette expérience pour rappeler que la RDR existe et ce n'est pas pour rien, il faut appliquer des règles, comme ne pas forcer sur le dosage (notamment avec les amphet dans mon cas).

J'étais un gros consommateur de stimulants, mais surtout addict aux amphétamines (speed à 90%).
À mes débuts, c'était purement récréatif, un demi gramme en teuf, pour tenir debout.
Puis petit à petit, j'ai commencé à en prendre pour aller bosser (usage fonctionnel donc) et ça marchait tellement bien.
Spoiler

J'étais bien, heureux, aucun troubles psychiatriques ou d'antécédents de ce genre.
Mais ma vie à commencer à être rythmé par le speed. J'en prenais directement au réveil, avec le café et la clope, comme un complément. C'était tellement facile, pas chère du tout, j'étais totalement amoureux.
5g par semaine, c'était ma consommation. J'ai perdu, sans m'en rendre compte, plus de 20kg au bout de quelques mois. Mais j'essayais de garder une hygiène de vie "propre".

Un soir d'été, en teuf, j'ai fais une énorme erreur : acheter du speed, s'enfiler 2g en 10h. Même avec une grosse tolérance au produit, c'est énorme et j'en suis peu fière.
Sur le coup, je m'en suis pas rendu compte. J'enchaîne trace sur trace, me disant que de toute façon, je peux me permettre, avec ma conso quotidienne que j'ai, ça va, je me met pas en danger (bah si, peut importe la tolérance, une surdose/OD peut survenir à tout moment mais je ne le savais pas).

Après la teuf, on me ramène chez moi. Sur la route, je me sentais pas forcément à l'aise, très nerveux et anxieux, craintif de ce qui m'entoure mais j'étais avec mes amis, ça me permettais de penser à autre chose.

J'arrive chez moi, vers 15h, me retrouve seul, dans la maison de mes parents, 2g de speed dans le corps. J'ai très très vite vrillé et regretté cette énième, celle de trop sûrement, prise de speed.
Je me pose sur le canapé et là, c'est arrivé d'un coup :
impression de mort imminente, une sensation de devenir fou ou perdre le contrôle de soi, des palpitations cardiaques, tremblements, difficultés respiratoires, sensation d’étouffement, sensation de vertiges, sensation de malaise, douleurs thoraciques..

Tout les symptômes d'une crise de panique intense. Mais à l'époque, je ne savais pas ce que c'était une simple crise d'angoisse.

Je croyais que j'allais mourir, vraiment, mon cœur était à 160bpm/min au repos. Impossible de me calmer et n'ayant aucun benzodiazépines chez moi, je ne pouvais que subir les conséquences de ma folie.

Il fallait que je trouve une solution et assez rapidement.
Et si je sortais prendre l'air, penser à autre chose ?

Je sors dehors : dès ma porte fermé derrière moi, je marche un peu puis je suis pris de vertiges, tremblements. Plus j'avançais dans la rue, plus j'entendais des cris de bébés qui meurts, de pleurs, je me retournais toutes les 10 secondes parce que je pensais qu'on me suivait, qu'on voulait me tuer (gros délires paranoïdes et des délires de persécution).

Je voyais des ombres, personnes irréels, des animaux à l'aspect gloque. Le moindre bruit venant de l'extérieur me faisait tellement peur, que j'étais tétanisé, des frissons dans le dos intenses, des sueurs froides, vraiment de la peur à l'état pur.
J'ai dû faire plusieurs pauses lors de cette balade terrifiante, tellement j'étais pris d'hallucinations (auditives et visuelles) hyper noirs, tristes, surtout gloques et d'une violence..
Je décide de rentrer chez moi, le plus rapidement possible, les yeux écarquillés, des spams.

3h ce sont écoulés depuis que je suis rentré chez moi, et les symptômes sont toujours aussi intenses.

Je rentre de suite chez moi, appel le 15, totalement paniqué. 15min plus tard, une ambulance arrive, je suis ensuite pris en charge au urgence, administré benzodiazépines et antipsychotiques, puis transféré en HP, pendant 1 semaine.

Je m'en suis sortis, heureusement, mais je repars avec un trouble de l'anxiété généralisé, des troubles de l'humeur et des épisodes de démences. J'avais aucun antécédents, même familiaux, psychiatriques. J'ai dû mettre 1 mois à digérer cette OD.

Depuis cette overdose, j'ai très vite mis en application un sevrage, avec l'aide d'un CSAPA. Tercian, Venlafaxine, Valium comme traitement pendant plusieurs mois.

Plus jamais j'enchaîne les traces comme j'ai fais, plus jamais 2g en une soirée. J'ai été très con sur le moment. Alors comme quoi, la RDR est très importante et il faut respecter les règles de bases (espacer les prises, s'hydrater à l'eau, y aller molo avec le speed, pas de mélanges, ect..).

Ça m'a servis de leçon, dommage d'avoir dû vivre ça pour me rendre compte de mes erreurs..

Dernière modification par ectatrip (29 octobre 2020 à  03:33)

Reputation de ce post
 
Merci pour le témoignage - Yotna
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (pierre)

Le problème, c'est pas le produit, c'est ce qu'on en fait avec.

Hors ligne

 

avatar
Terson homme
BioHacker
France
champi vert3champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 25 Jul 2014
819 messages
Blogs
Salut merci pour ton témoignage, j'ai eu une expérience très similaire a la tienne a la différence que ma descente en enfer dans les services psychiatrique fut considérablement plus intense que le tienne, donc en ce sens tu t'en sort assez bien.

Je prenais 5G d'amphet racémique pure par jour (synthétisé par moi même).

Mon expérience si ça t'interresse : https://www.psychoactif.org/forum/2020/ … 961_1.html

Dernière modification par Terson (29 octobre 2020 à  18:19)


Sautez dans l'urinoir pour y chercher de l'or.
Je suis vivant et vous êtes morts - Philip K. Dick

Hors ligne

 

avatar
ectatrip homme
Psycho sénior
France
champi vert2champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 02 May 2018
991 messages
Blogs
Déjà lu ton post aha je suis en avance ! Ton histoire est tout aussi "effrayante", y'a rien de pire que les psychoses, les troubles sévères, ect..

Et j'ai oublié de préciser que j'ai dû appeler les urgences 3x avant de tomber sur un médecin "compétant" :

Mes deux 1er appels au 15 fut une catastrophe, le médecin avec qui je dialogue c'était pas rendu compte de l'état dans lequel j'étais. Il me disait "bah c'est sa de prendre de la drogue, faut assumer. Calmez-vous et ça va aller."
Malgré l'insistance que j'ai apporté, les détails sur ma situation au moment et ma souffrance psychique, je me suis senti humilié, je cherchais une solution d'urgence mais pour eux je n'étais pas une urgence.. encore un droguer qui appel pour une crise d'angoisse, je l'ai pris comme ça en tout cas.

Les médecins devraient être formé, ne pas prendre à la légère un état de détresse psychologique sévère.

Encore aujourd'hui, c'est toujours pas passé, j'aurais pu me suicider..

Dernière modification par ectatrip (29 octobre 2020 à  20:41)


Le problème, c'est pas le produit, c'est ce qu'on en fait avec.

Hors ligne

 

sud 2 france homme
problème traitement
France
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 14 Oct 2013
2032 messages
Blogs
Moi j'entends des voix, et me crois suivi/épié/espionné.....
Perso même si j'aime beaucoup les amphés, la meth, je suis obligé d'arrêter sinon je vais finir en HP...
Ce genre de substance je pense qu'il faut se faire plaisir avec deux à trois fois par mois maximum, sinon le système nerveux se détraque et l'on se retrouve à faire comme du délirium tremens version amphétamines...

Hors ligne

 

avatar
cependant
Modo bougeotte
champi vert29champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 25 Mar 2018
3577 messages
Blogs
Salut,

Je ne sais pas si ce que je dis ça a un fondement scientifique, mais de ma propre expérience, j'aurais tendance à dire que c'est les grammes au quotidiens qui ont rendus de trop les 2g dans la soirée...

Bien entendu on réagis tous différemment aux prods et deux g c'est loin d'être anodin, mais ça m'est déjà arrivé de la faire (pas très RdR, je sais)...avec des benzo et/ou opiacés pour redescendre c'est passé...mais je ne veux pas minimiser...je sais bien qu'avec des mauvaises conditions (état de fatigue chronique, mauvaise prédisposition psy etc), ça peut bien tourner au cauchemar comme tu l'as raconté...mais voilà juste pour tempérer et plussoier le fait que la conso de speed au quotidien ça peut enduire un état de fatigue qui peut vraiment être dangereux pour le corps comme pour la tête ( et j'ai un pote qui a failli mourir deux fois suite à l'épuisement du conso prolongée et intensive de speed), mais c'est le manque de nourriture et de sommeil qui defasent le plus dans l'histoire..

En tout cas, j'espère tu t'es bien remis ! Bon courage pour la suite

Dernière modification par cependant (27 mars 2024 à  19:36)


fugu kuwanu hito niwa iwaji

Hors ligne

 

avatar
ectatrip homme
Psycho sénior
France
champi vert2champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 02 May 2018
991 messages
Blogs

cependant a écrit

j'aurais tendance à dire que c'est les grammes au quotidiens qui ont rendus de trop les 2g dans la soirée...

Salut,

Effectivement, je suis du même avis que toi. L'accumulation des prises a été sûrement le déclencheur de multiples problèmes dans mon cas (trouble panique, TDAH, psychoses, ect..).
Les amphetamines et stimulants impacte énormément le système neurologique.. il y avait le speed mais aussi la MDMA que je prenais en quantité énorme (du style bouffer 3 taz par semaine, genius..), la cocaïne, les psychédéliques/dissociatifs, alcool, cannabis..

J'étais fragile niveau psy de base, anxieux de nature, donc ma conso quotidienne + le traumatisme du gramme de trop m'a mené à déclencher des troubles neurologiques, enfin c'est ce que je pense et ma neuropsychiatre pense de même.

Je vais bien aujourd'hui, stabilisé et en forme, aucune séquelles sur le plan physique (cœur nickel) mais très impacté niveau psychiatrique/neurologique.

Dernière modification par ectatrip (31 octobre 2020 à  11:26)


Le problème, c'est pas le produit, c'est ce qu'on en fait avec.

Hors ligne

 

avatar
Morning Glory femme
Ex modo
champi vert26champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 10 Oct 2017
4371 messages
Blogs
Première psychose... Je te souhaite que ce soit la dernière^^

J'ai vécu un truc similaire après OD de 6-APB y a quelques années, sauf que je me rendais pas du tout compte que ce qui clochait était dans ma tête, c'était un cauchemar mais je me sentais lucide, l'idée d'appeler les secours ne m'a pas effleurée dans mon souvenir (les flics par contre ouai xD C'aurait été con, bon...^^"). Donc cool que tu aies pu chercher de l'aide, et enfin en trouver au final.

Fais gaffe, les psychoses induites peuvent laisser des séquelles durables dans certains cas (ayant potentiellement des prédispositions, mais dans l'absolu concernant les stims on est pas surs surs...), et en avoir vécu une peut te rendre plus prompt à en faire de nouvelles dans le futur avec le même genre de drogue... hmm
https://academic.oup.com/schizophreniab … 05/5588638

Dernière modification par Morning Glory (01 novembre 2020 à  16:34)


Μόρνηνγγ Γλωρύ
I <3 5-HT & DA ~

Hors ligne

 

avatar
ectatrip homme
Psycho sénior
France
champi vert2champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 02 May 2018
991 messages
Blogs

Morning Glory a écrit

Première psychose... Je te souhaite que ce soit la dernière^^

J'ai vécu un truc similaire après OD de 6-APB y a quelques années

Salut,

J'en ai fais 2/3 en tout, beh je peux te dire que ça calme sur le coup mais après être remis, je recommençais..
C'était très vicieux ma consommation, limite malsain, au point de vouloir aller toujours plus loin, dépasser largement mes limites.

J'ai mis du temps à comprendre et mettre en pratique la RDR, aujourd'hui je vais mieux, je me suis grave calmer sur les prod.

Oui effectivement, j'étais prédisposé à certains troubles et j'en ai fais les frais.


Le problème, c'est pas le produit, c'est ce qu'on en fait avec.

Hors ligne

 

7.Hash_a_shine.999 homme
Nouveau membre
France
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 28 Mar 2020
12 messages
Salut Ectatrip sans vouloir entamer de psychothérapie ici a tu identifié autre chose que l'inexpérience qui t'avais fais négliger la RDR jadis. Et aujourd'hui qu'elle est ton raisonnement est-ce plutôt "rester du côté de la vie, de l'expérience et me protéger de la souffrance de la destruction" ou "le feu m'a brûler on ne m'y reprendra plus" ou autre. J'explique ma démarche je m'intéresse énormément au motivation humaine et suis très curieux de ce qui peu pousser un homme (même jeune) a consommer des stim's de manière abusive je constate tellement de let motiv' différent a la cons' et a sa régul' que je glane un max d'info sur le sujet sorte de démarche educative personnelle cordialement . Le 7

Hors ligne

 

avatar
ectatrip homme
Psycho sénior
France
champi vert2champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 02 May 2018
991 messages
Blogs

7.Hash_a_shine.999 a écrit

Et aujourd'hui qu'elle est ton raisonnement est-ce plutôt "rester du côté de la vie, de l'expérience et me protéger de la souffrance de la destruction" ou "le feu m'a brûler on ne m'y reprendra plus" ou autre.

Mon raisonnement est de profiter du présent, me protéger de mes souffrances oui aussi. J'entame une TCC d'ici peu, ça calmera sûrement mes troubles.
Je consomme encore aujourd'hui mais plus raisonnablement. En respectant la RDR quoi.

Ce qui m'a poussé à consommer des stimulants quotidiennement ?

Le bien-être que ça m'a apporté n'est pas négligeable. Il m'a suffit d'une"mauvaise rencontre", une fille avec qui je sortais qui m'a fait essayer le speed une fois, en teuf.
Coup de cœur immédiat, j'ai consommé petit à petit, weekend par weekend puis quotidiennement. En 2 mois peut être je me suis retrouvé à consommer de 0.5g de speed/weekend à 5g quotidiennement/semaine. Étant TDAH mais pas diagnostiqué à l'époque, je me retrouvais comme normal : idées claires, concentration que je n'avais jamais eu, motivation, moins d'impulsivité, ect.. c'était tellement cool de retrouver goût à la vie. Dans mon travail (menuisier ébéniste), j'étais plus performant, j'assimilais bien les informations et consignes, chose auxquels j'étais casi incapable de faire ou avec moins de faciliter avant.
Puis ça m'a détruit au fil du temps, j'en ai clairement trop abusé aha. Je suis sous Concerta (methylphenidate) aujourd'hui, 72mg/jour, c'est clairement plus propre que du speed, moins (beaucoup moins) d'effets secondaires néfastes.

Dernière modification par ectatrip (09 novembre 2020 à  20:56)


Le problème, c'est pas le produit, c'est ce qu'on en fait avec.

Hors ligne

 

avatar
Hakai homme
Nouveau membre
France
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 08 Nov 2023
5 messages

ectatrip a écrit

Bonjour à tous,

Je voudrais vous partager ma 1ère psychose amphetaminique, une grosse surdose ou overdose de speed. J'écris, raconte cette expérience pour rappeler que la RDR existe et ce n'est pas pour rien, il faut appliquer des règles, comme ne pas forcer sur le dosage (notamment avec les amphet dans mon cas).

J'étais un gros consommateur de stimulants, mais surtout addict aux amphétamines (speed à 90%).
À mes débuts, c'était purement récréatif, un demi gramme en teuf, pour tenir debout.
Puis petit à petit, j'ai commencé à en prendre pour aller bosser (usage fonctionnel donc) et ça marchait tellement bien.
Spoiler

J'étais bien, heureux, aucun troubles psychiatriques ou d'antécédents de ce genre.
Mais ma vie à commencer à être rythmé par le speed. J'en prenais directement au réveil, avec le café et la clope, comme un complément. C'était tellement facile, pas chère du tout, j'étais totalement amoureux.
5g par semaine, c'était ma consommation. J'ai perdu, sans m'en rendre compte, plus de 20kg au bout de quelques mois. Mais j'essayais de garder une hygiène de vie "propre".

Un soir d'été, en teuf, j'ai fais une énorme erreur : acheter du speed, s'enfiler 2g en 10h. Même avec une grosse tolérance au produit, c'est énorme et j'en suis peu fière.
Sur le coup, je m'en suis pas rendu compte. J'enchaîne trace sur trace, me disant que de toute façon, je peux me permettre, avec ma conso quotidienne que j'ai, ça va, je me met pas en danger (bah si, peut importe la tolérance, une surdose/OD peut survenir à tout moment mais je ne le savais pas).

Après la teuf, on me ramène chez moi. Sur la route, je me sentais pas forcément à l'aise, très nerveux et anxieux, craintif de ce qui m'entoure mais j'étais avec mes amis, ça me permettais de penser à autre chose.

J'arrive chez moi, vers 15h, me retrouve seul, dans la maison de mes parents, 2g de speed dans le corps. J'ai très très vite vrillé et regretté cette énième, celle de trop sûrement, prise de speed.
Je me pose sur le canapé et là, c'est arrivé d'un coup :
impression de mort imminente, une sensation de devenir fou ou perdre le contrôle de soi, des palpitations cardiaques, tremblements, difficultés respiratoires, sensation d’étouffement, sensation de vertiges, sensation de malaise, douleurs thoraciques..

Tout les symptômes d'une crise de panique intense. Mais à l'époque, je ne savais pas ce que c'était une simple crise d'angoisse.

Je croyais que j'allais mourir, vraiment, mon cœur était à 160bpm/min au repos. Impossible de me calmer et n'ayant aucun benzodiazépines chez moi, je ne pouvais que subir les conséquences de ma folie.

Il fallait que je trouve une solution et assez rapidement.
Et si je sortais prendre l'air, penser à autre chose ?

Je sors dehors : dès ma porte fermé derrière moi, je marche un peu puis je suis pris de vertiges, tremblements. Plus j'avançais dans la rue, plus j'entendais des cris de bébés qui meurts, de pleurs, je me retournais toutes les 10 secondes parce que je pensais qu'on me suivait, qu'on voulait me tuer (gros délires paranoïdes et des délires de persécution).

Je voyais des ombres, personnes irréels, des animaux à l'aspect gloque. Le moindre bruit venant de l'extérieur me faisait tellement peur, que j'étais tétanisé, des frissons dans le dos intenses, des sueurs froides, vraiment de la peur à l'état pur.
J'ai dû faire plusieurs pauses lors de cette balade terrifiante, tellement j'étais pris d'hallucinations (auditives et visuelles) hyper noirs, tristes, surtout gloques et d'une violence..
Je décide de rentrer chez moi, le plus rapidement possible, les yeux écarquillés, des spams.

3h ce sont écoulés depuis que je suis rentré chez moi, et les symptômes sont toujours aussi intenses.

Je rentre de suite chez moi, appel le 15, totalement paniqué. 15min plus tard, une ambulance arrive, je suis ensuite pris en charge au urgence, administré benzodiazépines et antipsychotiques, puis transféré en HP, pendant 1 semaine.

Je m'en suis sortis, heureusement, mais je repars avec un trouble de l'anxiété généralisé, des troubles de l'humeur et des épisodes de démences. J'avais aucun antécédents, même familiaux, psychiatriques. J'ai dû mettre 1 mois à digérer cette OD.

Depuis cette overdose, j'ai très vite mis en application un sevrage, avec l'aide d'un CSAPA. Tercian, Venlafaxine, Valium comme traitement pendant plusieurs mois.

Plus jamais j'enchaîne les traces comme j'ai fais, plus jamais 2g en une soirée. J'ai été très con sur le moment. Alors comme quoi, la RDR est très importante et il faut respecter les règles de bases (espacer les prises, s'hydrater à l'eau, y aller molo avec le speed, pas de mélanges, ect..).

Ça m'a servis de leçon, dommage d'avoir dû vivre ça pour me rendre compte de mes erreurs..

Content de voir que ça t'a servi de leçon, continue comme ça, tiens bon malgré les rechutes


TDAH - Ritaline 60mg (officiellement) - 30 mg Fluoxetine (Officiellement) - Fumeur occasionnel de "THC" légal - Alcool en soirée seulement.

Hors ligne

 

avatar
ectatrip homme
Psycho sénior
France
champi vert2champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 02 May 2018
991 messages
Blogs

Hakai a écrit

Content de voir que ça t'a servi de leçon, continue comme ça, tiens bon malgré les rechutes

Servît de leçon, pas vraiment mais c'est avec le temps, l'expérience, le vécu, les changements avec un grand C qui améliore mes comportements vis-à-vis mes consommations de produits.
Aujourd'hui, j'ai trouvé le bon endroit pour me refaire une vie saine, le bon traitement quotidien, entouré de bonnes personnes. Résultats, je consomme des stimulants tout les 15 jours. Comparé si ce n'est il y a 3 mois, c'est très raisonnable.


Le problème, c'est pas le produit, c'est ce qu'on en fait avec.

Hors ligne

 


Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

logo Psychoactif
[ Forum ] Arrêt & Sevrage - Effet rebond 1mois après sevrage psychose amphetaminique?
par Polo187, dernier post 20 novembre 2017 par Nasbrok
  4
logo Psychoactif
[ Forum ] Drogue info - Psychose toxique stimulante
par anonyme 710, dernier post 23 décembre 2020 par anonyme 710
  6
logo Psychoactif
[ Forum ] Effets secondaires - Psychose et Hallucination au Speed/Amphetamine
par TripBeta, dernier post 17 avril 2020 par SED-à-Tiff's
  2

Pied de page des forums