PsychoACTIF / Rechercher
Recherche dans les commentaires de blogs

Le blog de micahmichien » Extraction de la morphine du skenan » 04 janvier 2020 à  04:18

[quote=Err0r]Hello à tous

Je suis fortement intéressé par ce sujet ayant un joli stock de morphine.
J’aimerai savoir comment procéder pour arriver à un produit le plus clean possible. Il y a trop d’excipient pour tout faire petit à petit je trouve... Même si si il faut le faire je le ferais.
Mais si il y a un moyen de s’en débarrasser plus facilement je suis ouvert à tous conseils.

Je suis consommateur depuis bientôt 10 ans de morphine en IV et de pas mal d’autres choses.

J’ai trouvé sur le DW la méthode pour le diacétylmorphine

Mais déjà, j’aimerais savoir vos avis sur comment extraire au max la
morphine de toutes ces billes/cette pâte... Après m’en être débarrassé je ferais un passage à la toupie mais avant ça...
grosse
interrogation... Avec de l’alcool ? Non ? je sais pas...[/quote]
Même si les modo m'ont réveillé en MP pour te répondre, je ne me considère pas comme un grand expert mais je peux te répondre à tes interrogations :merci:

Premièrement j'ai pas lu plus haut mais ta morphine elle est LP (skenan) ou LI (actiskenan) ?

Deuxièmement la rendre chlorhydrate ne changera pas significativement que sa forme base. C'est en parti pour ça que les laboratoires s'arrête au sulfate de morphine avant la mise en géllule :)

Troisièmement, pour les traitements en bille (j'ai la même avec la méthylphénidate LP) j'ai cette technique : tu vides dans une feuille A4 plié en deux. Par dessus tu écrases par un verre plat et tu fais des allers retours jusqu'à avoir la poudre la plus fine !

Je me rendors, wizz moi si j'ai zappé un truc …

Le blog de Viko » TDAH => Cannabis => Syndrome Cannabinoïde => Méthylphénidate » 12 novembre 2019 à  21:55

[quote=Marla Singer]Un rappel au passage :
Les spécialistes préconisent désormais de prendre sa ritaline (ou autre methylph) QUAND C NÉCESSAIRE[/quote]
Je dirais même détendre ce conseil à d'autres médicament classé stupéfiant comme les opiacés.

Notamment ceux qui se voit prescrire des morphiniques pour certaines douleurs il vaut mieux adopter le réflexe d'en prendre quand ça devient insupportable plutôt qu'en prendre systématiquement avant même le ressenti de tel ou tel douleur.

Le blog de Viko » TDAH => Cannabis => Syndrome Cannabinoïde => Méthylphénidate » 31 octobre 2019 à  13:32

Je fais pareille sous MPH j'écris dans un carnet ça fait du bien et ça te recale temporellement sinon sur l'ordinateur sans t'en rendre compte tes pensées se désorganisent et tu sais plus laquelle dire avant la suivante.

Soit prudent avec ta posologie si tu l'as trouvé c'est super mais trop bas OU trop haut en terme de dosage et tu auras ce petit malaise casse couille.

Après 5 ans, je me dit qu'au moins je te l'aurais dit mais le "petit malaise" type angoisse limite phobie sociale, ça s'accentue de ouf jusqu'à devenir vraiment une période genre combat à mort dans un colisée avec angoisse et misère du monde sur tes épaules. Mais ça dure pas longtemps genre 2h max.

Tant que tu le peux avec ton système nerveux évite l'autre médicament qu'il t'a filé. Le plus longtemps possible c'est vraiment un conseil d'ami.
Si tu es traité pendant plusieurs années tu finiras par prendre ton calmant le soir de toute manière avec la violence de la descente mais c'est un truc vraiment fourbe que de passer soudainement à un pilulier chaque matin.

Enfin bref quoique tu fasses je te souffle un peu de force ! …

Le blog de mitch » Testé positif aux opiacés, mais je prend de la codéïne » 20 septembre 2019 à  05:29

[quote=Heashka][quote=prescripteur]Quelle est la différence entre l'Héroïne, la Codéine et la Morphine ?

LÒHéroïne, la Morphine et la Codéine sont des composés dérivés de lÒOpium et issus des plants de pavot. Chimiquement ces composés sont identiques, seuls le procédé de synthèse et lÒaspect varient.[/quote]
Alors la je sui tombé de ma chaise ! Je ne vais pas te jeter la pierre car déjà, mon remerciement communautaire pour ton investissement dans ce partage d'infomations... Mais ceux-ci son en partie désinformantes !


Soignant-praticien en service de Psychiatrie et de Neurologie dans les centre hospitaliers - quand je suis pas en rééducation Post-opératoire en cliniques - où que je cours à droite à gauche pour collaborer aux protocoles de recherche auxquels je contribue en ne publication scientifique par moi-mcomme mon passage consultatif au labotaoire LITIS où j'ai contribué à l'avancée d'une technologie robotique pour les aveugles avec notre équipe Française mais aussi par un partenariat avec les américains (bon je ne préciserais pas le nom de notre étude internationale également confidentiel et nous sommes loins de commencer la rédaction de notre article scientifique... (que je ne pourrais partager car mes recherches ont le statut confidentiel auxquels je suis accrédoté a qui, après publication scientifique, donc ici du cortex suite à une excérèse tumorale bénigne où par exemple je dois "manager" le neurochirurgien pour limiter la casse no.

Enfin bref je me disperse avec ma drogue de ce soir sui atteint son pic plasmatique et la confusion amnésique immédiate est bien préseenrte. je vous précise trop ma life inutilement ce soir jsuis désolé je voulais pour le lecteur survolant non inscrit qu'il doit prendre en comte ma rectification s'il ne veut pas risquer un décès pourtant évitable.

Mais je veux bien me faire comprendre pour ceux qui lit ça (sans forcément s'inscrire et assimile l'info' par betise !
Juste par lecture et survol enmoins d'un instant tu es resoponsable que ces anonymes puisse mourir !

Je suis désolé mais c'est très dangereux de balancer ce genre de désinformaion je sais pas si tu as vopi-colle mais remis et corrobe avec d'autre sites parce que là je suis même surpris qu'onpuisse écrire ça sur ton site ...

Bon je vais m'expliquer + argumenter :

1) Déjà la premiere phrase que j'ai quoté est déjà faute car l'héroine est un semi-synthétique; un opioide", elle ne sort pas / n'est issue de l'opium, e donc pas un "opiacé" au sens biochimique. Non elle n'est pas directement issu du pavot donc.

2) Bon c'est surtout ça qui m'a fait écarquiller les yeux : [quote:)Chimiquement ces composés sont identiques, seuls le procédé de synthèse et lÒaspect varient.[/quote]
Désolé mais NON, NON, NON ils n'ont rien d'identique au niveau pharmacologique COMME CHIMIQUE !
Chaque principe actif à ses propriétés, bénéfices et inconvénients uniques... Regarde ses propriétés bioéquivalentes car différentes dans leurs caractéristiques aux delà de leur synthdr

Même si c'est vrai qu'il y a des grandes lignes communes aux analgésiques narcotiques, beaucoup de différence sont à noter (d'ailleurs on ne met pas pour rien des palliers II à la codéine tout à fait logiquement MAIS le Pallier III pour la Morphine).


d'ailleurs pour ça que je harcèle (clairement insitant de nature ahah) auprès des mes collègues médecins de penser à utiliser des techniques de rotation aux opioides)

J'écris de plus en plus nawak j'ai l'impressio, les bez 'explose d'un coup je vais aller me pieuter j'espère que j'ai été suffisament claire sur le pourquoi de ma surprise et mon souhait d'y réagir. Je voulais tenir jusqu'au bonne soirée en mobilisant aux max mes last ressource exécutive et limbique... Bref

Yé fini mon pody bonne soirée ! Faut que je dodo ce soir là <3 Allez je reverais à vous mes neuronautes bisous bisouus[quote=prescripteur]Oui la codeine donne des resultats positifs aux opiacés. Certains tests permettent de differencier.(il y a de la morphine même quand on prend de la codeine mais la presence concomittante de codeine dans les urines est un argument en faveur de la prise de codeine ) Amicalement Prescripteur
Un texte trouvé sur le web (pour toxicotest) J'ai mis en gras le paragraphe sur la necessité de faire un examen de confirmation
Pourquoi utiliser ce test ?

Le test de dépistage urinaire dÒOpiacés (OPI/MOP) permet la recherche rapide et qualitative de la Morphine, Codéine, Héroïne, Opium et de leurs dérivés, dans les urines, par une méthode dÒimmuno-chromatographie par compétition. Ce test délivre une confirmation rapide (5 minutes) de la présence de OPI/MOP dans un échantillon à  une concentration minimale de 300ng/mL de OPI/MOP.



Attention : Le test de dépistage urinaire est un test de première intention. [b]La chromatographie gazeuse couplée à  la spectrométrie de masse (CPG/SM) est la méthode de confirmation de référence. LÒanalyse des données cliniques et un avis professionnel doivent toujours être confrontés à  un résultat de dépistage de toxiques dans les urines en particulier en cas de résultat positif.[/b]


Que sont les Opiacés (dont l'Héroïne) ?

Les Opiacés sont des substances dérivées de lÒOpium (qui lui-même provient du Pavot). Ils sont souvent appelés narcotiques et ont des propriétés analgésiques (contre la douleur). La dépendance physique et psychologique aux opiacés est extrêmement forte. Les opiacés les plus répandus sont :

LÒHéroïne : cÒest la forme la plus dangereuse des opiacés. Elle se présente sous la forme d'une poudre blanche très fine, mais dans la rue, elle se présente souvent sous la forme de poudre brune plus ou moins fine. Il arrive que le produit soit compressé sous forme de cailloux lors de son conditionnement. Elle est consommée par injection intraveineuse ou par inhalation. Les effets de lÒHéroïne sont entre autres : Baisse de l'appétit, constipation et difficultés à  uriner, insomnies, troubles de l'humeur.

La Codéine : elle est essentiellement utilisée dans le cadre du traitement de la douleur et entre également dans la pharmacopée des traitements antitussifs. La Codéine peut produire un état général de somnolence, induire un état d'euphorie et avoir un effet sédatif sur les muscles de l'intestin. Dans lÒorganisme, la Codéine est métabolisée progressivement en Morphine.

La Morphine (MOR): elle est considérée comme la référence à  laquelle sont comparés tous les autres analgésiques en terme d'efficacité. La Morphine possède de nombreux effets secondaires dont les plus fréquents sont les troubles digestifs (constipation, nausées et vomissements). Des troubles du système nerveux central (somnolence, vertiges) peuvent apparaître. Un test de dépistage de la Morphine (MOR) permet de mettre également en évidence la consommation dÒopiacés (hors Méthadone).

La Méthadone (MTD): elle est utilisée depuis 1960 comme substitut des opiacés chez les consommateurs d'héroïne. Bien que chimiquement différente de la Morphine et de lÒHéroïne, elle produit des effets similaires. La Méthadone présente néanmoins l'avantage d'être un opiacé à  longue durée d'action, ses effets peuvent durer 24 heures. Elle est prise par voie orale, sous forme de solution amère et non injectable ou de gélules. La Méthadone nécessite un test de dépistage spécifique (MTD).


Combien de temps les Opiacés peuvent-ils être détectés après avoir été consommés ?

Les Opiacés (OPI) peuvent généralement être dépistés dans les urines à  une concentration supérieure à  2000 ng/mL pendant 2 à  5 jours. Attention, bien quÒelles appartiennent à  la famille des opiacés, la Méthadone (MTD) et la Buprénorphine (Subutex, BUP) ne peuvent pas être dépistées avec un test de dépistage des opiacés (OPI/MOP/MOR).



Ces valeurs sont données à  titre indicatif mais peuvent varier en fonction de lÒâge et du sexe de lÒindividu mais également de son état de santé général et de sa corpulence.


Quelle est la différence entre l'Héroïne, la Codéine et la Morphine ?

LÒHéroïne, la Morphine et la Codéine sont des composés dérivés de lÒOpium et issus des plants de pavot. Chimiquement ces composés sont identiques, seuls le procédé de synthèse et lÒaspect varient. LÒHéroïne est rapidement métabolisée (transformée dans lÒorganisme)en Morphine. Le corps humain transforme également la Codéine en Morphine. Ainsi la présence de Morphine dans les urines peut signifier la consommation de Morphine mais aussi dÒHéroïne et/ou de Codéine.[/quote] …

Le blog de Thelma » Arrêter l'IV de C » 06 septembre 2019 à  02:03

[quote=Thelma]La descente se prolonge, la pente est plus abrupte et la vitesse augmente..mes freins sont usés, le vent brouille ma vue et je descend, descend toujours plus vite..

Mes priorités sont devenues des besoins secondaires
Travailler, dormir, manger ne sont qu' envies passagères. Et fixer mon besoin vital
Je dois arrêter cette course folle..
Vite, très vite! Au prochain virage, je ne pourrais pas éviter la chute...[/quote]
Si l'habitude est très ancré, j'en comprend d'autant plus la difficulté. Essaye malgré tout d'alterner les voies d'administrations.

Pour l'IV, une bonne alternative est l'intra-rectal. Même rituel avec la seringue et l'injection mais pas d'aiguille agressive et la biodisponibilité pour la plupart des opiacés sont proche de l'IV du moins souvent bien meilleur à l'oral.

Edit : à une époque qui remonte pas mal (ça fait vraiment vieux con cette phrase) j'injectais en rectal de la méthylphénidate. Jusqu'à 420mg par shoot.
Si tu souffres et pètes des cables en descente, essaye la l-tyrosine, un benzo et une tisane chaude. Ensuite prend une douche chaude en prenant le temps de compter 10 respirations et d'utiliser toutes les saveurs de shampoing à disposition s'il le faut pour t'occuper. Outre le soulagement mental, homogénéisé ta température fera du bien à ton corps :) …

Remonter

Pied de page des forums